Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Lors de sa création en 1983, le Centre de recherches en traduction et stylistique comparée de l'anglais et du français a commencé par exprimer sa défiance envers certaines démarches et certains a priori : discours théoriciste coupé des problèmes concrets qu'affronte tout traducteur, considérations impalpables de traductologie aussi difficiles à démontrer qu'à réfuter, schémas théoriques séduisants mais en fait rigides comme des carcans (par exemple, les oppositions dénotation/connotation, sémantique/stylistique, etc.). Nous avons estimé qu'il existe un espace de réflexion entre, d'un côté, la théorie totalitaire de la traduction et, de l'autre, la pratique silencieuse du traduire. C'est dans cet espace que se déploient les études présentées dans le premier numéro de Palimpsestes.

2Ouvrant notre propre perspective, nous avons résolu de ne travailler qu'à partir de textes précis — de préférence riches en difficultés, donc lanceurs de défis — accompagnés de leur(s) traduction(s) publiée(s) ou produite(s) : cette méthode de recherche, croyons-nous, rend possible l'articulation de la pratique à la théorie. Les intervenants à chacun de nos colloques prennent appui sur des textes qui ont été diffusés auprès de l'ensemble des participants quelque temps à l'avance. Autour d'un axe de recherche déterminé, les communications cernent une problématique, étudient le pourquoi des options ou des partis pris, éclairent les mécanismes en jeu, et grâce à la convergence d'observations et d'analyses effectuées sur des énoncés en contexte, elles s'efforcent de dégager ce qui peut être théorisé, ou du moins généralisé ou doté d'une valeur générale

***

3Le premier domaine que nous avons choisi d'explorer est la traduction du dialogue. On sait que cette forme d'écriture est le lieu où se nouent, derrière une façade de simplicité, plusieurs des difficultés maîtresses du traduire. Les dialogues d'un roman ou d'une nouvelle donnent l'impression d'une parfaite mimesis par rapport à la conversation courante. C'est là, bien entendu, une illusion. En réalité, l'efficacité des meilleurs dialogues littéraires tient à un travail profond sur la langue, et à une restructuration partielle ou totale des énonces parlés. Par ailleurs, le non-dit d'un dialogue a autant de poids que le dit, et ne se prête pas aisément au passage dans une langue étrangère — tout comme résiste à la traduction l'oralité du dialogue, dans ses rapports avec la langue familière ou populaire ou avec l'argot...

4Trois des études présentées ici s'appuient sur la traduction française de deux nouvelles de Hemingway, l'une entièrement, l'autre presque entièrement, dialoguée : "Hills like White Elephants" et "A Clean, Well-Lighted Place". Le dialogue littéraire, souligne Michel Gresset, n'est pas seulement une suite de répliques : il possède son rythme, sa logique (ou son illogisme), ses séquences quasi autonomes, ses thèmes, ses letimotive, ses enchaînements et ses ruptures -toutes choses que le traducteur doit prendre en compte. Geneviève Hily-Mane montre l'importance qu'il y a aussi à traduire le "message second" de Hemingway, à transposer la panoplie des modalités, le laconisme, les silences, tout ce que Nathalie Sarraute appelle le "sous-dialogue". Analysant les caractères spécifiques du discours direct, Béatrice Vautherin se demande si le traducteur peut s'accorder autant de libertés que l'auteur par rapport aux formes normées, par exemple lorsque le discours direct n'est plus introduit en anglais par un verbe mais par une phrase entière.

5A partir d'une conférence de presse du président Reagan (où existe une situation de dialogue avec les journalistes) — intervention orale dont a été effectuée une traduction orale à l'ESIT — Danica Seleskovitch explique le fonctionnement de la traduction interprétative, opération qui porte non sur des textes de fiction mais sur des textes de réalité, et que le traducteur exécute à la vitesse naturelle d'émission de la parole première.

***

6Lorsqu'ils ont étudié la traduction des textes de théâtre, les chercheurs du Centre ont voulu essentiellement cerner une problématique : ils n'ont pas caressé l'ambition chimérique d'épuiser un sujet aussi immense et aussi complexe. Pour permettre la pratique théâtrale, la traduction des textes dramatiques doit s'assigner des objectifs spécifiques. Jean-Michel Déprats, qui a traduit pour des metteurs en scène plusieurs pièces de Shakespeare, fait observer qu'un texte de théâtre appelle un dire, une inscription dans le corps, la voix, le jeu du comédien ; le texte shakespearien étant tout entier tendu vers la représentation, comment en préserver la théâtralité ? Comment faire passer dans une langue étrangère "l'influx de jeu" ?

7Envisageant le problème de la traduction de la réplique à partir de huit versions françaises d'un passage de Macbeth, Daniel Lemahieu — dramaturge lui-même — montre que le traducteur doit transposer la dialectique des questions et des réponses, mais aussi l'aboutement, la juxtaposition des répliques, en conservant la plus grande ouverture de sens possible. Gaby Petrone-Fresco, s'appuyant sur les traductions française et italienne d'un fragment de As You Like It, insiste sur la nécessité de mettre au jour, avant de procéder à l'acte de traduire, le "texte caché", c'est-à-dire les significations enfouies dans le texte de théâtre, et cela au moyen de l'analyse sémantique, syntaxique, stylistique. Sur le versant anglais de la traduction théâtrale, Donald Watson, qui a traduit la quasi-totalité des pièces de Ionesco, explore le dilemme : faut-il traduire l'esprit ou la lettre, le sens ou les mots ? Dilemme crucial lorsqu'il s'agit de recréer du non-sens, ou une désagrégation du langage courant. Enfin, Eric Kahane, traducteur de Pinter (et d'autres dramaturges de langue anglaise) donne son point de vue de praticien sur la transposition de "l'anglicité", des indications scéniques, des toponymes, des noms propres, des "petits mots" et des "petites phrases", etc.

8Les auteurs de ces cinq études fondent leur démarche réflexive sur leur confrontation à des problèmes concrets ; ils éclairent la spécificité radicale de la traduction théâtrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes, 1 | 1987, I-III.

Référence électronique

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 1 | 1987, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/152 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.152

Haut de page

Auteur

Paul Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals