Navigation – Plan du site

Les parures de l’Aurignacien ancien et archaïque de la grotte d’Isturitz : perspectives technologiques et régionales

Randall White et Christian Normand
Traduction(s) :
Early and Archaic Aurignacian Personal Ornaments from Isturitz Cave: Technological and Regional Perspectives [en]

Résumé

Les fouilles récentes menées par Christian Normand à la grotte d’Isturitz ont livré un riche ensemble d’objets de parure aurignaciens en contexte chrono-stratigraphique. Nous présentons ici une première étude de ce corpus en focalisant sur les techniques d’aménagement des dents perforées ; la variation chronologique dans la sélection des dents animales (et une dent humaine) ; les matières premières employées pour les perles et pendeloques (ambre, ivoire, talc, os ; les données en faveur d’une production autochtone de la parure ; l’exploitation de l’ambre et sa gîtologie ; l’existence d’une riche parure (pendeloque-sculpture anthropomorphe et coquillages) dans les niveaux de l’Aurignacien archaïque. La séquence stratigraphique d’Isturitz nous permet de démontrer l’évolution chronologique de la parure au cours de l’Aurignacien en Aquitaine, ainsi que sa variabilité intra-régionale. Nous concluons que cette instabilité complique considérablement l’hypothèse de parures régionalisées, marquant des entités ethniques qui perduraient pendant plus de dix mille ans.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions vivement les membres des équipes Castanet, Brassempouy et Isturitz pour leur soin et patience dans la récupération d’objets liés à la parure. Randall White tient également à remercier Henri Delporte, Dominique Buisson, Dominique Gambier et François Bon pour leur soutien et leur confiance en lui ayant proposé l’étude de la remarquable parure de Brassempouy et Isturitz (sans oublier ici l’aide précieuse de Joëlle Darricau). Raphaëlle Bourrillon et Solange Rigaud ont eu la gentillesse de relire ce manuscrit et de faire des commentaires qui ont amélioré sa rédaction finale. Notre propre recherche sur la parure aurignacienne ainsi que les fouilles de l’abri Castanet, ont été généreusement financées par la National Science Foundation des E.-U. (project number SBR-9806531), le Partner University Fund, la LSB Leakey Foundation, New York University, le Service régional de l’Archéologie pour l’Aquitaine, et la Direction régionale des Affaires culturelles d’Aquitaine.

Introduction et données de base

  • 1 On insiste ici sur cette notion de "systèmes" de parures. Pour nous, de rares exemples d’objets per (...)

1Il existe aujourd’hui un consensus selon lequel, chez l’Homme actuel, les systèmes matériels de parure servent à construire une diversité d’identités personnelles et sociales (White, 1999 ; Sanders, 2002 ; Yentsch, 1995). Ils le font, en grande partie, en évoquant les histoires, valeurs et croyances du groupe par des liens métaphoriques profonds entre matières premières choisies et formes créées d’une part, et une diversité d’identités sociales conventionnelles de l’autre. On est donc en droit d’imaginer que l’invention des premiers systèmes matériels de parure a accompagné les premières sociétés humaines ayant de nombreuses distinctions internes1.

2Notre propre recherche sur la parure aurignacienne vise à comprendre non seulement les qualités formelles d’objets achevés, mais aussi de mettre au jour les processus (technologiques, esthétiques, symboliques) contribuant à la construction de ces formes si chargées de signification. Les systèmes régionaux d’ornementation ne peuvent pas être compris sans aborder le choix des matières premières, les procédures de fabrication-suspension-présentation, ainsi que le contexte archéologique et chronostratigraphique (Bar-Yosef Mayer, 2005 ; Stiner, 2013 ; Vanhaeren et al., 2013 ; Cristiani et al., 2014). C’est beaucoup demander...

3La compréhension des systèmes de parure exige de travailler sur un échantillon le plus vaste possible dont l’origine stratigraphique et le contexte culturel sont fiables. Or dans bien des cas, la documentation issue des fouilles anciennes ne répond pas à ces deux critères.

  • 2 Il est fort probable que les petits ensembles ornementaux des fouilles aurignaciennes récentes, com (...)

4D’une part, beaucoup de sites n’ont pas été fouillés avec l’objectif de récupérer les petits objets. Notamment, l’utilisation du tamisage à sec avec une maille ≥5 mm, encore en vigueur dans certains sites d’Aquitaine jusque dans les années 1980, nous a sans doute privé de beaucoup d’éléments de parure. Les fouilles récentes, où le tamisage à l’eau à la maille ≈1,5 mm autorise une récupération quasi exhaustive, permettent d’évaluer à 90 % le déficit en petits éléments lors des fouilles anciennes. Dans le cas de la parure, l’absence de sensibilisation et le peu d’intérêt porté à ce type de matériel ont eu des conséquences encore plus dramatiques2. Dans ces conditions, objets de parure, fragments et déchets de fabrication sont peu représentés voire absent dans les échantillons provenant de fouilles anciennes.

5D’autre part, l’absence ou l’imprécision du contexte stratigraphique et spatial pour nombre d’objets de parure est bien souvent la règle. Soit les différents techno-complexes aurignaciens ne sont pas distingués les uns des autres, soit l’identification culturelle est fausse ou en tout cas à revoir. En conséquence, les raisonnements et les hypothèses se fondent alors sur des échantillons hétérogènes qui couvrent plusieurs millénaires. Dans ce contexte, l’identification et l’interprétation des systèmes de parures perdent tout leur sens et les grandes synthèses récemment publiées, en particulier sur la parure aurignacienne, ne sont pas convaincantes car fondées sur des données empiriques peu fiables (Vanhaeren, 2002 ; Vanhaeren, D’Errico, 2006).

6Pour ces différentes raisons, il est clair que la majorité des données issues des fouilles anciennes ne peuvent permettre de répondre aux problématiques actuelles. Il est nécessaire de se tourner vers les données des fouilles récentes (ou parfois anciennes) qui ont accordé une grande attention à ces problèmes.

  • 3 En fait, l’absence d’ornements en Europe ou ailleurs ne peut pas être prise au sérieux pour les sit (...)

7Les fouilles récentes des sites aurignaciens de Brassempouy (Landes), Castanet (Dordogne) et Isturitz (Pyrénées-Atlantiques) apportent de ce point de vue une documentation susceptible de contribuer à notre connaissance de la société et des systèmes de parure du Paléolithique supérieur. La collecte méticuleuse d’objets liés à la parure a été intégrée dans les procédures de fouille et d’analyse. Les fouilleurs ont été formés à la reconnaissance des ornements et des déchets de fabrication. Tous les sédiments ont été tamisés à l’eau (maille=1,5 mm)3. Les refus de tamis sont triés à plusieurs reprises permettant la récupération de vestiges tels que les plus petits déchets de fabrication (copeaux d’ivoire, fragments de talc).

  • 4 Un nombre assez important de ces objets proviennent des déblais Saint-Périer et des dépôts remaniés (...)

8L’une des contributions les plus importantes des fouilles programmées dans la grotte d’Isturitz est la mise au jour de plus de 200 objets perforés (ou autrement aménagés pour être suspendu) ainsi qu’un certain nombre de déchets liés à leur fabrication (cf. tableau 2). Il n’est pas exagéré de dire que ces abondants objets de parure aurignaciens (archaïque et ancien) provenant d’une fouille moderne4 transforment notre connaissance scientifique des aspects symboliques des premiers Hommes modernes d’Europe occidentale.

9Située dans les Pyrénées occidentales, au coeur de la zone de passage et de contact entre l’Aquitaine et la corniche vasco-cantabrique, la grotte d’Isturitz a fait l’objet, dans la première moitié du XXe siècle, de fouilles qui ont livré un remarquable ensemble archéologique couvrant le Paléolithique moyen et la quasi-totalité du Paléolithique supérieur. De nouvelles recherches menées dans la salle Saint-Martin ont mis en évidence d’importantes occupations aurignaciennes attribuées aux phases archaïques et anciennes de ce technocomplexe. Nous ferons dans cet article une synthèse des principales données concernant les parures, qui font de la grotte d’Isturitz un site clef pour l’étude de celles-ci.

10Nous ne présenterons ici que des observations préliminaires générales et les objets les plus remarquables ; l’intégralité de ce corpus fera l’objet d’une monographie ultérieure (voir aussi White, 2001a, 2002a, 2003, 2007a, 2007b). L’un d’entre nous (R.W.) étant responsable de l’analyse de la parure d’autres sites aurignaciens en cours de fouilles en Aquitaine (White, 2007a, 2007b) et ailleurs (White, 2002b), il sera fructueux d’entreprendre des comparaisons entre la nature et la technologie de la parure d’Isturitz et celle d’autres gisements d’Aquitaine.

1 - La grotte d’Isturitz, fouilles Normand, bilan stratigraphique

11Les fouilles récentes dans la Salle Saint-Martin ont eu lieu principalement comme illustré dans le tableau 1. Cette zone est divisée en deux secteurs séparés par un gros bloc d’éboulis : secteur "fouille principale" et secteur "coupe". L’archéostratigraphie de ces deux secteurs a été relevée séparément et la correspondance stratigraphique entre les coupes, même si elle est probable, reste à démontrer avec précision.

Tableau 1 - Fouilles Normand, datations et archéostratigraphie aurignacienne liant les deux secteurs.

Tableau 1 - Fouilles Normand, datations et archéostratigraphie aurignacienne liant les deux secteurs.

d’après Texier, Lenoble, 2005

Tableau 2 - Inventaire par unité stratigraphique des objets de parure dont l’origine précise est établie (fouilles 1996 à 2005).

Tableau 2 - Inventaire par unité stratigraphique des objets de parure dont l’origine précise est établie (fouilles 1996 à 2005).

12La séquence aurignacienne de la zone fouillée dans la salle Saint-Martin se décompose en trois grands ensembles (tableau 1) :

13Un ensemble supérieur : celui-ci a été subdivisé en trois sous-ensembles dans le secteur "Fouille Principale" (C 3a, C 3b sommet et C 3b base), et deux dans le secteur "Coupe" (C 3I et C 3II). C 3a, C 3b sommet et C 3I sont pauvres en matériel diagnostic. Un fragment de pièce à dos ainsi qu’un burin apparenté au type Noailles découverts dans C 3a suggèrent une attribution de tout ou partie du matériel au Gravettien. De leur côté C 3b sommet et C 3I sont sans doute à placer dans une phase relativement récente de l’Aurignacien, ce que pourraient confirmer les deux dates obtenues pour C 3b sommet (Beta 136048 : 28290±240 BP et Beta 136049 : 29400±370 ; Barandiaran et al., 2000). Toutefois, ces dates ont été réalisées sur des esquilles d’os non brûlées ayant peut-être subi des lessivages et dont la fiabilité ne peut pas être assurée. Une bonne composante du matériel de C 3b base et de C 3II, plus abondant, présente d’assez nombreuses similitudes avec ce qui a été observé dans l’Aurignacien ancien, en particulier la présence de quelques lames aurignaciennes et une production lamellaire issue en partie de nucléus carénés. Une attribution à cette phase de l’Aurignacien est donc vraisemblable.

14Un ensemble moyen : nous y avons distingué deux grands sous-ensembles dans le secteur "Fouille Principale" (C 4b et C 4c) et un autre dans le secteur "Coupe" (C 4I), eux-mêmes subdivisés. C 4b et C 4I ont livré des séries globalement très riches, avec par exemple un outillage lithique dépassant mille pièces. L’étude de celui-ci permet une attribution à une phase ancienne de l’Aurignacien avec toutefois quelques différences avec ce qui a été déterminé, par exemple, à Brassempouy (Bon, 2006). En effet, alors que dans ce dernier site, les lamelles sont quasi-exclusivement issues de l’exploitation de nucléus carénés, à Isturitz, cette modalité est certes majoritaire mais elle coexiste avec deux autres : un débitage en continuité de celui des lames et un débitage autonome sur tranche d’éclat, généralement associé à l’Aurignacien archaïque. Pour autant, ces séries proviennent d’un contexte sédimentaire favorable à une bonne conservation des ensembles archéologiques (Texier, Lenoble, 2005) et il est probable qu’il y a là une association véritablement anthropique. Dès lors, quel sens octroyer à ces observations ? Nous pensons à l’heure actuelle qu’il s’agit probablement du témoignage de particularismes territoriaux, d’autant que les dates correspondant à ces sous-ensembles sont similaires à celles de Brassempouy (C. Szmidt, inf. com. orale). Concernant la base de cet ensemble moyen, la couche C 4c4 pourrait témoigner d’un lien entre l’Aurignacien archaïque et l’Aurignacien ancien. Six dates y ont été récemment obtenues, avec comme moyenne 37180±420 BP (Szmidt et al., 2010).

15Un ensemble inférieur : il englobe les ensembles C 4d dans le secteur "Fouille Principale" et C 4III dans le secteur "Coupe") qui correspondent à des fréquentations humaines très denses dont subsistent de très nombreux vestiges. Les seules dates publiées proviennent d’esquilles d’os brûlé découvertes dans un sondage en 1998 : 36 550±610 BP (Gif 98238) et de 34630±560 BP (Gif 98237) (Turq et al., 1999). Toutefois, les fouilles réalisées postérieurement nous incitent à ne plus les prendre en compte car la zone où ont été effectués les prélèvements s’est révélée perturbée. Les données typotechnologiques disponibles actuellement pour C 4d et C 4III rattachent indiscutablement ces séries à l’Aurignacien archaïque, déjà signalé dans plusieurs sites relativement proches d’Isturitz, tels Gatzarria (Laplace, 1966 ; Sáenz de Buruaga, 1991), Labeko Koba (Arrizabalaga, Altuna, 2000) ou Cueva Morín (e.g. Maíllo Fernández, 2003).

2 - Objectifs de cette présentation

  • 5 Pour ce faire, nous laissons de côté les objets récupérés dans les déblais des Saint-Périer et les (...)

16Avec l’évolution du chantier et des connaissances stratigraphiques plus approfondies, il est devenu possible aujourd’hui de démontrer un certain nombre de tendances techniques, matérielles, chrono-stratigraphiques, spatiales et même régionales5. Nous présentons ici une première étude de ce corpus en nous focalisant plus particulièrement sur les techniques d’aménagement des dents perforées ; la variation chronologique dans la sélection des dents de mammifères (dont une dent humaine) ; les matières premières employées pour les perles et pendeloques (ambre, ivoire, talc, os ; les données en faveur d’une production autochtone de la parure ; l’exploitation de l’ambre et sa gîtologie ; et l’existence d’une riche parure (pendeloque-sculpture anthropomorphe et coquillages) dans les niveaux datés de l’Aurignacien archaïque.

A - Techniques de mise en forme et d’aménagement en vue d’une suspension à Isturitz

17L’aménagement des dents de mammifères en vue d’une suspension est une affaire relativement compliquée et élaborée à Isturitz (figures 1-3). Une seule dent (renard) a été aménagée par rainurage, mais deux dents de boviné perforées portent aussi des rainures sur au moins un bord extérieur de la dent. Ce constat démontre que l’aménagement par rainurage n’est pas limité au Châtelperronien (White, 2001).

Figure 1 - Dent de boviné, d’abord amincie par abrasion fine, puis grattée, et enfin perforée par demi-rotation.

Figure 1 - Dent de boviné, d’abord amincie par abrasion fine, puis grattée, et enfin perforée par demi-rotation.

À noter au milieu en bas, une première préparation (qui se répète sur l’autre face de la dent) pour l’emplacement de la perforation, abandonnée par la suite (×6,4).

Figure 2 - Crâche de cerf et incisive de boviné.

Figure 2 - Crâche de cerf et incisive de boviné.

a : Crâche de cerf (ou fac-similé) totalement aménagée, avec une belle perforation en demi-rotation bifaciale (×6,4) ; b : incisive de boviné très usée, perforée par demi-rotation bifaciale (couche 4b).

Figure 3 - Canines de renard.

Figure 3 - Canines de renard.

a : canine de renard amincie par abrasion fine, puis préparée par grattage bifacial pour ouvrir une perforation. À noter, le fort aménagement du bord latéral de la racine (×6,4). b : canine de renard amincie par creusement très profond, suivi par grattage et perforation par demi-rotation bifaciale (×6).

18La quasi-totalité des dents de bovinés et des crâches de cerf ont subi un aménagement compliqué et intensif, qui comporte plusieurs stades de préparation. La racine de la dent était d’abord amincie par fine abrasion, enlevant sur de grandes surfaces la couche du cément. Puis, sur chaque face de la racine, la zone destinée à être perforée était préparée par un grattage assez grossier. Dans certains cas, l’endroit précis de l’éventuelle perforation était approfondi par grattage, grâce à l’application d’un outil par pression, ou par piquetage.

19Dans la plupart des cas, une fois cette préparation accomplie, la perforation se faisait par semi-rotation, ce qui reste une technique peu usuelle dans d’autres sites aurignaciens en Aquitaine (White, 1989a, 1989b, 1992, 1993a, 1993b, 1997). Souvent, les lèvres caractéristiques du changement de direction du geste semi-rotatif sont visibles sur les bords intérieurs du trou.

20On peut se demander si cette technique de perforation et de mise en forme est particulièrement adaptée à la morphologie des dents de bovinés, ou s’il s’agissait de techniques plus généralement employées. L’examen au microscope des dents d’autres taxons nous a conduit à constater une application générale de cette chaîne opératoire.

21Les dents de bovinés sont le plus souvent très usées. Dans un certain nombre de cas, il s’agit de vieilles bêtes, dans d’autres les dents semblent avoir subi une forte modification artificielle par abrasion. Dans ces cas-là, la surface de l’émail a été intensément réduite par frottement, et l’extrémité proximale de la racine et ses bords latéraux ont été également transformés par abrasion. Dans ces cas, tout se passe comme si la dent était vue comme un support pour la fabrication de perles cylindriques. En effet, il existe deux perles cylindriques en ivoire dont la forme ressemble fortement à celle des dents de bovinés aménagées.

B - Est-ce que le choix des dents aménagées de mammifères en parures reste stable au cours de l’Aurignacien ?

  • 6 Identifications jusqu’à la fin de la saison 2002 par S. Costamagno.

22Ainsi que nous l’avons vu, la plupart des objets de parure issus des fouilles récentes d’Isturitz se compose des dents de mammifères perforées. La figure 4 donne la répartition de ces dents par taxon6 et par unité stratigraphique. La dominance des dents de bovinés est à remarquer, mais la situation est plus compliquée et plus intéressante. En effet, il y a une variation chronologique importante concernant les dents de bovinés, dont l’importance est encore plus marquée dans les unités stratigraphiques inférieures (surtout C 4b) attribuées à l’Aurignacien ancien.

Figure 4 - Dents aménagées, fréquences des espèces dans les couches de l’Aurignacien ancien (couches 4Ia, b, c et d puis 4a, 4b [4b, 4b1 et 2], 4c1, 4c2, 4c3) et les couches de l’Aurignacien ancien récent (couches 3 a, b-base et b-sommet).

Figure 4 - Dents aménagées, fréquences des espèces dans les couches de l’Aurignacien ancien (couches 4Ia, b, c et d puis 4a, 4b [4b, 4b1 et 2], 4c1, 4c2, 4c3) et les couches de l’Aurignacien ancien récent (couches 3 a, b-base et b-sommet).

23Il y a en effet une variabilité chronologique fascinante en ce qui concerne les espèces de mammifères dans la parure. Depuis plusieurs années, nous avons pu remarquer des différences importantes d’espèces "ornementales" entre la grotte des Hyènes à Brassempouy et Isturitz, ces deux sites n’étant pourtant situés qu’à 60 km l’un de l’autre. L’un d’entre nous (R. W.) avait évoqué plusieurs hypothèses pour expliquer ces différences, illustrées par une dominance de dents de bovinés à Isturitz et à leur absence totale dans la parure aurignacienne de Brassempouy. Cette variabilité est : soit aléatoire, ce qui s’avère peu probable compte tenu de l’importance des effectifs ; soit elle signale l’existence d’une frontière entre deux groupes régionaux, dont les dents d’une espèce ou d’une autre en seraient le marqueur ; soit elle est liée à des changements chronologiques dans le choix des espèces ornementales, non reconnus jusqu’alors, au sein de l’Aurignacien en Aquitaine.

24Les figures 5 et 6 illustrent les conséquences d’une méthodologie qui ne contrôle pas le contexte chronostratigraphique, en réunissant les ensembles aurignaciens étendus sur des millénaires. L’ensemble des objets de parure d’Isturitz, étudiés dans leur intégralité, montre un contraste fort avec les objets des niveaux de l’ensemble 2 de Brassempouy, ces derniers étant chronologiquement proches. En revanche, lorsque l’on sépare à Isturitz les ornements des niveaux 3 (Aurignacien ancien récent) d’une part, et les niveaux 4a à c et 4Ia à c (Aurignacien ancien) de l’autre, on est frappé par un changement brutal de fréquences relatives des espèces choisies.

Figure 5 - Comparaison inter-site d’espèces de dents de mammifères dont les dents ont été aménagées en parures ; entre la grotte des Hyènes à Brassempouy et la grotte d’Isturitz (sans distinction stratigraphique pour Isturitz).

Figure 5 - Comparaison inter-site d’espèces de dents de mammifères dont les dents ont été aménagées en parures ; entre la grotte des Hyènes à Brassempouy et la grotte d’Isturitz (sans distinction stratigraphique pour Isturitz).

25Ce changement de comportement, allant d’une dominance des dents de bovinés à une dominance d’autres espèces (renard, cerf, humain), n’a aucun rapport avec d’éventuels changements environnementaux. À Isturitz, les bovinés sont aussi abondants dans la faune de l’Aurignacien ancien récent que dans celle de l’Aurignacien ancien.

26À Castanet (Castel, 1998) et Brassempouy (Letourneux, 2003), ainsi qu’à Isturitz (Costamagno in Normand et al., 2006), les restes de renne, de cheval et de bovinés, pris ensembles, dominent de loin la faune. Il est donc étonnant de voir, dans l’Aurignacien ancien de Brassempouy et de Castanet, l’absence totale de dents aménagées de ces trois taxons. Les animaux consommés et les animaux "portés" semblent être réciproquement exclusifs.

27L’exemple d’Isturitz (figure 6) montre quelles implications peut avoir la constitution des échantillons dans les interprétations. Le regroupement d’objets sans considération de leur origine chronostratigraphique précise a toutes les chances de déboucher sur des interprétations biaisées voir totalement erronées.

Figure 6 - Différences des espèces de mammifères dont les dents ont été aménagées en parures, entre l’Aurignacien ancien (couches 4Ia, b, c et d puis 4a, 4b [4b, 4b1 et 2], 4c1, 4c2, 4c3) et l’Aurignacien ancien récent (couches 3 a, b-base et b-sommet) à la grotte d’Isturitz.

Figure 6 - Différences des espèces de mammifères dont les dents ont été aménagées en parures, entre l’Aurignacien ancien (couches 4Ia, b, c et d puis 4a, 4b [4b, 4b1 et 2], 4c1, 4c2, 4c3) et l’Aurignacien ancien récent (couches 3 a, b-base et b-sommet) à la grotte d’Isturitz.

28À l’échelle de l’Aurignacien, dont la durée est de plusieurs millénaires, et compte tenu du niveau de résolution des datations radiométriques, il est très difficile d’interpréter les différences inter-sites (figure 7) dans le choix des espèces, qui peuvent aussi bien relever d’une différenciation régionale que d’une évolution chronologique. Les conclusions de Vanhaeren et d’Errico (2006) en faveur d’une variation régionale stable et structurée (de la parure aurignacienne) à travers l’Europe ne sont donc pas recevables.

Figure 7 - Différences des espèces de mammifères dont les dents ont été aménagées en parures, entre : l’Aurignacien ancien (couches 4Ia, b, c et d puis 4a, 4b [4b, 4b1 et 2], 4c1, 4c2, 4c3) et l’Aurignacien ancien récent (couches 3 a, b-base et b-sommet) de la grotte d’Isturitz et l’Aurignacien ancien (Ensemble 2) de la grotte des Hyènes à Brassempouy.

Figure 7 - Différences des espèces de mammifères dont les dents ont été aménagées en parures, entre : l’Aurignacien ancien (couches 4Ia, b, c et d puis 4a, 4b [4b, 4b1 et 2], 4c1, 4c2, 4c3) et l’Aurignacien ancien récent (couches 3 a, b-base et b-sommet) de la grotte d’Isturitz et l’Aurignacien ancien (Ensemble 2) de la grotte des Hyènes à Brassempouy.

29À une échelle beaucoup plus fine, la constatation qu’à l’intérieur d’une séquence d’Aurignacien ancien comme à la grotte des Hyènes à Brassempouy, la fréquence et les proportions des dents aménagées par espèce fluctuent (White, 2007a), confirme la nécessité d’une analyse fine site par site pour tenter de documenter et de comprendre les variations observées.

30À Isturitz, cette variabilité a également un aspect spatial non négligeable. Le secteur "coupe" n’a livré que huit dents aménagées de mammifères (la moitié en 4Ib), parmi lesquelles il n’y a que trois dents de bovinés. En somme, le secteur "coupe" donne, pour l’instant, une proportion plus importante de perles par rapport aux dents aménagées (figure 8). Évidemment, la fouille d’une petite superficie risque de livrer un échantillon non représentatif.

Figure 8 - Ensemble 4. Rapport perles/dents aménagées dans les deux secteurs de la fouille.

Figure 8 - Ensemble 4. Rapport perles/dents aménagées dans les deux secteurs de la fouille.

C - La dent humaine percée

31L’unique dent humaine percée (M2 ou 3, inférieure gauche) est intacte (figure 9). Elle fait partie d’un nombre croissant de tels objets de parure dans l’Aurignacien français (Henry-Gambier et al., 2004). Elle porte une belle perforation en demi-rotation bifaciale (figure 9), faite avec un outil peu aigu comme c’est le cas pour certaines des dents de boviné. Les stigmates de cette rotation sont peu visibles (figure 10) en raison de l’aspect très émoussé et lustré de la surface de la pièce. À l’heure actuelle, il est impossible de savoir s’il s’agit d’une usure provoquée par l’aménagement du trou par abrasion fine ou par le port de l’objet pendant une longue période.

Figure 9 - Isturitz 2001, C 3b base. La dent humaine perforée.

Figure 9 - Isturitz 2001, C 3b base. La dent humaine perforée.

Figure 10 - Les deux faces de la perforation de la dent humaine.

Figure 10 - Les deux faces de la perforation de la dent humaine.

La perforation a été réalisée par demi-rotation, mais les anneaux de rotation sont peu visibles en raison d’une usure assez marquée (×6,4).

  • 7 À noter que l’exemplaire de Tarté provient des déblais d’un site contenant également des occupation (...)

32Il faut souligner que les dents humaines aménagées pour suspension sont limitées à quatre sites attribués à l’Aurignacien ancien dans le bassin d’Aquitaine : grotte de la Combe ; grotte des Hyènes, Brassempouy ; grotte d’Isturitz et grotte de Tarté (White et al., 2003 ; Henry-Gambier, White, 2006 ; Henry-Gambier et al., 2004)7. Certaines de ces dents portent des traces d’enlèvement de chair par raclage, évoquant leur extraction des cadavres. Les sites aurignaciens charentais des Rois et de Fontechevade ont chacun livré une mandibule avec traces de découpe (Gambier, 2000), peut-être liées aux procédures d’extraction des dents pour transformation en parures.

D - Matières premières utilisées pour la confection de perles

33Les perles et pendeloques aurignaciennes de l’ensemble 2 de la grotte des Hyènes à Brassempouy sont fabriquées en ivoire, en chlorite, en talc, en calcite, en os, en hématite et en lignite. Ce sont à peu près les mêmes matières premières qu’à Castanet et Isturitz, avec toutefois quelques différences subtiles mais importantes. Par exemple, les proportions des perles en ivoire par rapport aux perles en pierre tendre (figures 11-13) sont très différentes entre Brassempouy et Castanet (ainsi que pour les autres gisements aurignaciens de Castel-Merle – la Souquette et l’abri Blanchard). On peut en conclure que la situation géographique de Brassempouy, situé plus à proximité des gîtes de talc pyrénéens, expliquerait des pourcentages plus élevés de perles dans cette matière. Ce serait donc un exemple classique d’une focalisation sur une certaine matière première en relation avec la distance à son point d’origine géologique.

  • 8 Ceci dit, il reste une incertitude concernant la disponibilité de ce talc dans la partie occidental (...)

34Néanmoins, il y a un aspect surprenant en ce qui concerne le choix des matières premières pour les perles en forme de panier à Isturitz. Contrairement à ce qu’on voit pour la grotte des Hyènes à Brassempouy (figure 11), où environ une moitié des perles en forme de panier est en pierre tendre, la grande majorité de ces perles à Isturitz est en ivoire ou en os. Au final, les données quantitatives pour Isturitz se rapprochent des proportions constatées dans les gisements du Périgord (figures 12-13). Cela est rendu d’autant plus curieux par le fait qu’Isturitz se situe à proximité des gîtes de talc pyrénéens8. Est-ce que cela pourrait s’expliquer par un lien avec les Aurignaciens situés plus au Nord ? Est-ce que les perles en forme de panier d’Isturitz proviennent du Nord sous forme de produit fini ? Ou est-ce simplement le résultat d’un échantillon non représentatif dû à la petite superficie fouillée ? Encore une fois, on est confronté à une variabilité qui ne s’explique pas par un simple modèle régional. C’est une affaire à suivre dans les campagnes à venir.

Figure 11 - Proportions des perles en forme de panier d’après leurs matières premières, ensemble 2, grotte des Hyènes, Brassempouy.

Figure 11 - Proportions des perles en forme de panier d’après leurs matières premières, ensemble 2, grotte des Hyènes, Brassempouy.

Figure 12 - Comparaison des proportions des perles en ivoire et en pierre tendre pour les sites de la vallée de la Vézère (Dordogne), la grotte des Hyènes, Brassempouy (Landes) et la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques).

Figure 12 - Comparaison des proportions des perles en ivoire et en pierre tendre pour les sites de la vallée de la Vézère (Dordogne), la grotte des Hyènes, Brassempouy (Landes) et la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques).

Figure 13 - Les rapports entre perles en forme de panier et les déchets (perles inachevées) pour la grotte des Hyènes à Brassempouy, les fouilles récentes de l’abri Castanet en Dordogne et la grotte d’Isturitz.

Figure 13 - Les rapports entre perles en forme de panier et les déchets (perles inachevées) pour la grotte des Hyènes à Brassempouy, les fouilles récentes de l’abri Castanet en Dordogne et la grotte d’Isturitz.

E - Production sur place ou production allochtone des perles ?

35Les perles en forme de panier restent encore assez rares à Isturitz en comparaison avec d’autres sites aurignaciens récemment fouillés. Après presque dix ans de fouilles, les traces d’une production de ces perles sur place restent quasiment absentes. La seule exception possible a été identifiée en 2003 ; il s’agit d’une grande perle cylindrique (2,1 cm de long) qui pourrait être l’ébauche d’une perle globuleuse ou "en forme de panier". Le support pourrait être de l’ivoire, mais il s’agit plus probablement d’une base de la racine d’une grosse dent, dont l’extrémité proximale semble être conservée (figure 14).

Figure 14 - Isturitz 2003, C 4I. Ébauche de perle en dentine ou ivoire.

Figure 14 - Isturitz 2003, C 4I. Ébauche de perle en dentine ou ivoire.

36Une petite quantité de déchets de fabrication ainsi que quelques perles et dents percées inachevées (figure 13) témoignent d’une fabrication sur place d’au moins une partie des perles et des dents percées à Castanet et à Brassempouy. Par contre, malgré une vingtaine de perles en forme de panier et fragments dans les niveaux 3 et 4a (Aurignacien ancien) à Isturitz, une seule perle inachevée a été identifiée et aucun déchet de fabrication n’a été trouvé dans le secteur fouillé.

37La récupération systématique et la quantification des débris de fabrication nous permettent de constater une structuration assez intéressante (figure 13). Les nouvelles fouilles à Castanet confirment l’idée d’une production intense d’objets de parure, notamment les perles en forme de panier. Sur ce site, on trouve autant de déchets et d’ébauches de fabrication que de perles achevées. L’ensemble 2 de Brassempouy manifeste une activité de production beaucoup plus restreinte, nous conduisant à voir un contexte où seuls l’entretien vestimentaire et le remplacement des parures ont été entrepris. Certaines traces d’usure très nettes à l’intérieur des perforations impliquent également une utilisation/perte sur place.

38Enfin, dans le secteur récemment fouillé à Isturitz, des traces de fabrication sur place sont quasiment absentes, à une exception près : la production des parures en ambre, un phénomène limité aux niveaux 4b, 4c et 4d.

39Une comparaison de l’intensité des activités liées à la fabrication des perles à la grotte des Hyènes, dans les gisements aurignaciens de Castel-Merle (Dordogne) et à la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques), permet d’ébaucher un modèle concernant la fabrication d’ornements au sein d’un système régional de mouvements saisonniers et d’activités. Ce modèle reste extrêmement fragile compte tenu du peu de données disponibles et des problèmes de corrélations spatiotemporelles entre les sites, évoqués plus haut. Dans cette optique, il est cependant important de souligner que les données squelettochronologiques indiquent une occupation pendant la belle saison à Brassempouy (Letourneux, 2003) et à Isturitz (Rendu in Normand et al., 2006), et une occupation hivernale à l’abri Castanet (Pike-Tay, 1998). Espérons que les analyses isotopiques (Heckel et al., 2014) permettront à terme de mieux cerner cette question.

F - Parure en ambre (et en lignite)

  • 9 Le Magdalénien d’Isturitz leur avait déjà livré de l’ambre y compris sous la forme d’une belle scul (...)

40Dès les premières campagnes, la récupération de nombreux déchets d’ambre, allant des échardes millimétriques (figure 15) aux gros morceaux (figure 16) (2,9×2,3 cm) confortaient l’hypothèse d’une fabrication sur place d’une parure en ambre. Rappelons que les fouilles Saint-Périer (R. et S. Saint-Périer, 1952)9 avaient livré une pendeloque en ambre attribuée à la couche SIII (figure 17). La découverte de pendeloques en ambre au cours de la campagne 2004 à la base de la couche 4c était donc prévisible (figure 18). Il s’agit probablement de la parure en ambre la plus ancienne reconnue jusqu’alors.

Figure 15 - L’un des deux fragments d’ambre (qui se raccordent) portant des traces techniques (l : env. 3 mm).

Figure 15 - L’un des deux fragments d’ambre (qui se raccordent) portant des traces techniques (l : env. 3 mm).

Figure 16 - Isturitz 2003, C 4c2. Gros morceau d’ambre (longueur=2,9 cm) avec (en bas à ×18) fortes traces de raclage indiquant une probable fabrication sur place de la parure en ambre.

Figure 16 - Isturitz 2003, C 4c2. Gros morceau d’ambre (longueur=2,9 cm) avec (en bas à ×18) fortes traces de raclage indiquant une probable fabrication sur place de la parure en ambre.

Figure 17 - MAN 83894 884, pendeloque en ambre de la couche SIII (Aurignacienne), fouilles Saint Périer.

Figure 17 - MAN 83894 884, pendeloque en ambre de la couche SIII (Aurignacienne), fouilles Saint Périer.

Figure 18 - Isturitz 2004, C 4c6. Pendeloque en ambre avec traces techniques.

Figure 18 - Isturitz 2004, C 4c6. Pendeloque en ambre avec traces techniques.

41Pour l’instant, à Isturitz, dans les fouilles récentes, les vestiges et objets en ambre se trouvent exclusivement dans le secteur principal (tableau 3) et sont absents dans le secteur "coupe".

Tableau 3 - La répartition stratigraphique et spatiale des vestiges d’ambre, 1996-2005.

Tableau 3 - La répartition stratigraphique et spatiale des vestiges d’ambre, 1996-2005.
  • 10 Rappelons à cet égard que l’Aurignacien ancien de Cueva Morín et de El Pendo (Álvarez Fernández et  (...)

42La question se posait alors sur l’origine de cet ambre, tout en sachant que cette matière dans les sites aurignaciens cantabriques provient des gîtes crétacés locaux (Álvarez Fernández et al., 2005a). C’est également le cas pour l’ambre paléolithique trouvé récemment à La Garma (Peñalver et al., 2007)10. Les enquêtes menées sur le terrain par l’un d’entre-nous (C.N.) ont confirmé la présence d’un gîte à Saint-Lon-les-Mines au sud de Dax, déjà évoqué par les Saint-Périer (1952) comme une éventuelle source pour l’ambre d’Isturitz. Dans ce cas, comme dans d’autres, l’ambre est associé au lignite, ce qui est d’autant plus intéressant car l’Aurignacien d’Isturitz (collection Saint-Périer au MAN, déblais Saint-Périer) contient une parure fabriquée dans cette matière. Malheureusement, même si les déchets d’ambre sont assez identifiables lors du tri du tamisage, ce n’est pas le cas pour le lignite qui se confond avec d’autres matières organiques carbonisées, comme l’os brûlé.

43Nous avons alors pris contact avec The Center for Amber Studies de Vassar College aux États-Unis. Le directeur de ce centre, le Professeur Curt Beck, a accepté de participer avec nous à un projet de caractérisation spectrale de l’ambre d’Isturitz et des gîtes connus dans les Landes et le long la côte Basque française. Le Professeur Beck a déjà entrepris des recherches de cette nature en collaboration avec Dominique Sacchi sur l’ambre du gisement magdalénien d’Aurensan (Beck et al., 1987). Maria Rosa, étudiante de Curt Beck, s’est consacrée à une étude de spectrométrie infrarouge (Beck, 1997) et de chromatographie de gaz de sept échantillons de l’Aurignacien d’Isturitz (Rosa, 2007). Ses résultats excluent une origine baltique (Passemard, 1913 ; de Saint Périer, 1930). Les caractéristiques spectrométriques sont tout à fait conformes avec une origine à Saint-Lon-les-Mines (Rosa, 2007).

G - Perles tubulaires

44Il faut enfin souligner la découverte en 2003 (couche 4b probable) d’une série de six perles (figure 19), ayant comme support des petits tubes d’os (d’oiseaux ?). Ces perles, d’environ 5 mm de longueur, portent un décor délicat, fait par un rainurage continu sur la circonférence du tube. Les extrémités de ces perles sont, en général, assez émoussées. Des perles tout à fait identiques ont été trouvées dans le gisement des Cottés (Rigaud et al., 2014), malheureusement dans les déblais. Il y en a aussi (5 décorées et 2 non) dans l’Aurignacien ancien (couche Cbci-Cbf) de Gatzarria (Sáenz de Buruaga, 1991 : 147 et 163).

Figure 19 - Isturitz 2003, C 4b probable. Perles décorées par un rainurage en circumincision (longueur moyenne=4 mm). Les deux marquées d’un astérisque se raccordent.

Figure 19 - Isturitz 2003, C 4b probable. Perles décorées par un rainurage en circumincision (longueur moyenne=4 mm). Les deux marquées d’un astérisque se raccordent.

H - Une découverte majeure : la parure de la couche 4d (Aurignacien archaïque)

45Au cours des campagnes de 2004 et 2005, la couche 4d (Aurignacien archaïque) a livré une série importante d’objets de parure dont quinze coquillages percés (Littorina obtusata), et une pendeloque en pierre tendre qui pourrait être considérée comme zoomorphe ou même anthropomorphe (figures 20-22). Cette pendeloque, dont la perforation a été faite par demi-rotation bifaciale, est assez inédite. Il s’agit d’un objet de 5,25 cm de long portant de nombreuses traces techniques, notamment sur les faces I et IV (figure 21). Plusieurs interprétations sont évoquées pour sa forme, y compris celle d’une forme féminine, une forme zoomorphe voir phallique.

Figure 20 - Isturitz 2004, C 4d1. Quatre faces de la pendeloque en pierre tendre (talc ou calcite) à forme anthropomorphe ou zoomorphe de la couche 4d1.

Figure 20 - Isturitz 2004, C 4d1. Quatre faces de la pendeloque en pierre tendre (talc ou calcite) à forme anthropomorphe ou zoomorphe de la couche 4d1.

clichés : R. White

Figure 21 - Isturitz 2004, C 4d1. Pendeloque en talc calcité.

Figure 21 - Isturitz 2004, C 4d1. Pendeloque en talc calcité.

a : Traces techniques sur la face IV ; b : cannelure prolongeant la perforation sur la face I ; c et d : détails de la perforation, faces I et III ; e et f : traces noires (dendrites ?) sur la face I.

clichés : R. White

Figure 22 - Isturitz 2004, C 4d1. Pendeloque en talc calcité in situ.

Figure 22 - Isturitz 2004, C 4d1. Pendeloque en talc calcité in situ.

cliché : C. Normand

46Même si une polysémie est probable, nous sommes frappés par ses attributs potentiellement féminins. Identifiée dans un contexte gravettien, on accepterait aisément l’interprétation d’une figuration féminine. Or, cette pièce provient bien d’un contexte attribué à l’Aurignacien archaïque et, si l’on retient cette interprétation, cela fait de cette pièce la plus ancienne représentation anthropomorphe du Paléolithique européen.

47Outre l’intérêt de ces objets de parure en tant qu’artefacts, ils interviennent d’une façon importante dans le débat actuel concernant la nature de la transition du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur. Récemment, certains auteurs (Zilhão, d’Errico, 1999, 2003) ont nié que l’art et la parure se manifestaient dès le début de l’Aurignacien en Europe. D’après ces auteurs, la soi-disant absence des objets symboliques laisse la porte ouverte à la possibilité d’une invention indépendante de la parure par les Châtelperroniens-Néandertals et les Aurignaciens-Hommes modernes. Pour ces auteurs, cette absence fausse l’idée d’une "révolution symbolique" au début de l’Aurignacien. Pour nous, leur position n’est pas défendable face aux objets symboliques de l’Aurignacien archaïque de la couche 4d, datés par 14C bien au-delà de 37000 BP et donc certainement parmi les plus anciens d’Europe.

Conclusion

48Depuis quelques années, l’origine de la parure a été reconnue comme l’un des événements fondamentaux dans l’évolution de l’humanité. Par sa richesse, par son originalité et par son contexte sûr, la parure aurignacienne de la grotte d’Isturitz prend une place de premier ordre dans les débats concernant l’origine de l’Homme moderne et la transition du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur (Hublin et al., 2012 ; Peresani et al., 2011, 2013).

49Sur une échelle plus modeste mais non moins importante, la parure d’Isturitz commence à livrer de précieux détails concernant la variabilité chronologique, géographique et même spatiale à l’intérieur de l’Aurignacien en Aquitaine. La séquence stratigraphique d’Isturitz nous permet de démontrer l’évolution chronologique de la parure au cours de l’Aurignacien en Aquitaine, ainsi que sa variabilité intra-régionale. Nous concluons que cette instabilité complique considérablement l’hypothèse de parures régionalisées, marquant des entités ethniques qui ont perduré pendant plus de 10000 ans.

Haut de page

Bibliographie

Álvarez Fernández E., Peñalver Mollá E., Delclòs X., 2005a - Presencia de ámbar local en los niveles auriñacienses de Cueva Morín y El Pendo (Cantabria, España), Monografías, 20, Museo de Altamira, Santander, 385-395.

Álvarez Fernández E., Peñalver Mollá E., Delclos X., 2005b - La presencia del ámbar en los yacimientos prehistóricos (del Paleolítico superior a la Edad de Bronce) de la Cornisa Cantábrica y sus fuentes de aprovisionamiento, Zephyrus, LVIII, 159-182.

Arrizabalaga A., 2000 - Los technocomplejos líticos del yacimiento arqueológico de Labeko Koba (Arrasate, País Vasco), in Arrizabalaga A., Altuna J., Labeko Koba (País Vasco) Hienas y Humanos en los albores del Paleolítico superior, Munibe (Antropologia-Arkeologia), 52, 193-343.

Arrizabalaga A., Altuna J., Areso P., Elorza M., García M., Iriarte M.J., Marriezkhurrena K., Mujika J., Pemán E., Tarriño A., Uriz A., Viera L., Straus L.G., 2003 - The Initial Upper Paleolithic in Northern Iberia: New Evidence from Labeko Koba, Current Anthropology, 44 (3), 413-421.

Bar Yosef Mayer D., 2005 - The Exploitation of Shells as Beads in the Palaeolithic and Neolithic of the Levant, Paléorient, 31, 176-185.

Beck C. W., 1997 - Détermination de la provenance des résines fossiles par l’analyse spectrale en infrarouge, in Leesch D. (dir.), Hauterive-Champréveyres 10 : Un campement magdalénien au bord du lac de NeuchIatel, Archéologie Neuchâteloise, 19, Musée Cantonal d’Archéologie, Neuchâtel, 105-107.

Beck C.W., Chantret F., Sacchi D., 1987 - L’"Ambre" paléolithique de la grotte d’Aurensan (Hautes-Pyrénées), L’Anthropologie, 91, 259-262.

Castel J.-C., 1998 - Résultats de l’étude paléontologique. Les fouilles du nouveau secteur de l’abri Castanet : Contexte géographique, historique et problématique, in Pelegrin J., White R. (dir.), Abri Castanet : Fouilles du nouveau secteur 1994-1998, Rapport de fouilles programmées, non publié, déposé au SRA Aquitaine.

Cristiani E., Farbstein R., Miracle P., 2014 - Ornamental traditions in the Eastern Adriatic: The Upper Palaeolithic and Mesolithic personal adornments from Vela Spila (Croatia), Journal of Anthropological Archaeology, 36, 21-31.

Gambier D., 2000 - Aurignacian Children and Mortuary practice in Western Europe, Anthropologie, 38 (1), 5-21.

Heckel C., Müller K., White R., Floss H., Conard N.J., Reiche I., 2014 - Micro-PIXE/PIGE analysis of Palaeolithic mammoth ivory: Potential chemical markers of provenance and relative dating, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 416, 133-141.

Henry-Gambier D., Maureille B., White R., 2004 - Vestiges humains des niveaux de l’Aurignacien ancien du site de Brassempouy (Landes), Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 16, 49-87.

Henry-Gambier D., White R., 2006 - Modifications artificielles des vestiges humains aurignaciens de la grotte des Hyènes et de la galerie Dubalen. Quelle signification, in Cabrera V., Bernaldo de Quiros F. (dir.), El centenario de la cueva de El Castillo: el ocaso de los Neandertales, Madrid, Ministerio de Educacion y Ciencia, 72-88.

Hublin J-J., Talamo S., Julien M., David F., Connet N., Bodu P., Vandermeersch B., Richards M., 2012 - Radiocarbon dates from the Grotte du Renne and Saint-Césaire support a Neandertal origin for the Châtelperronian, Proceedings of the National Academy of Sciences, 109, 18743-18748.

Laplace G., 1966 - Les niveaux Castelperronien, Protoaurignacien et Aurignaciens de la Grotte Gatzarria à Suhare en Pays-Basque, Quartär, 17, 117-140.

Letourneux C., 2003 - Devine qui est venu dîner à Brassempouy ? Approche taphonomique pour une interprétation archéozoologique des vestiges osseux de l’Aurignacien ancien de la grotte des Hyènes (Brassempouy, Landes), Thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne.

Maíllo Fernández J.M., 2003 - Archaic Aurignacian lithic technology in Cueva Morin (Cantabria, Spain), in Bar-Yosef A., Zilhao J. (eds.), Towards a définition of the Aurignacian, Lisbon, IGESPAR, IP, 111-130.

Moncel M.-H., Chiotti L., Gaillard C., Onoratini G., Pleurdeau D., 2012 - Non-utilitarian lithic objects from the European Paleolithic, Archaeology, Ethnology and Anthropology of Eurasia, 40, 24-40.

Normand C., de Beaune S.A., Costamagno S., Diot M.F., Henry-Gambier D., Goutas N., Laroulandie V., Lenoble A., O’Farrell M., Rendu W., Rios Garaizar J., Schwab C., Tarriño Vinagre A., Texier J.-P., White R., 2007 - Nouvelles données sur la séquence aurignacienne de la grotte d’Isturitz (communes d’Isturitz et de Saint-Martin d’Abreroue : Pyrénées-Atlantiques), in Évin J. (dir.), Congrès du centenaire de la Société préhistorique française : Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire, 26e Congrès préhistorique de France. Aux Conceptions d’Aujourd’hui, vol. 3, Société préhistorique française, Paris, 277-293.

Passemard E., 1913 - Fouilles à Isturitz (Basses-Pyrénées), Bulletin de la Société préhistorique française, 10, 647-649.

Peñalver E., Álvarez-Fernández E., Arias P., Delclòs X., Ontañón R., 2007 - Local amber in a Palaeolithic context in Cantabrian Spain: the case of La Garma A, Journal of Archaeological Science, 34, 843-849.

Peresani M., Fiore I., Gala M., Romandini M., Tagliacozzo A., 2011 - Late Neandertals and the intentional removal of feathers as evidenced from bird bone taphonomy at Fumane Cave 44 ky BP, Italy, Proceedings of the National Academy of Sciences, 108, 3888-3893.

Peresani M., Vanhaeren M., Quaggiotto E., Queffelec A., d’Errico F., 2013 - An Ochered Fossil Marine Shell From the Mousterian of Fumane Cave, Italy, PLoS ONE, 8 (7), e68572.

Pike-Tay A., 1998 - Seasonality of reindeer teeth, in Pelegrin J., White R. (dir.), Abri Castanet : Fouilles du nouveau secteur 1994-1998, Rapport de fouilles programmées, non publié, déposé au SRA Aquitaine.

Rigaud S., Roussel M., Rendu W., Primault J., Renou S., Hublin J.-J., Soressi M., 2014 - Les pratiques ornementales à l’Aurignacien ancien dans le Centre-Ouest de la France : l’apport des fouilles récentes aux Cottés (Vienne), Bulletin de la Société préhistorique française, 111, 21-40.

Rosa M., 2007 - Analysis of archaeological fossil resins, Mémoire, Bachelor of Arts, Vassar College, Department of Chemistry.

Sáenz de Buruaga A., 1991 - El Paleolítico superior de la Cueva de Gatzarria, Zuberoa, País Vasco, Anejos de Veleia, Series Maior, 6, Instituto de Ciencias de la Antigüedad, Universidad del País Vasco.

Saint-Périer (de) R., 1930 - La grotte d’Isturitz I. Le Magdalénien de la salle Saint-Martin, Éditions Masson, Paris, Archives de l’Institut de Paléontologie humaine, 7.

Saint-Périer (de) R., 1935 - Sculpture paléolithique en ambre, L’Anthropologie, 45, 365-368.

Saint-Périer (de) R., 1936 - La grotte d’Isturitz II. Le Magdalénien de la Grande salle, Éditions Masson, Paris, Archives de l’Institut de Paléontologie humaine, 17.

Saint-Périer (de) R. et S., 1952 - La grotte d’Isturitz III. Les Solutréens, Les Aurignaciens et les Moustériens, Éditions Masson, Paris, Archives de l’Institut de Paléontologie humaine, 25.

Sanders J.M., 2002 - Ethnic Boundaries and Identity in Plural Societies, Annual Review of Sociology, 28, 327-357.

Stiner M., 2013 - Early Upper Paleolithic shell beads at Üçagzili Cave I (Turkey): Technology and the socioeconomic context of ornament life-histories, Journal of Human Evolution, 64, 380-398.

Szmidt C., Normand C., Burr G., Hodgins G., LaMotta S., 2010 - AMS 14C dating the Protoaurignacian/Early Aurignacian of Isturitz, France. Implications for Neanderthal–modern human interaction and the timing of technical and cultural innovations in Europe, Journal of Archaeological Science, 37, 758-768.

Texier J.-P., Lenoble A., 2005 - Isturitz. Rapport sur les travaux géologiques, étude complémentaire 17, 12 p. in Normand C. et al. (dir.), Grotte d’Isturitz ; salle de Saint-Martin (commune de Saint-Martin-d’Arberoue), rapport final de fouilles programmées triannuelles 2003-2005 et projet de recherche 2006-2008, Bordeaux, SRA Aquitaine, 136 p.

Turq A., Normand C., Valladas H., 1999 - Saint-Martin-d’Arberoue ; Grotte d’Isturitz, in Bilan scientifique 1998, Direction régionale des Affaires culturelles Aquitaine, Service régional de l’Archéologie, Bordeaux, 133.

Vanhaeren M., 2002 - Les fonctions de la parure au Paléolithique supérieur : de l’individu à l’unité culturelle, Thèse de doctorat, Université Bordeaux 1.

Vanhaeren M., d’Errico F., 2006 - Aurignacian ethno-linguistic geography of Europe revealed by personal ornaments, Journal of Archaeological Science, 20, 1-24.

Vanhaeren M., d’Errico F., van Niekerk K., Henshilwood C.S., Erasmus R.M., 2013 - Thinking strings: additional evidence for personal ornament use in the Middle Stone Age of Blombos Cave, South Africa, Journal of Human Evolution, 64, 500-517.

White R., 1989a - Production complexity and standardisation in early Aurignacian bead and pendant manufacture: Evolutionary implications, in Stringer C., Mellars P. (eds.), The Human Revolution: Behavioural and Biological Perspectives on the Origins of Modern Humans, Edinburgh, Edinburgh University Press, 366390.

White R., 1989b - Toward a contextual understanding of the earliest body ornaments, in Trinkaus E. (ed.), The Emergence of Modern Humans: Biocultural Adaptations in the Later Pleistocene, Cambridge, Cambridge University Press, 211231.

White R., 1992 - Beyond art: Toward an understanding of the origins of material representation in Europe, Annual Review of Anthropology, 21, 537564.

White R., 1993a - A social and technological view of Aurignacian and Castelperronian personal ornaments in France, in Cabrera Valdès V. (dir.), El Origen del Hombre Moderno en el Suroeste de Europa, Madrid, Ministerio de Educacion y Ciencia, 327-357.

White R., 1993b - Technological and social dimensions of “Aurignacianage” body ornaments across Europe, in Knecht H., PikeTay A., White R. (eds.), Before Lascaux: The Complex Record of the Upper Paleolithic, Boca Raton, CRC Press, 277-299.

White R., 1997 - Substantial Acts: From Materials to Meaning in Upper Paleolithic Representation, in Stratmann D., Conkey M., Soffer O. (eds.), Beyond Art: Upper Paleolithic Symbolism, San Francisco, California Academy of Sciences, 93-121.

White R., 1998 - Objets de parure et témoins esthétiques à l’Abri Castanet, nouveau secteur, in Pelegrin J., White R. (dir.), Abri Castanet: Fouilles du nouveau secteur 1994-1998, Rapport de fouilles programmées, non publié, déposé au SRA Aquitaine.

White R., 1999 - Integrating Social and Operational Complexity: The Materal Construction of Social Identity at Sungir, in Averbouh A., Cattelain P., Jullien M. (dir.), L’Os : Festschrift pour Henriette Camps-Fabrer, Aix-en-Provence, Université de Marseille, 120-137.

White R., 2000 - Un big bang socioculturel : Une nouvelle façon d’appréhender le monde est née voici 40000 ans, La Recherche, hors série 4, 10-16.

White R., 2001a - Les objets de parure provenant de la grotte d’Isturitz : fouilles 2000-2001, in Normand C. (dir.), Isturitz (Salle de Saint-Martin), Rapport de fouilles programmées année 2001 et projet de recherche année 2002, non publié, déposé au SRA Aquitaine.

White R., 2001b - Personal ornaments from the grotte du Renne at Arcy-sur-Cure, Athena Review, 2 (4), 41-46.

White R., 2002a - Les objets de parure provenant de la grotte d’Isturitz : fouilles 2000-2002, in Normand C. (dir.), Isturitz (Salle de Saint-Martin), Rapport de fouilles programmées 2000-2002 et projet de recherche 2003-2005, non publié, déposé au SRA Aquitaine.

White R., 2002b - Observations technologiques sur les objets de parure, in Schmider B. (dir.), L’Aurignacien de la grotte du Renne. Les fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne), Paris, Supplément à Gallia Préhistoire, XXXIV, 257-266.

White R., 2003 - Les objets de parure provenant de la grotte d’Isturitz : fouilles 2003, in Normand C. (dir.), Isturitz (Salle de Saint-Martin), Rapport de fouilles programmées 2003 et projet de recherches 2004, non publié, déposé au SRA Aquitaine.

White R., 2007a - Parures aurignaciennes en Aquitaine : quelques observations, in Floss H., Rouquerol N. (dir.), Les chemins de l’art aurignacien en Europe, actes de la table ronde d’Aurignac, 16-18 septembre 2005.

White R., 2007b - Systems of Personal Ornamentation in the Early Upper Palaeolithic: Methodological Challenges an New Observations, in Mellars P., Boyle K., Bar-Yosef O., Stringer C. (eds.), Rethinking the human revolution, McDonald Institute Monographs, Cambridge, 287-302.

White R., à paraître - La parure aurignacienne de la grotte des Hyènes, Brassempouy, in Henry-Gambier D., Bon F. (dir.), L’Aurignacien et le Châtelperronien de la grotte des Hyènes à Brassempouy (Landes) Supplément à Gallia Préhistoire.

White R., Henry-Gambier D., Normand C., 2003 - Human-tooth ornaments from the French early Aurignacian: implications for early Upper Paleolithic treatment of the dead, Annual Meetings of the Paleoanthropology Society, Tempe, Arizona, Published abstract, Journal of Human Evolution.

Yentsch A., 1995 - Beads as silent witnesses of an African-American past: social identity and the artifacts of slavery in Annapolis, Maryland, Kroeber Anthropological Society Papers, 79, 44-60.

Zilhão J., d’Errico F., 1999 - The chronology and taphonomy of the earliest Aurignacian and its implications for the understanding of Neanderthal extinction, Journal of World Prehistory, 13 (1), 1-68.

Zilhão J., d’Errico F., 2003 - The chronology of the Aurignacian and Transitional technocomplexes. Where do we stand?, in Zilhão J., d’Errico F. (eds.), The Chronology of the Aurignacian and of the Transitional Technocomplexes. Dating, Stratigraphies, Cultural Implications, Lisboa, Trabalhos de Arqueologia, 33, Instituto Português de Arqueologia, 313-348.

Haut de page

Notes

1 On insiste ici sur cette notion de "systèmes" de parures. Pour nous, de rares exemples d’objets percés datant d’avant 40000 ans, isolés dans le temps et dans l’espace, peuvent indiquer la capacité technologique et esthétique de ces lointains ancêtres, mais leurs activités ornementales paraissent sporadiques, jamais coalescentes en entités régionales organisées.

2 Il est fort probable que les petits ensembles ornementaux des fouilles aurignaciennes récentes, comme l’abri Pataud, Le Flageolet I, La Ferrassie, ne représentent qu’une petite proportion d’ornements et déchets de fabrication présents dans ces sites, ce déficit étant dû à l’absence de méthodes rigoureuses mises en place pour leur récupération.

3 En fait, l’absence d’ornements en Europe ou ailleurs ne peut pas être prise au sérieux pour les sites où le tamisage à l’eau utilisant une maille fine ne fut pas pratiqué.

4 Un nombre assez important de ces objets proviennent des déblais Saint-Périer et des dépôts remaniés laissées sur place par ces derniers.

5 Pour ce faire, nous laissons de côté les objets récupérés dans les déblais des Saint-Périer et les dépôts remaniés laissés sur place par ces derniers.

6 Identifications jusqu’à la fin de la saison 2002 par S. Costamagno.

7 À noter que l’exemplaire de Tarté provient des déblais d’un site contenant également des occupations gravettiennes.

8 Ceci dit, il reste une incertitude concernant la disponibilité de ce talc dans la partie occidentale des Pyrénées. Les prospections et recherches bibliographiques de l’un d’entre nous (C. N.) n’ont pas mené à la découverte dans cette partie des Pyrénées du talc sous la forme exploitée pour faire ces perles.

9 Le Magdalénien d’Isturitz leur avait déjà livré de l’ambre y compris sous la forme d’une belle sculpture zoomorphe (de Saint-Périer, 1930, 1935, 1936).

10 Rappelons à cet égard que l’Aurignacien ancien de Cueva Morín et de El Pendo (Álvarez Fernández et al., 2005a, 2005b), Gatzarria (Sáenz de Buruaga, 1991) et Labeko Koba (Arrizabalaga, 2000 ; Arrizabalaga et al., 2003) a livré des morceaux d’ambre parfois travaillés ; (voir aussi Moncel et al., 2012).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Fouilles Normand, datations et archéostratigraphie aurignacienne liant les deux secteurs.
Crédits d’après Texier, Lenoble, 2005
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-1.png
Fichier image/png, 288k
Titre Tableau 2 - Inventaire par unité stratigraphique des objets de parure dont l’origine précise est établie (fouilles 1996 à 2005).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-2.png
Fichier image/png, 156k
Titre Figure 1 - Dent de boviné, d’abord amincie par abrasion fine, puis grattée, et enfin perforée par demi-rotation.
Légende À noter au milieu en bas, une première préparation (qui se répète sur l’autre face de la dent) pour l’emplacement de la perforation, abandonnée par la suite (×6,4).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-3.png
Fichier image/png, 669k
Titre Figure 2 - Crâche de cerf et incisive de boviné.
Légende a : Crâche de cerf (ou fac-similé) totalement aménagée, avec une belle perforation en demi-rotation bifaciale (×6,4) ; b : incisive de boviné très usée, perforée par demi-rotation bifaciale (couche 4b).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-4.png
Fichier image/png, 904k
Titre Figure 3 - Canines de renard.
Légende a : canine de renard amincie par abrasion fine, puis préparée par grattage bifacial pour ouvrir une perforation. À noter, le fort aménagement du bord latéral de la racine (×6,4). b : canine de renard amincie par creusement très profond, suivi par grattage et perforation par demi-rotation bifaciale (×6).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-5.png
Fichier image/png, 476k
Titre Figure 4 - Dents aménagées, fréquences des espèces dans les couches de l’Aurignacien ancien (couches 4Ia, b, c et d puis 4a, 4b [4b, 4b1 et 2], 4c1, 4c2, 4c3) et les couches de l’Aurignacien ancien récent (couches 3 a, b-base et b-sommet).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-6.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 5 - Comparaison inter-site d’espèces de dents de mammifères dont les dents ont été aménagées en parures ; entre la grotte des Hyènes à Brassempouy et la grotte d’Isturitz (sans distinction stratigraphique pour Isturitz).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-7.png
Fichier image/png, 154k
Titre Figure 6 - Différences des espèces de mammifères dont les dents ont été aménagées en parures, entre l’Aurignacien ancien (couches 4Ia, b, c et d puis 4a, 4b [4b, 4b1 et 2], 4c1, 4c2, 4c3) et l’Aurignacien ancien récent (couches 3 a, b-base et b-sommet) à la grotte d’Isturitz.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-8.png
Fichier image/png, 138k
Titre Figure 7 - Différences des espèces de mammifères dont les dents ont été aménagées en parures, entre : l’Aurignacien ancien (couches 4Ia, b, c et d puis 4a, 4b [4b, 4b1 et 2], 4c1, 4c2, 4c3) et l’Aurignacien ancien récent (couches 3 a, b-base et b-sommet) de la grotte d’Isturitz et l’Aurignacien ancien (Ensemble 2) de la grotte des Hyènes à Brassempouy.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-9.png
Fichier image/png, 160k
Titre Figure 8 - Ensemble 4. Rapport perles/dents aménagées dans les deux secteurs de la fouille.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-10.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 9 - Isturitz 2001, C 3b base. La dent humaine perforée.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-11.png
Fichier image/png, 140k
Titre Figure 10 - Les deux faces de la perforation de la dent humaine.
Légende La perforation a été réalisée par demi-rotation, mais les anneaux de rotation sont peu visibles en raison d’une usure assez marquée (×6,4).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-12.png
Fichier image/png, 193k
Titre Figure 11 - Proportions des perles en forme de panier d’après leurs matières premières, ensemble 2, grotte des Hyènes, Brassempouy.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-13.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 12 - Comparaison des proportions des perles en ivoire et en pierre tendre pour les sites de la vallée de la Vézère (Dordogne), la grotte des Hyènes, Brassempouy (Landes) et la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-14.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 13 - Les rapports entre perles en forme de panier et les déchets (perles inachevées) pour la grotte des Hyènes à Brassempouy, les fouilles récentes de l’abri Castanet en Dordogne et la grotte d’Isturitz.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-15.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 14 - Isturitz 2003, C 4I. Ébauche de perle en dentine ou ivoire.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-16.png
Fichier image/png, 244k
Titre Figure 15 - L’un des deux fragments d’ambre (qui se raccordent) portant des traces techniques (l : env. 3 mm).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-17.png
Fichier image/png, 786k
Titre Figure 16 - Isturitz 2003, C 4c2. Gros morceau d’ambre (longueur=2,9 cm) avec (en bas à ×18) fortes traces de raclage indiquant une probable fabrication sur place de la parure en ambre.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-18.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 17 - MAN 83894 884, pendeloque en ambre de la couche SIII (Aurignacienne), fouilles Saint Périer.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-19.png
Fichier image/png, 824k
Titre Figure 18 - Isturitz 2004, C 4c6. Pendeloque en ambre avec traces techniques.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-20.png
Fichier image/png, 771k
Titre Tableau 3 - La répartition stratigraphique et spatiale des vestiges d’ambre, 1996-2005.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-21.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 19 - Isturitz 2003, C 4b probable. Perles décorées par un rainurage en circumincision (longueur moyenne=4 mm). Les deux marquées d’un astérisque se raccordent.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-22.png
Fichier image/png, 119k
Titre Figure 20 - Isturitz 2004, C 4d1. Quatre faces de la pendeloque en pierre tendre (talc ou calcite) à forme anthropomorphe ou zoomorphe de la couche 4d1.
Crédits clichés : R. White
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-23.png
Fichier image/png, 280k
Titre Figure 21 - Isturitz 2004, C 4d1. Pendeloque en talc calcité.
Légende a : Traces techniques sur la face IV ; b : cannelure prolongeant la perforation sur la face I ; c et d : détails de la perforation, faces I et III ; e et f : traces noires (dendrites ?) sur la face I.
Crédits clichés : R. White
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-24.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 22 - Isturitz 2004, C 4d1. Pendeloque en talc calcité in situ.
Crédits cliché : C. Normand
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/784/img-25.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Randall White et Christian Normand, « Les parures de l’Aurignacien ancien et archaïque de la grotte d’Isturitz : perspectives technologiques et régionales »Palethnologie [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 12 décembre 2015, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.784

Haut de page

Auteurs

Randall White

Professeur, Center for the Study of Human Origins
Directeur, UMI 3199 CNRS-NYU, New York University
randall.white[at]nyu.edu

Articles du même auteur

Christian Normand

CNRS, UMR 5608 - TRACES, Maison de la recherche
Université Toulouse Jean Jaurès, Campus Mirail
cpjnormand[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals