Navigation – Plan du site

Astérix d'un bord à l'autre de l'Atlantique, ou La Grande traversée

Catherine Delesse
p. 173-185

Résumés

Dans cet article, nous nous proposons d'examiner les différences culturelles entre Ancien et Nouveau monde par le biais de la traduction d'une bande dessinée de Goscinny et Uderzo, La Grande Traversée, traduite d'abord en anglais puis en américain. L'analyse des deux versions montre qu'il existe un véritable fossé culturel entre les deux continents et que celui-ci se retrouve à différents niveaux, sémantique, culturel, stylistique et linguistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En effet, contrairement à ce qui s'est passé pour d'autres ouvrages, la décision de retraduire n'a (...)

1Nous nous proposons d'analyser les différences de traduction entre les versions anglaise et américaine de l'album La Grande traversée de Goscinny et Uderzo, publié en 1974. La traduction anglaise, par Anthea Bell et Derek Hockridge, date de 1976 et l'américaine, due à Robert Steven Cohen, de 1984. La raison principale d'une retraduction ciblée vers les Etats-Unis semble avoir été le peu de succès rencontré par la version anglaise dans ce pays1. Ce problème de la réception d'Astérix aux Etats-Unis ne nous étonne qu'à moitié car nous avons le souvenir de discussions avec de jeunes Américains qui nous avaient avoué à l'époque (en 1982) préférer très nettement les aventures de Tintin à celles d'Astérix. Les albums d'Hergé font évidemment beaucoup moins appel aux références culturelles et aux jeux de mots, présentant d'une certaine manière une langue plus neutre. De plus, les albums de Tintin reposent en général sur une quête de type aventureuse et policière, alors que le seul prétexte aux aventures des Gaulois est une analyse de notre société contemporaine sous couvert de références historiques et culturelles bien souvent détournées. La culture européenne, massivement exploitée dans la série des Astérix, n'est sans doute pas aussi connue aux Etats-Unis, ce qui peut poser des problèmes de compréhension pour les lecteurs. D'après Anthea Bell, la version américaine n'aurait pas eu non plus le succès escompté :

  • 2 Extrait d'une lettre d'Anthea Bell qui nous a été adressée le 29 septembre 1992.

The series has never attained the same popularity in the USA as in the rest of the English-speaking world, and indeed one title (La Grande traversée of course) was given an alternative American translation by a native American-English speaker, but still failed to appeal to a large public. I conclude that while many British publishers originally turned the series down, fearing it was too French to cross the Channel successfully, they were mistaken in that the humour is not just Gallic but European - and the great gap lies between European and American humour. There are Astérix readers in the States, of course, but largely in educated and/or university circles2.

2Il apparaît que la problématique qui va nous concerner est d'abord et avant tout culturelle. Nous avons d'ailleurs fait un test auprès d'amis américains qui nous ont dit ne pas comprendre certaines références, voire certaines expressions, et préférer la version américaine dont la langue est jugée plus dynamique et directe. Ce commentaire a attiré notre attention de linguiste car il nous semble que ce jugement repose sur des différences de traduction au niveau aspectuel et temporel. Mais nous allons d'abord nous interesser aux références culturelles de cet album.

3Notre première remarque portera sur la traduction des noms propres qui posent un problème particulier dans Astérix, car dans cette série ils dénotent et connotent : ce sont en effet tous des jeux de mots qu'à quelques rares exceptions près (quand le jeu de mots fonctionne dans les deux langues), on ne peut garder en l'état.

4Dans l'album qui nous occupe, nous sommes essentiellement confrontés aux noms des Gaulois et des Vikings qu'ils rencontrent sur leur chemin, les Indiens se contentant de gestes et d'onomatopées devenues signes de leur identité telles que "How" ou "Ugh". Le tableau ci-dessous reprend les noms des principaux personnages de l'album et leurs traductions :

  • 3 Le graphisme des Ø et Å est utilisé par les auteurs pour signaler une langue étrangère, en l'occurr (...)

Français

Anglais

Américain

Astérix

Asterix

Asterix

Obélix

Obelix

Obelix

Idéfix

Dogmatix

Dogmatix

Panoramix

Getafix

Magigimmix

Abraracourcix

Vitalstatistics

Macroeconomix

Assurance tourix

Cacofonix

Malacoustix

Bonemine

Impedimenta

Belladonna

Ordralfabetix

Unhygienix

Epidemix

Periferix

Catastrofix

Melancholix

Zøødvinsen3

Huntingseässen

Dønneränblitsen

Kerøsen l'aventureux

Herendethelessen the adventurous

Viscønsen the adventurous

Åvänsen yeux méfiants

Steptøänssen shifty eyes

Bittermedisen shifty eyes

Neuillisursen l'intellectuel

Häräldwilssen the intellectual

Døktør Åldissertäsen

Mälsen le dingue

Nøgøødreässen the nutcase

Zerøøpsen the loony

Øbsen le terrifiant (chef viking)

Ødiuscømparissen the terrifying

Vätermøcässen the terrifying

  • 4 A ce propos, nous ignorons si le traducteur américain connaissait la traduction de ses collègues a (...)

5On remarque que tous les noms ont été traduits différemment en anglais, excepté celui des deux personnages principaux, et l'on comprend aisément que les expressions "assurance tous risques" ou "à bras raccourcis" puissent difficilement trouver un équivalent, de même le nom du chien, "idée fixe". On notera également que seul le chien d'Obélix a gardé le même nom dans les deux traductions : on obtient un jeu de mots différent du français, mais qui présente l'avantage de conserver le mot "dog"4. En ce qui concerne l'autre chien, celui des Vikings — nommé Zøødvinsen en français et qui se trouve être un énorme Danois — les traducteurs ont évacué la référence parisienne, ce que l'on comprend aisément. Les choix faits en anglais et en américain sont différents et assez représentatifs de ce que l'on trouvera par ailleurs dans l'album : les Anglais font référence à la chasse, pour laquelle on emploie des chiens, alors qu'en américain on semble privilégier la grosse voix du chien par les sonorités du mot choisi. Cependant, il est fait référence à un événement et un lieu typiquement américains, à savoir le Donner pass près du lac Tahoe où s'est déroulé pendant l'hiver 1846-47 un épisode tragique de l'histoire des pionniers que l'on connaît sous le nom de "Donner party disaster", la prononciation du mot "blitz" rappelant le blizzard, cause de cette tragédie. Cet exemple sera suivi de beaucoup d'autres à travers lesquels se manifeste la volonté du traducteur américain d'ancrer sa traduction dans une réalité typiquement américaine, s'éloignant ainsi du modèle européen de départ.

6On s'aperçoit aussi que les noms propres en anglais présentent quelquefois un rapport plus évident au type de personnage qu'ils désignent que l'original français souvent motivé par le simple plaisir du jeu de mots. Nous pensons par exemple aux Gaulois : le nom du druide en français ne réfère pas particulièrement à sa fonction, sinon par une allusion à sa hauteur de vues, le druide étant le "sage" de la tribu. En anglais et en américain, en revanche, on fait bel et bien référence à sa fonction de manipulateur de drogues. Le barde est affublé, dans les deux cas, d'un nom qui fait allusion au fait qu'il chante faux et est pénible à entendre ; quant au chef, le français évoque plutôt son caractère, et les traductions sa fonction dans la tribu. De même, Ordralfabetix est un nom tout à fait neutre par rapport à son état de poissonnier, même s'il provoque le rire en français, là où les deux traductions nous rappellent les risques encourus par ceux qui mangent son poisson pas frais !

7Les Vikings, quant à eux, sont dotés de noms en -EN, terminaison qui rappelle le danois et que les traducteurs ont respectée. Le chef de l'expédition, persuadé qu'il va découvrir un nouveau monde, est Kerøsen, combustible tiré du pétrole (l'album date de 1975 et comporte d'autres allusions à la crise de 1973). Kerøsen aurait pu être gardé en anglais mais les traducteurs ont fait d'autres choix : la traduction anglaise, Herendethelessen, renvoie à ce qui est dit à la fin d'une lecture à l'église alors que le Wisconsin est un état du nord des Etats-Unis, région où se sont installés de nombreux Scandinaves. Les autres personnages sont affublés de noms qui, à titres divers, font rire le lecteur français mais nécessitent une adaptation pour un lecteur étranger. Åvänsen, Mälsen et Øbsen sont drôles à la lecture : "Avant-scène", "Malsaine" et "Obscène". Pour le premier, les traducteurs anglais ont choisi un nom qui peut s'apparenter à l'idée véhiculée par le le mot français "scène" : si "Step to answer" peut être dit à un élève qu'on interroge, l'américain, lui, fait référence au caractère du personnage qui critique sans cesse son chef d'expédition et en ce sens il est en effet une médecine dure à avaler. Le chef viking, qui est un personnage immense et terrifiant, se voit doté en anglais d'un nom peu aimable dont l'humour repose aussi sur la prononciation ("Odious comparison") ; mais ce nom est encore moins aimable en américain, puisque le "water moccasin" est un serpent venimeux du sud des Etats-Unis. Ce chef est d'ailleurs bien moins méchant qu'il n'en a l'air ! Plus subtile est la référence à l'intellectuel du groupe, car Neuilly sur Seine évoque pour les Français une banlieue qui est loin d'être défavorisée et n'est pas nécessairement renommée pour ses intellectuels. La traduction anglaise évoque Harold Wilson, ancien premier ministre britannique, allusion très compréhensible pour les Anglais mais qui ne l'a pas toujours été pour les Américains que nous avons testés. D'ailleurs, R. Cohen a choisi d'utiliser les mots "Doctor" et "dissertation" qui évoquent pour le lecteur américain, sinon un intellectuel au sens où nous l'entendons ici, du moins un universitaire.

8Ces différences se retrouvent bien évidemment dans les autres types de références culturelles dispersées au fil de l'album. Puisque le sujet est la découverte de l'Amérique par nos Gaulois, il comporte bien entendu des allusions à la vie américaine contemporaine et les plus évidentes ont amené une traduction identique ou très proche dans les deux versions.

9Parmi les découvertes faites par nos héros, l'une des premières est le dindon, la nourriture étant une préoccupation constante d'Obélix. Le nom de l'animal n'est pas utilisé et on le désigne par une onomatopée inspirée par son cri : en français le glouglou, en anglais le gobbler et en américain le gobble-gobble. D'autres allusions sont repérables, notamment celle à Christophe Colomb. Astérix dit : "Je suis comme toi : je découvre" (page 19). L'anglais dit "I'm trying to discover, the same as you" et l'américain, "I'd like to discover, just like you". On voit que le vocabulaire varie peu et que c'est surtout la structure de la phrase qui change. De même, l'allusion à "un autre monde" est rendue dans les deux cas par "a new world" (page 21), celle au "chien chaud" par "hot dog" (page 29) et le "je veux rester libre" d'Obélix (page 35) par "I value my liberty" (anglais) et "I cherish my liberty" (américain), cette dernière traduction étant motivée par le dessin qui suit la réplique, où l'on voit Astérix juché sur un socle de pierres, tenant dans la main droite une torche et dans la main gauche un morceau de peau roulé sur lequel les Indiens ont peint une scène de chasse. L'image ne pouvait que conduire les traducteurs à cette référence à la statue de la liberté.

10En dehors de ces quelques cas où les traductions ne pouvaient guère différer, le texte français étant déjà très tourné vers l'Amérique, il en existe d'autres où la traduction s'éloigne sensiblement de l'original et où, comme pour certains noms de personnages, le traducteur américain a délibérément orienté les allusions vers un univers plus familier à son lecteur. Cela étant, il nous a semblé qu'il y avait dans la version américaine une recherche systématique qui éloigne le texte d'arrivée du texte de départ. Sans doute est-ce là une stratégie délibérée pour attirer le lecteur américain moyen — le risque étant de commettre, dans un cas au moins, un écart qui devient presque un contresens par rapport à ce que l'on connaît des personnages de la série.

11Un premier exemple se trouve page 20 lorsque nos deux héros, se demandant où ils sont, décident de suivre des traces dans la forêt. C'est la réplique d'Astérix qui nous intéresse ici :

[1] Obélix : Cherchons-les ; si on les attrape, ils nous diront où est le village.
Astérix : D'accord, mais marchons sans faire de bruit ; on ne sait jamais...
Anglais : All right, but tread very quietly. You never know...
Américain : Okay but let's walk softly and carry a big stick...

12On s'aperçoit tout de suite que la traduction anglaise est plus fidèle au texte-source qui ne comporte d'ailleurs pas de référence particulière. En revanche, la traduction américaine, que R. Cohen nous a signalée comme l'un des cas où l'image l'avait aidé à trouver une solution, fait allusion à une citation du président Monroe : "Speak softly and carry a big stick", ce qu'on a appelé la "Monroe Doctrine" concernant l'Amérique Latine. La traduction telle qu'elle est convient d'ailleurs bien au contexte, même si elle est un ajout par rapport au texte de départ.

13Autre exemple page 24, où Astérix est attaché au poteau de toiture. Obélix fait irruption dans le camp indien et demande :

  • 5 Asterix et Obélix croient être chez les Romains.

[2] Obélix : Pourquoi ils t'ont attaché, Astérix ?
Anglais : Why have they tied you to that thing, Asterix ?
Américain : You look all tied up. Is this the Romans' New Deal ?5
Astérix : Je ne sais pas... Ce sont de drôles de Romains, tu sais...
Anglais : No idea... These are rather funny Romans, you know...
Américain : It ties in with their politics. These Romans are weird.

14La raison de cet éloignement par rapport au texte français — on perd la question de bon sens posée par Obélix dans une telle situation — semble motivée par l'allusion à Roosevelt qui permet d'ailleurs ensuite un jeu de mots sur "tie" dans la version américaine. Celle-ci garde l'idée contenue dans le texte de départ mais s'éloigne de la lettre.

15D'autres cas semblables nous paraissent plus douteux quant au choix qui est opéré, nous pensons notamment à la référence au conte d'Andersen, La petite sirène. Les Vikings ramènent dans leur patrie les Gaulois qu'ils ont pris pour des habitants du nouveau monde et sont accueillis par la grosse voix de leur chef. Kerøsen répond à Åvänsen (page 41) :

[3] Bien sûr que c'est Øbsen ! Tu crøyais que c'était une petite sirène ?
Anglais : Øf cøurse it's Ødiuscømpärissen ! Did yøu think it was a dear little mermaid ?
Américain : Øf cøurse it's Vätermøcässen. Whø were yøu expecting, the Viking cheerleaders ?

16Cette traduction nous amène à nous demander ce qu'a voulu faire le traducteur : soit il n'a pu résister au plaisir de citer ces jeunes supporters officiels des matchs américains, prenant le risque d'une rupture de registre par rapport à l'original, soit il a pensé que le lecteur américain ne comprendrait pas la double référence au conte et à la statue qui se trouve à Copenhague. Nous ne pourrions dans ce cas qu'abonder dans le sens d'Anthea Bell, pour qui il existe un véritable fossé entre les cultures européenne et américaine. Une autre allusion, en revanche, nous semble tout à fait bienvenue dans ce contexte : Kerøsen explique à son chef qu'il a découvert un nouveau monde et celui-ci de s'esclaffer (page 42) :

[4] Hø Hø Hø Hø Hø ! Un nøuveäu mønde ! Vøyez-vøus çä !
Anglais : Hø Hø Hø Hø Hø ! Å new wørld ! Just hark ät him !
Américain : Hø Hø Hø Hø Hø ! New wørld ! Høw symphønic !

17La référence au musicien tchèque est beaucoup plus évidente en américain, mais elle n'est peut-être pas tout à fait absente de la traduction anglaise grâce au mot "hark". Dans la mesure où Dvorak avait composé sa dernière symphonie à New York, on ne peut qu'approuver cet ajout au texte original, d'autant qu'il tisse avec d'autres un réseau de références à cette ville. Nous avons déjà mentionné la statue de la liberté, mais nous pouvons citer aussi ce compte-rendu d'Astérix et Obélix à la fin de l'album, page 48 :

[5] Astérix :...Nous étions dans une espèce de colonie romaine... une sorte d'île...
Obélix : Une île pleine de glouglous.
Anglais :...we got to a sort of Roman colony... A kind of island...
An island full of gobblers.
Américain : We made it to a sort of Roman empire state... a kind of island...
A long island full of gobble-gobbles.

18Le puzzle de références est complété ici par l'allusion au plus célèbre gratte-ciel de New York et à Long Island ; on peut donc dire que cet ensemble de références à la ville, même si elles ne figurent pas dans le texte original, a le mérite de produire un tout cohérent et de situer précisément le lieu où les Gaulois ont débarqué. La ville de New York est, à notre avis, également présente dans les versions françaises et anglaises, ne serait-ce qu'avec le dessin évoquant la statue de la liberté déjà cité et la mention d'une île, mais de manière implicite, ce qui semble suffire aux publics concernés. Le lecteur américain a peut-être davantage besoin qu'on lui mette les points sur les i ! On peut également penser que l'allusion à la "colonie" n'est pas vécue de la même manière des deux côtés de l'Atlantique pour des raisons historiques évidentes, d'où peut-être le rajout de "empire" par le traducteur américain qui faisait ainsi d'une pierre deux coups.

19Robert Cohen a beaucoup utilisé la référence au cinéma, à juste titre d'ailleurs, car les films font partie de la culture américaine, même si ces choix peuvent être critiqués comme ne s'imposant pas toujours dans le contexte donné. Nous en citerons deux. La première traduit une réflexion d'Astérix se demandant où est son village :

[6]... Je crains que nous en soyons bien loin.
Anglais :... I've an idea we're a long way from home.
Américain :... I've the feeling we're somewhere over the rainbow.

20Aucun Américain ne peut laisser passer cette référence à la chanson que chante Judy Garland dans The Wizard of Oz, film qui fait partie de sa culture au même titre que les comptines pour les petits Anglais. Les traducteurs anglais se sont contentés d'une réplique tout aussi connue dans leur culture et qui est fidèle au texte-source. L'exemple suivant est à notre avis plus douteux comme en jugera le lecteur :

[7] Astérix : Ne bois pas trop.
Obélix : Bah ! Amusons-nous ! Ces gens sont bien sympathiques. (page 44)
Anglais : Don't drink too much.
Oh, come on, let's have a bit of fun. I like these people.
Américain : Don't overdo it.
But I'm thirsty. It must be Saturday night fever.

21Cette référence paraît un peu facile et forcée par rapport au contenu du texte de départ ; de plus on perd l'appréciation que porte Obélix sur les Vikings. Elle nous semble justifiée par le seul souci de faire un bon mot. C'est le cas également d'une allusion que R. Cohen nous a signalée comme étant un slogan publicitaire pour Alka Seltzer, et qui à notre avis ne convient pas du tout au contexte. Obélix vient d'avaler un certain nombre de glouglous, est en train de finir le dernier et dit à Astérix, p. 19 :

[8] Tu n'en veux pas ? Il en reste encore un peu...
Anglais : Don't you want any ? There's still a bit left...
Américain : I can't believe I ate the whole thing !

22Non seulement la traduction américaine n'a rien à voir avec le texte de départ, mais en plus cette réflexion, venant d'Obélix qui est toujours prêt à manger, a quelque chose d'étonnant ! Elle est même en complète contradiction avec le caractère du personnage. Le désir de faire une référence à une réalité publicitaire américaine nous semble avoir quelque peu outrepassé le respect dû à l'œuvre originale.

  • 6 Nous indiquons en premier la traduction anglaise, ensuite la traduction américaine

23Nous n'avons pas abordé le problème du registre des traductions, mais il est évident à la lecture que la version américaine n'a pas le même niveau de langue que la version anglaise. Cela est dû, pour une part, au vocabulaire, mais aussi aux tournures employées. Voici quelques exemples de vocabulaire comparé : boy/kid, friends/buddies, clowns/weirdos, great/swell, Let's hear/spit out6. Certes, cela n'est pas surprenant dans la mesure où le lecteur s'attend à une différence dans ce domaine, mais les expressions américaines induisent une plus grande familiarité qui compte sans doute dans l'impression de dynamisme que les Américains ressentent par rapport à une langue anglaise peut-être plus policée ou subtile. Nous en voulons pour preuve le début de l'album (page 8) :

[9] Ordralfabétix : Je vends du poisson de Lutèce, moi, Môssieur !
J'ai le respect du client !
Anglais : Let me tell you, my good sir, I sell top quality fish from Lutetia ! My customers trust me !
Américain : You listen to me, sir. I sell fish from Lutetia. Yessir, I'm talkin' tuna ! My customers trust me ! I'm no shark !

  • 7 "parler franchement" d'après le Petit Ophrys.

24Cet exemple suffit à montrer la différence de registre entre les deux traductions, à ce point évidente qu'on peut même imaginer l'accent avec lequel les deux répliques sont dites. La traduction américaine est tout à fait dans le champ sémantique souhaité, avec les références au thon et au requin, mais il y a quelque chose de plus avec ce "I'm talking tuna !" qui nous semble être un mélange de deux expressions :"talk business" et "talk turkey"7. La référence au requin est, elle aussi, très parlante, les Américains étant loin d'être tendres en affaires !

25Le niveau de langue est un élément important de l'œuvre et l'on imagine que cette façon de s'exprimer est beaucoup plus proche du vécu des Américains. Cela a sans doute pesé dans l'échec de la version anglaise qui est pourtant une très bonne traduction. Il faut néanmoins ajouter que certains termes anglais n'ont pas été compris par nos amis américains et jugés "very British" ! Nous pensons notamment à cette expression utilisée par la vigie des pirates au moment où elle reconnaît les Gaulois : "That really takes the biscuit !" L'expression est particulièrement bien choisie dans le contexte car les deux Gaulois vont ensuite s'emparer de toutes les provisions des pirates. Autre terme signalé comme peu clair pour un Américain : "fetch up" dans la phrase "I'm wondering where we can have fetched up..."

26Si le vocabulaire, le niveau de langue et les références culturelles peuvent contribuer à creuser le fossé entre les deux cultures, il s'y ajoute à notre avis un autre facteur, qui n'est peut-être pas le moins important : celui des différences de structuration linguistique. Ce n'est pas ici le lieu d'entreprendre une analyse systématique de tous les énoncés de l'album, mais nous voudrions tout de même faire quelques observations générales et dégager quelques tendances. A la lecture, nous avions été frappé par la très faible proportion de present perfect dans la version américaine et avions d'abord pensé que cette absence était due à la contrainte imposée au traducteur, à savoir faire tenir son texte dans la bulle, le prétérit présentant, en effet, des formes plus courtes. Cependant, la lecture de la version anglaise nous a révélé que les traducteurs anglais soumis aux mêmes contraintes employaient beaucoup cette forme et nous avons alors opéré une comparaison de ces formes linguistiques. De cette lecture ressort un emploi plus fréquent de formes (HAVE + EN) en anglais, mais également de formes en -ING. Ceci ne voulant évidemment pas dire que ces formes n'existent pas en américain. Il est intéressant de constater que la différence linguistique touche essentiellement les formes temporelles et aspectuelles (ainsi que modales), alors que les emplois des déictiques THIS/THAT et HERE/THERE sont identiques dans les deux versions de l'album, à une seule exception près.

27En américain, le present perfect est utilisé dans les emplois strictement déductifs. Par exemple, en pleine nuit, Idéfix grogne et Obélix en déduit : "Dogmatix has picked up a scent !" (anglais et américain), ou bien lorsque ce temps est associé à une exclamation qui lie son emploi strictement au moment dénonciation : "Astérix, look what I've found !" (traduction également identique). En revanche, lorsque le present perfect s'interprète comme résultat présent d'un événement passé, l'américain préfère le prétérit et l'anglais le present perfect (de plus, le prétérit est évidemment systématique avec "just" en américain). Voici quelques exemples :

[10] Astérix :...Je t'avais dit qu'il fallait nous rationner !
Obélix : Ben, c'est ce que j'ai fait !
J'ai gardé ça pour plus tard... (page 15)
Anglais : I told you we should ration ourselves !
Well, I have..."
I've kept this for later...
Américain : I told you we had to ration ourselves !
Well, I did...
I kept this for later...

[11] Astérix : Tu viens de manger deux glouglous dont un farci avec un ours !
Anglais : You've only just eaten two gobblers, one of them stuffed with bear.
Américain : You just ate two gobble-gobbles, one with bear stuffing ! (page 19)

[12] Obélix : Ils ont peut-être fait venir des troupes d'élite de Rome... (page 21)
Anglais : Maybe they've sent for some crack troops from Rome...
Américain : Maybe they sent for crack troops from Rome...

[13] Obélix : Dites ! Pourquoi vous avez attaché mon copain ? (page 24)
Anglais : You ! Why have you tied my friend up ?
Américain : Tell me why you tied up my friend.

28Nous avons relevé une douzaine de present perfect dans la traduction anglaise, auxquels correspondent des prétérits en américain et auxquels on pourrait ajouter des present perfect anglais traduits par une autre tournure en américain (par exemple [modal + (have + en)] devenant [modal + base verbale]). L'américain préfère faire référence au moment antérieur où a eu lieu "l'action" alors que l'anglais préfère considérer l'événement sous l'angle du résultat de cette "action" au moment de l'énonciation (now) : en [10] Obélix montre la pomme qu'il a conservée, en [11] le repas est terminé depuis longtemps, [12] est motivé par la découverte de traces d'ennemis qui s'obstinent à rester invisibles et [13] vient après une image qui figure Astérix attaché au poteau.

29De même, nous avons relevé une moins grande proportion de formes en -ING dans la traduction américaine. Ces formes sont néanmoins employées lorsqu'il y a une forte charge énonciative, mais dans une dizaine de cas, là où l'anglais les utilise, l'américain préfère des solutions différentes : structuration en to + base verbale, modal, présent simple ou emploi de substantifs :

[14] Astérix : Je n'ai pas de leçons à recevoir d'un livreur de menhirs !
Anglais : I don't need any menhir delivery-men giving me advice !
Américain : A menhir delivery man has no advice to give me ! (page 10)

[15] Obélix : Tu sais, je serai même content d'entendre chanter notre barde !
Anglais : You know something ? I'm even looking forward to hearing our bard sing !
Américain : Know what ? It'll even be a pleasure to hear our bard sing ! (page 17)

[16] Obélix : Mais je ne veux pas m'engager dans la légion romaine, moi !
Anglais : Look, I'm not joining up in the roman army !
Américain : Just a second. I'm not joining the roman army ! (page 27)

[17] Astérix : Pendant la chasse, je me suis aperçu que nous étions sur une île...
Anglais : While we were hunting, I noticed that we're on an island...
Américain : During the hunt, I noticed that we're on an island... (page 31)

[18] Astérix : Les colons approchent ! Démarrons, Obélix ! (page 40)
Anglais : The colonials are coming close, Obelix ! Let's get going !
Américain : The colonists are nearly here ! Let's push off Obelix !

30Là encore, nous voyons des différences de structuration non négligeables qui nécessiteraient une étude plus approfondie. Reste que la forme BE+ING tend à être employée en américain particulièrement quand elle exprime un fort point de vue de la part de l'énonciateur comme en [16] ou en [3]. Dans ce dernier exemple, elle donne une connotation ironique qui correspond bien au texte français. On remarque que [14,15,17] version américaine sont plus proches de la structure du français.

31Nous avons constaté une tendance générale à un emploi plus grand de formes qu'Henri Adamczewski qualifierait de Phase 1, à savoir plus proches de l'extralinguistique, qui contribuent sans nul doute à cette impression de langue plus dynamique ressentie par les Américains. Notre hypothèse est que ce dynamisme n'est pas seulement dû aux niveau de langue et vocabulaire employés mais que la part strictement linguistique a également un rôle à jouer. Le grand fossé, tel que nous avons pu l'analyser à travers les deux traductions de cet album, n'est pas seulement d'ordre culturel mais aussi linguistique, ce dernier élément allant plus loin qu'une simple différence de vocabulaire.

Haut de page

Notes

1 En effet, contrairement à ce qui s'est passé pour d'autres ouvrages, la décision de retraduire n'a pas été la volonté expresse d'offrir d'emblée une version destinée spécifiquement au lecteur américain mais résulte d'un constat d'échec commercial de la version existante.

2 Extrait d'une lettre d'Anthea Bell qui nous a été adressée le 29 septembre 1992.

3 Le graphisme des Ø et Å est utilisé par les auteurs pour signaler une langue étrangère, en l'occurrence le danois. Pour le Å minuscule, nous le noterons "a".

4 A ce propos, nous ignorons si le traducteur américain connaissait la traduction de ses collègues anglais. Certaines phrases sont identiques dans les deux traductions, mais on ne peut en tirer aucune conclusion dans la mesure où le texte de départ conditionne forcément la traduction.

5 Asterix et Obélix croient être chez les Romains.

6 Nous indiquons en premier la traduction anglaise, ensuite la traduction américaine

7 "parler franchement" d'après le Petit Ophrys.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Delesse, « Astérix d'un bord à l'autre de l'Atlantique, ou La Grande traversée », Palimpsestes, 11 | 1998, 173-185.

Référence électronique

Catherine Delesse, « Astérix d'un bord à l'autre de l'Atlantique, ou La Grande traversée », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1540 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1540

Haut de page

Auteur

Catherine Delesse

Catherine DELESSE est maître de conférences en linguistique anglaise à l'Université d'Artois. Elle a soutenu une thèse de doctorat, à l'Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, en 1994, sous la direction de Henri Adamczewski, "Image, texte et métaopération". Intéressée par la didactique, elle a publié deux articles : "Utilisation pédagogique de la bande dessinée dans le cadre d'une grammaire contrastive" (Annales de l'Université de Savoie, n° 15, 1992) ; et "Le vecteur THIS/THAT dans un contexte de BD" (Langages, Langues et Linguistique, Les Amis du Crelingua, n° 2, 1995). Sa communication au colloque "Europe et traduction" à l'Université d'Artois en 1996, "La culture européenne telle qu'elle est représentée dans les Aventures d'Astérix et la traduction anglaise de cette bande dessinée" est à paraître aux Presses de l'Université d'Artois.
Université d'Artois - UFR de Langues étrangères
9, rue du Temple - 62030 ARRAS CEDEX

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals