Navigation – Plan du site
III. Traduire l'audiovisuel pour compenser le déficit sensoriel

Audiodécrire les allusions intertextuelles et culturelles visuelles. L’exemple d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre

Katrien Lievois
p. 178-191

Résumés

Cette recherche s’intéresse à l’audiodescription cinématographique d’allusions intertextuelles et culturelles visuelles. L’article présente d’abord les concepts théoriques issus des études littéraires et traductologiques permettant d’analyser la verbalisation des marqueurs des allusions et références explicites aux références intertextuelles ou culturelles évoquées. Dans la mesure où l’audiodescription prend en compte les dialogues, les bruitages et la musique de film, il convient également d’étudier les relations entre les allusions visuelles et les autres modes filmiques. Ensuite sont analysés les exemples d’allusions visuelles du film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (Chabat, 2002). Les résultats de cette analyse indiquent des différences intéressantes pour ce qui est de l’audiodescription des allusions intertextuelles et culturelles. Ces données, comparées aux conclusions d’une étude antérieure portant sur l’audiodescription des allusions cinématographiques dans le même film (Lievois & Remael, 2017) permettent de constater que les trois types d’allusions visuelles sont en effet audiodécrits selon des principes différents.

Haut de page

Texte intégral

1L’audiodescription d’un film vise à décrire verbalement les éléments visuels auxquels les aveugles et malvoyants n’ont pas accès. Le texte ainsi créé est rendu en voix off et prononcé entre les dialogues ou les bruitages de la bande-son. Les informations supplémentaires fournies dans l’audiodescription ont pour but de rendre accessibles aux malvoyants les éléments cinématographiques purement visuels (Gisbert, 2012), mais aussi de leur permettre de mieux apprécier ce qui se passe à l’écran (Bourne & Jiménez Hurtado, 2007 : 176).

2Une des questions essentielles auxquelles il convient de répondre aussi bien dans la pratique de l’audiodescription que dans le cadre de son étude scientifique (Vercauteren, 2012) concerne la sélection des éléments à transposer. Dans la plupart des cas, les spécialistes pointent ainsi avant tout : « the action, body language, facial expressions, scenery and costumes » (Benecke, 2004 : 78). Ils ne mentionnent guère les références culturelles et intertextuelles, même si une bonne part du plaisir que peut ressentir le spectateur d’un film découle de la reconnaissance et de l’identification de ces aspects cinématographiques.

  • 1 « Pictures painted in words », in ARemael, N. Reviers & G. Vercauteren (eds.), ADLAB Audiodescrip (...)

3Les recherches concernant l’audiodescription des clins d’œil culturels et intertextuels sont effectivement nettement moins nombreuses (voir toutefois Chmiel & Mazur, 2011 ; Gisbert, 2012). Les chercheurs impliqués dans la pratique de l’audiodescription sont cependant tout à fait conscients de l’importance de cette problématique : les recommandations formulées dans le cadre du projet européen « Audiodescription. Life-Long Access for the Blind » (ADLAB, en ligne1) comportent un chapitre consacré aux références intertextuelles. Il nous semble donc utile d’étudier plus avant cette question dans une perspective théorique.

Concepts théoriques

4Si Genette utilise le terme allusion pour nommer l’une des différentes modalités intertextuelles spécifiques qu’il distingue dans Palimpsestes (1982), des chercheurs qui se situent davantage dans un contexte anglo-saxon (Ben-Porat, 1976 ; Coombs, 1984 ; Perri, 1978 ; Pucci, 1998) emploient ce concept pour toutes sortes de traces intertextuelles, qu’elles soient explicites ou non déclarées, littérales ou transformées (Genette, 1982 : 8). Ces allusions sont cependant intertextuelles, selon l’acception de Genette, parce qu’elles concernent la « présence effective d’un texte dans un autre » (ibid.) et sont donc assez clairement identifiables. Ben-Porat a proposé une « poétique de l’allusion littéraire » en mettant en avant la définition suivante :

The literary allusion is a device for the simultaneous activation of two texts. The activation is achieved through the manipulation of a special signal: a sign (simple or complex) in a given text characterized by an additional larger “referent”. This referent is always an independent text. The simultaneous activation of the two texts thus connected results in the formation of intertextual patterns whose nature cannot be predetermined. (1976 : 107-108)

5Elle souligne également le caractère trompeur que peut avoir le terme allusion littéraire (ibid. : 105-106) du fait que d’une part ce type d’allusion n’apparaît pas seulement dans des textes littéraires et d’autre part il ne concerne pas uniquement des textes cités appartenant aux Belles Lettres. De très nombreuses formes artistiques (peinture, cinéma, photographie, etc.) et textuelles (articles journalistiques, publicités, discours politiques, etc.) contiennent en effet des clins d’œil à d’autres textes et des œuvres littéraires réfèrent également souvent à des réalisations artistiques et textuelles non littéraires, comme des chansons, des films, des publicités, des phrases devenues cultes (ibid. : 105).

6Si les études cinématographiques s’intéressent au phénomène des clins d’œil intertextuels, il n’y a consensus ni sur la terminologie à privilégier, ni sur la définition à adopter. Ainsi, on retrouve des termes comme filmic quote (Mamber, 1990), filmic quotation (Zanger, 2006), cinematic quotation (Horton & McDugal, 1998) et cinematic allusion (Biguenet, 1998) utilisés sans distinction claire pour référer à des allusions aux dialogues, à la bande-son, au titre, à la thématique et à des images d’autres productions filmiques.

7Dans cette recherche, l’expression allusion intertextuelle sera employée pour référer à des clins d’œil, relativement faciles à isoler et à identifier, à une autre production culturelle (film, série télévisée, peinture, musique, texte littéraire, bande dessinée).

8Dans Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (Chabat, 2002), le film analysé ici, nombre d’allusions ne visent pas vraiment d’autres produits culturels ou œuvres artistiques mais concernent plutôt ce que les études de la traduction désignent par les termes realia, références culturelles ou culture bumps (Aixelá, 1996 ; Grit, 1997 ; House, 2004 ; Leppihalme, 1997 ; Newmark, 1988). Nous avons choisi d’inclure dans notre analyse ces allusions culturelles, qui ont trait à des éléments appartenant à la vie quotidienne.

9Pour les allusions tant intertextuelles que culturelles, celles qui sont de nature visuelle doivent être audiodécrites. Nous les prendrons donc comme point départ pour notre analyse.

10Ben-Porat souligne très clairement que le terme allusion revêt en fait différents aspects et met en œuvre des opérations distinctes. On appelle allusion « the activation of two texts », c’est-à-dire la relation qui peut être établie entre le texte citant et le texte cité, mais également « the device which triggers it », le signal ou marqueur dans le texte citant qui déclenche cette relation (1976 : 110). Dans notre recherche, il s’agit donc également d’étudier dans quelle mesure l’audiodescription de l’allusion concerne la description du marqueur ou plutôt la référence explicite au texte cité ou à la référence culturelle évoquée.

Corpus et méthodologie

  • 2 Nous tenons à remercier TF1, Pathé, Artmedia et Alain Chabat de nous avoir donné la permission d’ut (...)

11Pour notre analyse d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, nous avons pu disposer en DVD de la version audiodécrite diffusée par TF12. Cette production présente en effet de très nombreux exemples d’allusions intertextuelles et culturelles et paraît indiquée pour fonder une recherche exploratoire sur l’audiodescription de ce type d’allusions visuelles. Il nous semble prioritaire dans une étude pilote de ce type de garantir la cohérence des exemples analysés plutôt que d’en augmenter sensiblement le nombre.

12L’intrigue d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre est largement fondée sur une des bandes dessinées françaises les plus connues : Astérix et Cléopâtre (Goscinny & Uderzo, 1965). La BD comme le film racontent les aventures d’Astérix et Obélix qui se rendent en Égypte afin d’aider l’architecte Numérobis à bâtir un palais monumental pour César en moins de trois mois.

13Dans une recherche antérieure effectuée avec Aline Remael (Lievois & Remael, 2017), nous avons proposé une analyse de l’audiodescription des allusions cinématographiques à partir du même corpus. Nous y avons étudié seize scènes et l’une des conclusions de notre analyse était que, dans dix cas sur les seize, l’allusion filmique visuelle était combinée à des éléments qui concernaient les dialogues, les bruitages et la musique de film. Nous avons pu montrer que l’allusion filmique repose donc souvent sur une grande complémentarité dans les modes cinématographiques, ce qui peut constituer une aide importante pour l’audiodescripteur dans la mesure où elle donne également lieu à un degré élevé de séparabilité (Zabalbeascoa, 2003 : 214-215). En effet, la complémentarité entre différents modes audiovisuels les rend parfois redondants et dans ces cas, même si le mode visuel vient à disparaître, le mode acoustique à lui seul permet au spectateur de comprendre ce qui se passe à l’écran. Il arrive également que les deux modes ne puissent être séparés et doivent être compris ensemble. Notre recherche sur les allusions filmiques nous a appris que la séparabilité des modes audiovisuels d’une scène a effectivement une influence sur la façon dont elle peut être audiodécrite.

  • 3 « La séquence […] désigne une suite de plans exprimant une idée principale à lintérieur dune unit (...)

14Il nous semble nécessaire de proposer un pendant à cette analyse en étudiant également les allusions culturelles et intertextuelles non filmiques. Nous avons donc isolé dans le même film dix-huit scènes contenant des allusions visuelles : six relèvent de l’intertextualité et douze sont des références culturelles. Notre hypothèse de travail était double. Tout d’abord, nous sommes partie de l’idée qu’à la différence des allusions filmiques, dont la nature même est multimodale, les allusions visuelles étudiées ici ne comportent pas intrinsèquement d’éléments auditifs. Une deuxième distinction entre l’allusion filmique et l’allusion visuelle culturelle et intertextuelle concerne la durée de leur apparition à l’écran. La première repose presque immanquablement sur une séquence cinématographique3 et dure donc souvent au moins quelques secondes. L’autre repose plutôt sur l’apparition – souvent très brève – d’une image spécifique. Ces deux caractéristiques de l’allusion visuelle culturelle et intertextuelle, son caractère monomodal et sa courte durée sont autant de défis supplémentaires pour l’audiodescripteur.

15Pour faciliter l’identification des scènes, nous leur avons attribué un nom, un numéro et un code temporel qui renvoie au DVD reçu de TF1 (voir annexe à la fin de notre article).

16Après avoir sélectionné les scènes, nous avons transcrit dans un tableur les dialogues et l’audiodescription. Nous y avons ajouté des informations supplémentaires concernant les personnages et le déroulement de la scène, ainsi que la bande-son qui l’accompagne. Car, même si l’analyse concerne le canal visuel du film, elle doit aussi prendre en compte le canal acoustique (Gambier, 1996 : 38). La redondance (redundancy) est en effet une caractéristique essentielle du cinéma, qui, dans les faits, est souvent difficile à distinguer de la complémentarité (Zabalbeascoa , 2003 : 215). La redondance entre les canaux acoustique et visuel aussi bien que leur complémentarité peuvent s’avérer très utiles au traducteur audiovisuel en général (Díaz-Cintas & Remael, 2007 : 50) et à l’audiodescripteur en particulier.

Questions de recherche et analyse

17En nous basant sur le cadre théorique et méthodologique et sur les scènes sélectionnées et décrites, présentés plus haut, nous sommes en mesure d’affiner notre problématique en la déclinant selon quatre axes, abordés dans cet ordre dans les pages qui suivent :

  1. Y a-t-il une relation à observer entre l’audiodescription des allusions visuelles étudiées et l’information véhiculée par les dialogues ou les bruitages qui les accompagnent ?

  2. Pouvons-nous établir une corrélation entre les audiodescriptions analysées et la durée du plan dans lequel elles apparaissent ?

  3. L’audiodescription des allusions intertextuelles se présente-t-elle différemment de celle des allusions culturelles ?

  4. Dans les cas où les allusions ont effectivement été audiodécrites, l’audiodescription concerne-t-elle seulement le signal dans le texte citant ou réfère-t-elle directement au texte cité ?

18Pour mieux situer ces questions spécifiques dans le cadre général de notre recherche, il convient de garder à l’esprit la tendance générale : dans quinze des dix-huit scènes, l’allusion visuelle est en effet reprise dans l’audiodescription.

Allusions et bande sonore

Dialogues

19Dans huit des scènes étudiées (1, 2, 8, 10, 12, 15, 16 et 17), l’audiodescription s’explique par le fait que les dialogues réfèrent eux aussi à l’allusion visuelle.

20Ainsi dans la scène 8 (Marché touristique), Astérix et Obélix décident d’aller visiter le Sphinx et s’arrêtent au marché touristique où des commerçants vendent des souvenirs. L’audiodescription y fait explicitement allusion et explique ainsi une partie du dialogue qui suit entre Astérix et Obélix :

  • 4 Abrégé dorénavant en AD.

Audiodescription4 : Les étals proposent des articles pour touristes. […]
Astérix : Jolis, ces petits sphinx.
Obélix : Je pourrais faire des menhirs-souvenirs.

21Dans la scène 10 (Jouet de sable), Nexusis écrase le pâté de sable qu’un enfant est en train de faire. La bande-son reprend le cri indigné du garçon.

AD : Un petit garçon fait des pâtés de sable avec un moule en forme de pyramide, un homme les écrase.

22Dans la scène 12 (Sablier de poche), Otis, inquiet du retard d’Astérix et Obélix, regarde un petit sablier de poche et constate que l’heure avance :

AD : Otis regarde l’heure à son sablier de poche.
Otis : Qu’est-ce qu’ils font ? Déjà sable et demi !

23Une des situations comiques récurrentes dans la série des bandes dessinées et des adaptations cinématographiques d’Astérix concerne la rencontre des héros avec les pirates, qui se solde systématiquement par la défaite de ces derniers et la destruction de leur navire. Dans Mission Cléopâtre, la scène 15 (Le Radeau de la Méduse) met en scène ce naufrage. Les personnages dans le film adoptent les mêmes attitudes que les figures dans le tableau Le Radeau de la Méduse de Géricault et l’audiodescription reprend explicitement cette allusion, ce qui permet de comprendre le jeu de mots de Barbe-Rouge qui suit :

AD : Les pirates ont trouvé refuge sur un radeau et prennent la pose des naufragés de la Méduse. Barbe-Rouge est pensif.
Barbe-Rouge : Je suis médusé.

24La scène 16 (Pierre-feuille-ciseaux) présente une situation similaire, si ce n’est que la complémentarité entre l’image et la bande-son concerne en même temps les dialogues et les bruitages. Dans une longue scène, pastiche des films d’arts martiaux chinois en général ou parodie de Tigre et Dragon (Lee, 2000) en particulier, Numérobis et Amonbofis s’affrontent dans un ultime combat de kung-fu. À un moment donné cependant, les deux architectes cessent de se battre, mais s’affrontent en jouant à pierre-feuille-ciseaux. Non seulement Amonbofis fait directement référence au jeu, mais nous entendons également des bruits qui indiquent des mains ou des épées qui fendent l’air. L’audiodescription explicite l’allusion culturelle visuelle :

AD : Ils jouent à pierre-ciseaux.
Amonbofis : La feuille enveloppe la pierre.

25Quand on isole donc les huit cas où le dialogue renvoie lui aussi à l’allusion, on constate que dans six de ces cas, l’audiodescription explicite donc, et est insérée avant, le dialogue. Dans ces scènes (8, 10, 12, 15, 16 et 17), les dialogues seraient incompréhensibles aux malvoyants sans explication de l’allusion culturelle visuelle. Le mode visuel et le mode verbal sont donc complémentaires, mais non séparables (Zabalbeascoa, 2003 : 315) parce que le second ne peut se comprendre sans le premier.

26Tel n’est pas le cas dans la scène 1 (Barbe-Rouge) où la complémentarité va de pair avec la séparabilité. Le personnage du capitaine des pirates dans Mission Cléopâtre est clairement inspiré du personnage de BD, Barbe-Rouge (Charlier & Hubinon, 1959). Dans la mesure où son équipage l’acclame en criant son nom, le malvoyant peut saisir l’allusion :

Équipage : Barbe-Rouge ! Barbe-Rouge ! Barbe-Rouge !
AD : Le capitaine d’une carrure imposante apparaît. Il a un bandeau sur l’œil, un casque aux cornes recourbées, ses cheveux et sa barbe sont rouge fluo.

27Quand il y a redondance entre le mode visuel et le mode verbal, comme dans la scène 1, l’audiodescription de l’allusion visuelle ne s’impose donc pas.

Bruitages

28Nous avons constaté qu’en cas de non-séparabilité entre l’image et les dialogues, l’audiodescription de l’allusion s’impose. Il en est de même quand il y a non-séparabilité entre images et bruitages. Pour les trois scènes (11, 16 et 18) où l’allusion visuelle est accompagnée de bruits spécifiques (dont une, Pierre-feuille-ciseaux, est de plus soutenue par les dialogues), l’audiodescription explicite l’allusion.

29Au cours d’une course-poursuite en char dans la scène 18, deux soldats romains perdent Astérix de vue et décident de rentrer, bredouilles. Pour pouvoir s’extirper des ruelles dans lesquelles ils s’étaient engagés, ils se voient obligés de faire marche arrière et nous entendons la sonnerie caractéristique de recul du camion. Juste avant, l’audiodescription indique : « Ils font une marche arrière. »

30Dans la scène 11 (Le système de fermeture), Nexusis ferme la porte d’une salle dans la grande pyramide et dans le même temps la lampe du système de fermeture change de couleur et une sonnerie indique que la porte se ferme. L’audiodescription précède ce bruitage en expliquant : « Le système de fermeture passe au rouge. »

31Dans ces deux exemples, l’effet comique de la scène repose sur l’anachronisme. Or, si une sonnerie de fermeture ou un bip de camion font sourire en combinaison avec les images, ils sont nettement plus difficiles à interpréter par les malvoyants. Quand l’allusion visuelle est accompagnée de ce type de bruitage, il est donc nécessaire qu’elle soit reprise dans l’audiodescription.

Durée des plans

32Une deuxième tendance observée concerne la relation entre l’audiodescription des allusions et la durée des plans. Comme indiqué, quinze des dix-huit allusions ont été audiodécrites. Les trois cas qui ne l’ont pas été s’expliquent par la contrainte temporelle qui ne permet pas d’insérer des explications.

33Dans Mission Cléopâtre, une longue scène qui parodie le music-hall comporte de très nombreuses allusions filmiques, intertextuelles et culturelles. La scène entière, dont l’unité est assurée par la musique qui l’accompagne, I Got You (I Feel Good) chantée par James Brown, dure un peu plus d’une minute, tandis que les allusions visuelles apparaissent souvent pendant moins d’une seconde à l’image.

34Dans l’exemple 6 (Où est Charlie ?), l’audiodescription signale : « Amonbofis espionne de loin le chantier en utilisant ses mains comme jumelles », mais l’audiodescripteur ne dispose absolument pas du temps suffisant pour expliquer qu’un des Égyptiens porte un T-shirt blanc à rayures rouges et des lunettes, comme le personnage des livres-jeux Où est Charlie ? (Handford). Le chantier sur lequel se déroule la scène de music-hall et auquel fait référence l’audiodescription en précisant « [L]e chantier est une fourmilière humaine » est donc en quelque sorte un calque des images de Charlie.

35Un peu plus tard dans la même séquence, deux plans extrêmement courts montrent trois ouvriers égyptiens portant une barbe et un bonnet semblables à ceux des membres du groupe rock américain ZZ Top. La chorégraphie qu’exécutent les personnages rappelle les gestes synchronisés des musiciens de ZZ Top pendant leurs concerts. De la même façon que pour la scène 6, cette allusion apparaît dans des plans trop courts pour qu’une audiodescription puisse être insérée.

36Si la longueur de la scène influence immanquablement l’audiodescription, il en est de même pour la durée des silences entre les dialogues. La scène 2 (Dessin Astérix et Obélix) dure environ huit secondes, mais les personnages parlent continuellement et les dialogues occupent toute la bande-son. Ainsi il n’y a donc pas le temps nécessaire pour décrire l’image. Le capitaine des pirates, Barbe-Rouge, s’adresse à son équipage pour le motiver et expliquer que leur dernière défaite était due à un caprice du hasard : la rencontre avec Astérix et Obélix. Pour raviver ce souvenir, Barbe-Rouge montre un dessin représentant les deux Gaulois. Le croquis est en fait une vignette de la bande dessinée Astérix et les Goths (1963). L’audiodescription explicite qu’il s’agit d’Astérix et Obélix, mais ne précise pas l’allusion intertextuelle :

Barbe-Rouge : Garçons, la dernière fois, pas de chance : nous sommes tombés sur ces Gaulois…
AD : Astérix et Obélix.
Barbe-Rouge : … gavés de potion magique. Et leur molosse !
AD : Idéfix.

37Les allusions qui concernent plutôt des plans courts que de véritables séquences ou qui sont accompagnées de longs dialogues ne sont donc pas audiodécrites dans notre corpus.

Allusions intertextuelles et culturelles

38Observons encore que toutes les allusions culturelles (douze sur douze) sont accompagnées d’une audiodescription. Les trois cas non décrits concernent seulement des allusions intertextuelles. Nous les avons déjà commentés dans les deux sections précédentes : ils s’expliquent en effet par la brièveté des plans ou des silences dialogiques. Parmi les allusions intertextuelles, certaines ne sont pas nécessairement accompagnées d’une bande-son et apparaissent dans des scènes extrêmement courtes. Les allusions culturelles ne sont cependant pas présentées comme de véritables images, mais davantage comme des scènes, montrées dans leur déroulement et complétées par des dialogues ou des bruitages.

39Nous constatons donc que l’hypothèse de travail de cette recherche ne se vérifie pas. Nous avions souhaité réunir dans la même analyse des allusions culturelles et intertextuelles, partant de l’idée que, contrairement aux allusions filmiques, elles ne comporteraient pas intrinsèquement d’éléments auditifs et ne se présenteraient pas nécessairement dans le déroulement d’une séquence cinématographique. Les deux caractéristiques que nous avions présupposées, le caractère monomodal et la courte durée, ne se sont donc pas avérées applicables pour la plupart des allusions culturelles.

40Cette constatation nous incite à croire qu’il convient à l’avenir d’étudier et analyser séparément les deux types d’allusions qui nous intéressent.

Signal ou texte cité

41Comme indiqué au début de cette analyse, globalement, nous avons pu observer que quinze des dix-huit allusions visuelles isolées avaient été audiodécrites. Il convient d’ajouter à ce constat que la majorité des audiodescriptions, quatorze sur les quinze, réfère directement au texte cité. Pour ce qui est des scènes analysées dans cette étude, nous voyons donc qu’audiodécrire les allusions visuelles culturelles et intertextuelles signifie nommer explicitement l’œuvre d’art suggérée ou la référence culturelle évoquée.

42Syntaxiquement, ces audiodescriptions se construisent en évoquant des actions selon la structure sujet-verbe-complément du verbe-complément circonstanciel, comme dans :

« Les étals proposent des articles pour touristes. » (scène 8)
« Un petit garçon fait des pâtés de sable avec un moule en forme de pyramide. » (scène 10)
« Otis regarde l’heure à son sablier de poche. » (scène 12)

43L’audiodescription utilise également le lexique de la comparaison :

  • 5 Certains segments ont été reportés en gras par l’auteur de l’article afin d’attirer l’attention sur (...)

« Un char-taxi, jaune à damier blanc et noir comme5 ses collègues new-yorkais, dépose Amonbofis. » (scène 4)
« Astérix pousse sur le côté un miroir qui lui bouche la vue, il fait comme un rétroviseur. » (scène 18)
« Obélix pose un boulet au sol, Otis le maintient en place, le Gaulois shoote dedans. Le boulet passe entre deux obélisques, façon essai de rugby, et disparaît dans le ciel. » (scène 15)
« Les travailleurs se lancent dans une chorégraphie élaborée, des ouvrières font les pom-pom girls. » (scène 6)

44Pour les deux allusions à des peintures, nous retrouvons la même expression « prendre la pose de… » :

« Elle prend la pose de la Joconde. » (scène 13)
« Les pirates ont trouvé refuge sur un radeau et prennent la pose des naufragés de la Méduse. » (scène 15)

45Dans une seule scène (Barbe-Rouge), l’audiodescription ne reprend pas explicitement le texte cité, mais décrit les éléments les plus importants du marqueur de l’allusion :

Équipage : Barbe-Rouge ! Barbe-Rouge ! Barbe-Rouge ! 
AD : Le capitaine d’une carrure imposante apparaît. Il a un bandeau sur l’œil, un casque aux cornes recourbées, ses cheveux et sa barbe sont rouge fluo.

46Cela dit, comme nous l’avons explicité précédemment, indiquer directement la bande dessinée aurait été superflu, dès lors que le dialogue l’évoque déjà. La description du marqueur permet donc avant tout au malvoyant de confirmer son interprétation des cris de l’équipage.

Résultats et discussion

47Nous avons donc pu constater que la majorité des allusions visuelles étudiées (quinze sur dix-huit) ont été audiodécrites. Dans neuf scènes (1, 8, 10, 11, 12, 15, 16, 17 et 18), nous avons observé que l’audiodescription s’explique sans doute par la non-séparabilité du mode visuel d’une part et du mode audio-verbal de l’autre. Elle précède d’ailleurs dans ces moments-là le dialogue et le bruitage liés à l’allusion. Dans les trois scènes qui n’ont pas été audiodécrites (2, 6 et 8), cette absence était sans aucun doute due à la brièveté des scènes et des silences. Il faut également souligner que toutes les allusions culturelles (douze sur douze) sont audiodécrites, ce qui n’est pas le cas pour les allusions intertextuelles. Pour sept des douze allusions culturelles (8, 10, 11, 12, 16, 17 et 18), nous avons pu établir une relation avec la non-séparabilité. Et pour trois allusions intertextuelles (sur six), l’absence d’audiodescription est à mettre en rapport avec la brièveté des scènes et des silences. Il convient enfin de faire remarquer que dans la quasi-totalité des cas (quatorze sur quinze), audiodécrire les allusions revient à faire explicitement référence au texte cité ou à la référence culturelle évoquée.

48La tentation est grande d’essayer de formuler une explication globale à toutes ces constatations et d’établir un lien entre le caractère multimodal et la longueur intrinsèque des scènes comportant des allusions culturelles et le fait que celles-ci soient systématiquement audiodécrites. Reste que, si une telle conclusion pouvait éventuellement se justifier sur la base des résultats de cette étude, elle n’a pas entièrement été vérifiée dans l’étude précédente concernant les allusions filmiques (Lievois & Remael, 2017).

49Dans cette étude, nous avions également constaté que de nombreuses allusions visuelles étaient soutenues par le canal auditif (dix sur seize) et que cette complémentarité représentait une aide considérable pour l’audiodescripteur car, dans bien des cas, cela le dispensait de décrire ce qui se passait à l’écran. Pour les allusions culturelles et intertextuelles, nous avons étudié l’importance des modes verbal (dialogues) et auditif (bruitages) ; pour les allusions filmiques, il faut ajouter le rôle de la musique. Plus que les exemples culturels et intertextuels, les allusions filmiques visuelles sont combinées avec plusieurs modes supplémentaires (voir tableaux 1 et 2). Ainsi, deux scènes en comportaient trois (bruitage, dialogue et musique) et trois autres scènes deux (bruitage et/ou dialogue et/ou musique).

Tableau 1. Allusions avec complémentarité

Allusions culturelles

Allusions intertextuelles

Allusions filmiques

Complémentarité

7 scènes sur 12

3/6

10/16

Tableau 2. Types de complémentarité

Allusions culturelles

Allusions intertextuelles

Allusions filmiques

Complémentarité – dialogue

5/7

3/3

5/10

Complémentarité – bande sonore

3/7

0/3

8/10

Complémentarité – dialogue + bande sonore

1/7

0/3

3/10

50Dans les cas de complémentarité de ces différents canaux, celle-ci conduit parfois à leur séparabilité, mais tel n’est pas toujours le cas. Il semble donc que ce ne soit pas tant le caractère multimodal d’un type d’allusion qui entre en ligne de compte pour l’audiodescription que la séparabilité des différents modes et canaux.

51L’importance de la durée des scènes et des silences dans la bande-son que nous avons constatée dans cette étude correspond à ce qui avait été observé pour les allusions filmiques. Parmi les six allusions filmiques purement visuelles (qui n’étaient donc pas soutenues par le mode auditif), deux n’étaient pas audiodécrites. Dans les deux cas, il s’agissait de scènes nettement plus courtes que les autres (voir tableau 3).

Tableau 3. Scènes non audiodécrites

Allusions culturelles

Allusions intertextuelles

Allusions filmiques

AD absente

0/12

3/6

5/16

Lien entre non AD et
brièveté de la scène

/

2/3

2/5

Lien entre non AD et
séparabilité des modes

/

1/3

2/5

52La plus grande différence entre les conclusions des deux études réside cependant dans ce qui est exactement audiodécrit (voir tableau 4) :

  • Pour les allusions culturelles, douze cas sur douze ont été audiodécrits et l’audiodescription contenait toujours une référence explicite à la référence culturelle évoquée.

  • Les allusions intertextuelles n’ont été audiodécrites que dans trois des six cas. Dans deux de ces exemples, le texte cité était explicitement nommé. Dans le troisième (Barbe-Rouge) il n’était pas vraiment nécessaire de le faire, dans la mesure où le dialogue y faisait clairement référence. On peut donc dire que dans tous les cas, le malvoyant a directement accès au texte cité.

  • Sur les seize allusions filmiques isolées, onze avaient été audiodécrites, mais une référence explicite au film évoqué n’était faite que dans un faible nombre de cas (deux sur douze). Dans les dix autres scènes, c’était le marqueur qui était décrit.

Tableau 4. Scènes audiodécrites

Allusions culturelles

Allusions intertextuelles

Allusions filmiques

AD présente

12/12

3/6

11/16

AD du marqueur

0/12

1/3

7/11

AD de la référence citée

12/12

2/3

2/11

53Si notre corpus ne comporte pas assez d’exemples des trois types d’allusions visuelles analysées pour que des conclusions définitives puissent être tirées, certaines tendances se dessinent malgré tout.

Conclusion et pistes de recherche

54Il semblerait ainsi que dans les cas où l’allusion visuelle doit être audiodécrite – parce que la séparabilité par rapport aux autres modes ne la rend pas superflue – ou quand elle peut l’être, étant donné que la longueur de la scène ou du silence le permet, elle ne l’est pas du tout de la même façon. Parfois, on explique directement l’allusion. Vraisemblablement, c’est ce qui est effectué systématiquement pour les allusions culturelles. Serait-ce parce que celles-ci sont également tout à fait claires pour les spectateurs voyants ? Identifier une référence culturelle n’engage pas vraiment notre intelligence et notre subtilité. Tout le monde reconnaît un jeu de rugby, des pom-pom girls ou un taxi new-yorkais. Les deux peintures qui constituent le texte cité dans nos deux exemples d’allusions intertextuelles sont aussi parmi les plus connues. Reconnaître la pose de la Joconde ou des naufragés du Radeau de la Méduse n’est pas nécessairement une preuve de très grande culture générale.

  • 6 Pour plus d’information à ce sujet, voir « Film techniques », in A. Remael, N. Reviers & G. Vercaut (...)

55Dans le cas des allusions filmiques, cependant, l’audiodescription ne nomme pas le film cité et deux raisons pourraient expliquer cet état de fait. Tout d’abord, il n’est pas tout à fait courant d’audiodécrire des aspects cinématographiques techniques. Traditionnellement les recommandations le déconseillent, même si cette idée a été nuancée ces dernières années6. Ensuite, citer directement le film auquel il est fait allusion enlèverait une grande partie du plaisir que nous éprouvons quand nous reconnaissons une allusion, qu’elle soit intertextuelle ou filmique. Les spectateurs voyants étant eux aussi confrontés au défi agréable que constitue l’identification d’une allusion, des explications trop explicites dans l’audiodescription pourraient être considérées comme un peu condescendantes envers le public malvoyant et supprimeraient le plaisir de connivence de ces spectateurs.

56Pour pouvoir vérifier les constatations et les explications que nous venons de présenter, il faudrait voir si elles résistent à la confrontation avec l’analyse d’audiodescriptions d’autres films. Les allusions sont des éléments incontournables dans bon nombre de productions, en premier lieu celles qui appartiennent, mais pas seulement, au cinéma postmoderne ou au genre moins prestigieux des films-parodies. Il semble donc important de continuer de nous intéresser à la façon dont elles sont reprises dans les audiodescriptions. Parmi les nombreuses pistes de recherche qui se présentent dans ce cadre, nous en présenterons deux.

57Une première approche possible concernerait l’analyse des pratiques d’audiodescription des allusions en différentes langues. L’audiodescription française d’une production cinématographique américaine étant en même temps une traduction intersémiotique et interlinguistique, elle soulève d’autres défis que l’audiodescription en anglais.

58Une deuxième recherche possible porterait sur la relation de l’audiodescription des allusions avec le corpus des films effectivement audiodécrits. Il serait certes trop simpliste d’essayer d’établir un lien entre la pratique de la référence directe vers des films cités et l’existence effective d’une audiodescription de ces films. Les malvoyants ont regardé nettement plus de films que les seuls audiodécrits et ils ont peut-être aussi apprécié des productions filmiques à l’aide d’une audiodescription dans une langue autre que la leur. Reste que, tout comme la traduction de l’intertextualité littéraire est aux prises avec « un texte écrit dans [une] langue, dont le dictionnaire est toute une bibliothèque » (Roux-Faucard, 2006 : 101), l’audiodescription des allusions filmiques et intertextuelles doit prendre en compte un ensemble de productions artistiques et culturelles plus vaste encore.

Haut de page

Bibliographie

Filmographie

Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, 2002, dir. Alain Chabat, scénario Chabat, Alain, TF1 Films, Chez Wam, Canal+, CNC, KC Medien et La Petite Reine, 1h50.

Crouching Tiger, Hidden Dragon, 2000, dir. Ang Lee, scénario Wang Hui-Ling & Schamus James, Entertainment, Asian Union Film &, China Film Co-Production Corporation, Columbia Pictures Film Production Asia, Edko Films, 2 h.

Ouvrages et articles

Aixelá, Javier Franco, 1996, « Culture-specific items in translation », in R. Álvarez & M.C. África Vidal (eds.), Topics in translation: Translation, Power, Subversion, Clevedon, Multilingual Matters, p. 52-78.

Ben-Porat, Ziva, 1976, « The poetics of literary allusion », PTL: A Journal for Descriptive Poetics and Theory of Literature, 1, p. 105-128.

Benecke, Bernd, 2004, « Audiodescription », Meta 49 (1), p. 78-80, https://www.erudit.org/revue/meta/2004/v49/n1/009022ar.pdf.

Biguenet, John, 1998, « Double takes: The role of allusion in cinema », in A. Horton & S.Y. McDugal (eds.), Play it again, Sam: Retakes on remakes, Berkeley, Los Angeles, University of California Press, p. 131-143.

Bourne, Julian & Jiménez Hurtado, Catalina, 2007, « From the visual to the verbal in languages: a contrastive analysis of the audiodescription of The Hours in English and Spanish », in P. Orero & A. Remael (eds.), Media for All: Subtitling for the Deaf, Audiodescription, and Sign Language, Amsterdam, Rodopi, p. 175-187.

Charlier, Jean-Michel & Hubinon, Victor, 1959, Barbe-Rouge, Paris, Dargaud.

Chmiel, Agnieska & Mazur, Ivona, 2011, « Taking stock of AD preferences in Poland: A reception study », Contribution to 4th International Media for All Conference, Londres.

Coombs, James H., 1984, « Allusion defined and explained », Poetics, 13 (6), p. 475-488.

Díaz Cintas, Jorge & Remael, Aline, 2007, « The translation of humour », in Audiovisual translation: subtitling, Manchester, St. Jerome, p. 212-229.

Gambier, Yves, 1996, Les transferts linguistiques dans les médias audiovisuels, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires Septentrion.

Genette, Gérard, 1982, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, Seuil.

Gisbert, Maria Valero, 2012, « La intertextualidad fílmica en la audiodescripción », inTRAlinea 14, http://www.intralinea.org/specials/article/1889.

Goscinny, René & Uderzo, Albert, 1963, Astérix et les Goths, Paris, Dargaud.

—, 1965, Astérix et Cléopâtre, Paris, Dargaud.

Grit, Diederik, 1997, « De vertaling van realia », Filter 4, p. 42-49.

Horton, Andrew & McDugal, Stuart Y., 1998, Play it again, Sam: Retakes on remakes, Berkeley, Los Angeles, University of California Press.

House, Juliane, 2004, « Culture-specific elements in translation », in H. Kittel, P.A. Frank, N. Greiner et al. (eds.), Übersetzung-Translation-Traduction. Ein international sHandbuch zur Übersetzungsforschung, Berlin, De Gruyter, p. 494-504.

Leppihalme, Ritva, 1997, Culture Bumps: An Empirical Approach to the Translation of Allusions, Clevedon, Multilingual Matters.

Lievois, Katrien & Remael, Aline, 2017, « Audio-describing visual filmic allusions », Perspectives: Studies in Translatology 25 (2), p. 323-339.

Mamber, Stephen, 1990, « Parody, Intertextuality, Signature: Kubrick, DePalma, and Scorsese », Quarterly Review of Film & Video 12 (1-2), p. 29-35.

Newmark, Peter, 1988, « Translation and culture », in A Textbook of Translation, New York, Prentice Hall, p. 94-102.

Perri, Carmela, 1978, « On alluding », Poetics 7 (3), p. 289-307.

Pucci, Joseph, 1998, « Contemporary versions of allusion », in The full-knowing reader. Allusion and the power of the reader in the western literary tradition, New Haven - Londres, Yale University Press, p. 3-26.

Remael, Aline, Reviers, Nina & Vercauteren, Gert (eds.), « Pictures painted in Words, Audiodescription guidelines », The ADLAB Project, Audiodescription: Lifelong Access for the Blind, http://www.adlabproject.eu/Docs/adlab book/index.html.

Roux-Faucard, Geneviève, 2006, « Intertextualité et traduction », Meta 51 (1), p. 98-118.

Vallet, Yannick, 2016, La Grammaire du cinéma. De l’écriture au montage : les techniques du langage filmé, Paris, Armand Colin.

Vercauteren, Gert, 2012, « Narratological Approach to Content Selection in Audiodescription. Towards a Strategy for the Description of Narratological Time », MONTI: Monografías de traducción e interpretación 4, p. 207-230.

Zabalbeascoa, Patrick, 2003, « Translating audiovisual irony », in L. Pérez González (ed.), Speaking in tongues: Languages across contexts and users, Valencia, Universitat de Valencia, p. 303-322.

Zanger, Anat, 2006, Film Remakes as Ritual and Disguise: from Carmen to Ripley, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Haut de page

Annexe

Scène 1 : 19.46 – 19.53 : Barbe-Rouge

Scène 2 : 19.54 – 20.02 : Dessin Astérix et Obélix

Scène 3 : 29.54 – 29.59 : Taxi new-yorkais

Scène 4 : 30.01 – 30.10 : Plaque gravée

Scène 5 : 36.11 – 36.12 : Pom-pom girls

Scène 6 : 36.30 – 36.34 : Où est Charlie ?

Scène 7 : 37.07 – 37.08 : ZZ Top

Scène 8 : 44.40 – 44.42 : Marché touristique

Scène 9 : 44.51 – 44.53 : Deux geishas

Scène 10 : 48.49 – 48.53 : Jouet de sable

Scène 11 : 51.08 – 51.10 : Système de fermeture

Scène 12 : 54.10 – 54.13 : Sablier de poche

Scène 13 : 01.06.17 – 01.06.20 : La Joconde

Scène 14 : 01.19.53 – 01.20.03 : Rugby

Scène 15 : 01.20.10 – 01.20.14 : Le radeau de la Méduse

Scène 16 : 01.23.17 – 01.23.24 : Pierre-feuille-ciseaux

Scène 17 : 01.25.01 – 01.25.05 : Rétroviseur

Scène 18 : 01.27.53 – 01.27.54 : Marche arrière

Haut de page

Notes

1 « Pictures painted in words », in ARemael, N. Reviers & G. Vercauteren (eds.), ADLAB Audiodescription guidelines, http://www.adlabproject.eu/Docs/adlab book/index.html (tous les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 13 août 2017).

2 Nous tenons à remercier TF1, Pathé, Artmedia et Alain Chabat de nous avoir donné la permission d’utiliser cette version audiodécrite, qui n’est pas disponible dans le commerce, dans le cadre de notre recherche.

3 « La séquence […] désigne une suite de plans exprimant une idée principale à lintérieur dune unité dramatique de lieu et de temps. » (Vallet, 2016 : 34)

4 Abrégé dorénavant en AD.

5 Certains segments ont été reportés en gras par l’auteur de l’article afin d’attirer l’attention sur les mots analysés.

6 Pour plus d’information à ce sujet, voir « Film techniques », in A. Remael, N. Reviers & G. Vercauteren (eds.), ADLAB, Audiodescription guidelines,http://www.adlabproject.eu/Docs/adlab book/index.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katrien Lievois, « Audiodécrire les allusions intertextuelles et culturelles visuelles. L’exemple d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre », Palimpsestes, 30 | -1, 178-191.

Référence électronique

Katrien Lievois, « Audiodécrire les allusions intertextuelles et culturelles visuelles. L’exemple d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre », Palimpsestes [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 20 septembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/2495 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.2495

Haut de page

Auteur

Katrien Lievois

Katrien Lievois est chargée de cours dans le département des traducteurs et interprètes de l’université d’Anvers en Belgique (UAntwerpen). Elle y enseigne la langue et la civilisation françaises et anime l’axe « Littérature et/en Traduction » au sein du groupe de recherche TricS – Translation, interpreting and Intercultural Studies. Ses travaux portent sur l’audiodescription, la traduction du texte postcolonial, ainsi que la traduction de l’ironie et de l’intertextualité dans la littérature française et francophone. Elle est rédacteur en chef de la revue Linguistica Antverpiensia New Series – Themes in Translation Studies (lans-tts.uantwerpen.be). Site : https://www.uantwerpen.be/nl/personeel/katrien-lievois/site-personnel/

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals