Skip to navigation – Site map

Le site aurignacien de l’abri de la Souquette (commune de Sergeac, Dordogne) : son histoire archéologique

John F. O’Hara, Randall White, Zenobie S. Garrett, Tom Higham and Alain Roussot
Translation(s):
The Aurignacian Site of the Abri de la Souquette (commune de Sergeac, Dordogne): A History of Archeology  [en]

Abstract

De nos jours, l’abri de la Souquette est peu connu par rapport aux sites voisins de l’abri Castanet et de l’abri Blanchard. La longue histoire des recherches à l’abri de la Souquette n’a pas abouti à une compréhension approfondie de ce site ayant livré des dépôts aurignaciens considérables, mais plutôt à une sorte d’obscurité savante dans laquelle le site est considéré comme étant dépourvu de potentiel dans le domaine de la recherche. Dans cette contribution, nous tentons de dissiper cette idée en documentant l’histoire des interventions sur ce site, et en apportant de nouvelles datations radiocarbones qui viennent confirmer la contemporanéité de la Souquette avec l’abri Aurignacien de Castanet.

Top of page

Full text

La plupart des recherches présentées ici découlent de l’échange collaboratif franco-américain intitulé "Aurignacian Genius: Art, daily life and social identity of the first modern humans of Europe", UMI 3199-CNRS-NYU & UMR 5608-TRACES, financé par une subvention de trois ans du Partner University Fund et Andrew Mellon Foundation. Les fonds Claire G. Goodman et Bertram H. Salwen de New York University ont fourni un financement supplémentaire. Nous tenons à remercier Catherine Cretin, Florent Hautefeuille, Raphaëlle Bourrillon, René Castanet et Matthew Sisk pour leur aide à divers stades du projet. Malheureusement, Alain Roussot n’a pas été témoin de la publication de ce travail. Sans ses travaux à la Souquette, nous ignorerions presque tout de sa stratigraphie et de son contenu.

Introduction

1L’abri de la Souquette est un abri-sous-roche situé sur le flanc ouest du vallon de Castel-Merle, à environ 50 m de la Vézère (figure 1), dans le département de la Dordogne dans le Sud-Ouest de la France. Le vallon de Castel-Merle est l’une des nombreuses vallées karstiques sèches de la région, formée par l’effondrement d’une cavité souterraine. Il doit sa renommée aux dépôts extensifs du Paléolithique supérieur qu’il contient. Des taux d’érosion différentiels des lits de calcaire crétacé dans les falaises encadrant la vallée ont abouti à la formation de nombreux abris-sous-roche qui constituaient des sites d’habitat attrayants durant le Paléolithique supérieur. L’abri de la Souquette est exposé au sud-est, il mesure 16 m de longueur, 5 m de profondeur et offre aujourd’hui une superficie abritée d’environ 60 m².

Figure 1 - À gauche : Localisation des sites aurignaciens principaux dans le vallon de Castel-Merle ; à droite : carte de la vallée de la Vézère en 1910 avec la vallée de Castel-Merle indiquée.

Figure 1 - À gauche : Localisation des sites aurignaciens principaux dans le vallon de Castel-Merle ; à droite : carte de la vallée de la Vézère en 1910 avec la vallée de Castel-Merle indiquée.

d’après Hauser 1911

2Sur le flanc est du vallon de Castel-Merle, en face à la Souquette, se situent les gisements pionniers aurignaciens de l’abri Blanchard et l’abri Castanet, à environ 150 m de l’abri de la Souquette. Même si la Souquette est peu connu, même par les spécialistes, il est probable qu’au début du XXe siècle ce gisement ait été le plus riche de tous les gisements aurignaciens de Castel-Merle. En outre, il comprenait également une quantité considérable de matériel magdalénien. Toutefois, en raison d’une série malheureuse de fouilles au début du XXe siècle, la quasi-totalité de ce riche matériel archéologique, a été prélevée et il ne subsiste que quelques lambeaux aurignaciens en place. Ici, nous tentons de reconstruire une partie de cette richesse d’autre fois à travers un bilan de l’histoire des interventions archéologiques à la Souquette et des collections qui en ont découlé.

1 - L’histoire du site

3Dès 1938, Franck Delage décrivait déjà La Souquette comme "un exemple parfait de l’un des nombreux sites préhistoriques dévastés par des fouilles menées pour des raisons opposées à la science" (Delage 1938 : 105). La Souquette a été victime d’antiquaires et, en moins d’une quarantaine d’années, a été quasiment vidée de ses dépôts préhistoriques. À l’époque des écrits de F. Delage, pas moins de quatre phases différentes de fouilles avaient déjà eu lieu.

4Tout d’abord, les "alentours du site" ont été fouillés en 1902-1903 par l’abbé Michel Antoine Landesque (1838-1905), prêtre et géologue (Delage, 1938 : 105). M. A. Landesque était assez bien respecté à son époque, mais il est mort en 1905 sans qu’aucune publication sur La Souquette n’ait vu le jour. Nous disposons donc, aujourd’hui, de peu d’informations concernant ses fouilles. De plus, après sa mort, ses collections ont été dispersées et vendues à travers le monde, dont certaines aux États-Unis, et simplement marquées "abbé Landesque". Beaucoup de données ont alors été perdues pour la science. Si la mort de M. A. Landesque représentait un évènement malheureux pour notre compréhension du site, les fouilles suivantes l’ont été d’autant plus. En effet, entre 1903 et 1910, un horloger et collectionneur d’antiquités d’Issigeac, nommé Costes, s’est approprié le site et l’a fouillé en association avec un marchand local, nommé Letellier. Une partie considérable du site a été perturbée ; aucun registre n’a été tenu et seuls les silex taillés auraient été conservés (Delage, 1938 : 105-106). Les artefacts en silex qui ne correspondaient pas aux exigences des fouilleurs, et de toute évidence toute l’industrie en os et en ivoire, ont été rejetés (Delage, 1938 : 106).

5Puis, en 1910, La Souquette a été louée par Antoine Blanchard (le propriétaire) aux collectionneurs de silex qui, à leur tour, ont sous-loué le site à l’archéologue suisse Otto Hauser, qui aurait fouillé la plupart des dépôts restants à La Souquette. La tradition locale soutient que le but de la fouille était l’acquisition de grandes lames aurignaciennes et d’autres silex taillés qui pouvaient être vendus aux musées, et que les ouvriers de Hauser étaient réputés pour être payés par objet récupéré. Les contextes spatial et stratigraphique n’ont pas été pris en compte et manifestement, rien n’a été documenté (figure 2B). O. Hauser a vendu des quantités considérables de matériel au Museum für Völkerkunde à Berlin (actuellement l’Ethnologisches Museum). Malheureusement, une grande partie de ce matériel a été perdu lors des bombardements alliés de Berlin pendant la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, une petite partie a survécu. Les troupes soviétiques s’en sont emparé à la fin de la guerre et l’ont expédiée à Saint-Pétersbourg puis finalement rendue à Berlin dans les années 1960.

Figure 2 - L’abri de la Souquette à travers les âges.

Figure 2 - L’abri de la Souquette à travers les âges.

A : cliché de la Vézère prise vers le Nord depuis la Souquette (Hauser 1911) ; B : la Souquette pendant les fouilles de Hauser (1911) ; C : l’extrémité nord de la Souquette (MacCurdy 1921) ; D : la Souquette vu du Sud (Roussot 1980) ; E : L’abri de la Souquette en été 2011, à noter la coupe de A. Roussot à gauche

A-B : Hauser 1911 ; C : MacCurdy 1921 ; D : Roussot 1980

2 - La collection Castanet

6À son retour de la Première Guerre mondiale en 1919, Marcel Castanet (qui a donné son nom à l’abri Castanet) a acheté le site de La Souquette et a aussitôt commencé à examiner les déblais des fouilles précédentes, récupérant ainsi de vastes quantités de matériel rejeté. Les déblais étaient connus comme "les déblais de fouilles de Hauser", mais les sédiments tamisés par M. Castanet provenaient probablement de toutes les fouilles antérieures et ils étaient d’une richesse incroyable (figure 3). Ironie du sort, lorsqu’il était enfant, la première fouille de M. Castanet était sous la direction de M. A. Landesque à La Souquette. Par la suite, il a travaillé pour Louis Didon à l’abri Blanchard, et pour L. Didon et Denis Peyrony à l’abri Reverdit, ce qui lui avait prendre conscience de l’importance du tamisage à l’eau pour récupérer les objets de petite taille, notamment la parure.

Figure 3 - A : outils sur lames aurignaciennes de la Souquette retrouvés par Hauser ; B-D : éléments de parure récupérés par Marcel Castanet des déblais des fouilles précédentes ; B : facsimilé de coquillage marin en ivoire perforé ; C : pendentif perforé en stéatite avec des incisions radiales ; D : crache de cerf perforée.

Figure 3 - A : outils sur lames aurignaciennes de la Souquette retrouvés par Hauser ; B-D : éléments de parure récupérés par Marcel Castanet des déblais des fouilles précédentes ; B : facsimilé de coquillage marin en ivoire perforé ; C : pendentif perforé en stéatite avec des incisions radiales ; D : crache de cerf perforée.

clichés : A : O. Hauser ; D : R. White

7En travaillant avec Louis Pradel, un archéologue bien connu, M. Castanet a récupéré de grandes quantités d’outils en silex, de blocs gravés, de pierres anneaux, de bâtons percés, de pointes en os et en bois de cervidé, de lissoirs et près de 600 éléments de parure. Étant donné que la plupart du matériel récupéré par M. Castanet était de provenance mixte, il est difficilement classifiable, bien que certains types diagnostiques de l’Aurignacien et du Magdalénien aient été identifiés.

8Ainsi, les 483 perles en forme de panier (y compris les fragments), accompagnées de 187 ébauches de perles non finies, peuvent en toute confiance être attribuées à l’Aurignacien (figure 4). La grande majorité de ces objets sont en ivoire, avec 64 pièces en stéatite et 11 (ainsi que deux ébauches) en os. Les dents perforées de renard, loup, cerf et bovidé, ainsi que les coquillages de mollusque perforés récupérés par Castanet peuvent être attribués au Magdalénien ou à l’Aurignacien, bien que la plupart des pièces montrent des techniques de perforation habituellement aurignaciennes. Quelques pendentifs semblent également être de style "aurignacien", tels que les cinq facsimilés de coquillages marins à décoration pointilliste, une rondelle en stéatite de 3,5 cm de diamètre, un cylindre en lignite calciné mesurant 2,2 cm et des pendentifs triangulaires et ovalaires en ivoire. En outre, F. Delage a attribué à l’Aurignacien les quelques fragments de bâtons perforés et d’ossements incisés, sur la base de similitudes technologiques avec le matériel des horizons aurignaciens de Castanet et Blanchard.

Figure 4 - Perles en forme de panier en ivoire et stéatite retrouvées par Marcel Castanet dans les déblais de l’abri de la Souquette.

Figure 4 - Perles en forme de panier en ivoire et stéatite retrouvées par Marcel Castanet dans les déblais de l’abri de la Souquette.

cliché : R. White

9Le matériel lithique récupéré par M. Castanet attribuable à l’Aurignacien comprend un grand nombre de lames retouchées, ainsi que des grattoirs sur lames étranglées, des grattoirs doubles, des grattoirs à burins, des grands burins à bords retouchés et des grattoirs carénés et à museau (Delage, 1938 : 108-109). M. Castanet a également retrouvé quelques pointes de sagaie à base fendue en os et des baguettes en bois de cervidé, démontrant la fabrication in situ de pointes (Delage, 1938 : 110).

10Le matériel magdalénien comprend une collection diversifiée de grattoirs, de burins, de burins doubles, de perçoirs, de pointes, de couteaux, une gouge et un micro-burin (Delage, 1938 : 115). Une collection microlithique extensive a également été retrouvée, avec des quantités de lamelles à dos et de triangles scalènes allongés. Pour D. Peyrony, ces outils étaient caractéristiques du Magdalénien II, mais F. Delage estime que cet assemblage ressemble plutôt au Magdalénien III ou IV (Delage, 1938 : 117). Plus tard, Claude Barrière (1952) a identifié un micro-burin de type Tardenoisien parmi le matériel du Magdalénien IV, qui était pour lui significatif de l’origine de cette industrie.

11En plus du matériel aurignacien et magdalénien, F. Delage dit avoir identifié un racloir moustérien, ainsi que quelques outils sur éclats moustériens (Delage, 1938 : 108), mais ces pièces ne sont pas inconnues dans un contexte aurignacien et il n’existe pas de preuves convaincantes d’une occupation pré-aurignacienne à la Souquette. Un seul fragment de feuille de laurier a été retrouvé, apparemment dans des dépôts in situ devant l’abri et une pointe foliacée de 3 cm de long extraite des déblais de fouille a été considérée comme étant éventuellement solutréenne par F. Delage. Cependant, il n’existe pas d’autres indices d’occupation solutréenne.

12Toutefois, selon F. Delage (1938 : 108), M. Castanet a découvert et fouillé un bloc de sédiments aurignaciens in situ de 80×30×30 cm, comportant des outils lithiques et quelques pointes en os ou en bois de cervidé. Quelques dépôts magdaléniens intacts semblent avoir été retrouvés à l’extrémité sud du site, tandis qu’une tranchée à 8-10 m devant l’abri a livré le supposé fragment de pointe de feuille de laurier, en dessous d’une couche remaniée comprenant des fragments de céramique historique. Il est possible que F. Delage lui-même ait engagé des fouilles à petite échelle à La Souquette, car une collection portant son nom est conservée à l’Institut de Paléontologie humaine à Paris (Roussot, 1982a : 2).

13M. Castanet a conservé la plupart de ce matériel au musée familial de Sergeac, en Dordogne, et il y est encore, en grande partie, aujourd’hui. Néanmoins, une partie considérable du matériel a été vendue au Field Museum of Natural History à Chicago, aux États-Unis, où l’un des auteurs (RW) a pu identifier 307 objets individuels de l’abri de la Souquette. La majorité des pièces sont composées de matériel lithique divers – essentiellement des outils en silex, mais également quelques blocs gravés en calcaire ou en grès. 62 pièces en os ou en bois de cervidé, 13 dents, 3 fragments d’ivoire, 2 coquillages, 1 échinoderme fossile, 2 fragments de dioxyde de manganèse et 1 morceau d’ocre rouge ont également été identifiés. Bien évidemment, tout comme le matériel resté en France, cet échantillon n’est pas représentatif de l’assemblage originel de La Souquette, car les archéologues et les musées à cette époque étaient préoccupés par l’acquisition d’objets considérés comme "beaux" ou "typiques" d’une certaine région ou période. M. Castanet a également appliqué ces mêmes normes, en rejetant par exemple quasiment tout le débitage, les nucléus et les galets de rivière, ainsi que la plupart des restes fauniques.

3 - Les fouilles A. Roussot

14Au milieu du XXe siècle, l’on considérait que l’abri de la Souquette était cause perdue (Sonneville-Bordes, 1960 : 105-106). Une poignée de spécialistes étaient conscients du fait que le site avait jadis renfermé des dépôts aurignaciens et magdaléniens considérables et les collections de M. Castanet ont retenu l’attention de F. Delage et de D. Peyrony, entre autres. Pourtant, l’on considérait que le site lui-même était essentiellement dépourvu de valeur scientifique supplémentaire. Néanmoins, en 1980, René Castanet, fils de Marcel et propriétaire du site, a déposé une demande d’investigation des dépôts restants à La Souquette afin de montrer une coupe stratigraphique aux touristes lors des visites guidées du site (Roussot, 1982a : 5). Des sondages ont alors été menés en 1980 par l’un de nous (AR), alors conservateur de préhistoire au Musée d’Aquitaine à Bordeaux, bien que l’on croyait qu’il ne subsistait plus de restes archéologiques significatifs. Les fouilles se sont focalisées sur une petite zone à l’extrémité sud de l’abri, vraisemblablement la zone la moins perturbée par les fouilles précédentes (figure 5). À la surprise générale, cette zone comportait d’importants dépôts en place et les fouilles ont été poursuivies pendant deux années supplémentaires, sur une superficie d’approximativement 10 m².

Figure 5 - Fouilles à l’abri de la Souquette 1980-1982.

Figure 5 - Fouilles à l’abri de la Souquette 1980-1982.

A : le site avant les fouilles, photo prise du Sud-Ouest, vers les dépôts intacts ; B : tranchée du sondage à l’extrémité sud-ouest de l’abri ; C : coupe nettoyée indiquant la couche 11.

clichés : A. Roussot

15Onze horizons distincts ont été identifiés, dont un (couche 11) comprenait du matériel aurignacien reposant directement sur le substratum rocheux. Ces horizons aurignaciens vraisemblablement in situ étaient recouverts de matériel médiéval et un silo de la même époque tronquait également les couches aurignaciennes et entaillait le substratum vers l’arrière de l’abri. Aucune trace de dépôts magdaléniens n’a été identifiée, bien que le site ait jadis comporté des dépôts magdaléniens significatifs. Il est possible que ces dépôts ne s’étendaient pas jusqu’à ce secteur de l’abri. Mais, notons, qu’une quantité considérable de matériel lithique remanié a été retrouvée dans les couches historiques sus-jacentes, ce qui peut signifier que les dépôts magdaléniens aient pu être remaniés lors de l’occupation historique (voir ci-dessous). Ces fouilles nous fournissent l’unique coupe stratigraphique de la Souquette et il est regrettable qu’aucun dépôt magdalénien n’y soit inclus (figure 6).

Figure 6 - Coupe orientée sud-ouest des dépôts fouillés à l’abri de la Souquette en 1982. La zone indiquée est en médaillon montrant la couche 11 et les couches intactes sus-jacentes 8, 9 et 10. Carroyage = 1 m.

Figure 6 - Coupe orientée sud-ouest des dépôts fouillés à l’abri de la Souquette en 1982. La zone indiquée est en médaillon montrant la couche 11 et les couches intactes sus-jacentes 8, 9 et 10. Carroyage = 1 m.

16La fouille a été menée suivant un quadrillage en mètres carrés et les artefacts in situ ont été coordonnés tandis que les sédiments ont été tamisés à sec avec une maille de 2 mm. Ainsi, la provenance de plus de 850 artefacts de la couche 11 a été enregistrée, ce qui a permis la numérisation des archives de fouille et la visualisation des objets récupérés (figure 7). Malheureusement la fenêtre de fouille à La Souquette est relativement petite et il est donc difficile d’extrapoler sur les activités du site en général pour cette zone. Ces données laissent malgré tout entrevoir le potentiel de la numérisation des archives anciennes.

Figure 7 - En haut : carroyage de l’abri de la Souquette, zone de fouille indiquée en rouge ; en bas : répartition du matériel archéologique de l’abri de la Souquette. Intégration du matériel archéologique de la Souquette dans le carroyage du vallon établi lors des fouilles à l’abri Castanet/abri Blanchard. Quadrillage = 1 m.

Figure 7 - En haut : carroyage de l’abri de la Souquette, zone de fouille indiquée en rouge ; en bas : répartition du matériel archéologique de l’abri de la Souquette. Intégration du matériel archéologique de la Souquette dans le carroyage du vallon établi lors des fouilles à l’abri Castanet/abri Blanchard. Quadrillage = 1 m.

17Une grande quantité de matériel lithique aurignacien a été retrouvé, avec 921 artefacts en silex et six pièces en quartz, dont la provenance exacte est connue pour 400 pièces. Les classifications typologiques des outils lithiques sont détaillées dans le tableau 1, et sont dominées par des lames retouchées et un nombre significatif de grattoirs de types divers (figure 8). En outre, nous avons identifié trois grattoirs carénés et une ébauche, souvent interprétés actuellement comme des nucléus à lamelles, et non comme des outils au sens strict. Deux nucléus à lamelles conventionnels ont également été retrouvés, mais nous n’avons pas répertorié de nucléus à lames.

Tableau 1 - Classifications typologiques selon Sonneville-Bordes (1960) des outils retrouvés dans la couche 11.

Tableau 1 - Classifications typologiques selon Sonneville-Bordes (1960) des outils retrouvés dans la couche 11.

Figure 8 - Sélection des outils lithiques retrouvés dans les dépôts aurignaciens de l’Abri de la Souquette.

Figure 8 - Sélection des outils lithiques retrouvés dans les dépôts aurignaciens de l’Abri de la Souquette.

A : burin double ; B : racloir ; C : grattoir sur lame retouchée ; D : grattoir sur lame aurignacienne ; E-G : grattoirs carénés ; H : grattoir double sur lame aurignacienne.

18Si les lames aurignaciennes et les lames retouchées sont présentes tout au long de l’Aurignacien, elles sont plus couramment associées à l’Aurignacien I, généralement connu aujourd’hui comme l’Aurignacien ancien (Bon, 2002). Il en est de même pour l’utilisation exclusive de grattoirs carénés pour la production de lamelles, plutôt que les burins carénés ou burins busqués. Étant donnée la présence supplémentaire – quoique hors contexte stratigraphique – d’un fragment de pointe en os à base fendue, et de la quantité importante de matériel similaire dans les collections M. Castanet, il paraît certain que l’Aurignacien de la Souquette appartient à ce faciès. Il est intéressant de noter que les fréquences relatives d’outils lithiques à la Souquette sont très proches de celles des autres sites aurignaciens de Castel-Merle, avec des nombres significatifs de lames retouchées, une quantité modérée de grattoirs et la rareté de burins (figure 9). Cela semble impliquer que la gamme d’activités était similaire à travers la vallée, ou indique peut-être une variante locale du complexe aurignacien.

19La détermination des espèces fauniques est détaillée dans le tableau 2 et montre que la faune est dominée par le renne. En plus des espèces figurant ci-dessus, 641 fragments osseux non identifiables, et 455 fragments brûlés supplémentaires mesurant 1 cm de long ou moins, ont également été retrouvés dans la couche 11. L’industrie osseuse cette couche comprenait un fragment brûlé d’une pointe en os ou en bois de cervidé, un fragment de bâton et quelques objets osseux esquillés portant des marques de percussion.

Figure 9 - Fréquences relatives des groupes d’outils dans les ensembles aurignaciens de Castel-Merle.

Figure 9 - Fréquences relatives des groupes d’outils dans les ensembles aurignaciens de Castel-Merle.

Tableau 2 - Déterminations fauniques de F. Delpech dans les années 1980.

Tableau 2 - Déterminations fauniques de F. Delpech dans les années 1980.

Roussot, 1982a

20Aucun élément de parure n’a été retrouvé dans la couche 11, bien que les fouilles antérieures des déblais aient livré une crache de cerf perforée et un morceau d’ivoire avec des incisions (Roussot, 1982a : 14). 142 petits fragments d’ocre rouge, pesant 314 g, ont été récupérés, ainsi que deux blocs de dioxyde de manganèse et un morceau d’ocre jaune. Un bloc de calcaire de 30 cm de long portant de multiples traits gravés non-figuratifs a également été retrouvé dans la couche 11. Il est possible que cet objet se soit détaché de la voûte. Il s'ajoute à un bloc figuratif retrouvé par M. Castanet (figure 10), même si ce dernier, provenant des déblais, pourrait aussi bien être Magdalenien.

Figure 10 - En haut : bloc à gravures figuratives retrouvé par Marcel Castanet dans les déblais de l’abri de la Souquette  ; en bas : bloc gravé retrouvé dans la couche 11 aurignaciennne en 1981

Figure 10 - En haut : bloc à gravures figuratives retrouvé par Marcel Castanet dans les déblais de l’abri de la Souquette  ; en bas : bloc gravé retrouvé dans la couche 11 aurignaciennne en 1981

clichés : R. White, R. Bourrillon

4 - L’occupation historique de l’abri de la Souquette

21À l’époque historique le gisement a été occupé de façon importante, comme mentionné ci-dessus. L’absence de dépôts de la fin du Paléolithique supérieur à l’extrême sud-ouest de la Souquette découle du remaniement historique des sédiments de l’abri. Toutefois, si les artefacts préhistoriques de La Souquette et d’autres sites ont été conservés, les couches historiques sus-jacentes ont été enlevées et bien souvent ignorées. Heureusement, les fouilles de 1980-1982 nous permettent de comprendre un peu mieux ces occupations historiques, et de quelle manière elles ont affecté les dépôts paléolithiques.

22Plusieurs éléments structurels, comprenant des "banquettes", des trous de poteau et des larmiers, ont été aménagés dans l’abri à l’époque historique et un silo a été creusé dans le substratum vers l’extrémité sud du site. En outre, une large portion de la falaise au-dessus de l’abri a été enlevée par des activités de carrière, ôtant ainsi une tranche de calcaire de 5,5 m de large, 5 m de haut et 1 m de profondeur (figure 2D, E). Cela a affaibli la voûte de l’abri, et a provoqué ainsi l’effondrement d’une partie de cette dernière.

23Parmi les objets récents des fouilles A. Roussot, nous décomptons 29 fragments osseux de faune moderne, 17 morceaux de métal, 123 fragments de céramique, un fuseau et un morceau de meule. Ces objets étaient disséminés sur la surface de l’abri ainsi que dans les couches strati-graphiques 1 à 9/11. La plupart des objets métalliques étaient des morceaux de fer fortement corrodés, mais comprenaient également un morceau de bronze. Étant donnée cette corrosion, il était difficile de déterminer les fonctions originelles. Toutefois, quelques clous ont été identifiés ainsi que des traces techniques de certains objets.

24Les restes de céramique permettent d’établir la chronologie de la présence historique à La Souquette. Ces fragments comprennent un mélange homogène de faïences de couleur grise, blanche et rouge, ainsi que quelques grands fragments de fabrique orangée, qui ont fait l’objet d’un remontage et qui datent de l’époque carolingienne. En contraste, deux fragments vernis ont été attribués au milieu et à la fin du XIVe siècle respectivement (F. Hautefeuille, comm. pers.). Ces deux fragments proviennent des dépôts tout en haut de la séquence, et fournissent un terminus ante quem pour l’occupation du site.

25En plus des artefacts historiques, les fouilles des années 1980 ont également mis au jour un silo, comme mentionné ci-dessus ; une structure inconnue jusqu’alors, insérée dans le sol de l’angle sud-ouest de l’abri (figure 11). Cette structure tronquait les couches 10-11, et creusait le substratum sur une profondeur de 20 cm. Ce silo avait un diamètre de 1,4 m et une contenance totale d’environ 1,54 m3. Les restes historiques se trouvaient dans la couche 10, ce qui correspondait au remplissage du silo.

Figure 11 - Fouille du silo en 1980-1982, montrant la troncature des couches paléolithiques et du substratum.

Figure 11 - Fouille du silo en 1980-1982, montrant la troncature des couches paléolithiques et du substratum.

26Les silos constituent des structures ubiquistes dans l’occident médiéval, notamment parmi les populations rurales, et peuvent être définis comme des fosses creusées dans la terre pour le stockage des céréales (Conte, 1995 : 190). À cet égard, ils ne servaient pas uniquement lors de l’époque médiévale, mais également pendant la période néolithique (Sigaut, 1979). Les artefacts et la stratigraphie de La Souquette suggèrent que le silo date du début de la période médiévale et qu’il n’était plus utilisé à partir du XIVe siècle. Le fait que le silo soit unique, ainsi que le caractère collectif des céramiques et des autres artefacts retrouvés, impliquent que La Souquette abritait vraisemblablement une petite occupation, ou alors une occupation à temps partiel, soit en tant qu’habitat pour une famille, soit dans le cadre d’un complexe plus étendu comprenant d’autres sites dans les environs immédiats. Quelle que soit la fonction du site, il est important de noter que ce silo unique ne représente pas une trouvaille isolée ; il représente plutôt une étape dans un processus de production alimentaire et agricole à grande échelle et reflète ainsi une organisation sociale dynamique qui demeure mal connue.

27Les occupations historiques en général ont sans doute eu un impact majeur sur les sites paléolithiques, et la compréhension de l’activité culturelle et le contexte de tout site préhistorique doit impérativement prendre en compte toutes les répercussions des populations ultérieures sur ces assemblages. La longue histoire de l’occupation de l’abri de la Souquette pourrait fournir de nouveaux éclairages pour les assemblages des sites préhistoriques environnants, et nous indique que certains processus de perturbation étaient jusqu’alors sous-estimés. Si la préoccupation principale de cette contribution concerne le matériel préhistorique, il est également important de reconnaître qu’il relève de notre responsabilité d’aborder, d’étudier et de conserver tout matériel archéologique récent découvert lors de nos recherches.

5 - Datations radiocarbones : le contexte chronologique de l’abri de la Souquette

28Compte tenu de son état actuel, il est difficile de voir ce que l’abri de la Souquette peut encore révéler. Reprendre son contexte et en tirer des conclusions à l’appui des connaissances amassées ces dernières années est une première solution. Les relations potentielles entre la Souquette et les abris Blanchard et Castanet, par exemple, pourraient nous en dire plus sur l’Aurignacien qu’aucun autre site pris isolément. Cependant, la première étape dans la mise en exergue de potentielles relations entre ces sites est de démontrer leur correspondance chronologique.

29En 2000, huit pièces issues de la collection "Roussot" et "Castanet" (sélectionnées par R. White) ont été envoyées au Laboratoire CNRS de Gif-sur-Yvette pour datations par AMS (deux d’entre elles ont pu être datées ; tableau 3). En 2015, d’autres datations par ultrafiltration ont été réalisées par le laboratoire d’Oxford Accelerator Unit et sont présentées dans le tableau 3.

Tableau 3 - Estimations d’âge radiocarbone de la couche 11 de l’abri de la Souquette.

Tableau 3 - Estimations d’âge radiocarbone de la couche 11 de l’abri de la Souquette.

30La date de 18790±140 BP (GifA 10054) est clairement incompatible avec la provenance stratigraphique de la pièce. Il est plus que probable que cette datation soit le résultat d’une contamination par un consolidant appliqué sur le site et non de mélanges entre les couches archéologiques (H. Valladas comm. pers.). Néanmoins, les autres datations par ultrafiltration de l’abri de la Souquette sont parfaitement cohérentes et contemporaines avec celles de l’abri Castanet situées entre 33650±650 BP et 32 310±190 BP pour le secteur Sud et entre 32900±230 BP et 31960±230 BP pour le secteur Nord. Elles doivent, alors, être analysées en tant que telle.

31Au-delà du fait que ces datations permettent d’affiner la chronologie de l’Aurignacien du vallon de Castel-Merle, elles ont des répercussions importantes dans la compréhension des relations inter-sites que les travaux en cours tenteront d’élucider. Les futures fouilles des dépôts encore en place, bien que maigres, pourront préciser encore les données relevant de ce site. En revanche, en raison de la perte de nombreux sites archéologiques dans ce vallon, les comparaisons envisageables de modèles de fonctionnement ou encore de la répartition spatiale des activités sont peu susceptibles d’être menées à bien. Seules l’origine des matériaux collectés et les données issues des analyses technologiques pourront être comparées à celles des abris Blanchard et Castanet et permettront de mieux situer le contexte culturel et chronologique de l’abri de la Souquette.

Conclusions

32En tant qu’archéologues, que devrions-nous faire face à un confusion telle que celle laissée à l’abri de la Souquette ? Devrions-nous exclure de tels sites anciens et les considérer comme étant quasiment dépourvus ou fortement dénués de valeur scientifique ? Les avancées technologiques, ainsi que de nouveaux paradigmes théoriques, peuvent-ils apporter de nouvelles interprétations à partir de données anciennes ? Il est vrai qu’il serait préférable de consacrer les études scientifiques à des sites plus intacts, particulièrement pendant cette période de conjoncture économique défavorable. Cependant, c’est parfois ces sites que nous considérons comme "vierges" qui profitent le plus des données importantes sur la contextualisation. Nous ne saurons peut-être jamais quelles activités ont été menées à la Souquette, par exemple, mais d’autres données fondamentales comme la relation culturelle entre les groupes de ce site et ceux de Castanet peuvent être obtenues. Les données relatives au gisement de la Souquette, certainement un "super-site" avant sa destruction, seront en effet limitées à la compréhension de sa situation topographique au sein du paysage aurignacien de la vallée de la Vézère et du Nord de l’Aquitaine plus généralement. Nous espérons que le bilan présenté ici permettra de prendre conscience à quel point le site de la Souquette peut encore fournir des informations, et ce malgré son histoire tourmentée.

Top of page

Bibliography

Barrière C., 1952 - Un microburin tardenoisien dans le magdalénien du Périgord, Bulletin de la Société préhistorique française, 11, 573-574.

Blades B., 1999 - Aurignacian lithic economy and early modern human mobility: new perspectives from classic sites in the Vézère valley of France, Journal of Human Evolution, 37, 91-120.

Blades B., 2001 - Aurignacian Lithic Economy: Ecological Perspectives from Southwestern France, New York, Plenum Press.

Bon F., 2002 - L’Aurignacien entre Mer et Océan. Réflexion sur l’unité des phases anciennes de l’Aurignacien dans le sud de la France, Paris, Mémoire de la Société préhistorique française, XXIX.

Bronk Ramsey C., 2009 - Bayesian analysis of radiocarbon dates, Radiocarbon, 51 (1), 337-360.

Chiotti L., Cretin C., 2011 - Les mises en forme de grattoirs carénés/nucléus de l’Aurignaican ancien de l’abri Castanet Sergeac, Dordogne, Paleo, 22, 69-84.

Conte P., 1995 - L’archéologie des silos médiévaux. Apports, limites et perspectives, L’histoire rurale en France, 3 (1), 190-197.

Cretin C., Chiotti L., 2010 - Le matériel lithique du secteur sud de l’abri Castanet. Bilan des campagnes 2005-2010, in White R., Mensan R. (dir.), Abri Castanet, Secteur Sud, et autres interventions dans le vallon de Castel-Merle Commune de Sergeac, Dordogne. Rapport de fouille programmée et demande de renouvellement pour 2011, 59-91.

Sonneville-Bordes (de) D., 1960 - Le Paléolithique supérieur en Périgord, Bordeaux, Delmas.

Delage F., 1938 - L’abri de la Souquette à Sergeac Dordogne, Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1938, 65, 104-126.

Demars P.-Y., 1982 - L’utilisation du silex au Paléolithique supérieur. Choix, approvisionnement, circulation, l’exemple du Bassin de Brive, Paris, CNRS.

Demars P.-Y., Laurent P., 1989 - Types d’outils lithiques au Paléolithique supérieur en Europe, Paris, CNRS.

Féblot-Augustins J., 2009 - Revisiting European Upper Palaeolithic raw material transfers: the demise of the cultural ecological paradigm?, in Adams B., Blades B. (eds.), Lithic Materials and Paleolithic Societies, Oxford, Blackwell, 25-46.

Geneste J.-M., 1985 - Analyse lithique d’industries moustériennes du Périgord, une approche technologique du comportement des groupes humains au Paléolithique moyen, Unpublished PhD thesis, Université Bordeaux 1.

Hays M.A., Lucas G., 2000 - A technological and functional analysis of carinates from Le Flageolet I, Dordogne, France, Journal of Field Archaeology, 27, 1-11

Hauser O., 1911 - Le Périgord préhistorique, Le Bugue, Imprimerie Réjou, 23 p.

Le Brun-Ricalens F. (dir.), 2005 - Productions lamellaires attribuées à l’Aurignacien, chaînes opératoires et perspectives technoculturelles, Actes du XIVe congrès de l’UISPP, Université de Liège, 2-8 septembre 2001, Luxembourg, ArchéoLogiques.

Morala A., 2008 - Les matières premières lithiques du niveau aurignacien de l’Abri Castanet Sergeac, Dordogne, synthèse des travaux 2005-2008, in White R., Mensan R. (dir.), Abri Castanet, Secteurs Sud et Nord Commune de Sergeac, Dordogne, Rapport de fouille programmée, années 2006 à 2008, 196-202.

Roussot A., 1982a - Abri de la Souquette, commune de Sergeac Dordogne. Rapport de fouilles. Récapitulatif, 1980-1982, Unpublished administrative report submitted to the Direction des Antiquités préhistoriques d’Aquitaine.

Roussot A., 1982b - Abri de la Souquette. Gallia Préhistoire, fouilles et monuments archéologiques en France métropolitaine, 25, 112-114.

Sigaut F., 1979 - La redécouverte des silos à grains en Europe occidentale, 1708-1880, in Gast M., Sigaut F. (dir.), Les techniques de conservation des grains à long term 1, University of Michigan, CNRS, 15-40.

Van Andel T., 1958 - A defense of the term laterite, Journal of Sedimentary Research, 28, 234-235.

White R., Higham T., 2008 - Bilan des datations C14 pour le Secteur sud et nord, in White R., Mensan R. (dir.), Abri Castanet, Secteurs Sud et Nord Commune de Sergeac, Dordogne, Rapport de fouille programmée, années 2006 à 2008, 78-80.

White R., 2006 - L’affaire de l’abri du Poisson, Patrie et préhistoire, Périgueux, Fanlac.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - À gauche : Localisation des sites aurignaciens principaux dans le vallon de Castel-Merle ; à droite : carte de la vallée de la Vézère en 1910 avec la vallée de Castel-Merle indiquée.
Credits d’après Hauser 1911
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-1.png
File image/png, 425k
Title Figure 2 - L’abri de la Souquette à travers les âges.
Caption A : cliché de la Vézère prise vers le Nord depuis la Souquette (Hauser 1911) ; B : la Souquette pendant les fouilles de Hauser (1911) ; C : l’extrémité nord de la Souquette (MacCurdy 1921) ; D : la Souquette vu du Sud (Roussot 1980) ; E : L’abri de la Souquette en été 2011, à noter la coupe de A. Roussot à gauche
Credits A-B : Hauser 1911 ; C : MacCurdy 1921 ; D : Roussot 1980
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-2.png
File image/png, 1.9M
Title Figure 3 - A : outils sur lames aurignaciennes de la Souquette retrouvés par Hauser ; B-D : éléments de parure récupérés par Marcel Castanet des déblais des fouilles précédentes ; B : facsimilé de coquillage marin en ivoire perforé ; C : pendentif perforé en stéatite avec des incisions radiales ; D : crache de cerf perforée.
Credits clichés : A : O. Hauser ; D : R. White
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-3.png
File image/png, 876k
Title Figure 4 - Perles en forme de panier en ivoire et stéatite retrouvées par Marcel Castanet dans les déblais de l’abri de la Souquette.
Credits cliché : R. White
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-4.png
File image/png, 601k
Title Figure 5 - Fouilles à l’abri de la Souquette 1980-1982.
Caption A : le site avant les fouilles, photo prise du Sud-Ouest, vers les dépôts intacts ; B : tranchée du sondage à l’extrémité sud-ouest de l’abri ; C : coupe nettoyée indiquant la couche 11.
Credits clichés : A. Roussot
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-5.png
File image/png, 2.4M
Title Figure 6 - Coupe orientée sud-ouest des dépôts fouillés à l’abri de la Souquette en 1982. La zone indiquée est en médaillon montrant la couche 11 et les couches intactes sus-jacentes 8, 9 et 10. Carroyage = 1 m.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-6.png
File image/png, 1.6M
Title Figure 7 - En haut : carroyage de l’abri de la Souquette, zone de fouille indiquée en rouge ; en bas : répartition du matériel archéologique de l’abri de la Souquette. Intégration du matériel archéologique de la Souquette dans le carroyage du vallon établi lors des fouilles à l’abri Castanet/abri Blanchard. Quadrillage = 1 m.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-7.png
File image/png, 292k
Title Tableau 1 - Classifications typologiques selon Sonneville-Bordes (1960) des outils retrouvés dans la couche 11.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-8.png
File image/png, 53k
Title Figure 8 - Sélection des outils lithiques retrouvés dans les dépôts aurignaciens de l’Abri de la Souquette.
Caption A : burin double ; B : racloir ; C : grattoir sur lame retouchée ; D : grattoir sur lame aurignacienne ; E-G : grattoirs carénés ; H : grattoir double sur lame aurignacienne.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-9.png
File image/png, 1.4M
Title Figure 9 - Fréquences relatives des groupes d’outils dans les ensembles aurignaciens de Castel-Merle.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-10.png
File image/png, 128k
Title Tableau 2 - Déterminations fauniques de F. Delpech dans les années 1980.
Credits Roussot, 1982a
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-11.png
File image/png, 58k
Title Figure 10 - En haut : bloc à gravures figuratives retrouvé par Marcel Castanet dans les déblais de l’abri de la Souquette  ; en bas : bloc gravé retrouvé dans la couche 11 aurignaciennne en 1981
Credits clichés : R. White, R. Bourrillon
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-12.png
File image/png, 1.5M
Title Figure 11 - Fouille du silo en 1980-1982, montrant la troncature des couches paléolithiques et du substratum.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-13.png
File image/png, 1.0M
Title Tableau 3 - Estimations d’âge radiocarbone de la couche 11 de l’abri de la Souquette.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/758/img-14.png
File image/png, 69k
Top of page

References

Electronic reference

John F. O’Hara, Randall White, Zenobie S. Garrett, Tom Higham and Alain Roussot, « Le site aurignacien de l’abri de la Souquette (commune de Sergeac, Dordogne) : son histoire archéologique »Palethnologie [Online], 7 | 2015, Online since 12 December 2015, connection on 14 July 2020. URL: http://journals.openedition.org/palethnologie/758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.758

Top of page

About the authors

John F. O’Hara

Center for the Study of Human Origins
New York University
john.ohara[at]nyu.edu

Randall White

Professeur, Center for the Study of Human Origins
Directeur, UMI 3199 CNRS-NYU, New York University
randall.white[at]nyu.edu

By this author

Zenobie S. Garrett

Département d’Anthropologie
New York University
zsg202[at]nyu.edu

Tom Higham

Directeur adjoint
Radiocarbon Accelerator Unit, University of Oxford
thomas.higham[at]rlaha.ox.ac.uk

Alain Roussot

Ancien conservateur de prehistoire
Musée d’Aquitaine

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals