Navigation – Plan du site

La parure aurignacienne du Jura souabe

Sibylle Wolf et Nicholas J. Conard
Traduction(s) :
Personal Ornaments of the Swabian Aurignacian [en]

Résumé

Lors des fouilles dans les grottes du Jura souabe (dans le sud-ouest de l’Allemagne), de nombreux restes en ivoire de mammouth datant de l’Aurignacien ont été trouvés, comprenant au moins 600 perles. Ces perles proviennent de couches bien stratifiées de la grotte de Hohle Fels dans la vallée de l’Ach, ainsi que de déblais de fouilles du devant de la grotte de Vogelherd dans la vallée de la Lone. Ce dernier site a été entièrement vidé pendant la fouille de 1931. Cet article présente un bilan des types de parure dans cette région, dominés par la perle à double perforation. Cette forme particulière indique l’existence d’un marqueur identitaire au sein de la population aurignacienne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Jura souabe dans le sud-ouest de l’Allemagne est connu grâce aux nombreux sites en grotte ayant livré des dépôts aurignaciens (par ex. Conard, Bolus, 2003). Les sites de Hohle Fels et de Geißenklösterle dans la vallée de l’Ach, entre Schelklingen et Blaubeuren, ainsi que ceux de Vogelherd et de Hohlenstein-Stadel dans la vallée de la Lone, près des villes de Niederstotzingen et d’Asselfingen, présentent un intérêt particulier (figure 1). En effet, ces sites ont livré des assemblages extraordinaires en ivoire de mammouth (Wolf, 2015). Les groupes paléolithiques fréquentant les grottes souabes se servaient de l’ivoire pour fabriquer des outils, des statuettes, des instruments de musique et de la parure (Schmidt, 1912 ; Riek, 1934 ; Hahn, 1986, 1988 ; Conard, 2003, 2009 ; Wolf 2015). L’état des recherches actuel indique que ces restes archéologiques ont été fabriqués par des hommes anatomiquement modernes (par ex., Conard et al., 2006). Les collections de tous ces sites sont exceptionnelles et demeurent, jusqu’à présent, inégalées. L’art figuratif aurignacien en ivoire est propre aux grottes du Jura souabe (par ex., Floss, 2007). En ce qui concerne la parure, les perles en ivoire à double perforation sont typiques. Pour cette raison, l’Aurignacien souabe possède son propre caractère et ne peut faire l’objet de comparaisons directes avec d’autres régions européennes (Conard, Bolus, 2003 ; Conard et al., 2006 ; Wolf, 2015). Cet article a pour objectif de présenter un bilan global des assemblages en ivoire, en particulier ceux des grottes de Hohle Fels, et de Vogelherd, en mettant l’accent sur les éléments de parure et sur les différents types de perles souabes.

Figure 1 - Carte des grottes à dépôts aurignaciens dans l’est du Jura souabe (dans le sud-ouest de l’Allemagne).

Figure 1 - Carte des grottes à dépôts aurignaciens dans l’est du Jura souabe (dans le sud-ouest de l’Allemagne).

1 : Hohle Fels, 2 : Sirgenstein, 3 : Geißenklösterle, 4 : Vogelherd, 5 : Hohlenstein, 6 : Bockstein

DAO : M. Zeidi

1 - Historique des recherches

2Hohle Fehls a été fouillé pour la première fois par Oscar Fraas en 1870/1871. Des campagnes annuelles de travail sur le terrain sont toujours en cours sous la direction de Nicholas Conard, de l’Université de Tübingen (Conard, 2002 ; par ex., Conard, Malina, 2012). Les niveaux aurignaciens IId à Vb ont fourni des âges de 36000 BP non-calibrés (Conard, Bolus, 2008 ; Conard, 2009). Jusqu’à présent, les fouilleurs ont retrouvé plus de 10000 restes en ivoire dans ces couches (Wolf, 2015). L’objet le plus célèbre est une statuette féminine découverte en 2008, au sein des déchets de la vie quotidienne (Conard, 2009).

3Les fouilles de la grotte de Geißenklösterle ont été menées principalement par Joachim Hahn (Hahn, 1988). Les couches II et III sont aurignaciennes. Les dates de la couche III représentent les données les plus anciennes actuellement connues pour l’Aurignacien, avec un âge d’au moins 38000 BP non-calibré (Higham et al., 2012 ; Nigst et al., 2014). L’objet le plus élaboré de ce site est une flûte en ivoire (Conard et al., 2004), découverte avec quatre statuettes (Hahn, 1986). Hahn a également identifié quelques éléments de parure en ivoire de mammouth et en dents animales (Hahn, 1988 ; Conard, 2003 ; Wolf, 2015). Robert R. Schmidt a fouillé la grotte de Sirgenstein (Schmidt, 1912). Il y décrit une perle à double perforation abîmée, probablement issue de la couche IV, aurignacienne. Elle a été retrouvée hors stratigraphie, lors du tri des échantillons de sédiments (Schmidt, 1912 : 27).

4Gustav Riek a entrepris des fouilles dans la grotte de Vogelherd en 1931 (Riek, 1934). En trois mois, avec son équipe, il a vidé la grotte d’une superficie de 125 m² et dont le remplissage sédimentaire pouvait atteindre cinq mètres de puissance. Les déblais ont été déposés devant les deux entrées de la grotte. Les couches principales sont les niveaux aurignaciens IV et V, avec des âges compris entre 31000 et 36000 BP non-calibrés (Conard, Bolus, 2003). Vogelherd est devenu mondialement célèbre grâce à ses onze statuettes, qui représentent principalement des animaux de la période glaciaire, découvertes par Riek dans les deux couches aurignaciennes (Riek, 1934). Entre 2005 et 2012, des équipes de fouille de l’Université de Tübingen ont fouillé à nouveau les déblais afin de récupérer tous les petits objets délaissés par Riek (par ex., Conard, Malina, 2006). Ces fouilles ont conduit à la découverte de statuettes supplémentaires. Le mammouth parfaitement sculpté, découvert en 2006, est désormais la statuette la mieux connue de ce site (Conard et al., 2007). Riek n’a pas trouvé de perles en ivoire lors de sa fouille, mais jusqu’à présent, grâce à des méthodes méticuleuses employées au cours de nouvelles fouilles, plus de 300 perles de petites dimensions ont pu être récupérées (Wolf, 2015). Tous ces objets ont été attribués à l’Aurignacien grâce à l’étude conjointe des objets des grottes de la vallée de l’Ach, provenant de contextes stratigraphiques fiables.

5Oscar Fraas a examiné le complexe de Hohlenstein dans les années 1860, alors que Robert Wetzel y a mené des fouilles dans les années 1930 et entre 1956 et 1961 (Wetzel, 1961 ; Beck, 1999). En 1939, les ouvriers ont découvert de nombreux fragments d’ivoire travaillés, qui ont par la suite fait l’objet de remontages, formant un être composite, le célèbre homme-lion. Cette statuette est la plus grande figurine de la dernière période glaciaire actuellement connue (Schmid 1989). Conjointement aux fragments de la statuette, deux perles en ivoire et six pendentifs en dents de renard ont également été trouvés (Reinhardt, Wehrberger 2005). Entre 2009 et 2013, Claus-Joachim Kind du Bureau National du Patrimoine Culturel a mené des fouilles dans la grotte de Stadel (Beutelspacher, Kind, 2012 ; Kind et al., 2014). L’âge actuel de la couche aurignacienne est de 35000 BP non-calibré (Kind, Beutelspacher, 2010). Kind a localisé l’emplacement originel de l’homme-lion et a récupéré des centaines de nouveaux fragments d’ivoire, qui faisaient partie de cette statuette exceptionnelle, ainsi que de nouveaux éléments de parure. En 2012/2013, l’homme-lion a été reconstitué à nouveau en incorporant ces nouveaux fragments, ainsi que des fragments qui ne pouvaient être intégrés au remontage précédent lors de la restauration professionnelle de 1988 (Wehrberger, 2013). Ainsi, de nombreuses observations nouvelles ont été effectuées et présentées ci-dessous.

2 - Matériel, technologie et chaîne opératoire

6Lors de l’analyse des restes des proboscidiens provenant des sites aurignaciens du Jura souabe, seuls des restes de mammouth laineux ont été identifiés (Münzel, Conard, 2004 ; Niven, 2006). Les fragments d’ivoire sont homogènes en ce qui concerne la couleur et l’aspect et rien n’indique l’utilisation d’ivoire d’une espèce différente, comme celui de l’éléphant de forêt par exemple (Hiller, 2002 ; Wolf, 2015). Les données de l’Aurignacien souabe indiquent la collecte systématique de défenses d’animaux morts dans la steppe, plutôt que la chasse active de mammouths adultes (Niven, 2006 ; Wolf, 2015). Les défenses sont constituées d’une cavité pulpaire entourée de dentine elle-même revêtue de cément (par ex., White, 1995 ; Wolf, 2015). Nous nous intéressons ici au cycle de vie des artefacts en ivoire de mammouth. La séquence de production globale, depuis l’acquisition de la matière première jusqu’à son abandon, a été décrite à plusieurs reprises (par ex., Semenov, 1957 ; White, 1995 ; Christensen, 1999 ; Liolios, 1999 ; Khlopachev, 2006 ; Khlopachev, Girya 2010 ; Wolf, 2015). Après le débitage initial de l’ivoire, les préhistoriques en ont extrait de longues baguettes élancées, comme supports pour le travail ultérieur. Par la suite, ces supports ont été débités, raclés, broyés et lissés jusqu’à l’obtention des formes et des dimensions voulues. Il est important de définir le terme “perle” et les différentes étapes de sa production. Une perle ou un pendentif est un objet de petites dimensions, qui pourrait être apposé sur un support (par ex., des vêtements, des sacs, des accessoires, etc.). La perle possède un moyen de suspension sous la forme d’un anneau ou d’un rainurage. Ces objets peuvent également être portés en tant que colliers, par exemple. Les perles n’ont pas forcément été cousues sur un support ; elles ont pu être utilisées séparément et de différentes façons.

7Six différentes étapes de production de perles et de pendentifs ont été distinguées (figure 2) :

  • le support brut : un support de forme reconnaissable en vue de la production d’un objet précis ;

  • le produit à moitié fini : la forme précise est quasi achevée ;

  • le produit achevé : l’objet est terminé, mais il ne porte pas de traces d’usage ;

  • le produit utilisé : la forme est terminée et l’objet porte des traces nettes d’utilisation ;

  • le produit abîmé : le produit à moitié fini, achevé ou utilisé est abîmé et fracturé ;

  • le produit recyclé : le produit cassé ou involontaire a été façonné en vue d’une utilisation différente.

Figure 2 - Exemples des chaînes opératoires des perles aurignaciennes typiques à double perforation ; des baguettes aux perles cassées.

Figure 2 - Exemples des chaînes opératoires des perles aurignaciennes typiques à double perforation ; des baguettes aux perles cassées.

clichés : S. Wolf ; montage : G. Häussler

3 - Hohle Fels

8Jusqu’à présent, les équipes de fouille de Hohle Fels ont recueilli plus de 10000 pièces en ivoire dans les couches aurignaciennes IId à Vb (Wolf, 2015). La plupart de ces pièces proviennent de la couche IV, l’horizon archéologique aurignacien le plus épais (AH) avec AH Va. Les objets en ivoire comprennent des pièces épaisses brisées et des centaines de petites esquilles et de copeaux. Les esquilles sont issues du travail intensif de l’ivoire et du raclage au sein de la grotte. Tous les carrés fouillés ont livré des artefacts en ivoire. Les nombreuses baguettes représentent les supports bruts pour de multiples formes finies, telles les pointes, et témoignent également du travail de l’ivoire in situ. Les éclats sont typiques et issus d’un débitage contrôlé (Heckel, Wolf, 2014). Ils ont souvent servi en tant qu’outils, par exemple comme coins. Les groupes aurignaciens ont également fabriqué des ciseaux massifs et des percuteurs à partir des déchets d’ivoire. De plus, des pointes à bases massives ont été retrouvées dans toutes les couches, à l’exception de la couche Vb, la plus ancienne. Une ébauche d’une flûte a été identifiée et de nombreuses pièces portent les traces de représentations esthétiques, tels que des motifs en croix ou des signes personnels. En tout, 217 perles ont été retrouvées jusqu’à présent (figure 3). Ces pièces présentent des formes et des dimensions variées, mais elles sont dominées par les perles à double perforation, qui comptent 124 pièces : 18 formes brutes, 13 produits inachevés, 22 produits terminés, 46 produits utilisés et 25 pièces abîmées. La majorité écrasante des perles à double perforation (98 pièces) provient des couches IV et Va. La longueur moyenne des pièces entières est de 7,4 mm, la largeur moyenne est de 4,5 mm et l’épaisseur moyenne est de 3,6 mm. Les autres types comprennent la perle à simple perforation, la perle à double perforation avec un appendice en forme de biseau, la perle non perforée étranglée, la perle souabe en forme de panier, la perle en forme d’anneau, la perle en forme de huit et la perle discoïde. Quelques formes uniques sont également représentées, et n’ont pas d’équivalent dans les autres régions aurignaciennes. Les bandes constituent un autre type intéressant de parure d’ivoire. Ces objets pouvaient être cousus sur des vêtements ou alors portés de manière différente (Didon, 1911 ; Peyrony, 1927, 1935 ; Castets, 2008). De telles pièces proviennent des couches IIIb et Va. Nous pouvons également discerner des tendances dans la fabrication et l’utilisation des perles : pendant la phase plus récente de l’Aurignacien (les couches IId-IIIb), les formes en panier et la perle étranglée non perforée ont été préférées alors que ces formes ne sont pas connues dans les horizons plus anciens.

Figure 3 - Différents types de parure aurignacienne de la grotte de Hohle Fels (n=217) et nombre d’objets de chaque type.

Figure 3 - Différents types de parure aurignacienne de la grotte de Hohle Fels (n=217) et nombre d’objets de chaque type.

diagramme : S. Wolf

4 - Vogelherd

9Les grandes pièces en ivoire ont été découvertes par les ouvriers lors des fouilles de 1931 (figure 4). Des défenses d’ivoire segmentées, d’une longueur de 50 cm chacune, ont été trouvées à l’entrée sud (Riek, 1934). De plus, les fouilleurs ont mis au jour de nombreuses plaques en ivoire rassemblées à cet emplacement. Dans l’entrée sud-ouest, au sein d’un tas d’ossements, de grands fragments de défenses ont également été trouvés. Riek décrit une aire de travail de l’ivoire dans l’entrée sud-ouest : il a identifié de la poussière d’ivoire sur une pierre et l’a interprétée comme preuve du broyage de cette matière (Riek, 1934). Il est intéressant de noter que Riek a également décrit quelques pièces, qu’il appelle des "ambos", ou poids. D’après les analyses récentes, ces pièces sont des enclumes, des retouchoirs et des supports pour le travail quotidien (Wolf, 2015). La plupart des grandes pièces sont des morceaux de défenses à fractures naturelles, plutôt que des pièces brisées ou des éclats. Certaines d’entre elles ont été utilisées en tant qu’outils, tels que des lissoirs, mais pas de manière intensive.

Figure 4 - Grotte de Vogelherd : défenses de mammouth lors de la fouille de 1931.

Figure 4 - Grotte de Vogelherd : défenses de mammouth lors de la fouille de 1931.

cliché : Ulmer Museum

10Les objets les plus connus sont des petites statuettes (onze au total), toutes différentes, dont dix sont en ivoire. Ces statuettes représentent des animaux des temps glaciaires ainsi qu’une figurine anthropomorphe (Riek, 1934 ; Floss, 2007). Il est à noter que certaines des statuettes ont une double fonction, car elles servaient également de pendentifs (pour plus de détails, voir par ex., Hahn, 1986 ; Floss, 2007). La statuette de mammouth quasi complète porte des perforations entre ses membres antérieurs et postérieurs (figure 5). De plus, la pièce ovale en os, qui porte un mammouth en relief, montre une perforation cassée à une extrémité, ce qui prouve que cet objet était également jadis un pendentif. Ceci reflète le caractère mobile de ces pièces : il s’agit d’"objets mobiles dans une société mobile" (Floss, 2007 : 308).

Figure 5 - Grotte de Vogelherd : statuette de mammouth – et pendentif.

Figure 5 - Grotte de Vogelherd : statuette de mammouth – et pendentif.

Longueur : 5 cm.

Cliché : H. Jensen, copyright Université de Tübingen

11Riek n’a pas effectué de tamisage à l’eau ni de tri lors de ses fouilles. De ce fait, il n’a pas trouvé d’esquilles, ce qui aurait indiqué que l’ivoire a été travaillé sur place. De surcroît, il n’a pas découvert de perles en ivoire. Il fait seulement état d’une canine de cervidé percée, décorée par des coches, et d’une canine d’ours brun également percée mais n’indique pas d’autres éléments de parure. Un objet en ivoire, rétréci au sommet, pourrait également être interprété comme une parure (Riek, 1934 ; Wolf et al., 2013).

12Lors des fouilles et du tri des déblais de fouilles, entre 2005 et 2012, 345 perles de toutes les étapes de production ont été trouvées et analysées (figure 6). Jusqu’à présent, environ les deux-tiers des sédiments tamisés à l’eau ont été triés, et les travaux à venir à Vogelherd livreront des trouvailles supplémentaires. La plupart des formes de perles sont également présentes dans les grottes de la vallée de l’Ach. Pour cette raison, nous pouvons les attribuer avec certitude à l’Aurignacien. Elles comprennent 219 perles à double perforation et quatre perles à double perforation avec un appendice en forme de biseau, 43 perles, 35 pendentifs, 34 perles à simple perforation, quatre perles souabes en forme de panier, deux perles entières coniques, une perle cassée en forme de huit, un fragment de perle étranglée non perforée et trois pièces qui sont clairement des parures, sans qu’il soit possible de déterminer exactement de quelle manière elles étaient portées. Les perles à double perforation comprennent 23 formes brutes, trois produits inachevés, 16 objets achevés, 73 objets utilisés et 104 pièces endommagées. La longueur moyenne de toutes les pièces complètes est de 8,7 mm, la largeur est de 5,5 mm et l’épaisseur de 3,6 mm. Toutes ces perles sont à double perforation, et chaque pièce révèle des caractères propres.

Figure 6 - Grotte de Vogelherd.

Figure 6 - Grotte de Vogelherd.

Relevé de toutes les perles à double perforation (en bleu) et à simple perforation (en rouge) dans les déblais de fouilles du devant de l’entrée sud-ouest.

13La largeur la moins importante des perles à double perforation est de 3,5 mm et la largeur maximale pouvait atteindre 11 mm. Environ 80 % des 364 fragments de baguette (293) sont répartis dans cette fourchette de largeurs (entre 3,5 mm et 11 mm). Cela démontre que les fragments de baguette constituaient la forme principale de matière première pour la production des perles en série. De plus, les fouilleurs ont également retrouvé 37 pièces décorées. Elles portent en grande partie des motifs en forme de croix et elles proviennent souvent de baguettes. Certaines représentent des fragments d’art figuratif. Ces pièces décorées constituent actuellement le sujet de thèse d’E. Dutkiewicz à l’Université de Tübingen.

14Les perles de Vogelherd proviennent exclusivement des déblais devant l’entrée sud-ouest de la grotte. Les sédiments ont été déposés près des zones fouillées lors de la fouille de 1931. Nous suggérons donc que les groupes aurignaciens s’asseyaient et travaillaient dans l’entrée sud-ouest de la grotte alors que la réserve d’ivoire était stockée dans la zone de l’entrée sud. La présence de pièces issues de toutes les étapes du processus de production montre que les objets ont été fabriqués sur place. La grotte devait être utilisée de manière intensive, comme en témoigne la grande quantité d’autres types d’objets. Les éléments de parure ont été abandonnés avec les autres types d’objets au milieu des déchets quotidiens.

5 - Hohlenstein-Stadel

15Récemment, l’homme-lion a fait l’objet d’une restauration au Bureau National du Patrimoine Culturel à Esslingen. Actuellement, plus des deux-tiers de la statuette sont conservés, car l’équipe de restauration a rajouté plus de 60 nouveaux morceaux. Suite à cette restauration, l’apparence de l’homme-lion a changé de façon significative (figure 7). La statuette a gagné en volume et les proportions sont différentes. Le bras droit a pu faire l’objet d’un remontage, les lamelles de la bouche ont été retrouvées, ainsi que de nombreuses nouvelles parties du corps et les deux omoplates. Pendant le travail de restauration, le caractère masculin de la statuette est devenu évident : la plaquette entre les jambes est complétement travaillée et indique un pénis. Le travail de remontage a été extrêmement complexe (pour les détails voir Wehrberger, 2013). Mis à part la signification de la statuette, cette pièce est intéressante en ce qui concerne le travail de l’ivoire. La statuette a été sculptée à partir d’une défense entière de mammouth. La tête du personnage est orientée vers la pointe de la défense, tandis que l’entrejambe est à l’extrémité de la cavité pulpaire. Les mains et certaines parties du dos laissent entrevoir les couches de cément alors que le reste de la figurine est sculpté sur la dentine pure et plus tendre. Le sculpteur aurignacien connaissait parfaitement la composition d’une défense de mammouth et il a limité le travail de la matière en créant la statuette de cette façon.

Figure 7 - Grotte de Hohlenstein-Stadel.

Figure 7 - Grotte de Hohlenstein-Stadel.

Vue de droite de l’homme-lion après la restauration de 2013 ; longueur : 31,1 cm

cliché : Y. Mühleis, State Office for cultural heritage Baden-Württemberg

16Lors de la fouille de 1939 à Hohlenstein-Stadel, deux perles extraordinaires en ivoire et six canines de renard perforées ont été recueillies avec l’homme-lion (Hahn, 1977 ; Reinhardt, Wehrberger, 2005 ; Wolf, 2015). Cette figurine était quasi isolée dans la salle du fond de la grotte de Stadel, accompagnée uniquement de ces éléments de parure. La première perle est une pièce massive, en forme de panier avec deux anneaux cassés sur les deux côtés (figure 8). La deuxième est une perle quasi globuleuse, dont l’anneau n’est également pas conservé. Les fouilles récentes de 2010 ont livré neuf dents d’animaux perforées ainsi qu’un autre pendentif de forme globuleuse. Ces deux formes de perles ne montrent pas de ressemblance avec les formes mises au jour jusqu’à présent dans d’autres sites aurignaciens (Wolf et al., 2013).

Figure 8 - Grotte de Hohlenstein-Stadel : perle extraordinaire en forme de panier avec des anneaux cassés.

Figure 8 - Grotte de Hohlenstein-Stadel : perle extraordinaire en forme de panier avec des anneaux cassés.

longueur : 2,1 cm ; fouille 1939

cliché : Ulmer Museum

6 - Discussion

17La signification de la parure est avant tout symbolique (par ex., Vanhaeren, d’Errico, 2006). Un élément de parure peut être un petit objet décoratif ou peut être destiné à embellir celui ou celle qui le porte. En général, la parure représente un statut social (Hahn, 1992 ; Haidle, 2003). La parure est un vecteur permettant d’augmenter l’attrait de la personne qui la porte ou d’accroître sa valeur au sein d’une société ou d’un groupe. Toutes les formes de parure, comme la coiffure, la peinture corporelle, la scarification, la broderie, les chaînes, les anneaux, les applications sur habits et autres, sont perçues, évaluées et interprétés par d’autres personnes. La parure crée une identité et représente avant tout un moyen de communication. Quand une forme d’artefact est récurrente, elle reste au sein du groupe pendant une période de temps plus longue. L’homogénéisation de la parure sur de longs intervalles de temps indique que le groupe s’identifie à cette forme particulière (Haidle, 2003). Cela témoigne d’un artisanat stylisé et traditionnel (voir aussi Wiessner, 1983).

18Les éléments de parure de Hohle Fels proviennent de toutes les couches. Le type de perle à double perforation est présent dans la couche Vb, le plus ancien dépôt aurignacien. Cette forme a été sculptée pendant des millénaires, jusqu’à la fin de l’Aurignacien. Néanmoins, nous pouvons observer des tendances en ce qui concerne les formes de perles, notamment les formes uniques qui apparaissent dans les couches anciennes, tandis que la perle en forme de panier ainsi que la perle étranglée non-perforée ont été développées plus tard.

19Les perles de Vogelherd proviennent exclusivement des déblais de fouilles de l’entrée sud-ouest de la grotte, avec des milliers d’artefacts en pierre et des fragments d’ossements des différentes proies. Comme mentionné ci-dessus, nous pensons que les fouilleurs ont déposé les déblais de fouilles près de la zone de fouille. Donc, nous pouvons supposer que les groupes aurignaciens s’asseyaient et travaillaient à l’entrée sud-ouest de la grotte. Toutes les étapes de fabrication, d’utilisation et d’abandon des perles sont représentées. Cela démontre que ces objets ont été produits in situ. Ces perles ont été portées, mais également perdues et abandonnées. La présence d’une grande quantité d’autres objets confirme l’utilisation intensive de la grotte. La parure a été abandonnée avec les autres artefacts au sein des déchets quotidiens. Les perles à double perforation ainsi que les perles à simple perforation issues des déblais de fouilles ressemblent fortement aux éléments de parure des grottes de la vallée de l’Ach. La richesse et la grande diversité des pièces de Hohle Fels et de Vogelherd témoignent des grandes capacités intellectuelles et manuelles des populations aurignaciennes. Les sculpteurs ont produit des séries de perles, mais chaque pièce a été fabriquée individuellement et représente, de ce fait, le travail d’un individu.

20Pendant des millénaires, les groupes aurignaciens ont sillonné les vallées de l’Ach et de la Lone. Au cours de cette longue période, ils ont privilégié les mêmes types de perles. Puisque les perles à double perforation, notamment, existent exclusivement dans le Jura souabe, et en grandes quantités, nous supposons qu’elles reflètent une identité de groupe et l’appartenance à un groupe spécifique. De nombreux sites aurignaciens ont livré des éléments de parure (par ex., Otte, 1979 ; White, 1995 ; Vanhaeren, d’Errico, 2006 ; Wolf, et al., 2013). Quelques éléments, très peu, de parures en provenance de sites belges, par exemple, démontrent des ressemblances avec les formes de l’Aurignacien souabe, comme une perle en forme de panier, à moitié conservée, de Spy (Otte, 1979, 1995 ; Wolf et al., 2013). Mais, en général, la parure souabe possède son propre caractère spécifique.

21Les chasseurs-cueilleurs aurignaciens se servaient des grottes des deux vallées. Il est possible que des petits groupes différents occupaient les vallées de l’Ach et de la Lone en même temps. Cela impliquerait qu’ils partageaient la même culture matérielle et donc qu’ils se connaissaient et échangeaient des idées et des objets. Dans ce cas, les populations auraient maintenu des croyances similaires et auraient créé une culture commune aux deux vallées du Jura souabe. Cependant, la durée temporelle des occupations n’ayant pu être établie de manière précise, il demeure possible que l’une des vallées faisait l’objet d’occupations temporaires alors que l’autre n’était pas fréquentée à ce moment-là. Dans tous les cas, il est évident que les groupes aurignaciens de cette région ont continué à convoiter certaines formes de perles à travers les époques. Cela est avéré, au moins pour les pièces en stratigraphie de Hohle Fels. Les objets issus des déblais de fouilles des sédiments de Vogelherd pourraient également provenir d’une ou de plusieurs visites de la grotte et ils pourraient, de ce fait, découler d’un travail intensif de sculpture. Toutefois, les pièces sont nombreuses et les couches aurignaciennes desquelles elles proviennent sont les niveaux les plus épais de la grotte. Ces éléments suggèrent une accumulation sur une longue période de temps. Le dépôt apparent, dans la petite salle de la grotte, de l’homme-lion de dimensions exceptionnelles et des pendentifs particuliers implique que cet endroit était réservé à des occasions spéciales par rapport à la grotte voisine de Vogelherd. L’homme-lion apporte des indices potentiels des croyances des premiers Hommes anatomiquement modernes dans le sud-ouest de l’Allemagne. La situation change brutalement pendant le Gravettien, période pendant laquelle les groupes gravettiens souabes ne fabriquent que des perles en forme de goutte d’eau (par ex. Scheer, 1985 ; Wolf et al., sous presse).

22L’exceptionnelle richesse d’objets aurignaciens, et plus particulièrement de perles, se traduit par une grande diversité de formes et par une quantité impressionnante de pièces. Cela nous permet d’améliorer notre compréhension de la culture matérielle innovante des aurignaciens souabes. Mais il ne faut pas oublier que ces résultats représentent le fruit de 150 ans de recherches intensives et minutieuses dans cette région. Les fouilles et les recherches à venir apporteront des informations supplémentaires concernant cette région clé de l’Europe centrale.

Haut de page

Bibliographie

Beck D., 1999 - Das Mittelpaläolithikum – Stadel und Bärenhöhle – im Lonetal. Universitätsforschungen zur Prähistorischen Archäologie, Aus dem Institut für Ur- und Frühgeschichte der Universität zu Köln, Bonn, Verlag Dr. Rudolf Habelt GmbH.

Beutelspacher T., Kind C.-J., 2012 - Auf der Suche nach Fragmenten des Löwenmenschen in der Stadelhöhle im Hohlenstein bei Asselfingen, Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 2011, 66-70.

Castets A., 2008 - Étude technologique, morphométrique et stylistique des bandeaux aurignaciens, Unpublished Mémoire de Master 2, Bordeaux, Université Bordeaux 1, Talence.

Christensen M., 1999 - Technologie de l’ivoire au Paléolithique supérieur, London, Oxford, University Press ("BAR International Series" 751).

Conard N.J., 2002 - Der Stand der altsteinzeitlichen Forschung im Achtal der Schwäbischen Alb, Mitteilungen der Gesellschaft für Urgeschichte, 11, 67-77.

Conard N.J., 2003 - Eiszeitlicher Schmuck auf der Schwäbischen Alb, in Kölbl S., Conard N.J. (eds.), Eiszeitschmuck. Status und Schönheit, Museumsheft, 6, Urgeschichtliches Museum Blaubeuren, 15-49.

Conard N.J., 2009 - A female figurine from the basal Aurignacian of Hohle Fels Cave of southwestern Germany, Nature, 459, 248-252.

Conard N.J., Bolus M., 2003 - Radiocarbon dating the appearance of modern humans and timing of cultural innovations in Europe: new results and new challenges, Journal of Human Evolution, 44, 331-371.

Conard N.J., Bolus M., 2008 - Radiocarbon dating the late Middle Palaeolithic and the Aurignacian of the Swabian Jura, Journal of Human Evolution, 55, 886-897.

Conard N.J., Malina M., 2006 - Schmuck und vielleicht auch Musik am Vogelherd bei Niederstotzingen – Stetten ob Lonetal, Kreis Heidenheim, Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 2005, 21-25.

Conard N.J., Malina M., 2012 - Neue Forschungen in den Magdalénien-Schichten des Hohle Fels bei Schelklingen, Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 2011, 56-60.

Conard N.J., Bolus M., Goldberg P., Münzel S.C., 2006 - The last Neanderthals and first Modern Humans in the Swabian Jura, in Conard N.J. (ed.), When Neanderthals and Modern Human met, Tübingen, Kerns Verlag, 305-341.

Conard N.J., Lingnau M., Malina M., 2007 - Einmalige Funde durch die Nachgrabung am Vogelherd bei Niederstotzingen-Stetten ob Lonetal, Kreis Heidenheim, Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 2006, 20-24.

Conard N.J., Malina M., Münzel S.C., Seeberger F., 2004 - Eine Mammutelfenbeinflöte aus dem Aurignacien des Geißenklösterle. Neue Belege für eine musikalische Tradition im frühen Jungpaläolithikum auf der Schwäbischen Alb, Archäologisches Korrespondenzblatt, 34, 447-462.

Didon L., 1911 - L’Abri Blanchard des Roches (commune de Sergeac). Gisement aurignacien moyen, Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 87, 246-261 et 321-345.

Ebinger-Rist N., Wolf S., 2013 - Ein Gigantisches Puzzle – die Restaurierung der Statuette 2012/13, in K. Wehrberger (ed.), Die Rückkehr des Löwenmenschen. Geschichte, Mythos, Magie, Begleitpublikation zur Ausstellung im Ulmer Museum 15.11.2013 – 09.06.2014. Ostfildern: Jan Thorbecke Verlag, 52-61.

Floss H., 2007 - L’art mobilier aurignacien du Jura souabe et sa place dans l’art paléolithique – Die Kleinkunst des Aurignacien auf der Schwäbischen Alb und ihre Stellung in der paläolithischen Kunst, in Floss H., Rouquerol N. (éd.), Les chemins de l’Art aurignacien en Europe – Das Aurignacien und die Anfänge der Kunst in Europa, Colloque international, Aurignac 2005, Musée-forum Aurignac, 4, 295-316.

Hahn J., 1977 - Aurignacien. Das ältere Jungpaläolithikum in Mittel- und Osteuropa, Köln, Wien, Böhlau Verlag.

Hahn J., 1986 - Kraft und Aggression. Die Botschaft der Eiszeitkunst im Aurignacien Südwestdeutschlands? Tübingen, Archaeologica Venatoria.

Hahn J., 1988 - Die Geißenklösterle-Höhle im Achtal bei Blaubeuren I. Fundhorizontbildung und Besiedlung im Mittelpaläolithikum und im Aurignacien, Stuttgart, Konrad Theiss Verlag.

Hahn J., 1992 - Eiszeitschmuck auf der Schwäbischen Alb, Alb und Donau, Kunst und Kultur 5, Ulm.

Haidle M., 2003 - Eiszeitschmuck – Schönheit, Selbstbewusstsein und Kommunikation, in Kölbl S., Conard N.J. (eds.), Eiszeitschmuck. Status und Schönheit, Urgeschichtliches Museum Blaubeuren Museumsheft, 6, Blaubeuren, 7-14.

Heckel C., Wolf S., 2014 - Ivory debitage by fracture in the Aurignacian: experimental and archaeological examples, Journal of Archaeological Science, 42, 1-14.

Higham T., Basell L., Jacobi R.M., Wood R., Bronk Ramsey C.B., Conard N.J., 2012 - Testing models for the beginnings of the Aurignacian and the advent of figurative art and music: The radiocarbon chronology of Geißenklösterle, Journal of Human Evolution, 62 (6), 664-676.

Hiller B., 2002 - Die Nutzung von Elfenbein im Paläolithikum des Hohle Fels bei Schelklingen, Unpublished Magister thesis, Tübingen, Eberhard Karls Universität Tübingen.

Khlopachev G.A., 2006 - Les industries des ivoires du Paléolithique supérieure de l’Europe orientale, Sankt Petersburg, Nauka.

Khlopachev G.A., Girya E.Y., 2010 - Secrets of ancient carvers of Eastern Europe and Siberia: Treatment Techniques of ivory and reindeer antler in the Stone Age, Sankt Petersburg, Nauka.

Kind C.-J., Beutelspacher T., 2010 - Ausgrabungen 2009 im Stadel am Hohlenstein im Lonetal, Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 2009, 62-69.

Kind C.-J., Ebinger-Rist N., Wolf S., Beutelspacher T., Wehrberger K., 2014 - The Smile of the Lion Man. Recent Excavations in Stadel Cave (Baden-Württemberg, Southwest Germany) and the Restoration of the Famous Upper Palaeolithic Figurine, Quartär, 61, 129-145.

Liolios D., 1999 - Variabilité et Caractéristiques du travail de matières osseuses au début de l’Aurignacien : Approche technologique et économique, Thèse de doctorat, Paris, Université Paris 10 Nanterre.

Münzel S.C., Conard N.J., 2004 - Change and Continuity in Subsistence during the Middle and Upper Palaeolithic in the Ach Valley of Swabia (South-west Germany), International Journal of Osteoarchaeology, 14, 225-243.

Nigst P.R., Haesaerts P., Damblon F., Frank-Fellner C., Mallol C., Viola B., Götzinger M., Niven L., Trnka G., Hublin J.-J., 2014 - Early modern human settlement of Europe north of the Alps occurred 43500 years ago in a cold steppe-type environment, Proceedings of the National Academy of Sciences, 111 (40), 14394-14399.

Niven L., 2006 - The Palaeolithic Occupation of Vogelherd Cave. Implications for the subsistence behavior of late Neanderthals and early modern humans, Tübingen, Kerns Verlag.

Otte M., 1979 - Le Paléolithique supérieur ancien de Belgique, Brüssel, Musées Royaux d’Art et d’Histoire.

Otte M., 1995 - L’ivoire paléolithique au Nord-Ouest européen, in Hahn J., Menu M., Walter P., Wideman F. (dir.), Le travail et l’usage de l’ivoire au Paléolithique supérieur, Actes de la Table Ronde, Ravello Italien, 29-31 Mai 1992, Rom, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 103-113.

Reinhardt B., Wehrberger K., 2005 - Der Löwenmensch, Ulm, Ulmer Museum.

Riek G., 1934 - Die Eiszeitjägerstation am Vogelherd im Lonetal, Tübingen, Heine Verlag.

Peyrony D., 1927 - Les gisements préhistoriques de Castel-Merle (commune de Sergeac, Dordogne), AFAS, 316.

Peyrony D., 1935 - Le gisement Castanet, Vallon de Castelmerle, Commune de Sergeac (Dordogne). Aurignacien I et II, Bulletin de la Société préhistorique française, 32, 418-443.

Schmid E., 1989 - Die altsteinzeitliche Elfenbeinstatuette aus der Höhle Stadel im Hohlenstein bei Asselfingen, Alb-Donau-Kreis, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 14, 33-96.

Schmidt R.R., 1912 - Die diluviale Vorzeit Deutschlands. Mit Beiträgen von E. Koken und A. Schliz, Stuttgart, E. Schweizerbartsche Verlagsbuchhandlung.

Scheer A., 1985 - Elfenbeinanhänger des Gravettien in Süddeutschland, Archäologisches Korrespondenzblatt, 15, 269-285.

Semenov S.A., 1957 - Prehistoric Technology. An experimental study of the oldest Tools and Artefacts from traces of Manufacture and Wear, Russia 1957, 1964, 1, English edition, 1970, 2, English edition, Bath, Adams & Dart.

Vanhaeren M., d’Errico F., 2006 - Aurignacian ethno-linguistic geography of Europe revealed by personal ornaments, Journal of Archaeological Science, 33, 1105-1128.

Wehrberger K., 2013 - Die Rückkehr des Löwenmenschen. Geschichte, Mythos, Magie, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag.

Wetzel R., 1961 - Der Hohlestein im Lonetal. Mitteilungen des Vereins für Naturwissenschaften und Mathematik in Ulm (Donau), 26, 21-75.

White R., 1995 - Ivory personal ornaments of Aurignacian age: technological, social and symbolic perspectives, in Hahn J., Menu M., Walter P., Wideman F. (dir.), Le travail et l’usage de l’ivoire au Paléolithique supérieur, Actes de la Table Ronde, Ravello Italien, 29-31 Mai 1992, Rom, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 29-62.

Wiessner P., 1983 - Style and Social Information in Kalahari San Projectile Points, American Antiquity, 48 (2), 253-276.

Wolf S., 2015 - Schmuckstücke – Die Elfenbeinbearbeitung im Schwäbischen Aurignacien, Tübingen, Kerns Verlag.

Wolf S., Kind C.-J., Conard N.J., 2013 - Schmuck aus dem Aurignacien von der Schwäbischen Alb im Vergleich mit Inventaren aus dem Lahntal und dem Rheinland, Archäologisches Korrespondenzblatt, 43 (3), 295-313.

Wolf S., Münzel S.C., Dotzel K., Barth M., Conard N.J., sous presse - Osseous Projectiles from the Aurignacian and the Gravettian of the Swabian Jura (Southwest Germany) reflect changing patterns of raw material, technology and typology, in Langley M. (ed.), Osseous Projectile Weaponry: Towards an Understanding of Pleistocene Cultural Variability, Oxford University Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte des grottes à dépôts aurignaciens dans l’est du Jura souabe (dans le sud-ouest de l’Allemagne).
Légende 1 : Hohle Fels, 2 : Sirgenstein, 3 : Geißenklösterle, 4 : Vogelherd, 5 : Hohlenstein, 6 : Bockstein
Crédits DAO : M. Zeidi
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/891/img-1.png
Fichier image/png, 946k
Titre Figure 2 - Exemples des chaînes opératoires des perles aurignaciennes typiques à double perforation ; des baguettes aux perles cassées.
Crédits clichés : S. Wolf ; montage : G. Häussler
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/891/img-2.png
Fichier image/png, 863k
Titre Figure 3 - Différents types de parure aurignacienne de la grotte de Hohle Fels (n=217) et nombre d’objets de chaque type.
Crédits diagramme : S. Wolf
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/891/img-3.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figure 4 - Grotte de Vogelherd : défenses de mammouth lors de la fouille de 1931.
Crédits cliché : Ulmer Museum
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/891/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 5 - Grotte de Vogelherd : statuette de mammouth – et pendentif.
Légende Longueur : 5 cm.
Crédits Cliché : H. Jensen, copyright Université de Tübingen
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/891/img-5.png
Fichier image/png, 357k
Titre Figure 6 - Grotte de Vogelherd.
Légende Relevé de toutes les perles à double perforation (en bleu) et à simple perforation (en rouge) dans les déblais de fouilles du devant de l’entrée sud-ouest.
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/891/img-6.png
Fichier image/png, 300k
Titre Figure 7 - Grotte de Hohlenstein-Stadel.
Légende Vue de droite de l’homme-lion après la restauration de 2013 ; longueur : 31,1 cm
Crédits cliché : Y. Mühleis, State Office for cultural heritage Baden-Württemberg
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/891/img-7.png
Fichier image/png, 706k
Titre Figure 8 - Grotte de Hohlenstein-Stadel : perle extraordinaire en forme de panier avec des anneaux cassés.
Légende longueur : 2,1 cm ; fouille 1939
Crédits cliché : Ulmer Museum
URL http://journals.openedition.org/palethnologie/docannexe/image/891/img-8.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sibylle Wolf et Nicholas J. Conard, « La parure aurignacienne du Jura souabe », Palethnologie [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 12 décembre 2015, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/palethnologie/891 ; DOI : 10.4000/palethnologie.891

Haut de page

Auteurs

Sibylle Wolf

Department of Prehistory and Quaternary Ecology
Eberhard Karls University of Tübingen
Center for Human Evolution and Paleoenvironment
sibylle.wolf[at]ifu.uni-tuebingen.de

Nicholas J. Conard

Department of Prehistory and Quaternary Ecology
Eberhard Karls University of Tübingen
Center for Human Evolution and Paleoenvironment
nicholas.conard[at]uni-tuebingen.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Palethnologie est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées
  • Logo Travaux et Recherches archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
  • Logo Institut national de recherches archéologiques préventives
  • Logo Ministère de la Culture
  • OpenEdition Journals