Navigation – Plan du site

La traduction du nom propre comme négociation

Michel Ballard
p. 199-223

Résumés

On dit souvent que le nom propre constitue une limite de l’acte de traduire : pour certains il ne signifie pas et l’usage veut qu’on ne le traduise pas. Or la pratique de la traduction révèle que loin d’être un signe plat, dénué de signifié, que l’on transfère directement du texte source au texte cible, le nom propre pose des problèmes très variés qui sont étroitement liés à sa nature. C’est un aperçu de ce spectre de problèmes, souvent associés à sa fonction culturelle, que l’on explore ici.

Haut de page

Texte intégral

1Le thème de ce volume (est-il nécessaire de le rappeler ?) est "traduire la culture", et la première question que l’on pourrait se poser est celle du rapport du nom propre à la culture : en quoi le nom propre est-il un élément constituant du paradigme culturel ? Par ailleurs, le nom propre, d’après certains topoï, dont celui de Stuart Mill, réexaminé par Searle, ne signifierait pas :

  • 1 Searle se réfère ici explicitement à John Stuart Mill, A System of Logic, Londres et Colchester, 19 (...)

Les noms propres n’ont pas de sens, ce sont des marques sans signification ; ils dénotent mais ne connotent pas (Mill)1 [...]. Nous utilisons le nom propre pour référer et non pour décrire ; le nom propre ne prédique rien à propos de l’objet, et par conséquent n’a pas de sens. (Searle, 1972, 2)

2Le nom propre serait-il alors une sorte de degré zéro de la représentation culturelle, une trace formelle que l’on préserverait comme moyen d’identification ? Préservation si certaine que l’on a pu avoir des auteurs comme George Moore au siècle dernier, mais repris et cité en 1959 par Georges Connes dans la préface à sa traduction de The Ring and the Book, affirmer d’un ton péremptoire : "Tous les noms propres, quelque imprononçables qu’ils soient, doivent être rigidement respectés [...]" (Moore cité par Connes, 1959,138).

3Ces positions d’un logicien et de traducteurs des xixe et xxe siècles apparaissent (aujourd’hui) comme des paradoxes par certains côtés :

  • quand on songe au fait que la relation du nom propre au sens est inscrite très tôt dans l’histoire de notre civilisation sous la forme de jeux de mots utilisés dans la littérature (cf. l’exemple tiré de L’Odyssée) ou les Ecritures (cf. "Tu es pierre et sur cette pierre...") ;

  • quand on songe à la perplexité des étudiants lorsqu’ils sont confrontés à certains noms propres qui leur semblent signifier plus que d’autres et qui paraissent appeler une traduction qu’ils n’osent commettre ;

  • quand on songe aussi à la perplexité et aux regrets des traducteurs après un acte qui leur semble avoir été freiné dans son accomplissement total, et je pense ici, par exemple, à l’article de Michel Viel récemment paru dans Les Langues Modernes.

4Mon objet, on le voit, ne sera pas de proposer un énième compte rendu d’expérience de traduction faisant intervenir le nom propre, mais plutôt de me tourner vers des témoignages de cette sorte, des mots d’ordres, des usages, pour explorer les degrés de traduisibilité du nom propre.

5L’onomastique, ou étude des noms propres, se subdivise en deux : l’anthroponymie qui traite des noms de personnes et la toponymie qui traite des noms de lieux. L’expérience fait apparaître une troisième catégorie au statut un peu incertain qui intègre divers types de référents culturels tels que les fêtes, les institutions, les raisons sociales, etc. Ces trois catégories seront examinées tour à tour au cours de l’étude.

6Cette exploration va impliquer un certain nombre de mises au point sur ce qu’on l’on entend par traduisibilité et intraduisibilité du nom propre. Mon espoir est de faire apparaître que ces degrés de traduisibilité peuvent tout autant nous éclairer sur la nature et le fonctionnement du nom propre comme signe que sur des stratégies qui révèlent les capacités d’accueil des langues-cultures en présence ainsi que sur les comportements et les marges de manœuvre des traducteurs.

7Je crois que si la notion d’équivalence est fondamentale en traduction, celle de négociation lui est pratiquement coextensive. Et c’est cette négociation du nom propre que je me propose maintenant d’explorer au travers d’une série de stratégies axées tantôt davantage sur le signifiant, tantôt sur le signifié, étant entendu que les deux faces du signe sont étroitement liées et difficilement dissociables même si, dans certains cas, c’est l’une ou l’autre qui semble être davantage concernée.

8Le premier pôle que j’examinerai est celui du topos de sa non-traduisibilité. Il est mis en avant par un théoricien comme Georges Mounin :

[...] la volonté d’atteindre à l’illusion d’un texte écrit directement dans notre langue [...] comporte tout au moins une limite infranchissable : les noms propres, quíil faut garder dans la forme étrangère toutes les fois qu’elle n’est pas francisée. (Mounin [1955] 1994, 78)

9On le retrouve exprimé sous forme de conseil chez un théoricien didacticien comme Jean Delisle, qui situe cette pratique au degré zéro d’une sorte d’échelle des opérations de traduction selon leur complexité :

Tout texte à traduire renferme une proportion variable d’éléments d’information qui échappent presque complètement à l’analyse du sens. Le traducteur les retranscrit tout simplement dans le TA sans vraiment avoir besoin d’interroger le contexte ou la situation pour en dégager le sens, d’où le terme "report" [...]
Les éléments d’information faisant généralement l’objet d’un report sont les noms propres, les nombres, les dates, etc. (Delisle, 1993, 124)

10Comme on le voit, ces textes posent la non-traduction du nom propre comme une sorte d’impératif catégorique assorti d’une petite restriction pour ce que Mounin appelle la francisation. On notera que Jean Delisle, à la différence de Mounin, fait intervenir la notion de sens, mais de façon peut-être trop peu explicite, car on se demande s’il place les éléments tels que les noms propres hors du sens lorsqu’il les conçoit comme "éléments d’information", ou alors comme éléments autosuffisants lorsqu’il estime que l’on n’a pas "vraiment [...] besoin d’interroger le contexte ou la situation pour en dégager le sens". Bref, il y a, de toute évidence, un rapport du nom propre au sens qui demande à être éclairci / précisé pour une juste appréhension de sa traduisibilité.

11Ce que ni le texte de Mounin ni celui de Delisle n’abordent, c’est la cause de ce que l’on appelle la non-traduction du nom propre. Celle-ci me semble étroitement liée à la nature du nom propre tout autant qu’à la nature de la traduction.

12Le nom propre se distingue du nom commun par sa différence d’extension. Par sa nature le nom propre sert, en principe, à désigner un référent unique, qui n’a pas d’équivalents. Or, la traduction étant par nature recherche d’équivalence, il est évident qu’il y a contradiction théorique entre les termes. De ce point de vue, la non-traduction du nom propre s’apparente au processus de l’emprunt face à des termes (généralement des référents culturels) dont la contrepartie n’existe pas. Le problème sera donc de savoir si l’on pratique une politique d’emprunt ou d’explicitation du référent. Cette explicitation fait intervenir le sens du nom propre et elle sera abordée ultérieurement

13Si l’on continue d’explorer la nature du nom propre on constate, et ceci est surtout vrai des noms de personnes, qu’il a une fonction d’identificateur social. Le système de dénomination tel qu’il apparaît à Rome avec le prénom, le nom de famille, le surnom, constitue une grille plus complexe que le simple nom que l’on trouve antérieurement dans l’antiquité : cf. Moïse, Achille, Xerxès, Ulysse, Ramsès. Je me demande si, par le processus de traduction, le nom propre n’acquiert pas une fonction supplémentaire qui est une sorte de prolongement de sa fonction sociale, à savoir une fonction d’identificateur ethnique : ’je sais par les sonorités et la graphie de ton nom que tu es étranger et que tu appartiens à telle ou telle ethnie’. J’examinerai donc d’abord la manière dont se négocie cet identificateur ethnique en traduction au niveau du signifiant.

14Le report, pour reprendre le terme de Delisle, est donc la stratégie fondamentale qui caractérise le nom propre en traduction. Il crée ce que Barbara Folkart appelle une "rupture d’isoglossie".

Même le nom propre choisi au départ pour sa banalité s’auréole dans le texte-cible du connoté "étranger" (voire "étrangeté") du seul fait de se trouver en rupture avec un co-texte qui lui est désormais hétéroglosse. Folkart, 1991, 137.

15C’est le nom propre de personne qui résiste le mieux à la traduction assimilation. L’usage de traduire le signifiant de façon totale ou en l’adaptant aux lois phonologiques de la langue d’arrivée concerne essentiellement des personnages historiques répertoriés :

Richard Cœur de Lion : Richard the Lion-Hearted
Charles le Chauve : Charles the Bald
Moses : Moïse
Machiavelli : Machiavel

16On peut relever, à cet sujet, la plus grande assimilation que font subir les Français aux termes que les Anglais.

17Le prénom, en raison de l’existence d’équivalences ponctuelles telles que ’Peter’ : ’Pierre’, risque de provoquer des tentations de traduction chez l’étudiant. C’est la non-coïncidence globale des systèmes de désignation (le fait que tous les prénoms n’ont pas forcément un équivalent dans l’autre langue) qui bloque la traduction au nom de l’homogénéité du réseau onomastique du texte d’arrivée.

18Ce principe d’homogénéité n’est toutefois pas appliqué en ce qui concerne les appellatifs tels que Mr, Mrs, Miss (en conjonction avec les patronymes) où l’on constate toutes sortes de comportements. On voit certains traducteurs préserver l’anglicité des personnes jusque dans ce domaine, tandis que d’autres les francisent :

The basement kitchen of Mrs Poulteney’s large Regency house [...] (J. Fowles, The French Lieutenant’s Woman, 21)
Dans la grande demeure régence de Mrs Poulteney [...] la cuisine en sous-sol [...] (G. Durand, 31)

Mr James Duffy lived in Chapelizod. (J. Joyce, 105)
M. James Duffy habitait Chapelizod. (Y. Fernandez, 131)

19En contrepoint de cette stratégie de simple report, on a des phénomènes de traduction du signifiant qui sont de deux ordres : l’assimilation phonétique (que j’examinerai en deuxième lieu), et la désignation différente, où un acte de nomination distinct est intervenu dans les deux cultures.

20La désignation distincte affecte essentiellement les noms de lieux et le troisième type de nom propre, ceux que l’on peut globalement définir comme renvoyant à des référents culturels.

21Avec les noms de lieux, on a des écarts allant de la simple transcription phonologique (La Hongrie : Hungary) à l’utilisation de termes distincts (Wales : Pays de Galles) révélateurs parfois d’une appropriation différente des mêmes lieux (cf. les classiques : The English Channel : la Manche ; The Straits of Dover : le Pas-de-Calais).

22Dans le domaine scientifique, on peut trouver dans certains cas le nom du même savant dans deux langues pour désigner la même loi : "la loi d’Ohm : Ohm’s law" ; on est parfois confronté à des divergences comme "loi de Mariotte", et "Boyle’s law" ; selon le pays la découverte de la loi n’est pas attribuée à la même personne. Il arrive aussi qu’il y ait effacement de la référence à l’inventeur et simple désignation descriptive : "courants de Foucault : eddy currents". (Maillot, 1981 : 140-141)

23Les fêtes liturgiques sont souvent désignées par des termes différents dont certains sont des traductions : Good Friday → vendredi saint ; Lent → carême ; Ash Wednesday → Les Cendres.

24Avant de quitter cette catégorie où les différences de désignation constituent un héritage transmis par un passé relationnel caractéristique d’un couple de langues-cultures, je voudrais revenir sur le principe d’homogénéité déjà évoqué à propos des noms de personne. Le même principe veut que les noms de lieux à l’intérieur des villes (rues, places, pont, etc.) ne soient généralement pas traduits : Hyde Park restera "Hyde Park" dans un texte anglais traduit en français. J’ai relevé avec la traduction de The Ring and the Book par Georges Connes, un cas typique d’interférence entre un traducteur et l’auteur. Voici ce que dit Georges Connes dans sa préface :

Pour ce qui est des noms, Browning ne facilite pas la tâche de son traducteur, car contrairement à ce qui sera l’avis et la pratique de George Moore, il mêle, en particulier quand il s’agit de rues et de places, les noms italiens et les équivalents anglais ; il dit toujours la via Vittoria, la via Paolina, la casa Guidi ; mais en décrivant les itinéraires de Florence ou de Rome, il parlera, usant de mots anglais, de la Colonne, le Pont ; la rue (street) des pèlerins, la rue de Pasquin (c’est une piazza, piazza di Pasquino), sont étrangement rapprochées de la rue "du Governo" (via del Governo) ; les places sont appelées "the square" ou "the place" ; il appelle toujours la piazza del Popolo "the place of the People" ; la piazza del Panteone est "the Pantheon’s place" : plus browningien que Browning, ou si l’on veut plus moorien, j’ai rétabli le plus possible les dénominations italiennes. (G. Connes, 1959, 139-140)

25Bel exemple d’adaptation du principe d’homogénéisation exposé par Berman dans "La traduction et la lettre" :

Face à une œuvre hétérogène — et l’œuvre en prose l’est presque toujours — le traducteur a tendance à unifier, à homogénéiser ce qui est de l’ordre du divers, voire du disparate. La non-reproduction de l’hétérogène, c’est ce que Boris de Schloezer appelle le peignage inhérent à la traduction. (Berman, 1985, 75)

26La troisième stratégie concernant le signifiant, le processus d’assimilation phonétique affecte essentiellement les noms de lieux et de personnes. Il a été décrit en ces termes par Mounin :

Jusqu’au xviiie siècle à peu près, l’acquisition des noms propres étrangers se faisant surtout par la voie de la langue parlée, les langues étrangères étant d’ailleurs peu lues, c’est presque toujours une phonétique française qui les exprime en français ; Londres et non London, Douvres et non Dover, Brême et non Bremen, Mantoue, Milan, Naples, et non Mantova, Milano, Napoli ; comme aussi Dante, Pétrarque, Boccace et non pas d’Alighieri, Petrarca, Boccacio. (Mounin, 1955, 117-118)

27On en trouve un témoignage révélateur et intéressant dans une des préfaces de Perrot d’Ablancourt, celle à sa traduction des Annales de Tacite où il déclare :

[...] Les Latins estoient encore plus religieux que nous en cette partie, et prenoient bien garde à ne point choquer la délicatesse de leur langue par des termes barbares et estranges. Nos Pères mesmes ont dit Naples et le Tibre, et non pas Napoli ni le Tevere, pour accommoder les choses à leur prononciation. (D’Ablancourt [1640] 1972, 124-125)

28Ce sont tout compte fait les principes qui animaient Luther également :

Car ce ne sont pas les lettres de la langue latine qu’il faut scruter pour savoir comment on doit parler allemand, comme le font les ânes ; mais il faut interroger la mère dans sa maison, les enfants dans les rues, l’homme du commun sur le marché, et considérer leur bouche pour savoir comme ils parlent, afin de traduire d’après cela ; alors ils comprennent et remarquent que l’on parle allemand avec eux. (Luther [1930] 1964, 95)

29Les schémas de comportement plus ou moins conscients que révèle l’observation de l’assimilation comme processus naturel et historique se retrouvent aujourd’hui dans des politiques de traduction plus concertées.

  • 2 On trouvera une recommandation analogue chez Nida, Toward a Science of Translating, 1964, pp. 193-1 (...)

30Par exemple, on retrouve dans certaines consignes des Sociétés bibliques un souci de ne pas produire un texte qui choque le nouveau lecteur par des sonorités inhabituelles, difficiles à prononcer. C’est ainsi que pour la traduction de la Bible dans des langues autres qu’européennes, Jean-Claude Margot préconise des solutions qui se conforment aux exigences du système phonologique de la langue réceptrice2. Si l’on n’adopte pas cette attitude, le nom propre conserve une allure étrangère pour le lecteur moyen du pays et peut poser des problèmes de prononciation :

  • 3 Jean-Claude Margot cite ici V.Cosmao, J.L. Doneux et al., 1969, Afrique et Parole, Etudes et enquêt (...)

Par exemple, en ngambay (Tchad), il serait faux de rendre Jésus par Jezu, alors que cette langue ne connaît ni le son "j", ni le son "z", ni le son "u" du français : "il faut ngambayiser le mot, comme nos ancêtres ont francisé le nom latin, et adopter, soit Yéju, soit Yesu, avec le son "s" et non "z". De même "on n’écrira pas Krist (et encore moins Christ) dans une langue qui refuse la finale consonantique"3. A ce propos, on s’étonnera de voir parfois Christ rendu par Kirisiti (ou Kilisiti, en gourma de Haute-Volta) mais cela tient précisément à la structure phonologique de la langue, où l’on doit mettre d’abord une voyelle à la fin d’un mot et intercaler une voyelle entre deux consonnes qui se suivent (cf. en japonais Churisumasu, qui rend le Christmas anglais). (Margot, 1979, 51)

31Interrogé sur la façon dont il traite les noms propres dans les pièces de théâtre, Eric Kahane, dans un autre registre mais pour les mêmes raisons, répond qu’il se préoccupe parfois davantage du confort de l’acteur et de la qualité de la réception chez le spectateur que de préserver une couleur locale dont il estime qu’elle n’est pas toujours signifiante pour un public moyen :

Il faut quelquefois changer les noms, ne serait-ce que pour que le comédien de langue française ne se plante pas horriblement en prononçant des mots imprononçables en français, et ça, ça s’est trouvé, par exemple, dans Trahisons : "Kilburn" était déjà difficile, quant à "Wessex Grove", j’ai supprimé ce nom chaque fois que c’était possible parce que "Wessex Grove" n’est pas facile à prononcer de façon naturelle pour un français. (Kahane, 1987, 140)

32A l’inverse de ces traductions où, par le biais du polissage, on ôte au nom propre ses aspérités, on trouve celles où au contraire on le conçoit comme une fleur apportant le parfum de l’étranger. Les traductions de L’Iliade (1866) et L’Odyssée (1867) par Leconte de Lisle arborent des graphies plus proches de celles des noms propres grecs : "Akhilleux" au lieu d’"Achille" ; "Atreus" au lieu d’"Atrée" les "Akhaiens" au lieu des "Achéens". (Mounin 1955/1994 : 68-70). Et l’on peut signaler la parenté existant entre la traduction soucieuse de préserver l’étrangeté formelle du texte de départ et le roman historique où les noms propres (plus ou moins francisés) contribuent à créer la couleur locale : "En citant Haubert, — on peut dire que Salammbô, s’il n’est pas tout à fait traduit du carthaginois, par contre est vraiment traduit de l’histoire". (Mounin, 1955/1994, 96).

33Tout terme véhicule avec lui une grammaire potentielle. Ceci implique à la fois un mode d’insertion comme partie du discours qui nous renvoie à la détermination et des relations à l’intérieur d’un réseau onomastique : c’est sur ce second aspect que je me concentrerai à présent.

34Dans son étude de la "détermination de l’aspect dans l’inter-relation des procès" (Guillemin-Flescher 1981 : 81-105), Jacqueline Guillemin-Flescher souligne :

[...] en anglais le réseau de repérage transphrastique est souvent serré. Cette forte détermination impliquera indirectement, comme dans le cas des conjonctions, une accentuation de la séquence dans l’inter-relation des procès. Inversement, en français, la relation inter-énoncés est faiblement marquée. Il en résulte un effacement du repérage inter-procès. (Guillemin-Flescher, 1981, 87-88)

35Elle illustre son propos en fournissant

[...] un exemple où la relation anaphorique est à peine marquée en français, alors qu’elle est soulignée en anglais. Il s’agit du premier chapitre du roman : La Fin de la nuit.
Nous trouvons dans ce chapitre 25 mentions du nom propre Thérèse qui désigne le personnage principal. La traduction anglaise ne comporte que 8 mentions du nom propre. Celles-ci se trouvent toutes au début de chapitre, où la présence d’un deuxième personnage féminin, Anna, rend difficile l’emploi systématique du pronom. (Guillemin-Flescher, 1981, 88)

36Et Guillemin-Flescher fait remarquer :

Contrairement aux apparences, le fait d’expliciter à chaque fois le nom propre correspond fondamentalement à un faible degré de détermination, puisque cela implique une absence de repérage inter-phrastique. (Guillemin-Flescher, 1981, 88)

37Dans un autre article paru dans Fabula (Guillemin-Flescher 1986 : 59-68) elle souligne l’existence de réseaux anaphoriques en anglais là où "en français il y a simplement co-référence" (1986 : 63) et elle ajoute :

Il ne s’agit pas d’une organisation particulière au texte littéraire. Si on prend le journal Le Monde, on aura dans un même article : "François Mitterrand", ensuite le "Président de la République", plus loin "Le Chef de l’Etat".
Chacune de ces désignations sont co-référentielles mais ne dépendent pas les unes des autres pour créer la référence. On peut encore citer la désignation des joueurs dans des commentaires de tennis : "Yannick Noah, notre numéro un, le Français ou encore notre numéro un français". (Guillemin-Flescher, 1986, 63-64)

38Dans sa thèse de doctorat, Les Paramètres de la traduction (Montpellier 1987), Lance Hewson consacre huit pages à "l’utilisation de l’anaphore dans le discours journalistique" (Hewson 1987 : 291-298) où il considère la reprise des noms propres. Ses premières constatations rejoignent celles de Jacqueline Guillemin-Flescher :

Le discours français tend à privilégier la reprise par l’anaphore de "fonction" ("F. Mitterrand" repris par "le chef de l’Etat") tandis que le discours anglais tend à privilégier la reprise pronominale. Non pas que l’anaphore de "fonction" soit impossible dans ce type de discours outre-Manche : il s’agit tout simplement d’un phénomène peu fréquent (Hewson, 1987, 292)

39Hewson analyse ensuite les schémas de reprise anaphorique dans les textes journalistiques anglais et français. Ses conclusions sont mitigées :

[...] il est important d’insister sur le fait que ce que nous avons relevé dans chacune des langues n’est qu’une "tendance" qui se manifeste dans le type de discours considéré (tel qu’il se manifeste dans le support médiatique choisi) et non pas une règle. Au niveau du système, rien ne nous empêche d’écrire sans reprises anaphoriques en français ou avec ses reprises en anglais. (Hewson, 1987, 296)

  • 4 Voir notre étude sur "La traduction de la conjonction and en français" dans M. Ballard, (éd.) Relat (...)
  • * (Voir Fascicule des textes de référence, extrait 1).
  • + (Voir Fascicule des textes de référence, extrait 2)

40Nous débouchons donc, comme dans le cas de la coordination4 sur l’exposé et la mise en évidence d’une tendance, mais aussi sur une interrogation concernant les chances de son actualisation. C’est dans cet esprit que nous examinerons les mentions des noms propres du héros et de l’héroïne dans le début de deux romans : 1984 de George Orwell* et The Bell d’Iris Murdoch+.

Mentions du nom propre : "Winston" dans 1984 et sa traduction

Page

Texte anglais

Texte français

5

4

6

4

4

5

7

2

3

8

4

4

9

1

2

10

0

2

11

3

3

12

3

3

13

4

4

14

0

0

15

3

4

16

1

1

17

2

2

18

1

2

19

0

1

41Dans le premier chapitre de 1984, sur 15 pages de texte anglais, il y a 32 mentions du nom propre du personnage principal auxquelles correspondent 42 mentions dans le texte français, soit un accroissement de l’ordre d’un tiers. Sur les 15 pages, presque la moitié (sept exactement) ne comportent pas d’accroissement.

42Un regard sur les premières pages de la traduction du roman d’Iris Murdoch The Bell par Jérôme Desseine révèle une pratique très différente. Nous avons effectué des relevés sur neuf pages concernant la mention du prénom du personnage principal : Dora :

Page

Texte anglais

Texte français

7

8

1

8

6

0

9

4

1

10

4

1

11

8

2

12

3

1

13

4

2

14

7

1

15

7

1

43Les chiffres sont très révélateurs d’une façon tout autre de procéder : 51 mentions du prénom dans le texte anglais sont rendues par 10 mentions dans le texte français, soit une réduction très forte, de l’ordre de 1/5 par rapport à l’original.

44Quelles conclusions tirer de ces pratiques apparemment contradictoires ? L’une d’elles, celle d’Amélie Audiberti, traductrice de George Orwell, semble illustrer à merveille la constatation faite par Jacqueline Guillemin-Flescher à propos de La Fin de la nuit, à savoir que le texte français présente un plus grand nombre de noms propres que le texte anglais. L’autre pratique, celle de Jérôme Desseine traducteur d’Iris Murdoch, semble infirmer cette constatation à propos des tendances des discours. Faut-il en conclure qu’il est difficile de formuler des généralisations absolues à propos de la traduction dans la mesure où elle est une pratique qui a toujours plus ou moins repoussé les règles, surtout dans le domaine littéraire ? Ce toujours plus ou moins repoussé les règles, surtout dans le domaine littéraire ? Ce n’est pas certain : peut-être ce paradoxe est-il une invitation à s’interroger de façon plus précise sur les raisons de ces différences discursives. Observons donc maintenant dans le détail à quoi semblent correspondre ces différences dans la désignation des personnages qui se manifestent par une différence de densité du réseau onomastique. Nous commencerons par le roman d’Orwell.

45Page 5

46- 1 - La première insertion du nom du personnage permet un repérage de l’appartement qui, en anglais, est laissé implicite. (Cet étoffement ne nous semble pas nécessaire, il s’agit plutôt d’une option de traduction).

Big Brother is watching you, the caption beneath it ran.
Inside the flat a fruity voice was reading out a list of figures
which had something [...]
A l’intérieur de l’appartement de Winston, une voix sucrée faisait entendre une série de nombres [...]

47On notera que ce repérage a été déjà effectué sur un mode plus grammatical dans le paragraphe précédent par la commutation de l’article défini avec l’adjectif possessif.

The flat was seven flights up [...]
Son appartement était au septième.

48- 2 - Souci de lever une ambiguïté par rapport à des pronoms se référant à un objet : "le télécran", thème de la phrase précédente :

The instrument (the telescreen, it was called) could be dimmed, but there was no way of shutting it off completely. He moved over to the window. [...]
Le son de l’appareil (du télécran comme on disait) pouvait être assourdi, mais il n’y avait aucun moyen de l’éteindre complétement. Winston se dirigea vers la fenêtre.

49Page 6 - Souci de clarifier le texte à nouveau :

Any sound that Winston made, above the level of a very low whisper, would be picked up by it; moreover, so long as he remained within the field of vision [...]
Il captait tous les sons émis par Winston au-dessus d’un chuchotement très bas. De plus, tant que Winston demeurait dans le champ de vision [...]

50Page 7 - Après une longue description de Londres, parsemée d’interrogations, le traducteur éprouve à juste titre le besoin de donner à nouveau le nom du personnage (au lieu du pronom) dont la dernière mention remonte à 15 lignes plus haut.

51Page 9 - Comme page 6, souci de clarifier le texte. La précédente mention du nom propre remonte à 9 lignes plus haut.

52Page 10 - Les deux mentions du texte français viennent aérer le texte. Il n’y a pas vraiment d’ambiguïté à résoudre, tout au plus une certaine maladresse, un certain vide. Il s’agit bien de tendances du discours.

53Page 15 - La dépronominalisation correspond au souci d’éclaircir le texte : il vient d’être question de Big Brother dans la phrase précédente.

54Page 18 - Même souci : il vient d’être question d’ O’Brien à la fin du paragraphe précédent. Mais on semble supposer plus de perspicacité au lecteur anglais, puisque le repérage est le même :

’[...] But don’t worry, I am on your side!’ And then the flash of intelligence was gone, and O’Brien’s face was as inscrutable as everybody else’s. (p. 17)
That was all, and he was already uncertain whether it had happened (p. 18).
"[...] Mais ne vous en faites pas, je suis avec vous !". L’éclair de compréhension s’était alors éteint, le visage d’O’Brien était devenu aussi indéchiffrable que celui des autres.
C’était tout, et Winston doutait déjà que cela se fût passé.

55Page 19 - Comme en page 10, pas d’ambiguïté, simplement le souci de faire réapparaître le nom propre dans une page où il n’y en pas de mention en anglais.

  • 5 Le principe énoncé par Berman est en fait perceptible et clairement exprimé très tôt dans l'histoir (...)
  • 6 Nous avons esquissé cette problématique de l'ambiguïté anaphorique dans notre manuel, La Traduction (...)
  • 7 Nos conclusions concernant le réseau onomastique de la traduction réalisée par Amélie Audiberti ont (...)

56En résumé, sur 10 mentions supplémentaires, 3 semblent s’imposer pour des raisons d’ambiguïté potentielle, plus syntaxique que réelle. Les sept autres nous semblent correspondre à la fois à une tendance du discours français, mais aussi parfois à un souci, peut-être excessif chez le traducteur, de clarifier le texte, à savoir le principe de clarification (cf. Berman 1985 : 70-71)5. En l’occurrence, à l’intérieur des clarifications observées, nous avons un type de clarification spécifique de la traduction de l’anglais vers le français et qui est lié au système des pronoms personnels6. Il y a en anglais trois pronoms personnels à la troisième personne du singulier : ’he, she, it’ qui renvoient clairement à de l’animé ou de l’inanimé. Leur correspondent en français deux pronoms : ’il’ et ’elle’, qui renvoient aussi bien à de l’inanimé qu’à de l’animé. Cette grille restreinte constitue un potentiel d’ambiguïté qui s’actualise lorsque le contexte avant comporte deux sources possibles, à savoir un animé et un inanimé. C’est le cas des exemples pris dans les pages 5, 6, 15 et 18 de 19847.

57Si nous observons maintenant la pratique très différente de Jérôme Desseine dans sa traduction des premières pages de The Bell, la disparition de la mention du nom propre se rattache à quatre processus principaux.

58L’un est relativement peu fréquent mais intéressant sur le plan technique. Il s’agit de l’enchâssement de la proposition contenant le nom propre :

Paul detested dances. After some pleading she went alone, and arrived back at six in the morning. Dora was unable to be exact about time or anything else. (p. 10)
Paul exécrait la danse. Après l’avoir imploré, elle obtint l’autorisation de s’y rendre seule, mais incapable de la moindre discipline, n’en revint qu’à six heures du matin. (pp. 12-13)

59On assiste ici à une transformation en proposition secondaire qui illustre la tendance dégagée par Jacqueline Guillemin-Flescher (en particulier page 113 de sa Syntaxe comparée).

60L’autre est relativement plus fréquent. Il consiste à utiliser le paradigme de désignation :

61- a - par pronominalisation:

The quarrels, which began soon enough, brought no pleasure to Dora. They left her humiliated and exhausted.
Dora began to see more of her old friends, especially Sally [...] (p. 9)
Les
discussions, promptement commencées, n’avaient pourtant apporté nul plaisir à Dora. Bien au contraire, elles la laissaient humiliée, épuisée.
Elle revit davantage de vieux amis, en particulier une fille légèrement plus jeune qu’elle [...] (p. 12)

62- b - Par le renvoi à des aspects divers du personnage :

Dora had accepted his proposal of marriage (p. 7)
[...] La jeune fille accepta sa demande en mariage (p. 10)

When one man, a violonist, had taken a more personal interest in Dora (p. 9)
[...] lorsqu’un jour un violoniste sembla s’intéresser à sa personne [...] (p. 12)

Before their marriage Paul had warned Dora that they were likely to quarrel (p. 9)
Avant leur union, il avait averti sa fiancée qu’ils se querelleraient vraisemblablement (p. 12)

63Le dernier processus fait apparaître le rôle du type de discours concerné dans la génération de certains phénomènes. Le début du roman correspond à de la narration. A la page 15 [voir le texte donné en annexe] se situe un dialogue où Iris Murdoch souligne avec le nom propre la source de la prise de parole. La traducteur efface dans trois cas la mention du locuteur pour cause d’évidence. Ce qui était explicite en anglais, devient implicite en français et, il faut dire, peut-être moins clair. Le principe dominant dans ce cas est un principe esthétique propre au français qui consiste à combattre la répétition.

64En résumé, à la lumière de ce que l’on vient d’observer, il me semble que la densité du réseau onomastique dans une traduction est soumise à des lois qui peuvent paraître contradictoires mais qui en fait sont étroitement liées à la nature et à la constitution du texte. Il est vrai, comme le souligne J. Guillemin-Flescher, que l’on peut avoir un réseau anaphorique reposant sur la pronominalisation en anglais, auquel cas on risque de voir la traduction littérale générer des ambiguïtés : la densification du réseau onomastique relève alors du principe de clarification. Il se peut que l’on ait dans le texte de départ, comme c’est le cas dans The Bell, un réseau onomastique dense, auquel cas c’est le principe esthétisant de refus de répétition qui va tendre à alléger le réseau onomastique en traduction. On voit donc que l’on ne peut poser les tendances des discours comme des absolus, tout se joue, au niveau du texte, dans une négociation où interviennent, tout autant que la subjectivité du traducteur (qui peut infléchir les tendances), des principes tels que ceux de la clarté ou d’une esthétique (française) gommant les répétitions.

65Ce que j’ai envisagé dans ma première partie concerne la traduction du signifiant du nom propre. Celle-ci accrédite la description de Stuart Mill revue par Searle selon laquelle "les noms propres n’ont pas de sens [...]. Nous utilisons les noms propres pour référer et non pour décrire" (Searle 1971 : 216).

66J’ai évoqué les limites de cette conception du nom propre avec les jeux de mots mais cet aspect, pour important qu’il soit, risque d’en faire un cas-limite, celui où précisément on touche à l’intraduisible, et il faut le replacer dans une vision plus large de la signifiance du nom propre. C’est pourquoi je me contenterai ici d’aborder le problème de la signification du nom propre comme référent culturel.

67Le nom propre référent culturel véhicule un sens correspondant souvent à des notions uniques que l’on ne retrouve pas de l’autre côté de la Manche. On assiste alors à la mise en œuvre de toute une série de stratégies pour véhiculer le sens.

68Si l’on respecte le principe général de non-traduction du nom propre, c’est-à-dire le report, la première forme d’apparition de son sens sera la note en bas de page ou en fin de volume.

The Signora had no business to do it’, said Miss Bartlett, ’no business at all. She promised us south rooms with a view close together, instead of which here are north rooms, here are north rooms, looking into a courtyard, and a long way apart. Oh Lucy!’ ’And a Cockney, besides!’ said Lucy, who had been further saddened by the Signora’s unexpected accent. ’It might be London.’ (EM. Forster, A Room, 7)

  • 8 Equivalent de Parigotte (N du T.)

La Signora n’avait pas le droit de nous faire ça, dit Miss Bartlett, — non, pas le droit. Elle nous avait promis deux chambres au midi avec vue sur le paysage, et attenantes, or ces chambres donnent au Nord, donnent au nord sur une cour, et elles sont très loin l’une de l’autre. Oh ! Lucy !
— Et elle est cockney8 par-dessus le marché, dit Lucy qu’avait assombrie l’accent inattendu de la Signora. On se croirait à Londres. (Ch. Mauron, 7)

69Le mot "Cockney" n’apparaît pas dans le Robert. Il apparaît par contre dans le Grand Larousse encyclopédique en 10 volumes (éd. 1961) avec pour définition "Celui qui est né à Londres, par extension Gavroche londonien". On se trouve donc là aux frontières de l’emprunt.

70L’insertion du sens du nom propre peut prendre la forme de ce que Claude et Jean Demanuelli appellent l’incrémentialisation, qui est l’insertion de la note ou d’une forme de commentaire dans le texte à côté du nom propre :

You know, the M40 isn’t Silverstone. (J. Inglis, Daddy’s Girl)
Vous savez l’autoroute M40, ce n’est pas le circuit de Silverstone. (Demanuelli, 1995, 64)

71L’incrémentialisation a parfois besoin de figurer à côté d’une traduction littérale, non signifiante ou qui est une forme de report masqué. C’est la solution que l’on pourrait adopter pour l’exemple donné par Hardin et Picot pour la traduction de certains organismes :

Si je dois parler de la C.B.I. ou Confederation of British Industries, rien ne m’empêche de "traduire" par Confédération des Industries Britanniques, et rien ne m’interdit, si je juge que cela contribue à mieux informer le lecteur, de mettre en note : organisme analogue au C.N.P.F. français. (Hardin-Picot, 1990, 25)

72Le stade suivant de la traduction est l’insertion de la définition dans le texte à la place du terme d’origine.

73A propos du texte suivant, extrait de "Lord Arthur Savile’s Crime", nous avons relevé deux traductions qui suivent l’une le principe n° 1 (report et note en bas de page), l’autre le principe exposé dans cette rubrique, c’est-à-dire l’insertion de la définition.

  • 9 Président de la Chambre des Communes.

It was Lady Windermere’s last reception before Easter, and Bentinck House was even more crowded than usual. Six Cabinet Ministers had come on from the Speaker’s Levée in their stars and ribands (O. Wilde, 22)
C’était la dernière réception de Lady Windermere avant Pâques, et Bentinck House était encore plus encombrée que d’habitude par la foule des invités. Six ministres, membres du Cabinet, y étaient venus au sortir de l’audience du Speaker9, arborant toutes leurs décorations et leurs rubans. (J. Castier, 121)

Ce fut la dernière réception de L. W. Avant Pâques, et il y avait plus de monde que d’habitude à Bentinck House. Six membres du cabinet étaient venus à la réception du Président de la Chambre des Communes avec leurs décorations et leurs chamarrures. (P. Nordon, 23)

74Devant la référence à un personnage qui remplit une fonction unique mais analogue à celle d’un personnage français, on peut ou bien préserver le nom anglais comme l’a fait Jules Castier en ajoutant une note pour expliciter le sens, ou bien traduire par une définition comme Pierre Nordon. Lorsque le nom propre est une création de l’auteur, la traduction est souhaitable si elle est possible. Voici le cas d’une marque déposée:

[Mr Wormold est marchand d’aspirateurs, il est au café avec un ami] A shutter across the way creaked open and then regularly blew to in the slight breeze from the sea, click clack like an ancient clock. Wormold said, ’I must be off.’
’Phastkleaners will get on without you, Mr Wormold.’ It was a day of uncomfortable truths. ’Like my patients, ’Dr Hasselbacher added with kindliness. (Gr. Greene, Our Man, 8)

De l’autre côté de la rue, un volet s’ouvrit en grinçant, puis se mit à battre régulièrement sous les coups d’une légère brise de mer, clic, clac, comme une très vieille horloge.
— Il faut que je m’en aille, dit Wormold.
— Les Rapidaspis se passeront bien de vous, Mr Wormold, dit le docteur Hasselbacher.
C’était le jour des vérités désagréables.
— Autant que mes malades... ajouta-t-il par bonté d’âme. (M. Sibon, 7)

75Parfois, le sens ne franchira la barrière des langues que grâce à une hyperonymisation, qui est une forme d’entropie :

[’il’ = un chat]
Là, sphinxoïde, il attendait le lever de Mme Eusèbe, et surtout son lait Gloria du matin. (J. Roubaud)
There, sphinx-like, he would wait for Mme Eusèbe to get up and serve him his morning bowl of condensed milk. (Joly et O’Kelly, 25)

76A cette traduction correspond la note suivante des auteurs du manuel :

’If the brand name ’Gloria’ means nothing to most English readers, condensed milk, consumed neat in spoonfuls by gourmet children, does. (Ibid., 27)

77L’étape suivante, toujours risquée, parce qu’elle brouille le repérage du texte par rapport à la culture-source, est l’utilisation d’un équivalent culturel de la culture d’arrivée. A propos de l’exemple donné ci-dessus concernant l’incrémentialisation, Claude et Jean Demanuelli proposent la traduction suivante :

You know the M40 isn’t Silverstone
L’A7, vous savez, ça n’est pas Montlhéry

78Ils soulignent qu’ils la proposent "pour prouver à quel point ’l’équivalence à tout prix’ peut être entropique et caricaturale". (Demanuelli, 1995, 64)

79La traduction des noms propres comme référents culturels fait apparaître le rapport direct du sens à une réalité extralinguistique qui, pour être préservée dans le texte, a besoin de faire appel à u

80n système de notes, d’explicitations, qui fait partie des démarches naturelles de la traduction, mais que certains ont encore du mal à accepter comme tel.

81L’observation du nom propre en relation avec la traduction fait bien ressortir sa fonction fondamentale de représentation de l’unique à laquelle s’adjoint une fonction de repérage culturel qui est celle que nous avons privilégiée ici. Les deux se sont combinées pour créer une tradition de non-traduction du nom propre.

82Cet usage est battu en brèche par des phénomènes naturels d’acclimatation du signifiant qui peuvent être accentués pour des raisons de manipulation du texte à des fins d’appropriation ou de détournement. Le nom propre, comme le nom commun, véhicule une grammaire et se trouve pris dans des jeux de relations discursives qui s’opposent à une duplication du système onomastique de départ. Contrairement à ce que certains prétendent, le nom propre signifie et cette signifiance apparaît clairement dans le domaine des référents culturels. Le nom propre, alors, devient l’enjeu de stratégies de transfert du sens qui s’opposent à l’usage de sa non-traduction.

83La traduction révèle que loin d’être une sorte de signe amorphe, le nom propre est un signe très souple aux utilisations diverses. Sa fonction de désignateur de l’unique en fait une sorte d’hyponyme maximal pour l’individu comme pour le référent culturel et cette fonction s’oppose à la traduction comme spécificité non universalisable. Par ailleurs, des stratégies naturelles d’acclimatation des sonorités et d’appropriation du sens en font un enjeu de traduction dans la mesure où, contrairement à certains clichés, il véhicule du sens. Son statut particulier en fait un signe divisé entre un signifiant que l’on tient à préserver et un signe que l’on voudrait intégrer dans le texte traduit.

Haut de page

Bibliographie

ABLANCOURT, Nicolas Perrot d’. Lettres et préfaces critiques. Publiées avec une introduction, des notices, des notes et un lexique par Roger Zuber. Paris : Didier, 1972.

BALLARD, Michel. La Traduction : de l’anglais au français. Paris : Nathan, 1987.

BALLARD, Michel. "Ambiguïté et traduction" in : M. Ballard (éd). La Traduction plurielle. Lille : PUL, 1990, pp. 153-174.

BALLARD, Michel. Eléments pour une didactique de la traduction. Thèse de Doctorat d’Etat. Paris : Sorbonne, 1991.

BALLARD, Michel. La Traduction à l’Université. Lille : PUL (Collection UL3), 1993.

BALLARD, Michel. "La traduction de la conjonction and en français" in : M Ballard (éd.). Relations discursives et traduction, Lille : PUL (Collection "Etude de la traduction") 1995, pp. 221-293.

BALLARD, Michel. De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions. 2e édition revue et corrigée (1e éd. 1992), Lille : PUL, (Collection : "Etude de la traduction") 1995, 331 pages.

BERMAN, Antoine. "La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain" in : Antoine Berman, Gérard Granel, Annick Jaulin, Georges Mailhos, Henri Meschonnic, Les Tours de Babel. Mauvezin : Trans-Europ-Repress, 1985, pp. 31-150.

CONNES, Georges. "Etude documentaire" précédant sa traduction de Robert Browning, L’Anneau et le livre. Paris : Gallimard, 1959, pp. 7-144.

DELISLE, Jean. La Traduction raisonnée. Manuel d’initiation à la traduction professionnelle de l’anglais vers le français. Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa, 1993.

DEMANUELLI, Jean et DEMANUELLI, Claude. La Traduction : mode d’emploi. Glossaire analytique. Paris : Masson, 1995.

FOLKART, Barbara. "Traduction et remotivation onomastique". Meta, vol. 31, n° 3, sept. 1986, pp. 233-252.

FOLKART, Barbara. "L’onomastique en rupture avec son co-texte". Le Conflit des énonciations. Traduction et discours rapporté. Québec : Editions Balzac, 1991, pp. 136-143.

GALLAGHER, John Desmond. "L’anaphorisation des noms de personnes en anglais et en français" in : M. Ballard (éd). Relations discursives et traduction. Lille : P.U.L., 1995, pp. 107-120.

GUILLEMIN-FLESCHER, Jacqueline. Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction. Gap : Ophrys, 1981.

GUILLEMIN-FLESCHER, Jacqueline. "Le linguiste devant la traduction". Fabula, n° 7, 1986, pp. 59-68.

GUILLEMIN-FLESCHER, Jacqueline. "Langage, culture et traduction". Equivalences, vol. 24/1, 1994, pp. 37-54.

HARDIN, Gérard et PICOT, Cynthia. Translate. Initiation à la pratique de la traduction. Paris : Dunod. 1990.

HEWSON, Lance. Les Paramètres de la traduction. Thèse. Montpellier, 1987.

JOLY, André et O’KELLY, Dairine. Thèmes anglais. Lexique et grammaire. Paris : Nathan, 1993.

KAHANE, Eric. "Le point de vue d’un traducteur : réponses à des questions sur la traduction des textes dramatiques". Palimpsestes n° 1, 1987, pp. 139-151.

LUTHER, Martin. "Eître sur l’art de traduire et sur l’intercession des seints" (1530) in : Martin Luther. Œuvres, t. IV. Traduction de Jean Bosc, Genève : Labor et Fides, 1964, pp. 190-204.

MAILLOT, Jean. La Traduction scientifique et technique. Paris : Technique et documentation, 1981, pp. 139-146.

MARGOT, Jean-Claude. Traduire sans trahir. Lausanne : L’Age d’Homme, 1979.

MOUNIN, Georges. Les Belles Infidèles. Préface de Michel Ballard et Lieven d’Hulst Bibliographie des travaux de Georges Mounin sur la traduction établie par Michel Ballard. Réédition [le éd. 1955 aux Cahiers du Sud]. Lille : PUL (collection : "Etude de la traduction"), 1994.

NIDA, Eugene A. Toward a Science of Translating. Leyde : E.J. Brill, 1964.

SEARLE, John R. Les Actes de langage, essai de philosophie du Langage. Traduit par Hélène Pauchard. Paris : Hermann, 1972.

VIEL, Michel. "Gatsby et ses invités en traduction". Les Langues Modernes, n° 1, 1995, pp. 39-50.

CORPUS

GISSING, George. Born in Exile. Introduction by Walter Allen. (1e éd. 1892), Londres: Gollancz, 1970.

GOLDING, William. Lord of the Flies. (1e éd. 1954). Harmondsworth: Penguin, 1965.

GOLDING, William. Sa majesté des mouches. Traduction de Lola Tranec. Paris: Gallimard ("Folio"), 1956.

GREENE, Graham. Our Man in Havana. (1e éd. 1958). Harmondsworth : Penguin, 1979.

GREENE, Graham. Notre agent à la Havane. Trad. Marcelle Sibon. Paris : Flammarion (collection : "J’ai lu") 1962.

JOYCE, James. Dubliners. Réimpression (le éd. 1914). Harmondsworth. Penguin, 1970.

JOYCE, James. Gens de Dublin. Traduit de l’anglais par Yves Fernandez, Hélène du Pasquier, Jean-Paul Reynaud. Préface de Valery Larbaud. Paris : Plon ("Presses Pocket"), 1982.

MURDOCH, Iris. The Bell. (1e éd. 1958). Harmondsworth: Penguin, 1963.

MURDOCH, Iris. Les cloches. Traduction de Jérôme Desseine. Paris: Plon (1e éd.1961), Gallimard (Folio), 1985.

ORWELL, George. 1984. Réimpression (le éd. 1949). Harmondsworth: Penguin, 1961.

ORWELL, George. 1984. Traduction de Amélie Audiberti (1e éd. 1950). Paris : Gallimard ("Folio"), 1972.

Haut de page

Notes

1 Searle se réfère ici explicitement à John Stuart Mill, A System of Logic, Londres et Colchester, 1949, livre I, chap. 2, paragraphe 5, cité par Searle, Les Actes du langage, 1972. p. 216.

2 On trouvera une recommandation analogue chez Nida, Toward a Science of Translating, 1964, pp. 193-195, mais Nida établit une distinction entre transcription et translittération, la première étant fondée sur un changement de système phonologique.

3 Jean-Claude Margot cite ici V.Cosmao, J.L. Doneux et al., 1969, Afrique et Parole, Etudes et enquêtes sur la traduction de la Parole de Dieu dans les langues négroafricaines, Paris : Présence africaine, in : Traduire sans trahir, Margot, 1979, p. 51.

4 Voir notre étude sur "La traduction de la conjonction and en français" dans M. Ballard, (éd.) Relations discursives et traduction, 1995, pp. 221-293.

* (Voir Fascicule des textes de référence, extrait 1).

+ (Voir Fascicule des textes de référence, extrait 2)

5 Le principe énoncé par Berman est en fait perceptible et clairement exprimé très tôt dans l'histoire de la traduction, nous renvoyons sur ce point à la présentation que nous avons faite de l'école de Charles V dans De Cicéron à Benjamin, pp. 85-86.

6 Nous avons esquissé cette problématique de l'ambiguïté anaphorique dans notre manuel, La Traduction de l'anglais, pp. 78-79. Nous l'avons reprise et explorée de manière plus systématique dans notre thèse, Eléments pour une didactique de la traduction, pp. 923-925.

7 Nos conclusions concernant le réseau onomastique de la traduction réalisée par Amélie Audiberti ont été exposées dans notre thèse, Eléments pour une didactique de la traduction, pp. 938-940. L'étude réalisée par John Desmond Gallagher, "L'anaphorisation des noms de personnes en anglais et en français" dans Ballard (éd.), Relations discursives et traduction, 1995, pp. 107-120, confirme ces conclusions.

8 Equivalent de Parigotte (N du T.)

9 Président de la Chambre des Communes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ballard, « La traduction du nom propre comme négociation », Palimpsestes, 11 | 1998, 199-223.

Référence électronique

Michel Ballard, « La traduction du nom propre comme négociation », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 1998, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1542 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1542

Haut de page

Auteur

Michel Ballard

Michel BALLARD est professeur à l’Université d’Artois où il enseigne la traduction et la traductologie. Il a soutenu en Sorbonne une thèse de doctorat d’Etat intitulée "Eléments pour une didactique de la traduction" préparée sous la direction de Paul Bensimon. Il est l’auteur de nombreux articles et de trois manuels parus aux éditions Nathan. Il a dirigé aux Presses Universitaires de Lille, en collaboration avec Lieven D’hulst, la collection "Etude de la traduction", où il a publié quatre ouvrages collectifs : La Traduction : de la théorie à la didactique ; La Traduction plurielle ; La Traduction à luniversité ; Relations discursives et traduction. Il a également publié des traductions de nouvelles (H.G. Wells, Th. Hardy, G. Gissing), et une histoire de la traduction et de ses théories, De Cicéron à Benjamin (1992).
Université d’Artois - UFR de Langues étrangères
9, rue du Temple - 62030 ARRAS CEDEX

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals