Navigation – Plan du site

Pratiques symboliques aurignaciennes en abri-sous-roche dans la vallée de la Vézère : à la recherche d’une identité ?

Raphaëlle Bourrillon et Randall White
Traduction(s) :
Early Aurignacian Graphic Arts in the Vézère Valley: In Search of an Identity? [en]

Résumé

Depuis 2007, la reprise de l’étude des surfaces ornées des sites aurignaciens de Blanchard et de Castanet, dans le cadre de fouilles programmées dirigées par R. White permet aujourd’hui, d’aborder l’un des témoignages les plus anciens d’art rupestre dans son contexte culturel, chronologique et environnemental. L’analyse de ses caractéristiques artistiques, tant formelles que techniques, au sein de ses propres contextes archéologiques, mise en perspective avec l’ensemble des supports calcaires ornés retrouvés sur des sites d’habitats en abri-sous-roche de la partie nord de la région d’Aquitaine, dessine alors les contours d’un territoire culturel. Bien que certains des choix graphiques, mais aussi socio-économiques, semblent fonctionner pour partie à l’Aurignacien comme des marqueurs identitaires, certaines convergences avec d’autres régions européennes peuvent être notées. Les représentations graphiques semblent alors partagées entre la nécessité de marquer son territoire et, tout à la fois, son appartenance à une entité culturelle plus large. Cette dichotomie contribue très certainement à la grande diversité stylistique rencontrée aux débuts du Paléolithique supérieur. En somme, nous nous demanderons quelles peuvent être les raisons à l’origine d’une telle diversité de comportements et de types de figuration au sein de la culture aurignacienne.

Haut de page

Texte intégral

Ces recherches ont pu être menées depuis 1994 grâce aux soutiens de la United States National Science Foundation, la Direction régional des affaires culturelles d’Aquitaine (DRAC-Aquitaine), la L. S. B. Leakey Foundation, la Reed Foundation, la Rock Foundation, la Fine Foundation, l’UMI 3199-CNRS-NYU (Center for International Research in the Humanities and Social Sciences), l’Institute for Ice Age Studies, la Theodore Dubin Foundation, le Service archéologique départemental (SAD) de la Dordogne, la New York University, la Fondation Fyssen et la Fulbright Foundation. Enfin, une grande partie des travaux présentés ici sont le résultat d’une fructueuse collaboration franco-américaine menée dans le cadre du projet "Aurignacian Genius: Art, daily life and social identity of the first modern humans of Europe" (UMI 3199-CNRS-NYU et UMR 5608-TRACES), lui-même financé pendant trois ans par la Partner University Fund et la Andrew Mellon Foundation.

Les auteurs remercient également à titre personnel l’ensemble des personnes qui ont contribué de près ou de loin à la bonne avancée de ces travaux.

Introduction

1Depuis les années 1990, des découvertes majeures attribuées aux premières expressions graphiques aurignaciennes se sont succédées en France (Chauvet, l’Aldène, l’Abri Castanet, Baume-Latrone ; Ambert et al., 2005 ; Azéma et al., 2012 ; Clottes et al., 2001 ; White et al., 2012), en Allemagne (Hohle-Fels ; Conard, 2009), en Italie (Fumane ; Broglio, Gurioli, 2004), en Europe Centrale (Coliboaia ; Clottes et al., 2011) ou encore dans le nord-est de la Péninsule Ibérique (Altxerri B ; González-Sainz et al., 2013 ; figure 1). Elles sont venues renouveler le corpus réduit et, par là même, le regard porté sur les expressions symboliques du début du Paléolithique supérieur (Leroi-Gourhan, 1965) et, donc, également relancer le débat sur leur émergence.

Figure 1 - Inventaire des sites aurignaciens en Europe et exemples de représentations graphiques attribuées à cette période.

Figure 1 - Inventaire des sites aurignaciens en Europe et exemples de représentations graphiques attribuées à cette période.

Carte : F. Tessier, modifiée et adaptée par R. Bourrillon ; clichés et relevé : Castanet et Blanchard (inédit), R. Bourrillon ; Chauvet, C. Fritz ; Fumane, R. Broglio ; Hohle-Fels, H. Jensen ; Coliboaia, A. Posmosanu

  • 1 D’autres productions de parures et d’incisions géométriques sont attestées en Afrique du Sud entre (...)

2Ces dernières années, en effet, les débats relatifs au concept de "modernité" font la part belle à la question des productions symboliques (Bar Yosef, 2006 ; Bon, 2010 ; Conard, Bolus, 2008 ; D’Errico et al., 2003 ; Henshilwood et al., 2002 ; Higham et al., 2012 ; Mellars, 2004 ; Soressi et al., 2007 ; Szmidt et al., 2010 ; Teyssandier et al., 2010 ; White, 2007 ; Zilhão, 2007). Si certains chercheurs considèrent que l’apparition des traits caractérisant cette modernité (ex. gestion réfléchie des ressources ou encore production de parures et de motifs figuratifs) est à rattacher à Homo sapiens, d’autres proposent qu’une partie d’entre eux (la parure, notamment) soit également rattachée aux Néanderthaliens et affirment que ces derniers n’ont pas subi d’influences de la part des Homo sapiens (D’Errico, 2010 ; Soressi et al., 2007). L’émergence de la production de parures et des motifs géométriques référencés avant le Paléolithique supérieur se produit à partir de ca. 60000 BP en différents endroits : au Proche-Orient (Qafzeh ; Shea, 2001) comme en Europe (Bacho Kiro, Ferrassie, Quina, etc. ; D’Errico et al., 2003 ; Verna et al., 2012 ; Zilhão et al., 20001). Ces manifestations sont, pour une infime partie d’entre elles, attribuées à Néanderthal ; dans leur grande majorité, elles le sont à Homo sapiens. L’origine des premières productions symboliques pourrait donc être "plurielle", tant d’un point de vue biologique que géographique ou culturel, ce qui vient en écho à l’hypothèse proposée d’une apparition graduelle sur le territoire européen des traits caractérisant le Paléo-lithique supérieur et sans ruptures majeures avec ceux du Paléolithique moyen (Bon, 2010).

  • 2 Une pendeloque anthropomorphe a été découverte sur le site d’Isturitz (Pyrénées Atlantiques) dans u (...)
  • 3 Intrusive, gradualiste, diffusionniste, innovations multi-focales (Brun-Ricalens et al., 2007 ; Koz (...)

3En revanche, l’apparition d’un art figuratif, en Europe, est à l’heure actuelle des découvertes, une caractéristique exclusive à l’Homo sapiens et est attribuée à l’Aurignacien2. Cette apparition se produit "relativement" tard (ca. 35000 BP) au regard de l’expansion territoriale d’Homo sapiens. Elle est marquée à la fois par une certaine unité dans le type de figures représentées et par une forte diversité stylistique et technique (Broglio et al., 2009 ; Conard, 2009 ; Petrognani, 2013 ; Sauvet et al., 2007 ; Tosello, Fritz, 2005 ; White et al., 2012). Diverses théories relatives à l’origine et à l’expansion3 de l’Aurignacien sont aujourd’hui formulées. Les débats sont vifs et les données encore trop lacunaires pour appréhender pleinement les contours de cette culture (Baffier, 2010 ; Conard et al., 2008 ; Rigaud, 2001 ; Slimak et al., 2006 ; Teyssandier et al., 2010).

4Avant de déterminer ou d’identifier le point d’émergence de ces productions figuratives, et leur(s) origine(s) culturelle(s), il nous faut travailler sur la définition même de la culture aurignacienne et de ses traditions. Ainsi, au-delà d’une révision analytique et avancée des caractéristiques stylistiques et technologiques de cet art aurignacien, le défi est aujourd’hui de saisir ces manifestations porteuses de sens et de traditions dans leur(s) contexte(s) ; de déterminer quelle place elles tiennent dans l’organisation même des sociétés que ce soit en termes d’économie, de rapports sociaux ou de croyances. En effet, de nombreux travaux ethnologiques et anthropologiques n’ont de cesse de noter et relever qu’au-delà d’une "simple" représentation graphique, le symbolique joue un rôle fondamental dans l’organisation des sociétés (Carpenter, 1973 ; Godelier, 2007 ; Whallon, 2006 ; etc.) : "les activités de l’individu sont largement déterminées par son environnement social, mais réciproquement ses propres activités influencent la société dans laquelle il vit […]" (Boas, 1927 [2003] : 285).

5Les sites d’habitat en abri-sous-roche de la région de la Vézère (Bourrillon, White, 2014 ; Delluc, Delluc, 1991 ; White et al., 2012 ; Mensan et al., 2012), sont apparus, du fait de la présence de diverses cultures qui ont précédé ou sont concomitantes aux débuts de l’Aurignacien (proto-aurignacien, châtelperronien) ainsi que de sites d’habitats révélant l’ensemble des activités quotidiennes, comme des focus privilégiés dans la définition des caractéristiques graphiques des pratiques figuratives aurignaciennes et dans la détermination de leur rôle structurel dans l’organisation de cette culture.

1 - De bloc en bloc : une longue histoire

  • 4 Cf. Michel, 2010.
  • 5 Belcayre, Blanchard, Castanet, le Cellier, la Ferrassie, Fongal, La Souquette (cf. O’Hara et al., c (...)

6En Dordogne, la culture aurignacienne est reconnue sur de nombreux sites, particulièrement dans des abris-sous-roche, dont une grande majorité sont aujourd’hui partiellement ou totalement effondrés. Ces gisements ont fait l’objet de fouilles archéologiques dès la moitié du XIXe siècle mais restent encore mal connus. Sur les 454 abris-sous-roche aurignaciens de cette région, 135 ont fourni des fragments de voûtes ou des blocs semi-mobiles sur lesquels sont visibles des figures bichromes, des contours animaliers noirs, gravés ou piquetés ainsi que des cuvettes et des anneaux. Les 32 abris-sous-roche restants ne sont pas pour autant exempts de toutes activités symboliques telles que le montrent les incisions sur supports organiques ou encore les éléments de parure identifiés (ex. abri Cro-Magnon, Roc de Combe, etc).

7Le premier bloc gravé fut découvert par O. Hauser sur le site de Fongal, le premier mai 1909, au sein des couches d’occupation (figure 2). À quelques kilomètres de là, dans le vallon de Castel Merle, M. Castanet mettra au jour la plus importante collection de blocs et fragments de voûtes ornées au sein des célèbres abris aurignaciens de Blanchard et Castanet (Bourrillon, White, 2014 ; Delluc, Delluc, 1991) ; d’autres seront identifiés à l’abri de la Ferrassie par D. Peyrony et L. Capitan à partir de 1912 (Capitan, Peyrony, 1921). Il faudra attendre ensuite les années 20 pour que de nouveaux témoignages du même type viennent enrichir cet inventaire (tableau 1 et figure 3).

Figure 2A - Blocs ornés découverts sur le site de Fongal.

Figure 2A - Blocs ornés découverts sur le site de Fongal.

Sur le cliché, les blocs semblent encore en place.

archives : O. Hauser ; réunies par R. White

Figure 2B - Blocs ornés découverts sur le site de Fongal.

Figure 2B - Blocs ornés découverts sur le site de Fongal.

archives : O. Hauser ; réunies par R. White

Tableau 1 - Inventaire des découvertes de blocs et fragments de voutes ornés en Dordogne depuis le début du siècle dernier.

Tableau 1 - Inventaire des découvertes de blocs et fragments de voutes ornés en Dordogne depuis le début du siècle dernier.

Figure 3 - Pourcentage des blocs et fragments ornés, par sites, en abri-sous-roche, pour l’ensemble du corpus aurignacien de Dordogne (n=125).

Figure 3 - Pourcentage des blocs et fragments ornés, par sites, en abri-sous-roche, pour l’ensemble du corpus aurignacien de Dordogne (n=125).
  • 6 Fouilles menées par R. White et J. Pèlegrin de 1995 à 1998, puis par R. White et R. Mensan entre 20 (...)
  • 7 Pour l’abri Castanet, les dernières datations 14C-AMS situent l’occupation du site à l’Aurignacien (...)

8Pour la grande majorité de ces découvertes, l’ancienneté des fouilles est source de difficultés dans la compréhension des contextes archéologiques. Entre 1995 et 1998, puis 2001 et 2013, une équipe franco-américaine6 s’est attelée à la reprise des abris-sous-roche de Castanet et Blanchard (vallon de Castel Merle). Ces nouvelles fouilles, grâce à une méthodologie novatrice et avec l’appui des technologies actuelles, fournissent aujourd’hui un contexte archéologique précis et bien daté (par 14C-AMS7) non seulement pour les blocs et fragments ornés mais également pour l’ensemble des artefacts, témoins des activités quotidiennes préhistoriques (Bourrillon et al., sous presse ; Castel, 2011 ; Chiotti, Cretin, 2011 ; Mensan et al., 2012 ; Tartar, 2012 ; White et al., 2012). Au-delà des quelques milliers d’artefacts inventoriés (industrie lithique et osseuse, faune, parure, etc.), on peut voir d’emblée que ces deux abris tiennent une place quantitative majeure dans l’inventaire des blocs et fragments ornés de la région de Dordogne (cf. figure 3). L’analyse des archives de M. Castanet ainsi que la découverte majeure de nouveaux blocs ornés (White et al., 2012 ; Bourrillon et al., sous presse), exigeaient une révision importante de ces collections de façon à saisir au mieux la place qu’elles occupent dans la structure même de ces sociétés paléolithiques. De fait, une méthodologie systémique d’étude a été mise en place : 1. analyse des archives de terrain ; 2. photographies et photogrammétrie en haute résolution des surfaces ornées ; 3. relevé sur rhodoïd des tracés anthropiques ; 4. fluorescence X ; 5. expérimentations archéologiques ; 6. identification de la chaîne opératoire des graphies ; 7. restitution de cette chaîne opératoire dans l’économie du groupe ; 8. datations par 14C-AMS (des couches dans lesquels les blocs ont été découverts) ; 9. restitution et analyse de l’emplacement des blocs sur le site.

9Les résultats de cette recherche permettent aujourd’hui de mettre en perspective les anciennes données connues pour l’ensemble des sites aurignaciens de Dordogne ayant livré des surfaces ornées, de saisir avec pertinence la place de ces productions et d’établir des liaisons inter et intra-régionales.

2 - Des gestes symboliques au quotidien

A - Une identité graphique et technique régionale

10Les analyses récentes de ces surfaces calcaires "anthropisées" ont permis d’actualiser les données concernant les thèmes représentés et les techniques mises en œuvre. Cette révision met alors en évidence des particularités et tout à la fois des similitudes régionales fortes. Contrairement à ce qui a été dit pendant de nombreuses années, même si les anneaux et les sexes féminins tiennent une place prédominante, le thème animalier n’est pas absent et s’inscrit parfaitement dans les tendances (thématiques et stylistiques) de l’art du début du Paléolithique supérieur (Petrognani, 2014 ; Tosello, Fritz, 2005 ; figure 4).

Figure 4 - Thèmes représentés sur les blocs et fragments ornés des sites aurignaciens de la région de Dordogne : Belcayre, Blanchard, Castanet, Cellier, Ferrassie, Fongal, Laussel, Pataud, Souquette (f : inédit, figure identifiée par G. Tosello, R. Bourrillon et R. White en cours de publication).

Figure 4 - Thèmes représentés sur les blocs et fragments ornés des sites aurignaciens de la région de Dordogne : Belcayre, Blanchard, Castanet, Cellier, Ferrassie, Fongal, Laussel, Pataud, Souquette (f : inédit, figure identifiée par G. Tosello, R. Bourrillon et R. White en cours de publication).

clichés, croquis et relevés : R. Bourrillon

11Bien que chacun de ces thèmes ne soit pas représenté sur l’ensemble des sites, ces figures affichent des similitudes stylistiques, notamment en ce qui concerne les sexes féminins isolés du reste du corps (Bourrillon et al., 2012). Leur forme majoritairement arrondie, dont le contour est parfois dédoublé, couplé à l’utilisation du piquetage est un marqueur territorial et chronologique. Pour les figures animales, nonobstant leur état fragmentaire pour la grande majorité d’entre eux, quelques éléments sont à noter. Elles sont systématiquement représentées de profil, entières ou simplement par l’avant-train, voire de façon métonymique par l’illustration de l’empreinte des pattes (de félidés ? ; figures 4-5). Les cornes et les pattes (dont les extrémités sont en boule pour les chevaux et en pointe pour les bovidés) sont parallèles et les détails internes (œil, poils, pli de l’aine, etc.) rares. Certaines figures affichent des similitudes stylistiques régionales frappantes. C’est le cas notamment de trois avant-trains de bouquetin identifiés au Cellier et à Blanchard. Ils sont réduits au contour externe de la tête avec des cornes (parallèles) ; seul l’un d’entre eux affiche en plus le départ de la ligne de dos (figures 5e et 5i). On notera l’absence du mammouth, thème pourtant fort dans les premiers temps du Paléolithique supérieur. Enfin, si l’on cumule les représentations des félins à celles des empreintes, ce thème est particulièrement fort et présent à Castanet, à Blanchard et à la Ferrassie.

Figure 5.1 - Exemples de représentations animales identifiées sur des sites aurignaciens de la Dordogne.

Figure 5.1 - Exemples de représentations animales identifiées sur des sites aurignaciens de la Dordogne.

relevés, dessins et clichés : R. Bourrillon

Figure 5.2 - Exemples de représentations animales identifiées sur des sites aurignaciens de la Dordogne.

Figure 5.2 - Exemples de représentations animales identifiées sur des sites aurignaciens de la Dordogne.

relevés, dessins et clichés : R. Bourrillon

Figure 5.3 - Exemples de représentations animales identifiées sur des sites aurignaciens de la Dordogne.

Figure 5.3 - Exemples de représentations animales identifiées sur des sites aurignaciens de la Dordogne.

relevés, dessins et clichés : R. Bourrillon

12Les techniques mises en œuvre par les Aurignaciens de Dordogne sont typiques pour cette région et montrent une pleine maîtrise de certains savoir-faire (figures 4-5). Le piquetage vigoureux (régularisé ou non) reste la technique privilégiée bien qu’il existe également des figures bichromes (rouges et noires ; figure 5b). Le noir est utilisé pour le contour ; le rouge peut intervenir autant comme remplissage que comme badigeon de la surface.

  • 8 Expérimentations menées en collaboration avec É. Tartar (UMR 7041, Paris), F. Le Mené (chercheur in (...)

13L’analyse fine des stigmates ainsi que de nombreuses expérimentations8 ont permis d’identifier une chaîne opératoire des graphies relativement simple : 1. préparation de la surface (retrait du calcin) et/ou badigeon rouge ; 2. tracé préparatoire ; 3. gravure ; 4. régularisation du tracé ou ajout de pigments (Bourrillon et al., à paraître). En revanche la détermination des outils employés reste complexe pour plusieurs raisons. Le support, calcaire coniacien, a subi des processus d’enfouissement qui altèrent la lecture des stigmates de percussion. De plus, sa densité, relativement tendre (6 sur l’échelle de Mohs), entraîne une réalisation des graphies rapide. Le couplage de ces deux paramètres (sa densité et la rapidité d’exécution) ne laisse que peu de traces sur les outils utilisés, outils qui sont de fait difficiles à reconnaître dans les vestiges archéologiques. Malgré ces inconvénients, nos observations, comparaisons avec le matériel archéologique et expérimentations, révèlent, en ce qui concerne les figures gravées par piquetage, un choix d’outils pas ou peu transformés (ex. galet de quartz appointé, andouiller brut, etc.) sur des matières premières utilisées autant pour l’industrie osseuse que lithique (figure 6). En effet, la variabilité des stigmates rencontrés sur les supports laisse penser qu’un certain nombre d’entre eux ont été simplement choisis dans les déchets de taille (ex. pic sur nucléus).

Figure 6 - Procédés, techniques et outils utilisés dans la réalisation expérimentale d’un tracé gravé par piquetage et régularisé.

Figure 6 - Procédés, techniques et outils utilisés dans la réalisation expérimentale d’un tracé gravé par piquetage et régularisé.

B - Un contexte particulier

14Les sites concernés par cette étude sont donc des abris-sous-roche creusés dans le calcaire Coniacien qui, avant effondrement, proposaient une plus ou moins vaste surface d’occupation possible (ex. Laussel 126×15 m, Blanchard 20,75×6,50 m). Sur les sites de Blanchard et de Castanet, notamment, les Aurignaciens, perchés sur des terrasses rocheuses, se sont installés directement sur le substrat rocheux dans lequel ils ont creusé de nombreux foyers. Sur l’ensemble de ces abris, l’intégralité des activités liées à un site d’habitat est identifiée (exception faite de l’abri Belcayre pour lequel les données sont lacunaires ; Delage, 1949 ; Delluc, Delluc, 1991). De plus, Blanchard, Castanet, Pataud et la Ferrassie ont livré une grande quantité d’artefacts (Bourrillon, White, 2014 ; Delporte et al., 1984 ; Peyrony, 1935 ; White et al., 2012), ce qui pourrait suggérer que nous avons à faire à des lieux d’occupation majeurs pour les groupes aurignaciens, à des sites d’agrégation (Conkey, 1990). La présence de représentations graphiques sur des blocs ou fragments de parois, identifiés au sein des couches aurignaciennes ou entre ces couches (Bourrillon et al., sous presse ; Delluc, Delluc, 1971 ; White et al., 2012 ; cf. tableau 2), vient renforcer l’idée d’une occupation longue, récurrente et/ou momentanément intensive comme cela semble être le cas à l’abri Castanet, d’après les dernières datations 14C-AMS (White et al., 2012). En effet, ces activités graphiques n’ont, jusqu’ici, pas été identifiées ou, seulement, de façon ponctuelle (abri Belcayre) sur d’autres types de site.

Tableau 2 - Attribution stratigraphique des surfaces ornées découvertes dans les sites en abri-sous-roche aurignaciens de la région de Dordogne.

Tableau 2 - Attribution stratigraphique des surfaces ornées découvertes dans les sites en abri-sous-roche aurignaciens de la région de Dordogne.

3 - Discussion

A - Un fonds commun imprégné d’une diversité régionale

15Au cours de l’Aurignacien ancien se développe (ca. 35000 BP) un art figuratif sur différents supports, en mobilier comme en pariétal, dans des abris-sous-roche et en cavités, dans le Jura-Souabe, en Europe Centrale, en Italie, dans le nord-est, le sud de la France et le nord-ouest de la Péninsule Ibérique. Entre 35 et 32000 BP, cette nouvelle forme d’art affiche de façon trans-territoriale de fortes similitudes thématiques avec, par ordre décroissant, la figure du cheval, cervidé, mammouth, bison, bouquetin, félin, rhinocéros et enfin, de façon plus exceptionnelle, de l’ours et des figures humaines. D’autres types de motifs graphiques, comme des alignements ou regroupements de cupules, sont à ajouter à ces pratiques aurignaciennes (Bourrillon et al., sous presse). Si certains de ces thèmes sont quantitativement plus forts en fonction des régions (ex. sexes féminins en Dordogne ; figure 7), voire parfois absents (ex. cervidés dans le Jura-Souabe), il s’agit là du corpus connu et représenté par les Aurignaciens. À ce fonds commun thématique s’ajoutent des similitudes formelles, comme les pattes en boule des chevaux (Tosello, Fritz, 2005), le contour en double "S" des têtes de félins de l’abri Blanchard et la grotte Chauvet (Bourrillon et al., sous presse) ou encore les oreilles en accolade des rhinocéros des grottes de la Baume-Latrone, Chauvet ou l’Aldène (Azema et al., 2012 ; Clottes et al., 2001 ; Vialou, 1979 ; figure 8).

Figure 7 - Exemples de représentations de sexes féminins sur les sites aurignaciens de Dordogne.

Figure 7 - Exemples de représentations de sexes féminins sur les sites aurignaciens de Dordogne.

clichés a et b : R. Bourrillon ; cliché c : P. Jugie

Figure 8 - Similitudes stylistiques dans la représentation des oreilles pour les figures de rhinocéros entre la grotte Chauvet (Ardèche) et la grotte de la Baume-Latrone (Gard).

Figure 8 - Similitudes stylistiques dans la représentation des oreilles pour les figures de rhinocéros entre la grotte Chauvet (Ardèche) et la grotte de la Baume-Latrone (Gard).

cliché : J. Clottes et M. Azéma

  • 9 Le style graphique de certaines gravures et peintures pariétales en Dordogne semble rattacher ces d (...)

16En revanche, comme l’illustrent les données présentées en amont pour la région de Dordogne, au sein de ce fonds commun, une diversité non négligeable est à noter en fonction des régions et ce, dès les "premières" représentations aurignaciennes. En effet, en Dordogne, l’art se développe plus particulièrement en abri-sous-roche9, au sein des tâches quotidiennes, l’utilisation du piquetage (principalement) et le thème des sexes féminins. Dans le nord de la Péninsule Ibérique, le sud-est de la France et l’Europe Centrale, c’est en grotte que se développe cet art, en peintures et en gravures plus ou moins fines, éloignées du lieu d’habitat. Enfin, la ronde-bosse caractérise l’art figuratif aux lignes épurées du Jura-Souabe ; statuettes découvertes dans des contextes d’habitats en abri-sous-roche ou à l’entrée de cavités.

17Quelles peuvent être l’origine et les raisons d’une telle diversité formelle et technique au cours de l’Aurignacien sur le territoire européen ?

B - À la recherche d’une identité ?

18Nous savons aujourd’hui que dès le Proto-aurignacien, puis à l’Aurignacien, les groupes humains circulent sur des territoires relativement vastes. La présence de matières premières allochtones dans les abris Blanchard et Castanet en témoignent (ex. de parures en stéatite provenant des Pyrénées et de coquillages d’origine méditerranéenne ; White, 2007 ; Taborin, 1993). Cette nouvelle forme d’exploitation du territoire provient (ou est à l’origine) de ce que F. Bon appelle "une profonde réécriture des rapports sociaux" aux débuts du Paléolithique supérieur (Bon, 2010 : 141) et, de fait, de l’organisation interne des groupes. Si nous nous appuyons sur des études ethnologiques (ex. Whallon, 2006), les groupes de chasseurs-cueilleurs sont organisés sur deux niveaux : un groupe local composé de 20 à 50 individus et un autre maximal d’environ 700 personnes. Des regroupements ponctuels permettent de pérenniser les traditions sociales et l’accès à d’autres ressources en cas de besoin. Il est également à noter que lors de ces rassemblements, les échanges entre groupes ne sont pas économiques mais symboliques, fait souligné également par M. Godelier (2010) qui considère que les groupes sont régis par le politico-religieux et non par l’économie. Cette organisation en groupes locaux et maximaux induit, alors, la circulation de savoir-faire et de traditions techniques mais aussi symboliques par le phénomène "de proche en proche" et ce, sur de vastes territoires. Elle pourrait alors, en partie, dans le cas qui nous occupe, expliquer l’existence de ce fonds commun dans l’art aurignacien que nous avons précédemment souligné. Ce dernier serait nécessaire à la cohésion des groupes. Et la diversité graphique régionale (cf. figure 1) serait alors une conséquence de la division du groupe maximal en groupes locaux. Nous pourrions y voir une dérive du motif par un éloignement progressif du fonds commun mais d’autres origines ou explications peuvent être proposées.

19Rappelons, tout d’abord, que ces productions symboliques apparaissent dans des contextes environnementaux différents (Jura Souabe, Dordogne, Hérault, etc.) et sont réalisées au sein de lieux divers (abris-sous-roche, entrées de grottes, profondeurs des grottes) qui ont certainement eux-mêmes des portées significatives différentes (Poor, 2010). Au-delà de ces deux précédents paramètres, ce sont les supports qui vont influencer le choix des techniques mises en œuvre, elles-mêmes en intrication avec le rendu plastique imposé par les traditions graphiques du ou des groupe(s). Pourtant, le choix des supports semble être culturel et non "pratique" ou "environnemental" (ex. le calcaire en plein air pour la Dordogne, l’ivoire dans le Jura Souabe, les parois de grottes pour le Gard et l’Ardèche). L’ivoire était disponible en Dordogne tout comme des parois de grottes dans le Jura Souabe.

20On peut également avancer des paramètres d’ordre climatique. En effet, les premières phases de l’Aurignacien sont marquées par une instabilité avec deux péjorations importantes (Heinrich 4 et 3) entre 40000 et 30000 BP (Banks et al., 2013 ; Sanchez-Goni, 2000 ; Stuiver et Grootes, 2000). Bruxelles et al. notent que les espaces aquitains et méridionaux, qui recèlent la grande majorité des pratiques symboliques aurignaciennes en France, semblent avoir servi de refuge pendant ces périodes particulièrement rudes (Bruxelles, Jarry, 2012). Ce repli dans des zones spécifiques et l’instabilité climatique reconnue au cours de cette période pourraient alors être également un facteur contribuant à l’émergence de variations graphiques régionales dans la trame commune aurignacienne, en raison de l’isolement (temporaire) ou des mouvements sur de moins vastes étendues des groupes. Mais, la conservation de cette trame assure la cohésion des groupes.

21Ajoutons, enfin, que l’ensemble de ces paramètres semble tendre vers une volonté, au cours de l’Aurignacien, de "s’identifier", fait déjà soulevé par les études sur l’industrie osseuse (Tartar, 2009) et lithique (Bon, ce volume), l’art mobilier (Floss, ce volume, 2007) ou encore la parure (Taborin, 2004 ; White, 2007 ; Wolf, Conard, ce volume). La préservation d’un fonds commun dans les traditions symboliques permettrait une cohésion des différents groupes se reconnaissant alors liés par une culture commune. Ceci n’est pas sans rappeler la notion de "solidarité mécanique" élaborée par E. Durkheim, en ce sens que, les individus se reconnaissent unis par la somme de différentes similitudes (Durkheim, 1893). Mais dans cette notion E. Durkheim précise que la conscience collective domine l’individualité, ce qui ne va pas, de notre point de vue, dans le sens des variabilités régionales rencontrées que ce soit dans le domaine des blocs ou parois ornées comme dans celui de la parure ou de l’industrie osseuse (ex. lissoirs) tels qu’en témoignent la pluralité des tracés géométriques sur ces objets (Tartar, ce volume). Pourrions-nous alors voir, au niveau régional, au sein des groupes, les prémices d’une "solidarité organique" telle que la définissait E. Durkheim (1893) ? L’apparition de tâches spécifiques dans l’organisation des groupes humains développerait alors, en ce sens, une plus forte individualisation des groupes et de la personne. Ce qui se traduirait, dans notre cas, par une variabilité intrinsèque, régionale voir locale.

22On voit avec ces quelques propositions que l’origine et/ou les raisons de cette variabilité régionale peuvent être diverses et certainement en lien les unes avec les autres.

4 - En guise de conclusion

23L’émergence d’un art figuratif aux alentours de 35000 BP est une des caractéristiques du "génie" aurignacien. Mais, au-delà de cette innovation, c’est la diffusion rapide sur le territoire européen, la permanence d’un fonds commun et tout à la fois de dérivés régionaux qui vont profondément marquer cette période. Avec l’Aurignacien, les pratiques symboliques semblent prendre une place prépondérante dans l’organisation des sociétés. En témoignent notamment, pour certains sites comme les abris-sous-roche de la vallée de la Vézère, la place des surfaces ornées, en voûte et au sol (Mensan et al., 2012), en lieu et place des tâches quotidiennes. Elles ne sont pas séparées de la sphère du quotidien et sont visibles par l’ensemble de la communauté comme par d’autres groupes, remarque valable pour les objets mobiliers portés ou transportés du Jura Souabe notamment. Dans d’autres cas de figures, leur isolement au fond des cavités tient certainement d’un acte symbolique différent, bien que leurs similitudes graphiques restent effectives.

24Ces pratiques symboliques jouent alors, pour partie, le rôle de cohésion entre groupes étendus par la reconnaissance de pratiques communes favorisant alors les échanges, qu’ils soient immatériels, matériels ou humains. Et tout à la fois, comme nous l’avons vu, ces pratiques maintiennent et/ou soutiennent une forme de marqueur identitaire, que cette identité relève du groupe régional ou de l’individu.

Haut de page

Bibliographie

Ambert P., Guendon J.-L., Galant P., Quinif Y., Gruneisen A., Colomer A., Dainat D., Beaumes B., Requirand C., 2005 - Attribution des gravures paléolithiques de la grotte d’Aldène (Cesseras, Hérault) à l’Aurignacien par la datation des remplissages géologiques, Comptes rendus Palevol, 4, 275-284.

Azéma M., Gély B., Bourrillon R., Gallant P., 2012 - L’art paléolithique de la Baume-Latrone (France, Gard) : nouveaux éléments de datation, INORA, 64, 6-12.

Baffier D., 2010 - Le Châtelperronien, in Clottes J. (dir.), La France Préhistorique. Un essai d’histoire, Lonrai, Gallimard, 93-115.

Banks W.E., D’Errico F., Zilhão J., 2012 - Human-climate interaction during the Early Upper Paleolithic: testing the hypothesis of an adaptative shift between the Proto-Aurignacian and the Early Aurignacian, Journal of Human Evolution, 30, 1-17.

Bar Yosef O., 2006 - Le cadre archéologique de la révolution du Paléolithique supérieur, Diogène, Presses universitaires de France, 214, 3-23.

Boas F., 1927 [2003] - L’Art Primitif, Italie, Adam Biro, Quart, 416 p.

Bon F., 2015 - À la croisée des chemins (crossroad traffic), in White R., Bourrillon R. (dir.) avec la collaboration de Bon F., Aurignacian Genius : art, technologie et société des premiers hommes modernes en Europe, Actes du symposium international, 8-10 avril 2013, New York University, P@lethnologie, 7, 8-18.

Bon F., 2010 - Les Aurignaciens et l’émergence du Paléolithique supérieur, in Clottes J. (dir.), La France Préhistorique. Un essai d’histoire, Lonrai, Gallimard, 116-141.

Bourrillon R., White R., Tartar É., Le Mené F., Cretin C., Chiotti L., Morala A., à paraître - Savoir-faire aurignaciens dans la réalisation des représentations rupestres dans la Vallée de la Vézère : l’apport de l’expérimentation, Bulletin de la Société préhistorique française.

Bourrillon R., White R., Clark A., Mensan R., Castel J.-C., Chiotti L., Cretin C., Higham T., Ranlett S., Sisk M., Tartar É., sous presse - A major discovery of Aurignacian art at Abri Blanchard (Dordogne): comparisons with other regions of Western and Central Europe, Journal of Human Evolution.

Bourrillon R., White R., 2014 - Les abris aurignaciens de Blanchard et Castanet (vallon de Castel-Merle, Dordogne, France), in Grimpret M. (dir.), Dictionnaire des sanctuaires de l’humanité, Robert Laffont, 217-219.

Bourrillon R., Fritz C., Sauvet G., 2012 - La thématique féminine au cours du Paléolithique supérieur européen : permanences et variations formelles, Bulletin de la Société préhistorique française, 109 (1), 85-103.

Broglio A., De Stefani M., Gurioli F., Pallecchi P., Giachi G., Higham T., Brock F., 2009 - L’art aurignacien dans la décoration de la grotte de Fumane, L’Anthropologie, 113, 753-761.

Broglio A., Gurioli F., 2004 - The Symbolic Behaviour of the First Modern Humans: the Fumane Cave Evidence (Venetian Pre-Alps), in Otte M. (dir.), La Spiritualité, ERAUL, 106, 97-102.

Bruxelles L., Jarry M., 2012 - Climats et cultures paléolithiques : quand la vallée devient frontière…, Archéopages, hors-série, 73-83.

Capitan L., Peyrony D., 1921 - Les origines de l’art à l’aurignacien moyen. Nouvelles découvertes à la Ferrassie, Revue anthropologique, 92-112.

Carpenter E., 1973 - Eskimo realities, New York, Chicago, San Francisco, Holt, Rinehart and Winston, 217 p.

Clottes J., Gély B., Ghemis C., Kaltnecker E., Lascu V.-T., Moreau C., Philippe M., Prud’Homme F., Valladas H., 2011 - Un art très ancien en Roumanie : les dates de Coliboaia, INORA, 61, 1-3.

Clottes J. (dir.), 2001 - La grotte Chauvet. L’art des origines, Paris, Seuil, 224 p.

Chiotti L., Cretin C., 2011 - Les mises en forme de grattoirs carénés/nucléus de l’Aurignacien ancien de l’abri Castanet (Sergeac, Dordogne), Paleo, 22, 69-84.

Conard N.J., 2009 - A female figurine from the basal Aurignacian of Hohle Fels Cave, Nature, 459, 248-252.

Conard N.J., Bolus M., 2008 - Radiocarbon dating the late Middle Paleolithic and the Aurignacian of the Swabian Jura, Journal of Human Evolution, 55, 886-897.

Conkey M., 1990 - L’art mobilier et l’établissement de géographies sociales, in Clottes J. (dir.), L’art des objets au paléolithique : Les voies de la recherche, Colloque Foix-le Mas d’Azil, Novembre 1987, Actes des colloques de la Direction du Patrimoine, Clamecy, 2, 163-172.

Delage F., 1949 - Les gisements préhistoriques de Belcayre (Dordogne), Gallia Préhistoire, 7 (1), 3-21.

Delluc B., Delluc G., 1991 - L’art pariétal archaïque en Aquitaine, Paris, Supplément à Gallia Préhistoire, CNRS, 25, 390 p.

Delporte H. (dir), 1984 - Le grand abri de la Ferrassie : fouilles 1968-1973, Paris, Laboratoire de Paléontologie humaine et de Préhistoire, 277 p.

D’Errico F., 2010 - Cultural modernity: consensus or conundrum?, Proceedings of the National Academy of Sciences, 107 (17), 7621-7622.

D’Errico F., Backwell L., Villa P., Degano I., Lucejko J.J., Bamford M.K., Higham F.-G., Perla Colombini M., Beaumont P.B., 2012 - Early evidence of San material culture represented by organic artifacts from Border Cave, South Africa, Proceedings of the National Academy of Sciences, 109 (33), 13214-13219.

D’Errico F., Gracia Morena R., Rifkin R.F., 2012 - Technological, elemental and colorimetric analysis of an engraved ochre fragment from the Middle Stone Age levels of Klasies River Cave 1, South Africa, Journal of Archaeological Science, 39, 942-952.

D’Errico F., Henshilwood C., Lawson G., Vanhaeren M., Tillier A.-M., Soressi M., Bresson F., Maureille B., Nowelle A., Lakarra J., Backwelle L., Julien M., 2003 - Archaeological evidence for the emergence of language, symbolism, and music – An alternative multidisciplinary perspective, Journal of World Prehistory, 17 (1), 1-70.

Durkeim E., 1893 [2014] - De la division du travail social, Presses universitaires de France, 416 p.

Floss H., 2007 - L’art mobilier aurignacien du Jura Souabe et sa place dans l’art paléolithique, in Floss H., Rouquerol N. (dir.), Les chemins de l’Aurignacien en Europe, Colloque international, Aurignac 2005, Aurignac, 295-316.

Godelier M., 2007 - Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprends l’anthropologie, Albin Michel, 292 p.

Gonzáles-Sainz C., Ruiz-Redondo A., Garate-Maidagan D., Iriarte-Aviles E., 2013 - Not only Chauvet: Dating Aurignacian rock art in Altxerri B Cave (northern Spain), Journal of Human Evolution, 65, 457-464.

Henshilwood C.S., D’Errico F., Yates R., Jacobs Z., Tribolo C., Duller G.A.T., Mercier N., Sealy J.C., Valladas H., Watts I., Wintle A.G., 2002 - Emergence of Modern Human Behavior: Middle Stone Age Engravings from South Africa, Science, 295, 1278-1280.

Higham T., Basell L., Jacobi R., Wood R., Bronk Ramsey C., Conard N.J., 2012 - Testing models for the beginnings of the Aurignacian and the advent of figurative art and music: The radiocarbon chronology of Geissenklösterle, Journal of Human Evolution, 30, 1-13.

Kozlowski J.K., 2010 - Les origines, in Clottes J. (dir.), La France Préhistorique. Un essai d’histoire, Lonrai, Gallimard, 73-93.

Le Brun-Ricalens F., Bordes J.-G., 2007 - Les débuts de l’Aurignacien en Europe Occidentale : unité ou diversité ? Du territoire de subsistance au territoire culturel, in Floss H., Rouquerol N. (dir.), Les chemins de l’Aurignacien en Europe, Colloque international, Aurignac 2005, Aurignac, 37-63.

Leroi-Gourhan A., 1965 [1995] - Préhistoire de l’art Occidental, Mazenod, 485 p.

Mackay A., Welz A., 2008 - Engraved ochre from a Middle Stone Age context at Klein Kliphuis in the Western Cape of South Africa, Journal of Archaeological Science, 35, 1521-1532.

Mellars P., 2004 - Neanderthals and the modern human colonization of Europe, Nature, 432, 461-465.

Mensan R., Bourrillon R., Cretin C., White R., Gardère P., Chiotti L., Sisk M., Clark A., Higham T., Tartar É., 2012 - Une nouvelle découverte d’art pariétal in situ à l’abri Castanet (Dordogne, France) : contexte et datation, Paléo, 23, 171-188.

Michel A., 2010 - L’Aurignacien récent (post-ancien) dans le Sud-Ouest de la France : variabilité des productions lithiques, Thèse de doctorat, Bordeaux, Université Bordeaux 1, 608 p.

Petrognani S., 2013 - De chauvet à Lascaux : l’art préhistorique anté-magdalénien, Errance, 272 p.

Peyrony D., 1935 - Le gisement de Castanet, Vallon de Castel Merle, Commune de Sergeac (Dordogne). Aurignacien I et II, Bulletin de la Société préhistorique française, 32 (9), 418-443.

Porr M., 2010 - Palaeolithic Art as cultural memory: a case study of the Aurignacian art of southwest germany, Cambridge Archaeological Journal, 20 (1), 87-108.

Rigaud J.-P., 2001 - À propos de la contemporanéité du Castelperronien et de l’Aurignacien ancien dans le nord-est de l’Aquitaine : une révision des données et ses implications, in Zilhao J., Aubry T., Faustino Calvalho A. (dir.), Premiers hommes modernes de la Péninsule Ibérique, Actes du colloque de la Comission VIII de l’UISPP, octobre 1998, Vila Nova de Foz Cöa, Trabalhos de arqueologia, 17, 61-68.

Sauvet G., Fritz C., Tosello G., 2007 - L’art aurignacien : émergence, développement, diversification, in Cazals N., González Urquijo J., Terradas X. (dir.), Frontières naturelles et frontières culturelles dans les Pyrénées Préhistoriques, Actes de la Table ronde de Tarascon-sur-Ariège, mars 2004, PubliCan-Ediciones de la Universidad de Cantabria, Santander, 319-338.

Shea J.J., 2001 - Modern Human origins and Neanderthal extinctions in the Levant, Athena Review, 2 (4), 21-32.

Slimak L., Pésesse D., Giraud Y., 2006 - Reconnaissance d’une installation du Protoaurignacien en vallée du Rhône. Implications sur nos connaissances concernant les premiers hommes modernes en France méditerranéenne, Comptes Rendus Palevol, 5, 909-917.

Soressi M., D’Errico F., 2007 - Pigments, gravures, parures : les comportements symboliques controversés des Néanderthaliens, in Vandermeersch B., Maureille B., Coppens Y. (dir.), Les Néanderthaliens. Biologie et cultures, CTHS, Documents préhistoriques, 23, 297-309.

Stuiver M., Grootes P.M., 2000 - GISP2 Oxygen Isotope Ratios, Quaternary Research, 53, 277-284.

Szmidt C.C., Normand C., Burr G.S., Hodgins W.L.G., Lamotta S., 2010 - AMS 14C dating the Protoaurignacian/Early Aurignacian of Isturitz, France. Implications for Neanderthal-modern human interaction and the timing of technical and cultural innovations in Europe, Journal of Archaeological Science, 37, 758-768.

Taborin Y., 1993 - La parure en coquillage paléolithique, XXXe suppl. à Gallia Préhistoire, Paris, CNRS, 538 p.

Taborin Y., 2004 - Langage sans parole. La parure aux temps préhistoriques, La Maison des Roches, 215 p.

Tartar É., 2015 - Origine et développement de la technologie osseuse aurignacienne en Europe occidentale : bilan des connaissances actuelles, in White R., Bourrillon R. (dir.) avec la collaboration de Bon F., Aurignacian Genius : art, technologie et société des premiers hommes modernes en Europe, Actes du symposium international, 8-10 avril 2013, New York University, P@lethnologie, 7, 34-56.

Tartar É., 2012 - The recognition of a new type of bone tools in Early Aurignacian assemblages: implications for understanding the appearance of osseous technology in Europe, Journal of Archaeological Science, 39, 2348-2360.

Tartar É., 2009 - De l’os à l’outil : caractérisation technique, économique et sociale de l’utilisation de l’os à l’aurignacien ancien : étude de trois sites : l’abri Castanet (secteurs Nord et Sud), Brassempouy (grotte des Hyènes et abri du Balen) et Gatzarria, Thèse de 3e cycle, N. Pigeot (dir.), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2 tomes, 300 p.

Teyssandier N., 2007 - L’émergence du Paléolithique supérieur en Europe : mutations culturelles et rythmes d’évolution, Paléo, 19, 367-390.

Teyssandier N., Bon F., Bordes J.-G., 2010 - Within projectile range. Some thoughts on the appearance of the aurignacian in Europe, Journal of Anthropological Research, 66, 207-229.

Texier J.-P., Porraz G., Parkington J., Rigaud J.-P., Poggenpoel C., Miller C., Tribolo C., Cartwright C., Coudenneau A., Klein R., Steele T., Verna C., 2010 - A Howiesons Poort tradition of engraving ostrich eggshell containers dated to 60000 years ago at Diepkloof Rock Shelter, South Africa, Proceedings of the National Academy of Sciences, 107 (14), 6180-6185.

Tosello G., Fritz C., 2005 - Les dessins noirs de la grotte Chauvet-Pont-d’Arc : essai sur leur originalité dans le site et leur place dans l’art aurignacien, in Delannoy J., Geneste J.-M., Fagnart J.-P. (dir.), Recherches pluridisciplinaires dans la grotte Chauvet, Journées SPF, Lyon, octobre 2003, Bulletin de la Société préhistorique française (Travaux 6), 102 (1), 159-171.

Verna C., Dujardin V., Trinkaus E., 2012 - Early aurigancian human remains from La Quina-Aval (France), Journal of Human Evolution, 62, 605-617.

Vialou D., 1979 - Grotte de l’Aldène à Cesseras (Hérault), Gallia Préhistoire, 22 (1), 1-85.

Whallon R., 2006 - Social networks and information: Non-“utilitarian” mobility among hunter-gatherers, Journal of Anthropological Archaeology, 25, 259-270.

White R., 2007 - Systems of personnal ornementation in the Early Upper Palaeolithic: Methodological challenges and new observations, in Mellars P., Boyle K., Bar-Yosef O., Stringer C. (eds.), Rethinking the Human Revolution: New Behavioural and Biological Perspectives on the Origin and Dispersal of Modern Humans, Cambridge, UK, McDonald Institute for Archaeological Research, 287-302.

White R., Mensan R., Bourrillon R., Cretin C., Higham T., Clark E., Sisk M., Tartar É., Gardère P., Goldberg P., Pelegrin J., Valladas H., Tsinerat-Laborde N., Sanoit (De) J., Chambellan D., Chiotti L., 2012 - Context and dating of Aurignacian vulvar representation from Abri Castanet, France, Proceedings of the National Academy of Sciences, 109 (22), 8450-8455.

Wolf S., Conard N.J., 2015 - La parure aurignacienne du Jura souabe, in White R., Bourrillon R. (dir.) avec la collaboration de Bon F., Aurignacian Genius : art, technologie et société des premiers hommes modernes en Europe, Actes du symposium international, 8-10 avril 2013, New York University, P@lethnologie, 7, 337-353.

Zilhão J., 2007 - The emergence of ornaments and art: an archaeological perspective on the origins of “behavioral modernity”, Journal of Archaeology Research, 15, 1-54.

Zilhão J., D’Errico F., 2000 - La nouvelle "bataille aurignacienne". Une révision critique de la chronologie du Châtelperronien et de l’Aurignacien ancien, L’Anthropologie, 104, 17-50.

Haut de page

Notes

1 D’autres productions de parures et d’incisions géométriques sont attestées en Afrique du Sud entre 100000 et 60000 BP (sites de Blombos, de Klasies River, de Diepkloof) et sont, en revanche, toutes attribuées à l’Homo sapiens. Ces découvertes amènent certains chercheurs à considérer que l’émergence de la Modernité humaine doit être envisagée chronologiquement plus en amont et en Afrique du Sud (D’Errico et al., 2012a-b ; Mackay, Welz, 2008 ; Texier et al., 2010).

2 Une pendeloque anthropomorphe a été découverte sur le site d’Isturitz (Pyrénées Atlantiques) dans une couche datée à 37180±420 BP et appartiendrait donc au Proto-aurignacien (Szmidt et al., 2010).

3 Intrusive, gradualiste, diffusionniste, innovations multi-focales (Brun-Ricalens et al., 2007 ; Kozlowski, 2010 ; Tartar, 2012 ; Teyssandier, 2007 ; Zilhão, 2007).

4 Cf. Michel, 2010.

5 Belcayre, Blanchard, Castanet, le Cellier, la Ferrassie, Fongal, La Souquette (cf. O’Hara et al., ce volume), Laussel, Pataud et le Poisson. Et sites dont les blocs ont disparus : la Rochette, Lartet, Pasquet.

6 Fouilles menées par R. White et J. Pèlegrin de 1995 à 1998, puis par R. White et R. Mensan entre 2001 et 2013.

7 Pour l’abri Castanet, les dernières datations 14C-AMS situent l’occupation du site à l’Aurignacien ancien sur une période relativement courte, entre 36940-36510 cal BP (68,2 % prob. ; White et al., 2012).

8 Expérimentations menées en collaboration avec É. Tartar (UMR 7041, Paris), F. Le Mené (chercheur indépendant, Montpellier), C. Cretin (CNP, UMR 5199, Bordeaux), L. Chiotti (MNHN, Paris) et A. Morala (MNP, Eyzies) dans le cadre du programme de recherche "Aurignacian Genius" dirigé par R. White et F. Bon et financé par la Partner University Fund.

9 Le style graphique de certaines gravures et peintures pariétales en Dordogne semble rattacher ces dernières à la période Aurignacienne, notamment dans la grotte des Bernous ou encore de la Cavaille (en cours d’études par S. Petrognani et E. Robert).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Inventaire des sites aurignaciens en Europe et exemples de représentations graphiques attribuées à cette période.
Crédits Carte : F. Tessier, modifiée et adaptée par R. Bourrillon ; clichés et relevé : Castanet et Blanchard (inédit), R. Bourrillon ; Chauvet, C. Fritz ; Fumane, R. Broglio ; Hohle-Fels, H. Jensen ; Coliboaia, A. Posmosanu
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-1.png
Fichier image/png, 688k
Titre Figure 2A - Blocs ornés découverts sur le site de Fongal.
Légende Sur le cliché, les blocs semblent encore en place.
Crédits archives : O. Hauser ; réunies par R. White
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-2.png
Fichier image/png, 490k
Titre Figure 2B - Blocs ornés découverts sur le site de Fongal.
Crédits archives : O. Hauser ; réunies par R. White
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-3.png
Fichier image/png, 569k
Titre Tableau 1 - Inventaire des découvertes de blocs et fragments de voutes ornés en Dordogne depuis le début du siècle dernier.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-4.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 3 - Pourcentage des blocs et fragments ornés, par sites, en abri-sous-roche, pour l’ensemble du corpus aurignacien de Dordogne (n=125).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-5.png
Fichier image/png, 125k
Titre Figure 4 - Thèmes représentés sur les blocs et fragments ornés des sites aurignaciens de la région de Dordogne : Belcayre, Blanchard, Castanet, Cellier, Ferrassie, Fongal, Laussel, Pataud, Souquette (f : inédit, figure identifiée par G. Tosello, R. Bourrillon et R. White en cours de publication).
Crédits clichés, croquis et relevés : R. Bourrillon
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-6.png
Fichier image/png, 893k
Titre Figure 5.1 - Exemples de représentations animales identifiées sur des sites aurignaciens de la Dordogne.
Crédits relevés, dessins et clichés : R. Bourrillon
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-7.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 5.2 - Exemples de représentations animales identifiées sur des sites aurignaciens de la Dordogne.
Crédits relevés, dessins et clichés : R. Bourrillon
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-8.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 5.3 - Exemples de représentations animales identifiées sur des sites aurignaciens de la Dordogne.
Crédits relevés, dessins et clichés : R. Bourrillon
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-9.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 6 - Procédés, techniques et outils utilisés dans la réalisation expérimentale d’un tracé gravé par piquetage et régularisé.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-10.png
Fichier image/png, 180k
Titre Tableau 2 - Attribution stratigraphique des surfaces ornées découvertes dans les sites en abri-sous-roche aurignaciens de la région de Dordogne.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-11.png
Fichier image/png, 182k
Titre Figure 7 - Exemples de représentations de sexes féminins sur les sites aurignaciens de Dordogne.
Crédits clichés a et b : R. Bourrillon ; cliché c : P. Jugie
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-12.png
Fichier image/png, 883k
Titre Figure 8 - Similitudes stylistiques dans la représentation des oreilles pour les figures de rhinocéros entre la grotte Chauvet (Ardèche) et la grotte de la Baume-Latrone (Gard).
Crédits cliché : J. Clottes et M. Azéma
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/774/img-13.png
Fichier image/png, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaëlle Bourrillon et Randall White, « Pratiques symboliques aurignaciennes en abri-sous-roche dans la vallée de la Vézère : à la recherche d’une identité ? »Palethnologie [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 12 décembre 2015, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.774

Haut de page

Auteurs

Raphaëlle Bourrillon

UMR 5608 - TRACES/CREAP Cartailhac, Maison de la recherche
Université Toulouse Jean Jaurès, Campus Mirail
r.bourrillon[at]gmail.com

Articles du même auteur

Randall White

Professeur, Center for the Study of Human Origins
Directeur, UMI 3199 CNRS-NYU, New York University
randall.white[at]nyu.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals