Navigation – Plan du site

Le féminisme en traduction

Luise von Flotow
p. 117-133

Résumés

Le féminisme comme mouvement social important des dernières décennies du xxe siècle a eu une certaine influence dans le domaine de la traduction. Dans cet article, cette influence sur la traduction et la traductologie sera décrite brièvement, afin de donner une vue d'ensemble. Il sera aussi question de l'aspect hétérogène des idées féministes et du rôle de catalyseur que joue la traduction en révélant cette hétérogénéité.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article fait partie d'un travail plus large sur l'influence qu'a eu le mouvement féministe des dernières décennies dans le domaine de la traduction et de la traductologie. Il n'est qu'une brève vue d'ensemble de ce qui a été fait en traduction "féministe" jusqu'à présent, et de ce qui se fait actuellement en traductologie. Nous le proposons en partie comme démonstration de l'effet exercé par un certain contexte culturel et politique sur les pratiques de traduction et de recherche, démonstration qui soulignera combien la traduction, comme tout autre travail créateur, est marquée et déterminée par les mouvements sociaux ainsi que par la politique de son époque.

2Nous voudrions aussi poser des questions sur la traduction comme œuvre culturelle qui fait ressortir les différences entre les femmes ; le travail hétérogène et critique qui se fait dans le domaine des études féministes sur la traduction semble démontrer qu'au lieu de favoriser la compréhension mutuelle, la traduction déclenche souvent des "chocs culturels" qui semblent nier la possibilité de parler d'une influence féministe internationale. Le féminisme doit-il rester national, même régional, ou encore, ethnique... ou existe-t-il des idées de base qui survivent au "choc" de la traduction ? Ce sont, en effet, des questions touchant à la traduisibilité "culturelle" des discours féministes que nous posons ici pour plusieurs raisons.

3Il y a eu, lors des premières traductions de certaines œuvres féministes expérimentales, des réactions qui faisaient ressortir la nécessité de "médiations", de travaux critiques qui permettraient de rendre accessibles à la culture cible ces textes étrangers. Malgré l'idéologie qui proposait le féminisme comme mouvement international, touchant toutes les femmes, la réception des écrits féministes étrangers — leur compréhension même — n'est pas chose facile. Aux Etats-Unis, on a demandé des "médiations de médiations", des explications de traductions de certains textes français pour permettre au public universitaire féministe de lire ces textes traduits fort étranges. Les Américaines se disaient à la fois fascinées et offensées par ce qui se présentait comme un discours féministe français — Le Rire de la Méduse d'Hélène Cixous, par exemple. Le problème de la différence culturelle s'est posé immédiatement Sandra Gilbert, professeure d'anglais et féministe de premier ordre, a exprimé son désarroi de la façon suivante :

Even when my French is good enough, it's still so much an "other" culture. That makes it both fascinating and fearful, and extraordinarily glamorous. It seems to me that what we need is, in fact, not just mediations [viz. translations], but mediations of mediations. (1981, p. 7)

4Bina Freiwald (1991), critique canadienne qui s'est penchée sur le problème de la réception du discours féministe français en traduction anglo-américaine, a remarqué combien les résistances au texte traduit ont influencé cette réception. Dans ce contexte, le texte critique — la médiation — qui explique l'importance du texte étranger, a plus de valeur que le texte traduit car le "choc" de la traduction ne permet pas la lecture. Un cas similaire s'est produit en Allemagne où les traductions allemandes des textes expérimentaux de l'Américaine Mary Daly ont été considérées presque illisibles à cause de la difficulté culturelle posée par les jeux de mots en traduction (Pusch, 1990 ; von Flotow, 1996). Encore une fois, c'est la traduction qui rend visible le "choc" du discours féministe étranger, et qui fait surgir des questions sur l'internationalisation des mouvements féministes.

5Au début des années 90, vers la fin d'une période qui a vu beaucoup de "médiations" critiques de textes féministes étrangers, de nouveaux problèmes surgissent Comme nous le montrerons dans la section "critiques" de cet article, on s'interroge actuellement sur l'impérialisme de la langue anglaise dans le mouvement féministe, sur la violence des propos féministes ainsi que sur un certain élitisme que l'on croit discerner dans certaines approches de la traduction.

6Afin d'élucider quelques-unes de ces questions, nous présenterons dans un premier temps certaines tendances que l'on peut observer dans la pratique de la traduction chez les traductrices féministes anglo-américaines, québécoises et allemandes. Dans un deuxième temps, nous traiterons du domaine de la critique et de l'historiographie de la traduction du point de vue féministe. Dans la troisième partie de cet article, nous aborderons le travail théorique féministe sur la traduction, et dans la quatrième, nous discuterons des critiques internes du travail féministe. Par "critiques internes" nous entendons la critique proposée par des chercheures qui se disent féministes, ou par ceux et celles pour qui le féminisme est un domaine de recherche sérieux, un des mouvements sociaux importants du xxe siècle.

7Dans cette présentation nous n'irons pas aussi loin qu'Alice Parker (1993), traductrice et critique américaine de la littérature lesbienne québécoise, qui tente d'explorer des approches polysexuelles et multigenres de la traduction. Cependant, comme cette Américaine qui travaille sur des textes québécois, nous aussi, nous resterons principalement du côté nord-américain. La grande partie de notre documentation est nord-américaine, ou de langue anglaise, étant donné que nous n'avons trouvé que très peu de choses sur les approches féministes dans le domaine de la traductologie en toute autre langue européenne. Ceci soulève des questions sur la traduisibilité, vers l'Europe, du discours universitaire féministe qui s'est établi en Amérique du Nord, mais qui semble s'effondrer dans le contexte européen.

Pratiques de la traduction féministe

La traduction de textes expérimentaux

8Au cours des quinze dernières années, les problèmes de traduction posés par "l'écriture féministe" ont fait couler beaucoup d'encre. Les traductions des textes polysémiques d'auteures comme Nicole Brassard (Québec), Luce Irigaray, ou Hélène Cixous ont abouti à des analyses complexes des difficultés techniques et des problèmes éthiques théoriques. La Canadienne Barbara Godard a été la première à parler de la traductrice qui "woman-handle" (néologisme formé d'après le mot manhandle, traiter brutalement) un texte et qui "pose sa griffe" dans les préfaces ou les notes de bas de page (Godard, 1990). Cette traductrice s'empare du texte comme l'auteure s'est emparée de la langue source pour la manipuler de façon à refléter les intérêts féministes. Dans le même esprit, Godard a produit des critiques de certaines traductions simplifiées et trop facilement lisibles de textes de Luce Irigaray qui, selon elle, diminuent le texte, effaçant son étrangeté (1991).

9On a également vu sortir des "hyper-traductions" de textes expérimentaux, par exemple de La Lettre aérienne de Nicole Brassard (tr. Wildeman, 1989) ou des travaux de Mary Daly (tr. Wisselinck, 1980), qui tentent d'expliquer et d'annoter même les références intertextuelles sous-jacentes, ainsi que les allusions à des œuvres littéraires ou à des pratiques culturelles. Enfin, les problèmes techniques, linguistiques et surtout culturels que pose la traduction de la culture lesbienne américaine ont été abordés par des traductrices espagnoles et allemandes (Diaz-Diocaretz, 1985, Nölle Fischer, 19 %). Tout ce travail sur la traduction des textes expérimentaux — poétiques et théoriques — a amené les traductrices, ainsi que les chercheures, à s'interroger sur la politique de la traduction : la politique personnelle de la traductrice ainsi que l'effet de cette politique sur la traduction.

La traduction de textes "offensants"

10L'intérêt pour le féminisme a encouragé les traductrices, traditionnellement en position de silence et d'infériorité, à intervenir dans leurs textes. Ainsi, on a vu des traductrices féministes publier des commentaires sur les traductions qu'elles font des textes, considérés par elles, comme "offensants". Le travail des Américaines Carol Meier (1984) et Suzanne Jill Levine (1992) vise à déterminer comment saper le machisme insoutenable des textes écrits par des auteurs cubains. La Canadienne Susanne de Lotbinière-Harwood s'est penchée sur des textes écrits en langue "générique" (en français standard "patriarcal") (De Lotbinière-Harwood, 1989). Enfin, très récemment, une anthologie de textes écrits par des écrivaines du xviiie siècle et traduits par des traductrices du xxe siècle a soulevé un certain nombre de questions de nature "politique". Dans cette anthologie, Translating Slavery (1994), les traductions de textes abolitionnistes de Madame de Staël, d'Olympe de Gouges et de Claire de Duras sont présentées et accompagnées d'essais, d'interviews, et de préfaces émanant de traductrices contemporaines, qui révèlent les préoccupations féministes de la fin du xxe siècle. Dans un premier temps, les héroïnes noires de textes originaux ne semblent pas se conformer à l'idée qu'a le xxe siècle des femmes noires dignes et héroïques ; les traductrices apportent des modifications en ce sens. Dans un second temps, ces traductrices se penchent sur leurs modifications, et expliquent que leur but est de mettre en valeur une lignée d'écrivaines, une lignée d'intellectuelles qui se sont opposées à la pensée orthodoxe. Pour cela il faut adapter ces textes à l'esprit dissident féministe de notre époque. Dans un troisième temps, les traductrices font part de leurs réactions et de leur gêne personnelles devant des textes du xviiie siècle, justifiant à nouveau les changements apportés. Une traductrice afro-américaine, en particulier, exprime la colère ressentie devant l'attitude condescendante que Madame de Staël adopte envers les Noirs. Ainsi, par l'actualisation de la résistance féminine, on crée l'histoire des femmes dissidentes.

11Cette nouvelle politique de la traduction prend en compte des facteurs tels que l'identité de chaque traductrice, le contexte dans lequel elle travaille, et l'objectif recherché. Tous ces facteurs sont reconnus comme faisant partie intégrante du produit fini. La traduction s'affiche désormais comme ayant un parti pris.

Traduire des écrivaines "disparues"

12Le travail féministe amorcé dans les années 70 a abouti à la mise en place de projets de traduction colossaux afin de "retrouver" des écrits de femmes "disparues", de les mettre à la disposition du public, et d'avoir accès à d'autres cultures féminines. Des maisons de publication telles Virago et The Women's Press en Angleterre, Frauenqffensive et Orlando en Allemagne ou The Feminist Press de la New York City University ont établi des listes importantes d'œuvres d'auteures "retrouvées". L'anthologie imposante Women Writing in India (1991/1993) — anthologie en deux volumes, incluant des œuvres datant de 600 ans av. J.-C. au xxe siècle— constitue un bon exemple de ce travail. Mais ces initiatives traductives seront critiquées quelques années plus tard.

Critique et histoire féministes de la traduction

Relecture et critique

13La relecture et la critique de traductions qui sont chères à la pensée féministe constituent un événement important. Les écrits de Margaret Simons (1983) sur The Second Sex de Simone de Beauvoir, de même que l'exposé par Susanne de Lotbinière-Harwood (1991) des erreurs de traductions dans La Bâtarde (107-109) de Violette Leduc, en offrent l'exemple. Depuis un certain temps, il existe des critiques de mauvaises traductions d'œuvres féminines — par exemple de l'auteure Christa Wolf d'Allemagne de l'Est — et on se risque à douter de la qualité de la traduction accordée à la plupart des œuvres de femmes, l'implication étant que l'œuvre d'une femme est moins respectée. Les problèmes de suppression de longs passages du texte de départ, de mauvaise traduction qui effacent la présence des femmes, ainsi que d'autres problèmes plus subtils de ton ou de style, sont abordés dans ces travaux. Par exemple, dans ses commentaires sur Violette Leduc, Susanne de Lotbinière-Harwood cite la ligne suivante de l'original : "Je suis née brisée. Je suis le malheur d'une autre. Une bâtarde, quoi" (107). La traduction qu'en fait Derek Coltman est la suivante : "I was born broken. I am someone else's misfortune. A bastard". Cette version élude le feminin de "une autre", ce qui efface la femme et le fait qu'un enfant illégitime était normalement le malheur d'une femme.

Réécrire de mauvaises traductions

14Il est actuellement impossible d'obtenir la permission de retraduire une œuvre comme The Second Sex de Simone de Beauvoir, alors qu'aucune restriction ne s'applique pour la Bible. Il existe en effet au moins trois versions anglaises de certaines parties de la Bible produites sous l'influence féministe ; il existe également des versions hollandaises et allemandes. En anglais, l'accent est mis sur la langue "englobante" (inclusive language), qui englobe les deux genres, masculin et féminin, avec la même équité, puisque le message biblique s'adresse à toute personne. Comme le constatent les chercheurs — et non seulement féministes — The King James ainsi que d'autres Bibles anglaises ont été écrites et traduites avec un parti pris pour les hommes. Les traductrices féministes cherchent à gommer l'omniprésence masculine dans ces textes. Dans ce but, elles suppriment toutes les images et métaphores masculines de Dieu (God the Father, The Lord Almighty, puisque Dieu ne peut être ni masculin ni féminin. Elles font disparaître les pronoms masculins, préférant répéter le nom propre de Jésus, par exemple, plutôt que d'aboutir à une prolifération du pronom masculin he. En outre, elles introduisent le nom des femmes là où il a été exclu ; les femmes et mères refont leur apparition dans les listes généalogiques. Enfin, des traductrices comme Joann Haugerud (The Word for Us, 1977) et les membres du comité créateur de l'inclusive Language Lectionary, présentent et expliquent leurs travaux, « l'attribuant ainsi, avec leur sensibilité contemporaine, un rôle important. Armée d'explications savantes et convaincantes, Haugerud écrit de sa version contemporaine de la Bible, "gone are the lords, kings and masters".

Analyses comparatives de traductions

15Diverses analyses comparatives de traductions sont actuellement en cours sous l'influence des recherches féministes. Des séries de traductions de Sappho sont disponibles depuis des siècles, tout comme la poésie de Louise Labé, qui l'est depuis 400 ans. Comparer les traductions de ces auteures, c'est aussi comparer les rôles tenus par les femmes et accordés aux femmes dans les cultures traduisantes, à différents moments de l'histoire. Une analyse contemporaine des traductions de Sappho examine le problème de l'œuvre incomplète. La plus grande partie de son œuvre est constituée de fragments, et Diane Rayor (1991, 1992), universitaire américaine, démontre que les traducteurs sont souvent tentés de la compléter. Ces "réparations'' faites au texte mettent souvent au jour un parti pris contre le féminin. Donnons en exemple un poème dans lequel la narratrice compare son affection pour son amie absente, Anaktoria, au désir d'Hélène pour Pâris. Diane Rayor rend un vers fragmenté par un seul mot, "lightly", et elle continue dans le vers suivant : "reminding me now of Anaktoria..". Un autre traducteur (Richard Lattimore, 1960) comble le vide créé par ce fragment en inventant une ligne entière : "Since young brides have hearts that can be persuaded easily, light things, palpitant to passion (as am I, remembering Anaktoria)". Cette réparation n'est pas innocente ; elle introduit une référence injustifiée au caractère volage et excitable, au manque de rationalité des jeunes épouses (et non époux), attribuant à Sappho ce non-sens patriarcal et traditionnel. Le travail comparatiste sur les traductions de l'œuvre de Louise Labé (Batchelor, 1996) révèle des "réparations" similaires.

Retrouver les traductrices "disparues"

16Tout comme les auteures "disparues" ont été retrouvées, les traductrices "disparues" sont en train d'être redécouvertes. On les présente et on les évalue selon les critères et dans des mots appartenant à la langue du xxe siècle. Il n'est donc pas surprenant que ces traductrices soient présentées comme étant "subversives". Ayant le même objectif que les traductrices de Translating Slavery — c'est-à-dire rétablir une lignée d'intellectuelles qui ont su agir sur leur société — les historiens et critiques comme Margaret Hannay (1985), Douglas Robinson (1996) et Anne Prescott (1985) sont à la recherche de femmes/traductrices "résistantes". Ils trouvent cette résistance dans la Renaissance anglaise à travers les textes d'Elisabeth I et de Margaret More Roper (Hannay, ed. 1985), dans l'Amérique du xixe siècle en la personne de Margaret Fuller (Zwarg, 1990), et dans le Mexique colonial (Alarcon, 1992). Le personnage de La Malinche, interprète et femme de Cortés, est réhabilité par une telle critique. Ayant représenté la défaite coloniale et l'exploitation sexuelle, la tromperie et la liquidation de la culture du pays pendant des siècles, La Malinche est transformée, par la critique féministe, en une femme douée et intelligente, qui exploite le passé multiculturel qu'elle a acquis lorsque, enfant, elle a été vendue comme esclave. Dans ces versions, La Malinche est une médiatrice, neutre culturellement, qui ne "passe" pas les Mayas, les Aztèques, ou les femmes aborigènes aux Espagnols, mais leur permet d'éviter un carnage inutile dans une situation d'oppression colonialiste.

Approches théoriques

Affirmer la subjectivité de la traductrice

17Un travail important est en cours sur la subjectivité de la traductrice, sur la façon dont elle affirme son identité et influence le texte qu'elle produit. Cette prise de position se retrouve dans le débat autour du livre Translating Slavery ainsi que dans la "subversification" des traductrices de la Renaissance. Elle est aussi présente dans les discussions de la censure traductive des textes "offensants". Elle est clairement assumée dans les préfaces, les essais, les notes de bas de page et les discours, comme prise de position politique. Plus problématique est le rôle de la professeure/pédagogue que beaucoup de traductrices féministes adoptaient au début du mouvement féministe, cherchant à "prêcher la bonne parole". On peut reprocher une telle attitude à Erika Wisselinck, la traductrice allemande de Mary Daly, puisqu'elle intervient sans cesse dans le texte afin d'expliquer les jeux de mots, ou afin de faire remarquer à ses lecteurs les ressemblances de style patriarcal entre la langue anglaise et la langue allemande. Une critique identique peut être faite du travail de Marlene Wildeman sur les textes de Nicole Brossard au Canada : c'est un travail d'hyper-traduction, où les intérêts extra-textuels de la traductrice sont introduits dans la version anglaise. L'aspect subjectif de la traduction suscite actuellement un grand intérêt, en particulier grâce à l'attention que lui a accordé le travail féministe.

Relire les métaphores de la traduction

18Dans l'histoire de la traduction les tropes utilisés pour décrire le processus de la traduction changent au cours des siècles. L'Américaine Lori Chamberlain a cependant démontré dans quelle mesure ces métaphores ont reflété avec constance les structures du pouvoir patriarcal qui sont ancrées dans la conception de la famille. Que le texte soit présenté comme femme vierge ayant besoin des conseils du traducteur, ou qu'il soit présenté comme femme esclave qu'il faut "violer" et soumettre, la violence misogyne de ces tropes semble traverser le temps. Elle associe la position des femmes dans la culture patriarcale à la vision conventionnelle de la traduction en tant qu'activité de deuxième classe, activité reproductrice qui ne cesse de reproduire les hiérarchies traditionnelles. Lori Chamberlain, et d'autres comme Lola Lemire Tostevin et Daphne Mariatt au Canada, préfèrent penser la traduction en termes moins hiérarchiques, moins "familiaux", en termes de contamination, de "déterritorialisation", ou de combinaison. Elles préfèrent mettre l'accent sur l'aspect coopératif de cet affrontement inévitable avec le texte de départ

Un autre mythe de la traduction

19Très récemment, une version du mythe de Pandore a été proposée comme une façon à la fois féministe et plus positive de comprendre la traduction, traditionnellement imagée par le mythe de Babel. Se basant sur les écrits de George Steiner et de Jacques Derrida, Karin Littau (1996) montre comment le mythe de Babel renvoie à un passé idéal où il n'y avait qu'une langue. Pandore, tenant une corne d'abondance dans ses bras dans une des multiples "traductions" du mythe, représenterait le "sérialisme" de la traduction, tandis que Babel évoquant une langue idéale, l'unité ou la culture unique, appartiendrait au "phallologocentrisme". Littau va plus loin, se servant des théories de Luce Irigaray et montrant que les différentes versions de Pandore peuvent très bien représenter la multiplicité féminine ainsi que la multiplicité qu'est la traduction. Bien que Littau n'en soit qu'au début de son travail théorique, elle l'applique de façon efficace aux nombreuses versions de Lulu dans La Boîte de Pandore (Littau, 1995), pièce censurée à de multiples reprises, réécrite par Wedekind, produite de nombreuses fois pour la scène et pour l'écran, et qui a récemment vu ses fragments "réparés" et annotés par un universitaire américain.

Critiques

20Cette vue d'ensemble du travail féministe en traduction donne une idée de l'ampleur du domaine, que certaines critiques internes élargissent davantage. Ces critiques mettent l'accent sur le facteur des différences culturelles et politiques qui existent entre les femmes. Au cours des cinq dernières années, ces critiques ont commencé à apparaître avec Gayatri Spivak, qui attaque le "translationese" colonialiste utilisé pour les textes écrits par des femmes du tiers-monde, et Rosemary Arrojo, critique ce qu'elle perçoit comme l'approche opportuniste du train en marche des femmes anglo-américaines. Il y a peu de temps, Robyn Gillam au Canada a émis des doutes quant à l'iconographie dans les traductions anglaises du travail de Nicole Brassard.

Spivak : Courant dominant du "translationese"

21Il est paradoxal de constater que le désir de mettre les écrits des femmes du tiers-monde à la disposition des femmes anglophones, au départ un acte de bienveillance, se transforme en acte de trahison. En effet, ce désir d'inclure le tiers-monde dans le féminisme des pays industrialisés, a comme corollaire le besoin d'éliminer les traces de racisme dans la pensée féministe de la classe moyenne blanche et de "donner la parole" à des écrivaines inconnues, passées sous silence, ou oubliées. Gayatri Spivak (1992), pourtant, soulève un certain nombre de problèmes. Elle affirme que la plupart de ces écrits sont traduits dans une langue facile à lire pour les paresseux lecteurs anglophones. En outre, les anthologies sont préparées par des universitaires aussi fainéants, qui souvent ne font pas, voire ne peuvent pas faire la différence entre des textes conformistes et des textes qui s'opposent aux aspects dominants de la culture du tiers-monde dont ils sont issus. De ces deux problèmes découle, d'après Spivak, que "la rhétoricité" — le style particulier du texte source — est négligée ; c'est ainsi que "la littérature de la femme en Palestine commence à ressembler dans sa prose à quelque chose de produit par un homme de Taïwan". En d'autres termes, bien que les femmes occidentales soient parfaitement conscientes des différences qui existent entre elles, elles ont tendance à voiler les différences qui existent entre les femmes du tiers-monde. Selon Spivak, ces actes féministes de bienveillance ne sont en réalité que des manifestations de "la loi du plus fort", loi qui, de plus, adopte actuellement la traduction vers l'anglais comme "le moyen le plus facile d'être démocratique envers les minorités".

Arrojo : Le train des féministes

22La Brésilienne Rosemary Arrojo (1994, 1995) s'en prend aux traductrices et théoriciennes qui appliquent la politique féministe à la traduction. Son intérêt réside dans la découverte d'une éthique universelle, un meilleur moyen d'être fidèle à un texte en traduction. Sa critique repose sur trois points. Tout d'abord, les traductrices qui prétendent que leur interférence féministe dans un texte est fidèle au sens du texte source (le texte source est assez "ouvert" pour permettre cela) sont incohérentes d'un point de vue théorique. D'un côté, elles prétendent à la "fidélité", d'un autre, elles veulent la saper. Ensuite, Arrojo désapprouve l'approche manichéenne qu'elle attribue à certaines critiques féministes. Elle affirme que leurs métaphores au sujet de la traduction (woman-handling ou hijacking (détournement)) sont aussi violentes que celles qu'elles critiquent dans les écrits des théoriciens et des traducteurs. Troisièmement, elle ne tolère pas les références généralisées à la déconstruction, dont se servent quelques-unes afin de justifier leurs interventions. Par exemple, Arrojo n'accepte pas l'approche selon laquelle on prétend que le sens est de toute façon instable, et que, par conséquent, on peut attribuer un sens féministe au texte. Elle cherche à corriger ce qu'elle perçoit comme de mauvaises interprétations féministes des textes de Derrida et autres, impliquant qu'il y a une lecture correcte. Elle n'accepte pas que les féministes fassent une lecture "stratégique" de ces œuvres, une lecture qui répondrait à leurs besoins.

Gillam : La traduction élitiste

23La critique récente qu'a faite Robyn Gillam (1995) sur la pratique féministe de la traduction a une autre origine. Gillam écrit de l'intérieur du domaine de "l'iconographie féministe" canadienne, suggérant que les traductions produites dans la perspective féministe sont destinées à une élite universitaire qui doit être bilingue pour pouvoir les comprendre et les utiliser. Ces textes n'apportent pas grand chose aux autres femmes anglophones, et rendent en fait des textes sources déjà obscurs, encore plus compliqués. Selon elle, les lecteurs et lectrices ne peuvent souvent que s'émerveiller devant la virtuosité linguistique de l'auteure et de la traductrice. Gillam fonde sa critique sur certaines traductions de l'œuvre de Nicole Brassard. Selon elle, les Canadiens anglophones et francophones ont un sentiment politique différent quant à la langue. La déconstruction linguistique ne serait pas aussi chargée de sens pour le Canada anglophone que pour le Canada francophone où la force politique de la langue fait partie de la vie quotidienne. Ainsi, compliquer les métaphores et les jeux de mots, se concentrer sur le son des mots plutôt que sur le sens dans une traduction de ce genre ne constitue qu'un "jeu intellectuel" réservé à une élite.

Commentaire

24Il est intéressant de remarquer que, bien qu'elles se disent toutes deux féministes, Gillam et Spivak semblent avoir des points de vue opposés. En effet, Gillam souhaite que les textes féministes soient accessibles aux femmes activistes en tout genre, que le féminisme soit vulgarisé. Elle préconise l'efficacité, exigeant par exemple moins d'iconographie autour de l'auteure canadienne Nicole Brassard. Spivak, de son coté, préconise une pratique de la traduction qui résiste aux exigences anglophones pour une lecture facile. Elle veut le respect de la différentiation. Le fossé entre ces deux positions peut être interprété comme étant une différence de perspective culturelle et politique : Gillam est une universitaire canadienne anglophone qui oppose deux approches de l'écriture au Canada, celle de deux classes moyennes blanches, dans deux langues qui co-existent à l'intérieur d'une entité politique. Elle s'attend à une interaction féministe qui ne se limite pas à un niveau universitaire obscur. Sa critique — spécifique au contexte canadien — se dirige contre certains aspects de l'idéologie féministe au Canada qui menacent de mutiler le débat. Spivak, de son côté, se préoccupe des langues et cultures dont la relation est marquée par l'inégalité économique et la colonisation. Pour elle, la traduction qui tente de vulgariser le travail d'écriture des femmes du tiers-monde devient une autre forme d'impérialisme, un moyen d'apaiser les consciences occidentales coupables.

25Arrojo tient des propos très différents. Elle désapprouve l'approche radicale et conflictuelle que certaines féministes anglo-américaines adoptent. Par contre, elle est favorable à une forme d"'infidélité éthique", qui répondrait à l'infidélité que toute traduction impose. Ecrivant dans un ton plutôt moralisateur, elle critique le parti pris féministe, et souhaite "retourner" à un discours consensuel et universaliste de la traduction. Son discours est très loin de celui du féminisme activiste qui met l'accent sur une déclaration claire des politiques personnelles et aborde les questions de la subjectivité, de la "positionnante'' et du moment historique, éléments qui ont un effet sur chaque traduction et chaque lecture, ainsi que sur chaque jugement de valeur (Lakoff, 1992). Néanmoins le travail d'Arrojo met en évidence la complexité culturelle des problèmes soulevés par l'écriture et la traduction féministes. Ce qui est révolutionnaire et subversif pour une femme semble histrionique et opportuniste pour une autre.

26Ceci nous ramène à la première question : étant données d'une part la diversification des approches féministes en traductologie, et d'autre part les différences entre les femmes rendues explicites par la traduction, comment répondre au défi de l'internationalisation du discours féministe ? Faut-il s'en tenir à des explications de textes, à des médiations, au lieu de baser le travail féministe sur des traductions qui ne peuvent que choquer ? Comment en effet répondre au fait que la traduction joue un rôle précaire dans ce contexte où il y a diverses sortes de féminisme, dont chacune dépend de l'histoire, de la culture et du contexte propres à chaque groupe ?

27Nous pensons que le débat doit se poursuivre. Même si la traduction, beaucoup plus que la critique littéraire ou l'écriture biographique, attire l'attention sur les nombreuses différences culturelles qui existent entre les femmes, c'est seulement grâce à une exploration continue des processus différentiateurs que nous aurons des lueurs de compréhension. En effet, c'est grâce à plus de 25 ans de travail, dans différentes cultures, que le mouvement féministe a pu marquer d'autres discours dits "universaux" de ses différences.

Haut de page

Bibliographie

ALARCON, Norma. "Traduttora, Traditora : A Paradigmatic Figure of Chicana Feminism", Cultural Critique, Automne 1989, pp. 57-87.

ALCOFF, Linda. "Culturel Feminism versus Post-structuralism : The Identity Crisis in Feminist Theory", Culture, Power, History. A Reader in Contemporary Social Theory. Eds. Dirks, Nicholas B., Geoff Eley & Sherry B. Ortner. Princeton, NJ. : Princeton University Press, 1994, pp. 96-122.

ALCOFF, Linda. An Inclusive Language Lectionary. Philadelphie : Westminster Press, 1983.

ARROJO, Rosemary. "Fidelity and the Gendered Translation", TTR, VII, 2, 1994, pp. 147-164.

ARROJO, Rosemary. "Feminist 'Orgasmic' Theories of Translation and their Contradictions". TradTerm, Sao Paulo, 2, 1995, 67-75.

BATCHELOR, Jane. "Changing the Agenda : Gender Consciousness in relation to Louise Labé's Sonnets". Communication présentée au colloque EST à Prague, en 1995.

CHAMBERLAIN, Lori. "Gender and the Metaphorics of Translation", Rethinking Translation. Discourse, Subjectivity, Ideology. Ed. Lawrence Venuti, Londres ; New York : Routledge 1992, pp. 57-74.

DALY, Mary. Gyn/Ecology. The Metaethics of Radical Feminism. Boston : Beacon Press, 1978. Tr. Erika Wisselinck, Gyn/Ökologie, eine Meta-Ethik des radikalen Feminismus. Munich : Frauenoffensive, 1980.

DE LOTBINIÈRE-HARWOOD, Susanne. "About the her in other". Preface to Letters from an Other by Lise Gauvin, Toronto : The Women's Press, 1989.

DE LOTBINIÈRE-HARWOOD, Susanne. Re-Belk et Infidèle. La Traduction comme pratique de réécriture au féminin / The Body Bilingual. Translation as a Rewriting in the Feminine. Toronto : The Women's Press ; Montréal : Les Editions du remue-ménage, 1991.

DE LOTBINIÈRE-HARWOOD, Susanne. "Geographies of Why", Culture in Transit. Ed. Sherry Simon. Montréal : Véhicule Press, 1995.

DIAZ-DIOCARETZ, Miriam. Translating Poetic Discourse : Questions on Feminist Strategies in Adrienne Rich. Amsterdam : Benjamins, 1985.

FREIWALD, Bina. "The Problem of Trans-Lation : Reading French Feminism". TTR, Vol. IV, 2, 1991, pp. 55-68.

GILLAM, Robyn. "The Mauve File Folder : Notes on the Translation of Nicole Brassard". Paragraph 16, 1995, 812.

GODARD, Barbara. "Theorizing Feminist Discourse/Translation". Translation, History and Culture. Eds. Bassnett, Susan & A. Lefevere. Londres : Pinter Publishers, 1990.

GODARD, Barbara. "Translating (With) the Speculum". TTR, Vol. IV, No. 2, 1991, pp. 85-121.

HANNAY, M (ed.). Silent But for the Word : Tudor Women as Patrons, Translators, and Writers of Religious Works. Kent : Kent State University Press, 1985.

HAUGERUD, Joann. The Word for Us. Seattle, 1977.

KADISH, Doris & MASSARDIER-KENNEY, Françoise (eds.). Translating Slavery : Gender and Race in French Women's Writing, 1783-1823. Kent : Kent State University Press, 1994.

LEVINE, Suzanne. "Translation as (Sub) Version : On Translating Infante's Inferno", Rethinking Translation. Discourse, Subjectivity, Ideology. Ed. Lawrence Venuti. Londres ; New York : Routledge, 1992, pp. 75-85.

LITTAU, Karin. "Refractions of the Feminine : The Monstrous Transformations of Lulu". Modem Language Notes, 110 (4), 1995, pp. 659-76.

LITTAU, Karin. "Pandora's Tongues", communication présentée au colloque EST à Prague en 1995.

MAIER, Carol. "A Woman in Translation, Reflecting". Translation Review 17, pp. 4-8.

NÖLLE-FISCHER, Karen. "Können weibliche Schreibweisen Bewegung in die Geschlechterbeziehungen bringen ?" Der Übersetzer. Munich, 29Jg. Nr.1, pp. 1-8.

PARKER, Alice. "Under the Covers : A Synaesthesia of Desire (Lesbian Translations)". Sexual Practice, Textual Theory : Lesbian Cultural Criticism. Eds. Susan J. Wolfe & Julia Penelope, 1993, pp. 322-339.

RAYOR, Diane. Sappho's Lyre. Archaic Lyric and Women Poets of Ancient Greece. Berkeley : University of California Press, 1991.

RAYOR, Diane. "Translating Sappho : Who Speaks ?" Communication présentée au colloque MLA de décembre 1992.

ROBINSON, Douglas. "Theorizing Translation in a Woman's Voice, Subverting the Rhetoric of Patronage, Courtly Love and Morality". The Translator, Vol. 1, No.2, 1995, pp. 153-175.

SIMONS, Margaret. "The Silencing of Simone de Beauvoir, Guess What's Missing from The Second Sex". Women's Studies International Forum, Vol. 6, No. 5, 1983, pp. 559-564.

SPIVAK, Gayatri Chakavorty. In Other Worlds : Essays in Culturel Politics. New York ; Londres : Routledge, 1988.

SPIVAK, Gayatri Chakavorty. "The Politics of Translation". Destabilizing Theory. Ed. Michèle Barrett & Anne Phillips. Stanford, CA : Stanford Univ. Press, 1992.

STEINER, George. After Babel. Aspects of Language and Translation. Oxford : Oxford University Press, 1975.

THARU, Susie et LALITA, K. eds. Women Writing in India. Vols. 1 and 2, New York : The Feminist Press at the City University of New York.

TOSTEVIN, Lola Lemire. "Contamination : A Relation of Differences". Tessera, Vol. 6, pp. 13-14.

von ANKUM, Katharina. "The Difficulty of saying "I" : Translation and Censorship of Christa Wolf's Der geteilte Nim Himmel". Studies in 20th Century Literature, Vol. 17, No.2, Eté 1993, pp. 223-241.

von FLOTOW, Luise. "Feminist Translation : Contexts, Practices, Theories". TTR, Vol. IV, No. 2, 1991, pp. 69-84.

von FLOTOW, Luise. "Québec's "Ecriture au féminin" and Translation Politicized". Transvases Culturalles : Literatura, Cine, Traducción. Eds. F. Eguiloz, R. Merino et al., Vitoria (Espagne) : Facultad de Filología, Universidad del País Vasco, 1994, pp. 219-229.

von FLOTOW, Luise. "Translating Women of the Eighties : Eroticism, Anger, Ethnicity". Culture in Transit : Translating the Literature of Quebec. Ed. Sherry Simon, Montréal : Véhicule Press, 1995, pp. 31-46.

von FLOTOW, Luise. "Weiblichkeit, Zweisprachigkeit und Übersetzung : Kanada". Literarische Polyphonie. Eds. Strutz, Johann & Peter Zima, Tübingen : Gunter Narr Verlag, 1996.

von FLOTOW, Luise. "Legacies of écriture au féminin : Bilingual Transformances, Translation Politicized, Subaltern Versions of the Text of the Street". Journal of Canadian Studies, 1996.

von FLOTOW, Luise. "Mutual Pun-ishment ? The Translation of Feminist Wordplay : Mary Daly's Gyn/Ecology in German". Traductio : Essays on Punning and Translation. Ed. Dirk Delabastita, Namur : Presses Universitaires de Namur ; Manchester : St. Jerome Press, 1997 (sous presse).

von FLOTOW, Luise. Gender and Translation. Translation in an "Era of Feminism', Manchester St. Jerome Publishing ; Ottawa : University of Ottawa Press, 1997.

WILDEMANN, Marlene. "Daring Deeds : Translation as Lesbian Feminist Language Act". Tessera : La traduction au féminin. Translating Women, Vol. 6, Printemps 1989, Toronto.

ZWARG, Christina. "Feminism in Translation : Margaret Fuller's Tasso". Studies in Romanticism 29, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luise von Flotow, « Le féminisme en traduction », Palimpsestes, 11 | 1998, 117-133.

Référence électronique

Luise von Flotow, « Le féminisme en traduction », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1535 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1535

Haut de page

Auteur

Luise von Flotow

Luise von FLOTOW est professeur à l'Ecole de traduction et d'interprétation de l'Université d'Ottawa. Titulaire d'un Ph. D. de l'Université du Michigan à Ann Arbor, elle s'intéresse à la traduction, à la littérature québécoise et aux problèmes culturels de la réunification allemande. Elle a traduit des auteurs littéraires allemands et français (en particulier les femmes québécoises, F. Théoret, M. Ouellette-Michalska et A. Dandurand) ; et sa traduction du roman de Suzanne Jacob, Maude, paraîtra en 1997. Ses derniers travaux (subventionnés par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada) seront publiés en 1997 sous le titre Gender and Translation à Manchester par St Jerome Publishing, et probablement aussi conjointement par les Presses de l'Université d'Ottawa. L'article inséré dans ce numéro de Palimpsestes, "Le féminisme en traduction", entre dans le cadre de ces récentes recherches.
Université d'Ottawa - Ecole de traduction et d'interprétation 52, rue de l'Université
CP 450 Succ. A - OTTAWA ONTARIO K1N 6N5 CANADA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals