Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Les industries lithiques des abri...

Les industries lithiques des abris Blanchard et Castanet (Dordogne, France) : données issues des fouilles 2005-2012

Laurent Chiotti, Catherine Cretin et André Morala
Traduction(s) :
The Lithic Industries from Blanchard and Castanet Rock Shelters (Dordogne, France): Data from the 2005-2012 Excavations [en]

Résumé

La reprise des fouilles dans deux abris aurignaciens du vallon des Roches (Sergeac, Dordogne, France), les abris Castanet (2005-2012) et Blanchard (2011-2012), sous la direction de R. White a permis d’obtenir de nouvelles séries fiables et de renouveler les connaissances et la réflexion sur l’Aurignacien de ces deux sites de référence. L’abri Castanet, fouillé sur une surface de plusieurs mètres carrés a livré un niveau unique, directement sur le substrat rocheux. L’abri Blanchard, bien que vidé en quasi-totalité par les fouilles anciennes, présentait deux lambeaux archéologiques relativement riches, non superposés stratigraphiquement. Les chantiers ouverts dans ces deux abris contigus, au pied de la même falaise, ont permis de constituer des collections suffisamment conséquentes pour permettre une analyse typo-technologique fiable et une attribution culturelle réactualisée. Ainsi, l’une des séries de l’abri Blanchard et celle de l’abri Castanet sont attribuables à un Aurignacien ancien, alors que la seconde série de l’abri Blanchard correspond à un Aurignacien récent, ce qui ne pouvait être affirmé de façon certaine sur la base des anciennes collections.

Haut de page

Texte intégral

1 - Introduction

1L’étude du début du Paléolithique supérieur en Europe renvoie aux questions fondamentales de l’identité et de la spécificité culturelle de l’homme moderne, de sa colonisation du territoire européen et de l’établissement de sa suprématie sur l’ensemble des continents occupés. L’Aurignacien, première culture paneuropéenne attribuée à Homo sapiens sapiens comporte bien des apports originaux qui trouveront leur prolongement tout au long du Paléolithique supérieur : premières représentations figuratives, généralisation et diversification de la parure, généralisation et organisation des systèmes de fabrication d’un équipement en matières dures animales et en matériaux lithiques (dont des lames et des lamelles), etc. Au-delà de ces aspects matériels, les modalités d’organisation sociale et d’exploitation économique de l’environnement paraissent elles aussi spécifiques à l’Homme moderne, ou en tout cas différentes de celles de son prédécesseur, l’homme de Néandertal (pour la discussion sur les différences culturelles entre Néandertal et Homme moderne, voir par exemple D’Errico, 2003 ; Henshilwood et al., 2003 ; Teyssandier et al., 2010 ; Zilhão, 2011 ; Banks et al., 2013).

2Ces problématiques, aussi fondamentales pour la recherche préhistorique que pour l’histoire du genre humain nécessitent l’acquisition de données nouvelles. Les séries anciennes sont trop souvent éparpillées, triées et leur résolution stratigraphique est insatisfaisante. L’occasion nous est ici donnée de confronter les travaux fondateurs sur les abris Blanchard et Castanet avec des éléments nouveaux, fiables et intègres, issus de fouilles réalisées de 2005 à 2012.

A - Les sites et leur environnement

3Situés sur la commune de Sergeac (Dordogne, France), et distants de 25 m l’un de l’autre, les deux gisements Blanchard et Castanet sont des abris effondrés, creusés dans les calcaires du Crétacé supérieur de la falaise est du vallon des Roches. Ce petit vallon, perpendiculaire à la Vézère, recèle une dizaine de sites paléolithiques (Sonneville-Bordes, 1960 ; figures 1-2).

Figure 1 - Carte de localisation des abris Castanet et Blanchard.

Figure 1 - Carte de localisation des abris Castanet et Blanchard.

DAO : N. Cahoreau, CNP

Figure 2 - Plan du Vallon des Roches et localisation des différents secteurs fouillés dans les abris Castanet et Blanchard.

Figure 2 - Plan du Vallon des Roches et localisation des différents secteurs fouillés dans les abris Castanet et Blanchard.

1 : abri de La Souquette ; 2 : abri Labattut ; 3 : abris effondrés des Rochers de l’Acier ; 4 : abri Reverdit ; 5 : abri Castanet ; 6 : abri Blanchard ; 7 : abri Blanchard II ; 8 : abri des Merveilles

DAO : L. Chiotti, d’après Sonneville-Bordes, 1960, modifié

4Le massif calcaire crétacé environnant présente des formations à silex de bonne qualité, surtout dans le Santonien, offrant des matières premières abondantes dans un rayon de quelques kilomètres. Ces matériaux se sont accumulés au bas des pentes dans les colluvions. Leur couleur, leur cortex ainsi que leur structure ont été modifiés par leur séjour dans les dépôts détritiques tertiaires à forte concentration en fer. Ils se retrouvent aussi dans les formations alluviales, mêlés à des galets de provenance plus lointaine (quartz, gneiss, granit, schiste, basalte, grès, …) et associés à des silicifications (silex et jaspes) issues des contreforts sud-ouest du Massif Central (Demars, 1994 ; Morala, 2010, à paraître).

B - Historique des fouilles

5L’abri Blanchard est fouillé en 1910-1911 par L. Didon (Didon, 1911 ; Delluc, Delluc, 1981a) et l’abri Castanet en 1911-1912 et 1924-1925 par D. Peyrony (1910, 1935). M. Castanet est, dans les deux cas, "l’homme de confiance" qui repéra ces sites, réalisa les fouilles et rédigea des rapports détaillés de ses travaux pour L. Didon et D. Peyrony.

  • 1 Le terme "Aurignacien récent" correspond à l’appellation actuelle la plus fréquemment utilisée dans (...)

6Deux niveaux ont été identifiés dans les deux abris et dans les deux cas, le niveau de base est clairement attribué à l’Aurignacien I (ou ancien). Les niveaux supérieurs, plus difficiles à déterminer, seront considérés par D. Peyrony, puis D. de Sonneville-Bordes comme Aurignacien II (ou récent1) sur la base de la présence de quelques sagaies losangiques (Peyrony, 1935 ; Sonneville-Bordes, 1960).

7Une fois exhumées, les collections des deux gisements n’ont pas subi le même sort : celles de l’abri Blanchard ont été mélangées par L. Didon lui-même et éparpillées dans de nombreuses institutions en France comme à l’étranger (Delluc, Delluc, 1981b ; White, 1992). Celles de D. Peyrony à l’abri Castanet ont été conservées au Musée national de Préhistoire des Eyzies. Leur intégrité est par conséquent mieux préservée.

8C’est le contraire en ce qui concerne les archives de fouilles : les rapports de M. Castanet à Blanchard ont été conservés par la famille Didon (Delluc, Delluc, 1981a), tandis que ceux de Castanet ont disparu, antérieurement à 1967, avec une grande partie des archives de D. Peyrony.

9De 1995 à 1998, les recherches reprennent à l’abri Castanet, dirigées par J. Pelegrin et R. White, permettant notamment de retrouver la tranchée de D. Peyrony et d’ouvrir au sud un secteur encore intact, bien que tronqué par les travaux d’élargissement de la route voisine. Elles reprendront de 2005 à 2012 sous la direction de R. White. Dans ce secteur, seul le niveau Aurignacien ancien a été identifié. Les investigations menées alors sur le vallon (sondages, prospections géophysiques, etc.) permettent de repérer plusieurs petits lambeaux de couches contenant des vestiges archéologiques à l’extrémité nord de l’abri Blanchard, lesquels seront fouillés en 2011-2012. Deux secteurs, Blanchard 1 et Blanchard 4/5 ont livré des quantités suffisantes de mobilier pour permettre un diagnostic chrono-culturel et une analyse fiable.

C - Les séries lithiques récentes de Castanet et Blanchard

  • 2 Lors des fouilles récentes (secteur sud de l’abri Castanet et secteurs 1 et 4/5 de l’abri Blanchard (...)

10Il est difficile d’avoir une idée précise de la représentativité des séries récentes par rapport à ce qu’a pu être le site à l’origine. Quantitativement, elles ne représentent qu’une partie réduite du gisement. À l’abri Castanet, le secteur sud fouillé récemment couvre moins de 25 m² contre 120 m² pour la fouille de D. Peyrony. Sur le plan qualitatif, en revanche, ces séries n’ont subi aucun tri technologique ou dimensionnel2. Il est alors frappant de constater que pour le secteur sud de l’abri Castanet la proportion de vestiges de taille inférieure à 15 mm atteint 96 %. Ces ensembles lithiques sont donc beaucoup plus représentatifs des activités techno-économiques déployées sur les secteurs fouillés.

2 - Castanet secteur sud

11Entre 2005 et 2010, 115518 pièces lithiques ont été mises au jour dans le secteur sud de l’abri Castanet. La plus grande partie (110999 objets, 96 % de la série) correspond à des pièces de moins de 15 mm trouvées dans les refus de tamis (tableau 1). Parmi elles, 7090 objets ont été analysés, 4519 pièces coordonnées (supérieures à 15 mm) et 2571 pièces extraites des refus de tamis. Ces dernières correspondent essentiellement à des lamelles, ou à des pièces particulières telles que des chutes de burin ou des fragments proximaux de lames. Le reste des objets présent dans les refus de tamis a été décompté mais non analysé.

Tableau 1 - Inventaire du matériel lithique de la série 2005-2010 du secteur sud de l’abri Castanet.

Tableau 1 - Inventaire du matériel lithique de la série 2005-2010 du secteur sud de l’abri Castanet.

A - Économie des matières premières

12L’assemblage comprend des matériaux locaux et des matériaux allochtones.

13Les matériaux locaux, tous issus du Sénonien, représentent 96 % de l’ensemble des objets analysés. Toutes les variétés identifiées ont été localisées par prospection dans un périmètre de deux à trois kilomètres autour du site (Morala, à paraître). Les Aurignaciens de Castanet ont évolué dans un environnement minéral favorable autour de leur lieu d’occupation, n’impliquant pas nécessairement le franchissement de la rivière (figure 3).

Figure 3 - Origines et conditions lithologiques des matières premières locales présentes dans le secteur sud de l’abri Castanet.

Figure 3 - Origines et conditions lithologiques des matières premières locales présentes dans le secteur sud de l’abri Castanet.

clichés et DAO : A. Morala

14Le groupe des silex allochtones (4 %) se compose principalement de silex du Campanien supérieur (Fernandes et al., 2012), dit du Bergeracois (3 %) et de jaspes jaune-orangés de l’Infralias du bassin de Brive (1 %) : les premiers proviennent de 50 km environ en aval du site, les seconds de 40 km en amont. Bien que leurs formations d’origine soient traversées par la Vézère, ces derniers matériaux n’ont pas été prélevés dans les alluvions mais, d’après l’aspect peu altéré de leur cortex, à proximité immédiate des affleurements primaires.

15Quelques matériaux isolés de provenance plus lointaine existent : silex turonien du Fumélois (Lot-et-Garonne ; 60 km), silex du Tertiaire d’Aurillac (Cantal ; 100 km) et silex Grains de Mil de Saintes-Jonzac (Charente Maritime ; 140 km).

B - L’outillage

16L’outillage lithique de la série 2005-2010 comporte 374 outils, soit 5,3 % du matériel (tableau 2).

  • 3 Nous tenons compte des grattoirs/nucléus carénés à la fois dans l’outillage et dans l’analyse techn (...)

17La majorité est composée de grattoirs (33,3 %), plats pour la plupart et souvent sur lames retouchées. Les grattoirs aurignaciens3 (8,4 %), sont constitués essentiellement de grattoirs carénés, lesquels ont des fronts plutôt larges (26,5 mm en moyenne).

Tableau 2 - Décompte typologique de la série 2005-2010 du secteur sud de l’abri Castanet.

Tableau 2 - Décompte typologique de la série 2005-2010 du secteur sud de l’abri Castanet.

18Les rares burins (1,5 %) sont des pièces très peu normalisées, aménagées sur pan naturel ou sur cassure. Les lames retouchées sont bien représentées (27 %), avec quelques lames aurignaciennes ou étranglées (3,6 %).

19Les outils sur lamelles représentent 10,2 %. Ils portent une retouche irrégulière, souvent discontinue ou partielle qui semble généralement être le résultat d’une utilisation du support lamellaire plus qu’une véritable retouche intentionnelle.

20Les caractéristiques typologiques de cet assemblage sont proches de celles des séries Peyrony (couches A et C ; Sonneville-Bordes, 1960) et Pelegrin/White (1995-1998 ; Pelegrin, O’Farrell, 1998), la principale différence étant la rareté des lamelles retouchées dans les séries Peyrony, ce qui est dû aux méthodes de fouille.

C - Les supports

21Le matériel lithique est composé, par ordre d’importance, de lamelles, d’éclats, puis en quantité nettement inférieure, de lames. Conséquence d’un examen minutieux de la fraction fine du matériel lithique, 76 % des lamelles décomptées sont issues des refus de tamis.

22Le taux de fragmentation des éclats est le plus faible (34,2 %). Les lames ne sont quasiment jamais entières, leur taux de fracturation s’élevant à 94,4 %, avec une fracturation multiple très importante (57,3 % de fragments mésiaux). Les lamelles présentent un taux de fragmentation moins élevé (75,5 %).

23L’origine taphonomique de la fragmentation des lamelles est probablement très importante. En revanche, il faut envisager une origine anthropique pour la très forte fragmentation des lames qui se distinguent d’ailleurs nettement de toutes les autres catégories de supports par un taux de transformation élevé (44,3 %). Les éclats, avec 3,5 %, sont en revanche très peu utilisés dans l’outillage. Malgré la très forte production de lamelles (44,3 % du matériel étudié), très peu d’entre elles ont été transformées en outils (4,4 %).

D - Les productions lamellaires

Chaîne opératoire de production des lamelles

24L’activité de taille la mieux documentée (45,4 % des pièces) est de loin la production de lamelles à partir des grattoirs/nucléus carénés, dont toutes les phases techno-économiques sont représentées dans la série.

25Les récents travaux de remontages ont révélé une volonté d’obtenir de gros éclats épais, utilisés comme support des grattoirs/nucléus carénés. Quelques pièces épaisses (N=7) sans négatifs lamellaires sont interprétées comme des préformes (Chiotti, Cretin, 2011). Des éclats de mise en forme latérale, d’entretien et de réfection des nucléus carénés accompagnent plus de 3000 lamelles.

Morphométrie des lamelles

26Parmi les lamelles issues des grattoirs/nucléus carénés, nous avons distingué deux catégories sur la base de critères morphométriques et technologiques (figure 4) :

  • des lamelles régulières, de faible dimension (10 à 20 mm de longueur et 3 à 10 mm de largeur), constituant l’objectif de la production ;

  • des lamelles de plus grande dimension, issues de la mise en forme ou de l’entretien de la table de débitage (front du grattoir), considérées comme des sous-produits de la chaîne opératoire plutôt que comme des pièces de plein débitage.

Figure 4 - Rapport longueur/largeur des différents types de lamelles issus de la production sur grattoirs carénés du secteur sud de l’abri Castanet, fouille 2005-2010. Seules les pièces entières sont prises en compte.

Figure 4 - Rapport longueur/largeur des différents types de lamelles issus de la production sur grattoirs carénés du secteur sud de l’abri Castanet, fouille 2005-2010. Seules les pièces entières sont prises en compte.

Des lamelles pour quelle utilisation ?

27Le nombre de lamelles retouchées étant extrêmement faible (N=33), on peut s’interroger sur les objectifs de cette production et, bien que certaines (N=101) portent des traces d’utilisation sous forme d’esquillements (figure 5), la somme des lamelles retouchées et/ou utilisées ne constitue qu’une infime partie de la production lamellaire, soit moins de 4,3 %.

Figure 5 - Lamelles esquillées de la série du secteur sud de l’abri Castanet.

Figure 5 - Lamelles esquillées de la série du secteur sud de l’abri Castanet.

dessins : L. Chiotti

28Une première analyse des traces macroscopiques présentes sur les lamelles a été réalisée. Plusieurs types d’esquillements, multiples ou isolés, ont été observés :

  • des esquillements axiaux situés soit sur l’axe central de la pièce, soit sur l’un des bords ;

  • des esquillements latéraux qui peuvent être soit transversaux, soit obliques, généralement sur un seul bord (figure 6).

Figure 6 - Types d’esquillements rencontrés sur les lamelles du secteur sud de l’abri Castanet.

Figure 6 - Types d’esquillements rencontrés sur les lamelles du secteur sud de l’abri Castanet.

a : esquillements axiaux sur l’axe central de la lamelle ; b : esquillements axiaux sur les bords de la lamelle ; c : esquillements latéraux transversaux ; d : esquillements latéraux obliques.

DAO : L. Chiotti

29Les premiers peuvent correspondre à des traces d’impact. En revanche, l’origine des esquillements latéraux et obliques est moins claire : s’agit-il de traces directement liées à l’utilisation du bord tranchant des lamelles, de traces induites par l’impact et le mode d’emmanchement, ou encore de traces dues au contact des os lors de la pénétration dans l’animal ?

  • 4 Les analyses tracéologiques sont effectuées par Joseba Rios, Université de Burgos et les expériment (...)

30Afin de trouver des éléments de réponse à ces questions, une analyse tracéologique est en cours, ainsi que des expérimentations d’emmanchement et de tir4.

31La répartition des lamelles entières, toutes catégories confondues en fonction de leur longueur et largeur montre que les lamelles esquillées se superposent aux petites lamelles constituant l’objectif de la production (cf. figure 4). Ceci pourrait être un argument en faveur d’une utilisation brute de ces dernières, les esquillements étant la conséquence de leur utilisation.

32Les lamelles retouchées, qui ne constituent pas un groupe typologique cohérent, se superposent plutôt aux grandes lamelles, considérées comme des sous-produits. S’il ne s’agit pas de l’un des objectifs de la production lamellaire, il s’agit peut-être d’une utilisation opportuniste de supports existants.

E - La production laminaire

33Les témoins de la production laminaire sont peu nombreux dans le secteur sud de l’abri Castanet, avec seulement 431 lames, soit 6,1 % de la totalité des supports. Ces lames sont quasiment toutes fragmentées (95,4 %). Les 20 lames entières présentent des longueurs comprises entre 46,8 et 93,1 mm. Nous n’avons pas distingué de populations distinctes à l’intérieur de ces lames.

34Il s’agit majoritairement d’un débitage unipolaire, réalisé au percuteur tendre. Un soin particulier est porté à l’aménagement du plan de frappe, avec une préparation quasi systématique de la surface destinée à recevoir l’impact, préparation qui s’accompagne très fréquemment d’une abrasion de la corniche.

35Même si c’est le silex local qui domine comme dans les autres catégories de supports, la part des silex importés, et en particulier du silex du Bergeracois y est plus importante (11,8 %).

36Cette série ne livre qu’une vision fragmentaire du débitage laminaire du fait de l’absence d’une grande partie des produits, en particulier des nucléus. La production semble avoir été effectuée en quasi-totalité en dehors de la zone fouillée (hors du site ou dans un autre secteur de l’habitat ?).

3 - Blanchard secteur 4/5

37Les conditions de découverte n’étaient a priori pas idéales puisque cette série provient d’un lambeau de couche très limité, plus ou moins concrétionné, au contact du substrat rocheux, dans un contexte sédimentaire incertain et avec des états de patine très différents. Trois unités stratigraphiques ont été distinguées à la fouille sur des bases essentiellement sédimentologiques. Cependant, les remontages (8,7 % des objets supérieurs à 15 mm) qui relient ces trois unités montrent la cohérence de cette série.

38Ces résultats, croisés à ceux de l’analyse géoarchéologique, vont dans le sens d’une série chronologiquement homogène ayant subi d’importants phénomènes d’altération post-dépositionnels.

39Cette série de 2566 pièces lithiques est composée principalement de lamelles (43,2 %) et d’éclats (31,1 %), puis de lames (12,5 %). L’ensemble est donc un peu plus laminaire que le secteur sud de l’abri Castanet (6 %), mais les proportions relatives des supports restent très proches.

A - L’outillage

40Le secteur 4/5 a livré 112 outils représentant 4,5 % de la série (tableau 3). La catégorie la plus importante est celle des lames retouchées, incluant trois lames aurignaciennes. Les grattoirs représentent la seconde catégorie, avec une majorité de grattoirs plats, plus de la moitié étant sur lames retouchées ou lames aurignaciennes. Sept grattoirs carénés sont présents. Ils ont des fronts larges, 26 mm en moyenne, très proches de ceux du secteur sud de l’abri Castanet. Il n’y a pas de grattoirs à museau. Six burins sont présents, mais il n’y a aucun burin aurignacien (busqué, caréné ou des Vachons).

Tableau 3 - Décompte typologique de la série 2011-2012 du secteur 4/5 de l’abri Blanchard.

Tableau 3 - Décompte typologique de la série 2011-2012 du secteur 4/5 de l’abri Blanchard.

41L’outillage sur lamelles est composé de 11 pièces portant toutes une retouche assez irrégulière (y compris les quelques lamelles Dufour). Quatre autres lamelles présentent des esquillements très marqués. L’ensemble de ces caractéristiques sont assez proches de celles du secteur sud de l’abri Castanet.

B - Les productions lamellaires

42La majorité des lamelles, soit 43,1 %, sont produites à partir des grattoirs aurignaciens.

43L’ensemble de la chaîne opératoire est attesté, avec la présence de préformes, d’éclats et de lamelles de mise en forme et d’éclats de ravivage.

44Quelques lamelles (8,3 %), généralement plus grandes et plus rectilignes, semblent provenir d’un autre système de production. Quatre nucléus à lamelles sont d’ailleurs présents : deux nucléus relativement plats, à deux plans de frappes opposés alternes, et deux nucléus unipolaires à un plan de frappe sur éclat et sur fragment de bloc.

C - La production laminaire

45En majorité unipolaires, 322 lames ont été décomptées dans la série. Seules 31 sont entières et présentent des longueurs comprises entre 23 et 104 mm.

46Les remontages ont permis de mettre en évidence la production sur place de lames de grandes dimensions, supérieures à 150 mm de longueur et 35 mm de largeur (figure 7), et de lames plus petites qui correspondent à la majorité de la production laminaire (figure 8). Les remontages concernant la production de lames de petites dimensions révèlent l’utilisation de blocs de dimensions moyennes, qui n’ont pu servir antérieurement à la production des grandes lames. En revanche, nous n’avons aucun élément nous permettant de savoir si les nucléus ayant produit les grandes lames ont été réduits pour en produire de plus petites. En d’autres termes, nous ne pouvons pas dire s’il y a une production unique, avec réduction progressive des nucléus, ou s’il s’agit de deux productions indépendantes.

47Les grandes lames sont réalisées en silex sénonien local qui constitue la majorité des matériaux utilisés. Il n’y a donc pas de recherche de matériaux particuliers pour réaliser ces grands modules.

Figure 7 - Remontage d’une séquence de débitage de grandes lames de la série du secteur 4/5 de l’abri Blanchard.

Figure 7 - Remontage d’une séquence de débitage de grandes lames de la série du secteur 4/5 de l’abri Blanchard.

clichés : L. Chiotti

Figure 8 - Remontage d’une séquence de débitage de lames de petit gabarit de la série du secteur 4/5 de l’abri Blanchard.

Figure 8 - Remontage d’une séquence de débitage de lames de petit gabarit de la série du secteur 4/5 de l’abri Blanchard.

clichés : L. Chiotti

4 - Blanchard secteur 1

48Un total de 1494 pièces lithiques a été décompté dans la série du secteur 1 qui se compose principalement de lamelles (44,4 %) et d’éclats (36,8 %), les lames étant relativement peu nombreuses (6,8 %)

A - L’outillage

49La série comprend 103 outils (tableau 4), soit 7 % de l’assemblage lithique.

Tableau 4 - Décompte typologique de la série 2011-2012 du secteur 1 de l’abri Blanchard.

Tableau 4 - Décompte typologique de la série 2011-2012 du secteur 1 de l’abri Blanchard.

50La catégorie la plus importante est de loin celle des lamelles Dufour sous-type Roc de Combe qui représente 34,4 % des outils. L’ensemble de l’outillage sur lamelles atteint même 40,6 %.

51Le groupe des grattoirs est dominé par les grattoirs épais aurignaciens : grattoirs carénés (6,2 %) et grattoirs à museau (7,3 %). Tous présentent des fronts beaucoup plus étroits que ceux des séries précédentes, soit 17 mm de largeur moyenne.

52Les burins sont également bien représentés, incluant quatre burins aurignaciens : trois burins carénés (dont un burin multiple dièdre) et un burin des Vachons (figures 9-10). Ce sont tous des objets irréguliers, relativement atypiques. Aucun burin busqué n’est présent.

Figure 9 - Burins carénés de la série du secteur 1 de l’abri Blanchard.

Figure 9 - Burins carénés de la série du secteur 1 de l’abri Blanchard.

clichés : L. Chiotti

Figure 10 - Burin des Vachons (M14D-185) de la série du secteur 1 de l’abri Blanchard.

Figure 10 - Burin des Vachons (M14D-185) de la série du secteur 1 de l’abri Blanchard.

dessin : L. Chiotti

53La série contient dix autres burins, dièdres, sur pan naturel, sur troncature ou sur cassure. Quatre sont sur lames, tous les autres sont des éclats plutôt épais.

54Les pièces à retouche continue représentent 11,5 % de l’outillage, mais aucune lame aurignacienne n’est attestée.

55Les 33 lamelles Dufour sont toutes du sous-type Roc de Combe. Elles ont une morphologie très précise, montrant une forte sélection des modules à l’intérieur des lamelles. Elles sont de très petite taille, 16 mm de longueur maximale, 3,2 mm de largeur moyenne et 1,1 mm d’épaisseur moyenne. Elles sont en majorité courbes, torses et déjetées vers la droite et produites soit sur des grattoirs aurignaciens, soit sur des burins aurignaciens. Elles possèdent une fine retouche inverse du bord droit, le plus souvent sur toute la longueur, parfois plus intense en partie proximale. Certaines portent également une retouche du bord gauche, généralement directe.

56Huit autres lamelles sont retouchées. Quand leur morphologie est déterminable, les supports ne diffèrent pas de ceux des lamelles Dufour. Leur retouche est généralement très régulière, et donc très comparable à celle des lamelles Dufour.

B - Les productions lamellaires

57La majorité des lamelles, soit 76,5 %, sont produites à partir de grattoirs aurignaciens (carénés et à museau) et de burins aurignaciens (carénés et Vachons). Pour la plupart d’entre elles (375 pièces), il est impossible de faire la différence entre production sur grattoir ou sur burin. Seules 12 pièces déterminables sont clairement issues de grattoirs aurignaciens et 121 de burins aurignaciens. Ces dernières sont identifiables grâce à la présence d’un pan abrupt sur l’un de leurs bords qui correspond à une partie de la surface inférieure du support du burin (Chiotti, 2003).

58La chaîne opératoire des grattoirs aurignaciens est assez comparable à celle décrite dans le secteur sud de l’abri Castanet (2005-2010), même si les largeurs de fronts sont nettement moins importantes. Des mises en formes similaires au procédé mis en évidence sur les préformes de grattoirs/nucléus carénés de l’abri Castanet (Chiotti, Cretin, 2011) ont d’ailleurs pu être observées.

59En plus des lamelles elles-mêmes, la production sur burins aurignaciens est clairement attestée par la présence de quatre burins (carénés et des Vachons).

60Quelques lamelles généralement plus grandes et plus rectilignes (28 pièces, 4,2 %) sont issues d’un débitage différent : quatre nucléus débités dans l’épaisseur de plaquettes ou de petits blocs sont présents.

C - La production laminaire

61Parmi les 102 lames du secteur 1, seules 13 sont entières et présentent des longueurs comprises entre 29 et 92 mm. La largeur moyenne des lames est de 24,1 mm et leur épaisseur moyenne de 8,4 mm.

62Quatre nucléus à lames ont été retrouvés. Il s’agit de nucléus prismatiques unipolaires, présentant pour certains un plan de frappe secondaire destiné à l’entretien. Aucune lame de grand module, similaire à celles du secteur 4/5 n’est présente dans cette série.

D - Attribution chrono-culturelle

63L’ensemble des caractères de Blanchard, secteur 1 individualise donc nettement cet assemblage de ceux du secteur sud de l’abri Castanet et du secteur 4/5 de l’abri Blanchard, par la présence de :

  • grattoirs à museau en quantité nettement plus importante ;

  • grattoirs/nucléus carénés plus allongés et à fronts plus étroits que ceux des deux autres séries ;

  • burins de tous types en proportion plus importante ;

  • burins aurignaciens (burin caréné et burin des Vachons) ;

  • nombreuses lamelles issues d’une production sur burins aurignaciens ;

  • petites lamelles Dufour du sous-type Roc de Combe en quantité très importante.

64Ces différents éléments convergent vers une attribution de cette industrie à un Aurignacien récent.

65La présence d’un burin des Vachons, qui se positionne plutôt en fin de séquence aurignacienne (Pesesse, Michel, 2006 ; Michel 2010) et l’absence de burin busqué plaide même en faveur d’un Aurignacien plus récent que "l’Aurignacien II". Cependant, étant donné la faiblesse numérique de la série, les conditions de mise en place des dépôts (niveau en position secondaire ; Tartar et al., 2014) et l’existence d’autres faciès encore mal caractérisés pour la fin de l’Aurignacien, nous resterons très prudemment sur une attribution à l’Aurignacien récent sensu lato.

5 - Apports des nouvelles données

66L’étude du matériel lithique des séries récentes des abris Castanet et Blanchard nous amène à faire un certain nombre d’observations nouvelles, tant sur le plan des comportements techniques, des comportements vis-à-vis de l’exploitation de l’environnement lithique, que sur un plan chrono-culturel.

A - Comportements techniques

67À Castanet et Blanchard, les Aurignaciens ont en commun un certain nombre de comportements vis-à-vis du matériau lithique qui leur confère une forte proximité technique. Certaines différences sont cependant discernables, elles concernent à la fois les procédés techniques et l’outillage.

68La production lithique est tournée dans tous les cas vers l’obtention de lamelles à partir de grattoirs épais, généralement sur éclats. Une partie des grattoirs/nucléus carénés fait l’objet d’une mise en forme spécifique, construisant un volume particulier qui a le mérite d’être pérenne et de limiter l’entretien des surfaces de débitage (Chiotti, Cretin, 2011). Cette construction volumétrique des grattoirs/nucléus carénés se retrouve dans toutes les séries étudiées. Une différence morphologique existe cependant sur les grattoirs/nucléus carénés du niveau récent, qui sont plus allongés avec un front plus étroit. Dans ce même niveau récent, la production de lamelles se diversifie, se faisant également aux dépens de grattoirs à museau et de burins aurignaciens.

69La production de lamelles est donc un élément fondamental de l’identité industrielle aurignacienne, avec des variations technologiques et typologiques au sein des assemblages aurignaciens ancien et récent.

70La production de lames est bien attestée, avec des produits laminaires épais et légèrement courbes, caractéristiques de l’Aurignacien. D’autres débitages produisent des lames de taille et d’épaisseur nettement inférieure. Tous deux n’ont été que partiellement réalisés sur le site (ou sur les parties du site récemment fouillées).

71Si la production est clairement tournée vers les lamelles, la consommation est tournée vers les lames, supports les plus présents dans l’outillage. Leur état de fragmentation montre qu’elles ont souvent été intensivement utilisées, réaffûtées et fracturées, parfois volontairement.

  • 5 Nous ne disposons pas encore de ces données pour l’Aurignacien récent de Blanchard secteur 1.

72Un débitage d’éclats existe à Castanet sud et Blanchard 4/5, destiné en partie à produire des supports pour les grattoirs/nucléus carénés5.

B - Exploitation de l’environnement lithique

73Les schémas d’acquisition des matières premières lithiques de Castanet indiquent un approvisionnement en silex majoritaire dans les formations santoniennes, en place ou pratiquement en place dans les vallons environnants, alors que les matériaux provenant des formations fluviatiles sont peu utilisés. Les modalités de débitage de ces matériaux ultra-locaux sont assez peu élaborées. Ce sont probablement des rognons bruts ou seulement testés qui ont été introduits et ont produit des lames de dimensions modestes accompagnées d’éclats épais, futurs supports de grattoirs/nucléus carénés.

74Plus ponctuellement, des matériaux locaux de meilleure qualité ont été sélectionnés. D’origine un peu plus éloignée, il peut s’agir de silex blonds ou noirs du Santonien supérieur contenus dans les formations recouvrant les plateaux de la rive gauche de la Vézère.

75L’autre composante de l’équipement lithique réunit des matériaux allochtones qui élargissent le registre économique au domaine du territoire et de la culture elle-même. La présence de silex du Campanien supérieur (dit du Bergeracois), de jaspes du bassin de Brive, de silex de Charente et de rares indices de silex du Fumélois ou du Lot implique soit la fréquentation de ces territoires, soit un contact avec des individus ayant fréquenté ces zones.

76Quel que soit leur mode d’introduction, cela suppose nécessairement une connaissance précise des matériaux et de leurs propriétés car ils sont parfaitement intégrés aux systèmes d’exploitation et de consommation. Certains d’entre eux montrent d’ailleurs une utilisation préférentielle.

77Pour les silex du Bergeracois, les supports laminaires ont été privilégiés. Introduits en nombre sur le site, déjà débités, ils sont majoritairement transformés en outils. Quasiment tous ont été produits sur des nucléus différents. Si la production sur place est minime, une forte consommation des lames et des outils est attestée, notamment par la présence de nombreux éclats de retouche.

78Les jaspes de Corrèze ont été introduits sous forme de petits éléments, ils ont fait l’objet de plusieurs séquences de production lamellaire parfaitement bien maîtrisées, témoignant de l’attrait de cette matière pour la fabrication de lamelles.

C - Cadre chrono-culturel

79L’étude typo-technologique du matériel lithique nous amène à distinguer deux ensembles chrono-culturels principaux : un Aurignacien ancien dans les deux abris, Castanet secteur sud et Blanchard secteur 4/5 et un Aurignacien récent à l’abri Blanchard secteur 1.

80À Castanet secteur sud, les fouilles récentes n’ont livré que de l’Aurignacien ancien. N’ayant pu observer le second niveau dans les fouilles récentes, nous n’avons pas d’éléments nouveaux à apporter par rapport à l’étude de D. de Sonneville-Bordes sur les séries Peyrony (Sonneville-Bordes, 1960). Nous avons examiné rapidement la série Peyrony et aucun élément ne nous permet de remettre en cause ses conclusions. L’absence des lamelles dans les anciennes séries est très préjudiciable pour ce genre d’attribution.

81Une quinzaine de datations radiocarbone a été effectuée. Les résultats, très groupés, sont tous centrés autour de 37000 cal BP (White et al., 2012a).

82Ces dates sont très récentes par rapport à une attribution chrono-culturelle à l’Aurignacien ancien, les datations de la plupart des niveaux de ce stade culturel étant plutôt comprises entre 38000 et 40000 cal BP en moyenne (pour la question des datations de l’Aurignacien ancien, voir par exemple Higham et al., 2009, 2011 ; Higham, 2011 ; Wood et al., 2014).

83À Blanchard secteur 4/5, l’Aurignacien ancien identifié correspond au niveau inférieur (B) de L. Didon (1911).

84Quatre dates ont été obtenues pour ce secteur. Deux sont centrées autour de 36000 cal BP et deux autour de 34000 cal BP (White et al., 2012b). Ces dates sont encore plus récentes que celles de Castanet, alors que nous sommes toujours dans un ensemble portant les caractéristiques nettes de l’Aurignacien ancien.

85Ce décalage entre le faciès industriel et les dates radiométriques reste à expliquer.

86À Blanchard secteur 1, un Aurignacien récent est maintenant bien attesté sur la base de l’étude du matériel lithique des fouilles récentes. Nous sommes donc probablement en présence d’un lambeau de couche rattachable au niveau supérieur (D) de L. Didon (1911).

87L’étude de cette industrie lithique permet donc de confirmer avec certitude la présence d’un niveau d’Aurignacien récent à l’abri Blanchard, laquelle était jusqu’alors évoquée sur la base d’indices isolés : présence de quelques outils caractéristiques, sagaies losangiques (Leroy-Prost, 1975) ou grattoirs à museau (Sonneville-Bordes, 1960). L’étude d’un assemblage cohérent permet maintenant de l’affirmer. Mais la série n’est pas suffisamment importante pour permettre une attribution à un faciès précis de l’Aurignacien récent.

88Les premiers échantillons prélevés à Blanchard secteur 1 n’ayant pas assez de collagène, il n’existe aucune date pour ce petit ensemble. De nouvelles datations sont en cours.

Conclusion

89Les fouilles récentes de l’abri Castanet puis de l’abri Blanchard nous permettent maintenant de disposer d’échantillons représentatifs (quantitativement, qualitativement et incluant la fraction fine) des niveaux aurignaciens de ces deux abris.

90L’analyse technologique du matériel lithique a permis de proposer des attributions chrono-culturelles à l’abri Blanchard pour des séries numériquement très faibles, malheureusement peu dotées en industrie osseuse. Elle permet aussi de souligner l’apport fondamental, déjà souligné par d’autres auteurs (Bon, 2002 ; Le Brun-Ricalens et al., 2005 ; ...) de la composante lamellaire de ces ensembles lithiques et ce, au cours des deux principaux stades de l’Aurignacien.

91La poursuite des analyses (économiques, spatiales et tracéologiques) ainsi que le croisement avec les autres éléments de la culture matérielle nous permettront sans doute d’affiner ces premiers éléments de comparaison.

Haut de page

Bibliographie

Banks W.E., d’Errico F., Zilhão J., 2013 - Human−climate interaction during the Early Upper Paleolithic: testing the hypothesis of an adaptive shift between the Proto-Aurignacian and the Early Aurignacian, Journal of Human Evolution, 64 (1), 39-55.

Bon F., 2002 - L’Aurignacien entre mer et océan. Réflexion sur l’unité des phases anciennes de l’Aurignacien dans le sud de la France, Paris, Société préhistorique française (Mémoire de la Société préhistorique française, XXIX), 253 p.

Chiotti L., 2003 - Les productions lamellaires dans l’Aurignacien de l’abri Pataud, Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne, France, Gallia Préhistoire, 45, 113-156.

Chiotti L., Cretin C., 2011 - Les mises en forme de grattoirs carénés/nucléus de l’Aurignacien ancien de l’abri Castanet (Sergeac, Dordogne), Paléo, 22, 69-84.

Delluc B., Delluc G., 1981a - À propos de la fouille de l’abri Blanchard (Sergeac, Dordogne) en 1910-1911, Louis Didon et Marcel Castanet, Bulletin de la Société d’études et de recherches préhistoriques des Eyzies, 30, 63-76.

Delluc B., Delluc G., 1981b - La dispersion des objets de l’abri Blanchard (Sergeac, Dordogne), Bulletin de la Société d’études et de recherches préhistoriques des Eyzies, 30, 77-95.

Delporte H., 1991 - La séquence aurignacienne et périgordienne sur la base des travaux récents réalisés en Périgord, Bulletin de la Société préhistorique française, 88, 243-256.

Demars P.-Y., 1994 - L’économie du silex au Paléolithique supérieur dans le Nord de l’Aquitaine, Thèse d’État, Bordeaux, Université Bordeaux 1, 2 vol., 549 p. et 270 p.

D’Errico F., 2003 - The invisible frontier. A multiple species model for the origin of behavioral modernity, Evolutionary Anthropology: Issues, News, and Reviews, 12 (4), 188-202.

Didon L., 1911 - L’abri Blanchard des Roches (commune de Sergeac). Gisement aurignacien Moyen, Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 38, 246-261 et 321-345.

Fernandes P., Morala A., Schmidt P., Séronie-Vivien M.-R., Turq A., 2012 - Le silex du Bergeracois : état de la question, in Bertran P., Lenoble A. (dir.), Quaternaire continental d’Aquitaine : un point sur les travaux récents, Excursion AFEQ-ASF, 30 mai-1er juin 2012, Bordeaux, AFEQ, ASF, 22-34.

Hays M.A., Lucas G., 2000 - A Technological and Functional Analysis of Carinates from Le Flageolet I, Dordogne, France, Journal of Field Archaeology, 27 (4), 455-465.

Henshilwood C.S., Marean C.W., 2003 - The origin of modern human behavior: a review and critique of models and test implications, Current Anthropology, 44 (5), 627-665.

Higham T., Brock F., Peresani M., Broglio A., Wood R., Douka K., 2009 - Problems with radiocarbon dating the Middle to Upper Paleolithic transition in Italy, Quaternary Science Reviews, 28, 1257-1267.

Higham T., Jacobi R., Basell L., Bronk Ramsey C., Chiotti L., Nespoulet R., 2011 - Precision dating of the Palaeolithic: A new radiocarbon chronology for the Abri Pataud (France), a key Aurignacian sequence, Journal of Human Evolution, 61 (5), 549-563.

Higham T., 2011 - European Middle and Upper Palaeolithic radiocarbon dates are often older than they look: problems with previous dates and some remedies, Antiquity, 85, 235-249.

Le Brun-Ricalens F., avec la collaboration de Bordes J.-G., Bon F. (dir.), 2005 - Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien : chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Actes du XIVe congrès de l’UISPP, session 6 – paléolithique supérieur – colloque C6.7., Liège, 2-8 septembre 2001, Luxembourg, Musée national d’histoire et d’art, 568 p. (ArchéoLogiques, 1).

Leroy-Prost C., 1975 - L’industrie osseuse aurignacienne. Essai régional de classification : Poitou, Charentes, Périgord, Gallia préhistoire, 18 (1), 65-156.

Michel A., 2010 - L’Aurignacien récent (post-ancien) dans le Sud-Ouest de la France : variabilité des productions lithiques. Révision taphonomique et techno-économique des sites de Caminade-Est, abri Pataud, Roc-de-Combe, Le Flageolet I, La Ferrassie et Combemenue, Thèse N.D., Bordeaux, Université Bordeaux 1, 600 p.

Morala A., 2010 - Lithologie du matériel siliceux, in Nespoulet R., Chiotti L., Henry-Gambier D. (dir.), Le Gravettien final de l’abri Pataud (Dordogne, France). Fouilles et études 2005-2009, Oxford, Archaeopress, 113-120 (BAR International Series, 2458).

Morala A., à paraître - Les silicifications des bassins versants de la Dordogne et de la Vézère : évaluation des ressources lithiques et implications préhistoriques, Numéro spécial de Paleo.

Pelegrin J., O’Farrell M., 1998 - Quelques éléments sur l’industrie lithique, et sur les raccords, in Pelegrin J., White R. (dir.), Abri Castanet (Sergeac, Dordogne). Rapport de fouille programmée triannuelle (1996-1998), Bordeaux, Service régional de l’Archéologie d’Aquitaine, A13, 1-21.

Pesesse D., Michel A., 2006 - Le burin des Vachons : apports d’une relecture technologique à la compréhension de l’Aurignacien récent du nord de l’Aquitaine et des Charentes, Paléo, 18, 143-160.

Peyrony D., 1910 - Les gisements préhistoriques de Castel-Merle, commune de Sergeac (Dordogne), Association française pour l’avancement des Sciences, Lille, 137-138.

Peyrony D., 1933 - Les industries "Aurignaciennes" dans le bassin de la Vézère, Bulletin de la Société préhistorique française, 30, 543-559.

Peyrony D., 1934 - La Ferrassie, Moustérien – Périgordien – Aurignacien, Préhistoire, III, 1-92.

Peyrony D., 1935 - Le gisement Castanet, Vallon de Castelmerle, commune de Sergeac (Dordogne), Aurignacien I et II, Bulletin de la Société préhistorique française, 32, 418-443.

Sonneville-Bordes (de) D., 1960 - Le Paléolithique supérieur en Périgord, Bordeaux, Delmas, 2 vol., 558 p.

Tartar É., White R., Chiotti L., Cretin C., Mensan R., 2014 - Quel(s) Aurignacien(s) à l’abri Blanchard (Sergeac, Dordogne) ? Données des collections d’industrie osseuse conservées aux États-Unis et retour sur le terrain, Paléo, 25, 309-331.

Teyssandier N., Bon F., Bordes J.-G., 2010 - Within projectile range. Some thoughts on the appearance of the Aurignacian in Europe, Journal of Anthropological Research, 66, 209-229.

White R., 1992 - Bone, Antler and Ivory Objects from Abri Blanchard, commune de Sergeac (Dordogne), at the Logan Museum of Anthopology, Beloit College, in White R., Breitborde L.B. (eds.), French Paleolithic Collections in the Logan Museum of Anthopology, Logan Museum Bulletin, new series I, 2, 97-119.

White R., Mensan R., Bourrillon R., Cretin C., Higham T., Clark A., Sisk M., Tartar É., Gardère P., Goldberg P., Pelegrin J., Valladas H., Tisnerat-Laborde N., de Sanoit J., Chambellan D., Chiotti L., 2012 - Context and dating of Aurignacian vulvar representations from Abri Castanet, France, Proceedings of the National Academy of Sciences, 109 (22), 8450-8455.

White R., Higham T., Clark A., 2012b - Datations 14C pour l’abri Blanchard, in White R. (dir.), Abri Blanchard et abri Castanet secteur central, vallon de Castel-Merle, commune de Sergeac, Dordogne. Rapport de fouilles programmées et opération de diagnostic, année 2012, Bordeaux, Service régional de l’Archéologie d’Aquitaine, 106-108.

Wood R.E., Arrizabalaga A., Camps M., Fallon S., Iriarte-Chiapusso M.-J., Jones R., Maroto J., de la Rasilla M., Santamaría D., Soler J., Soler N., Villaluenga A., Higham T.F.G., 2014 - The chronology of the earliest Upper Palaeolithic in northern Iberia: New insights from L’Arbreda, Labeko Koba and La Viña, Journal of Human Evolution, 69, 91-109.

Zilhão J., 2011 - The emergency of language, art, and symbolic thinking, in Henshilwood C.S., d’Errico F. (eds.), Homo symbolicus: the dawn of language, imagination and spirituality, Amsterdam, John Benjamins, 111-131.

Haut de page

Notes

1 Le terme "Aurignacien récent" correspond à l’appellation actuelle la plus fréquemment utilisée dans la littérature pour désigner les stades II, III et IV de D. Peyrony (Peyrony, 1933, 1934) et les phases moyenne, récente et finale de H. Delporte (Delporte, 1991). Dans le cas des abris Castanet et Blanchard, les niveaux supérieurs sont attribués à l’Aurignacien II de D. Peyrony (correspondant à la phase moyenne de H. Delporte). Cependant, nous préférons pour la suite de cet article l’emploi du terme plus générique d’"Aurignacien récent" à celui d’"Aurignacien moyen" pour désigner cette phase, d’autant plus que le terme d’Aurignacien moyen a été récemment réemployé avec une définition différente de celle de H. Delporte (Michel, 2010).

2 Lors des fouilles récentes (secteur sud de l’abri Castanet et secteurs 1 et 4/5 de l’abri Blanchard), les vestiges archéologiques ont été cotés jusqu’à une limite inférieure de 1,5 cm et les sédiments ont été tamisés avec 2 tamis différents superposés : l’un de maille 4 (6,14 mm) et l’autre de maille 12 (0,91 mm).

3 Nous tenons compte des grattoirs/nucléus carénés à la fois dans l’outillage et dans l’analyse technologique. En effet, même si nous les considérons principalement comme des nucléus, ils sont présents dans les listes typologiques et les retirer implique un biais qui empêcherait toute comparaison avec les autres décomptes. D’autre part, les écarter des décomptes typologiques exigerait que nous ayons la certitude que ces pièces n’aient pas servi comme outil, or certaines études tracéologiques (encore trop peu nombreuses) tendent à prouver le contraire (Hays, Lucas, 2000). Enfin, il faut garder à l’esprit que les catégories outils/pièces technologiques sont des grilles de lecture actuelles ne correspondant pas aux réalités paléolithiques.

4 Les analyses tracéologiques sont effectuées par Joseba Rios, Université de Burgos et les expérimentations par Élise Tartar et Florent Le Mené.

5 Nous ne disposons pas encore de ces données pour l’Aurignacien récent de Blanchard secteur 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte de localisation des abris Castanet et Blanchard.
Crédits DAO : N. Cahoreau, CNP
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-1.png
Fichier image/png, 415k
Titre Figure 2 - Plan du Vallon des Roches et localisation des différents secteurs fouillés dans les abris Castanet et Blanchard.
Légende 1 : abri de La Souquette ; 2 : abri Labattut ; 3 : abris effondrés des Rochers de l’Acier ; 4 : abri Reverdit ; 5 : abri Castanet ; 6 : abri Blanchard ; 7 : abri Blanchard II ; 8 : abri des Merveilles
Crédits DAO : L. Chiotti, d’après Sonneville-Bordes, 1960, modifié
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-2.png
Fichier image/png, 148k
Titre Tableau 1 - Inventaire du matériel lithique de la série 2005-2010 du secteur sud de l’abri Castanet.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-3.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 3 - Origines et conditions lithologiques des matières premières locales présentes dans le secteur sud de l’abri Castanet.
Crédits clichés et DAO : A. Morala
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Tableau 2 - Décompte typologique de la série 2005-2010 du secteur sud de l’abri Castanet.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-5.png
Fichier image/png, 232k
Titre Figure 4 - Rapport longueur/largeur des différents types de lamelles issus de la production sur grattoirs carénés du secteur sud de l’abri Castanet, fouille 2005-2010. Seules les pièces entières sont prises en compte.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-6.png
Fichier image/png, 125k
Titre Figure 5 - Lamelles esquillées de la série du secteur sud de l’abri Castanet.
Crédits dessins : L. Chiotti
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-7.png
Fichier image/png, 308k
Titre Figure 6 - Types d’esquillements rencontrés sur les lamelles du secteur sud de l’abri Castanet.
Légende a : esquillements axiaux sur l’axe central de la lamelle ; b : esquillements axiaux sur les bords de la lamelle ; c : esquillements latéraux transversaux ; d : esquillements latéraux obliques.
Crédits DAO : L. Chiotti
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-8.png
Fichier image/png, 124k
Titre Tableau 3 - Décompte typologique de la série 2011-2012 du secteur 4/5 de l’abri Blanchard.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-9.png
Fichier image/png, 206k
Titre Figure 7 - Remontage d’une séquence de débitage de grandes lames de la série du secteur 4/5 de l’abri Blanchard.
Crédits clichés : L. Chiotti
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-10.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 8 - Remontage d’une séquence de débitage de lames de petit gabarit de la série du secteur 4/5 de l’abri Blanchard.
Crédits clichés : L. Chiotti
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-11.png
Fichier image/png, 797k
Titre Tableau 4 - Décompte typologique de la série 2011-2012 du secteur 1 de l’abri Blanchard.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-12.png
Fichier image/png, 193k
Titre Figure 9 - Burins carénés de la série du secteur 1 de l’abri Blanchard.
Crédits clichés : L. Chiotti
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-13.png
Fichier image/png, 937k
Titre Figure 10 - Burin des Vachons (M14D-185) de la série du secteur 1 de l’abri Blanchard.
Crédits dessin : L. Chiotti
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/741/img-14.png
Fichier image/png, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Chiotti, Catherine Cretin et André Morala, « Les industries lithiques des abris Blanchard et Castanet (Dordogne, France) : données issues des fouilles 2005-2012 »Palethnologie [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 12 décembre 2015, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.741

Haut de page

Auteurs

Laurent Chiotti

Muséum national d’histoire naturelle
Département de Préhistoire, CNRS, UMR 7194
lchiotti[at]mnhn.fr

Catherine Cretin

Ministère de la Culture et de la Communication, Sous-direction de l’Archéologie
Centre National de Préhistoire
CNRS, UMR 5199 - PACEA, équipe PPP
catherine.cretin[at]culture.gouv.fr

André Morala

Ministère de la Culture et de la Communication
Musée national de Préhistoire
CNRS, UMR 5199 - PACEA, équipe PPP
andre.morala[at]culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search