Navigation – Plan du site

L'adaptation stylistique et culturelle des ouvrages sur les nouvelles technologies de l'information

Elisabeth Lavault et Claudia Wolosin
p. 233-251

Résumés

En se fondant sur la traduction de trois ouvrages américains traitant de l'informatique pour grand public, les auteurs de cet article ont constaté la nécessité de procéder à une adaptation pour le public français. Après avoir déterminé les différents paramètres de la situation traduisante — le contexte éditorial, la culture source, le public cible — elles ont choisi comme fil conducteur la relation auteur-lecteur spécifique à ce genre d'ouvrage. Les marques de l'oralité, l'emploi des pronoms personnels, les modaux, le registre familier, les références culturelles et les éléments ludiques sont examinés comme autant de traits caractéristiques du discours source qui ont donné lieu à une adaptation stylistique et culturelle jugée indispensable par les traducteurs et les éditeurs des ouvrages.

Haut de page

Texte intégral

Le contexte

1Cette communication est fondée sur la traduction de plusieurs ouvrages américains traitant d'informatique, et plus particulièrement sur la traduction de trois ouvrages parus récemment : 1) L'édition électronique sur CD-ROM et en ligne, Paris : Macmillan, 1996 ; 2) Multimédia et CD-ROM pour les nuls, Paris : Sybex, 1994 ; 3) Netscape 2 pour Windows 95, Paris : Macmillan, 1996.

2Depuis deux ou trois ans, il règne, chez les éditeurs de livres sur l'informatique, une extraordinaire effervescence due à l'explosion de l'informatique individuelle, du multimédia et des réseaux. Il suffit de citer la quantité d'ouvrages sortis à l'occasion du lancement de Windows 95 depuis août 95, ou la multitude d'ouvrages censés expliquer Internet au grand public. En amont, les activités de localisation (la traduction et l'adaptation des programmes eux-mêmes) suscitent une effervescence similaire sur le marché de la traduction.

3Les ouvrages, comme les logiciels, sont, dans leur grande majorité, écrits et publiés aux Etats-Unis. Il s'ensuit un très gros volume de traduction ; actuellement, dans toute l'Europe, des centaines de personnes les traduisent dans des délais draconiens, l'idéal étant que le livre sorte en même temps que le logiciel traduit. Par exemple, le troisième livre de notre corpus, qui décrit les différentes fonctions du logiciel Netscape 2, a commencé à être traduit alors que la traduction française du logiciel (effectuée aux Etats-Unis) n'était pas officiellement sortie ; il a donc fallu travailler sur une version dite "bêta", disponible en ligne seulement, pour trouver une bonne partie de la terminologie !

4Il faut aussi remarquer que la technologie informatique est la technologie la plus élaborée qui ait pénétré le foyer et la vie professionnelle de l'individu moyen. Elle bénéficie d'une diffusion exceptionnelle auprès du grand public. Elle est également un objet d'étude passionnant pour les linguistes et les traducteurs parce qu'elle relève à la fois de la plus haute technicité et d'une quotidienneté que nous connaissons tous.

Le corpus

Le point de départ

5Ces ouvrages présentent de nombreuses similitudes : d'abord, ils relèvent tous du même domaine qui est un domaine conjoncturel, celui des nouvelles technologies de l'information : ils sont publiés à gros tirage mais ils se périment très vite (par exemple, Microsoft est en train de préparer la localisation de Windows 97, ce qui veut dire que, dans un an, les dizaines d'ouvrages parus sur Windows 95 seront à mettre à la poubelle). Ensuite leur contenu est souvent redondant : tous les ouvrages traitant de la navigation sur Internet racontent en gros la même chose. Enfin, ils ont un style caractéristique et ne sont pas loin de constituer un genre.

Trouver le fil conducteur

6Appartenant à un domaine technique "de spécialité", ces ouvrages pouvaient sembler a priori non marqués culturellement. Or l'étude des textes de spécialité a bien montré que "l'élément culturel n'est pas seulement dépendant du sujet traité : il ressortit aussi à la relation auteur-lecteur. Si tant de gens prétendent qu'il n'y a pas de culture dans la langue de spécialité, c'est qu'ils ne voient que le domaine, au lieu de s'intéresser au genre" (Miller, 1994, p. 31).

7Le genre appartient à une communauté de discours (Swales, 1990, pp. 24-37), d'où la reconnaissance de la culture source : ici, la culture américaine, et plus particulièrement une culture émanant en droite ligne de Silicon Valley, regroupant principalement des hommes de 30-40 ans, disposant de hauts revenus, qui sont des "fanas" de la micro-informatique ("computer geeks"), avec leur jargon, leurs analogies, leurs héros, leurs textes canoniques et leurs références propres. Le milieu de l'informatique, extrêmement technique et rigoureux dans sa théorisation et ses modèles, est particulièrement informel, excentrique et fantaisiste dans ses mises en œuvre et ses relations interpersonnelles.

8Le genre implique un corpus, une communauté d'objectifs et certaines contraintes imposées au contenu et au style. Notre corpus présente un ensemble de traits stylistiques communs, qui sont des traits caractéristiques du discours : entre autres, la prépondérance des marques d'oralité et du registre familier, l'omniprésence des modaux et des pronoms personnels de la première et de la deuxième personne, l'intrusion fréquente d'éléments ludiques (analogies, jeux de mots, etc.).

9Il est vite apparu que ces traits stylistiques étaient les marques, d'une part de la culture source elle-même, d'autre part de la relation auteur-lecteur propre au genre. C'est cette relation entre l'auteur et le lecteur que nous avons retenue comme fil conducteur de cette étude.

Le fil conducteur : la relation auteur-lecteur

Analyse du rapport auteur-lecteur

Statut

10La relation caractéristique de l'ouvrage de vulgarisation implique une hiérarchie entre l'auteur, qui détient un savoir, et le lecteur, considéré comme ignorant. Mais notre corpus est très différent des ouvrages de vulgarisation scientifique. Ici, l'auteur n'est pas un chercheur (détenteur du savoir scientifique le plus pointu et le plus inaccessible). Ce n'est pas non plus le concepteur génial des logiciels présentés, ni le porte-parole commercial des produits en question. C'est, en général, un journaliste spécialisé dans la diffusion d'informations vers un public profane. C'est aussi et avant tout un utilisateur du produit présenté. Il n'y a pas de différence fondamentale de statut entre l'auteur et le lecteur. L'auteur peut être considéré comme quelqu'un qui a simplement de l'avance sur le lecteur moyen. De ce fait, la relation est conviviale, tout aussi "user-friendly" que sont censés l'être les logiciels décrits.

Mode

11Le fait que ces ouvrages soient constitués de textes opératoires (Lavault, 1994, p. 69), c'est-à-dire décrivant des procédures à suivre pour l'accomplissement de tâches spécifiques (installer un logiciel, faire des recherches sur Internet, etc.), implique forcément une certaine proximité entre l'auteur qui décrit les procédures et le lecteur qui va les accomplir. Pour que le mode opératoire soit efficace, il est nécessaire de réduire la distance entre le temps de l'énonciation et la réception de l'information, d'où un recours aux formes orales qui actualisent le discours. Plus le texte est destiné à un public non averti, plus il présente des traces discursives et plus le lecteur est pris en charge.

Registre

12L'objectif est de dédramatiser l'information technique en la coupant du langage scientifique : on ne trouvera aucun des termes propres à la démonstration scientifique, comme "hypothèse", "concept", "expérience", "évidence", "analyse" etc. De même, tout jargon technique opaque est éliminé, tout terme considéré comme spécialisé étant largement explicité. L'information est présentée dans la langue quotidienne du lecteur avec force références à la vie de tous les jours.

Interpersonnalité

13Par le biais d'un discours fondé sur le dialogue (jeu constant entre le "I" et le "you", marques orales), il s'établit entre l'auteur et le lecteur un rapport familier, amical, voire complice. L'auteur n'est pas là pour divulguer un savoir du haut d'un piédestal, il est là pour aider à comprendre, donner des conseils et des tuyaux, et faire en sorte que son texte soit véritablement opératoire. Le style présente des aspects didactiques (répétitions, analogies, découpage en petites unités permettant des renvois), mais la complicité entre l'auteur et le lecteur est beaucoup plus forte que dans une relation classique de maître à élève.

14Ce type de relation est un reflet des relations interpersonnelles telles qu'elles sont vécues aux Etats-Unis, et plus particulièrement dans le milieu qui génère ces ouvrages. Il est vrai que les revues d'informatique écrites en français sont également plus informelles que d'autres revues techniques ou scientifiques, mais en aucun cas on n'atteint le degré de proximité, voire d'intimité, qui transparaît dans les ouvrages américains. Le style est un reflet de la communauté de discours de la culture source qui a créé le genre.

Traduction-adaptation

15Il est intéressant de noter que la difficulté de ces traductions ne réside pas tant dans la compréhension de notions techniques parfois pointues que dans l'habillage de ces dernières. Dans la théorie interprétative de la traduction (Seleskovitch et Lederer, 1984, p. 21), la construction du sens repose en grande partie sur l'extralinguistique. Ici c'est la relation entre l'énonciateur et le co-énonciateur qui donne la clé de la compréhension et de la reformulation.

16Même sans avoir fait cette analyse préalable, le traducteur sent d'instinct qu'il ne peut traduire littéralement un certain nombre de marques stylistiques, qui, de toute évidence, semblent inacceptables en français. Il se voit d'emblée contraint de considérer le style comme une caractéristique culturelle à adapter au public français. Le lecteur français n'est pas habitué à cette relation familière avec l'auteur, et une transposition quasiment littérale de ce style convivial qui habille l'information le met mal à l'aise, l'irrite et provoque une réaction de rejet de l'ouvrage. D'où les fortes incitations des éditeurs à "franciser" le discours.

17Sur quoi cette "francisation" s'exerce-t-elle ? Nous nous proposons d'étudier de façon plus détaillée six caractéristiques du discours qui ont donné lieu à des adaptations, à savoir les marques de l'oralité, les pronoms personnels, les modaux, le registre lexical, les références culturelles et les aspects ludiques.

Eléments caractéristiques du discours

Les marques de l'oralité

Analyse

18En plus de l'usage systématique des contractions, l'oralité apparaît dans la fréquence des adverbes et des connecteurs propres au discours oral familier ("well", "okay", "sure", "now", "let's see", "hmm", etc.). Ceux-ci interviennent souvent après une question rhétorique qui rend le dialogue encore plus présent.

19Ces emplois relèvent de la fonction phatique du langage, servant "à attirer l'attention de l'interlocuteur ou à s'assurer qu'elle ne se relâche pas" (Jakobson, 1963, p. 217). Ils renforcent aussi le caractère simple, vivant et convivial de l'échange. S'il est vrai qu'il existe des termes correspondants dans le discours oral français, il est inhabituel de trouver autant de marques d'oralité dans un ouvrage écrit, fût-il de vulgarisation. De ce fait, moins d'un quart de ces marqueurs d'oralité sont traduits par des équivalents (comme "bien sûr", "eh bien", "certes", "d'accord", "voyons"). Les autres sont, soit supprimés, soit repris par une forme écrite intégrée au discours.

Exemples

1 What happens when you click on a link in a Web document ? Well, it might take you to another Web document. (3, p. 148)

Que se passe-t-il si vous cliquez sur un lien dans un document Web ? Il vous emmène tout simplement vers un autre document Web.

2 Well, we've seen how to send e-mail. How about dealing with the tons of e-mail that you're going to receive ? (3, p. 215)

Nous venons de voir comment envoyer du courrier électronique. Voyons maintenant comment traiter les tonnes de courrier que vous allez recevoir.

20Les fausses questions sont en général conservées, car c'est un procédé stylistique courant en français. En revanche, les réponses ont une forme beaucoup plus écrite, et plus neutre, en français. L'information apparaît comme plus objective. Notons aussi que certaines transcriptions du discours oral sont tout simplement impossibles en français :

3 Multimedia can certainly be considered a part of electronic publishing (hmm, multimedia hasn't been defined yet, has it ?), but not the most important part. (1, p. 7)

Le multimédia fait sans aucun doute partie de l'édition électronique (encore nous reste-t-il à fournir une définition du multimédia), mais il ne s'agit pas de la partie la plus importante.

Les pronoms personnels

Constat

21La relation conviviale se fondant sur le dialogue, on note l'utilisation abondante du pronom personnel "you", et, à un degré moindre, celle du pronom "I" et du pronom "we". Omniprésent dans les ouvrages didactiques, ce dernier intègre le lecteur dans l'énoncé. Ainsi l'auteur et le lecteur assument ensemble les propos du texte, et en partagent l'information. Ce pronom est généralement maintenu en français (voir l'exemple 2 ci-dessus), mais ses répétitions sont modulées et ses occurrences restent un peu moins nombreuses dans la traduction que dans le texte américain.

22Dans les ouvrages étudiés, on compte de 10 à 15 occurrences de "you" par page en moyenne, contre 1 ou 2 occurrences de "I" et de "we". Nous parlerons donc plus longuement du "you". Ce pronom établit un processus d'échange permanent entre l'auteur et le lecteur. La tension qu'il crée implique une réciprocité, reflète l'intention de convivialité de l'auteur et la relation égalitaire qu'il souhaite créer. Il réduit donc la distance et renforce la complicité entre les deux protagonistes. Le pronom "you" peut soit renvoyer effectivement au lecteur actuel (datif syntaxique), soit renvoyer à l'universel (datif générique, dont la fonction consiste à personnaliser le texte), soit intégrer le lecteur dans le texte à titre de témoin fictif (datif éthique). Pour cette catégorisation, voir Maingueneau, 1981, pp. 7-35.

23Notons que la traduction du "you" par "tu" a été d'emblée écartée pour les trois ouvrages, ce pronom étant jugé trop familier pour le public visé et inadapté à des ouvrages de cette ampleur.

Le "you" syntaxique

24Il s'adresse au lecteur actuel qu'il situe comme l'allocutaire du texte — celui qui a acheté le livre pour trouver la solution à ses problèmes pratiques dans l'utilisation du produit. Dans notre corpus, il est très souvent suivi d'un modal ou d'un présent générique.

25En voici deux exemples :

4 No matter the organizational style of the publication, you should remember to include a link to the first page of the publication. (1, p. 155)

Quel que soit le style de l'organisation de la publication, rappelez-vous toujours d'inclure un lien à la première page.

5 In the requirements phase you try to figure out what your needs are. You do this by first examining the purpose, scope, and audience of the project. Afterward, you translate these needs, goals, and purposes into requirements for the project. (1, p. 143)

Durant cette phase, essayez de décrire vos besoins. Accomplissez cette tâche en analysant d'abord l'objectif, le champ d'application et l'audience du projet. Traduisez ensuite ces besoins, attentes et objectifs en contraintes pour le projet.

26Ce "you" suivi d'un modal ou d'un présent est ici traduit par une forme beaucoup plus directe, l'impératif, qui crée une tension plus forte entre l'auteur et le lecteur et le pousse à agir, transformant ainsi un conseil en ordre.

Le "you" générique et éthique

27Il a pour fonction de personnaliser un texte impersonnel qui renvoie au sujet universel. Le lecteur s'identifie avec ce pronom générique, et se constitue partie prenante du texte : ici il est le complice de l'auteur comme utilisateur et consommateur de produits informatiques.

28Dans le texte cible, ce pronom est souvent traduit par une expression impersonnelle (voix passive, substantif représentant le groupe concerné, expression à la troisième personne, etc.). L'emploi du style impersonnel en français a pour effet de rendre le texte plus transparent, jusqu'à l'éventuelle suppression de tout contact direct entre l'auteur et le lecteur, et de diminuer la tension établie par le pronom de la deuxième personne.

6 The first question that you face as the developer of an interactive electronic publication is 'where does the source material come from ?' (1, p. 47)

La première question que se posent les développeurs de publications électroniques est : d'où proviennent les matériaux de base ?

7 If you become intrigued by some of the possibilities suggested, you will also find abundant cross-references to other books and materials to contribute to your mastery of electronic publishing. (1, p. 5)

Les lecteurs les plus curieux pourront satisfaire leur curiosité en se référant aux autres sources citées, afin de maîtriser l'art de l'édition électronique.

29Proche de ce "you" générique, le "you" éthique sert à individualiser le lecteur qui se trouve dans le texte à titre de témoin fictif, à l'intégrer dans le discours sans qu'il joue aucun rôle. Il est, lui aussi, très souvent remplacé par une forme impersonnelle.

8 You build a house one step at a time. You ensure the house has a strong foundation. You build electronic publications in the same way, one step at a time following the activities covered in the previous section. (1, p. 131)

Une maison se construit par étapes. La première consiste à s'assurer que la maison dispose de fondations solides. La création d'une publication électronique repose sur les mêmes règles.

Analyse

30La dépersonnalisation du message lors du passage de l'anglais au français a été largement étudiée, que ce soit par les auteurs de la stylistique comparée, les traducteurs affiliés à la théorie interprétative ou les linguistes de l'énonciation. Jean Delisle y consacre un chapitre de La Traduction raisonnée qu'il introduit ainsi :

II est fréquent que les rédacteurs anglo-saxons s'adressent directement à leurs lecteurs, là où un auteur de langue française préférera rester impersonnel. C'est au moyen du pronom personnel "you" que les auteurs de langue anglaise donnent à certains de leurs écrits un ton qui peut paraître familier à un lecteur francophone. (Delisle, 1993, p. 361).

31Dans notre corpus, l'extrême fréquence de ce pronom rend la dépersonnalisation effectuée par le traducteur encore plus flagrante.

La modalité

Analyse

32La très grande fréquence des modaux est significative de la subjectivité émanant du couple auteur-lecteur dans ces ouvrages. Ce sont des modaux dits radicaux, ou de type "pragmatique" qui portent sur le sujet grammatical et sont l'expression de la relation inter-sujets. L'utilisation des modaux place le lecteur devant un ordre atténué ou transformé en suggestion, en conseil, ou en simple possibilité envisagée pour le sujet. Notre corpus, qui est constitué d'ouvrages décrivant des modes opératoires à l'intérieur d'une relation étroite auteur-lecteur, diffère en cela d'un corpus technique de modes d'emploi qui utilisent peu la modalité.

33Les modaux les plus fréquents, "can" et "may", sont souvent traduits par "pouvoir". Mais comme nous l'avons vu plus haut, le "you" suivi d'un modal est souvent rendu par un impératif, forme beaucoup plus directe. Enfin les occurrences de "can" et "may" sont parfois si nombreuses qu'il est nécessaire de moduler par des formes impersonnelles ou des tournures lexicales.

Exemples

9 Once Netscape has been installed, you can go back to Windows Explorer and delete the files in the installation directory that you created. You may want to keep the original file that you downloaded, though, in case you have to reinstall for some reason. (3, p. 29)
Une fois Netscape installé, revenez à l'explorateur Windows pour effacer les fichiers du répertoire d'installation que vous avez créé. Vous avez cependant intérêt à conserver le fichier original pour le cas où vous auriez à le réinstaller.

10 You'll want to think beyond your basic tool needs. You should also consider time, budget and personal constraints. (1, p. 143)
Projetez-vous au-delà de vos besoins d'outils de base. Prenez également en considération le temps, le budget et les contraintes personnelles.

11 You can mark a read message as unread, however. You may want to do this if you open a message and don't have time to read it or if you want to reread it later. (3, p. 219)
Il est cependant possible de marquer un message comme non lu, si, par exemple, vous n'avez pas le temps de lire un message que vous avez ouvert et souhaitez le garder pour le lire plus tard.

34Voir aussi l'exemple 1 :

1 What happens when you click on a link in a Web document ? Well, it might take you to another Web document. It might also transfer a .ZIP or. EXE file, an archive, a program, or a self-extracting archive file that you want to transfer to your hard disk. (3, p. 148)

Que se passe-t-il si vous cliquez sur un lien dans un document Web ? Il vous emmène tout simplement vers un autre document Web, à moins qu'il ne transfère un fichier ZIP ou EXE, un fichier archive, un programme ou un fichier d'archive auto-extractible que vous souhaitez stocker sur votre disque dur.

35La suppression des auxiliaires ne correspond pas forcément à une réduction de la modalité. Dans les exemples 11 et 1, elle est exprimée par d'autres moyens ("il est possible", "par exemple", "tout simplement"). L'étude comparative du français et de l'anglais montre cependant "la tendance générale de l'anglais à privilégier la modalité là où le français reste sur le plan de l'aspect" (Chuquet et Paillard, 1987, p. 110). Ces auteurs constatent également que "la prédominance en anglais de l'auxiliaire comme support de la modalité se manifeste face à d'autres marqueurs en français, notamment la simple visée et très couramment l'infinitif" (id., p. 127). En ce qui concerne notre corpus, c'est plutôt l'impératif qui est utilisé car il restitue une partie de la tension perdue lors de la dépersonnalisation du message.

Le registre lexical

36C'est aussi par le vocabulaire utilisé que l'auteur se rapproche de son lecteur, en employant des mots de la vie de tous les jours. Ceux-ci sont parfois traduits en français dans le même registre, mais le plus souvent, surtout pour les mots "fourre-tout" du style familier oral, il est nécessaire d'employer en français un registre plus soutenu. En voici deux exemples :

12 For now I'll stick with external viewers. (3, p. 153)

Pour l'instant, je me contenterai de parler des afficheurs externes.

13 This book explains how to work with Netscape, from the basics (installing it and moving around in Webspace) to more advanced stuff... (3, p. 2)

Ce livre vous explique comment travailler avec Netscape, depuis les bases (l'installation et la navigation dans le Webespace) jusqu'aux fonctions les plus élaborées.

37Dans l'exemple 14 ci-dessous, "fiddling", qui appartient au registre familier, a été traduit dans le même registre par "bricoler". Dans ce tableau, l'intrusion de l'exclamation "Get that thing away from me !" est un exemple de rupture de ton typique dans ce genre d'ouvrage. Elle a été adaptée en une formule moins brutale, plus naturelle en français et plus spécifique au contexte, qui conserve néammoins son humour.

38Exemple 14

Your level of fiddiing

Verdict

I love fiddling with my computer

Buy the current rage in multimedia parts and install them all yourself. Beware, however: the latest, greatest technology almost always has problems that haven't had time to work themselves out.

I like to fiddle with my computer

Buy the parts separately and install them yourself. Buy parts in the middle price range and avoid the cheapest stuff.

I fiddle a little bit

Buy an upgrade kit. Because these parts already get along, the installation is a lot easier.

Get that thing away from me!

Buy a new computer with everything already installed. Sure, it's hard saying good-bye to the old one, but keep reminding yourself of all those free compact discs that come with a new computer.

Votre niveau de bricolage

Suggestion

J'adore bricoler mon ordinateur

Achetez les modules et les périphériques les plus sophistiqués et installez-les vous-même. Attention toutefois, les technologies les plus nouvelles et les plus géniales s'accompagnent souvent de problèmes qui n'ont pas encore été décèles ; ni résolus.

J'aime bien bricoler mon ordinateur

Achetez les modules séparément et installez-les vous même. Choisissez des produits milieu de gamme et évitez les produits trop bon marché

Je bricole un tout petit peu

Achetez un kit d'extension multimédia. Comme les composants sont prévus pour fonctionner ensemble, l'installation est beaucoup plus facile.

Je n'ai même pas de tournevis !

Achetez un nouvel ordinateur avec les modules tout installés. Bien sûr, c'est un peu triste de se séparer de sa vieille machine, mais pensez à tous les CD-ROMS gratuits qui sont fournis avec tout ordinateur multimédia !

Les références à la culture américaine

39Le souci d'intégrer l'explication technique à la vie quotidienne entraîne forcément des références et des analogies marquées par la culture source, qui placent le traducteur dans une situation assez classique d'adaptateur culturel.

15 When you hear the slap of that roiled-up newspaper hitting your front porch at 5 :45 a.m., it's less than a subtle reminder that we still depend on paper as the primary medium for written communication. (1, p. 4)

Chaque fois que vous vous rendez chez votre marchand de journaux, il vous apparaît de façon évidente que le papier reste le premier support de la communication écrite.

40Par le même procédé, les taches de "peanut butter" sur les "dirty CDs" dans l'exemple 18 (voir ci-dessous) sont devenues des taches de "Nutella". Cependant, les références culturelles ne sont pas toujours aussi évidentes. Ainsi, l'exemple 16 contient une référence à la culture des baby-boomers américains, qui a quelque peu dérouté le traducteur.

16 Face it, multimedia equipment isn't cheap. A lot of people have trouble budgeting an extra $300 just so the computer can say "Beam me up, Scotty" when it starts Windows. (2, p. 267)

41Ce "Beam me up, Scotty" réfère à Startrek, feuilleton culte des années 60 et 70, référence obligée d'une génération d'amateurs de bandes dessinées et de science-fiction qui est précisément la communauté de discours de notre corpus. Le traducteur a estimé que cette allusion était une marque de la complicité auteur-lecteur propre à cette communauté de discours, et que la meilleure adaptation dans le cadre de la nouvelle relation auteur-lecteur du texte cible était de s'en tenir aux simples faits décrits et d'occulter l'allusion.

Soyons honnêtes, le matériel multimédia n'est pas bon marché. Bon nombre d'utilisateurs ont du mal à prévoir 1 500 francs dans leur budget simplement pour faire parler l'ordinateur lorsqu'il charge Windows.

42Ces références à des aspects de la culture américaine sont cependant moins nombreuses dans notre corpus que les éléments ludiques.

Les aspects ludiques

Humour

43L'humour est très présent dans le milieu de l'informatique. Il s'exprime de la façon la plus manifeste sous forme de dessins humoristiques, les "computoons", ces "cartoons" qui abondent dans toutes les revues d'informatique. Dans notre ouvrage n° 2, un de ces dessins montre une maison dont une seule fenêtre est éclairée dans la nuit, avec comme légende :

17 In the wee hours of the morning, confused with fatigue, Gary, the chocolate junky, discovers the hard way how similar in appearance are his new sound card and an unwrapped Nestles Crunch Bar :

"OH GREAT ! NOW I'VE GOT A LEFT-OVER SOUND CARD AAAND I CANT FIND MY CHOCOLATE BAR. MAYBE IT'S...OH NO ! AAAHHHHHHHH !"

44Plusieurs stéréotypes de la culture concernée sont apparents dans ce "computoon". Par exemple, les utilisateurs d'informatique sont des "mordus" qui passent leurs nuits sur leur machine. Ce sont aussi de grands enfants qui mangent du chocolat (ou des tartines de "peanut butter") pour tenir le coup. Enfin, un peu comme des Dr Nimbus, ils sont parfois dans la lune, d'où la situation extrême de l'informaticien qui se casse les dents sur sa carte son après avoir installé sa tablette de chocolat dans la machine !

Au petit matin, après avoir enfin terminé d'installer son ordinateur multimédia, Jean-Marc, qui aime tant se shooter au chocolat, s'aperçoit avec horreur que sa nouvelle carte son ressemble beaucoup à une tablette de Suchard noir :

"C'EST PAS VRAI ! POURQUOI EST-CE QUE J'AI UNE CARTE SON EN TROP ET UNE TABLETTE DE CHOCOLAT EN MOINS ? C'EST PEUT-ETRE PARCE QUE J'AI….. OH NON ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !" (2, p. 120)

45L'humour, sous une forme plus diluée, est sous-jacent dans tout le discours familier convivial, comme nous l'avons vu, par exemple, dans la traduction de "Get that thing away from me !" par "Je n'ai même pas de tournevis !"(exemple 14).

46Cet humour porte une autre marque de la culture concernée : il peut parfois sembler vulgaire. Le milieu de l'informatique est un monde d'hommes qui ne brille pas par la délicatesse (voir à ce propos les innombrables messages scabreux et les plaisanteries sexistes qui pullulent sur les groupes de nouvelles d'Internet, autant en français qu'en anglais). L'exemple 18 en est une illustration édulcorée :

18 Dirty CDs

No, not that kind of CD. We are talking about discs with an inadvertent peanut butter smear. To remove it, use a drop of dish detergent and lots of running water at room temperature... (2, p. 90)

Si vous êtes un cochon

Non, pas cochon dans ce sens-là... Nous parlons simplement de CD cochonnés par des taches de Nutella. Pour enlever ces taches, utilisez une goutte de liquide vaisselle et beaucoup d'eau tiède...

47ou encore :

CD pleins de cochonneries

Non, pas celles auxquelles vous pensez, mais celles que vous laissez sur vos CD avec vos doigts pleins de Nutella. Enlevez-les avec une goutte de liquide vaisselle et beaucoup d'eau tiède...

Jeux de mots

48Comme le montre l'exemple précédent, le jeu de mots, surtout s'il porte sur des termes techniques, est une forme d'humour courante dans notre corpus. La terminologie des nouvelles technologies de l'information (et en particulier les sigles) est tellement foisonnante, riche, et en perpétuelle création, qu'il y a de quoi donner la migraine au plus sérieux des informaticiens. D'où le besoin constant et vital de démystification par le jeu de mots.

49L'exemple 19 montre le jeu sur les sigles, qui est le plus caractéristique. Une liste très sérieuse est proposée avec des termes techniques suivis de leurs sigles. Trois lignes avant la fin, c'est la rupture : de joyeuses onomatopées s'immiscent dans cette liste, comme si brusquement le lecteur lui-même se mettait à inventer des mots pour sa compréhension à lui (le "couic" de la souris, le "vroum vroum" des jeux vidéo, et l'expression de sa propre perplexité).

19 In this chapter

Dans et chapitre

A computer's role in multimedia

Le rôle de l'ordinateur dans le multimédia

The central processing unit (CPU)

L'unité centrale (ou CPU)

Hard drive

Le disque dur

Expansion slots (or "BUS")

Les connecteurs d'extension (ou BUS)

Memory (or "RAM")

La mémoire (ou RAM)

Mouse (or "Squeak")

La souris (ou COUIC)

Joystick (or "Wham")

Le joystick (ou VROUM VROUM)

SCSI (or "Huh?")

Les ports SCSI ( ou "Les quoi?")

(2, p.21)

50Dans l'ensemble, l'humour se traduit assez bien, sauf s'il est trop culturellement marqué. Mais le jeu sur les sigles pose bien des problèmes au traducteur. Dans l'exemple 20, FAQ et WYSIWIG sont des sigles courants et admis de tous. Le premier est vivant en français grâce à une très astucieuse adaptation du signifiant développé : c'est un cas plutôt rare. L'autre survit sous sa forme anglaise, alors que le signifiant développé ne lui correspond pas, ce qui est le cas le plus répandu. Les quatre autres montrent les dérives fantaisistes de la siglaison qui est même capable de produire son autocritique. Nous pourrions en énumérer quelques centaines d'autres, véritables cauchemars pour les traducteurs.

20 FAQ : Frequently Asked Questions

FAQ : Foire aux questions

WYSIWIG : What You See Is What You Get

WYSIWIG : Tel écran, tel écrit

POTS : Plain Old Telephone System

RTC : Réseau téléphonique commuté

FIGS : French Italian German Spanish

RTFM : Read the f... manual!

YABA : Yet Another Bloody Acronym

51Pour terminer, citons la déclinaison des termes comportant le suffixe "ware", un autre exemple de l'activité ludique en matière de terminologie informatique, et des difficultés de traduction qu'elle entraîne. Au départ, les terminologues français ont réussi un coup de maître, la création du terme "logiciel" pour "software" par analogie avec "matériel" pour "hardware". Mais la liste des dérivés en "ware" s'est allongée si vite que le français n'a pas pu suivre. De "freeware" (logiciel que l'on peut télécharger gratuitement, "graticiel"...) à "shareware" (logiciel que l'on peut télécharger, à charge pour l'utilisateur satisfait de faire parvenir à son créateur une somme en général modique, "partagiciel"...), on est passé à "dollarware" (logiciel que l'on obtient contre l'envoi d'un dollar), "beerware", "postcardware", et bien d'autres encore, pour créer une véritable nomenclature qui aboutit logiquement à ..."wetware", "meatware" ou "liveware" (c'est-à-dire nous, les humains...).

52Dans notre corpus, l'humour est plus qu'une caractéristique de la culture source. C'est un moyen pour l'auteur de faire mieux digérer toute l'information technique très dense qu'il transmet dans des ouvrages qui contiennent de 200 à 1 000 pages. Le texte technique vulgarisé et destiné à un grand public — quel que soit le niveau des compétences du lecteur dans le domaine — se doit d'être plus vivant et moins rébarbatif qu'un texte technique pur, adressé aux spécialistes.

53L'humour donne au lecteur le temps de reprendre son souffle. C'est une aire de repos sur l'autoroute de l'information. C'est aussi le terrain privilégié de la complicité dans la relation auteur-lecteur que nous avons étudiée.

Conclusion

54Les traits caractéristiques que nous avons passés en revue relèvent du même besoin de "vendre'' le discours technique en le démystifiant, en le rapprochant de la vie de tous les jours, en le dédramatisant par l'humour et en créant une convivialité complice entre le détenteur du savoir technique et le néophyte.

55Le lecteur français a lui aussi besoin de cet "habillage", et globalement tous les moyens employés sont également employés en français, mais à un degré bien moindre.

56La stylistique comparée a depuis longtemps mis en évidence des différences marquantes entre le français et l'anglais, que ses fondateurs ont exprimées par les couples contradictoires "entendement et réel", "abstrait et concret", "subordination et coordination", "raison et intuition", "logique et pragmatisme" (Vinay et Darbelnet, 1958). Les linguistes de l'énonciation y ont ajouté leurs propres termes comme "distanciation et relation directe", "désactualisation et actualisation", "commentaire et constat".

57Ces oppositions s'avèrent dans notre corpus. L'adaptation au public français a consisté en une dépersonnalisation, une désactualisation et une distanciation du texte. Dans de nombreux exemples, la version française s'écarte du discours pour se rapprocher du récit

58Le lecteur français attend manifestement une information plus objective, moins marquée affectivement. Un trop grand rapprochement entre l'auteur et le lecteur, une trop grande familiarité, le mélange des codes (oral et écrit) peuvent paraître suspects. Il semble que le lecteur français craigne "d'être pris pour un imbécile" s'il se sent trop pris en charge. L'adaptation aboutit donc à une modification du rapport auteur-lecteur, qui devient plus formel et plus neutre.

59Il est cependant possible que, sous l'influence de la quantité d'ouvrages de ce type traduits et adaptés de l'américain (mais pas toujours suffisamment adaptés), le lecteur français finisse par accepter un style qui reflète non seulement d'autres relations entre les personnes, mais aussi une attitude différente envers la connaissance, la technique, la didactique et le texte écrit.

60N.B. : les numéros de pages indiqués après les exemples renvoient à l'édition américaine.

Haut de page

Bibliographie

CHUQUET, Hélène et PAILLARD, Michel. Approche linguistique des problèmes de traduction. Gap : Ophrys, 1987.

DELISLE, Jean. La Traduction raisonnée. Les Presses de l'Université d'Ottawa, 1993.

JAKOBSON, Roman. Essais de linguistique générale. Paris : Les Editions de Minuit, 1963.

LAVAULT, Elisabeth. "Former des étudiants LEA à la traduction technique et scientifique : un défi didactique ?" Asp, la revue du GERAS 3, 1994.

MAINGUENEAU, Dominique. L'Approche de l'énonciation en linguistique française. Paris : Hachette Université, 1981.

MILLER, Thomas. "Culture and Grammar in Scientific English". Asp, la revue du GERAS 5/6, 1994.

SELESKOVITCH, Danica et LEDERER, Marianne. Interpréter pour traduire. Paris : Didier Erudition, 1984.

SWALES, John. Genre Analysis. Cambridge : Cambridge University Press, 1990.

VINAY, Jean-Paul et DARBELNET, Jean. Stylistique comparée du français et de l'anglais. Paris : Didier, 1988 (1° éd 1958).

Ouvrages utilisés comme corpus

STANEK, William et PURTELL, Lee. Electronic Publishing Unleashed. Indianapolis, Etats-Unis : Sam's Publishing, 1995. Traduit par T. Makombo et C. Wolosin et publié sous le titre L'édition électronique sur CD-ROM et en ligne. Paris : Macmillan, 1996.

RATHBONE, Andy. Multimedia and CD-ROMs for dummies. San Mateo, Etats-Unis : IDG Books, 1994. Traduit par J.-M. Herellier et C. Wolosin et publié sous le titre Multimedia et CD-ROM pour les nuls. Paris : Sybex, 1994.

KENT, Peter. Using Netscape 2 for Windows 95. Indianapolis, Etats-Unis : QUE Corporation, 1996. Traduit par la classe de DESS "Traduction spécialisée" de l'université Stendhal Grenoble 3 sous la direction d'Elisabeth Lavault : Netscape 2. La toute première fois. [Collection Minidoc]. Paris : Macmillan, France, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Lavault et Claudia Wolosin, « L'adaptation stylistique et culturelle des ouvrages sur les nouvelles technologies de l'information », Palimpsestes, 11 | 1998, 233-251.

Référence électronique

Elisabeth Lavault et Claudia Wolosin, « L'adaptation stylistique et culturelle des ouvrages sur les nouvelles technologies de l'information », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1545 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1545

Haut de page

Auteurs

Elisabeth Lavault

Elisabeth LAVAULT est maître de conférences à l'Université Stendhal-Grenoble III, où elle est responsable de la formation de traducteurs en maîtrise LEA "Traduction spécialisée" et en DESS "Traduction spécialisée et production de textes multilingues". Elle a soutenu en 1982, à l'Ecole Supérieure d'Interprètes et de Traducteurs, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, une thèse de troisième cycle intitulée Fonctions de la traduction en didactique des langues (Paris : Didier Erudition, 1985). Elle a fondé en 1995, à l'Université Stendhal-Grenoble III, le GREMUTS (Groupe de recherche multilingue en traduction spécialisée). Elle a publié une quinzaine d'articles sur la traduction (pédagogique et professionnelle, spécialisée) ; et elle a traduit de nombreux articles dans les domaines de la sociologie, de la géographie, de l'informatique, ainsi qu'un ouvrage récent sur les réseaux informatiques.
Université Stendhal-Grenoble III - Département LEA
BP 25 X - 38040 GRENOBLE CEDEX

Claudia Wolosin

Claudia WOLOSIN est actuellement ATER (attachée temporaire d'enseignement et de recherche) à l'Université Stendhal-Grenoble III, où elle termine une thèse de doctorat en sémantique, sous la direction de François Chevillet. "Les Processus métasémiques dans la terminologie des nouvelles technologies". Elle s'intéresse en effet tout particulièrement au domaine de l'informatique ; et elle a traduit de nombreux ouvrages traitant de ces nouvelles technologies de l'information, aussi bien des titres destinés à un public averti (entre autres, L'Edition électronique sur CD-ROM et en ligne) que des titres de vulgarisation (dont Le Multimédia pour les nuls). Elle est également membre actif du GREMUTS (Groupe de recherche multilingue en traduction spécialisée) à l'Université Stendhal-Grenoble III.
Université Stendhal-Grenoble III - Département LEA
BP 25 X - 38040 GRENOBLE CEDEX

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals