Navigation – Plan du site
Traduire le théâtre-paysage de Gertrude Stein

« Les choux sont verts » (Gertrude Stein) : les adaptations intersémiotiques d’Elizabeth Lennard

Elizabeth Lennard

Résumés

Dans cet entretien, l’artiste américaine multimédia Elizabeth Lennard retrace la genèse de son travail d’adaptation intersémiotique de plusieurs pièces de Gertrude Stein, incluant traduction et mise en scène. Avec l’écrivaine Danielle Mémoire, elle a traduit Stein en français pour la scène, dans le cadre de lectures-performances et d’un opéra. Les photographies d’Elizabeth Lennard inspirées par les textes de Stein – que ce soit ses conceptions théoriques comme la notion de pièce-paysage, des éléments biographiques comme les paysages français du Bugey, ou des objets mentionnés dans ses pièces – sont déclinées en plusieurs formats, à partir de clichés argentiques. De la technique de la planche-contact, agrandie puis peinte, en passant par les boîtes lumineuses réalisées à partir de la pellicule, la projection d’images animées pendant la représentation des pièces et de l’opéra, jusqu’à la réalisation de linge de table portant les mots de Stein, le texte steinien est traduit visuellement pour en montrer le côté concret, ancré dans le quotidien et dans l’histoire. Il ne s’agit pas d’un travail d’illustration mais de déconstruction de l’écriture cubiste de Stein, de mise à plat de ses images, et d’une réflexion sur la répétition, sur le temps et sur les variations d’échelle. Texte et images se côtoient et se réfléchissent, tandis que la littéralité de la traduction linguistique contraste avec la liberté de l’adaptation intersémiotique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Propos recueillis par Sophie Noël

Texte intégral

1Elizabeth Lennard est une artiste américaine qui vit une partie de l’année en France. Avec quelques acteurs fétiches comme Geoffrey Carey, elle a réalisé des performances à partir de pièces de Gertrude Stein, mais aussi de textes non écrits pour le théâtre. Elle a traduit plusieurs pièces de Stein et un livret d’opéra avec l’écrivaine Danielle Mémoire. Sa démarche multimédia est résolument interdisciplinaire, mêlant photographie, vidéo et mise en scène. De ce fait, la notion de traduction s’applique à son travail de façon multiple et combinatoire. Les sensations sont à l’honneur, en particulier la dimension visuelle. Le texte engendre un travail photographique et/ou filmique, qui devient décor théâtral en action lors de lectures-performances quasi immobiles. À une certaine littéralité de la traduction linguistique répond la liberté des choix dans la mise en images, qui n’est pas simple illustration mais participe pleinement du transfert du sens et des sens.

Elizabeth Lennard, vous avez une formation de photographe. Comment êtes-vous venue à la mise en scène et à la traduction ?

Elizabeth Lennard : Je me considère comme une artiste pluridisciplinaire, bien que je n’aime pas ce mot. J’ai fait mes études au San Francisco Art Institute, puis à l’Université de Californie à Santa Cruz, et enfin au département Motion Picture & Television à l’UCLA. Je me suis toujours intéressée à la photographie comme art, et aussi au passage du visuel au sonore et inversement, ainsi qu’à la mise en scène de textes comme performance (performance art), aux happenings.

Pour moi, tous les médias sont mêlés. Par exemple, j’ai fait un travail de photographie à partir d’un ouvrage de Tocqueville, Quinze jours au désert (écrit en 1831 et réédité aux éditions Mille et une nuits en 1998), qui consistait à filmer les paysages du nord des États-Unis (Michigan) dont il parle dans cet ouvrage. Je voulais voir et donner à voir avec un regard actuel les vestiges postindustriels des paysages préindustriels que Tocqueville avait vus. J’ai d’abord eu l’idée d’une performance théâtrale de ce texte. J’ai suivi, tout en filmant, le chemin de Buffalo à Saginaw que Tocqueville décrit. J’avais obtenu un financement de la Fondation Florence Gould et de la Fondation Terra. Le choix des extraits de ce texte bref de Tocqueville s’est fait en fonction des images que j’ai pu tourner lors de ce voyage. Le texte, écrit pour l’essentiel à la première personne du pluriel (Tocqueville a voyagé avec son ami Gustave de Beaumont), est parfaitement adapté à la lecture par un acteur seul. Lors de la lecture-performance, l’acteur était comme enveloppé par la vidéo-projection. Avec l’écrivaine Danielle Mémoire, nous avons fait des coupes, de menues adaptations de temps et de personnes. J’ai réalisé moi-même la traduction en anglais, en modernisant parfois le texte pour éviter certains pièges que la langue du xixsiècle traduite en anglais pouvait poser, mais en faisant très attention à conserver le style romantique de Tocqueville dans ce texte. Ce travail a été fait en consultant Danielle Mémoire, et en me référant parfois à des traductions existantes. La performance a eu lieu à New York à la Maison française de l’université de Columbia le 13 septembre 2001, deux jours seulement après les attentats, c’était très émouvant. Le récit de Tocqueville avait une résonance très particulière dans ce contexte. Notre petite salle était pleine, tout Broadway était fermé. Ce spectacle nous a fait du bien à tous.

J’avais d’abord présenté la performance en français au Musée d’art américain, Giverny, Terra Foundation for the Arts, en juillet 2001, en écho à l’exposition intitulée Milbert, Lesueur, Tocqueville, Le voyage en Amérique 1815-1845. C’est grâce à cette exposition et à l’ouverture d’esprit de la directrice de la programmation, Francesca Rose, que l’idée d’une performance est née. Je précise que, pour moi, la lecture à voix haute est un vrai travail d’acteur. L’interprète américain Geoffrey Carey a fait la performance / lecture en anglais, et pour le français ce fut Jean-Paul Denizon, qui a travaillé avec Peter Brook notamment.

Un travail photographique est venu par la suite : j’ai créé spécialement des boîtes lumineuses dans lesquelles j’ai placé des « Duratranses » (sortes de diapositives agrandies) et des « Grabs » (images fixes issues de la vidéo) du voyage de Tocqueville revisité.

Boîtes lumineuses d’Elizabeth Lennard, représentant l’emplacement des paysages vus par Tocqueville : Usine Buick en ruines, Flint, Michigan ; Aux abords de la rivière Saginaw, forêt replantée en 1947 ; Parking à Saginaw, 2001.

Comment avez-vous décidé de travailler sur le théâtre de Gertrude Stein ?

  • 1 . Gertrude Stein souligne dans son « avertissement » à Lucy Church Amiably l’importance du lieu : (...)

E.L. : Tout est parti de ma lecture en 1995 du texte de Stein sur le théâtre, la conférence intitulée « Plays » qu’elle a donnée lors de sa tournée aux États-Unis en 1934-1935. C’est un texte qui a eu une grande influence, sur Bob Wilson, Richard Foreman et Peter Sellars notamment. En tant que photographe, j’ai été frappée par le concept de Stein du théâtre comme paysage. J’ai eu envie d’aller voir les paysages dont elle parlait, les paysages français du Bugey où elle avait séjourné avec Alice B. Toklas, par périodes de six mois de 1924 à 1938, puis toute l’année de 1939 à 1944. J’ai fait des photos de ces paysages, de la maison où a vécu Stein, de l’église de Lucey en Savoie (qui a donné lieu au roman Lucy Church Amiably, écrit en 1927)1.

Planche-contact des paysages du Bugey où a vécu Stein.
Texte de Stein encadrant les images : « Then I began to spend my summers in the department of the Ain and there I lived in a landscape that made itself its own landscape. I slowly came to feel that since the landscape was the thing I had to write it down in Lucy Church Amiably and I did… ». Photographie tirage sels d’argent rehaussée couleurs, dimensions 133 cm x 117 cm ©Elizabeth Lennard.

  • 2 . Le tirage contact est l’obtention sur papier de la version positive d’un négatif. Le négatif dév (...)

2L’écriture de Stein est profondément ancrée dans la réalité, ainsi que l’ont souligné plusieurs critiques, notamment Ulla Dydo (Lennard, 2000). Je me suis intéressée aux objets mentionnés dans ses pièces, d’un point de vue pictural. J’en ai fait des planches-contacts, technique qui consiste à prendre des photos sur un rouleau entier de pellicule argentique, c’est-à-dire 36 poses, en tenant compte de la disposition des images par la suite sur la planche-contact2. La pellicule noir et blanc est découpée en six parties de façon à remplir une feuille rectangulaire. La planche-contact est ensuite agrandie, puis je peins par-dessus. La contrainte de cette disposition de 36 images m’a beaucoup intéressée pendant plusieurs années : prendre une photo dans le contexte de celle qui la précède, de celle qui la suit ou se situe au-dessus d’elle, en incluant les ratures. Je voulais voir s’il pouvait y avoir un parallèle avec certains travaux de Stein sur le langage et la répétition. Dans ce but, j’ai d’abord travaillé sur une mise en espace de la pièce A List en 1996, que Stein cite comme exemple de pièce-paysage dans sa conférence « Plays ».

3L’idée est venue de faire une lecture-performance à la galerie « Les Filles du Calvaire » à Paris, où mes planches-contacts étaient également exposées. Puis, en 1998, j’ai mis en espace un ensemble de pièces courtes : Counting her Dresses, He Said It, Objects Lie On a Table, Every Afternoon, If I Told Him, A Completed Portrait of Picasso et, en 2000, un autre groupe de pièces : Pour le pays entièrement, Bonne Année, Voix de Dames, également à la galerie « Les Filles du Calvaire » à Paris et au Musée d’art américain à Giverny. Les pièces de Stein sont souvent très courtes, d’où l’idée d’en présenter plusieurs à la fois, ou de le faire dans le cadre d’une exposition. Pour la pièce Objects Lie on a Table, je voulais aussi reconstruire ce que Stein déconstruisait, mettre à plat ses images cubistes. Des phrases de Stein entourent les planches-contacts, en rapport avec les images.

Photographie peinte ©Elizabeth Lennard d’après la pièce de Stein
Objects Lie on a Table. Dimensions 111 cm x 120 cm.
Extraits de la pièce encadrant les images : « Objects lie on a table. We live beside them and look at them and then they are on the table then »; « And bananas. Cardboard -colored as bananas are colored and cabbages. Cabbages are green and… ».

Qualifieriez-vous votre travail sur les pièces de Stein d’adaptation picturale ?

E.L. : Il s’agit plutôt de se baser sur ce que ces pièces m’inspirent. Les premières pièces de Stein, parce qu’elles ne comportent en général pas d’indications, pas de didascalies, ni même, parfois, de personnages à proprement parler, laissent beaucoup de liberté, et c’est ce qui m’intéresse. Pour Objects Lie on a Table, par exemple, je me suis concentrée sur la taille des objets mentionnés dans le texte, avec un gros plan sur un chou ou encore sur une toute petite chaise que l’on pouvait poser sur une table, etc. Dans l’ensemble de mon travail, je m’intéresse au rapport au temps et à l’échelle. C’est la redéfinition de l’échelle qui m’intéressait ici, et c’est ce que fait l’écriture de Stein. Pour donner un exemple, l’objet peut être agrandi par la répétition ; parfois il est décontextualisé et apparaît sous un angle inhabituel. J’aime penser que, comme Stein, j’ai cherché à mettre en relief des objets auxquels nous ne prêtons pas attention habituellement, des objets « that we take for granted ». C’est la base de ma mise en scène d’Objects Lie on a Table : les gros plans sur ces objets manipulés par la comédienne Coralie Seyrig et projetés pendant la pièce étaient une façon de faire en sorte qu’ils ne passent pas inaperçus. La dimension temporelle s’introduit de diverses façons : par exemple, j’ai photographié le paquet de farine qui a « joué » dans la pièce Objects. J’avais choisi une marque rappelant un paquet de farine qui aurait pu exister du temps de Stein, qu’elle aurait pu utiliser. Le travail photographique inspiré par les textes de Stein intervient en amont ou en aval de la mise en scène. à la fin de Pour le pays entièrement, une autre pièce de Stein, les personnages vont chercher des asphodèles, fleurs sauvages que l’on retrouve souvent en poésie. J’ai réalisé un petit film autour de la question posée dans la pièce de Stein sur la couleur de ces fleurs, projetées comme décor à ce moment de la pièce.

Geoffroy   Cher monsieur. La neige tombe chaque soir.
Rouge. Oui ainsi que les asphodèles.
Cora   L’asphodèle n’est pas rouge.
Je sais qu’elle le semble.

Extrait de Pour le pays entièrement de Gertrude Stein, trad. Elizabeth Lennard et Danielle Mémoire. Film et mise en scène d’Elizabeth Lennard, MC93 Bobigny 2002.

Puis j’en ai fait des photos peintes. Mon rapport aux textes de Stein est davantage de l’ordre de l’inspiration que de l’adaptation, et peut prendre plusieurs formes sonores et/ou visuelles.

Asphodel isn’t Red ©Elizabeth Lennard, tirage sels d’argent rehaussé couleurs, entouré de phrases de Stein extraites de For the Country Entirely :
« Dear Sir. Every -evening the snow falls. Red. Yes and so do the asphodels. Asphodel isn’t red »; « Dear Sir. Is there much wisdom in searc-h-ing for asphodels ».

L’aspect visuel est-il premier dans votre travail sur les textes de Stein ?

E.L. : Il est vrai que je visualise d’abord les choses, avec mon œil de photographe. Mais ensuite j’ai une idée plus large de ce que je peux faire des pièces de Stein, d’où ma mise en scène de plusieurs de ses pièces courtes, dont Counting her dresses et Bonne année, par exemple. L’aspect visuel est souvent important dans ma mise en scène. Dans For the Country Entirely, a Play in Letters / Pour le pays entièrement, une pièce par lettres, il y avait une projection d’une écriture en train de se faire sur un écran placé derrière les acteurs, et des feuilles froissées en direct jetées sur l’écran. J’utilise de grands panneaux de tulle sur lesquels sont projetées des images en transparence, pour dupliquer les images, comme pour faire écho aux répétitions de Stein. Pour Objects Lie on a Table, j’avais placé les acteurs sur une scène ouverte des quatre côtés, avec des spectateurs devant et derrière la scène, tandis que les objets manipulés par les acteurs étaient filmés et projetés en direct sur les panneaux de tulle tendus sur les bords de la scène.

Mais la dimension visuelle n’est pas toujours présente dans mes adaptations. Ainsi, pour Short Sentences, une pièce de Gertrude Stein prévue pour 500 personnages (chaque personnage dit une courte réplique), mon travail a surtout consisté à réduire le nombre de personnages. Contrainte par la durée de la performance, j’ai dû enlever 100 personnages, puis répartir les répliques, une partie aux acteurs, une partie au public. Les spectateurs étaient ensuite invités à tirer au sort une ou plusieurs répliques, et devaient prendre la parole quand les acteurs disaient le nom de leur(s) personnage(s). Ce qui m’a intéressée dans cette performance était surtout l’interaction avec le public, que ce soit au théâtre des Halles de Schaerbeeken 2006 à Bruxelles ou dans le cadre de l’exposition Matisse, Cézanne, Picasso, l’aventure des Stein en 2011-2012 au Grand Palais à Paris. Ici, le « succès » de la pièce dépend littéralement du public, car ce sont les spectateurs qui en sont les interprètes.

Les répliques de Phrases Courtes sont découpées pour être tirées au sort et lues par le public. Traduction D. Mémoire et E. Lennard. Conception de la performance : Elizabeth Lennard.

  • 3 . Ces performances ont eu lieu en juin 2015 à l’École supérieure nationale d’architecture de Paris (...)

4En règle générale cependant, la dimension visuelle est très présente dans mes mises en scène, et parfois assez autonome aussi. J’ai eu plusieurs fois recours à la projection d’images ou de films sur un grand écran devant lequel les acteurs lisent un texte, que ce soit pour Stein ou Tocqueville. Je l’ai fait plus récemment pour une lecture-performance de textes de l’architecte designer Eileen Gray par deux acteurs, avec, derrière eux, des projections d’images de la villa E-1027 qu’elle a fait construire à Roquebrune-Cap-Martin sur la Côte d’Azur, selon les conceptions théoriques détaillées dans ses dialogues avec le critique architecte Jean Badovici et la correspondance de ce dernier avec Le Corbusier3. Mais, même dans ce cas, je ne parlerais pas d’illustration visuelle ni d’explication de l’image, car je n’établis pas de hiérarchie entre le texte et l’image. Les deux fonctionnent ensemble, c’est un tout.

Objects Lie on a Table, Geoffrey Carey et Coralie Seyrig à la galerie « Les Filles du Calvaire ».

E1027 Design for Living Eileen Gray et Jean Badovici avec Anne Priol et Mica Smadja, mise en scène et adaptation Elizabeth Lennard, à l’AIA New York Center for Architecture, 26 juin 2015.

Vous avez également réalisé un opéra à partir d’un texte de Stein. Comment s’est passé le travail avec le compositeur ?

E.L. : Il s’agit d’Accents en Alsace, que j’ai monté en opéra avec Marc-Olivier Dupin et qui a été présenté au théâtre MC93 de Bobigny et au festival Musica à Strasbourg en 2002. Pour composer la musique, Marc-Olivier Dupin a travaillé de son côté à partir de l’adaptation française que nous avons faite avec Danielle Mémoire et à partir des images pré-montées que je lui ai fournies, films d’archives ou films que j’ai réalisés en plus grande quantité que ce qui a été finalement conservé dans le spectacle. Il avait déjà composé pour des films muets et s’est beaucoup aidé des images. Nous avons appelé ce travail en commun « opéra vidéo / vidéo opéra ».

Le texte de Stein s’intitule Accents in Alsace: A Reasonable Tragedy, publié dans Geography and Plays en 1922. C’est le visionnage d’archives de la Première Guerre mondiale pour mon film documentaire sur un autre écrivain américain, Edith Wharton, qui m’a donné l’idée de la possibilité de mettre en scène ce texte4. Gertrude Stein avait fait des études de médecine à Johns Hopkins University à Baltimore, et, avec sa compagne Alice B. Toklas, elles mirent leurs compétences au service des blessés de guerre en 1914-1918. Pour Stein et Toklas, cela paraissait naturel de participer à l’effort de guerre aux côtés de la France, leur pays d’adoption depuis une dizaine d’années. Enfant, Stein avait vécu quelques années à Vienne en Autriche et connaissait l’allemand. En 1919, elle accepta la proposition d’aller en Alsace pour aider des refugiés. Accents en Alsace contient en outre une référence explicite à la guerre de Sécession américaine. Stein vouait une grande admiration au général Grant. On considère Stein comme située à un point de rupture entre le xixsiècle et le xxe siècle et marquant le début du modernisme, mais Stein, née en 1874 aux États-Unis et arrivée à Paris en 1903, fait aussi le lien entre ces deux siècles.

  • 5 . La technique utilisée alors était la projection à partir d’un DVD et non depuis un ordinateur co (...)

Je me suis beaucoup intéressée aux films d’archives de la Première Guerre mondiale, et au sort des Alsaciens partis en Algérie, émigration que j’ai découverte alors et qui est évoquée dans les films que j’ai réalisés pour la partie projection visuelle de l’opéra5. Il ne s’agissait pas d’illustrer le texte de Stein mais de donner des éléments de contexte, et de faire se rejoindre texte, image et son.

Le jeune Zumsteg
Un soldat.
Un antiquaire.

Images filmées de soldats de plomb de diverses guerres.
Le jeune Zumsteg
Peut-être que c’est un autre.

Tous
Nous avons été surpris avec l’histoire du père et du beau-père de
Marguerite et la guerre de sécession américaine.

Récitant
Joseph
(chanté)

M. Zumsteg
Trois trois six, six, cinquante, six cinquante, cinquante, sept.

Extrait de Accents in Alsace, texte de Gertrude Stein, trad. Elizabeth Lennard et Danielle Mémoire. Vidéo et mise en scène : Elizabeth Lennard. Musique : Marc-Olivier Dupin.

5Pour la musique, le choix des instruments s’est fait en partie selon des contraintes financières. Marc-Olivier Dupin m’a proposé deux solutions pour respecter le budget : soit du violon, soit des percussions. J’ai préféré les percussions qui rappellent la tradition des fanfares et de la bloosmusik (brassband) alsaciennes, où les percussions sont très présentes. Il y avait près de 65 instruments en tout. Ce choix a ensuite influencé le travail de mise en relation des images et de la musique : par exemple, le percussionniste donne un coup de cymbales lorsque l’on voit une image d’explosion à l’écran. Lors de la performance, les deux percussionnistes étaient installés de part et d’autre de la scène où se trouvaient les chanteurs : deux sopranos, un ténor et un baryton. Ces derniers étaient vêtus de costumes créés par la styliste Dice Kayek, un rappel moderne des tenues alsaciennes traditionnelles. Les images étaient projetées sur des écrans transparents, parfois pour donner l’illusion que quelque chose se passait derrière et, à un moment, pour créer une impression de film stroboscopique. Je tenais à ce que l’action se déroule en grande partie sur les écrans ou en étroite interaction entres images projetées et gestes des chanteurs réduits au minimum. Comme il n’y avait pas de chef d’orchestre pour coordonner le tout, il y avait parfois des repères dans le texte, parfois dans l’image et parfois dans la musique. Soit le chanteur, soit le percussionniste, soit le récitant, donnait le signal de départ pour lancer la scène. Une note jouée par un instrument de percussion pouvait donner le signal pour que la régisseuse vidéo lance le chapitre du DVD, ou bien une image du film fournissait le repère au chanteur ou au musicien. Il y avait même des scènes où l’un des chanteurs ou l’un des percussionnistes était chef d’orchestre et dirigeait les autres.

6Il y a eu aussi un moment d’improvisation instrumentale suggéré par le compositeur Marc-Olivier Dupin. Le récitant reprend le passage de Stein « Alsaciens à New York », et suivent cinq minutes de films d’archives de New York et de son métro aérien, tandis que les chanteurs « dînent » derrière l’écran en tulle et que les percussionnistes improvisent un air, mi-jazz, mi-contemporain. Il y avait des marqueurs pour indiquer le début et la fin de ce passage d’improvisation, d’après l’image. Une séquence entière à partir des archives a été inventée par le compositeur.

L’opéra vidéo Accents en Alsace avec projection d’images d’archives ou filmées par Elizabeth Lennard. À gauche, les quatre chanteurs ; à droite, l’un des percussionnistes, Laurent Fraiche.

Exemples des repères des chapitres des DVD 1 et 2 (écrans gauche et droit)

PRIX DE FRANÇAIS

05

02 47

BÉBÉS + LOUISE

06

03 51

ARMEZ-VOUS

07

05 01

CLÉMENCEAU+FILATURE

08

06 28

TRAIN+ARMES+ENFANTS

09

07 47

AVIONS NUAGES

10

09 07

ENFANTS CIMETIÈRE

11

10 13

À REBOURS

12

11 3

Pour la création de cet opéra, comme pour les pièces de théâtre, vous avez traduit le texte de Stein en français avec l’écrivaine Danielle Mémoire. Pouvez-vous nous parler de ce travail de traduction à quatre mains ?

E.L. : Danielle Mémoire et moi sommes amies de longue date, nous avions travaillé ensemble en 1987 à la traduction de scénarios à partir de nouvelles d’Edith Wharton, dans le cadre d’un projet que j’avais pour la SEPT / ARTE qui n’a pas pu voir le jour. Par la suite, nous avons écrit un documentaire sur Edith Wharton, que j’ai réalisé. Plus tard, en 2009, nous avons travaillé ensemble pour réaliser une vidéo qui a servi de décor lors d’une performance au Nouveau Festival au Centre Pompidou, projetée derrière quatre lecteurs du texte Pour faire une cordelière de Danielle Mémoire. Lorsque nous travaillons ensemble, c’est une vraie collaboration artistique. Il ne s’agit pas uniquement de traduction.

7Nous avons travaillé toutes les deux sur plusieurs projets qui n’étaient pas toujours des traductions. Le texte de Tocqueville était évidemment écrit en français et Danielle Mémoire m’a aidée à couper le texte, à faire de très légères adaptations. Pour la traduction de Stein, cela s’est fait progressivement. La première pièce de Stein que j’ai présentée en lecture-performance était en anglais ; il s’agissait de A List en 1996. Pour Objects Lie on a Table, j’ai fait le choix d’une lecture bilingue, avec des acteurs bilingues, Geoffrey Carey et Coralie Seyrig. Les deux pouvaient dire des passages en anglais ou en français. Ce choix permettait d’entendre à la fois les sonorités de l’original et le sens de la traduction pour les spectateurs français. Le texte était lu en continu, les acteurs passaient de l’anglais au français et inversement, sans se répéter : il ne s’agissait pas de lire un passage en anglais puis le même passage en français, mais d’un flux continu avec passage presque insensible d’une langue à l’autre. Pour cela, nous avons choisi de faire une traduction la plus littérale possible, parti pris que nous avons conservé pour des pièces de Stein présentées complètement en français, comme Counting her Dresses / En comptant ses robes, qui fonctionne très bien en français. Je considère que l’écriture de Stein est tout à fait traduisible en français. Le degré d’étrangeté de ses textes et leur manière particulière de faire sens, les jeux sonores, les images, l’humour de Stein, tout cela peut tout à fait être conservé d’une langue à l’autre.

Counting Her Dresses avec Coralie Seyrig et Geoffrey Carey, galerie « Les Filles du Calvaire », 1998.

À votre avis, dans quelle mesure le terme de traduction s’applique-t-il à l’ensemble de votre travail ?

E.L. : Les traductions proprement dites, celles faites avec Danielle Mémoire, ne pouvaient pas être réalisées sans elle. Je pouvais faire des propositions pour la traduction française et parler de mon intention, mais c’est elle qui, dans sa langue maternelle, et surtout avec son grand sens poétique, en faisait une traduction à part entière. Nous avions des discussions très sympathiques, cela a toujours été très joyeux. J’échangeais avec elle sur mes idées de choix de personnages et de mise en scène, sur la problématique du genre forcement posée dans la langue française par l’introduction d’interprètes masculins ou féminins. Pour traduire la prose poétique de Stein, il faut être poète ; c’est le cas de Danielle Mémoire. Mon intervention était aussi liée à ma compréhension de l’écriture de Stein en anglais. Dans ce sens, on peut vraiment parler de traduction à quatre mains.

8Pourtant, cela dépassait toujours la traduction au sens linguistique du terme. Nous avons collaboré de plusieurs manières, une fois pour une revue poétique (L’affiche) qui favorise la collaboration entre poètes et artistes. Ici, l’idée de la rature apparaît dans l’image et dans l’écrit :

Affiche réalisée par Elizabeth Lennard et Danielle Mémoire.
Texte dans l’angle de l’image : « Les mots, il les regarde comme l’élément d’un décor. » Lien : http://editionlebleuduciel.free.fr/​affiche53.html (consulté le 12 juillet 2016).

9Nous avons également travaillé ensemble à des courts-métrages expérimentaux comme Wittgenstein Colours, où l’on peut dire que l’intersémiotique est au cœur du sujet6.

10En tant qu’artiste « pluridisciplinaire », la notion de traduction m’intéresse, et mon travail est en effet une sorte de traduction intersémiotique qui ne s’arrête jamais. C’est-à-dire que je décline les images et les textes sous plusieurs formes qui s’engendrent les unes les autres. Les films peuvent donner des photos, assemblées sur une pellicule filmique puis transposées en planches-contacts, colorées ensuite à la peinture ; elles peuvent ensuite devenir des boîtes lumineuses… L’écriture de Stein en reste l’origine, avec ses phrases à elle qui encadrent les planches-contacts, ses textes lus, traduits, mis en scène avec des éléments visuels sur et autour de la scène…

11J’ai travaillé une quinzaine d’années sur Stein, et son écriture est encore une source d’inspiration pour moi. Je trouve aussi des parallèles entre la recherche du « présent continu » chez Gertrude Stein et l’écriture au présent de Marguerite Duras, que j’ai eu l’occasion de bien connaître et de photographier. D’un point de vue linguistique, je soutiens l’idée que Stein peut et doit être traduite le plus littéralement possible, et qu’il ne faut rien simplifier ou adapter. Mais d’un point de vue artistique je pense que c’est un auteur qui laisse beaucoup de liberté d’adaptation, et que c’est la raison pour laquelle elle reste une grande source d’inspiration.

Nappe et serviettes, Objects Lie on a Table ; texte projeté sur la scène, Pour le Pays Entièrement, MC93 Bobigny ©Elizabeth Lennard.

Haut de page

Bibliographie

Blandine Arnoux dans Accent en Alsace Opéra-vidéo d’après Gertrude Stein, musique de Marc-Olivier Dupin, mise en scène et images par Elizabeth Lennard, MC93 Bobigny, 2002.

Archäologie in der zeitgenössischen Kunst? L’Archéologie dans l’art contemporain, 2011, Verlag für Moderne Kunst, catalogue d’exposition, centre Pasquart Biel/Bienne, Bonn, Article sur Elizabeth Lennard, p. 108-113.

Bonnemains, Jacqueline, et Thielemans, François, 2001, Milbert, Lesueur, Tocqueville : Le Voyage en Amérique (1815-1845), catalogue d’exposition, Giverny.

Gray, Eileen, et Badovici, 2006, « E. 1027: Maison en bord de mer », L’Architecture vivante, Marseille, Imbernon.

Kmiecik, Amanda, 2012, Le Théâtre de Gertrude Stein : de la lettre à la scène, mémoire de Master 2, dir. Christine Savinel, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Contient un entretien avec Elizabeth Lennard, p. 141-151.

Lennard, Elizabeth, 2000, « Objects Lie on a Table », catalogue d’exposition, Trézélan, Filigranes. Contient une traduction de la pièce éponyme de Gertrude Stein par Elizabeth Lennard et Danielle Mémoire, et une introduction de Ulla Dydo.

Lennard, Elizabeth, et Mémoire, Danielle, 2003, « Accents en Alsace : une tragédie raisonnable », livret d’un vidéo-opéra adapté de Accents in Alsace: a Reasonable Tragedy [1922] de Gertrude Stein, Bruxelles, Pylônes, p. 166-195.

Lennard, Elizabeth, artiste multimédia, site web et liens (consultés le 12 juillet 2016) :

http://www.elizabethlennard.net

http://www.elizabethlennard.net/ - !gertrude-stein-performances/wr9n8.

http://www.elizabethlennard.net/ - !accents-in-alsace-stein-opera/j31cg.

http://www.elizabethlennard.net/ - !eileen-gray-performance/ep894.

http://www.elizabethlennard.net/ - !tocqueville/vdbqu.

Tocqueville, Alexis de, 1998 [1832], Quinze jours dans le désert américain, Paris, Mille et une nuits.

Haut de page

Notes

1 . Gertrude Stein souligne dans son « avertissement » à Lucy Church Amiably l’importance du lieu : « Lucy Church Amiably. There is a church and it is in Lucey and it has a steeple and the steeple is a pagoda and there is no reason for it and it looks like something else. […] This altogether makes a return to romantic nature that is it makes a landscape look like an engraving in which there are some people ». Stein, G., 1969 [1930], Lucy Church Amiably, New York, Something Else Press, p. 7.

2 . Le tirage contact est l’obtention sur papier de la version positive d’un négatif. Le négatif développé est posé directement au contact du papier photographique. Une planche-contact reprend toutes les vues d’un même rouleau de pellicule.

3 . Ces performances ont eu lieu en juin 2015 à l’École supérieure nationale d’architecture de Paris Malaquais et à l’AIA New York Center for Architecture.

4 . Lien vers ce documentaire https://www.youtube.com/watch?v=YvxW4Umnbi4 (consulté le 12 juillet 2016).

5 . La technique utilisée alors était la projection à partir d’un DVD et non depuis un ordinateur comme on le ferait tout simplement aujourd’hui.

6 . Lien vers ce court-métrage : https://vimeo.com/15945894 (consulté le 12 juillet 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Boîtes lumineuses d’Elizabeth Lennard, représentant l’emplacement des paysages vus par Tocqueville : Usine Buick en ruines, Flint, Michigan ; Aux abords de la rivière Saginaw, forêt replantée en 1947 ; Parking à Saginaw, 2001.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Planche-contact des paysages du Bugey où a vécu Stein. Texte de Stein encadrant les images : « Then I began to spend my summers in the department of the Ain and there I lived in a landscape that made itself its own landscape. I slowly came to feel that since the landscape was the thing I had to write it down in Lucy Church Amiably and I did… ». Photographie tirage sels d’argent rehaussée couleurs, dimensions 133 cm x 117 cm ©Elizabeth Lennard.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Photographie peinte ©Elizabeth Lennard d’après la pièce de Stein Objects Lie on a Table. Dimensions 111 cm x 120 cm. Extraits de la pièce encadrant les images : « Objects lie on a table. We live beside them and look at them and then they are on the table then » ; « And bananas. Cardboard -colored as bananas are colored and cabbages. Cabbages are green and… ».
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Asphodel isn’t Red ©Elizabeth Lennard, tirage sels d’argent rehaussé couleurs, entouré de phrases de Stein extraites de For the Country Entirely : « Dear Sir. Every -evening the snow falls. Red. Yes and so do the asphodels. Asphodel isn’t red » ; « Dear Sir. Is there much wisdom in searc-h-ing for asphodels ».
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Les répliques de Phrases Courtes sont découpées pour être tirées au sort et lues par le public. Traduction D. Mémoire et E. Lennard. Conception de la performance : Elizabeth Lennard.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Objects Lie on a Table, Geoffrey Carey et Coralie Seyrig à la galerie « Les Filles du Calvaire ».
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende E1027 Design for Living Eileen Gray et Jean Badovici avec Anne Priol et Mica Smadja, mise en scène et adaptation Elizabeth Lennard, à l’AIA New York Center for Architecture, 26 juin 2015.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende L’opéra vidéo Accents en Alsace avec projection d’images d’archives ou filmées par Elizabeth Lennard. À gauche, les quatre chanteurs ; à droite, l’un des percussionnistes, Laurent Fraiche.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Counting Her Dresses avec Coralie Seyrig et Geoffrey Carey, galerie « Les Filles du Calvaire », 1998.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Affiche réalisée par Elizabeth Lennard et Danielle Mémoire. Texte dans l’angle de l’image : « Les mots, il les regarde comme l’élément d’un décor. » Lien : http://editionlebleuduciel.free.fr/​affiche53.html (consulté le 12 juillet 2016).
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Nappe et serviettes, Objects Lie on a Table ; texte projeté sur la scène, Pour le Pays Entièrement, MC93 Bobigny ©Elizabeth Lennard.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/2378/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Lennard, « « Les choux sont verts » (Gertrude Stein) : les adaptations intersémiotiques d’Elizabeth Lennard », Palimpsestes [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 17 mai 2017, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/2378 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.2378

Haut de page

Auteur

Elizabeth Lennard

Elizabeth Lennard se présente elle-même comme une artiste multimédia. Américaine et photographe de formation, elle vit une partie de l’année en France et a réalisé de nombreux travaux de photographie (portraits, paysages naturels et industriels, planches-contacts peintes…) ainsi que des films documentaires, dont un sur la famille Stein dans le cadre de l’exposition Matisse, Cézanne, Picasso… L’aventure des Stein au Grand Palais en 2011-2012, diffusé sur Arte. Elle s’intéresse au théâtre de Gertrude Stein depuis les années 1990 et elle est l’auteure de plusieurs mises en scène de lectures-performances de textes de Stein et d’un opéra (avec le compositeur Marc-Olivier Dupin). Elle a traduit en français plusieurs pièces de Stein avec l’écrivaine Danielle Mémoire. Un livret contenant la traduction d’Objects Lie on a Table ainsi que le travail de photographie d’Elizabeth Lennard autour de cette pièce a été publié chez Filigranes en 2000.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals