Navigation – Plan du site
Traduire la littérature des caraïbes

Langue, parole, traduction : balisage géolinguistique de “Summer Lightning” et “Country of the One Eye God” d'Olive Senior

Liliane Rodriguez
p. 91-97

Résumés

Ce texte de conclusion étudie les aspects géolinguistiques de la littérature des Caraïbes et de sa traduction. Traduire Olive Senior, par exemple, engage une réflexion sur les oppositions langue-parole, parler (régional)-langue transnationale (anglais ou français), diglossie-bilinguisme, écriture-oralité. Ici, le passage de la langue à la parole (acte littéraire fondamental) entraîne une série d'obstacles particuliers. Comment cerner une langue de départ empreinte d'un parler qui échappe souvent à la description lexicographique ? Comment mesurer l'écart qui fait la littérarité d'un texte ? Enfin, en quelle langue traduire ce texte ? La traduction progressive proposée par le GERB, en quatre variétés géolinguistiques successives de français, apporte un modèle de réponse à ces questions. De plus, cette traduction d'un texte créolisé joue un rôle linguistique parce qu'elle représente une étape dans le passage du statut oral au statut écrit d'une langue, et parce qu'elle favorise le ressourcement de la langue par la diffusion de la parole littéraire de ses locuteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale. Paris : Payot, 1975 : pp. 36-39.

1Dès son titre, Traduire la littérature de Caraïbes orientait la discussion sur l'acte de traduire, le procès même, la démarche et ses cheminements, plutôt que sur une traduction accomplie. Les articles présentés dans cette perspective, et le débat sur la traduction progressive de “Summer Lightning” et “Country of the One Eye God” d'Olive Senior par le groupe du GERB ont suscité des réflexions où revenaient régulièrement l'opposition langue-parole et le sens particulier que prend cette opposition lorsqu'on traduit des textes des Caraïbes. Cette distinction saussurienne1 était au cœur du débat. Quelle langue est à traduire ? Comment mesurer l'écart entre langue et parole quand la langue de départ (anglais créolisé) n'est pas une koiné amplement lexicographiée et mesurée à l'aune des grammaires publiées ? Enfin, en quel français traduire et cette langue (collective), et cette parole (unique) ? Les réponses à ces trois questions se liront sous une forme concrète, appliquée dans la traduction du texte d'Olive Senior. En marge de cette traduction, les paragraphes qui suivent proposent un balisage géolinguistique du même débat. Quelle est la variété géolinguistique du texte source ? Comment l'idiolecte de l'écrivain contraste-t-il avec cette langue tout en y puisant ? En quoi la tâche du traducteur de textes en créole diffère-t-elle de celle de textes en langue plus normative ?

Au départ, quelle langue ?

2Précisons que ce que l'on nomme couramment “la langue” de l'écrivain est, en termes linguistiques, sa “parole”, c'est-à-dire un produit verbal personnel, original, modelé à partir du matériau collectif, institutionnalisé, qu'est la langue de la communauté linguistique à laquelle cet écrivain appartient. Dans le cas d'Olive Senior, la langue est un anglais créolisé. Il s'agit bien de langue anglaise, mais émaillée de particularismes phonétiques (l'oralité transparaît dans la graphie choisie par l'auteur), morphologiques, lexicaux et syntaxiques, c'est-à-dire, à tous les niveaux de la langue, de régionalismes. On peut dire qu'il s'agit d'une variété géolinguistique d'anglais, d'un parler (qu'il soit parlé ou écrit). L'exemple “glass and shiny instrument” est tout à fait caractéristique de la couleur régionale que peut prendre un trait linguistique de la langue non marquée géographiquement (cette langue que nous pouvons appeler “transnationale”) : on sait qu'il existe en anglais une forte tendance à transformer un nom comptable en nom massif. Cette tendance est d'une grande vitalité actuellement en anglo-américain, et les attestations abondent. Ici, la régionalité se marque par la fréquence encore plus élevée de cette tendance, et par son application à un référent inattendu, “instrument”, qui apparaît comme une matière, au même titre que “glass”, plutôt que comme objet.

3En étudiant d'autres créolismes d'Olive Senior, on s'aperçoit qu'ils sont généralement de base anglaise — formes métissées à l'origine, et réintégrées dans un texte en anglais, donc éléments d'un nouveau métissage. Si l'on se souvient, d'autre part, que le mot créole (de criollo) a d'abord désigné un Blanc né aux Antilles, on pourrait commenter longuement, dans un autre contexte, le palimpseste lexical de ces divers métissages, dans la désignation des choses et des locuteurs.

  • 2 L. Hjelmslev, “Les relations de parenté des langues créoles”. Revue des études indo-européennes, ( (...)

4L'anglais de Senior se distingue donc, par ses créolismes, de l'anglais transnational. En quoi se distingue-t-il du créole proprement dit ? Sur la question de la formation historique des créoles, et sur leurs variantes actuelles, il faut consulter les ouvrages de spécialistes comme Robert Chaudenson, Chris Corne ou Derek Bickerton pour obtenir des réponses détaillées s'appuyant sur des corpus d'enquêtes. Disons, d'une manière très succincte, qu'il existe des créoles à base anglaise et des créoles à base française. Au xvie et xviie siècles, les esclaves noirs arrachés à l'Afrique (Guinée, Bénin, Côte d'Ivoire actuels, etc.) étaient séparés de leur famille, de leur groupe linguistique d'origine, et n'avaient donc plus de langue commune. Dès la deuxième génération antillaise, le créole était né, pour communiquer avec les Blancs, et entre Noirs. Dans les lexiques créoles, on a pu identifier des lexèmes soudanais mais aussi des mots anglais et français de la langue des colons, des marins, des soldats. Des éléments syntaxiques des groupes éburnéo-dahoméen et fongbé, et un système verbal aspectuel ont aussi été analysés, ainsi qu'une grande efficacité du fonctionnememnt grammatical que Hjelmslev nomme “optimisation de la grammaire”2. Linguistiquement, le créole n'est pas un sabir (langue mixte sans grammaire bien définie, et à contexte d'emploi restreint). Il s'apparente au pidgin (à la grammaire définie et aux emplois variés), mais s'en démarque en étant la langue principale d'une communauté linguistique. Le texte d'Olive Senior n'est pas totalement écrit en cette langue, le créole, mais en anglais créolisé.

  • 3 J.-P. Séguin, La langue française au xviiie siècle. Paris : Bordas, 1972 : p. 57.

5Comme toute langue, le créole a continué à évoluer depuis le xviiie siècle. Sur un substrat africain incomplètement défini, il a subi le contact d'autres langues. Celui qui transparaît dans le texte de Senior, mais aussi dans les œuvres de Patrick Chamoiseau et d'autres écrivains antillais, a des traits de langue, une américanité linguistique, que l'on retrouve dans les autres variétés d'anglais ou de français en usage en Amérique du Nord. Au niveau du lexique, le système de dénomination y est riche en néologies (désignant des réalités climatiques spécifiques), en dialectalismes (apports des dialectes d'oïl au français du Canada), en archaïsmes (anciennes normes) et en amérindianismes (noms d'arbres, etc.). Certaines des influences lexicales sont dues à des déplacements de locuteurs : Percherons émigrés en Nouvelle-France, Acadiens déportés en Louisiane, aux Antilles, etc., lors du Grand Dérangement (1755). Le nom morne, par exemple, attesté au sens de “petite colline” aux Antilles, l'est également dans le même sens dans les provinces maritimes du Canada où il existe, à Terre-Neuve, un Parc national du Gros Morne. Pour ne prendre qu'un exemple en phonétique, le “r” final des suffixes -eur, -oir, et de certains mots suivis par une consonne, était amuï dans une ancienne norme3 qui a survécu au Canada, aux Antilles et dans certains parlers d'oïl, en France, jusqu'au xxe siècle.

6La première tâche des traducteurs du GERB a donc été d'identifier ces “infinités de parcelles” régionales, créoles, comme le dit Christine Raguet-Bouvart, en se plaçant sur le plan de l'analyse syntagmatique, ou encore, cette “ langue qui murmure “ (le créole) sous la langue qui parle “à voix haute” (l'anglais dans le cas de Senior), comme l'exprime poétiquement Raphaël Confiant, en se plaçant sur le plan du paradigme. Le parler régional du texte a pu ainsi être repéré, balisé, autant dans les descriptions et la narration, que dans les dialogues où sa concentration est la plus forte. Cette identification des spécificités régionales (de l'ordre de la langue) a dû s'effectuer en distinguant, par ailleurs, les spécificités littéraires (de l'ordre de la parole).

La “parole” créole

  • 4 L. Péronnet, R. M. Babitch, W. Cichocki et P. Brasseur, Atlas linguistique du vocabulaire maritime (...)

7Après l'identification de la langue, celle des écarts littéraires, et non plus seulement linguistiques, n'était pas une tâche moins ardue. Ici encore, un parallèle géolinguistique s'impose, entre un texte en créole, ou comportant des créolismes, et un texte en français d'Acadie. Certains lecteurs de Patrick Chamoiseau considèrent que la langue de La Chronique des sept misères est la “la sienne “plutôt qu'une langue plus généralement en usage. De même, selon nos sondages, les lecteurs-locuteurs acadiens d'Antonine Maillet ne reconnaissent souvent pas leur idiome dans les dialogues de Pélagie-la-Charrette, ni même dans la langue de la conteuse. Cette langue française d'Acadie est décrite et répertoriée dans plusieurs ouvrages linguistiques4. Ces réactions de lecteurs locaux témoignent, en fait, qu'un écart sensible, littéraire, a été établi par ces auteurs entre leur langue source et leurs écrits, leur parole (écart que ces lecteurs n'ont l'habitude de percevoir, et d'admettre, que dans le cas de la koiné correspondante, le français...).

8La tâche des traducteurs était donc maintenant de suppléer au déficit des dictionnaires et autres documents décrivant une variété d'anglais, régionale par ses créolismes. Il a fallu constituer un instrument multiple, fait de recherche de détails linguistiques, de consultations avec des locuteurs natifs, et, surtout, d'une traduction progressive du texte de Senior, en quatre versions successives, en langues d'arrivée différentes. Là, la lecture et la comparaison de ces traductions successives montrent le travail d'approche stylistique des traducteurs, et la mise en pratique de cet instrument multiple pour distinguer les régionalismes linguistiques des néologies d'auteur, des créolismes personnels.

9Cette tâche (la recherche de la parole) est double, car l'auteur ne réserve pas ses innovations stylistiques à la partie créolisée de la langue du texte. L'anglais moins créolisé ou non créolisé de Senior (tel le français de Chamoiseau ou de Maillet) prend aussi les inflexions propres à la voix de l'auteur. Le style traverse toutes les formes linguistiques, toutes les langues, comme dans Finnegans Wake. En ce sens, la traduction de textes comme “Summer Lightning” s'apparente en difficulté à celle de Joyce.

  • 5 Charles Ferguson, “Diglossia", Word 15 (1959) : pp. 325-340.
  • 6 J. A. Fishman, “Who speaks that language, to whom and when", La Linguistique 2 (1965) : pp. 67-80.

10Comme Raphaël Confiant le fait observer, il y a superposition de deux langues, le français et le créole, à l'intérieur d'une même parole. Cette superposition a aussi lieu chez beaucoup d'écrivains canadiens : parler régional, langue normative, autre langue parfois. Peut-on parler de diglossie, de bilinguisme, termes récurrents dans les discussions ? Pour continuer notre balisage géolinguistique, il serait utile de revenir un instant sur ces deux termes qui présentent des points communs. Étymologiquement synonymes, ils signifient, le premier en grec, le second en latin, “qui a deux langues”. Ils s'appliquent aussi tous deux à un pays ou à une personne. Des divergences apparaissent quand on compare leur ampleur lexicographique respective : “diglossie” est inconnu des petits dictionnaires courants, mais il abonde dans les articles spécialisés (avec un sens variable) ; par contre, “bilinguisme” est un terme courant, et inchangé dans son sens premier. Dans ses travaux5, Charles Ferguson a défini le terme “diglossie”, d'une manière magistrale, selon trois critères : il s'agit d'une situation où deux langues “H” (haute) et “B” (basse) sont d'origine commune, sont parlées par un même locuteur, mais dans des contextes différents, et jouissent d'un statut différent — le prestige de langue officielle n'étant conféré qu'à “H”. Ferguson (ainsi que les descriptivistes, à sa suite) insiste sur l'importance des trois critères établis, tandis que J. A. Fishman6 et les linguistes fonctionnalistes ne retiennent que deux critères : l'usage des deux langues en situations différentes et l'inégalité de leurs statuts.

11Ces distinctions établies, qu'en est-il des écrivains antillais ? Si, au quotidien, comme tout autre locuteur, ils emploient le créole dans des situations différentes de celles où ils emploient la langue “officielle”, ils sont diglossiques. Toutefois, dès qu'ils emploient indifféremment les deux langues dans la même situation, ils deviennent bilingues. Ce qui est passionnant à observer, c'est que la littérature, l'écriture littéraire, est un lieu où la distinction entre diglossie et bilinguisme s'abolit. En situation d'écriture, la parole prend le pas sur la (les) langue(s).

12C'est aussi pourquoi les deux langues apparaissent parfois dans les textes. Chez Chamoiseau, on trouve des exemples de redoublement lexical (mot créole suivi du mot français). On en trouve aussi, pour les mêmes raisons, chez Gabrielle Roy, la romancière franco-manitobaine de La Petite poule d'eau. Chez ces écrivains, la réflexion sur la langue, sur le choix de la langue, se glisse dans le style même : cette réflexivité linguistique vient doubler l'expression littéraire — et troubler les traducteurs !

13Dans la littérature des Caraïbes, peut-être du fait du métissage inhérent au code (le créole), les frontières sont parfois ténues entre langue et réflexion sur la langue. Ce qu'on appelle en dialectologie “ la conscience linguistique “ se montre à tel ou tel tournant de phrase. Peut-être aussi, du fait de l'absence d'une abondance de grammaires et de lexiques, comme il en existe pour la langue normative, les écrivains antillais sont-ils plus enclins à effacer les limites entre écriture et oralité, l'oralité prenant sa place dans l'écriture. De là s'ensuit une atténuation des différences entre niveaux de langue, voire entre registres.

14Devant cette parole fluide, adpatable, issue d'une langue métissée, ou double, que peut le traducteur pour faire passer cette fluidité à des lecteurs qui ne sont pas souvent diglossiques ou bilingues ?

Quelle traduction proposer ?

15Au cours de ce repérage ou balisage géolinguistique, nous avons mis en évidence les charnières linguistiques sous-jacentes au débat sur la traduction des textes des Caraïbes : langue et parole, langue régionale et langue transnationale, diglossie et bilinguisme, écriture et oralité. C'est dans ces oppositions que se crée la parole d'une écrivaine comme Senior. En quelle langue traduire donc cette parole ? C'est la question essentielle posée par l'équipe du GERB.

16En un sens, cette traduction est une traduction comme une autre parce qu'il y a une distinction à faire entre langue et parole, parce qu'il y a une partie d'étrangeté à transposer, parce qu'il faut identifier les faux-amis, les figures de style et leur portée, opérer des compensations (glissement d'un sens sur l'axe du syntagme quand une traduction paradigmatique est impossible), etc. Toutefois, cette traduction n'est pas une traduction comme une autre, parce qu'il y a un manque d'instruments tout faits (dictionnaires), parce que le créole est d'un usage individualisé (d'où la difficulté des entreprises lexicographiques), et faisant une plus grande part à l'oralité.

  • 7 A. Berman, “La traduction et la lettre ou l'auberge du lointain", Les Tours de Babel, Mauvezin, Tr (...)
  • 8 Voir note n° 7.

17La solution la plus simple, contre laquelle Antoine Berman met en garde, est la “destruction ou l'exotisation des réseaux vernaculaires”7. Les créolismes d'Olive Senior ne doivent être ni supprimés (dans un français qui évacuerait tout type de régionalisme), ni surcréolisés (dans un français qui deviendrait un commentaire linguistique plutôt qu'une traduction). Ils ne peuvent non plus être substitués à une forme régionale de France (on ne peut remplacer un lieu par un autre), ni par une forme sociolectale différente (un argot parisien ou marseillais). “Malheureusement, le vernaculaire ne peut être traduit dans un autre vernaculaire”8. En procédant par l'absurde, restait à tenter la traduction en une langue “réinventée”. En quelle langue traduire ? En un français lisible, mais qui capte dans ses sonorités le chant d'autres discours, dans son sémantisme, la couleur d'un autre ciel, et dans sa syntaxe, les interpellations en usage dans une tout autre société : “Toi, qu'est-ce que tu vas di de sa, toi qui sais plus de choses que mwen.” Langue et parole sont ici traduites.

18Le GERB a donc exploré, tenté et dépassé les translations géolinguistiques et sociolinguistiques, en traduisant le texte en français métropolitain familier, puis en français parlé martiniquais, puis en créole martiniquais, et finalement en a donné une version “réinventée” en utilisant comme instrument de traduction, ces traductions successives, en sus de trop rares grammaires ou lexiques. Ainsi, d'une part la traduction proposée offre à des lecteurs non anglicistes l'accès à une œuvre attachante. D'autre part, elle propose un modèle de démarche qu'il serait utile de retenter pour d'autres œuvres des Caraïbes.

Haut de page

Notes

1 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale. Paris : Payot, 1975 : pp. 36-39.

2 L. Hjelmslev, “Les relations de parenté des langues créoles”. Revue des études indo-européennes, (1938) : pp. 272-286.

3 J.-P. Séguin, La langue française au xviiie siècle. Paris : Bordas, 1972 : p. 57.

4 L. Péronnet, R. M. Babitch, W. Cichocki et P. Brasseur, Atlas linguistique du vocabulaire maritime acadien. Les Presses de l'Université Laval, 1999.

5 Charles Ferguson, “Diglossia", Word 15 (1959) : pp. 325-340.

6 J. A. Fishman, “Who speaks that language, to whom and when", La Linguistique 2 (1965) : pp. 67-80.

7 A. Berman, “La traduction et la lettre ou l'auberge du lointain", Les Tours de Babel, Mauvezin, Trans-Europ-Repress, 1985 : pp. 78-79.

8 Voir note n° 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liliane Rodriguez, « Langue, parole, traduction : balisage géolinguistique de “Summer Lightning” et “Country of the One Eye God” d'Olive Senior », Palimpsestes, 12 | 2000, 91-97.

Référence électronique

Liliane Rodriguez, « Langue, parole, traduction : balisage géolinguistique de “Summer Lightning” et “Country of the One Eye God” d'Olive Senior », Palimpsestes [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1640 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1640

Haut de page

Auteur

Liliane Rodriguez

Liliane RODRIGUEZ est professeur à l'Université de Winnipeg au Canada, spécialiste de linguistique et littérature françaises. Sa recherche et son enseignement portent sur la lexicologie française et comparée, la phonétique, la géolinguistique française et anglaise ainsi que sur la lexicographie et la traduction. Auteur de très nombreux articles sur les pratiques dialectales et les langues transnationales, la parole, le parler, le lexique, elle a notamment publié Parole et musique, méthode de phonétique corrective (1991), Mots d'hier, mots d'aujourd'hui (1984), La Langue, la culture et la société des francophones de l'Ouest (1985).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals