Navigation – Plan du site
II. Paratextes et enjeux politiques

La politique de la traduction dans La République en anglais simplifié d’I. A. Richards (1942)

Bénédicte Coste
p. 64-76

Résumés

Cet article examine la traduction de La République de Platon en anglais simplifié par Ivor Armstrong Richards (1893-1979), philosophe et critique littéraire (1942). Cette « version expérimentale » mérite l’intérêt des traductologues puisque Richards réduit le texte platonicien de plus de la moitié, et qu’il accompagne sa traduction d’une « Introduction » dans laquelle il justifie le choix de La République, son propos, et sa méthode de traduction, celui-là commandant celle-ci. Le choix de traduire La République est politique – volonté de redécouverte des thèses platoniciennes sur la démocratie pour combattre le totalitarisme – et s’accompagne d’une volonté de vulgarisation du savoir philosophique fondée sur une analyse de l’acte traductif. Différenciant le « ton » et la « signification » véhiculés par la langue, Richards choisit de négliger le premier au profit de la seconde, conserve les idées et les articulations du texte original, omet ce qui relève du contexte socio-culturel, qu’il juge toujours singulier et relatif, afin de rendre La République compréhensible par tout lecteur. La République en anglais simplifié relève d’un propos politique incarné par une politique de la traduction elle-même soutenue par une conception particulière de la langue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C. K. Ogden, 1930, Basic English: A General Introduction with Rules and Grammar, Londres, Paul Treb (...)

1En 1942, Ivor Armstrong Richards (1893-1979), philosophe, critique littéraire et enseignant à Harvard depuis 1939, décide de publier une traduction de La République de Platon en anglais. Dédié à Winston Churchill – « gardien qui a une connaissance plus qu’importante de ce qui peut être réellement craint » (Richards, 2015 : 117) –, l’ouvrage sera distribué aux forces alliées et se vendra à plus de deux millions d’exemplaires en édition de poche. Cette traduction est rarement lue de nos jours, sans doute parce que l’anglais simplifié comportant 2 000 mots élaboré par Richards – version du « B.A.S.I.C. English » mis au point avec Charles Kay Ogden1 en 1930 – a été supplanté par ce que l’on appelle le « globish », et que la dernière édition a été publiée chez un éditeur universitaire (Plato, 1966), ce qui en diminue le lectorat potentiel.

  • 2 Nous remercions les relecteurs de la première version de cet article pour leurs précieuses remarque (...)

2Cette « version expérimentale » (Richards, 2015 : 121) mérite toutefois l’intérêt des traductologues puisque Richards réduit le texte platonicien de plus de la moitié, et qu’il accompagne sa traduction d’une « Introduction » dans laquelle il justifie le choix de La République, son propos, et sa méthode de traduction, celui-là commandant celle-ci. Selon les règles du genre, le traducteur prend la parole pour justifier ses choix traductifs et présenter les présupposés théoriques de ce qui ressemble fort à une adaptation du texte platonicien. Cette introduction constitue le principal objet des pages suivantes2.

  • 3 Comme le reconnut R. E. Robert dans son compte rendu, July 25th 1942, « Plato in B. E. », The Satur (...)

3Le choix de La République est politique : il s’agit de faire un retour aux sources de la démocratie pour éduquer le lecteur en des temps marqués par le totalitarisme : les « fondamentaux [de la démocratie] sont là, dans La République qui les a posés » (ibid. : 120). Cette volonté de retour à un système ou à une véritable Idée platonicienne de la démocratie s’accompagne d’une volonté de démocratisation et de vulgarisation du savoir philosophique fondée sur une analyse de l’acte traductif. Différenciant le « ton » et la « signification » (ibid. : 121) véhiculés par la langue, Richards choisit de négliger le premier au profit de la seconde. Il conserve les idées et les articulations du texte original à l’exception des lettres accompagnant l’édition d’Estienne de 1578, omet ce qui relève du contexte socio-culturel, qu’il juge toujours singulier et relatif, afin de rendre La République compréhensible par tout lecteur3. La République en anglais simplifié relève d’un propos politique incarné par une politique de la traduction elle-même soutenue par une conception particulière de la langue. La version richardsienne apparaît in fine comme une traduction littéralement platonicienne de La République.

Un choix politique

  • 4 Richards retournera en Chine en 1936 et 1937 pour travailler à la diffusion du B.A.S.I.C. English à (...)
  • 5 En parallèle, ses ouvrages consacrés à ses auteurs préférés incluent 1934, Coleridge on Imagination(...)

4Avant d’étudier les principaux aspects de cette traduction, il convient d’inscrire l’ouvrage dans la carrière intellectuelle du philosophe du langage qu’est Richards. Avec la collaboration de l’artiste et historien de l’art James Wood et du philosophe C. K. Ogden, Richards, alors jeune enseignant à Cambridge, a publié un court traité, The Foundations of Aesthetics (Wood, Ogden, Richards, 1922) qui s’en prend avec une ironie jouissive au flou conceptuel et verbal des théories esthétiques modernes depuis Kant et Schiller. Toujours avec C. K. Ogden, il publie The Meaning of Meaning. A Study of The Influence of Language upon Thought and of The Science of Symbolism (Ogden, Richards, 1923), avant de se tourner vers la critique littéraire. Ses Principles of Literary Criticism (Richards, 1924) jettent les fondations des études littéraires modernes dans l’aire anglo-américaine. L’ouvrage prend en compte l’arrivée des mass media, prône une analyse littéraire exigeante, destinée à tous, et défend surtout une conception de la valeur éthique et politique de la littérature. Dans Practical Criticism: a Study of Literary Judgment (Richards, 1929), Richards soumet treize poèmes à une lecture en aveugle à ses étudiants pour dénoncer, là encore, le flou rhétorique et conceptuel des études littéraires et créer un protocole d’enseignement et de passation d’examen longtemps resté en vigueur dans les universités anglophones. Professeur invité à l’Université nationale de Beijing en 1929-1930, il rédige Mencius on the Mind (Richards, 1932), ouvrage témoignant d’un intérêt pour la culture classique chinoise doublé d’un intérêt naissant pour la traduction. Harvard l’invite à enseigner en 1931, et sa confrontation à des systèmes d’enseignement et de langues différents donnera lieu à une réflexion sur l’inefficacité des méthodes d’apprentissage de la lecture ressortissant à ce qu’il appelle des « aberrations » (Russo, 1987 : 148) en matière de communication. Avec C. K. Ogden, Richards entreprend la promotion du « B.A.S.I.C. English » (British American Scientific International Commercial : anglais composé de 850 mots destiné à être enseigné comme langue seconde à des locuteurs non natifs) au cours de ses voyages4 et à travers ses publications : Basic Rules of Reason (Richards, 1933), Basic in Teaching: East and West (Richards, 1935), et Basic English and its Uses (Richards, 1943)5. La traduction devient pour lui une question centrale liée à l’interculturalité et à la massification de l’enseignement. Richards poursuivra son analyse dans l’article « Towards A Theory of Translating » (Richards, 1955 : 247-262), témoignant ainsi d’une tentative de systématisation des idées avancées en 1942. Toutefois, sa traduction de La République n’est pas en B.A.S.I.C, mais en anglais simplifié comportant un plus grand nombre de mots et de termes conceptuels.

5Le jeune Richards avait appris ce qu’il fallait de grec ancien pour entrer à Cambridge en 1911 afin d’y étudier les sciences morales. Il s’y remet à 47 ans, sous la houlette d’un étudiant envoyé par son collègue, Werner Jaeger, auquel il fait référence dans son introduction (Richards, 2015 : 117). Helléniste réfugié aux États-Unis pour fuir le nazisme, Jaeger conçoit l’idéal grec comme paideia, enseignement, formation et culture de l’individu. Il s’oppose à l’historicisme et à l’accent mis sur les arts visuels dominant alors les études grecques en s’intéressant avant tout au langage et à la politique. Richards n’épouse pas l’occidentalisme de Jaeger mais en propose une version susceptible d’être qualifiée de démo-centrée en raison de l’urgence à diffuser certains textes au plus grand nombre pour le sauver du péril totalitaire. À cet égard, La République occupe une place fondatrice pour Richards que l’on ne saurait cependant classer parmi les philosophes idéalistes. C’est un texte d’éthique capital dont nous sommes, parfois à notre cœur défendant, « les créatures » (ibid. : 117), écrira-t-il, un texte de la société se pensant elle-même, un texte auquel retourner en des temps troublés. C’est, toujours selon Richards, un texte ayant influencé chaque individu sans que ce dernier ne l’ait nécessairement lu en entier, mais qui est néanmoins susceptible de récompenser quiconque en embrasse les dix livres puisqu’il en saura « plus sur lui-même et sur le bien » (ibid.). C’est enfin un texte fournissant une « excellente pédagogie » (ibid.) et exigeant d’abord l’acceptation par le lecteur des subtilités rhétoriques de Platon : « l’envergure du livre, les larges esquisses introductives, les allusions annonciatrices, les indications figuratives, les parallèles mineurs, les correspondances et les contrastes disposés avec tant d’adresse, les ruses et les récapitulations, les retours à des niveaux plus profonds à travers des passages déjà élaborés » (ibid. : 118). Le philosophe est également un stratège désireux d’éduquer son lecteur dans l’art de l’argumentation avant même l’art du jugement. Chez Platon, on ne saurait confondre « figure rhétorique » et « argument » (ibid.), bien que la confusion soit quotidienne chez l’homme de la rue, ajoute Richards, qui va s’employer à traduire l’argumentation en tant qu’elle unit argument et stratégie rhétorique, ce qui suppose une lecture philosophique particulièrement attentive en amont de l’acte traductif.

  • 6 Le cursus fondé sur la philosophie et la littérature antiques.

6Traduire ce texte en anglais simplifié après tant de traductions au xixe siècle en Angleterre et en Allemagne, c’est donc d’abord pour Richards sortir d’une approche philologique ayant conduit les universités d’Oxford et Cambridge à ce qu’il estime être l’impasse des literae humaniores6, et ayant privé le philosophe grec d’un lectorat élargi. Pour un « fermier yankee » qui l’évoquait auprès d’Emerson (ibid. : 117), combien de simples citoyens l’ont-ils écarté, apeurés par le texte artificiel quoiqu’exact d’une traduction fidèle ? Qui donc peut avoir envie de lire des pages aussi éloignées des conversations communes dont se moque Richards quand la traduction les fait ressembler au « discours des derniers écrits de Henry James » (ibid. : 121) ?

La République de Richards : modernisation et suppressions

  • 7 Celles de : T. Taylor et F. Sydenham (1804, The Works of Plato, 5 vol., Londres), G. Burges (1854, (...)
  • 8 1871, Plato: The Republic, trans. Benjamin Jowett, Oxford, Clarendon Press.
  • 9 Voir les analyses de C. Castoriadis, 2004, Ce qui fait la Grèce, Paris, Seuil.
  • 10 Les ouvrages du corpus sont notés ainsi dans le reste de l’article :

7S’il ne s’est pas privé de consulter d’autres traductions tandis qu’une table tournante soutenait les quatre ou cinq dictionnaires dont il se servait (Russo, 1987 : 478), Richards rejette les traductions philologiquement exactes car, pour utiles qu’elles soient à l’universitaire, elles sont déterminées par le contexte historique de leur élaboration. Le xixe siècle a ainsi vu nombre de traductions de Platon en anglais7 dont celles de Benjamin Jowett, professeur de grec à Oxford, dans lesquelles les dialogues ressemblent à la prose miltonienne8. Matthew Arnold, professeur de poésie, à cette époque, recommandait pour sa part aux érudits de traduire Homère en prenant modèle sur la traduction de la King James Bible. Pour Richards, ces traductions ont sans doute voulu rendre justice à la pensée grecque pour en ranimer l’idéal politique9, mais elles apparaissent comme un moyen pour le xixe siècle de « prendre conscience de lui-même » (Richards, 2015 : 119) plutôt que de rendre Platon compréhensible. En outre, en tentant d’importer les valeurs politiques de la Grèce antique en Angleterre, elles ont nié l’écart historique et culturel – les « gouffres » (ibid. : 120) – et travesti la pensée de Platon. Les « platonistes à toutes les époques » (ibid.) qui se sont reconnus dans le miroir platonicien n’ont pareillement pas cessé de nier la différence historique. La Grèce de la fin du ive siècle avant J.-C. diffère considérablement des années 1940, et ce constat amène Richards à écarter tous les détails renvoyant au contexte socio-culturel antique, et à choisir d’ancrer sa traduction dans son époque. Dans The Republic of Plato. A Version in Simplified English10, il procède ainsi à une modernisation lexicale (« income tax », « to be in office »), utilise des substantifs contemporains – « yes-men » (LR : 332 ; TRP : 21) –, des américanismes – « store » (LR : 360 ; TRP : 41) –, des expressions familières : « my good sir » (LR : 338 ; TRP : 24), « go to the dogs » (LR : 343 ; TRP : 29). Il ne craint pas d’employer des anachronismes : « police » (LR : 425 ; TRP : 77). Des « humors » (LR : 564 ; TRP : 167) remplacent le φλέγμα (phlegma) et le χολή (chole) du texte original. Cet ancrage revendiqué dans le moment de la traduction lui fait modifier les termes désignant un contexte original et spécifique mais surtout disparu, qu’une traduction plus littérale priverait d’intérêt en 1942 selon Richards.

8De surcroît, le type de texte détermine dans une certaine mesure les choix de traduction. Richards résume la visite de Socrate à Cephalus qu’il juge sans doute relever de la sociabilité grecque (LR : 332-6) et donc superflue pour le lecteur contemporain d’un texte de philosophie politique. Pour un roman, il en irait sans doute différemment puisque c’est en grande partie l’expression du contexte qui en fait l’intérêt pour tout lecteur, précise-t-il (TRP : 10).

  • 11 « He flees along the pebbled shore of Hermus / He does not tarry, he is not ashamed to be called a (...)

9Toutefois, la couleur locale semble n’avoir pas totalement disparu : Richards conserve un « Pythian oracle » (LR : 540 ; TRP : 152). Il traduit également l’oracle tiré d’Hérodote (Enquête 1. 55) : « By the stony bed of the Hermus / Flies he, without stopping, and cares not if he be called a coward. » (LR : 566 ; TRP : 170)11, rapportant la réponse de l’oracle de Delphes à Crésus qui s’interrogeait sur la durée de son règne. Richards ne traduit pas ici le rapport à l’avenir des Grecs manifesté par les oracles : il utilise une stratégie rhétorique destinée à rappeler que le langage platonicien est lui-même un exercice de rhétorique faisant flèche de tout bois, utilisant la parabole et l’exemple inattendu pour évoquer, comme c’est le cas à ce moment, quiconque hait la démocratie (« a hater of democracy », TRP : 170).

  • 12 « terrible wizards » (ibid. : 313).
  • 13 « interpreter » (ibid. : 480).
  • 14 Plato, 2013, Republic, trans. C. Emlyn-Jones et W. Preddy, Harvard, Harvard UP, coll. Loeb, p. 340.
  • 15 Cette démarche se retrouve lorsque C. Emlyn-Jones et W. Preddy traduisent « eidos » par « form » et (...)

10Il reste par ailleurs proche du grec de Platon : « Magi » (TRP : 174) traduit magoi12 (LR : 572), « prophet » (TRP : 208) προφήτην13 (LR : 619). Traditionnellement considéré comme un penseur associé au formalisme anti-historique, Richards demeure cependant sensible à l’histoire de la langue anglaise en utilisant un terme de la King James Bible – « offerings » (TRP : 73) soit θύοντες en grec (LR : 419), encore pertinent pour les lecteurs de 1942 – mais que n’ont, par exemple, pas repris les traducteurs de la récente édition, le traduisant par « private sacrifices14 ». Il reprend également l’héritage arnoldien des « things as they really are » (LR : 362 ; TRP : 43) de la « Préface » à Culture and Anarchy, lui-même venu de Platon. Sa traduction n’est donc pas une simple modernisation mais porte des traces d’une réflexion sur la dimension historique15.

11Pour Richards, le propos d’une traduction détermine la méthode de traduction adoptée. Or le propos de ce cibliste de choc est politique : traduire La République consiste à combattre le totalitarisme en revenant aux fondamentaux de la démocratie tels qu’on les trouve chez Platon et à les traduire pour l’homme de la rue.

12Parce que la démocratie est menacée, il convient, dans un premier temps, de prendre l’essentiel d’un texte, à partir d’une position individuelle historique et donc relative, reconnue et explicitée. Dans un second temps, il convient de le traduire en fonction d’un but précis ou, comme il l’écrira, de faire que la fin choisit les moyens qui eux-mêmes seront justifiés : « Ends endeavor to choose means which will choose them. » (Richards, 1955 : 248) Ce but n’exclut nullement la validité et l’intérêt d’une traduction philologique pour peu que son propos soit clairement reconnu, mais l’exactitude philologique devient secondaire au regard du propos, lequel détermine les choix de la politique traductive retenue. Celle-ci frappe d’inutilité « les préfaces attentives, les rapports à mi-parcours et les résumés de Platon » (Richards, 2015 : 122), et s’incarne par exemple dans des résumés de passages jugés peu significatifs ou par des suppressions effectuées, comme la fin du livre II (LR : 384-285), et certains passages à la fin du livre IV (ibid. : 446-448). La dimension gymnique de l’éducation idéale au livre III se voit résumée quoique sa dimension musicale soit quant à elle traduite in extenso. Il en va de même pour le mythe d’Er au livre X, totalement traduit. L’importance philosophique que Richards confère à ces passages conditionne leur maintien dans sa traduction.

13La traduction s’effectue également en fonction d’un lectorat. Si « l’idéal » de « l’érudition » est « inatteignable » en raison de l’hétérogénéité des lecteurs en 1942, il convient d’en adopter un « autre » selon Richards (2015 : 119). Cet idéal sera moins ambitieux puisque Richards traducteur cherche à conserver de La République

le mouvement vivant, le marchandage de la dialectique, l’onction platonique, les démentis de Socrate concernant son savoir, les allusions à son sort, toutes ses ironies et ses surprises […] car ce sont eux qui ont fait et qui font toujours date. […] Il s’avère possible, en pratique, de conserver tout l’argument, toutes ses explications et ses défenses essentielles, ainsi que tous ces détails qui ont jusqu’ici produit la discussion philosophique. (ibid. : 122)

14Cette traduction lui permet de réduire la taille de son ouvrage « à un peu moins de la moitié » (ibid.).

15Aux yeux de Richards, l’exigence d’explicitation de la totalité de la signification du texte original – « l’effort pour saisir TOUTE la signification de Platon – rien que cette signification et toute cette signification – afin de l’amener dans notre anglais » (ibid. : 119), qui est le critère des traductions philologiques et de nombreuses traductions modernes – produit un idéal inatteignable et « embrume la prose du traducteur » (ibid.). Le traducteur devrait plutôt commencer par s’interroger sur les opérations langagières liées à son acte :

Ce qu’il faut ici, c’est une enquête socratique sur les mots « traduire » et « dire ». Que dit une phrase ? La chose que le locuteur a en tête ou la chose que l’interlocuteur-type entend ? Une telle enquête montrerait combien il est difficile pour tout traducteur de savoir ce qu’il fait et dans quelle mesure il doit limiter la « signification » à laquelle il a affaire. (ibid.)

  • 16 La traduction des segments tirés de l’ouvrage de 1955 est faite par nos soins.

16Le dire est toujours pris dans une situation de communication qui n’est jamais parfaite et transparente ; il relève à la fois des énoncés et de leur compréhension par l’auditeur, soit de ce que Richards qualifiera en 1955 d’« énonciations à l’intérieur de situations16 » (« utterances-within-situations », Richards, 1955 : 251), dont il convient de faire l’analyse d’abord dans une langue donnée, puis dans les deux langues afin d’avoir des critères précis de comparaison dans le cas d’une traduction. Traduire consiste donc à effectuer des choix traductifs à partir d’une analyse linguistique, pragmatique et sémantique du langage, et donc à effectuer des compromis à l’intérieur d’une situation de communication unique, construite par des situations de communication antérieures.

  • 17 Richards conçoit la pensée (« thinking ») comme « a taking care of and a keeping into account of th (...)

17Richards repousse donc la traduction philologiquement fidèle pour des raisons essentiellement linguistiques À l’intérieur de ce que nous appellerions le champ du signifié, sa traduction se propose de reproduire la pensée de Platon plutôt que ce qui en constitue le « ton », c’est-à-dire ce qui relève d’indications culturelles antiques ayant perdu sens et pertinence en 1942. Dès lors que la traduction se base sur la pensée, « la signification » (Richards, 2015 : 119) dont les mots sont « la garde » et « la prise en compte »17, et qu’elle néglige les indications contextuelles constitutives du ton, la traduction peut être raccourcie au regard de l’original, l’argumentation devenir plus claire sans pour autant verser dans l’abrégé, et le mouvement animant la pensée se voir conservé.

La République de Richards : réponses à quelques objections

18Richards prévient cependant l’objection universitaire à une traduction qui réduit de moitié le texte original : son but consiste à faire lire La République à tous, y compris à un helléniste qui, ainsi, percevra mieux les grandes articulations du texte, ajoute-t-il malicieusement (ibid. : 122). L’helléniste, qui est aussi un citoyen, pourra même redécouvrir que ce texte cardinal traite de l’art de gouverner et d’être gouverné – définition du citoyen selon Aristote. Et le citoyen lambda quant à lui prendra connaissance de l’essentiel du texte de Platon, sans se perdre dans des tournures ampoulées (ibid.). Il pourra ainsi contribuer à préparer l’avenir en lisant cette « version retaillée » (ibid.) de Platon, dont Richards ne fait pas mystère des regrets qu’elle lui cause.

19La pensée de Platon fait l’objet d’une exégèse individuelle. Si elle nécessite, Richards ne le nie pas, des connaissances universitaires, l’interprétation et la traduction qui s’ensuit ne se confondent pas avec l’exactitude linguistique ou verbale. Il faut oublier ces tournures alambiquées qui ne sont jamais que la reconstitution imaginaire du discours des Grecs. Il faut simplifier pour préserver l’essentiel du propos de Platon et, si l’on suit Richards, proposer une traduction littéralement idéelle, c’est-à-dire une traduction platonicienne de La République. Il faut donc aussi exercer un jugement philosophique en amont de l’acte traductif, déterminé par une analyse des opérations langagières propres à chaque langue.

  • 18 Richards pense sans doute à l’ouvrage de R. H. Crosman, 1937, Plato Today, Londres, Allen and Unwin (...)
  • 19 B. Constant, 2010 [1819], De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes, Paris, Mille et (...)
  • 20 M. Arnold, 1993, « Doing as One Likes », Culture and Anarchy, Cambridge, CUP. Généralement critique (...)

20Une visée politique si nettement affirmée pourrait faire douter de l’intégrité du traducteur au regard d’un texte réservé sur la valeur de la démocratie puisqu’il en fait le stade préliminaire à la tyrannie : « the most beautiful of all states and the most beautiful of men: that is to say, tyranny and the tyrant » (LR : 562 ; TRP : 165). Depuis longtemps, La République est comprise comme une dénonciation de la démocratie athénienne, or, selon Richards, il s’agit là d’une erreur née de la réduction du texte au livre V, lequel est une « parabole » (ibid. : 4) destinée à montrer le sort d’une démocratie qui n’obéirait pas aux préconisations platoniciennes18. On peut toutefois se demander si Richards ne tend pas à confondre la démocratie athénienne et la démocratie libérale de sa propre époque, la liberté des Anciens et des Modernes chère à Benjamin Constant19. Avec son pessimisme anthropologique (LR : 553 et sq), la démocratie qu’il prête à Platon s’apparente en effet à la démocratie libérale. Toutefois, Richards reste fidèle au texte : la démocratie meurt de l’excès des libertés individuelles – presque du « Doing as One Likes » que dénonçait M. Arnold afin de pourfendre les velléités scissipares incarnées par les églises dissidentes victoriennes20.

  • 21 En parallèle à sa traduction, Richards publie en 1943, How to Read a Page: A Course in Effective Re (...)

21Par ailleurs, précise Richards, la vision négative de la démocratie prêtée à Platon est un piège qui découle de ces traductions philologiquement fidèles, seulement comprises de l’helléniste. Seule une traduction comme lui l’entend, procédant d’une volonté de démocratisation de la culture philosophique, soit d’une volonté de paideia21, permet de rendre à La République sa valeur pro-démocratique. Toutefois, il faut être en mesure de faire une lecture politique pour révéler à nouveau le potentiel démocratique de La République. Il faut aussi une solide connaissance du grec pour permettre à un vaste lectorat de l’ignorer. La traduction richardsienne se fonde sur ces deux paradoxes.

22Une autre objection à cette traduction est l’effet pernicieux, non de Socrate, mais de Platon sur les jeunes, objection que s’emploie là aussi à contrer Richards : c’est à ne pas lire toute La République que Platon apparaît comme un philosophe ambigu. Ainsi abrégé en sa forme et traduit en son fond, ce texte initialement rédigé à l’intention d’un petit nombre de Grecs pourra être lu par des citoyens du monde entier, précise Richards (2015 : 122). L’internationaliste qu’il est a, de surcroît, préparé sa traduction pour qu’elle soit lue à haute voix et jouée en cours, et il s’offrira le luxe en 1950 d’une lecture publique devant les étudiants chinois privés d’un texte déclaré contre-révolutionnaire. Au xixe siècle, un journaliste avait accueilli la traduction de Platon par W. Whewell en faisant remarquer que celle-ci était propre à promouvoir l’éducation des femmes (ibid. : 123) ; au xxsiècle, Richards fait de sa « version expérimentale » (ibid. : 121) une démocratisation en acte tout en réinscrivant La République dans le champ de la philosophie politique stricto sensu à travers son coup de force traductif.

L’éclairage de 1955

23Dans un article consacré à la traduction et publié en 1955, Platon reste au cœur de la réflexion de Richards pour qui le philosophe grec a créé, en Occident, la métaphore fondatrice de l’État et du sujet (Richards, 1955 : 258). « Towards a Theory of Translating » éclaire en outre la traduction de 1942.

  • 22 Richards définit la compréhension, ou le « comprendre » (« comprehending ») comme le « point de rec (...)

24Méditant sur l’acte traductif nécessairement inscrit dans une théorie du sens (« meaning », ibid. : 250) et de la compréhension (« comprehending », ibid. : 254)22, et opérant une distinction entre la dénotation et la connotation, Richards souligne la nécessité de mesurer la perte induite par les différences entre les langues, d’effectuer des compromis et d’exprimer ceux-ci « ouvertement » (ibid. : 260).

  • 23 Il s’agit du célèbre schéma de C. E. Shannon and W. Weaver, 1949, The Mathematical Theory of Commun (...)
  • 24 Les énonciations se constituent des aspects suivants : « Indicating », « Characterizing », « Realiz (...)
  • 25 Si l’on applique ces catégories de l’énonciation à la traduction, qu’attendre de deux énonciations (...)
  • 26 C’est dans cette perspective que Richards suggère de s’intéresser à la question de la métaphore sus (...)

25Travaillant cette fois sur la traduction du mandarin en anglais, Richards a recours au schéma de communication de Shannon et Weaver23 qu’il propose de dupliquer dans le cas de la traduction (ibid. : 250). La traduction devient alors le produit d’une activité de comparaison à partir de « champs de comparaison » (« comparison fields », ibid. : 251) consistant en des « énonciations en situation » (« utterances-within-situations », ibid.), lesquelles diffèrent entre les langues. Richards propose ensuite une classification analytique des énonciations24 destinée à analyser très précisément les deux systèmes d’énonciation avant toute traduction25. Les résultats de cette analyse définissent chaque unité de « compréhension », ce qui assimile la pratique de la traduction à une comparaison des unités de « compréhension »26.

  • 27 « [The translator must] conceiv[e] his art in terms of minimal loss and then to balance and adjudic (...)
  • 28 « The translator is called upon to become a statesman and serve a limitless oncoming state » (ibid. (...)
  • 29 « [The translator] can cancel and choose again » (ibid.).
  • 30 « We are subject herefore to the paradox of government: that we must derive our powers, in one way (...)
  • 31 « a more complete view of Comprehending » (ibid.).
  • 32 « The Exercice of choice required when thinking which is remote from the Western philosophic tradit (...)

26Le traducteur doit donc être attentif à la déperdition occasionnée par la différence linguistique27 ; il doit être homme d’État28, et d’un État, deux choses dont Platon a donné la métaphore (ibid. : 258), et il bénéficie de l’apanage suivant : pouvoir annuler un choix malheureux pour en effectuer un autre29, qu’il s’agisse d’un choix antérieur à la publication mais aussi qu’il s’agisse d’annuler, en quelque sorte, des traductions antérieures par une traduction jugée plus appropriée, comme veut le faire Richards en 1942. Le traducteur est un gouverneur tirant son autorité de ce qu’il cherche à contrôler30 : sa tâche est nécessairement inachevée puisque dialectique, née de son autorité sur le texte, autorité constamment remise en cause par celui-ci. Quant à la « théorie de la traduction », elle a in fine pour objet d’enrichir notre conception de la « compréhension31 » des systèmes linguistiques et par-delà la pensée – soient les opérations mentales préludant à l’exercice du langage – dont Richards souligne aussi qu’elle est soumise à une série de choix que, pour sa part, la philosophie occidentale peine à conceptualiser32.

Why So, Richards ?

  • 33 Induite ici par nul donneur d’ordre à part Richards.

27En dépit des arguments extrêmement convaincants de 1942, il semble nécessaire d’interroger la vision richardsienne de La République. Outre son inscription dans l’histoire de la traduction, des traductions et des traductions de La République, son texte pose en premier lieu la question de la vulgarisation comme possibilité traductive33. Cette version de La République est-elle à considérer comme une vulgarisation plutôt que comme une adaptation ?

28Selon Lance Hewson, la vulgarisation implique « une approche plus libre » du texte original (Hewson, 2015 : 15) ainsi qu’un « ancrage dans le monde connu des lecteurs » (ibid. : 17), ce qui semble être le cas des termes et des tournures modernes employés par Richards et de ce véritable outil de simplification qu’est l’anglais simplifié. Toutefois, cet ancrage s’inscrit dans une visée pédagogique d’entraînement à l’argumentation platonicienne. Richards ne se cantonne pas à l’univers supposé de ses lecteurs mais cherche à les éduquer. La vulgarisation s’accompagne d’une volonté pédagogique : elle est le moyen de l’éducation, non sa fin.

  • 34 U. Eco, 1999, Sémiotique et philosophie du langage, Paris, Presses universitaires de France ; U. Ec (...)

29Par ailleurs, Hewson remarque que le grand public demeure une notion floue et inopérante, alors que pour Richards, il se définit par son hétérogénéité, à partir du plus petit dénominateur commun et par le fait que le traducteur fait porter le poids de son entreprise sur la langue utilisée plutôt que sur les récepteurs. Sa traduction se fonde sur la conception d’une compréhension minimale de la langue. Enfin la vulgarisation, explique Hewson, relève de ce qu’Umberto Eco34 appelle l’« Encyclopédie » du public qui

prend appui sur les informations qui circulent couramment au sein de la culture à laquelle elle est associée, représente l’ensemble des connaissances mobilisables par tout un chacun. Son évolution est rapide, non systématique et, par conséquent, lorsqu’elle est « photographiée » à un moment donné, elle présente des caractéristiques hétérogènes. […] ses contenus ne sont ni stables, ni exhaustifs […]. [Ils] sont distribués de manière inégale parmi la population appartenant à la culture en question, selon des paramètres socio-économiques, socioculturels, ou tout simplement géographiques. (ibid. : 13)

30Il est donc compliqué de saisir l’« Encyclopédie », surtout chez Richards, et fort hasardeux de faire de La République un texte exclusivement nourri par elle ou destiné à la nourrir.

31Hewson ajoute que « l’Encyclopédie est intimement associée à une seule langue ; par conséquent, ses contenus ne sont pas directement exportables dans une deuxième langue-culture » (ibid.). Dans cette perspective, il semble hors de propos de vouloir traduire la version richardsienne de La République en français.

  • 35 Voir également l’abrégé de La République à partir de la traduction de Richards, proposé par F. N. M (...)
  • 36 A. Badiou, 2012, La République de Platon, Paris, Fayard.

32Cette « Encyclopédie » s’appuie également sur des « discours privilégiés […] surtout de nature populaire, reproduisant des faits avérés, mais aussi des idées fausses et des fictions. C’est la “culture-langue” qui sert de point de repère fondamental : d’autres cultures sont perçues à travers le filtre qu’elle constitue » (ibid.). Telle est la fonction de l’anglais simplifié utilisé par Richards : permettre l’accès à une culture, ou plus précisément à une pensée à travers le médium utilisé. Toutefois, Richards assigne à son médium une fonction de vérité absente de « l’Encyclopédie » et qui vise à purger cette dernière de ses erreurs et de ses croyances erronées. L’anglais simplifié cesse alors d’être utilisé comme moyen d’apprentissage d’une langue seconde ou filtre de la culture antique pour devenir le moyen d’acquérir une éducation philosophique, de rectifier l’« Encyclopédie » des lecteurs. Cette forme de vulgarisation35, inédite en 1942, a trouvé des prolongements dans la carrière du philosophe ainsi que dans des pratiques contemporaines comme la traduction réécriture de La République par Alain Badiou36.

  • 37 Sur la collection Loeb, voir K. B. Sheets, April 2005, « Antiquity Bound: The Loeb Classical Librar (...)

33Transplantant partiellement La République dans le temps et dans l’espace – un paradoxe pour une politeia se soutenant des seuls mots de Socrate –, Richards adopte une politique traductive suscitant des questions éthiques que ses talentueux arguments ont masquées mais qui n’en sont pas moins à examiner. Peut-on abréger un texte dont le traducteur soulignera toujours qu’il occupe une position fondatrice dans la culture humaine ? La fin ordonne les moyens, comme le montre par exemple l’édition Loeb complète, annotée et introduite puisque destinée à un public universitaire37, mais elle ne les justifie pas intégralement. Chez Richards, la dimension éthique fondatrice qu’il reconnaît au texte platonicien se voit subordonnée à l’intention politique, laquelle commande ensuite une politique traductive et éditoriale.

34Cette subordination se double également d’une question philosophique portant sur la valeur des passages omis et leur choix. Ces derniers possèdent une importance dans la rhétorique platonicienne, comme Richards le sait fort bien : la visite à Cephalus n’est pas seulement destinée à enclencher le dialogue par une tentative de définition de la justice, il s’agit également d’une vignette d’un honnête homme, arrivé à l’âge mûr… qui pourrait bien être un citoyen possible de la politeia appelée à naître.

35Enfin, cette traduction pose également la question du statut de la langue et du langage pour Richards. Le langage est un instrument de communication et la langue charrie une histoire que le philosophe semble faire passer au second plan, bien qu’il en soit conscient, comme nous l’avons vu, reconduisant l’opposition entre ce qui relève d’une essence éternelle, qui serait celle de la pensée, et ce qui relève de ses réalisations linguistiques multiples et historiques. Retrouvant le théoricien de l’Idée qu’est Platon, Richards se trouve confronté au redoutable paradoxe d’avoir à désigner la pensée par les mots qui n’en sont que des ombres ou d’incomplètes incarnations historiques.

36Lorsqu’il publie de nouveau sa traduction et son « Introduction », en 1966, Richards supprime la justification de ses choix traductifs. Cette seconde préface fait la part belle à Platon tout en rectifiant l’envergure philosophique de son texte :

  • 38 Nous avons traduit ce passage – ainsi que les citations qui suivent – et mis en italiques certains (...)

le seul à se saisir de la question du gouvernement de soi à l’intérieur d’une communauté, et de la question de la culture de la tempérance (sophrosyne) de telle façon que des peuples de cultures diverses, à divers stades de développement politique, peuvent l’étudier ensemble38. (Plato, 1966 : 13)

  • 39 Voir L. Strauss, 1964, The City and Man, University of Chicago Press. « Il est à la mode à présent (...)

37Dans cette préface ne conservant que deux courts passages de l’introduction initiale, Richards recommande de nouveau la lecture de ce texte pour la recherche – et non l’atteinte – de la sagesse (sophia) et de la vérité, en réponse aux thèses de Leo Strauss qui avait repris à son compte la veine exégétique assimilant Platon à un partisan d’un régime autoritaire39.

  • 40 En ligne : https://www.poetryfoundation.org/resources/learning/essays/detail/69388 (les liens hyper (...)

38Richards souligne que La République est rédigée lorsque la cité-État est condamnée, ce qui peut expliquer la volonté d’ordre et de stabilité de la part de Platon, déçu de s’être frotté à l’exercice du gouvernement, à la différence des modernes lisant La République à une « époque où probablement les nations comme États souverains sont dépassées » (ibid. : 12). Confronté à cette situation historique, Platon a voulu « refaire l’homme » plutôt que la cité, mais son texte souffre de deux défauts majeurs : l’exagération du rôle des experts obérant l’expérience créative, et l’exclusion des poètes de la cité idéale (ibid. : 11). Le texte fondateur de la philosophie politique se révèle être pour Richards un très beau texte littéraire auquel, précise-t-il, Aristote apportera la première réponse avec la Poétique, avant d’être suivi par des écrivains dont Dante, Spenser, Sidney, Shakespeare, Donne, Shelley, Yeats (ibid.). Comme l’écrivait Shelley au dernier paragraphe de A Defence of Poetry (1816) : « Poets are the unacknowledged legislators of the world40. » Peut-être la poésie est-elle antérieure à l’éthique et à la politique, et donc à la visée ayant guidé Richards en 1942, comme il en prend conscience en 1966. La valeur poétique de La République apparaît dès lors que les questions liées à sa traduction ont été traitées.

  • 41 C’est le terme choisi par Richards et par les traducteurs de l’édition Loeb pour traduire « ἐπιστήμ (...)
  • 42 Préconisation répétée par R. Weil dans sa recension, non sans qu’il s’interroge sur le sens du term (...)
  • 43 Voir aussi « Plato’s Republic », 1949-1953, directed by R. Jernigan, starring Ed Lowry (Socrates) a (...)

39Néanmoins, le projet richardsien demeure semblable : la lecture par le plus grand nombre de certains textes fondateurs. La République est « l’outil indispensable en vue de cultiver une compréhension commune des questions les plus importantes » (ibid. : 13). Nombre de nations sont confrontées aux problèmes rencontrés par Platon, et ce n’est pas sans raison que s’est répandue sa vision de l’homme comme être individuel et politique. Aussi le traducteur plaide-t-il pour une éducation porteuse d’espoir et pour « le besoin d’une expérience commune […] partagée par autant d’hommes que possible », « basée sur un consensus quant aux fins et aux moyens », où « la conception que l’homme a de sa propre nature […] tient la place centrale » (ibid. : 12). Puisque la politique se définit comme l’addition d’éthiques personnelles communes, l’anglais dans lequel se transmet cette pensée doit donc être « le plus simple pour les nouveaux venus aux études platoniciennes autant que le permet la loyauté au texte » (ibid. : 13). La loyauté est ici un rapport éthique, non un rapport fondé sur la fidélité ou l’infidélité linguistique dont Richards a sondé le sens en 1942 et 1955. Cette visée ainsi que la visée pédagogique passent alors au premier plan. On peut contester le choix d’une traduction de La République à partir d’une visée politique en 1942 ; il s’inscrit néanmoins dans une ambition pédagogique pour laquelle Richards a toujours eu des exigences nettes. En 1966, il relève d’une volonté politique soutenue par une éthique de retour à la citoyenneté grecque définie plus haut, cette fois contre les menaces que font peser ceux qui se revendiquent de la « science sociale », c’est-à-dire ce que notre époque nomme les experts41, lesquels occupent l’espace laissé vacant par la politique. Aussi Richards préconise-t-il de nouvelles éditions abrégées des textes fondateurs selon les critères posés dans l’introduction de 194242. N’a-t-il pas traduit l’Iliade d’Homère – devenue The Wrath of Achilles (1950) – et Why so, Socrates (1964), compilation de l’Eutyphron, de l’Apologie de Socrate, du Criton et du Phédon, sous forme dramatique43 ? L’histoire n’obère pas le retour des textes fondateurs : elle y conduit nécessairement. À questions nouvelles, Richards propose de répondre par de nouvelles traductions.

40Traduire La République en anglais simplifié n’est pas un passe-temps érudit, une expérience universitaire autocentrée, c’est un acte politique, quelle que soit l’époque où il s’accomplit. La traduction témoigne de cette volonté radicale de transmission, héritée de la démocratisation du savoir cher au Richards des années 1920. Traduction politique, informée par une vision politique et destinée à politiser ou à faire réfléchir, à réconforter, à conforter le lecteur contemporain. S’il faut répéter avec Jacques Bouveresse que nous avons plus que jamais besoin d’une « critique politique » (Bouveresse, 2008 : 169) en ces temps d’incuriosité et de vide politique, la traduction comme la pratique Richards est aussi un moyen de l’élaborer, à la condition d’en expliciter avec, et parfois contre lui, les enjeux traductifs.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Plato, 1946 [1942], The Republic of Plato. A Version in Simplified English, trans. I. A. Richards, Londres, Kegan Paul.

Platon, 2016 [2002], La République, traduction et édition de Georges Leroux, Paris, Flammarion.

Ouvrages et articles

Bouveresse, Jacques, 2008, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie, Marseille, Agone.

Crosman, R. H., 1937, Plato Today, Londres, Allen and Unwin.

Hewson, Lance, avril 2015, « Auscultation du grand public », Parallèles, 27.1.

Ogden, C. K., with the help of a Committee of The Orthological Institute, 1960, General Basic English Dictionary, The Hokuseido Press, 14th revised edition, Evans Brothers Ltd. https://archive.org/details/TheGeneralBasicEnglishDictionary (les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 22 août 2018).

Plato, 1966, Plato’s Republic, edited and translated by I. A. Richards, Cambridge, CUP.

Richards, I. A., 1955, « Towards A Theory of Translating », in Wright, Arthur (ed.), Studies in Chinese Thought, The American Anthropological Association, vol. 55, n° 3, p. 247-262.

, 2001 [1924], Principles of Literary Criticism, John Constable (ed.), Londres, Routledge.

, 2001 [1929], Practical Criticism: a Study of Literary Judgement, John Constable (ed.), Londres, Routledge.

, 2001 [1932], Mencius on the Mind: Experiments in Multiple Definition, John Constable (ed.), Londres, Routledge.

, 2001 [1933], Basic Rules of Reason, John Constable (ed.), Londres, Routledge.

, 2001 [1935], Basic in Teaching: East and West, John Constable (ed.), Londres, Routledge.

, 2015 [1942], « Introduction », in Plato, The Republic of Plato. A Version in Simplified English, trad. Bénédicte Coste, in Serban, Adriana et Sauvage, Julie (éds), Essais sur l’art, vol. VII, Paris, Houdiard, p. 117-24.

Russo, John Paul, 1987, I. A. Richards. His Life and Work, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Shelley, P. B., 1816, A Defence of Poetry, en ligne : https://www.poetryfoundation.org/articles/69388/a-defence-of-poetry.

Haut de page

Notes

1 C. K. Ogden, 1930, Basic English: A General Introduction with Rules and Grammar, Londres, Paul Treber.

2 Nous remercions les relecteurs de la première version de cet article pour leurs précieuses remarques.

3 Comme le reconnut R. E. Robert dans son compte rendu, July 25th 1942, « Plato in B. E. », The Saturday Review, p. 14-15.

4 Richards retournera en Chine en 1936 et 1937 pour travailler à la diffusion du B.A.S.I.C. English à l’Orthological (Basic English) Institute of China. Voir R. Honeke, 2001, Empires of the Mind: I. A. Richards and Basic English in China 1929-1979, Princeton, Princeton University Press.

5 En parallèle, ses ouvrages consacrés à ses auteurs préférés incluent 1934, Coleridge on Imagination, Londres, Kegan Paul and Co., et 1936, The Philosophy of Rhetoric, Oxford, Oxford University Press.

6 Le cursus fondé sur la philosophie et la littérature antiques.

7 Celles de : T. Taylor et F. Sydenham (1804, The Works of Plato, 5 vol., Londres), G. Burges (1854, Plato: The Republic, Timaeus and Critias. New and Literal Version, Londres, H.G. Bohn) ; J. Llewelyn et D. J. Vaughan (1858, The Republic of Plato, Cambridge, McMillan), que mentionne Richards ; A. D. Lindsay (1906, Plato: The Republic, Londres, J. M. Dent).

8 1871, Plato: The Republic, trans. Benjamin Jowett, Oxford, Clarendon Press.

9 Voir les analyses de C. Castoriadis, 2004, Ce qui fait la Grèce, Paris, Seuil.

10 Les ouvrages du corpus sont notés ainsi dans le reste de l’article :

Plato, 1946 [1942], The Republic of Plato. A Version in Simplified English, trans. I. A. Richards, Londres, Kegan Paul : TRP. Les comparaisons entre la traduction de Richards et l’original se font par le biais d’une traduction française de Platon, soit un « second original ».

Platon, 2016 [2002], La République, traduction et présentation Georges Leroux, Paris, Flammarion : LR.

Les chiffres renvoient aux numéros des paragraphes.

11 « He flees along the pebbled shore of Hermus / He does not tarry, he is not ashamed to be called a coward. » Plato, 2013, Republic, trans. C. Emlyn-Jones et W. Preddy, Harvard, Harvard UP, coll. Loeb, p. 293.

12 « terrible wizards » (ibid. : 313).

13 « interpreter » (ibid. : 480).

14 Plato, 2013, Republic, trans. C. Emlyn-Jones et W. Preddy, Harvard, Harvard UP, coll. Loeb, p. 340.

15 Cette démarche se retrouve lorsque C. Emlyn-Jones et W. Preddy traduisent « eidos » par « form » et non par « Idea » dans l’édition Loeb.

16 La traduction des segments tirés de l’ouvrage de 1955 est faite par nos soins.

17 Richards conçoit la pensée (« thinking ») comme « a taking care of and a keeping into account of the conduct of our words » (Richards, 1955 : 256).

18 Richards pense sans doute à l’ouvrage de R. H. Crosman, 1937, Plato Today, Londres, Allen and Unwin. P. Shorey traduit également La République en 1937 et publie, en 1933, What Plato Said. Son Platonism Ancient and Modern, publié en 1938 par University of California Press, adopte une perspective historiciste très éloignée de la perspective richardsienne.

19 B. Constant, 2010 [1819], De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes, Paris, Mille et une nuits.

20 M. Arnold, 1993, « Doing as One Likes », Culture and Anarchy, Cambridge, CUP. Généralement critique des auteurs victoriens, Richards est plus pondéré envers Arnold.

21 En parallèle à sa traduction, Richards publie en 1943, How to Read a Page: A Course in Effective Reading, With an Introduction to a Hundred Great Words, Londres, Routledge and Kegan Paul.

22 Richards définit la compréhension, ou le « comprendre » (« comprehending ») comme le « point de recoupement des occurrences passées d’énonciations similaires dans des situations similaires » (« a nexus established through past occurrences of partially similar utterances in partially similar situations », Richards, 1955 : 251).

23 Il s’agit du célèbre schéma de C. E. Shannon and W. Weaver, 1949, The Mathematical Theory of Communication, Urbana, University of Illinois Press.

24 Les énonciations se constituent des aspects suivants : « Indicating », « Characterizing », « Realizing », « Valuing », « Influencing », « Controlling », « Purposing » (Richards, 1955 : 252).

25 Si l’on applique ces catégories de l’énonciation à la traduction, qu’attendre de deux énonciations en deux langues ? Comment les énonciations découpent-elles la même réalité ? Jusqu’à quel point les énonciations disent-elles la même chose à propos de la réalité ? Jusqu’à quel point les énonciations se présentent-elles avec la même intensité ou la même réalité ? Jusqu’à quel point établissent-elles la valeur de la même façon ? Jusqu’à quel point resteraient-elles les mêmes ou changeraient-elles ? Jusqu’à quel point les relations de dépendance entre les aspects des énonciations sont-elles les mêmes dans les deux systèmes d’énonciation ? À quel point obéissent-elles au même propos à l’intérieur d’activités variées où elles peuvent avoir lieu ? (ibid. : 252-4) Toute traduction doit s’intéresser à ces sept aspects, selon Richards.

26 C’est dans cette perspective que Richards suggère de s’intéresser à la question de la métaphore susceptible d’être absente de la langue cible (ibid. : 258). Sur la valeur de la comparaison chez Richards, voir M. Xie, 2011, Conditions of Comparison: Reflections on Comparative Intercultural Inquiry, Londres, Continuum.

27 « [The translator must] conceiv[e] his art in terms of minimal loss and then to balance and adjudicate, as best as he can, the claims of the rival functions » (Richards, 1955 : 260).

28 « The translator is called upon to become a statesman and serve a limitless oncoming state » (ibid. : 261).

29 « [The translator] can cancel and choose again » (ibid.).

30 « We are subject herefore to the paradox of government: that we must derive our powers, in one way or another, from the very forces which we have to do our best to control » (ibid.).

31 « a more complete view of Comprehending » (ibid.).

32 « The Exercice of choice required when thinking which is remote from the Western philosophic tradition—thinking which uses, perhaps, no such machinery—has to be thoroughly explored in English » (ibid. : 256). Les exposants correspondent au système de notation des opérations de compréhension et d’utilisation des termes métalinguistiques proposé par Richards dans cet article.

33 Induite ici par nul donneur d’ordre à part Richards.

34 U. Eco, 1999, Sémiotique et philosophie du langage, Paris, Presses universitaires de France ; U. Eco, 1988, Kant et l’ornithorynque, Paris, Grasset.

35 Voir également l’abrégé de La République à partir de la traduction de Richards, proposé par F. N. Magill, 1949, « Review », in Poe-Rep, p. 5522-5224.

36 A. Badiou, 2012, La République de Platon, Paris, Fayard.

37 Sur la collection Loeb, voir K. B. Sheets, April 2005, « Antiquity Bound: The Loeb Classical Library as Middlebrow Culture in the Early Twentieth Century », The Journal of the Gilded Age and Progressive Era, vol. 4, n° 2, p. 149-171.

38 Nous avons traduit ce passage – ainsi que les citations qui suivent – et mis en italiques certains segments.

39 Voir L. Strauss, 1964, The City and Man, University of Chicago Press. « Il est à la mode à présent de traiter Platon de fasciste et pourtant son esquisse du tyran (Livre IX) se lit comme une dénonciation de première main de Hitler. » (Plato, 1966 : 4)

40 En ligne : https://www.poetryfoundation.org/resources/learning/essays/detail/69388 (les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 22 août 2018).

41 C’est le terme choisi par Richards et par les traducteurs de l’édition Loeb pour traduire « ἐπιστήμον ».

42 Préconisation répétée par R. Weil dans sa recension, non sans qu’il s’interroge sur le sens du terme « edited », démontrant que la traduction reste toujours à entreprendre ! Voir R. Weil, janvier-juin 1966, « Plato’s Republic, edited and translated by I. A. Richards », Revue des é́tudes grecques, tome 79, fascicule 374-375, p. 545.

43 Voir aussi « Plato’s Republic », 1949-1953, directed by R. Jernigan, starring Ed Lowry (Socrates) and Austin Jernigan (Adeimantus), Waco, Educational Television Ranch, en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=S01zznTcBw8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Coste, « La politique de la traduction dans La République en anglais simplifié d’I. A. Richards (1942) », Palimpsestes, 31 | -1, 64-76.

Référence électronique

Bénédicte Coste, « La politique de la traduction dans La République en anglais simplifié d’I. A. Richards (1942) », Palimpsestes [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 11 septembre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/2660 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.2660

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Elle enseigne les études victoriennes à l’Université de Bourgogne. Elle est par ailleurs traductrice d’ouvrages critiques victoriens (Walter Pater, La Renaissance, Études d’art et de poésie, 2016 ; John Ruskin, Les Sept lampes de l’architecture, 2011) ou d’essais (Symons, Berenson, Symonds, Lee). Sa traduction de l’« Introduction » à La République en anglais simplifié l’a amenée à s’intéresser au moderniste qu’est I.A. Richards.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals