Navigation – Plan du site

Les enjeux de la traduction dans le champ littéraire

Le roman américain traduit dans l'espace culturel français au lendemain de la Seconde Guerre mondiale
Jean-Marc Gouanvic
p. 95-106

Résumés

Cette étude propose de définir la traduction de la culture à partir de la sociologie de Pierre Bourdieu (et notamment des notions de champ et d'habitus). Analysant brièvement le cas de la littérature américaine (roman réaliste et science-fiction), l'auteur montre comment les "manières de traduire" le roman américain concourent à faire bouger le champ littéraire français. Introduisant de nouveaux modèles socio-esthétiques dans le champ littéraire dominant et contribuant à l'émergence d'un champ spécifique pour la science-fiction, la traduction n'en est pas moins un coup de force par lequel est imposée la problématique socio-politique légitime, qui tend à accréditer l'opinion selon laquelle l'American Way of Life est nécessairement située à l'horizon de la société française. La traduction apparaît ainsi comme ambiguë, à la fois instrument de changement social et instrument d'imposition d'un avenir "dicté" pour la société française.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La présente étude s'inscrit dans le sillage d'un travail amorcé en 1991 sur "Discours sociaux et t (...)

1La question des enjeux de la traduction dans le champ littéraire est un sujet trop vaste pour être abordé à fond en quelques pages et il ne s'agira ici que d'esquisser un cadre général1 pour l'étude de la traduction envisagée sous l'angle d'une socio-analyse des productions romanesques, en l'occurrence américaines, traduites en français après la Seconde Guerre mondiale. La perspective abordée nous paraît pertinente au thème de la "Traduction de la culture", car elle permet — nous semble-t-il — de montrer dans quelles limites la notion de culture peut faire avancer la connaissance que nous avons des faits traductifs. Pour y parvenir, nous nous inspirerons de la sociologie de la culture que Pierre Bourdieu construit depuis une trentaine d'années et notamment de ses deux notions-clés de champ et d'habitus. L'intérêt de cette entreprise est à nos yeux dans une relecture des idées de Bourdieu avec la traduction en tête (puisque Bourdieu n'a pas pensé sa théorie pour la traduction). Le point de vue étant traductif, surtout nous importe ce que la théorie bourdieusienne est susceptible d'éclairer des faits de traduction. Cependant, ses visées sont englobantes et on pourra également considérer que la traduction constitue une épreuve de validation pour l'ensemble de sa théorie.

  • 2 Bourdieu, 1984, p. 197. Dans un certain nombre d'articles et de livres, Bourdieu présente des refo (...)

2Les textes, quels qu'ils soient (indigènes ou d'origine étrangère, littéraires ou non-littéraires) n'émergent ni ne sont reçus dans des espaces culturels indifférenciés. La notion de culture doit être affinée pour rendre compte des phénomènes traductifs spécifiques. On risque de se fourvoyer sur ce qui se passe dans la traduction des textes si l'on ne fait pas intervenir dans la modélisation une des conditions sine qua non de la production-consommation des œuvres, l'existence de ce que Bourdieu nomme champ et qu'il définit minimalement ainsi : "J'appelle champ un espace de jeu, un champ de relations objectives entre des individus ou des institutions en compétition pour un enjeu identique"2. L'espace littéraire se spécifie en champs, champ romanesque réaliste (lequel est le champ littéraire qui domine de façon écrasante l'espace culturel français, au point où l'on oublie qu'il n'est pas le seul champ littéraire français à l'époque contemporaine), champ de science-fiction... Les champs se confondent-ils pour autant avec les genres littéraires ? Nullement Il existe un champ spécifique de la bande dessinée, qui regroupe des BD appartenant à des configurations génériques différentes : réalisme, science-fiction, horreur, etc.

  • 3 Bourdieu. 1992, p. 284.
  • 4 Bourdieu, 1992, p. 223.

3On aperçoit déjà l'intérêt de la notion de champ. Elle permet de rendre raison de la genèse des œuvres et de leur usage dans les espaces de production culturelle comme univers social autonome3, contre une conception de l'existence atomisée des œuvres dans le "grand tout culturel". Dans les champs, les agents occupent des positions relationnelles fondées sur des pratiques différentielles et des comportements de distinction. Chaque champ existe par les luttes qui s'y développent entre les agents qui y détiennent une position, les luttes ayant pour enjeu "le monopole de l'imposition des catégories de perception et d'appréciation légitimes ; c'est la lutte même qui fait l'histoire du champ ; c'est par la lutte qu'il se temporalise"4. Un champ n'existe ainsi que par les luttes de pouvoir entre les agents qui y occupent une position. Mais comment les agents s'imposent-ils et comment sont-ils investis de la part de légitimité qui les font exister dans le champ ?

4Les agents que sont les auteurs, les éditeurs, les critiques — et nous ajoutons les traducteurs — ne détiennent une position que s'ils montrent des dispositions pour le jeu en vigueur dans le champ (ce que Bourdieu nomme habitus), s'ils s'y ajustent de quelque façon et s'ils y adhèrent (ajustement et adhésion à ce que Bourdieu nomme l'illusio du champ, ici littéraire). Avant de passer spécialement à la traduction, arrêtons-nous un instant à l'un des traits essentiels de la pensée de Bourdieu, qui l'éloignent définitivement du fonctionnalisme et du sociologisme. Dans Leçon sur la leçon, il écrit :

  • 5 Bourdieu, 1982, p. 48.

Le moteur — ce qu'on appelle parfois la motivation — n'est ni dans la fin matérielle ou symbolique de l'action, comme le veut le finalisme naïf, ni dans les contraintes du champ, comme le veut la vision mécaniste. Il est dans la relation entre l'habitus et le champ qui fait que l'habitus contribue à déterminer ce qui le détermine5.

5Dans Choses dites, on lit également ceci, particulièrement éclairant :

  • 6 Bourdieu, 1987, pp. 127-128.

[...] tout mon effort vise [...], avec la notion d'habitus, par exemple, à rendre compte du fait que les conduites (économiques ou autres) prennent la forme de séquences objectivement orientées par référence à une fin, sans être nécessairement le produit, ni d'une stratégie consciente, ni d'une détermination mécanique. Les agents tombent en quelque sorte sur la pratique qui est la leur plutôt qu'ils ne la choisissent dans un libre projet ou qu'ils n'y sont poussés par une contrainte mécanique. S'il en est ainsi, c'est que l'habitus, système de dispositions acquises dans la relation à un certain champ, devient efficient, opérant, lorsqu'il rencontre les conditions de son efficacité, c'est-à-dire des conditions identiques ou analogues à celles dont il est le produit6.

6Dans cette perspective, qu'en est-il des textes traduits par rapport aux œuvres indigènes, des agents de la traduction, des traits culturels étrangers ? Les textes sources traduits entrent dans la logique du marché des biens culturels cibles. L'éditeur introduit dans le champ un nouveau producteur et un nouveau produit vecteur d'un nouveau système de goûts, avec pour effet de faire bouger le champ, même si c'est par des glissements parfois infinitésimaux. L'activité de l'éditeur repose sur l'anticipation du profit maximal, qu'il s'agisse d'un profit économique ou d'un profit symbolique. Mais la logique du profit économique joue surtout pour les éditeurs positionnés comme industrie culturelle dans le champ littéraire, comme Gallimard, qui se tournent sinon exclusivement, du moins de préférence, vers les auteurs et les œuvres étrangers qui ont généralement "fait leurs preuves" dans le champ littéraire source canonique (comme lorsque les œuvres sont consacrées par des prix et par des chiffres de vente de best-sellers). Quant aux éditeurs qui n'assument pas cette position dans l'espace littéraire, ils justifient leur existence par la logique de la découverte, comme Hubert Nyssen d'Actes-Sud.

  • 7 Pour une analyse sémiotique détaillée du rapport de la traduction avec le texte source, voir Gouan (...)

7Cela posé, comment le champ littéraire français à travers ses agents négocie-t-il dans sa matérialité le caractère étranger du texte traduit ? Nous allons l'examiner en concentrant notre attention sur les incipit de deux types romanesques, le roman réaliste et la science-fiction7*. Mais une remarque préliminaire s'impose sur le champ littéraire français dans ses rapports avec la traduction. Il est une opinion que l'on entend parfois, selon laquelle les éditeurs français seraient repliés sur eux-mêmes et se seraient peu intéressés aux littératures étrangères. Rien n'est plus contestable : il suffit de consulter le sommaire et le catalogue du Mercure de France (revue et éditions depuis 1890), puis de la NRF (revue depuis 1908 et éditions, avec "Du monde entier" de Gallimard), ou encore les publications des éditions Stock (la "Bibliothèque cosmopolite"). A ces joueurs majeurs, il faut ajouter les éditions Plon avec la série "Feux croisés", Robert Laffont avec "Pavillons", Le Seuil avec "Le don des langues", etc. Il faudra chercher ailleurs les causes des retards et impasses de traduction observables dans le champ littéraire français.

8Tenons-nous-en à la littérature américaine. C'est à un véritable déferlement que l'on assiste après la Seconde Guerre mondiale. Non seulement les éditeurs français se mettent à publier des auteurs américains d'apparition récente, mais ils semblent tout à coup découvrir l'existence des Hawthome et Henry James. Gallimard publie dans "Du monde entier" The Blithedale Romance de Hawthorne en 1952 (préface d'André Maurois), cent ans après l'original, alors que The Marble Faun paru en 1860 n'est publié en français in extenso qu'en 1949 (préface de René Lalou). Dans le cas de Henry James, ce n'est guère différent : The Europeans (de 1878) paraît en français en 1955, The Portrait of a Lady (de 1881) est publié en français en 1933 ; Washington Square (de 1881) est mis à la disposition du public français en 1955 ; The Awkward Age (de 1899) ne sort en français qu'en 1956, etc. Il y a manifestement le rattrapage d'un "retard" de traduction dans le cas de ces deux auteurs américains. Mais cela ne signifie pas nécessairement que les éditeurs français ont fait une impasse systématique à rencontre des écrivains américains. Une enquête sur le champ littéraire américain montrerait que la constitution d'un champ spécifique et autonome par rapport à celui de l'Angleterre est relativement récente et que, indice parmi d'autres, c'est surtout au xxe siècle que les grands écrivains américains du xixe siècle tels que Melville, Hawthorne, Emerson et Thoreau ont été lus et leur importance reconnue. La cause du retard de traduction de certaines œuvres ou de certains auteurs américains serait ainsi à rechercher dans le statut desdits auteurs et œuvres dans l'espace culturel source.

9Plutôt que de prendre des spécimens de traduction au hasard, nous avons relevé les incipit de trois romans réalistes, deux de John Dos Passos, un de John Steinbeck, et de deux textes de science-fiction (l'un d'Isaac Asimov et l'autre de Clifford D. Simak). Toutes ces traductions ont été effectuées après la guerre ; elles ne sont pas de traducteurs occasionnels : deux sont de Jean Rosenthal, une de Maurice Edgar Coindreau et Marcel Duhamel, une de Charles de Richter ; l'un des deux textes de science-fiction est d'un traducteur anonyme. Les romans de Dos Passos et de Steinbeck ont en outre été publiés dans la collection "Du monde entier" de Gallimard, le roman d'Asimov étant lui aussi édité chez Gallimard, mais dans une collection spécialisée en science-fiction. L'analyse de cet échantillonnage vise à faire apparaître une orientation dans la manière de traduire, quelle qu'elle soit, et une attitude face à la traduction. Elle vise aussi — marginalement — à montrer s'il existe une manière de traduire propre à la science-fiction, par rapport au roman réaliste, et si l'on constate des convergences et des divergences entre les champs sous le rapport de la traduction.

10Dans cette analyse des traductions, l'objectif n'est pas de jouer les censeurs ou de distribuer les satisfecit. Les lacunes et erreurs manifestes ne nous intéressent pas en tant qu'erreurs et lacunes ; elles nous importent dans la mesure où elles dénotent une "attitude" face à la traduction et où elles sont un bon indice des habitus des traducteurs dans leur pratique.

11Dans La Grosse galette (1946, trad. par Charles de Richter), le traducteur traduit les prétérits systématiquement par des passés simples, sans voir qu'il y a aussi des actions duratives (lay = imparfait : le texte ne dit pas lay down) ; il ne voit pas non plus que le buzz comporte une connotation très nette de "gueule de bois" (que ne rend pas flamboiement sonore). Au plan stylistique, les ellipses de verbes dans le texte source ne sont pas prises en compte dans la traduction :

Instead of the dock, fog [...]
A la place du port [sic pour quai], il ne vit que le brouillard [...]

At anchor.
On était à l'ancre.

12Pour le traducteur, ce qui importe manifestement, c'est de rendre l'histoire, les événements, sans se préoccuper outremesure de la forme de la source et des techniques expressives mise en œuvre par l'auteur. Le traducteur ne tient pas compte du fait que l'ellipse stylistique du texte source n'est pas moins insolite que ne le serait l'ellipse dans le texte français.

13Dans Le Grand dessein (1959, trad. par Jean Rosenthal), le traducteur a fait l'impasse sur on old newspapers to keep the cold of the pavement out of our feet ; rendu tall new men of the republic par les nouveaux géants de la république ; ajouté une marque de proximité (venait de s'achever) dans la fin du mandat du président "discredited" (ce qui n'est pas objectivement la même chose qu'impopulaire).

  • 8 Coindreau, 1974, p. 54.
  • 9 Cela est corroboré par Marcel Duhamel (1972), p. 533.

14La traduction (1947) de The Grapes of Wrath s'est trouvée partagée entre Marcel Duhamel et Maurice Edgar Coindreau. Ayant amorcé la traduction avant la guerre, Coindreau doit l'abandonner après "les cinquante ou soixante premières pages"8. Duhamel prend alors la relève et se charge du reste9. Ce que l'on a sous les yeux est donc en principe le travail de Coindreau. Que fait Coindreau ? La particularité de sa traduction est que lui traduit tout ; et il traduit tout en "en rajoutant" même un peu parfois :

[the last rains] did not cut the scarred earth.
[les dernières pluies] n'entamèrent point la terre crevassée.

15On notera le point d'insistance, littéraire et archaïsant, alors que la personnification de cut the scarred earth n'est pas rendue en français, le traducteur préférant les clichés, en l'occurrence : entamer/terre/crevassé.

16Remarquons aussi "variétés de plantes folles" pour weed colonies, et "La surface de la terre durcit, se recouvrit d'une croûte mince et dure" qui rend : The surface of the earth crusted, a thin hard crust... [L'anglais dit : La surface de la terre se recouvrit d'une croûte, une croûte mince et dure...]

17L'une des questions en ce qui concerne les textes de science-fiction est de savoir s'il y a eu dans les années 50 une "manière de traduire" ce genre qui ait été différente de la traduction du roman réaliste.

18Jean Rosenthal, traducteur de The Grand Design de Dos Passos, n'assume pas une position différente lorsqu'il traduit Foundation d'Asimov. Les traits de traduction sont dans Fondation l'agglutination de segments relatifs à la biographie d'Hari Seldon, l'élimination du qualificatif tremendous et de la référence à l'Encyclopedia Galactica ; mais aussi l'élimination du you see, adressé au lecteur.

19La traduction de la science-fiction aux éditions Hachette-Gallimard ne se distingue pas des traductions des romans réalistes des grands auteurs canoniques. La raison en est que le champ de la science-fiction est encore en émergence lorsque Hachette-Gallimard créent "Le Rayon fantastique" et que la manière de traduire ce genre n'a pas de raison particulière de se distinguer de la traduction du genre réaliste : ce sont les mêmes traducteurs qui traduisent dans les deux genres, tel Jean Rosenthal. Il n'existe pas encore de traducteurs spécialisés dans la traduction de la science-fiction, comme cela sera le cas quelques années plus tard, à partir d'Alain Dorémieux, qui sera lui-même rédacteur en chef de la revue Fiction.

  • 10 Le ou les rédacteurs de Galaxie intervenant de façon déterminante dans la traduction, il n'est pas (...)

20Il en va tout autrement des adaptations caviardées de la revue Galaxie. Après environ une année de traductions comparables à celles du "Rayon fantastique", la revue Galaxie s'engage dans une voie de traduction particulière qui se caractérise par des coupures erratiques du texte américain (voir notre exemple, où une dizaine de lignes sont éliminées dès l'incipit de la nouvelle). Cette "adaptation" fait du texte une sorte de synopsis réduit à sa plus simple expression, où l'épaisseur de l'intrigue, les motifs et mobiles sont réduits à pour ainsi dire rien. Chose remarquable, cependant, les patronymes sont eux aussi adaptés : dans notre exemple, Henderson James devient Henri Jamot. Nous avons examiné 25 nouvelles pour essayer de comprendre quel a été le mode d'engendrement de la traduction des patronymes. Comme le laisse entrevoir Henderson James/Henri Jamot, c'est sur le phonétisme que repose la francisation, et non sur le sémantisme : Eammer/Emmert, Haney/Anet, Loy/Loyal, Demaree/Desmaret, Boell/Boileau, Wrenn/Verne, etc. Cette "manière de traduire" les patronymes est si constante que, selon nous, ces textes ont été revus et corrigés par la rédaction de la revue10 après avoir été traduits selon les normes habituelles. Ou alors, il faudrait que des traducteurs travaillant en étroite collaboration se soient entendus sur une manière de traduire propre à Galaxie. Il est vraisemblable que, la revue Galaxie ne trouvant pas un public fidèle dès 1951, après un an elle ait été tentée par l'expérience de la francisation systématique du texte source. Il est difficile d'apporter des preuves incontestables à l'appui de quelque thèse que ce soit, car aucune archive ne demeure de cette revue.

21Que déduire de ces cas pour la traduction de la littérature américaine en France immédiatement après la Seconde Guerre mondiale ? Il apparaît que même dans le cas d'auteurs prestigieux comme Dos Passos ou Steinbeck, on ne traduit pas toujours avec une attention constante. Même chez Gallimard, le contrôle de la qualité paraît parfois assez expéditif. On a l'impression que la traduction ne jouit pas d'une grande considération auprès des éditeurs, et cela en dépit de Raymond Queneau qui est la personne clé dans le secteur des traductions aux éditions Gallimard après guerre. En fait, la désinvolture observable dans la traduction de nombre de textes canoniques se retrouve dans la traduction des textes non canoniques (élimination de la référence à l'Encyclopedia Galactica. par exemple, dans la traduction de Foundation d'Asimov), avec le cas-limite que représente le caviardage des textes publiés dans Galaxie. Il demeure que ce comportement traductif n'a pas fait d'émules dans le champ de la science-fiction, et c'est la manière de traduire du "Rayon fantastique" qui a continué de dominer avant et après la disparition de Galaxie en 1959.

  • 11 Renseignement communiqué par Jean Rosenthal.
  • 12 Robyns, 1990, pp. 23-42.

22Force est de constater que l'attitude des éditeurs à l'endroit des textes à traduire est plutôt le laisser-aller. Paradoxalement, c'est la Série noire de Marcel Duhamel qui s'est révélée la collection dotée d'une ligne traductive explicite exigeante, n'hésitant pas à faire retravailler les textes, refusant les traductions lorsqu'il considérait que l'esprit de la Série noire n'y était pas. C'est ainsi que le premier essai de traduction de Jean Rosenthal en Série noire a été rejeté par Marcel Duhamel11. On connaît la manière de traduire (ou d'adapter) en vigueur à la Série noire, que Clem Robyns12 considère comme un cas moderne de Belle Infidèle.

  • 13 On se reportera à l'article que nous avons consacré à cette question spécifique dans TTR, 1994 (a) (...)

23Résumons l'essentiel de ce que nous venons de dégager. La littérature américaine tous genres confondus fait l'objet d'un immense intérêt dans l'espace culturel français immédiatement après la guerre. On traduit à tour de bras, y compris les auteurs du xixe siècle, en tentant d'accréditer la thèse de la modernité de la culture américaine. Le fait essentiel est ici la légitimité considérable dont la culture américaine bénéficie dans le champ littéraire français. Cette légitimité est lisible dans le roman réaliste américain, mais aussi en science-fiction. Les marques de l'origine américaine des textes ne sont pas gommées, bien au contraire. Même dans les récits les plus directement liés à l'American way of life et donc toujours un peu énigmatiques pour le lecteur français, les traducteurs ne se permettent pas d'adapter {Galaxie constituant une exception sans lendemain). La raison en est que c'est bien la littérature américaine qui est traduite, de façon ostentatoire. L'origine américaine du texte est une plus-value en termes de légitimité13.

24Ainsi, le trait majeur de la traduction de la littérature américaine est lié à la source américaine. Le champ littéraire français peut faire jouer certains mécanismes d'assimilation du texte étranger, mais cette assimilation n'est pas d'un effet hégémonique sur le texte. Nous pensons en particulier à la traduction de The Big Money par Charles de Richter. Les effets rhétoriques liés aux ellipses et aux phrases nominales affaiblissent sans doute l'efficacité discursive de ce passage en traduction ; il n'en demeure pas moins que le type de narration à l'américaine, à savoir un récit rapide, cinématographique (le célèbre camera eye de Dos Passos), habité de l'esprit de l'aventure, comme l'est souvent un best-seller, et généralement étranger au psychologisme (mais non pas nécessairement à la psychologie), ce type de narration fait bon ménage avec la manière de traduire de Charles de Richter ou de Jean Rosenthal, parmi nombre d'autres traducteurs de l'après-guerre. Tout se passe comme si l'essentiel de la spécificité américaine était donc malgré tout transmis.

  • 14 "Amérique" est couramment — et à tort, bien entendu — employé comme un synonyme d'"Etats-Unis", en (...)
  • 15 Voir Gouanvic, 1994 (b). En préparation : Pour une socio-analyse de la traduction, ouvrage qui pre (...)
  • 16 Voir Bourdieu, 1992, p. 288.
  • 17 Thèse qui est loin d'être spécifique aux agents du champ littéraire : elle trouve des thuriféraire (...)

25Pour conclure, il n'est sans doute pas inutile de reprendre certains éléments ici esquissés en les rapprochant des résultats dont nous faisons état ailleurs sur des sujets connexes. La traduction est bien traduction et non pas seulement translation (more mathematico), parce que la traduction de la littérature américaine n'a lieu dans les champs littéraires français de l'immédiat après-guerre que dans et par cette disposition française à l'endroit de l'"Amérique"14. La caractéristique de cette disposition est qu'elle est par nature revisitation : ce qui fait exister les textes américains dans leurs champs littéraires sources est nécessairement l'objet d'enjeux renégociés diversement dans les champs littéraires cibles (français). Les espaces sources et cibles peuvent présenter des relations d'homologie plus ou moins étroites, que d'ailleurs les traducteurs savent déceler et négocier pour traduire-adapter ; ces espaces n'en sont pas moins investis d'histoires sociales qui, sans commune mesure les unes avec les autres, déterminent la production (source) et la traduction (cible) des œuvres ainsi que leur usage social. Quoi qu'il en soit, donc, des transformations subies par le texte américain dans la traduction, l'enjeu interne à l'espace littéraire est l'importation de modèles socio-esthétiques qui entrent en concurrence avec les modèles littéraires en vigueur dans l'espace cible ; ces modèles concernent l'écriture des textes, les thématiques, les discours, aussi bien que les supports d'édition. Ce sont, en ce qui touche la littérature américaine traduite dans l'espace culturel français de l'après-guerre, 1) des techniques expressives et narratives "novatrices" (cas du roman réaliste, de la science-fiction dans nos exemples, mais aussi du roman de la Série noire) ; 2) des structures éditoriales et institutionnelles autonomes par la constitution d'un champ spécifique (cas de la science-fiction) ; 3) un sens de la merveille dans le récit, sens qui en science-fiction s'exprime par un attrait exceptionnel pour l'altérité bio-écologique et socio-historique15. Mais l'espace littéraire n'existe pas coupé des champs du pouvoir. Comme l'exprime Bourdieu, "[...] du fait du jeu des homologies entre le champ littéraire et le champ social dans son ensemble, la plupart des stratégies littéraires sont surdéterminées et nombre des 'choix' sont des coups doubles, à la fois esthétiques et politiques, internes et externes"16. La traduction de la littérature américaine dans ses diverses dimensions (que nous n'avons fait que suggérer) participe de la redistribution des cartes sociales dans le champ du pouvoir. Mais, en tant que prenant place dans le champ littéraire, les traductions de l'anglo-américain sont fortement ambiguës. En tant qu'objet de dilection de la (petite) bourgeoisie (fraction dominée de la classe dominante) qui aspire à accroître son pouvoir social et vit cette émancipation à travers l'illusio littéraire, la littérature américaine traduite sert les intérêts des agents qui luttent pour faire bouger le champ littéraire français en l'ouvrant à de nouveaux modèles socio-esthétiques ; mais, ce faisant et dans le même temps, la littérature américaine traduite est un coup de force pour accréditer la thèse17 selon laquelle l'avenir de la société française est lisible de quelque façon dans la littérature américaine, que l'American way of life est située à l'horizon de la société française. Ainsi s'est "imposée" la problématique légitime immédiatement après la guerre dans les champs littéraires comme ailleurs. L'enjeu majeur de la traduction de la littérature américaine, quelque forme qu'elle prenne, quels que soient ses ratés, ses lacunes, ses palinodies, nous semble donc, dans ce Janus bifrons de l'avenir social français de l'après-guerre, instrument de critique et de changement sociaux et instrument d'américanisation de la société française par l'imposition de la "problématique légitime" américaine en matière d'avenir social.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU, Pierre. "Le Marché des biens symboliques". L 'Année sociologique 22 (1971), pp. 49-126.

BOURDIEU, Pierre. La Distinction - Critique sociale du jugement. Paris : Editions de Minuit, 1979.

BOURDIEU, Pierre. Leçon sur la leçon. Paris : Editions de Minuit, 1982.

BOURDIEU, Pierre. Questions de sociologie. Paris : Editions de Minuit, 1984.

BOURDIEU, Pierre. Choses dites. Paris : Editions de Minuit, 1987.

BOURDIEU, Pierre. Les Règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris : Seuil, 1992.

COINDREAU, Maurice Edgar. Mémoires d'un traducteur. Entretiens avec Christian Giudicelli. Paris : Gallimard, 1974 (rééd. 1992).

DUHAMEL, Marcel. Raconte pas ta vie. Paris : Mercure de France, 1972.

GOUANVIC, Jean-Marc. "La Traduction et le devenir social : le cas de l'irruption de la science-fiction américaine en France après la Seconde Guerre mondiale". TTR - Etudes sur le texte et ses transformations VII.1, 1994 (a), pp. 117-152.

GOUANVIC, Jean-Marc. La Science-fiction française au xxe siècle (1900-1968) : essai de socio-poétique d'un genre en émergence. Amsterdam ; Atlanta : Editions Rodopi, 1994 (b).

GOUANVIC, Jean-Marc. "Sémiotique et traduction : les enjeux sociaux de la traduction de la science-fiction américaine au Rayon fantastique (Hachette- Gallimard)". Francophonie plurielle, Actes sélectifs du congrès mondial du Conseil International d'Etudes Francophones (Casablanca, juillet 1993), Jean-Marc Gouanvic et Ginette Adamson, dir. Montréal : Hurtubise-HMH ; Casablanca : Eddif, 1995, pp. 199-214.

ROBYNS, Clem. "The Normative Model of Twentieth-Century Belles Infidèles : Detective Novels in French Translation" Target II.1,1990, pp. 23-42.

Haut de page

Notes

1 La présente étude s'inscrit dans le sillage d'un travail amorcé en 1991 sur "Discours sociaux et traduction" qui a bénéficié d'une subvention du Conseil de la Recherche en Sciences Humaines du Canada. Après avoir analysé les conditions d'émergence et d'autonomisation de la science-fiction américaine en France par la constitution d'un champ spécifique, nous avons élargi l'étude à partir de 1995 en concentrant l'attention sur le roman réaliste américain traduit dans le champ littéraire français à la même époque (recherche subventionnée par le CRSHC en 1995-1996). Pour les principaux résultats publiés de ces recherches, se reporter à la bibliographie.

2 Bourdieu, 1984, p. 197. Dans un certain nombre d'articles et de livres, Bourdieu présente des reformulations de quelques-unes des notions-clés de sa socio-analyse. Nous y renvoyons le lecteur, nous contentant ici d'une introduction minimale pour les besoins de l'article.

3 Bourdieu. 1992, p. 284.

4 Bourdieu, 1992, p. 223.

5 Bourdieu, 1982, p. 48.

6 Bourdieu, 1987, pp. 127-128.

7 Pour une analyse sémiotique détaillée du rapport de la traduction avec le texte source, voir Gouanvic, 1995. pp. 199-214.

8 Coindreau, 1974, p. 54.

9 Cela est corroboré par Marcel Duhamel (1972), p. 533.

10 Le ou les rédacteurs de Galaxie intervenant de façon déterminante dans la traduction, il n'est pas possible de les dissocier des premiers "agents de traduction" que sont les traducteurs. Même si le cas de Galaxie reste exceptionnel, il rappelle opportunément que les éditeurs, rédacteurs et directeurs de collection peuvent intervenir dans le travail des traducteurs sans que ces derniers soient toujours en position d'exprimer un accord ou un désaccord sur les manipulations que l'on peut faire subir à leur travail.

11 Renseignement communiqué par Jean Rosenthal.

12 Robyns, 1990, pp. 23-42.

13 On se reportera à l'article que nous avons consacré à cette question spécifique dans TTR, 1994 (a), pp. 117-152.

14 "Amérique" est couramment — et à tort, bien entendu — employé comme un synonyme d'"Etats-Unis", en "oubliant" le Canada, le Mexique, etc., et les peuples amérindiens et inuit.

15 Voir Gouanvic, 1994 (b). En préparation : Pour une socio-analyse de la traduction, ouvrage qui prend en compte l'ensemble du phénomène de la traduction de la science-fiction américaine et l'émergence d'un champ spécifique dans l'espace culturel français à partir de 1950.

16 Voir Bourdieu, 1992, p. 288.

17 Thèse qui est loin d'être spécifique aux agents du champ littéraire : elle trouve des thuriféraires dans la plupart des champs de la connaissance et du pouvoir (scientifique, politique, scientifique, politique, journalistique, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Gouanvic, « Les enjeux de la traduction dans le champ littéraire », Palimpsestes, 11 | 1998, 95-106.

Référence électronique

Jean-Marc Gouanvic, « Les enjeux de la traduction dans le champ littéraire », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1531 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1531

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Gouanvic

ean-Marc GOUANVIC est professeur au département d'Etudes françaises de l'Université Concordia de Montréal, directeur des programmes de traduction, directeur-fondateur de la revue de traductologie TTR et président du Conseil international d'études francophones. Ses travaux portent sur une théorie sociologique de la traduction à partir des idées de Pierre Bourdieu appliquées à la littérature américaine traduite dans l'espace culturel français après la Seconde Guerre mondiale. Il est l'auteur de nombreux articles sur la littérature et la traduction, et de deux livres : La Science-fiction française au xxe siècle (1900-1968) ; essai de socio-poétique d'un genre en émergence, ex. Pour une théorie sociologique de la traduction. Il s'intéresse actuellement au roman réaliste américain traduit après la Seconde Guerre mondiale.
Université Concordia - Département d'études françaises 7141 Sherbrooke Street West - MONTRÉAL QUÉBEC H4B 1R6 CANADA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals