Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7De l’image à la narration graphiq...

De l’image à la narration graphique à l’Aurignacien

Marc Azéma
Traduction(s) :
Animation and Graphic Narration in the Aurignacian [en]

Résumé

À quoi servaient les images conçues par les hommes de la préhistoire ? Nos recherches sur l’animation de ces représentations nous ont conduits à proposer une nouvelle méthode d’analyse confirmant leur fonction première : narrer. La mise en évidence de mécanismes de narration graphique peut aider à terme à aborder le contenu précis du ou des messages millénaires qu’elles véhiculent et ce dès l’Aurignacien. En effet, les grandes compositions de deux grottes ornées associées à cette période, Chauvet-Pont d’Arc et Baume Latrone dans le Sud de la France, reflètent de manière remarquable les différents procédés d’animation et de séquençage constituant ces récits premiers aurignaciens.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En l’état actuel de nos connaissances, les plus anciens témoignages de l’existence d’un art figuratif remontent à l’Aurignacien. À quoi servaient ces images "premières" d’animaux, principalement de grands mammifères ? Si l’interprétation de l’art paléolithique demeure un exercice périlleux, impossible selon certains, praticable pour d’autres, il demeure selon nous possible d’identifier les mécanismes définissant la fonction première de ces images : narrer. Quels que soient le ou les messages qu’elle véhicule, la narration graphique est donc intimement liée aux origines même de l’image, c’est que nous avons démontré à l’issue d’une vingtaine d’années de recherches consacrées à l’étude de l’animation dans l’art paléolithique (Azéma, 2009, 2010, 2011).

2Dans le cadre de cet article, nous ferons dans un premier temps la synthèse des travaux ayant conduit à formuler notre théorie. Nous y avons démontré que l’animation jouait un rôle majeur dans l’art paléolithique contrairement à ce que pensaient les spécialistes jusque là qui voyaient dans les images pariétales de simples symboles inertes liés entre eux par des logiques basiques (décoratives, sexuelles, religieuses...) ; nous pensons en particulier à A. Leroi-Gourhan (1975 : 390) lorsqu’il dit : "il est évident que le sujet (bison, cerf…) prime massivement sur l’action (fuir, charger, tomber…) puisque l’on rencontre une majorité de figures en état d’animation nulle ou en extension verticale posée". De même, nous avons établi que l’animation conduisait de manière logique et subtile au processus de narration graphique, le concept de "scène" (ou "séquences") n’étant plus un phénomène exceptionnel mais plutôt récurrent selon nous.

3Dans un second temps, nous présenterons la méthode d’analyse de la narration graphique dans l’art pariétal élaborée à l’issue de ces travaux. Pour finir, en guise d’exemple, nous appliquerons ce véritable outil analytique à la décoration de deux grottes ornées aurignaciennes voisines à bien des égards et dans laquelle nous avons la chance de travailler : la grotte Chauvet-Pont d’Arc en Ardèche (figure 1) et la grotte de Baume Latrone dans le Gard (figure 2). Bien entendu l’art aurignacien ne saurait se réduire à ces deux grottes. Les images de Coliboaia (Roumanie), Castanet ou Blanchard (Dordogne), plus isolées et en apparence moins animées, se prêtent moins à la démonstration.

Figure 1 - Le bison à huit pattes de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche) : effet de décomposition du mouvement au niveau des membres ?

Figure 1 - Le bison à huit pattes de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche) : effet de décomposition du mouvement au niveau des membres ?

cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet

Figure 2 - Lion des cavernes et mammouths de la grotte de La Baume Latrone (Gard).

Figure 2 - Lion des cavernes et mammouths de la grotte de La Baume Latrone (Gard).

cliché : M. Azéma

1 - L’animation dans l’art des cavernes

4Pour les artistes du Paléolithique supérieur, le mouvement faisait partie intégrante du processus de reconnaissance et donc de représentation de l’animal. Dans ce contexte, l’identification puis l’analyse de ces animations nécessite de bien connaître l’anatomie, la biologie et l’éthologie des modèles des artistes. Notre approche s’inscrit ainsi dans le courant naturaliste de l’étude de l’art paléolithique initié depuis quelques décennies, notamment par les travaux de Léon Pales sur la grotte de La Marche (1969, 1981, 1989) et de manière plus inattendue par André Leroi-Gourhan lui même qui à la fin de sa vie commence à réinterpréter l’art pariétal en fonction de l’éthologie comme en atteste ses derniers cours au Collège de France (Leroi-Gourhan, 1974, 1975, 1980).

5Dans le seul cadre de l’art pariétal français, nous avons pu déterminer en 2003 que 41,1 % des animaux, soit près d’une figure sur deux, sont représentés en mouvement. Si l’on tient compte des propriétés dynamiques des éclairages de l’époque, lumière vacillante des torches ou des lampes à graisse, de leur interaction avec les reliefs rocheux servant de support aux images pariétales, l’existence d’effets optiques comme l’anamorphose, on peut raisonnablement supposer que la majorité des images apparaissaient animées dans l’esprit des hommes du Paléolithique. Mais ces derniers paramètres demeurent difficiles à quantifier statistiquement aujourd’hui. Ils nécessitent la mise en place d’expérimentations qui pourraient bénéficier à l’avenir des technologies de la réalité virtuelle.

6L’animation peut affecter le corps de l’animal dans son entier ou l’une de ses parties. En général, c’est la tête qui est la plus concernée avec 86,7 % des représentations animées, en toute logique car c’est l’élément corporel le plus souvent représenté. Les membres sont en mouvement dans 52,9 % des cas et la queue dans 31 %. L’importance de l’animation segmentaire chez le lion des cavernes s’explique notamment par l’emploi de la synecdoque sur une bonne partie des félins de Chauvet, grotte contenant à elle seule la majorité des prédateurs représentés dans l’art pariétal. Ces mouvements peuvent ou pas se combiner. On parlera alors d’animation segmentaire ou coordonnée pour simplifier la classification proposée par André Leroi-Gourhan (1974 : 385-388). D’après nos calculs, l’animation segmentaire est moins fréquente que l’animation coordonnée et ce pour la majorité des animaux : cheval (36 % contre 64 %), bison (35 %/65 %), etc.

7Le classement des mouvements par espèce a permis de démontrer qu’il existait une très grande variabilité d’animation, bien plus grande qu’on ne pouvait le soupçonner et que des études futures permettront probablement d’étoffer. Ainsi dans le seul cas du cheval, la tête est représentée dans une centaine de positions (figure 3). À l’échelle d’une seule grotte, Chauvet en l’occurrence, le répertoire des mouvements de têtes de félins offre un beau panel d’expressions faciales (figure 4).

Figure 3 - Répertoire des mouvements de la tête et de l’encolure chez le cheval dans l’art pariétal français.

Figure 3 - Répertoire des mouvements de la tête et de l’encolure chez le cheval dans l’art pariétal français.

d’après Azéma, 2003 : tableau 3

Figure 4 - Animation de la tête et expressions faciales du lion des cavernes dans la grotte Chauvet-Pont d’Arc.

Figure 4 - Animation de la tête et expressions faciales du lion des cavernes dans la grotte Chauvet-Pont d’Arc.

d’après Clottes, Azéma, 2005

8Comme nous le voyons ces mouvements peuvent être discrets, quand ils ne mettent en jeu que l’animation subtile d’une oreille, d’un œil ou de la queue, ou bien plus spectaculaires lorsqu’il s’agit des allures rapides. Dans tous les cas ils faisaient sens pour des artistes chasseurs-cueilleurs habitués à observer la nature. Ces artistes ont poussé très loin la représentation du mouvement et en particulier des allures dont les plus rapides échappent à notre perception du fait des limites de la persistance rétinienne. Ils ont mis au point des conventions que l’on retrouve dans toute l’histoire de l’art bien des millénaires plus tard.

9Mais ils ne se sont pas contentés de représenter des instantanés, des fragments de temps figés sur la roche. Certains d’entre eux, probablement les plus doués, ont cherché à dilater ces courts moments. Ils sont même parvenu à simuler graphiquement la quatrième dimension, grâce à deux processus de décomposition du mouvement : la décomposition par superposition d’images successives et la décomposition par juxtaposition d’images successives.

10Le premier processus est le plus facile à définir. Il se traduit par un effet de démultiplication des parties du corps en mouvement (contours multiples). Cela génère une sorte de "flou graphique" sur les représentations les plus naturalistes. Ce processus se manifeste tout au long du Paléolithique supérieur, sur quelques dizaines de figures (53, soit 3,5 % des figures animées), toutes espèces confondues. Elles proviennent du Périgord (Lascaux), des Pyrénées (les Trois-Frères, Gourdan, Massat), du Quercy (Sainte-Eulalie) et de l’Ardèche (abri du Colombier, Chauvet). Mais c’est à Lascaux que nous avons recensé le plus de cas, presque toujours des équidés (abside, nef et passage). L’art mobilier magdalénien (la Marche ; figure 5, Limeuil, la Madeleine) et l’art pariétal de la péninsule Ibérique (Altamira, Foz Côa) fournissent d’autres exemples.

Figure 5 - La décomposition du mouvement par superposition d’images successives dans l’art mobilier de La Marche (Haute-Vienne) : un cheval traité en contours multiples.

Figure 5 - La décomposition du mouvement par superposition d’images successives dans l’art mobilier de La Marche (Haute-Vienne) : un cheval traité en contours multiples.

d’après Pales, Tassin de Saint-Péreuse, 1981, pl. 71-73

11Le second processus est plus difficile à distinguer : les positions prises successivement dans le temps par l’animal doivent être juxtaposées et orientées dans la même direction, suivant le principe de la file. Les cas hypothétiques du panneau des "Cerfs nageant" de Lascaux (Prudhommeau, 1984 : 12) et de la frise de la rotonde des Chevaux de Villars (Groenen, 1997 : 71-72) ne suffisent pas à valider ce processus dans l’art pariétal. En revanche, la frise des félins de la grotte de la Vache en Ariège (figure 6) est suffisamment convaincante pour affirmer son existence au moins dans l’art mobilier de la fin du Magdalénien.

Figure 6 - La décomposition du mouvement par juxtaposition d’images successives dans l’art paléolithique français.

Figure 6 - La décomposition du mouvement par juxtaposition d’images successives dans l’art paléolithique français.

La frise des Lions de la Vache (1 : côte de boviné) accompagnées de la course décomposée d’un chat (2) et d’un léopard (3) ; proposition de reconstitution de la frise en (4).

d’après D. Buisson in Buisson, Delporte, 1988 ; Azéma, 1992

12Ainsi, les artistes de la Préhistoire auraient pressenti le concept moderne de "dessin animé". Mieux encore, certains objets du Magdalénien auraient pu servir de mécanisme pour "recomposer" ces mouvements décomposés : des rondelles découpées, comme celle de Laugerie Basse (Roussot, 1984) où deux images successives d’un isard en train de tomber sont gravées de part et d’autre d’un disque en os, pourraient être des jouets optiques préfigurant les "thaumatropes" de Précinéma (Azéma, Rivère, 2012 : 320-323). L’Aurignacien ne fournit pas (pour l’instant ?) d’objets comparables (figure 7).

Figure 7 - La rondelle aux chamois de Laugerie Basse (magdalénien) en mouvement : expérimentation réalisée par Florent Rivère.

Figure 7 - La rondelle aux chamois de Laugerie Basse (magdalénien) en mouvement : expérimentation réalisée par Florent Rivère.

d’après Azéma, 2011 : 155

13Grâce à l’éthologie, ces animations, mouvements instantanés ou décomposés, ont pu être rapproché dans bien des cas de comportements précis observés dans l’environnement des artistes. Nous avons pu établir ainsi de véritables répertoires comportementaux pour chaque représentant du bestiaire (tableau 1). Les thèmes reconnus ont été classés dans trois grandes catégories, "comportement non agressif", "comportement agressif" et "comportement cynégétique". Des constantes se dégagent : majorité d’individus mâles, prédominance des herbivores représentés à l’approche ou au moment du rut, rôle prépondérant du félin (prédateur) lorsqu’il est figuré sur les parois etc.

Tableau 1 - Les thèmes comportementaux du bison dans l’art pariétal de la France (I=interaction).

Tableau 1 - Les thèmes comportementaux du bison dans l’art pariétal de la France (I=interaction).

d’après Azéma, 2003

14Les thèmes comportementaux impliquent des "actions", individuelles ou collectives. Ces actions peuvent s’associer et constituer un tout cohérent au sein d’une composition, sur la paroi d’une grotte ou sur un objet, à l’échelle d’une salle ou d’un site, et définir ainsi les bases d’une narration graphique originelle.

2 - Proposition d’une méthode d’analyse de la narration graphique dans l’art paléolithique

15La mise en évidence d’un tel degré d’association des images permet de remplir les "conditions d’une narration iconique" selon les termes établis par Philippe Sohet, professeur au département de communication sociale de l’université du Québec. Nous nous sommes inspirés de ses travaux sur les "images du récit" (Sohet, 2007) pour proposer une grille d’analyse des différents niveaux de narrativité présents dans l’art paléolithique. Cette grille se compose de quatre niveaux successifs :

  • Le niveau 1 correspond à l’"action" individuelle : L’action désigne une posture, un animal statique ou dynamique (attitude, allure) et reflète un moment, un état comportemental précis. Précisons qu’une action en apparence nulle ne signifie pas obligatoirement un niveau zéro de narrativité : l’éthologie montre qu’un animal représenté à l’arrêt, immobile, peut potentiellement véhiculer un comportement particulier : sommeil, écoute...

  • Le niveau 2 correspond à la "co-relation", selon le terme de Philippe Sohet : Il s’agit de l’association d’au moins deux actions individuelles simultanées, soit une action collective. Cette association peut impliquer un niveau d’interaction ou pas : troupeau avec animaux se déplaçant ensemble ou affrontement. En Histoire de l’Art, on parle de "scène" mais dans le cadre de notre approche naturaliste, son emploi peut créer une confusion car ce terme est selon nous trop connoté, sa signification différant d’un domaine à l’autre : au théâtre, il est employé pour évoquer à la fois le lieu même du spectacle et une segmentation de la pièce mis en scène. Au cinéma, il définit une fragmentation de la narration présentant une unité de temps et de lieu. Il est aussi employé par la police scientifique pour évoquer le lieu d’un crime etc.

  • Le niveau 3 est le niveau de séquençage ("consécution") : Plusieurs actions se succèdent dans l’espace et le temps et constituent une séquence dans le même espace graphique. Cette succession est linéaire et intègre des ellipses temporelles plus ou moins étendues. Se basant sur nos travaux, P. Sohet classe dans ce niveau le processus de décomposition du mouvement, les images successives correspondant alors à des moments distincts. En Histoire de l’Art, ce niveau de narration est atteint dans les tableaux "polyscéniques".

  • Le niveau 4 est le niveau d’"intrication" : Plusieurs séquences s’associent dans l’espace et le temps : la narration peut se dérouler en continu ou intégrer des actions et séquences évoluant en parallèle dans le temps du récit global. Cette complexification de la narration peut introduire plusieurs niveaux de lecture, à l’échelle d’une composition graphique ou d’une salle, de la cavité elle-même ou d’un ensemble de sites.

16Nous avons expérimenté cette méthode d’analyse avec succès dans le contexte naturaliste de l’art paléolithique, de l’Aurignacien au Magdalénien (Azéma, 2011). Bien entendu, il ne s’agit que d’un outil théorique qui peut évoluer afin, notamment, d’intégrer dans son champ d’application les signes, tracés abstraits et figures anthropomorphes (surtout dans l’art mobilier) qui sont souvent associés aux images d’animaux. Il peut s’adapter à d’autres formes d’art rupestre, d’autres contextes culturels.

3 - Application de cette méthode d’analyse à l’art pariétal aurignacien

17Pour illustrer précisément notre propos dans le cadre chronologique de cet article, nous allons appliquer cette méthode d’analyse à deux grottes ornées du Sud de la France, Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche) et Baume Latrone (Gard). Bénéficiant de plusieurs dizaines de dates 14C effectuées directement sur les dessins et affichant une moyenne de 37000 cal BP (Valladas et al., 2004, 2005), l’attribution chronologique à l’Aurignacien de la décoration pariétale de la grotte Chauvet s’avère indiscutable. Nos travaux récents dans Baume Latrone ont démontré que de nombreux indices, thématiques, technologiques, stylistiques voire géographiques, associés à la découverte en 2010 d’un charbon soudé au sol dans la calcite à quelques mètres de la décoration et daté au 14C de 37464 cal BP permettaient de situer l’art pariétal de cette cavité dans l’Aurignacien ancien (Azéma et al., 2012). Ces deux grottes appartenant à la "short-list" des sites de l’art aurignacien contiennent les images les plus accessibles à notre démonstration. Nous nous focaliserons ainsi sur les grandes compositions dans lesquelles l’image du lion des cavernes semble avoir fasciné les aurignaciens.

A - Chauvet-Pont d’Arc

18Commençons par la grotte Chauvet-Pont d’Arc. Située à 400 m de l’entrée, la Salle du Fond apparaît comme un concentré de la décoration de la cavité. Les représentations y abondent dans un espace à la scénographie évidente. On retrouve les espèces "dangereuses" typiques de l’art aurignacien, mammouths, lions des cavernes, rhinocéros laineux, puis des chevaux, bisons, cervidés des signes et des vulves plus ou moins schématiques. Cependant, l’ours est absent contrairement aux autres secteurs de la grotte. Au centre de la Salle, la paroi gauche présente une frise de plus de 10 m baptisée "Grand Panneau". En son sein, plusieurs actions mettent en scène le lion des cavernes (figure 8).

Figure 8 - Lion des cavernes.

Figure 8 - Lion des cavernes.

Le Grand Panneau de la Salle du Fond de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche), un exemple de narration graphique paléolithique avec, de part et d’autres, deux actions successives de chasse mettant en action le lion des cavernes (encadrées).

cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet

19Le volet gauche montre en bordure de paroi plusieurs félins dessinés grandeur nature dans l’attitude caractéristique de l’affût, tête baissée, oreilles couchées en arrière (figure 9). Ils semblent regarder hors-champ une proie virtuelle à moins qu’ils n’épient le petit rhinocéros dessiné sur un autre pan de la paroi, à l’arrière plan. D’après nous, les artistes ont pu associer des actions situées sur plusieurs plans de paroi, ce n’est pas un cas isolé comme nous le verrons plus loin. La notion d’association des figures doit définitivement s’affranchir des limites physiques des panneaux et des ensembles et aborder l’espace pariétal en trois dimensions dans sa globalité. L’approche éthologique aide à le faire.

Figure 9 - Volet gauche du Grand Panneau de la Salle du Fond de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche).

Figure 9 - Volet gauche du Grand Panneau de la Salle du Fond de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche).

Lions des cavernes à l’affût, peut être en train de surveiller une proie "hors champ", un rhinocéros situé sur un pan de paroi à l’arrière plan.

cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet

20Une autre action collective est visible sur le volet droit du Grand Panneau. Le "Panneau des Lions" est très connu avec ses 16 félins poursuivant un troupeau de bisons (figure 10). Certains grognent, d’autres rugissent. Ces actions individuelles s’associent dans un mouvement de course vers la gauche. Le dynamisme des attitudes paraît augmenter de droite à gauche, les têtes se tendent vers l’avant et les gueules s’ouvrent de plus en plus, jusqu’à se déformer au fur et à mesure que les prédateurs se rapprochent de leurs proies. Cette fois les proies sont figurées sur le même plan de paroi : plusieurs bisons à gauche limités à la tête ou figurés quasiment en entier s’enfuient. Prédateurs et proies en action sont alors en co-relation. D’après le spécialiste du comportement des lions C. Packer (in Clottes, 2001), la harde mêle femelles et mâles (qui n’ont pas de crinières à cette époque). Problème, les lions mâles actuels n’interviennent pas en principe dans la poursuite du gibier. Plusieurs explications sont possibles : soit la répartition des tâches au sein de la harde était différente au Paléolithique, ce qui semble peu probable, soit l’artiste n’a pas tenu compte de cette distinction dans une optique plus symbolique que réaliste.

Figure 10 - Panneau des Lions du Grand Panneau de la Salle du Fond de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche).

Figure 10 - Panneau des Lions du Grand Panneau de la Salle du Fond de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche).

Une harde de lions poursuit un troupeau de bisons.

cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet

21Comme nous venons de le voir, les deux actions collectives dessinées de part et d’autre du Grand Panneau représentent les moments successifs d’une séquence de chasse (niveau 3 de séquençage). Mais d’autres moments de ce type sont présents dans la Salle du Fond.

22À droite du Panneau des Lions, un jeune bison, dessiné en perspective en utilisant un angle de paroi, fait face courageusement à deux lions agressifs (figure 11). Il tend une patte contre le front du premier félin comme s’il repoussait l’assaut. On peut alors se demander s’il s’agit d’individus faisant partie des groupes figurés dans le Panneau des Lions ou d’une action de chasse se déroulant en parallèle. Le jeune bison pourrait se retrouver distancé de son troupeau et piégé par des prédateurs dont la stratégie consiste à isoler les proies les plus faibles.

Figure 11 - Bison et lions des cavernes.

Figure 11 - Bison et lions des cavernes.

À droite du Grand Panneau, une autre action chasse est représentée : un bison esseulé repousse l’assaut de deux lions des cavernes

cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet

23Un peu plus à droite, sur un pendant rocheux, plusieurs lions juxtaposés ont l’attitude caractéristique de l’affut (figure 12). Ils semblent guetter deux grands bisons dessinés en contrebas sur un autre pan de la paroi, à l’arrière-plan. Comme pour le volet gauche du Grand Panneau, la co-relation prédateur-proie tient compte ici de la profondeur de champ, telle qu’on la définit en photographie. Comme pour le volet gauche du Grand Panneau, le niveau de co-relation prédateurs/proies fonctionne en trois dimensions dans l’espace, cette lecture devait s’appuyer sur la mise en lumière de l’espace souterrain.

Figure 12 - Lions dessinés sur des pendant rocheux.

Figure 12 - Lions dessinés sur des pendant rocheux.

Toujours à proximité du Grand Panneau, plusieurs lions sont dessinés sur des pendant rocheux, visibles en haut à gauche. Ils semblent surveiller leurs futures proies, des bisons disposés à l’arrière-plan.

cliché : M. Azéma, équipe scientifique Chauvet

24En face, sur la paroi droite, le Grand Panneau situé au-dessus du passage vers le Belvédère montre un félin finement gravé en train de dévorer probablement sa proie (figure 13) : la bouche entrouverte du prédateur semble arracher les cornes du bison. Ce moment intense marque l’aboutissement de la chasse. Il est aussi matérialisé par un tracé commun aux deux protagonistes : le contour du larmier et de la joue du prédateur se confond avec celui de la corne gauche de la proie. Par ce jeu graphique, l’artiste affirme sa virtuosité mais au-delà charge une association narrative d’inspiration naturaliste en symbole.

Figure 13 - Lion des cavernes.

Figure 13 - Lion des cavernes.

Face au Grand Panneau, la paroi droite montre la fin de la chasse : le lion des cavernes semble dévorer sa proie.

cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet

25La Salle du Fond contient un autre moment fondamental du cycle de vie du lion des cavernes. Si l’on revient sur nos pas, près de l’entrée de la Salle coté gauche, on peut observer la représentation de deux félins représentés côte à côte (figure 14). Le plus petit lève la tête comme s’il se frottait au plus grand. Fait exceptionnel pour ce dernier dans l’art paléolithique, le scrotum est dessiné. Cette association a été interprétée par C. Packer (in Clottes, 2001) comme un couple de lions figuré au moment des prémices de l’accouplement : la femelle se frotte ainsi contre le mâle avant l’acte de copulation.

Figure 14 - Lion des cavernes.

Figure 14 - Lion des cavernes.

Un autre moment du cycle de vie des lions des cavernes représenté dans la Salle du Fond : une femelle se frotte à un mâle, en prémices à l’accouplement.

cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet

26Rassemblons maintenant toutes ces informations recueillies dans la Salle du Fond (figure 15). Bien entendu, il s’agit là d’un état de la recherche, nos observations pourront s’affiner lorsque l’ensemble des parois sera relevé. Première constatation, les actions mettant en scène les lions des cavernes sont disposées tout autour de la salle. Seconde constatation, elles semblent se succéder dans le temps si on les aborde en nous déplaçant depuis l’entrée vers le fond en suivant les parois de gauche à droite. On imagine un aurignacien se déplaçant ainsi avec une torche pour découvrir le récit se déroulant le long des parois, comme on pouvait le faire par exemple au Moyen Âge pour découvrir les scènes de la vie du Christ dans les cathédrales ou les exploits de Guillaume le Conquérant dans la tapisserie de Bayeux.

Figure 15 - Lion des cavernes.

Figure 15 - Lion des cavernes.

Un récit graphique se développe à l’échelle de la Salle du Fond de la grotte Chauvet : un des principaux thèmes du bestiaire de la cavité, le lion des cavernes, est représenté à différents moments de son cycle de vie (reproduction, alimentation).

cliché : M. Azéma, équipe scientifique Chauvet

27Car il s’agit bien ici d’un récit évoquant des moments ou épisodes fondamentaux du cycle de vie des lions des cavernes. Les quatre niveaux de narrativité exposés sont effectivement atteints. La mise en relation de séquence d’accouplement et de séquences de chasse permet d’accéder au quatrième niveau d’intrication. Mieux encore la présence d’actions et de séquences mettant en scène d’autres animaux du bestiaire et se déroulant en parallèle ou simultanément au temps du récit des lions, démontrent qu’il existe probablement plusieurs niveaux de narration dans ces grandes compositions paléolithiques dont la Salle du Fond représente un des chefs d’œuvres. Cependant, ce niveau complexe de narration nous échappe mais reflète la richesse créative de la pensée des artistes préhistoriques.

28Les épisodes essentiels de la vie du lion, nécessaires à leur survie (reproduction, alimentation, technique de chasse, organisation sociale...) n’ont pas manqué de fasciner les artistes chasseurs qui ont pu se reconnaître dans ces comportements. Le symbole même de la vie s’exprimerait à travers les sexes féminins, signes évidents de fécondité, présents à proximité des félins. Ainsi, au centre du panneau de la paroi droite, une vulve tracée au fusain domine deux lions se faisant face, affrontement possible entre des jeunes adultes. Face au Panneau des Lions, le "Pendant du Sorcier" associe deux ou trois félins, un bison et la moitié inférieure d’une silhouette féminine avec le sexe figuré : situé au cœur de la Salle du Fond, ce pendant pourrait fonctionner comme une sorte de pivot narratif et symbolique résumant l’ensemble du récit s’y déroulant.

29La configuration même de la caverne pourrait participer à la narration. Ainsi, la niche naturelle au centre du Grand Panneau s’apparente à une vulve. La même constatation peut être faite dans une autre partie de la cavité, le Secteur des Chevaux. La partie médiane de cette grande frise, proche par sa construction graphique et thématique du Grand Panneau de la Salle du Fond, présente aussi un espace creux en forme de triangle inversé d’où s’écoule parfois un filet d’eau. L’"Alcôve des Lions" ainsi nommée contient plusieurs actions de prédation mais cette fois-ci la proie du lion des cavernes n’est plus un bison mais un cheval (figure 16). Côté gauche, un lion s’abat sur un cheval. Au centre deux félins se croisent : soit, ils sont en interaction (jeune sollicitant un femelle ?), soit, ils poursuivent chacun une proie. Celui tourné vers la gauche tend ses antérieurs vers un cheval en fuite, celui tourné vers la droite pourrait regarder un bison filant à toute allure (ses huit pattes exprimerait une décomposition du mouvement). À l’intérieur de l’Alcôve, un félin cadré à la verticale plonge sur un cheval limité à la tête et l’encolure. Dans ce qui s’apparente à une sorte de tanière naturelle, les félins provoquent une intense agitation qui semble se propager vers l’extérieur, sur le volet gauche du Secteur des Chevaux, chevaux et aux aurochs du Panneau des Chevaux semblant fuir vers la Salle du Crâne.

Figure 16 - Lions des cavernes.

Figure 16 - Lions des cavernes.

Au centre du Secteur des Chevaux de la grotte Chauvet, l’Alcôve des Lions et ses abords immédiats contient plusieurs actions mettant en scène les lions des cavernes : les prédateurs chassent cette fois-ci des chevaux.

cliché : M. Azéma, équipe scientifique Chauvet

30Chef d’œuvre absolu de cette partie de la grotte, le célèbre Panneau des Chevaux (figure 17), étudié en détail par C. Fritz et G. Tosello (2004), prête à la discussion. Ces quatre chevaux dessinés et en partie juxtaposés fascinent par leur dynamisme. On peut se demander s’il s’agit de quatre images représentant quatre chevaux engagés dans une action collective : un galop ou s’il s’agit d’un même individu représentés dans quatre attitudes successives. R. White (2003 : 79) penche pour cette dernière solution : "De gauche à droite, se succèdent un cheval à l’allure calme, un second dans une attitude agressive, les oreilles en arrière ; un troisième au repos qui dort peut-être, les oreilles dressées, orientées vers l’avant ; un quatrième, qui ressemble à un poney, vif, dont la bouche ouverte suggère qu’il s’ébroue ou hennit. Or, il est impossible de rencontrer dans la nature quatre chevaux aussi proches les uns des autres qui montrent des attitudes si diverses. Il ne s’agit donc pas d’une scène peinte en perspective, mais de la représentation d’un seul cheval dans différentes attitudes ou périodes de sa vie."

Figure 17 - Le Panneau des Chevaux de la grotte Chauvet-Pont d’Arc : action collective (co-relation) ou effet de décomposition (consécution) ?

Figure 17 - Le Panneau des Chevaux de la grotte Chauvet-Pont d’Arc : action collective (co-relation) ou effet de décomposition (consécution) ?

cliché : M. Azéma, équipe scientifique Chauvet

B - Baume Latrone

31Distante d’à peine 70 km, la grotte s’ouvre dans les gorges du Gardon au nord de Nîmes. Une des nombreuses similitudes entre Baume Latrone et Chauvet-Pont d’Arc, le point de vue depuis le porche d’entrée donnant sur un méandre du Gardon qui rappelle fortement celui montrant depuis l’entrée de la grotte ardéchoise le méandre fossile du Cirque d’Estre.

32La vingtaine d’images pariétales, visibles à plus de 240 m de l’entrée (figure 18), ont été découvertes en 1940 par un groupe de jeunes lycéens nîmois. Une vingtaine d’animaux et des mains positives ont été recensées. Elles sont situées dans la Salle Bégouën, les plus belles composant le "Grand Plafond" (figure 19). Leur style est assez particulier. Le profil des animaux est réduit à l’essentiel. Cela reflète une volonté d’abréviation des formes et non pas une maladresse, bien au contraire. Le ou les artistes ont dessiné avec de l’argile, la main enduite faisant office de pinceau et laissant sur la paroi des traces parallèles, trois ou quatre suivant le nombre de doigts au contact avec la roche. Cette technique polydigitale assez atypique, unique dans l’art pariétal paléolithique, rend très expressives, voire expressionnistes, les images.

Figure 18 - La grotte de La Baume Latrone.

Figure 18 - La grotte de La Baume Latrone.

Relevé topographique : Blancart, Lebret, Rouquette, 2000-2001 ; Panneau des mains, relevé : M. Azéma ; Charbon de bois en contexte, cliché : B. Gély ; Grand plafond, relevé : A. Glory (d’après Azéma et al., 2012).

Figure 19 - Le Grand Plafond de La Baume Latrone.

Figure 19 - Le Grand Plafond de La Baume Latrone.

cliché : M. Azéma

33La technique du dessin à l’argile est spécifique à Baume Latrone (figure 20) mais elle peut être rapprochée des tracés polydigités visibles sur les pendants de la Salle Hillaire de la grotte Chauvet. À Baume Latrone le dessin est réalisé au doigt par apport de matière (argile), à Chauvet par enlèvement de matière (paroi tendre). Le résultat aboutit dans les deux cas à des dessins forts comparables. Un autre rapprochement stylistique peut se faire : un animal indéterminé du Grand Plafond de Baume Latrone présente des oreilles écartées de part et d’autre du crâne. On ne retrouve ce traitement particulier que sur les rhinocéros de la grotte Chauvet-Pont d’Arc et de l’Aldène (Hérault), autre grotte pariétale datée de l’aurignacien (Ambert et al., 2005).

Figure 20 - Relevé d’un mammouth du Grand Plafond de La Baume Latrone dessiné en tracés polydigités.

Figure 20 - Relevé d’un mammouth du Grand Plafond de La Baume Latrone dessiné en tracés polydigités.

dessin : M. Azéma

34Parmi les autres points communs, et non des moindres entre Baume Latrone et Chauvet, l’animation et la narration graphique mettent en valeur le lion des cavernes mais avec quelques différences notables. La composition circulaire du Grand Plafond de Baume Latrone happe et oriente le regard de l’observateur (figure 21) : les représentations sont disposées autour de la figure centrale, un grand félin de 3 m de long, afin de traduire plusieurs moments (à l’image d’un tableau polyscénique du Moyen Âge). Lors de sa découverte, sa tête très schématique, de profil, a été confondue avec celle d’un serpent (figure 22). Ce lion est en train de rugir et s’attaque seul à un troupeau de mammouths, espèce plus dangereuse que les bisons ou les chevaux de Chauvet.

Figure 21 - Composition circulaire à fonction narrative du Grand Plafond de La Baume Latrone.

Figure 21 - Composition circulaire à fonction narrative du Grand Plafond de La Baume Latrone.

dessin : Azéma, 2003

Figure 22 - La tête schématique très expressive du grand lion des cavernes figuré au centre du Grand Plafond de La Baume Latrone.

Figure 22 - La tête schématique très expressive du grand lion des cavernes figuré au centre du Grand Plafond de La Baume Latrone.

cliché : M. Azéma

35D’essence naturaliste, la narration visible ici, se charge en symbole. Naturaliste car les lions d’Afrique actuels s’attaquent parfois aux éléphants lorsqu’ils sont affamés ; ils cherchent alors à isoler les individus les plus faibles comme les jeunes. C’est ce qui semble se passer à Baume Latrone. Le grand félin est représenté dans une attitude pouvant correspondre à deux actions successives dans le temps suivant les parties du corps concernées : d’un côté, il rugit en direction d’un petit groupe de mammouths qui s’enfuient vers le haut (action de poursuite), de l’autre il semble crocheter avec sa longue queue deux petits mammouths, peut être des jeunes isolés (capture). Cette chasse spectaculaire semble offrir un second niveau de lecture de portée symbolique. En effet, la taille du prédateur est disproportionnée par rapport à ses proies, il semble gigantesque. Ce n’est pas une erreur car les mammouths anormalement réduits en comparaison respectent la même échelle entre eux, si l’on admet que les plus petits sont des jeunes. Le lion est magnifié par l’artiste, tant par sa taille écrasante que par sa position au cœur du Grand Plafond. Plus qu’UN félin isolé, à l’inverse de Chauvet où la représentation des prédateurs chassant en harde respecte une réalité éthologique, c’est ici LE lion des cavernes, en tant que symbole (totem ?), qui est matérialisé dans toute sa force.

Conclusion

36Dans les récits premiers de Chauvet et Baume Latrone, mis en évidence en partie par notre approche éthologique et l’application d’une grille d’analyse de la narration graphique, le rôle naturel de chaque protagoniste, prédateur et proie, est respecté. Les aurignaciens devaient se sentir proches des grands herbivores, principalement les bisons, en matière d’organisation sociale et de lutte pour la survie (Azéma, 2010). Mais ils semblaient fascinés par les lions des cavernes avec qui ils partageaient une préoccupation fondamentale : l’accès à l’alimentation carnée et donc la prédation. Plus qu’un reportage naturaliste, le récit de chasse de Chauvet doit être perçu comme une allégorie signifiant probablement l’identification de l’homme au lion des cavernes. Il devait en être de même à Baume Latrone où un lion mythique "larger than life" affronte seul un troupeau de mammouths. Nous rejoignons ainsi l’anthropologue J. Robert-Lamblin (2005 : 204) qui, en s’appuyant sur des analogies entre les chasseurs-cueilleurs-pêcheurs des régions arctiques et les aurignaciens de Chauvet, évoque "l’hypothèse d’une croyance en une identité entre l’homme et le lion (…). Le lion serait l’image de l’homme, du chasseur : l’incarnation de la virilité". La statuette aurignacienne d’homme à tête de lion du site d’Hohlenstein-Stadel dans le Jura souabe (Conard, 2003) en est peut-être la symbiose.

Haut de page

Bibliographie

Ambert P., Guendon J.-L., Galant P., Quinif Y., Gruneisen A., Colomer A., Dainat D., Beaumes B., Requirand C., 2005 - Attribution des gravures paléolithiques de la grotte d’Aldène (Cesseras, Hérault) à l’Aurignacien par la datation des remplissages géologiques, Comptes rendus Palevol, 4, 275-284.

Azéma M., 1992 - La décomposition du mouvement dans l’art animalier paléolithique des Pyrénées, Préhistoire et anthropologie méditerranéennes, 1, 17-31.

Azéma M., 2003 - La représentation du mouvement dans l’art pariétal français. Approche éthologique du bestiaire, Université de Provence, Aix-Marseille 1, Thèse de doctorat, 3 vol.

Azéma M., 2008 - Representation of movement in Palaeolithic parietal art. An ethographical approach, Anthropozoologica, 43 (1), 117-154.

Azéma M., 2009 - L’art des cavernes en action, 1, Paris, Errance, 224 p.

Azéma M., 2010 - L’art des cavernes en action, 2, Paris, Errance, 224 p.

Azéma M., 2011 - La Préhistoire du cinéma, Paris, Errance, 350 p.

Azéma M., Rivère F., 2012 - Animation in Palaeolithic art: a pre-echo of cinéma, Antiquity, 86, 316-324.

Azéma M., Gély B., Bourrillon R., Galant P., 2012 - L’art paléolithique de la Baume-Latrone (France, Gard) : nouveaux éléments de datation, International Newsletter on Rock Art, 64, 6-12.

Bégouën H., 1941 - La grotte de La Baume Latrone à Russan-Sainte-Anastasie (Gard), Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 20, 101-130.

Buisson D., Delporte H., 1988 – Intérêt du raccord pour l’authentification d’une œuvre d’art, Bulletin de la Société préhistorique française, 85 (1), 4-7.

Clottes J., Azéma M., 2005 - Les félins de la grotte Chauvet, Paris, Le Seuil, 226 p.

Clottes J. (dir.), 2001 - La grotte Chauvet : l’art des origines, Paris, Le Seuil, 226 p.

Conard N.J. 2003 - Palaeolithic ivory sculptures from southwest Germany and the origins of figurative art, Nature, 426, 830-832.

Fritz C., Tosello G., 2004 - Grotte Chauvet-Pont d’Arc : approche structurelle et comparative du Panneau des Chevaux, in Lejeune M., Welté A.-C. (dir.), L’art du Paléolithique supérieur, Actes des colloques 8.2 et 8.3, XIVe Congrès de l’UISPP, Liège, 2001, ERAUL, 69-86.

Leroi-Gourhan A., 1974 - Résumé des cours 1973-1974 : Préhistoire, Annuaire du Collège de France, 381-389.

Leroi-Gourhan A., 1975 - Résumé des cours 1974-1975 : Préhistoire, Annuaire du Collège de France, 388-399.

Leroi-Gourhan A., 1980 - Introduction à l’art pariétal paléolithique, Milan, Jaca Book, 77 p.

Pales L., Tassin de Saint-Péreuse M., 1969 - Les gravures de la Marche. I : Félins et ours, publications de l’Institut de Préhistoire de l’université de Bordeaux, 79, Impr. Delmas, Bordeaux, 136 p.

Pales L., Tassin de Saint-Péreuse M., 1981 - Les gravures de la Marche. III : Équidés et bovidés, Ophrys, Paris, 145 p.

Pales L., Tassin de Saint-Péreuse M., 1989 - Les gravures de la Marche. IV : Cervidés, mammouths et divers, Ophrys, Paris, 121 p.

Robert-Lamblin J., 2005 - La symbolique de la grotte Chauvet-Pont-d’Arc sous le regard de l’anthropologie, in Geneste J.M. (dir.), Recherches pluridisciplinaires dans la grotte Chauvet, Actes de la séance de la Société préhistorique française, Lyon, 2003, Société préhistorique française, 6, 199-208.

Roussot A., 1984 - La rondelle “aux chamois” de Laugerie Basse, in Eléments de pré- et protohistoire européenne. Hommages à Jacques-Pierre Millotte, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, Paris, Les Belles Lettres.

Roussot A., 1994 - L’art préhistorique, Bordeaux, Sud-Ouest, 127 p.

Sohet P., 2007 - Images du récit, Presses universitaires du Québec, 358 p.

Valladas H., Clottes J., Geneste J.M., 2004 - Chauvet, la grotte ornée la mieux datée du monde, Dossier Le Temps des datations, Pour la Science, 82-87.

Valladas H., Tisnérat-Laborde N., Cachier H., Kaltnecker E., Arnold M., Oberlin C., Évin J., 2005 - Bilan des datations carbone 14 effectuées sur des charbons de bois de la grotte Chauvet, Bulletin de la Société préhistorique française, 102 (1), 109-113.

White R., 2003 - L’art préhistorique dans le monde, Paris, La Martinière, 240 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le bison à huit pattes de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche) : effet de décomposition du mouvement au niveau des membres ?
Crédits cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 2 - Lion des cavernes et mammouths de la grotte de La Baume Latrone (Gard).
Crédits cliché : M. Azéma
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 3 - Répertoire des mouvements de la tête et de l’encolure chez le cheval dans l’art pariétal français.
Crédits d’après Azéma, 2003 : tableau 3
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-3.png
Fichier image/png, 185k
Titre Figure 4 - Animation de la tête et expressions faciales du lion des cavernes dans la grotte Chauvet-Pont d’Arc.
Crédits d’après Clottes, Azéma, 2005
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-4.png
Fichier image/png, 178k
Titre Figure 5 - La décomposition du mouvement par superposition d’images successives dans l’art mobilier de La Marche (Haute-Vienne) : un cheval traité en contours multiples.
Crédits d’après Pales, Tassin de Saint-Péreuse, 1981, pl. 71-73
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-5.png
Fichier image/png, 180k
Titre Figure 6 - La décomposition du mouvement par juxtaposition d’images successives dans l’art paléolithique français.
Légende La frise des Lions de la Vache (1 : côte de boviné) accompagnées de la course décomposée d’un chat (2) et d’un léopard (3) ; proposition de reconstitution de la frise en (4).
Crédits d’après D. Buisson in Buisson, Delporte, 1988 ; Azéma, 1992
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-6.png
Fichier image/png, 217k
Titre Figure 7 - La rondelle aux chamois de Laugerie Basse (magdalénien) en mouvement : expérimentation réalisée par Florent Rivère.
Crédits d’après Azéma, 2011 : 155
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-7.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Tableau 1 - Les thèmes comportementaux du bison dans l’art pariétal de la France (I=interaction).
Crédits d’après Azéma, 2003
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-8.png
Fichier image/png, 292k
Titre Figure 8 - Lion des cavernes.
Légende Le Grand Panneau de la Salle du Fond de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche), un exemple de narration graphique paléolithique avec, de part et d’autres, deux actions successives de chasse mettant en action le lion des cavernes (encadrées).
Crédits cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-9.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 9 - Volet gauche du Grand Panneau de la Salle du Fond de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche).
Légende Lions des cavernes à l’affût, peut être en train de surveiller une proie "hors champ", un rhinocéros situé sur un pan de paroi à l’arrière plan.
Crédits cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-10.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 10 - Panneau des Lions du Grand Panneau de la Salle du Fond de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche).
Légende Une harde de lions poursuit un troupeau de bisons.
Crédits cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-11.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 11 - Bison et lions des cavernes.
Légende À droite du Grand Panneau, une autre action chasse est représentée : un bison esseulé repousse l’assaut de deux lions des cavernes
Crédits cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-12.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 12 - Lions dessinés sur des pendant rocheux.
Légende Toujours à proximité du Grand Panneau, plusieurs lions sont dessinés sur des pendant rocheux, visibles en haut à gauche. Ils semblent surveiller leurs futures proies, des bisons disposés à l’arrière-plan.
Crédits cliché : M. Azéma, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-13.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 13 - Lion des cavernes.
Légende Face au Grand Panneau, la paroi droite montre la fin de la chasse : le lion des cavernes semble dévorer sa proie.
Crédits cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-14.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 14 - Lion des cavernes.
Légende Un autre moment du cycle de vie des lions des cavernes représenté dans la Salle du Fond : une femelle se frotte à un mâle, en prémices à l’accouplement.
Crédits cliché : J. Clottes, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-15.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 15 - Lion des cavernes.
Légende Un récit graphique se développe à l’échelle de la Salle du Fond de la grotte Chauvet : un des principaux thèmes du bestiaire de la cavité, le lion des cavernes, est représenté à différents moments de son cycle de vie (reproduction, alimentation).
Crédits cliché : M. Azéma, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-16.png
Fichier image/png, 632k
Titre Figure 16 - Lions des cavernes.
Légende Au centre du Secteur des Chevaux de la grotte Chauvet, l’Alcôve des Lions et ses abords immédiats contient plusieurs actions mettant en scène les lions des cavernes : les prédateurs chassent cette fois-ci des chevaux.
Crédits cliché : M. Azéma, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-17.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 17 - Le Panneau des Chevaux de la grotte Chauvet-Pont d’Arc : action collective (co-relation) ou effet de décomposition (consécution) ?
Crédits cliché : M. Azéma, équipe scientifique Chauvet
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-18.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 18 - La grotte de La Baume Latrone.
Crédits Relevé topographique : Blancart, Lebret, Rouquette, 2000-2001 ; Panneau des mains, relevé : M. Azéma ; Charbon de bois en contexte, cliché : B. Gély ; Grand plafond, relevé : A. Glory (d’après Azéma et al., 2012).
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-19.png
Fichier image/png, 446k
Titre Figure 19 - Le Grand Plafond de La Baume Latrone.
Crédits cliché : M. Azéma
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-20.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 20 - Relevé d’un mammouth du Grand Plafond de La Baume Latrone dessiné en tracés polydigités.
Crédits dessin : M. Azéma
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-21.png
Fichier image/png, 818k
Titre Figure 21 - Composition circulaire à fonction narrative du Grand Plafond de La Baume Latrone.
Crédits dessin : Azéma, 2003
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-22.png
Fichier image/png, 164k
Titre Figure 22 - La tête schématique très expressive du grand lion des cavernes figuré au centre du Grand Plafond de La Baume Latrone.
Crédits cliché : M. Azéma
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/850/img-23.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Azéma, « De l’image à la narration graphique à l’Aurignacien »Palethnologie [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 12 décembre 2015, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/850 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palethnologie.850

Haut de page

Auteur

Marc Azéma

Docteur en préhistoire et chercheur associé
CNRS, UMR 5608 - TRACES/CREAP Cartailhac (Toulouse Jean Jaurès)
Membre de l’équipe scientifique qui étudie la grotte Chauvet
Responsable de l’étude de la grotte Baume Latrone
Réalisateur de films documentaires et concepteurs d’expositions
marc.azema.11[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search