Navigation – Plan du site

La spécification en traduction : le cas (particulier) des situatiolectes

Jacky Martin
p. 115-123

Résumés

L'étude des "situatiolectes" (phraséologies permettant de mettre fin à une situation potentiellement conflictuelle) permet la caractérisation linguistique d'un type de fonctionnement pragmatique : la spécification opposée à l'interlocution. A ce type de fonctionnement se trouvent associés les technolectes et les sociolectes qui se caractérisent également par "le remplacement de la signification par la fonction" ou la fixation des différences pour l'accomplissement d'un but. Les conséquences sur l'acte de traduction consistent en la faculté pour le traducteur d'assortir plus efficacement les formes et les fonctions d'une culture à l'autre.

Haut de page

Texte intégral

1Le terme "situatiolecte" est une création de notre part qui nous permet de joindre ce terme et les entités linguistiques qu'il recouvre à la grande famille des -lectes (sociolectes et technolectes). Le but est de tenter, par cette analogie, de prendre "à revers" — si faire se peut — l'objet de ce volume. Il nous a semblé utile de prendre du recul et de mettre à distance les termes de "registres" et "niveaux" qui nous paraissent, comme on le verra plus tard, saturés de langage, et donc peu susceptibles de livrer des enseignements valables pour la traduction. Paradoxalement, pour éviter de tourner en rond dans les labyrinthes du langage, nous avons fait un détour par les "sociolectes".

  • 1 Il est évident que les expressions sur lesquelles nous travaillons n'apparaissent pas au premier d (...)

2Trois exemples, empruntés respectivement à Albee, Camus et au journal The Weekly Telegraph serviront ici de point de départ à notre réflexion1.

3S'agit-il tout simplement d'expressions toutes faites, de simples façons de parler ou de vagues phraséologies ? Un indice évident alertera immédiatement l'attention du traducteur : aucune de ces expressions n'est immédiatement traduisible à partir de son simple contenu linguistique en langue de départ : "Que voulez-vous" en C peut-il sérieusement devenir "What do you want", et sinon, pourquoi ? Une autre observation s'adjoindra spontanément à la première : toute traduction qui pourrait immédiatement venir à l'esprit ne manquera pas de poser autant de problèmes qu'elle en résout en langue d'arrivée. Faut-il — même en ces temps de célébrations historiques — traduire "that's the way the cookie crumbles" en A par : "C'est ainsi qu'on écrit l'histoire" ?

  • 2 Il faut noter que la fonction réparatrice des situatiolectes s'exerce selon tout un éventail de po (...)

4Comme ces observations ne sauraient nous satisfaire, il faut aller chercher plus loin. Toutes ces expressions ont en commun ce que Meschonnic dit des proverbes : "Les proverbes, les dictons répondent à une situation toujours nouvelle en mettant la situation dans le langage, pas seulement le langage dans la situation" (Meschonnic 1978, 18). Le rapport obligé à la situation, de règle pour tout énoncé, même à caractère universel, est pourtant un peu plus complexe dans le cas des situatiolectes. Non seulement les situatiolectes font référence à la situation mais ils l'infléchissent et la subsument un peu à la manière des injonctifs ("Watch out !") et des performatifs ("Je le jure"), auxquels ils s'apparentent. Ils ont néanmoins une particularité : cette situation, globalisée et prise en charge au niveau du langage, est également résolue, toujours au niveau du langage. Les acteurs de la situation d'énonciation, se trouvant confrontés à la perspective d'un conflit d'opinions en A (on remarquera à ce propos que Peter ne se résout qu'à contrecœur à adopter la formulation de Jerry que celui-ci, d'ailleurs, propose à son approbation sous la forme d'une question), d'un incident dans le déroulement d'une cérémonie protocolaire en B, et d'une hostilité prévisible à l'égard des personnes désignées par Jean-Baptiste Clamence en C, ces participants conviennent de ne pas aborder leurs différences et de les passer sous silence. Ces différences ne sont pas résolues pour autant ; elles ont été consensuellement mises sous le boisseau. Les participants à l'acte énonciatif ont établi une sorte de modus vivendi, "they agree to disagree", diraient les Anglo-Saxons. Ce consensus est, bien sûr, concédé dans le but de préserver la cohésion du groupe. Telle est, nous le verrons, la visée que poursuit la stratégie des -lectes. Tous ont le même objectif : consentir à une fixation des formes linguistiques de façon à produire un certain résultat. Notre première tâche sera ici de cerner un peu mieux les conditions dans lesquelles cette fonction réparatrice est accomplie2.

  • On assiste tout d'abord à une banalisation de la forme et des contenus de l'énoncé à fonction situatiolectale. Cela est évident dans le cas des dictons et des proverbes, bien étudiés par M. de Certeau comme tactiques opposées aux stratégies de discours (de Certeau 57-63), par lesquels cette "parole grégaire" en appelle à la doxa pour déclencher la réconciliation. C'est encore plus évident dans le cas de tautologies telles que "Business is business" ou "On ne meurt qu'une fois" qui pointent très fermement, au-delà du contenu informatif, vers la fonction réparatrice appelée par l'énoncé, devenu "lieu de retrouvailles" (Mikhailova 71, in Plantin 1993). Lorsque cet objectif n'est pas atteint par le recours aux "lieux communs", il sera réalisé par la banalisation ou la désactivation des formes linguistiques qui indiquent que l'énoncé sort du cadre strict de la référence pour se limiter au cadre de l'énonciation. C'est le cas de l'incise de Camus : la marque de l'interrogation a disparu, l'intonation est descendante et aucune réponse n'est attendue.
  • La deuxième observation concerne l'effacement des marques distinctives de l'énonciation : le "vous" de Camus est vague, les proverbes et les tautologies gomment toutes marques d'interlocution. Nous avons affaire à des énoncés "flottants", sans ancrage énonciatif ou en attente d'appropriation. En fait, on s'aperçoit que les sociolectes pourraient être pris en charge par n'importe quel participant à la situation d'énonciation. Il s'agit ici d'une espèce de mot de passe social, de schibboleth qui permet à la communauté non plus de communiquer, mais de se reconnaître, d'exclure, et de se ressouder3.
  • Troisièmement, on constate que ces énoncés sont produits non pas pour désigner la situation, ni pour établir une relation, mais pour accomplir une fonction. Zijderveld parle de "The Supersedure of Meaning by Function" (5-25). La fonction, dans le cas présent, est la mise à l'écart des conflits et la réconciliation au sein d'un groupe social.

5Les caractéristiques que nous venons d'isoler sont loin de ne concerner que le nombre limité de phraséologies que nous avons rassemblées sous le nom de "sociolectes" ; elles décrivent l'un des deux grands types de fonctionnement pragmatique du langage (c'est-à-dire sa mise en fonctionnement). Si l'on part du postulat de base que rappelle J.-C. Milner, citant Lacan, selon lequel "c'est [...] parce que deux êtres ne peuvent se conjoindre qu'ils parlent" (Milner 99), toute conduite de discours est donc fondée sur la différence. Si l'on accepte ce postulat, alors deux stratégies sont envisageables pour occuper cet espace de différence : la première, que nous appelons l'interlocution, consiste à gérer cet écart, soit en le réduisant, soit en le reconfirmant. Grâce à la multiplicité des formes linguistiques, les énonciateurs procèdent à un constant réglage qui leur permet de communiquer et d'entrer en relation par-delà leurs différences. Comme les différences ne cessent de se multiplier entre les interlocuteurs, non seulement par rapport au contexte, mais aussi du fait même de l'interlocution, le discours va déployer une complexité de formes et de stratégies pour tisser des rapports entre les interlocuteurs. Ce type de stratégie constitue l'essentiel de nos transactions linguistiques mais aussi, le plus souvent, l'unique référent des observations que l'on fait habituellement à propos du langage.

  • 4 Il faut remarquer que, de façon prévisible, notre division du discours en registres pragmatiques n (...)

6Il existe un autre mode d'énonciation pragmatique, la spécification, dans lequel nous plaçons les situatiolectes mais aussi les technolectes (ou registres) et les sociolectes (ou niveaux)4. Tous se caractérisent par ce que Zijderveld nomme "the supersedure of meaning by function" ou, plus exactement, le figement des formes linguistiques de l'interlocution, et donc l'acceptation (ou la mise à profit) des différences, dans le but d'accomplir une fonction spécifique pour la collectivité.

  • 5 Nous laisserons de côté les procédures spécifiques par lesquelles ce figement s'accomplit dans cha (...)
  • 6 La raison tient probablement à la primauté du parallélisme allitératif du signifiant sur la produc (...)

7Notons que le figement des formes s'accomplit de façon à peu près semblable5 dans le cas des parlers scientifiques (technolectes), sociaux (sociolectes), ou situatiolectaux qui se caractérisent par l'extrême conformisme des formulations : il paraît impensable de changer, sans effet de surinscription humoristique, des formules comme "Every (cat, turkey ?) dog has its day"6. Pourtant, si l'on considère la façon dont ces discours spécifiés traitent la différence constitutive de l'activité linguistique, nous observons des différences notables : les socio- et technolectes posent la différence en principe. Ils en font le point de départ de leur efficace. Il y a, par exemple, dans le cas des technolectes, à travers la définition d'une communauté de désignation (le domaine terminologique), une nette partition du social entre une communauté de savoir définie par le recours à une terminologie spécifique et une communauté de profanes qui s'en trouve exclue. Cette division peut prendre des dimensions conflictuelles dans le cas des sociolectes : ainsi, la communauté noire américaine et ses parlers "déviants" s'opposent au groupe dominant et à la prétendue "norme" linguistique que celui-ci est censé incarner.

8Les situatiolectes, en revanche, visent à minorer ou à gommer les différences survenues dans le groupe. Ce sont des substituts d'interlocution qui interviennent dans les domaines où l'interlocution n'a pas lieu de s'exercer (communautés publiques), ou ne peut plus s'exercer (situations de crise). D'où, peut-être, leur discrédit, leur statut de vestige à l'époque actuelle, qui insiste davantage sur la négociation et le dialogue — donc sur l'interlocution — que sur les grandes unanimités collectives. D'où, peut-être aussi, le second degré qui affecte nos trois exemples. Une autre raison de la relative désuétude des situatiolectes tient vraisemblablement aux valorisations qu'opèrent nos sociétés contemporaines. Alors que les unanimités nationales sont devenues suspectes, la finalité des sociolectes se trouve renforcée : ils encouragent la diversité à l'intérieur du groupe social ; quant aux technolectes, leur finalité est massivement valorisée dans la mesure où ils gagent la production et la reproduction des savoirs ainsi que l'accumulation des richesses. Dans tous les cas, la spécification par opposition à l'interlocution, asservit la fixité des formulations à la réalisation d'une finalité autre que le simple accomplissement de la communication.

9Il se trouve pourtant que, dans la description des phénomènes de langue, les deux types de fonctionnement sont le plus souvent confondus. La plupart des études sur les registres et les niveaux se placent dans la perspective d'une langue idéalement — peut-être fantasmatiquement — homogène, présentant un degré de transparence et d'efficacité maximales. Ce degré zéro de la langue serait néanmoins sujet à variations. On le verrait parfois affecté de certaines instabilités de niveaux (la métaphore réfère aux fluides ou au débit des rivières) et de registres (l'image renvoie probablement aux diverses hauteurs de la voix humaine), mais, pour l'essentiel, le langage se réaliserait à son niveau habituel de normalité. Cette conception ne fait aucun cas de la dimension interactionnelle du langage et des déterminants sociologiques du discours. Ainsi, la variation citée par F. Gadet comme "variation inhérente", nous paraît avoir trait à des motivations liées à la situation de réception. En l'absence de toute donnée contextuelle, nous formulons une interprétation possible du changement : le recours à la norme vise parfois à renforcer la portée d'un énoncé. Cette désactivation de l'énoncé par rapport à sa situation de production contribue à gommer les particularismes et à renforcer artificiellement les unanimités nationales dans le cas des sociolectes. Combien de fois n'a-t-on pas entendu dire que l'argot n'est que du français mal parlé, et le "verlan" de la langue perversement mise à l'envers ? Combien de fois n'avons-nous pas entendu dire, à propos des terminologies scientifiques — celle de la linguistique, par exemple — que ce sont des jargons qui visent à masquer sous des termes barbares ce qui devrait s'énoncer simplement dans la langue de "Monsieur Tout le Monde" ?

10Cette position idéologique se trouve confortée par le fait que les mêmes formes linguistiques peuvent fonctionner aussi bien en interlocution qu'en spécification, mais avec des finalités sensiblement différentes. Ainsi, le même proverbe : "Every dog has its day" servira de modeste justification dans le cas d'un succès immérité en interlocution, alors qu'en tant que situatiolecte, il sera utilisé pour obtenir un compromis dans une situation d'injustice. De même, ce qui en situation (l'interlocution sera désigné comme "mal de dos", voire "lumbago", par celui qui entend justifier son indisponibilité passagère, deviendra dans la bouche du médecin soucieux d'agir sur le mal une "lombalgie" ; ce qui n'empêchera pas le même malade, désireux d'apitoyer son entourage, de désigner son mal comme "lombalgie". De la même façon encore, les sociolectes qui marquent les limites entre les subdivisions du groupe social pourront être "appropriés" en contradiction avec leur finalité première : il est permis d'imaginer l'appropriation de "That's the way the cookie crumbles" par un locuteur britannique qui marquera ainsi ses distances avec la culture américaine. Ainsi, ce qui peut être conçu comme un rapport de forces à l'intérieur d'une communauté donnée se trouve purement et simplement escamoté sous les appellations de "niveau" ou "registre". Chacun peut habiter, approprier ou dévoyer le discours de l'autre en interlocution, mais il ne peut procéder à une appropriation que dans la mesure où il existe, par ailleurs, des discours socialement spécifiés — et dans la mesure où il en a le pouvoir.

11Notre représentation des fonctionnements pragmatiques du discours a le mérite, à nos yeux tout au moins,

  • de dissocier formes de la spécification et fonction spécifiante.
  • de maintenir une distinction entre les deux fonctionnements pragmatiques distincts,
  • de marquer la primauté de la spécification et le second degré qu'introduit son "appropriation" dans l'interlocution,
  • d'ouvrir sur une analyse plus fonctionnelle des déterminants socio-économiques qui motivent ces choix et ces appropriations.

12Les conséquences pour la traduction sont importantes. Nous posons tout d'abord comme principe fondamental l'articulation nécessaire entre formes linguistiques et fonctions socio-culturelles. Il faut, comme nous l'avons montré dans notre livre (Hewson & Martin 1991), partir des unes pour aboutir aux autres ; expliciter les paramètres socio-économiques pour activer la production des formes linguistiques. Il y a entre les deux une féconde interactivité qui est à la base de notre travail.

13Dans le cas particulier des situatiolectes, il conviendra, au moment de la traduction, d'examiner le statut pragmatique des énoncés proposés à la traduction. Il faudra, par conséquent, respecter leur dimension tactique dans le cas des spécifications, c'est-à-dire expliciter la fonction qu'ils sont censés accomplir ; et leur fonction rhétorique dans le cas où ces formules seraient utilisées à des fins stratégiques dans le cadre de l'interlocution. C'est cette dernière fonction qu'il faudra restituer dans le texte de Camus, dans la mesure ou le destinataire/lecteur ne participe pas directement à la situation, mais se trouve en position de captif dans l'énonciation de Clamence. La traduction évitera l'absurde "What do you want" pour s'interroger sur les mérites respectifs de "how can one help it ?" ou "what do you expect", ou "there's nothing you can do about it".

14Cet éventail non limitatif de choix traductifs nous permet de nous interroger sur le statut socio-culturel de ces situatiolectes. Tous les -lectes présupposent une stratification du corps social, des relations de pouvoir et des tensions entre les groupes ainsi linguistiquement définis, toutes choses dont il faut assumer et assurer le transfert en traduction. Ainsi, le bilan situationnel effectué par Jerry dans The Zoo Story est progressivement imposé à Peter pour banaliser sa situation personnelle et appeler son attention sur le statut de "permanent transient" dans lequel Jerry s'est trouvé placé (37). Des formules telles que "C'est ainsi qu'on écrit l'histoire" devront être écartées au profit d'expressions trivialisantes telles que, par exemple : "C'est la vie, mon p'tit père !"

15Il conviendra enfin d'examiner le statut inter-culturel des discours spécifiés. S'il apparaît, par exemple, qu'en raison de l'emprise culturelle des sociétés anglophones et non, comme on l'entend souvent répéter, en raison de leur universalité, la majeure partie des technolectes se traduisent sans résidu ni complications, les sociolectes, en revanche, paraissent ancrés dans leur milieu socioculturel et peu susceptibles de transposition dans une autre culture. Il en est de même des situatiolectes. En changeant de situatiolecte, on change aussi de situation et de contexte socio-culturel. Faudra-t-il traduire "Every dog has its day" par le très pompeux : "A chacun son heure de gloire", ou privilégier l'accrochage nécessaire à la situation et envisager : "Ils se sont regardés en chiens de faïence" ou "Comme un chien dans un jeu de quilles" ? Seuls l'"écart culturel" et le degré de "décentrement" (Meschonnic 1972) choisis par le traducteur pourront en décider.

16Ainsi, à la place des notions de "niveau" et de "registre", et dans une autre optique, nous avons posé deux types de fonctionnements pragmatiques — l'interlocution et la spécification — entre lesquels les formes de la spécification, souvent décrites en termes de "niveaux" et "registres", vont se répartir selon des stratégies déterminées. Nous pensons, par ailleurs, avoir montré l'importance de ces observations dans la détermination du choix traductif.

Haut de page

Bibliographie

ALBEE, Edward. The Zoo Story. New York : Signet, 1969.

BENVENISTE, Emile. Problèmes de linguistique générale. Paris : Gallimard, 1974.

CAMUS, Albert. La Chute. Paris : Gallimard, 1956.

de CERTEAU, Michel. L'Invention du quotidien. 1. Arts de faire. Paris : Gallimard, 1990.

HEWSON, Lance & MARTIN, Jacky. "From Translation as Product to Translation as Variation", in Cross-Words. Issues and Debates in Literary and Non-Literary Translating. Ian Mason & Christine Pagnoulle (ed.). Liège : L3 - Liège Language and Literature, 1995.

HEWSON, Lance & MARTIN, Jacky. Redefining Translation. The Variational Approach. Londres : Routledge, 1991.

MARTIN, Jacky. "Ostension et Communication théâtrale ". Littérature 53 (1984) : 119-26.

MESCHONNIC, Henri. "Propositions pour une poétique de la traduction". Pour la poétique II. Paris : Gallimard, 1973.

MESCHONNIC, Henri. Poésie sans réponse. Pour la poétique V. Paris : Gallimard, 1978.

MILNER, J.-C. L'Amour de la langue. Paris : Seuil, 1978.

PLANTIN, C. (éd.). Lieux communs, topoï, stéréotypes, clichés. Paris : Kime, 1993.

ZIJDERVELD, Anton. On Clichés, The Supersedure of Meaning by Function. Londres : Routledge, 1979.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Il est évident que les expressions sur lesquelles nous travaillons n'apparaissent pas au premier degré de la situation "brute", seul niveau de référence qui nous concerne ici. La nécessité de citer un texte, ou de rapporter à propos d'une situation, le place automatiquement au second niveau de l'ostension théâtrale en A (cf. Martin 1984), de l'humour en B et de la distanciation romanesque en C (Voir Fascicule des textes de référence).

2 Il faut noter que la fonction réparatrice des situatiolectes s'exerce selon tout un éventail de possibilités, allant des formules quasi magiques des jeux enfantins (voir, par exemple, la fonction de l'interjection "Pouce !", lorsque le jeu commence à dégénérer) aux slogans plus ambitieux des partis politiques comme le mot d'ordre adopté récemment par M. J. Major : "Back to Basics", ses déterminants politiques, et les conséquences de ce choix en regard des scandales qui ont été révélés aussitôt après.

3 Cette référence à Juges 12 :4-6 est reprise de Zijderveld (71). Il est permis de rattacher ces formulations à des fonctionnements "archaïques" dont ces expressions isolées seraient des vestiges. Nous pensons aux cérémonies de "communion phatique" étudiées par B. Malinowski et dont le commentaire est cité dans E. Benveniste (87-8).

4 Il faut remarquer que, de façon prévisible, notre division du discours en registres pragmatiques ne correspond pas exactement à la distinction posée comme thème du volume. Le problème n'est pas de remplacer mais de déplacer ces catégories.

5 Nous laisserons de côté les procédures spécifiques par lesquelles ce figement s'accomplit dans chacun de ces -lectes de façon à préserver une certaine clarté d'orientation à notre argument.

6 La raison tient probablement à la primauté du parallélisme allitératif du signifiant sur la production d'un signifié distinctif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacky Martin, « La spécification en traduction : le cas (particulier) des situatiolectes », Palimpsestes, 10 | 1996, 115-123.

Référence électronique

Jacky Martin, « La spécification en traduction : le cas (particulier) des situatiolectes », Palimpsestes [En ligne], 10 | 1996, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1512 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1512

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals