Navigation – Plan du site

Langue familière, parler populaire, particularisme régional dans saturday night and sunday morning d'Alan Sillitoe et sa traduction Française

Marie Sylvine Muller
p. 49-75

Résumés

Les connotations situationnelles, socioculturelles et l'appartenance géographique fonctionnent, à des degrés divers, aussi bien dans les dialogues du roman que dans la narration et le monologue intérieur. Elles sont réalisées par des graphies indiquant les marques phonétiques, par des choix lexicaux et par la morphosyntaxe Cette étude examine quels traits sont exploités par la traduction pour produire les mêmes connotations, repère les difficultés de cohérence stylistique rencontrées par le traducteur, et pose la question de la traduction des régionalismes.

Haut de page

Texte intégral

1En 1968, Longman publiait dans la série "Modern Classics" une nouvelle édition de Saturday Night and Sunday Morning avec une introduction de l'auteur dans laquelle Alan Sillitoe se défend d'être un romancier de la classe ouvrière. Peut-être voulait-il éviter d'être récupéré par une lutte quelconque, mais peut-être aussi exprimait-il son agacement de voir que cet aspect si évident de son roman risquait d'en masquer les qualités littéraires.

2Le livre, porté à l'écran deux ans après sa publication, a certainement dû une partie de son succès à l'affirmation qu'on y perçoit d'une identité sociale et régionale. Le registre y est donc primordial et pose certains problèmes au traducteur. J'entends par registre les variations linguistiques déterminées par les caractéristiques du locuteur et la situation d'énonciation. On peut identifier les choix de l'écrivain qui produisent ici un texte — les dialogues en particulier — ancré dans la vie quotidienne, situé dans un milieu social homogène et enraciné dans une zone géographique précise, Nottingham, la ville natale de Sillitoe. Ces trois catégories de connotations — situationnelle, socioculturelle et géographique — sont parfois difficiles à isoler, comme le montrent ici même l'article de Françoise Gadet "Niveaux de langue et variation intrinsèque", ainsi que son ouvrage Le Français populaire. On sait d'expérience que, s'il est vrai que les mêmes expressions dites familières sont utilisées par des locuteurs de classes sociales différentes, leur proportion sera supérieure chez un locuteur de milieu populaire. De même un locuteur d'un niveau socioculturel relativement élevé peut employer dans une situation détendue certaines tournures de la langue populaire. Quant aux régionalismes ils sont, en général, perçus aussi comme familiers et populaires.

  • 1 Pour essayer de déterminer la valeur connotative des éléments que j'ai relevés, j'ai consulté des (...)

3Je tenterai, en explorant les traits stylistiques qui déterminent le registre dans Saturday Night and Sunday Morning, d'examiner dans quelle mesure le traducteur Henri Delgove parvient à les restituer1. Nous verrons que le résultat est relativement plausible dans les parties de dialogue mais qu'il l'est beaucoup moins dans les passages narratifs, rendus plus complexes par la présence constante du monologue intérieur du personnage central, Arthur. On note par ailleurs que les traits régionaux ont disparu du texte français. Même si leur traduction est fort délicate, on peut se demander si elle est vraiment impossible.

4La fidélité de la traduction à l'original se constate avant tout dans le domaine des indications de prononciation. Dans Saturday Night and Sunday Morning, les passages de conversation sont rendus visibles dans le texte non seulement par les guillemets habituels mais par de nombreux mots contractés et autres indications phonétiques qu'il est intéressant d'examiner en détail. Certaines de ces indications sont de simples marques d'oralité, comme on en trouverait dans des dialogues entre des personnages de classe sociale plus élevée, par exemple la conversation entre Scobie et sa femme au chap. 3, p. 23 de The Heart of the Matter de Graham Greene :

...'Mrs Castle's been in.'
'Enough to make anyone ill,' Scobie said.
'She's been telling me about you.'
...'She says the Commissioner's retiring, and they've passed you over.'
'Her husband talks too much in his sleep.' 'Is it true ?'
'Yes, I've known it for weeks. It doesn't matter, dear, really.'
Louise said, 'I'll never he able to show my face at the club again.'
'It's not as bad as that. These things happen, you know.'
'You'll resign, won't you, Ticki ?'
'I don't think I can do that, dear.'

5On trouve de même chez Arthur : "You'll go", "It can't be", "You're bound", "It's a risk", "I wouldn't be", "His dad's got", "His mam can't", et chez son père : "It's ten past seven", "we've both", "I'm sure", "That's one thing". D'autres graphies représentent une prononciation plus nettement relâchée par exemple dans l'extrait A : "an'" pour "and" (A38, 78 et 80), "bin" pour "been" (A82) ou l'élision de of dans "cup o' tea" (A38). D'autres sont jugées sans hésitations comme populaires : "ain't" (A37) ou l'omission du /h/ dans "I'eard" (A13). Quant à certaines prononciations, elles sont senties non seulement comme populaires mais comme régionales : "wi' a lead" (A73), "wi' a tin mug" (A77), "wi' my eyes" (A81). La preuve en est que mes deux informateurs ont ajouté à la ligne A77 un trait phonétique caractéristique des North Midlands en prononçant /mug/ sans que cette prononciation soit signalée par la graphie. On trouve également dans l'extrait B : "gi' yo', gi' anybody" (B10). Le lecteur en voyant yo' ne sait pas forcément comment le prononcer mais a l'impression qu'il s'agit d'une prononciation régionale. La même réaction se produit devant d'autres graphies qui surprennent l'œil, par exemple : "wok" (A5) et "tek" (B17), ou encore "alius" (A82) : Philip s'interroge plaisamment : "What's an alius ? ?" mais devine le sens d'après le contexte et conclut "Must be dialect !"

6On conçoit aisément à quel point les indications de prononciation régionale sont nécessairement imparfaites. C'est ce que fait remarquer l'auteur des notes fournies au début de l'édition "Modern Classics" : "Regional and working-class English, being mainly oral, has never been satisfactorily written down at all. Unless one has heard a good deAL of speech in the region concerned, it is hard to recreate its sounds from very simple signs like the 'o' in 'wok' or the 'u' in 'summat'".

7En examinant davantage les indications phonétiques, on est frappé de constater que les graphies ter (A4 et A 78) et fer (A5) qui correspondent aux formes faibles de to et for, sont de simples marques d'oralité, données comme normales par les dictionnaires de prononciation. Elles sont cependant senties par le lecteur comme "working-class", "dialect"... C'est aussi le cas de la graphie "Wensday". A l'inverse, l'orthographe to (A37) montre que toutes les marques d'oralité possibles ne sont pas présentes. La façon dont l'auteur manie ces graphies prouve donc qu'il n'entend pas réaliser une transcription phonétique exacte mais seulement produire un "effet de réel". Cependant les dialogues de ces extraits comportent plus de marques d'oralité que le passage de Graham Greene cité plus haut. Aussi peut-on avancer que l'accumulation des marques d'oralité est un procédé conventionnel d'écriture pour connoter une situation familière, ou même un locuteur populaire. Cette convention est mise en lumière, à propos du français, par Catherine Vigneau-Rouayrenc dans son article : "L'oral dans l'écrit ; histoire(s) d'E", publié dans Langue française :

... la plupart des graphèmes e supprimés dans la graphie le sont conformément à la prononciation standard. Or du moment qu'ils constituent une transgression de la norme graphique, ils sont reçus comme une marque d'appartenance à un milieu social. La transgression d'une norme sans concession, parfaitement intégrée par le lecteur, fait d'une marque orale une marque socioculturelle, (p. 22)

8On observe le même phénomène dans Saturday Night and Sunday Morning, où Sillitoe attribue à des marques orales des connotations socioculturelles.

9Le fait que les marques phonétiques ne soient pas toutes matérialisées (et en particulier, comme me l'a fait remarquer Ann Arnaud, que l'article the ne soit pas remplacé par t', alors que ce trait est un des plus marquants du parler dialectal des North Midlands) répond aussi à une autre contrainte inhérente à la production d'oral écrit : la préoccupation de ne pas rendre le dialogue illisible.

10A vrai dire, le but n'est que partiellement atteint, de même que la recherche de l'effet de réel, mentionnée plus haut. Les réactions de quelques lecteurs anglais interrogés sur les extraits étudiés sont mitigées : elles font apparaître une impression de gêne à la lecture, le sentiment d'un excès de marques d'oralité, qui semblent en même temps presque caricaturales. Un malaise se fait sentir devant la présentation de cet état de langue très vivant à travers un canal— l'écriture littéraire — qui ne lui convient peut-être pas. Cette résistance du lecteur anglais (que je n'avais pas ressentie moi-même, trompée sans doute par mon statut de lectrice étrangère devant une couleur locale à bon marché) peut avoir un côté idéologique, proche des inquiétudes qu'exprime Michael Toolan dans son article "The significations of representing dialect in writing" publié dans la revue Language and Literature. Il utilise le terme "uneasy appropriation of voice" à propos de la description du parler des Noirs d'Afrique du Sud par des auteurs tels que J.M. Coetzee et N. Gordimer, et suggère que la façon dont on écrit un parler oral échappe difficilement aux partis pris et aux stéréotypes. Lui aussi, d'ailleurs, décrit la gêne du lecteur : "The reader may be put firmly in the position of an outsider having to struggle to comprehend the conventions and standards of insiders, or those who appear, collectively, to be inside and constitute a culture, society, or style" (p. 33). Plus loin il analyse la résistance du lecteur à la transcription d'un langage parlé non conforme à la norme en ces termes : "normative (over-)familiarity with standard language, attachment to the prestige of standard speech, the expectation that novels should promote that culturally-conditioned chimera known as fine writing". Il ajoute :

many readers would admit they negotiate those pages of Dickens, Hardy, Melville and Twain where some other dialect than familiar standard is rendered in a spirit of enforced labour. No doubt there are effects of charm and quaintness achieved but by and large the sense of alienation predominates, (p. 34)

11Toolan utilise encore le terme "significant difference", concept essentiel, me semble-t-il, dans le projet de Sillitoe, qui recherche l'affirmation d'une identité mais en aucun cas la caricature ou le comique. II semblerait pourtant que le romancier n'a pas totalement évité les écueils qui viennent d'être évoqués. Il reste à voir si Delgove y est mieux parvenu.

12La traduction des dialogues fait très bien apparaître la convention d'écriture analysée par Catherine Vigneau-Rouayrenc. Le traducteur utilise essentiellement la chute du e muet, dans "pas trop d' temps" (A45), "ça n' te vaut rien" (A62), "j' connais... ce p'tit" (A86), "qui m'donnent" (A99). Il n'y a guère d'autres indications phonétiques, à part la réduction vocalique du pronom tu dans "t'as pas" (A45), "t'y restes" (A61), mais pas dans "tu en tomberas" (A63).

13Trouvant Delgove un peu trop timide dans sa traduction des dialogues, j'avais eu envie d'en réécrire un passage en y mettant le plus grand nombre possible de marques d'oralité, mais j'avais eu très vite la bizarre sensation d'être en train d'écrire le dialogue des Tontons Flingueurs. Et j'ai lu avec amusement dans l'article de Catherine Vigneau-Rouayrenc qu'un ouvrage de Blanche-Benveniste et Jeanjean, Le Français parlé, rapporte une interview où justement Audiard explique : "moi si je veux qu'un acteur dise 'j' te dis', j'écris 'j' te dis' parce que sinon il va dire 'je te dis'... ça donne un jargon insupportable à lire" (p. 22).

14La prudence de Delgove répond certainement à un souci de lisibilité. Un excès de marques phonétiques populaires produirait un trop grand éloignement du lecteur par rapport aux personnages, qui pourrait aller jusqu'aux effets comiques observés dans Zazie dans le métro.

15Ainsi, bien des indications phonétiques familières ou populaires qui auraient pu être exploitées ne le sont pas, et la connotation opérée par les graphies présentes est moins riche que chez Sillitoe dans la mesure où la variété de français qu'elles signalent est plus familière que vraiment populaire, sans parler des traits dialectaux qu'on ne retrouve plus. Mais cette représentation de la prononciation, moins agressive que chez Sillitoe, reste compatible avec d'autres procédés, lexicaux ou syntaxiques, qui pourront renforcer la connotation socioculturelle.

16Le domaine lexical joue un rôle évident dans la caractérisation du niveau de langue. Il est certes difficile d'éviter une part de subjectivité quand il s'agit de déterminer si un mot est vulgaire ou simplement relâché, et cela explique peut-être la grande prudence des dictionnaires. Il est également surprenant d'observer que ceux que j'ai consultés ne donnent aucune indication sur "sup" (A32) et "lad" (A52), alors que la connotation régionale est immédiatement perçue par les Anglais interrogés.

17De plus le discours oral et familier évolue rapidement : certains mots considérés comme inacceptables à une époque se généralisent jusqu'à devenir courants, tandis que d'autres se démodent au point qu'ils ne sont plus compris. Aussi a-t-on du mal, trente ans après, à évaluer des expressions plus ou moins désuètes comme "seeing my family right" (B12), "whistle for it" (B13), "copper" (B39), "in clink" (B44), ou "bleeder" ("fairly rude word", d'après Cobuild, "used in informal English to refer to a person, usually a man, especially one you dislike or feel sorry for"). L'argot, perpétuellement en mouvement, est difficile à maîtriser pour le traducteur, si bien que Delgove traduit "And them Labour bleeders too" (B24) par "leurs sangsues de travaillistes". Quand on trouve ce qualificatif utilisé p. 11 par une cliente du pub pour injurier Arthur qui a vomi sur le costume de son mari ("Look what yer've done, yer young bleeder !") et p. 89 par une voisine qu'il vient de bousculer ("Mind what yer doin', yer young bleeder !"), on est bien tenté de traduire par "espèce de connard !" ou "espèce d'enfoiré !" et si on hésite à imprimer une formule aussi verte que "Et ces enfoirés de travaillistes !", on pourrait se rabattre sur : "Et les autres, tiens, les travaillistes !"

18Dans la narration pas plus que dans les dialogues, on ne peut reprocher à certains termes leur caractère désuet : ainsi "pommes frites" (A141) semble plutôt appartenir actuellement au vocabulaire de la restauration. On dirait familièrement "des frites". On trouve dans le texte français, comme d'ailleurs dans le texte anglais, d'autres connotations de nature diachronique : pour le lecteur d'aujourd'hui, le "veston" (A 129) est démodé : il évoque l'époque où ce vêtement, après avoir servi dans les grandes occasions, était ensuite porté défraîchi pour aller au travail. Il n'est pas question de rajeunir ici le vocabulaire en altérant du même coup l'authenticité de la description. Sans doute faut-il voir dans l'expression "navire interspatial" (A110) une illustration supplémentaire de ce décalage historique. Le terme courant actuel serait plutôt "vaisseau spatial", mais à l'époque le premier spoutnik n'avait été lancé dans l'espace que récemment et la description des exploits interplanétaires en était aux balbutiements. "Lessiver" (A148) serait remplacé à l'heure actuelle par "claquer". "Des manières de ballot" (A150) surprend non seulement parce que "ballot", encore courant dans les années 50, a beaucoup vieilli mais parce que la formule "c'est des manières de..." est relativement inhabituelle. De toute façon, la traduction est faible, car "a mug's game", c'est un "attrape-nigaud", sinon un "attrape-couillon", ou pire encore un "piège à cons" !

19Dans l'ensemble, les mots familiers ou populaires qu'on rencontre dans les dialogues de Sillitoe trouvent de nombreux équivalents dans la traduction de Delgove, parfois terme à terme, comme "get cracking" = "grouille-toi", "ye're balmy" = "t'es louf", "blokes" = "des gars", "I was carrying on with his missis" = "j'vais avec sa femme", "cocky" = "mariole", "that's a bastard" = "ça c'est d'la poisse", mais aussi de façon plus souple, bien sûr, en exploitant les ressources lexicales du français familier, au "boulot" (A5), "le premier coup" (A16), "les toubibs" (A101), "qui s'en foutent" (B61), "t'es pas verni" (B107) pour traduire des termes neutres.

20Les problèmes de registre apparaissent entre autres dans les appellations : le vocatif "dad" (A41) est naturellement traduit par "Papa", mais "son papa" pour "his dad" (A78) paraîtrait trop enfantin, d'où le choix de "son paternel". On n'a pas les mêmes possibilités pour "'is mam" (A72), si bien que c'est le terme neutre "sa mère" qui est employé.

21La morphosyntaxe, elle aussi, contribue de façon primordiale au caractère populaire des dialogues de Sillitoe. La simplicité de la structuration syntaxique reproduit bien le rythme de la langue parlée. Les phrases sont juxtaposées, souvent constituées d'une subordonnée sans principale, introduite par un connecteur logique élémentaire comme but, because. On observe certaines liaisons typiquement orales comme "Not that I'm bothered wi'my eyes anyway" (A81) que je traduirais volontiers par "D'abord moi mes yeux j'ai pas de problèmes". Les phrases sont souvent elliptiques : "Not likely" (B11) ou "Just like that" (B41). Le détachement thématique dans "But when they say... then that's another thing" (B20) présente un schéma expressif souvent rencontré dans le discours oral.

22On trouve d'autres tournures typiquement orales : "wi'out 'im knowin'" (B38) ou l'utilisation de either dans "I shouldn't have voted either" (B36), ou d'incorrections grammaticales plus fortement stigmatisées socialement, comme dans "them blokes" (B17), "them Labour bleeders" (B24) avec l'usage du pronom them comme démonstratif (on pense au "them slippers" d'Eliza dans Pygmalion). Même usage "substandard" dans les groupes verbaux "if he don't get better" (A77) et "the papers was right" (A70) ou encore "You was only telling me" (B1).

23Cet aspect populaire est rendu de manière globale dans le dialogue français par des caractéristiques morphosyntaxiques quasiment obligatoires à l'oral  : la syntaxe des interrogations "Tu vas bientôt te lever ?" (A4) et "Qu'est-ce que tu veux dire ?" (A59) ; l'omission de ne dans la phrase négative, par exemple "t'as pas trop d'temps" (A45) où elle se combine avec la réduction phonétique de tu, très fréquente devant une voyelle, et "c'est pas sûr" (A67), l'utilisation de ça dans "comme ça" (A61), "ça n'a jamais fait d'mal" (A79), et l'omission du pronom impersonnel il dans "Faut qu'on soit" (A46). Dans l'extrait B, on remarque des expressions assez nettement populaires : "Pas plus tard que l'autre semaine" (B1), "ça leur plairait guère" (B4), "sauf pour ce qui est d'aider mes vieux" (B14), "Vois-tu bien" (B22), "Si c'est pas malheureux" (B82), "De quoi qu' c'est ?" (B98) "Avec qui que j'causerai" (B115).

24Delgove exploite donc un nombre significatif de ressources stylistiques à connotation familière ou populaire, et il est clair que la traduction rend bien le parler du milieu ouvrier que l'on trouve dans Saturday Night and Sunday Morning. Si le langage d'Arthur est sensiblement le même que celui de son entourage, les connotations qu'il comporte dépassent cependant la peinture réaliste d'un milieu car elles signalent des traits fondamentaux de son caractère, qui l'apparentent d'une certaine façon à la génération des "angry young men". En effet le langage d'Arthur n'est pas seulement le reflet de son milieu, il est en parfaite harmonie avec son esprit frondeur, non-conformiste, aussi bien sur le plan moral que politique. On pense à l'analyse de Gillian Lane-Mercier, dans son article "La traduction des discours directs romanesques comme stratégie d'orientation des effets de lecture" publiée dans Palimpsestes 9 :

Il s'ensuit que les représentations sociolectales participent toujours d'une stratégie latente de contestation non seulement de l'hégémonie du bien écrire, mais aussi des rapports de place et de force, des savoirs et des croyances valorisés et mis en circulation par les discours "bien pensants" de l'idéologie dominante, (pp. 79-80)

25Chez Arthur, le refus de la norme linguistique fait écho à un refus de l'ordre établi, position si passive d'ailleurs qu'elle ne dépasse pas le stade du simple mépris de la discipline : le style relâché est à l'image de l'individualisme, disons même de l'égocentrisme du personnage, avec son insouciance et sa recherche du plaisir immédiat. Bien que cet aspect important du roman soit présent dans Samedi soir et dimanche matin, la traduction provoque un réel malaise, que je voudrais identifier. Ce malaise est déjà perceptible dans les dialogues, surtout dans le domaine morphosyntaxique, mais il s'aggrave dans les parties narratives, pour des raisons que j'essaierai de dégager plus loin.

  • 2 Milan Kundera, dans Les Testaments trahis (Gallimard 1993 ; 1995), raille cette recherche gratuite (...)

26Nous avons vu que le traducteur sait mettre à profit la richesse lexicale du français, en traduisant par exemple "lad" et "kid" par "gosse", "p'tit", "p'tit gars" et "môme". Il évite du même coup les répétitions du texte anglais, mais je ne crois pas qu'il faille systématiquement adopter une telle démarche dans ce type de discours oral dont elles manifestent la spontanéité. II est significatif de trouver "get" sept fois entre A106 et A119 et à de multiples reprises dans l'extrait B. Ce mot fait partie en anglais d'unités lexicales très variées, qui sont traduites de façon tout aussi variée en français, mais il n'en va pas de même pour les nombreuses occurrences de "to go blind" dans l'extrait A. La traduction se contorsionne pour éviter la répétition. Si "tu finiras par te crever les yeux" (A51) avec son effet d'exagération (comme en A61 : "t'y restes collé") est bien caractéristique du registre familier, les expressions "tu en tomberas aveugle" (A63) et "y avait perdu la vue" (A65) sont peu convaincantes. On traduira plutôt par : "tu te retrouveras aveugle un de ces quatre" et plus loin : "était devenu aveugle". Cette formule, qui sera aussi utilisée en A86, pourrait être remplacée par "y avait laissé les deux yeux" ou "y avait laissé ses yeux" ; mais ces deux solutions sont plus recherchées que "went blind" et s'il est vrai que la répétition est en général moins bien supportée en français qu'en anglais, elle soulignerait bien ici l'aspect fruste des propos d'Arthur indiqué par l'expression populaire "as went blind"2.

27Par ailleurs, certains phénomènes de calque empêchent le traducteur de trouver la formule idiomatique qui s'imposerait dans le contexte et tendent à détruire la cohérence du style familier et populaire.

28Les calques sont parfois à la jonction du lexique et de la syntaxe, par exemple dans le dialogue de l'extrait A : en face de "the Eye Infirmary" (A53), très courant en anglais, "l'hôpital des yeux" semble bizarre. On dirait beaucoup plus facilement "aller chez l'oculiste" et dans la langue populaire "aller à l'oculiste" comme on dit "aller au docteur". La prononciation oculisse produirait un effet peut-être trop caricatural. Cependant, le cabinet de l'oculiste n'évoquant pas le même contexte social que l'hôpital, par rapport au système médical du Welfare State, je proposerais la solution "il va se faire soigner à l'hosto" (puisqu'on sait déjà qu'il s'agit des yeux). Dans '"is mam can't afford ter keep him in white sticks an' dogs" (A78), l'image de "white sticks and dogs", inhabituelle après "keep him", fait sourire mais l'énoncé reste parfaitement naturel. Le calque "n'a pas les moyens de l'entretenir en clebs et en cannes blanches" présente une incongruité différente, du fait que la construction entretenir en n'existe pas vraiment en français. Je proposerais plutôt : "Sa mère peut pas passer son temps à lui payer des cannes blanches et des clebs" ou "Sa mère peut pas lui payer tout un tas de cannes blanches et de clébards".

29Mais les calques sont surtout d'ordre morpho-syntaxique. Ils interviennent plusieurs fois dans la traduction de "though". Ce mot, souvent utilisé en fin de phrase dans le discours oral, apparaît à plusieurs reprises dans le deuxième extrait, où "I like 'em though" (B22), "I'd do owt like that though" (B43), "Don't be too cocky though" (B49) sont traduits maladroitement, ou bien à contre-sens, quand "though" n'est pas purement et simplement éliminé. Une exception : "Mais il y en a des milliers qui ne te croiraient pas", qui correspond bien à "Thousands wouldn't though" (B59). Dans le premier extrait, "On arrivera peut-être à le sauver pourtant" (A65) n'est pas un bon équivalent stylistique de "They might be able to save 'im though". Pour rendre le registre, peut-on aller jusqu'à l'incorrection, très fréquente en français populaire et même simplement familier, "Quoiqu'ils vont peut-être le sauver ?" Je pense que oui, d'autant plus que cette construction répondrait aux nombreuses incorrections populaires observées dans le texte anglais, comme le fait la formation verbale utilisée ailleurs par Delgove, "j'ai passé devant les toubibs" (A100).

30Le calque est souvent facteur d'incohérence. Par exemple avant la tournure très populaire "c'était bien triste, qu'ils disaient", on trouve "ils ont vu le p'tit gars conduit à l'hôpital par sa mère" (A88), qui reproduit évidemment la construction passive de "they saw this kid being led to the Eye Infirmary by is mam". Sans aller jusqu'à une formule trop caricaturale comme "ils ont vu l' gosse que sa mère le conduisait à l'hôpital", une syntaxe plus idiomatique en français donnerait "ils ont vu la mère qui conduisait son gosse à l'hôpital". Autre exemple d'incohérence : alors que les formes d'insistance "I ain't a communist, I tell you" (B22), "that I would" (B32) ou "I'd do owt like that, I would" (B43) apportent une touche nettement populaire au discours d'Arthur, la traduction de "That's one thing I do know" (A67) par "Pour être sûr de ça je le suis" détonne fâcheusement. Le procédé de détachement employé par Delgove est familier mais l'utilisation du pronom "le" est plutôt réservée au registre surveillé. La formule qui s'impose serait "ça pour être sûr j'en suis sûr".

31La traduction des dialogues se révèle donc assez disparate, mais c'est la narration, avec le monologue intérieur qui s'y trouve intimement mêlé, qui donne le plus de mal au traducteur. Il n'y a pas de nette démarcation entre le discours du narrateur et celui de son personnage, mais plutôt un effet de "zoom", une plongée dans la conscience d'Arthur, qu'illustre le passage A85-101 : le début du paragraphe est narratif, puis on passe progressivement, après "he was glad to see the TV standing", à un mode d'énonciation qui, du fait de l'incise "he thought", est à mi-chemin entre le style indirect, où "he thought" verbe introducteur régirait grammaticalement la proposition indiquant la pensée d'Arthur, et le style indirect libre, où la proposition en question ne serait accompagnée d'aucun commentaire du narrateur. Le style indirect libre, de "The old man was happy"... à... "it had made some people in England" est suivi par une phrase où le présent remplace le passé, et où Arthur est désigné à la première personne. Cette phrase, étant accompagnée par une incise mais n'étant pas entre guillemets, est un compromis entre le style direct et le style direct libre. Le paragraphe B60-69 offre un exemple net de style direct libre, juste après la phrase au style direct prononcée par Arthur : "'I'll believe you then. Thousands wouldn't, though'". Cet exemple de style direct fait place au style direct libre dans un paragraphe au présent et à la première personne, que n'introduit aucun verbe : "Who would believe anyway that I was carrying on with his missis... I don't want him to get knocked down by a bus". Quelques lignes plus loin le paragraphe B73-76 commence par une proposition indépendante "Arthur wondered", indice du monologue intérieur d'Arthur, mais dont le verbe ne régit pas grammaticalement la phrase suivante "Has he ?". Cette phrase ainsi que la dernière du paragraphe "He does seem a bit funny this morning" sont au style direct libre et les phrases intermédiaires "Was it possible ?... Not much they couldn't", au style indirect libre.

32La difficulté de ces changements opérés par les embrayeurs (dans les pronoms et les temps) est bien résolue. A la fin du paragraphe A15-22, lorsqu'à l'intérieur de la même proposition le style indirect cède la place au style direct libre : "As long as Jack didn't find out and try to get his hands round my throat", le traducteur rétablit l'unité de la phrase en la mettant entièrement au style direct : "Tant que Jack n'aura pas vent de l'affaire". La traduction de la dernière phrase de l'extrait A est intéressante : l'anglais est entièrement au style direct, mais pour garder perceptible le lien logique entre "you could say ta-ta to everybody" et "If you believe in God", ce début de phrase est maintenu au style indirect : "C'est-à-dire si vous croyiez en Dieu" avant de passer au style direct : "ce qui n'est pas mon cas".

33Bien que Delgove négocie adroitement les fluctuations syntaxiques du monologue intérieur, il semble néanmoins désarçonné par la coexistence dans le même texte d'une langue légèrement plus littéraire pour les passages descriptifs et d'une langue plus proche du discours orALspontané dans le monologue intérieur.

34Ceci se manifeste par exemple dans la traduction des pronoms. Cette traduction pose déjà problème, à mon avis, dans plusieurs passages du dialogue. Si on est tout à fait approprié dans "Faut qu'on soit tous les deux rendus" (A46) pour remplacer nous, très rare en fonction sujet dans la langue familière, il se défend moins dans "On arrivera peut-être à le sauver" (A65). La référence au sujet de "arrivera" n'est pas une référence générique, abstraite, mais plutôt une référence à un groupe de personnes indéterminé, couramment exprimée en français familier par le pronom ils. Arthur dira "Ils arriveront peut-être à le sauver". L'utilisation de ce pronom ils, dans un procédé syntaxique de détachement, aurait mieux traduit "what the papers tell yer" (A65) et "the papers was right" (A70) en remplaçant les tournures un peu guindées "ce que racontent les journaux" et "les journaux ont dit vrai" par "ce qu'ils racontent dans les journaux" et "les journaux ils avaient raison". Si dans le dialogue they est mieux traduit par ils que par on, c'est au contraire on, avec sa valeur générique, abstraite, qui doit traduire le you utilisé dans le monologue intérieur d'Arthur. You n'évoque pas un interlocuteur imaginaire qui serait plus ou moins pris à témoin, et qui dans ce cas ne serait pas vouvoyé mais tutoyé par Arthur : il est utilisé par Arthur pour parler de lui-même. Vous n'est pas seulement étranger à un registre où le vouvoiement est très rare, mais il décrit une situation extérieure à Arthur, ce qui déforme le sens de cette méditation. Ce choix est peut-être dû à un calque plus ou moins inconscient, ou alors à une réticence devant l'emploi d'un système de pronoms et de déterminants qui n'est pas sans incohérence : pronom sujet on, pronom objet vous, possessifs votre, vos, pronoms réfléchis se, soi, possessifs réfléchis son, sa, ses. Ce système, malgré une certaine gaucherie, doit pouvoir fonctionner dans les passages de monologue intérieur, dont il rendra mieux le registre familier. Je l'ai appliqué pour retraduire le paragraphe A106-124 :

Les milliers d'hommes qui y travaillaient avaient de bonnes paies. Plus question de réductions d'horaires comme avant la guerre, ou de se faire virer dès qu'on passait dix minutes aux cabinets à lire son Football Post : maintenant si le contremaître vous tombait dessus, on n'avait qu'à lui dire qu'il pouvait bien se mettre votre boulot quelque part, et aller ailleurs. Et plus question à la pause du déjeuner de courir acheter un penny de frites pour bouffer avec son pain.
Maintenant, et ce n'était pas trop tôt, on était payé correctement en travaillant aux pièces (à condition de trimer jusqu'à se démolir le dos) et il y avait une grande cantine où on pouvait bouffer chaud pour deux shillings. Avec la paie qu'on se faisait, on pouvait économiser pour acheter une moto, ou même une vieille bagnole, ou bien on pouvait se payer dix jours de bringue et claquer toutes ses économies. Parce que ça aurait servi à quoi de mettre du fric des côté d'année en année ? C'était un attrape-nigaud puisque le fric avait de moins en moins de valeur, et en plus on ne savait jamais si les Amerloques n'allaient pas faire une connerie, comme par exemple de balancer la bombe H sur Moscou. Et alors là, bonsoir et bonne nuit, on n'avait plus qu'à flanquer au feu ses grilles de loto sportif et ses reçus de paris et téléphoner à Billy Graham. Si on croyait en Dieu évidemment, ce qui n'est pas mon cas, se disait Arthur.

35Le système verbal français est un autre domaine où les choix stylistiques de Delgove aboutissent à un registre trop surveillé. Dans la mesure où le plan énonciatif sur lequel se situe la narration de Sillitoe exige le passé simple, il importe que la traduction évite tout emploi verbal qui accentuerait son côté livresque. Ainsi les subjonctifs imparfaits devraient être réduits au strict minimum. Dans "bien qu'il n'eût pas l'habitude de boire" (A118), le subjonctif imparfait régi par la conjonction bien que détonne après "si ça lui faisait envie". La construction populaire et incorrecte "bien qu'il n'avait pas l'habitude de boire" ne me paraîtrait pas si déplacée dans le monologue intérieur d'Arthur, mais on peut adopter une construction plus neutre au moyen d'une autre conjonction et écrire : "même si boire n'était pas dans ses habitudes". La forme de conditionnel passé employée en A4, "une voix qu'on eût dit d'outre tombe", se justifie encore moins. Il aurait suffi d'écrire "qu'on aurait" ou encore plus simplement "une voix d'outre tombe", puisque l'expression française est déjà figurée. Si cette forme eût est particulièrement gênante dans le monologue intérieur, elle n'est pas beaucoup plus heureuse dans la narration proprement dite, par exemple dans "attendit que son père eût endossé son veston" (A128). Est-ce un relâchement inacceptable d'utiliser ici, au lieu du subjonctif plus-que-parfait, le passé du subjonctif "ait endossé", comme le fait, sans encourir de stigmates particuliers, le français parlé ? Le contexte n'exige sûrement pas l'utilisation de temps archaïques, si éloignés du parler populaire, alors que la langue de Sillitoe, si elle se fait plus riche, plus nuancée, plus analytique dans les passages descriptifs, reste cependant en harmonie avec le style familier des passages dialogues.

36C'est au service d'une description plus détaillée, d'une analyse plus fine, que la syntaxe de Sillitoe devient parfois un peu plus élaborée et donc un peu plus écrite. On remarque dans le passage "He glanced once more... wireless set" (A 23) la longueur et la richesse lexicale des groupes nominaux, avec la présence de l'adjectif composé "black-browed", des appositions qui rendent la phrase plus complexe comme "ready to tell him" (A28), "taking words out of the air" (A42), "creating a balance of power" (A62), des groupes prépositionnels comme "Despite the previous tone of his father's voice" (A31) ou des syntagmes du type "his older head still fuddled" (A44) et "his black brow taut with anger" (A55). Le déterminant de "with a deep melancholy rage" (A58) indique nettement une réflexion analytique. Quant à la conjonction for (A60), on l'imagine mal en anglais spontané. On remarque que Sillitoe — respectant très justement la distinction entre le "pensé" et le "parlé" — ne fait pas figurer de prononciations incorrectes dans le monologue intérieur et que les marques d'oralité sont beaucoup plus discrètes, réduites en fait aux contractions sans lesquelles le discours, même non-oralisé, semblerait véritablement guindé (B60-69). Cependant la spontanéité de l'expression y reste perceptible grâce à la présence d'une syntaxe et d'un vocabulaire non-surveillés évoquant le discours oral. Le vocabulaire est assez familier et même parfois nettement populaire : "kid, a pint" (sans préciser, tant c'est évident, qu'il s'agit de bière !), "getting the sack" (A107), "the gaffer" (A109), "two bob" (A115), "a binge" (A117), "the Yanks", "something daft" (A120), "say tata" (A121). Mais surtout la syntaxe est celle de l'encodage oral avec les ellipses "then back to the treadmill" (A15), "No more short-time" (A107), "no more running out" (A111), "A mug's game" (A118), y compris celle de la parenthèse "and about time too" (A112) avec sa litote ironique. La parataxe de "By Wednesday he was broken-in" (A16) se retrouve dans l'ensemble du texte, les phrases sont souvent constituées de subordonnées sans principales : "As long as Jack didn't find out" (A19), "Though he didn't as a rule drink" (A95), "Because it was no use" (A117), et "If you believe in God, which I don't" (A123). On trouve des termes un peu flous du type "time-fillers", fréquents à l'oral, par exemple "in a way" (A87), "anyway" (A90), dont "anyroad" (A17) est une variante dialectale, la tournure "there was always" (A17) ou encore une grammaire à la limite de la correction dans "like before the war" (A107). Cette organisation discursive se combine à des expressions idiomatiques "That'd be the day" (A20), "There are no flies on me" en A100 (dont le sens "je ne suis pas né d'hier" est compris par un Anglais de cinquante ans mais non par des Anglais de vingt ans qui lui donnent le sens de "je suis quelqu'un de correct"), "a mug's game" (A118), allant jusqu'au juron "By Christ it would" (A21) et parfois carrément grossières "tell him where to put the job" (A110). La combinaison de tous ces traits rend de façon convaincante l'enchaînement primesautier des idées.

37Delgove trouve dans le vocabulaire français un bon nombre d'équivalents du style familier de Sillitoe : "au turbin" (A19), "une chic fille" (A22), "lui serrer le kiki à ce pauvre couillon-là" (A26), "bringue" (A148), "tour de con" (A152). "Getting the sack" est rendu par "vous vider" (A135) et "se mettre votre boulot quelque part" (A138) correspond parfaitement à la grossièreté de "where to put the job". De même l'expression "s'était fendue" (A41) compense judicieusement l'argot de "quid", pour lequel, à vrai dire, "livres sterling" aurait donné du prix une idée moins vague que "gros billets".

38Mais tantôt le calque, tantôt une recherche lexicale excessive aboutissent à des traductions qui sonnent faux. La description du poste de télévision (A108) illustre le genre de phrase que peut produire la combinaison de plusieurs choix malheureux : celui du mot "évoquant", dont la connotation est trop intellectuelle dans une description censée donner le point de vue d'Arthur (puisqu'on a l'incise "ne thought"), celui du mot "angles" et de la proposition infinitive avec "se dresser" beaucoup moins courante que la construction "the TV standing". Le moyen de parvenir à une bonne traduction, ici comme dans le reste du roman, me paraît être la simplicité. "Corner" sera traduit par le très prosaïque "coin". "Look like" correspondrait dans la langue quotidienne à "ressembler", mais ce choix rend difficile la traduction du syntagme "something plundered"... et ne sera pas conservé. "Standing", comme c'est souvent le cas lorsqu'il indique une position, ne sera pas traduit : "... dans un sens il était bien content de voir la télé dans un coin de la salle de séjour, avec son boîtier reluisant qu'on aurait cru, se disait Arthur, rapporté du pillage d'un vaisseau spatial".

39La phrase de A144 aurait été mieux rendue en se limitant également au vocabulaire de base de la conversation courante : "il existait", "vaste" et "vous trouviez" se combinent pour créer un effet inutilement recherché. Je proposerais : "il y avait une grande cantine où on pouvait bouffer chaud pour deux shillings". Le choix argotique de "bouffer" est destiné à compenser la déperdition de registre de "deux shillings" par rapport à "two-bob". Le même procédé de compensation permettrait de remplacer le terme "épargner" (A149), assez neutre, par "mettre du fric de côté" qui retrouve le caractère argotique (un argot très généralisé) de "quid" et "bob". Et au lieu de "puisque la valeur de l'argent n'en finit pas de baisser", on aurait "puisqu'il avait de moins en moins de valeur". Certains choix me paraissent étranges sinon franchement aberrants : je n'ai jamais rencontré de "Yanks" en français (l'emprunt "yankee" me semble faire partie d'un style journalistique totalement étranger au parler d'un ouvrier) alors qu'on parle des "Amerloques" (peut-être trop péjoratif, mais ici ce ne serait pas déplacé) ou des "Ricains". Et dans cette phrase, au lieu du verbe "aller jeter" (A153), inexact pour "drop" et peu approprié à la bombe H, c'est "balancer la bombe H" qui s'impose.

40Le mot "vieille guimbarde" (A147) est une illustration intéressante du rôle de la valeur axiologique dans la connotation. Dans le mot "guimbarde" (et ce serait aussi le cas pour "tacot") s'ajoute au signifié "voiture d'occasion" un jugement de valeur dénotatif, "voiture en mauvais état", qui ne se trouve pas dans "save up for an old car". Ecrire une "vieille bagnole" aurait ajouté au contraire une connotation péjorative, c'est-à-dire un jugement qui impliquerait simplement l'attitude désinvolte du locuteur et opérerait la compensation visée par le choix de "guimbarde".

41Plus encore que le lexique, c'est la morphosyntaxe, nettement plus "écrite" que chez Sillitoe, qui nuit à la cohérence du monologue intérieur. D'un côté Delgove introduit un nombre inutile de marques d'oralité. Certes, c'est à juste titre qu'il écrit, en de nombreux endroits, "ça" plutôt que "cela", évitant ainsi un registre trop surveillé, mais évitant aussi, dans la phrase "ça faisait le bonheur du vieux qui méritait bien cela" (A111), une accumulation désagréable. Ecrire "Brenda qu'était une chic fille" (A21) peut se défendre car il introduit une note familière utile. Mais transcrire des prononciations très courantes comme "de m'faire le coup", ou "ça n'raterait pas" (A24-25) ne se justifie pas, puisque les méditations d'Arthur ne sont pas prononcées. Ces graphies sont peu pertinentes en français pour suggérer la spontanéité de l'encodage. Par contre cette spontanéité manque cruellement dans la syntaxe. Ainsi, le tour présentatif très idiomatique "C'était toujours lundi qui était le pire" (A19) est malencontreusement suivi d'une comparaison qui comporte la construction trop littéraire "tel un lévrier de course", au lieu du simple "comme un lévrier de course". L'utilisation de "car" paraît également incongrue à côté de "ça ne raterait pas", d'ailleurs inexact pour "That'd be the day" (A20) qui signifie "Ça serait la meilleure !" ou "Manquerait plus que ça !". Même effet disparate dans : "Parce que, à quoi cela aurait-il servi d'épargner d'une année sur l'autre ?" (A148) où la souplesse syntaxique ("parce que" + question) est très heureuse, à condition que l'interrogation ne soit pas l'inversion réservée au style écrit mais l'interrogation dite "par intonation" qui conserve la syntaxe sujet-verbe-objet : "Parce que ça aurait servi à quoi.. ?" Dans la phrase A106, dont j'ai déjà proposé une traduction pour tenter de mieux exploiter le système des pronoms, j'ai également gardé, avec "plus question de", la construction elliptique de l'anglais "no more". Le choix de Delgove "On ne parlait plus", sans être en lui-même d'un registre particulièrement marqué, rend la phrase moins vivante. L'expression "Finies les réductions d'horaires" aurait été satisfaisante stylistiquement, mais elle aurait nécessité de traduire ensuite "getting the sack" par un groupe substantif, "la mise à pied", ou "le risque de se faire virer", avec une syntaxe plus écrite. Dans "Maintenant, et il en était grand temps", la reprise par "en" appartient à un registre trop surveillé. C'est pourquoi j'ai préféré "Maintenant, et ce n'était pas trop tôt" qui, de toute façon, traduit mieux la litote. De même le calque syntaxique "dans le travail aux pièces" semble trop relever du style écrit et a été remplacé par "en travaillant aux pièces".

42On conçoit mal que Delgove, en traduisant ces expressions anglaises, n'ait pas entendu intérieurement les expressions de tous les jours qui leur correspondent en français. De même à la place de la traduction A153 de "And if they did", la liaison semble s'imposer : "Et là"... Et pour "then you could say ta-ta to everybody" la traduction littérale paraît plus mélodramatique que la phrase anglaise qui est une façon de dire que c'était fini. On pourrait traduire par "Et là, bonsoir et bonne nuit ! On n'avait plus qu'à flanquer au feu"... et surtout ne pas terminer la phrase par cette syntaxe écrite "et faire au téléphone le numéro de Billy Graham" alors qu'il est si simple de dire "et téléphoner à Billy Graham".

43Tous ces exemples montrent à quel point la complexité stylistique produite par cette imbrication du monologue intérieur dans le plan narratif qui contribue à l'intérêt du roman rend malaisée la tâche du traducteur. Cette difficulté explique peut-être l'impression d'incohérence dans le registre.

44Mais je voudrais maintenant aborder l'élément stylistique qui, à mon avis, n'a pas été traduit : il s'agit de la spécificité géographique du roman. On ne peut pas dire que la traduction soit totalement dépourvue de "couleur locale" pour le lecteur français, et Delgove précise très judicieusement certaines références culturelles en écrivant par exemple "une pinte de bière" (A118) car "a pint" ne peut pas être traduit seulement par "une pinte", la mesure n'étant pas usuelle en français. "Un demi-litre" évoquerait les denrées qu'on achète à l'épicerie. On aurait pu envisager "un ou deux demis" puisque le "demi" évoque bien la bière consommée dans un bar, mais il est deux fois trop petit, et les quantités, surtout les quantités de bière, doivent à mon avis rester aussi précises que possibles dans ce contexte (je pense au concours de beuverie par lequel débute le roman). Une fois explicité, le mot "pinte", qui est presque un emprunt, offre au lecteur français une couleur locale qui n'est pas à négliger.

45De même le lévrier auquel il est fait allusion en A20 est un élément de la culture populaire (les courses et les paris) qu'il était important de clarifier. En effet on apprend au début du roman que le mari de Brenda passe une grande partie du week-end aux courses : "Her husband Jack was at Long Eaton for the races — dog, horse, motorbike — and not due back until Sunday midday". La précision "un lévrier de course" est donc utile. Un autre choix mérite d'être commenté : "Cold meat left from Sunday dinner" (A86) est traduit par "de la viande froide, restant du déjeuner dominical". Bien qu'au premier abord "dominical" semble un peu trop recherché, comparé à "déjeuner du dimanche", il suggère beaucoup mieux le caractère rituel de ce repas par rapport au reste de la semaine.

46Au contraire le choix de "bistrot" (A11) est inapproprié car il ne décrit pas du tout la même réalité que "pub". Les lieux décrits par ce mot jouent un rôle primordial dans le roman. Or "pub" est connu des Français, et quand bien même il aurait été légèrement surprenant en 1961, il apparaît dès la huitième ligne dans une scène haute en couleur qui suffit amplement à le clarifier. Il aurait donc fallu, dans cette scène initiale, dans l'extrait étudié ici, et tout au long du roman, procéder à un emprunt. Emprunt qui s'est généralisé d'ailleurs puisqu'on trouve actuellement en France de nombreux "pubs".

47Cependant, à part ces quelques détails descriptifs, la traduction occulte tout un parler savoureux, nettement marqué comme "substandard", par exemple l'usage de "as" dans "this kid as went blind" (A70) et "blokes as win" (B13) qui est senti par mes informateurs à la fois comme très populaire et comme inusité, "donc probablement régional ou archaïque". D'autres connotations régionales sont beaucoup plus nettes : ainsi "I like it, and all" (B56), bien que cet emploi soit mentionné dans Cobuild simplement comme "informal, to emphasize your agreement to what has been said", et ne soit d'ailleurs pas compris par Delgove, les mots "owt" et "nowt", correspondant respectivement à "anything" et "nothing", dans "owt but lies" (A67), "gi' anybody else owt" (B11), "I'd do owt like that" (B42) qui est traduit à contresens, "nowt to do" (B7), le pronom "mysen" dans "I'd keep it all mysen" (B11) et "I didn't believe it mysen" (B42), et la préposition "on" dans le sens de "of (B10). Or seule la connotation sociale apparaît dans la traduction de Delgove.

48On remarque aussi une déperdition au niveau lexical avec "sup" qui signifie "boire", et "mashed" qui veut dire "infusé", "siroter son thé avec gourmandise" (A39), et qui est rendu par une surtraduction. Le père Seaton est simplement en train de "boire paisiblement son thé". Par contre "infusé" appartient à un registre trop recherché pour convenir ici et Delgove a bien fait de traduire "tea mashed" par "le thé tout prêt". Cependant, même si, pour le lecteur français, voir des ouvriers boire du thé le matin avant de partir au travail représente un dépaysement culturel certain, Delgove produit un texte d'où est absente l'intention de "décentralisation linguistique" manifeste dans Saturday Night and Sunday Morning. Chercher à conserver cette dimension est une tâche redoutable, mais certaines pratiques traduisantes et certaines recherches sur la traduction semblent montrer que ce n'est pas totalement impossible.

  • 3 A.J. Ellis, Early English Text Society, Part V, 'The Existing Phonology of English Dialects', 1889 (...)

49Dans La Traduction plurielle (éd. Michel Ballard), les articles "Traduire la forme, traduire la fonction" de Godeleine Carpentier et "Le dialecte au théâtre et sa traduction" de Françoise Vreck ouvrent des perspectives très intéressantes sur les procédés qui permettent de rendre les régionalismes selon leur fonction dans le texte. G. Carpentier montre, dans un exemple tiré de David Copperfield, comment "le problème du niveau de langue se superpose à celui du dialecte" (p. 75). Pour reprendre le concept de A.J. Ellis cité par F. Vreck3, on peut dire que Samedi soir, dimanche matin traduit avant tout la "verticalité" du dialecte.

50Si la fonction du dialecte se réduisait à caractériser l'appartenance sociale des personnages, il n'y aurait aucun inconvénient à traduire leurs propos en n'utilisant que des traits familiers et populaires, et cela présenterait peu de difficultés. Mais le roman de Sillitoe s'emploie très clairement à affirmer une identité régionale. C'est une intention comparable que met en lumière Godeleine Carpentier à propos d'un roman de C.J. Kickham, auteur irlandais de la fin du xixe siècle. Elle souligne la nécessité de traduire le dialecte comme tel dans les œuvres où il y a

juxtaposition de la langue dialectale et de la langue standard. Le dialecte y apparaît bien comme une variante, comme un écart par rapport à la norme et le traducteur ne pourra pas traduire en faisant comme si le seul registre utilisé était la langue standard.

51Elle cite le cas de Wuthering Heights dans lequel la langue de personnages comme Joseph se distingue nettement de la langue du narrateur. L'introduction de K.M. Petyt analyse avec quel soin Emily Brontë utilise des indications dialectales pour caractériser ses personnages. Beaucoup de traits sont comparables à ceux de Saturday Night and Sunday Morning. Pour n'en citer que quelques uns, on relève "yer", les pronoms réfléchis du type "hisseln", l'utilisation "substandard" de "them" comme démonstratif dans "them as is chozzen", l'adverbe "alius", "on" employé au lieu de "of, ou encore l'expression "an' all". La prononciation de l'article défini mentionnée par Ann Arnaud figure bien dans Wuthering Heights : 'dahn i't'fowld" et "by th'end ut'laithe". Françoise Grellet dans "The Word against the Word". Initiation à la version anglaise (p. 204), donne quatre traductions du même extrait, dont je cite ici un passage :

'T maister nobbut just buried, and Sabbath nut oe'red, und t'sahnd uh't gospel still i'yer lugs, and yah darr be laiking ! shame on ye ! sit ye dahn, ill childer ! they's good books eneugh if ye'll read 'em ; sit ye dahn, and think uh yer sowls !... Maister, coom hither ! Miss Cathy's riven th'back off "Th'Helmet uh Salvation," un Heathcliffs pawsed his fit intuh't first part uh "T'Brooad Way to Destruction !" It's fair flaysome ut yah let 'em goa on this gait. Ech ! th'owd man ud uh laced em properly - bud he's goan !'

  • 4 M. Turner : La Maison maudite (Gründ), et S. Monod : Hurlemont (Flammarion).

52Deux4 des traductions rendent la langue de Joseph de façon fortement marquée : on trouve dans l'une

l'jour du Sabbat n'est point fini, et v'là comment vous vous conduisez [...] Tnez-vous assis et songez à vot' âme !... Monsieur Hindley, not' maît', v'nez ici ! [...] L'défunt maît' les aurait-y rossés !

53et dans l'autre

Y a not' maît' qu'on vient tout juste d'porter en terre, y a le Sabbat qu'est pas encore fini, y a les paroles de l'Evangile que vous avez encore dans l'oreille [...] Si c'est pas honteux !... Not' maît', v'nez vouère ici ! Mzelle Cathy, alle a arraché le dos du Casque du Salut [...] C'est tout d'même abominable de penser que vous les laissez faire de c'te façon-là ! Ouais le vieux il vous les aurait rossés proprement [...] mais l'est pus là maintenant !

54On constate que l'effet d'étrangeté est produit par des graphies de prononciation populaire, par des archaïsmes et par des expressions patoisantes mais assez générales pour ne pas pouvoir être localisées précisément.

55Lady Chatterley's Lover pose un problème semblable. De nombreux traits dialectaux caractérisent le parler du garde-chasse Mellors. La prononciation dialectale de l'article défini, en particulier, y figure avec insistance, insistance d'ailleurs explicite dans la narration : "She hated the excess of vernacular in his speech..." Why don't you speak ordinary English ? He began in the broad slow dialect". Mais beaucoup d'autres traits phonétiques et morpho-syntaxiques s'y trouvent, rendant les propos de Mellors presque difficiles à suivre : "Yer can turn me off at a wik's notice. It wor only... On'y as 'appen yo'd like the place ter yersen, when yer did come, an' not me messin' abaht... We'd best 'ave two keys ter th' place".

56Pierre Nordon, dans la traduction de Lady Chatterley's Lover qu'il a publiée en 1991, a visiblement senti l'importance thématique de ce parler pour D.H. Lawrence. Il écrit dans son introduction :

Il faut bien voir que Lawrence ne condamne pas l'intellectualisme au sens large (le garde-chasse aime lire et s'instruire), mais seulement l'intellectualisme de classe. C'est ainsi que Mellors affirme sa solidarité avec son milieu non pas en termes de discours politique, mais affectivement et dans une pratique culturelle : son patois du Derbyshire (dont le traducteur peut seulement signaler la trace) revendique reconnaissance et dignité. Lawrence se situe en amont d'un mouvement de défense des parlers régionaux destiné à prendre l'ampleur que l'on sait dans la seconde moitié de notre siècle, (p. 10)

57Nordon exploite les ressources stylistiques telles qu'elles se présentent au fil de sa traduction, si bien que les exemples que j'ai cités sont surtout rendus par des marques d'oralité assez standard, mais on trouve dans les pages précédentes des traits plus nettement rustiques : "c'te clef, "les oisieaux", "si ça vous dit", "p'têt ben que", "c'te fourbi", "aussi binv'nue qu' Noël", "Mais vient l' printemps et Sir Clifford veut qu'on s'occupe"...

58Ces choix, comme ceux des traductions de Wuthering Heights prises en exemple plus haut, illustrent la remarque de Godeleine Carpentier :

Le dialecte utilisé en littérature est une langue artificielle. Le réalisme servile n'y est pas de mise. Dans tout emploi d'une forme dialectale en littérature, il y a toujours une part de recréation, de sélectivité qui intervient, (p. 75)

59Gillian Lane-Mercier, dans l'article déjà cité, souligne à propos de la traduction de The Hamlet de Faulkner "la nature conventionnelle, approximative, des sociolectes romanesques". Son article offre une réflexion théorique très approfondie sur ce sujet. En particulier, elle met en avant

l'hypothèse selon laquelle le véritable pouvoir mimétique des discours directs romanesques est à chercher non pas tant dans le plus ou moins de transparence pragmatico-linguistique des énoncés fictifs, mais plutôt dans leur aptitude à refléter à la fois les stratégies énonciatives dont, en dernière analyse, ils sont issus et les calculs inférentiels que ces stratégies impliquent, (p. 76)

60Dans Lady Chatterley's Lover comme dans Wuthering Heights, le dialecte joue un rôle important mais épisodique. L'entreprise est beaucoup plus complexe "lorsque le dialecte est largement utilisé", comme le fait observer G. Carpentier à propos du roman de C.J. Kickham dont elle traduit un extrait. "Soucieux de ne pas schématiser le texte-source, écrit-elle, de ne pas réduire le texte-cible à un pâle reflet de l'original, le traducteur devra essayer de rendre l'écart entre la langue standard et le dialecte" (p. 74). Tout le problème — et c'est aussi celui de Saturday Night and Sunday Morning — est de trouver par quelles équivalences. Comme Françoise Vreck, Godeleine Carpentier montre l'intérêt et la nécessité des procédés de compensation. La traduction littérale et ponctuelle s'avérant impraticable, elle pose la question de la possibilité de recourir à un dialecte de la langue-cible qui

devrait permettre de marquer les différences formelles, sinon terme à terme, tout au moins sur un plan d'ensemble, qu'elles soient phonétiques, lexicales ou grammaticales. Mais dans ce cas, quel dialecte de la langue-cible choisir ? Puisque la langue-cible est pour nous le français, le dialecte-cible sera-t-il le picard, l'alsacien, l'auvergnat, ou encore le savoyard ?

61Et proposant un échantillon de traduction en picard, elle conclut : "ça ne passe pas" (p. 82). Il y a contradiction entre l'appartenance régionale trop précise du dialecte-cible et certains éléments du texte bien rattachés à la langue-source, comme les noms propres, et aussi tout le contexte culturel du texte-source.

62Il existe cependant des cas favorables où un dialecte de la langue-cible semble fournir les mêmes connotations que le dialecte du texte-source. A propos d'une pièce de D. Mercer, Where the Difference Begins, Françoise Vreck écrit :

Cette fonction symbolique du dialecte, le clivage des générations et la peinture sociale qui l'accompagnent, se transfèrent sans perte notable sur le plan dramaturgique d'une province à l'autre et les idiolectes de telle ou telle région minière française (Massif Central ou bassin Nord-Pas de Calais) remplacent avantageusement en traduction ceux du Yorkshire en créant le même effet de pittoresque, (p. 103)

63La nouvelle traduction de la pièce de Synge, The Playboy of the Western World, par Françoise Morvan est un exemple heureux de cette correspondance entre dialectes. La traductrice écrit :

L'anglo-irlandais de Synge a pour première caractéristique d'être une langue duelle, le gaélique interférant avec l'anglais. Or, il ne m'était pas difficile de transposer cette dualité puisque, vivant en Basse-Bretagne, j'avais, toute mon enfance, entendu autour de moi parler un français où le breton transparaissait aussi bien par le lexique que par la syntaxe. Le simple fait de me remémorer cette langue de paysans qui, tous, pouvaient être à l'occasion chanteurs, conteurs, improvisateurs, m'amenait naturellement à retrouver aussi celle de ces paysans irlandais, à la fois simple et savante, touchante et drôle, efficace par sa maladresse, pauvre, et faisant de cette pauvreté une richesse. Par là même, je comprenais comment Synge, loin d'y voir un charabia, avait exploité ses traits propres pour en faire une langue de poésie, (p. 8)

64Ces deux exemples, qui appartiennent tous deux au théâtre, sont relativement exceptionnels. Dans la traduction qu'elle propose d'un extrait du roman de C.J. Kickham, Godeleine Carpentier exploite essentiellement les expressions populaires et des tournures à la fois archaïques et paysannes mais dégagées de toute référence géographique trop précise.

65Il n'est pas impossible qu'un tel recours à l'archaïsme soit présent dans Samedi soir, dimanche matin. En lisant "c'est couru" (A63), ou encore "faire la pige" (A102), on se dit que le roman a vieilli (mais pas forcément plus que son original). Par contre "rendus" (A46), ou "boniments" (A98), ont peut-être été délibérément choisis pour donner une impression de dépaysement et opérer la "décentralisation linguistique" voulue par Sillitoe.

66Peut-on envisager la possibilité de recourir, pour rendre le parler des North Midlands, aux particularités linguistiques d'une région française ? Le commentaire de Françoise Vreck à propos de Where the Difference Begins comme l'expérience de traduction de The Hamlet dans le vernaculaire rural québécois encouragent à explorer cette voie. Les régionalismes dans Saturday Night and Sunday Morning représentent sans aucun doute un stéréotype et c'est ce qui les fait comprendre et situer par le lecteur anglais. Il s'agit de la langue d'un milieu ouvrier où l'on retrouve certains traits semblables à ceux qu'Emily Brontë attribuait au paysan de Wuthering Heights. Dans une région comme la Lorraine, on observe également que certains traits du parler rural se sont acclimatés au milieu urbain. Si le traducteur réussit à introduire ces traits dans les dialogues et prend soin d'éviter tout stéréotype linguistique qui évoquerait trop précisément une région française, il doit pouvoir réaliser l'effet d'étrangeté propre à rendre la décentralisation qui nous préoccupe. Les stéréotypes linguistiques portent plus, me semble-t-il, sur la prononciation que sur le lexique ou la morpho-syntaxe, qui sont d'ailleurs localisés avec moins de précision. C'est donc ceux-ci qu'il faudrait privilégier. Mais le lexique risque de poser des problèmes d'intelligibilité. Si la remarque de Jack, un peu avant l'extrait B, "This tea's good enough for me... I'm not fussy" est traduite par "J'suis pas nâreux", il n'est pas sûr que n'importe quel lecteur français comprenne qu'il veut dire "Je ne suis pas difficile". Il conviendrait de préférer des emplois relativement transparents : "Il fait un peu cru", pour "It's a bit nippy" (dit par le père Seaton quand il se rend à l'usine avec Arthur) a plus de chances d'être compris. La morpho-syntaxe poserait moins de problèmes d'intelligibilité, mais il faudrait éviter une présence trop importante des connotations rurales. Pour cette raison, on hésitera peut-être à traduire "so that I can marry Brenda" (B67) par "pour que je puisse marier Brenda", ou "Did he do hisself any damage ?"(un peu avant l'extrait B) par "Est-ce qu'y s'a fait mal  ?" On est ici encore confronté au danger de la caricature. Par contre des tournures absolument courantes en Lorraine telles que "Les lettres-là j'les foutrais au feu" pour "I'll tell yer what I'd do : I'd mek a bonfire on 'em" (B15), ou encore "J'aurai plus facile de lui en payer une" pour "I might be able to get her one like that" (B89), seraient utiles pour rendre les connotations régionales.

67Il est clair qu'une telle entreprise, pour être viable, nécessiterait une connaissance parfaite de la langue populaire en Lorraine. Elle exigerait également une position critique permettant de déterminer quels traits sont véritablement marqués régionalement, réellement utilisés en milieu urbain, et susceptibles d'être compris par un public extérieur à la région.

68Les deux faiblesses que j'ai tenté de repérer dans Samedi soir, dimanche matin sont dues, l'une à un excès, l'autre à un manque. La première critique qu'on peut adresser à cette traduction porte moins sur l'insuffisance de traits familiers que sur l'irruption fréquente d'un registre trop surveillé, avec des éléments recherchés ou franchement alambiqués qui n'ont pas leur place dans la conversation de tous les jours. Une bonne traduction de Sillitoe devrait procurer l'impression d'entendre parler le personnage ou de saisir à la source le jaillissement de sa pensée.

69Non seulement ce sentiment de proximité fait défaut au lecteur français, mais celui-ci est également privé du sentiment de découverte et de contestation qu'apporte la décentralisation linguistique du roman de Sillitoe. Un tel objectif, s'il n'est pas un pari impossible, demanderait au traducteur d'explorer les variétés régionales du français et de manier subtilement ces ressources, faisant ainsi véritablement œuvre d'écrivain.

Haut de page

Bibliographie

1. Dictionnaires :

Collins Cobuild English Language Dictionary. Londres : Collins, 1987.

HORNBY, A. S. Oxford Advanced Learner's Dictionary of Current English. Londres : OUP, 1974.

JONES, Daniel. English Pronouncing Dictionary. Dent : Everyman's Reference Library, 1967.

Petit Robert. Paris : Société du Nouveau Littré, 1978.

WELLS, J. C. Pronunciation Dictionary. Harlow (Essex) : Longman, 1990.

2. Autres ouvrages :

BALLARD, Michel (éd.). La Traduction plurielle. Lille : Presses Universitaires de Lille, 1990.

BRONTE, Emily. Wuthering Heights. Oxford : Clarendon Press, 1976.

GADET, Françoise. Le Français populaire. Paris : PUF (Que Sais-je ?), 1992.

GREENE, Graham. The Heart of the Matter. Harmondsworth : Penguin, 1971.

GRELLET, Françoise. "The Word against the Word". Initiation à la version anglaise. Paris : Hachette, 1985.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine. La Connotation. Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 1977.

LAWRENCE, D. H. L'Amant de Lady Chatterley, traduit par Pierre Nordon. Paris : Librairie Générale Française, 1991.

QUIRK, Randolph. The Use of English. Londres : Longman, 1968.

SILLITOE, Alan. Saturday Night and Sunday Morning. Londres : Pan Books, 1960.

SILLITOE, Alan. Samedi soir, dimanche matin. Trad. Henri Delgove. Paris : Ed. du Seuil, 1961.

STRAUCH, Gérard. "Monologue intérieur et style indirect libre". SAES. Actes du congrès de Poitiers. Paris : Didier-Erudition (Etudes Anglaises n° 90), 1984.

SYNGE, J. M. Le Baladin du monde occidental, traduit par Françoise Morvan. Bédée (Ille-et-Vilaine) : Editions Folle Avoine, 1993.

TOOLAN, Michael. "The significations of representing dialect in writing". Language and Literature (vol. I n°1). Harlow : Longman, 1992.

VIGNEAU-ROUAYRENC, Catherine. "L'oral dans l'écrit : histoire(s) d'E." Paris : Larousse, Langue française 89 (février 1991).

Haut de page

Notes

1 Pour essayer de déterminer la valeur connotative des éléments que j'ai relevés, j'ai consulté des dictionnaires courants (voir bibliographie) et j'ai complété les vérifications sommaires que j'y ai faites par des interviews où j'ai observé les réactions de deux Anglais à une série de phrases tirées du roman, en leur en cachant le titre (tant que c'était possible). Mes informateurs étaient Philip, cinquante ans, et Michelle, vingt ans, tous deux originaires de la région de Londres.

2 Milan Kundera, dans Les Testaments trahis (Gallimard 1993 ; 1995), raille cette recherche gratuite de la variété chez les traducteurs :
"Le besoin d'employer un autre mot à la place du plus évident, du plus simple, du plus neutre (être — s'enfoncer ; aller — marcher ; passer — fouailler) pourrait s'appeler réflexe de synonymisation — réflexe de presque tous les traducteurs. Avoir une grande réserve de synonymes, cela fait partie de la virtuosité du "beau style" ; si dans le même paragraphe du texte original il y a deux fois le mot "tristesse", le traducteur, offusqué de la répétition (considérée comme une atteinte à l'élégance stylistique obligatoire), sera tenté, la deuxième fois, de traduire par "mélancolie". Mais il y a plus : ce besoin de synonymiser s'est incrusté si profondément dans l'âme du traducteur qu'il choisira tout de suite un synonyme : il traduira "mélancolie" si dans le texte original il y a "tristesse", il traduira "tristesse" là où il y a "mélancolie". Admettons sans ironie aucune : la situation du traducteur est extrêmement délicate : il doit être fidèle à l'auteur et en même temps rester lui-même ; comment faire ? Il veut (consciemment ou non) investir le texte de sa propre créativité ; comme pour s'encourager, il choisit un mot qui apparemment ne trahit pas l'auteur mais pourtant relève de sa propre initiative... Cette pratique synonymisatrice a l'air innocente, mais son caractère systématique émousse inévitablement la pensée originale. Et puis, pourquoi, diable ? Pourquoi ne pas dire "aller" si l'auteur a dit "gehen" ? O messieurs les traducteurs, ne nous sodonymisez pas !" (p. 130).

3 A.J. Ellis, Early English Text Society, Part V, 'The Existing Phonology of English Dialects', 1889 : "Dialectal variation in a language may be social as distinct from as well as regional. Linguists speak of the language having a 'vertical' (social) as well as a 'horizontal' (regional) stratification." (p. 99).

4 M. Turner : La Maison maudite (Gründ), et S. Monod : Hurlemont (Flammarion).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Sylvine Muller, « Langue familière, parler populaire, particularisme régional dans saturday night and sunday morning d'Alan Sillitoe et sa traduction Française », Palimpsestes, 10 | 1996, 49-75.

Référence électronique

Marie Sylvine Muller, « Langue familière, parler populaire, particularisme régional dans saturday night and sunday morning d'Alan Sillitoe et sa traduction Française », Palimpsestes [En ligne], 10 | 1996, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1508 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1508

Haut de page

Auteur

Marie Sylvine Muller

Université Nancy II

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals