Navigation – Plan du site
Traduire la littérature des caraïbes

Avant-propos

Christine Raguet-Bouvart
p. 11-14

Texte intégral

1Les six essais consacrés à la littérature caribéenne dans ce volume s'inscrivent dans le prolongement de la problématique abordée dans Palimpsestes 11 : Traduire la culture, mais ils sont aussi l'aboutissement de la réflexion menée par l'atelier de traduction littéraire du GERB et des discussions que son travail a suscitées. Le débat sur les problèmes spécifiques à la traduction des nouvelles d'Olive Senior, que nous effectuons au sein de ce groupe, a servi de point de départ à une mise en perspective des difficultés linguistico-culturelles rencontrées dans tout le milieu antillais. Ces six articles portent sur des auteurs d'univers géographiques, sociologiques, intellectuels très différents, de formations et d'engagements parfois divergents, s'exprimant sur des modes et dans des genres également multiples. Cette sélection reflète bien la variété d'un univers qui, vu d'ailleurs, forme un tout presque uniforme, que l'on divise entre les “petites” et les “grandes” Antilles, comme s'il pouvait exister une communauté des petites ou des grandes îles. Concernés que nous sommes par la “traduction et la communication transculturelle” nous sommes très éloignés de toute classification, mais plutôt curieux de comprendre la complexité du foisonnement des traditions purement locales nées de la superposition des héritages, et d'examiner leurs manifestations verbales.

2Puisque les centres de recherche concernés font porter leurs travaux sur la traduction entre le français et l'anglais, nous ne sommes évidemment pas spécialistes de créole ou d'“anglais cassé” ; or, dès lors que nous traduisons des textes écrits par des auteurs anglophones ou francophones qui sont aussi créolophones, nous ne pouvons ignorer que leur anglais ou leur français est inévitablement imprégné de ce que nous qualifierions peut-être ailleurs de “régionalismes”, car alors, une langue cède la place à l'autre, tandis qu'un phénomène osmotique se met inévitablement en place, pour la simple raison qu'il ne peut exister en anglais ou en français d'équivalent exact à certaines formes créoles — ce qui peut paraître surtout évident au niveau lexical. Alors comment rendre ces particularismes sans tomber dans l'exotisme des brochures touristiques ou le “petit nègre” du néo-colonialisme ? Nous ne prétendons pas apporter la réponse à ces questions, mais nous avons essayé de faire progresser la réflexion qui a été collective, en accordant une part très importante à la rencontre de tous ces parlers, au métissage des langues et à l'oralité. Notre objectif étant d'essayer de susciter l'échange et d'apporter notre participation à la polémique sur la (les ?) langue(s) du monde caraïbe.

  • 1 Préface à Raymond Relouzat, Tradition orale et imaginaire créole, Martinique : Ibis rouge (Presses (...)

3Avant d'aborder les problèmes spécifiques que pose la traduction de la littérature caribéenne, il serait peut-être souhaitable de s'interroger sur la valeur accordée au mot “caraïbe”, évocateur, avant tout, d'un monde perdu... puisque l'Indien caraïbe qui peuplait initialement les “petites Antilles” a été très largement exterminé et a quasiment disparu de toutes les îles qui ont globalement adopté son nom pour mémoire, faute de garder sa langue. Alors, la renaissance des langues créoles dans les sociétés contemporaines ne peut-elle être interprétée comme une volonté de rejeter les greffons successifs qui ont suivi la perte de cette humanité précolombienne, cette absence, ce vide antérieur à l'homme créole qui, comme le souligne Raphaël Confiant, “n'a littéralement ‘ni père, ni mère’ [i pa ni papa, i pa ni manman dit sa langue]”1 pour marquer un nouveau début, facteur d'une nouvelle identité post-colombienne, comme l'a fort justement analysé Tzvetan Todorov :

  • 2 Tzvetan Todorov, La Découverte de l'Amérique. Paris : Seuil, coll. “Points”, 1982 : p. 15.

La découverte de l'Amérique est essentielle pour nous aujourd'hui : à côté de cette valeur paradigmatique, elle en a une autre, de causalité directe. [...] C'est bien la conquête de l'Amérique qui annonce et fonde notre identité présente [...]. Nous sommes tous les descendants directs de Colon, c'est en lui que commence notre généalogie — pour autant que le mot commencement ait un sens. Depuis 1492 nous sommes, comme l'a dit Las Casas, “en ce temps si neuf et à nul autre pareil” (Historia de las Indias, 1,88). Depuis cette date, le monde est clos (même si l'univers devient infini), “le monde est petit”, comme le déclarera péremptoirement Colon lui-même (“Lettre rarissime”, 7.7.1503) [...] les hommes ont découvert la totalité dont ils font partie tandis que, jusqu'alors, ils formaient une partie sans tout2.

4Aussi, compte tenu des interrogations à la fois littéraires et linguistiques qui nous préoccupent, préférerais-je substituer à l'expression “homme-créole”, qui accorde une trop grande place au facteur linguistique, l'expression “homme-caraïbe” qui prend en compte toutes les strates socio-culturelles qui ont participé à sa formation. Car la difficulté première que rencontrent les traducteurs de textes antillais, c'est de se trouver face à des concrétions, des corps originaux faits d'une infinité de parcelles, qu'il faut d'abord isoler et analyser pour en retrouver tous les particularismes avant de les transformer en un autre corps concret qui pourra être appréhendé dans son intégralité par le lectorat destinataire, mais dont toutes les composantes devront également rester perceptibles.

  • 3 Voir notamment Robert Chaudenson, Des Iles, des hommes, des langues. Paris : L'Harmattan, 1992 ; M (...)
  • 4 “Certains (auteurs) n'hésitent pas à forger des néologismes et à faire suivre leur roman d'une lis (...)

5Un de ces particularismes tient à la perméabilité entre le milieu rural (et le rôle de la nature tropicale dans ce qu'elle a de rassurant [nourricier] et d'inquiétant [divin]) et la vie urbaine (dont les habitudes de vie héritées des traditions occidentales) : tout cela se reflète dans les modes d'écriture, et impliquera des choix syntaxiques et lexicaux qui devront coller au terrain mais rester compréhensibles par tous. Si les spécialistes des phénomènes linguistiques insistent sur les distinctions entre les différents parlers, les spécialistes de littérature reconnaissent aux créations littéraires antillaises une “autonomie ontologique” et les étudient en termes d“'esthétique de la transversalité”, réfutant ainsi leur marginalité et les plaçant dans un nouveau centre3. Donc, le traducteur ne devra pas se laisser enfermer dans des tournures qu'il pourra croire “dialectales” dans la langue de départ et qu'il voudra translater vers des formes similaires dans la langue d'arrivée, alors qu'elles seront idiolectales, ne relevant en réalité que du fait littéraire et ne demandant d'autre lecture que “littéraire” — ce qui nous rappelle que le traducteur est souvent appelé à travailler dans le domaine du subjectif4. En conséquence, comment le traducteur pourra-t-il rendre en français ou en anglais “d'édition” (à savoir urbain standardisé, pourrait-on dire, mais aussi riche de tous les effluves que porte l'original) une langue tantôt imprégnée de références ancrées dans des traditions villageoises qui trouveraient leurs meilleurs équivalents dans le recours à des pratiques locales régionales anglaises ou françaises métropolitaines, tantôt faite de locutions néologiques propres à l'auteur ? Ensuite, se poserait une autre question : quelle région de France ou d'Angleterre sélectionner ? Une réponse idéale pourrait se trouver dans les choix que nous offre le créole. Or, nous l'avons vu, le créole ne fonctionne pas comme une adaptation locale d'une langue standard, mais comme une langue à part entière — en tout cas c'est bien ainsi que le créole est revendiqué par ceux qui le parlent. De surcroît, pour nombre de lecteurs, le créole est incompréhensible, ce qui exclut le choix de cette langue. Alors quelle(s) option(s) reste-t-il ? C'est autour de cette question que vont s'articuler toutes les réflexions. Car les écrivains n'utilisent jamais une langue aseptisée, neutre, “globale” pourrions-nous oser dire pour adopter une terminologie en vogue en cette fin de millénaire : ils sont de subtils manipulateurs avec lesquels les traducteurs doivent apprendre à jouer, excluant de leur panoplie les critères limités à des horizons purement socio-linguistiques qui n'ont pas leur place ici, et c'est bien pour cette raison que ce volume ne cherche pas à établir de typologie précise. Quitte à paraître éclectiques, nous préférons œuvrer dans de multiples directions pour ouvrir au maximum le champ du débat : d'abord c'est la valeur médiatrice du paysage qui est prise en compte par Elizabeth Wilson, puis le bouleversement émotionnel conduisant à l'expression visuelle de la fusion entre poétique et prosaïque par Christine Pagnoulle ; Priska Degras met en perspective “oraliture” et écriture ; quant à Moya Jones, elle pose la question de la créativité du traducteur et du lecteur face à l'auteur. Ensuite, avant d'ouvrir le débat autour des essais de traduction d'Olive Senior, Raphaël Confiant évoque le déchirement diglossique tel qu'il se présente à l'auteur et au traducteur (à moins qu'il ne s'agisse d'un accomplissement qu'auteur et traducteur pourront partager, l'un devenant “auteur-traducteur” et l'autre “traducteur-auteur”). Enfin, Liliane Rodriguez s'interroge sur l'écart langue-parole chez Olive Senior et commente les tentatives de résolutions proposées dans “Éclairs de chaleur”.

Haut de page

Notes

1 Préface à Raymond Relouzat, Tradition orale et imaginaire créole, Martinique : Ibis rouge (Presses universitaires créoles / GEREC), 1998 : p. 10.

2 Tzvetan Todorov, La Découverte de l'Amérique. Paris : Seuil, coll. “Points”, 1982 : p. 15.

3 Voir notamment Robert Chaudenson, Des Iles, des hommes, des langues. Paris : L'Harmattan, 1992 ; Marie-Christine Hazael-Massieux, Écrire en créole. Paris : L'Harmattan, 1993 ; Colette Maximin, Littératures caribéennes comparées. Pointe-à-Pitre et Paris : Jasor/Karthala, 1996 ; Silvio Torres-Saillant, Caribbean Poetics. Cambridge : Cambridge UP, 1997.

4 “Certains (auteurs) n'hésitent pas à forger des néologismes et à faire suivre leur roman d'une liste au moins partielle de ces termes (comme Confiant) [...], certains auteurs, au-delà du seul lexique, vont jusqu'à forger une langue romanesque, comme P. Chamoiseau, qui écrit ses romans dans un français régional très personnel et bien sûr très artificiel (donc peut-être 'littéraire' ? en tout cas très 'arqué' de 'créolismes'” (Marie-Christine Hazael-Massieux, Écrire en créole, p. 229).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Raguet-Bouvart, « Avant-propos », Palimpsestes, 12 | 2000, 11-14.

Référence électronique

Christine Raguet-Bouvart, « Avant-propos », Palimpsestes [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1629

Haut de page

Auteur

Christine Raguet-Bouvart

Christine RAGUET-BOUVART est professeur de littérature américaine et de traduction à l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux III. Auteur et éditeur de plusieurs ouvrages : Lolita, un royaume au-delà des mers (PUB), Vladimir Nabokov (Belin), Éclats de voix (Rumeur des âges), Sounding the depths (L3), elle est également traductrice de Henry James : Mémoires d'un jeune garçon, Carnet de famille, Les Années de maturité, et d e Vladimir Nabokov : Rire dans la nuit (Grasset), Correspondance Nabokov-Wilson (Rivages), Lettres choisies (Gallimard) ; et elle fait partie de l'équipe Nabokov de la Bibliothèque de la Pléiade. Elle anime un groupe de traduction littéraire au sein du GERB (Groupe d'études et de recherches britanniques) à l'Université Bordeaux III.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals