Navigation – Plan du site
La plausibilité d'une traduction : le cas de La disparition de Perec

Avant-propos

Sara R. Greaves
p. 101

Texte intégral

1Ce roman oulipien de Georges Perec, par-delà les problèmes généraux qu'il pose en matière de traduction littéraire et les enjeux de traduction qu'il permet d'étudier, offre un terrain privilégié pour la réflexion sur la notion de plausibilité d'une traduction — notion inexplorée à ce jour.

2En effet, l'une des traductions anglaises de La Disparition a été refusée par l'éditeur au motif qu'elle était “non plausible”. Le terme de plausible est-il synonyme de “rassurant” ? La plausibilité est-elle une composante de la lisibilité ? Certes, la présence, par exemple, de clichés familiers dans un texte original aussi déroutant peut “rassurer” le lecteur, mais elle peut, à l'inverse, contribuer à le déstabiliser : la nature même de ce roman est en jeu.

3La stratégie traductive de John Lee, auteur de la traduction écartée (Vanish'd!), et celle de Gilbert Adair, dont la traduction a été choisie (A Void), sont ici analysées, et illustrées par de nombreux extraits. Le roman et ses traductions sont replacés dans le contexte spécifique du marché du livre britannique, indépendamment des considérations d'ordre esthétique qui ont pu faire préférer une traduction à l'autre. John Lee expose lui-même ses options traductives, établies d'après les strates et les réseaux du texte original, sur les plans sémantique et formel. La “plausibilité” de la traduction de Gilbert Adair est ensuite analysée, notamment sous l'angle de la dimension métatextuelle de l'œuvre, ses références “soixante-huitardes”, ses connotations esthétiques et idéologiques. Les effets pervers de la “mise à jour” et du “lissage” effectués par cette traduction sont exposés.

4Au total, ce sont deux styles d'écriture, et deux attitudes contrastées face au lecteur, que met en lumière la comparaison des deux traductions.

5Les critères de “plausibilité” d'une traduction sont fonction non seulement de la perception que l'on a de l'œuvre originale, mais aussi de la vision que l'on a de l'Autre.

6La réflexion traductologique débouche ici sur la problématique cruciale de la préservation de la littérarité même d'une œuvre lors de son passage dans une langue et une culture étrangères.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sara R. Greaves, « Avant-propos », Palimpsestes, 12 | 2000, 101.

Référence électronique

Sara R. Greaves, « Avant-propos », Palimpsestes [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1642

Haut de page

Auteur

Sara R. Greaves

Sara R. GREAVES habite en France depuis treize ans. Allocataire-moniteur puis A.T.E.R. à l'Université de Provence pendant six ans, elle occupe depuis 1998 un poste de maître de conférences à l'Université Paul Valéry-Montpellier III, où elle enseigne la littérature anglaise et la traduction. Elle est l'auteur d'un mémoire de maîtrise sur la traduction anglaise de La Disparition de Georges Perec réalisée par John Lee, et d'une thèse de doctorat sur le poète anglais Basil Bunting.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals