Navigation – Plan du site
III. Entre allographie et auctorialité

Éléments pluriels d’une « unité opérale1 » : les préfaces des traducteurs de Pompey the Little

Elsa Albaric-Lévy
p. 116-132

Résumés

Cette étude se propose d’aborder la problématique des éléments péritextuels pluriels d’une œuvre à versions dans les préfaces de traducteur de Pompey the Little, 1751, de Francis Coventry. Véritable œuvre à immanence plurielle, la comédie satirique à succès est passée de 1751 à 1797 entre les mains de plusieurs traducteurs ou pseudo-traducteurs afin d’être traduite en français, en allemand, en italien, en russe et en suédois. Les œuvres qui en ont résulté sont, selon le cas – étant entendu que les traductions du xviiie siècle tiennent davantage de l’adaptation ou de l’imitation –, des traductions directes ainsi que des doubles, voire triples, traductions. La traduction française de François-Vincent Toussaint (1752), par exemple, a servi de texte source à la traduction italienne de Gasparo Gozzi (1760) ainsi qu’à une traduction allemande disparue, qui elle-même aurait servi de texte source à la traduction russe (1766). Ces différents palimpsestes, versions allographes ou encore hypertextes de Pompey the Little, s’accompagnent de préfaces, au nombre de cinq. Celles-ci ont pour auteurs les français François-Vincent Toussaint (1752) et J. H. D. Briel (1784), les allemands Johann Jakob Dusch (1756) et Johann Friedrich Jünger (1782) et l’italien Gasparo Gozzi (1760). Une sixième préface vient s’ajouter : celle de René Donais qui réédite la traduction de Toussaint en 1998, en l’accompagnant de divers objets pour souligner la puissance d’immanence de l’œuvre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Genette, 1994 : 203.
  • 2 Gérard Genette consacre L’Œuvre de l’art à l’étude du statut et des fonctions des œuvres d’art, et (...)
  • 3 Pompey the Little est ainsi réédité dix fois dans la deuxième moitié du xviiie siècle – il le sera (...)
  • 4 La traduction est un mode d’adaptation ou une pratique allographique propre à la littérature (ibid. (...)

1Si, comme l’écrit Gérard Genette dans L’Œuvre de l’art : immanence et transcendance, « il arrive qu’une œuvre consiste, non en un objet, mais en plusieurs objets tenus pour identiques et interchangeables, […] ou même reconnus comme sensiblement différents entre eux » (Genette, 1994 : 16)2, alors Pompey the Little (Coventry, 1751) est une œuvre plurielle. Cette comédie satirique créée dans l’Angleterre du milieu du xviiie siècle met en scène les excès humains autour d’un petit chien qui en est le héros. Pompey the Little, qui joue un rôle indéniable dans la construction du roman anglais au xviiie siècle, combine des thèmes de société à la fois ancrés dans cette époque et universels, une écriture dans le style de Fielding et de fins dialogues. L’ensemble de ces caractéristiques contribue à son grand succès littéraire auprès du public britannique3. Cela explique en partie la publication d’une deuxième version auctoriale intentionnellement « substitutive » – c’est-à-dire procédant « d’un mouvement […] de correction et d’amendement » (Genette, 1994 : 207) – en faisant disparaître et apparaître certains chapitres (Coventry, 1752), ainsi que plusieurs versions allographiques4. En effet, le succès du livre donne lieu, entre 1752 et 1797, à plusieurs traductions : en français, en allemand, en italien, en russe et en suédois. Pompey the Little s’incarne donc en plusieurs objets, selon les termes de Genette :

les œuvres n’ont pas pour seul mode d’existence et de manifestation le fait de « consister » en un seul objet. Elles en ont au moins un autre, qui est de transcender cette « consistance », soit parce qu’elles « s’incarnent » en plusieurs objets, soit parce que leur réception peut s’étendre bien au-delà de la présence de ce (ou ces) objet(s), et d’une certaine manière survivre à sa (ou leur) disparition [.] (Genette, 1994 : 16-17)

  • 5 En réalité, cinq versions – dont la troisième et la cinquième sont considérées comme principales da (...)
  • 6 L’ « identité sémantique » est préservée entre la source auctoriale et ses traductions (Genette, 19 (...)
  • 7 Par souci de lisibilité, nous avons décidé d’indiquer entre parenthèses le nom de l’auteur, Coventr (...)

2De la même façon que l’ensemble des versions auctoriales5 et allographiques forme un tout pour le lecteur idéal, les préfaces des traducteurs de Pompey the Little participent d’une « unité opérale » (ibid. : 203)6 en tant qu’éléments péritextuels d’une « œuvre ouverte ». Car, selon Gérard Genette, « l’œuvre ouverte […] ré-instaure l’œuvre […] par-delà (ou au-dessus de) la pluralité des textes de toute nature et de tous statuts qu’elle rassemble et fédère sous le signe d’une unité plus vaste et, en ce sens, transcende » (ibid. : 224). Ces différentes préfaces témoignent de l’immanence plurielle de Pompey the Little et sont fédérées par une même source auctoriale : « Le trait commun à toutes ces formes [d’immanence plurielle] est le fait, pour une œuvre, d’immaner en plusieurs objets non identiques, ou […] non tenus pour identiques et interchangeables » (ibid. : 187). L’on se trouve aujourd’hui en présence de cinq préfaces de traducteurs : celles des Français Toussaint et Briel (1752 et 1784), des Allemands Dusch et Jünger (1756 et 1782), et de l’Italien Gozzi (1760)7. Notre étude s’efforcera d’explorer la manière dont ces préfaces s’inscrivent dans un système, au sens d’ensemble structuré d’éléments de même espèce. L’on peut en effet visualiser le texte de Francis Coventry comme un soleil autour duquel graviteraient toutes ses versions. Pour ce faire nous analyserons leur façon de jouer avec la convention rhétorique de l’exercice, d’invoquer les autres agents de la chaîne du livre (confrères, mécènes, protecteurs, critiques, lecteurs), et de livrer un commentaire de traduction.

  • 8 F.-V. Toussaint, 1750, L’Anti-Thérèse ou Juliette Philosophe, Paris, La Haye, É. L. Saure.
  • 9 F.-V. Toussaint, 1748, Les Mœurs, Paris.
  • 10 Palissot de Montenoy, 1803, Mémoire pour servir à l’histoire de notre littérature depuis François I(...)

3La préface est définie par Gérard Genette comme « toute espèce de texte liminaire, […] auctorial ou allographe, consistant en un discours produit à propos du texte qui suit » (Genette, 1987 : 150). Le cas des préfaces de traducteurs est particulier en ce qu’elles annoncent un texte qui n’est ni tout à fait le leur ni tout à fait celui d’un autre, mais en quelque sorte les deux à la fois. Par conséquent, hormis les exceptions qui seront mentionnées ci-après, il est difficile de les ranger systématiquement dans la catégorie auctoriale (faisant du préfacier l’auteur du texte) ou dans la catégorie allographe (ne faisant pas du préfacier l’auteur du texte). Au cours de leur préface, en effet, les traducteurs peuvent tour à tour évoquer le texte source ou le texte cible, selon qu’ils se considèrent ou non comme les auteurs du texte qui suit. C’est ici le cas de François-Vincent Toussaint dont La Vie et les avantures [sic] du petit Pompée est publiée à Amsterdam et à Paris sous une fausse adresse (Coventry, Toussaint, 1752 : v-x), et de Johann Friedrich Jünger, dont le Kleine Cäsar (« Le Petit César, roman comico-satirique en 2 livres d’après l’anglais de Coventry, avec quatre gravures du Dr Chodowiecky ») est publié à Leipzig (Coventry, Jünger, 1782 : v-xiv). Toussaint écrit par exemple : « Remerciez Dieu de ce que l’ouvrage que je donne n’est pas de mon cru : cela vous sauvera tous les verbiages que vous ferait un Auteur pour vous en prouver l’excellence ; je ne veux pas louer pour le compte d’autrui. » (Coventry, Toussaint, 1752 : vi) Le discours du traducteur peut surprendre : faisant preuve d’honnêteté intellectuelle, Toussaint ne souhaite pas passer pour l’auteur effectif du texte qu’il présente, sans pour autant faire l’éloge de l’auteur qu’il revendique. Cela pose une ambiguïté quant à son choix de le traduire, et ne se conforme pas au topos contemporain de la justification de la traduction qui, comme le relève Annie Cointre dans Recueil de préfaces de traducteurs de romans anglais, tend plutôt à faire l’apologie, même tacite, de l’auteur et de l’œuvre traduite (Cointre et Rivara, 2006 : 7). En vérité, le personnage de Toussaint, à qui l’on attribue la paternité du roman érotique L’Anti-Thérèse ou Juliette Philosophe8, se situe aux antipodes de celui du prude et conservateur Coventry. En témoignent quelques affirmations immorales relevées dans ses Mœurs9 par Palissot de Montenoy : « Un fils ne doit aucune reconnaissance à son père de lui avoir donné le jour. L’amour filial est susceptible de dispense. Le seul moyen de s’affranchir de ses besoins est de les satisfaire10 » ; ces maximes s’opposent aux valeurs prônées par Coventry dans Pompey the Little.

4Gasparo Gozzi, auteur de la double traduction Avventure di Lillo cagnuolo Bolognese (« Aventure de Lillo petit chien bolonais ») publiée en 1760 à Venise et fondée sur la version française de Toussaint, se borne à traduire la préface originale du traducteur français en la reprenant implicitement à son compte. Son identité se limite donc à celle du traducteur passeur, car sa voix ne se fait entendre que dans la transposition du terme François au terme Italiano :

Je sai bien qu’à titre de Traducteur je pourrois encore m’entêter de mon original, & vous le présenter comme le modele des Ecrivains, pour justifier la peine que j’ai prise de le faire parler François, mais rassûrez vous, je n’en ferai rien.

(Coventry, Toussaint, 1752 : vi)

So bene, che anche come Traduttore potrei innamorarmi del mio Originale, e presentarlovi come un modello degli Scrittori, per giustificare la fatica da me intrapresa di farlo parlarle Italiano, ma assicuratevi, non ne faro nulla.

(Coventry, Gozzi, 1760 : 5)

5Jünger, lui, évoque à la fois « un ouvrage publié pour la première fois en l’an mil sept cent quarante neuf en Angleterre » et sa traduction ou « version retravaillée » (Coventry, Jünger, 1782 : xi-xii, xiii).

  • 11 La traduction des textes allemands est de Laurent Gibert, agrégé d’allemand.

6Quant à deux autres des traducteurs de Pompey the Little, l’allemand Johann Jakob Dusch, dans son Schooßhund (Coventry, Dusch, 1756), et le français Briel, dans son Histoire du petit Pompée (Coventry, Briel, 1784), présentent le texte comme le leur. Dusch le fait de façon explicite en ne mentionnant pas d’œuvre source : « ich den schooßund geschrieben habe » (Coventry, Dusch, 1756 : 3) – « j’ai écrit le chien de manchon11 » – mais en se référant à son titre Der Schooßhund: Ein komisches Heldengedicht in neun Büchern (« Le chien de manchon : épopée comique en 9 livres »). Chez Briel, une œuvre source est mentionnée de façon implicite, quoique limitée, dans le sous-titre « imitée de l’anglois ». La référence est vague et n’empêche pas l’auteur d’envisager son texte comme entièrement sien, si l’on considère la notion également vague d’imitation. La préface qui précède le récit n’apprend rien de plus au lecteur à ce sujet, car elle consiste en deux pages vides précédées du titre « Préface » (Coventry, Briel, 1784 : i-ii). Briel se moque de la convention rhétorique de la préface en la vidant de toute substance.

  • 12 Il édite l’œuvre de son cousin H. Coventry, Philemon to Hydaspes, en 1753.

7Le statut du « destinateur », défini par Genette comme « [l’] auteur prétendu, identifié par mention explicite » (1987 : 166), change en fonction des différents rédacteurs effectifs des préfaces aux traductions de Pompey the Little. Parmi les cinq préfaces étudiées, deux sont donc uniquement auctoriales, c’est-à-dire qu’elles sont censées être rédigées par l’auteur du texte (celles de Dusch et de Briel). Trois sont tantôt auctoriales, tantôt allographes : leurs auteurs, Toussaint, Jünger et Gozzi, présentent au public à la fois leur traduction et l’œuvre d’un autre écrivain. L’identité des préfaciers-traducteurs n’étant pas clairement définie, le message de ces dernières préfaces aura donc un caractère hybride. Ce sont des éditeurs, des traducteurs, des auteurs, des rédacteurs et des destinateurs, ce qui correspond au profil type des traducteurs de l’époque dont les activités distinctes sont susceptibles de se combiner. Ils ressemblent en cela à Francis Coventry, lui-même pasteur, poète, essayiste, romancier et éditeur12, dont les différentes fonctions apparaissent dans ses écrits (voir Wheatcraft, 1974 : 22 ; Albaric, 2012 : 28-29).

  • 13 « et cela vous sauve de tous les bavardages que ferait un auteur pour prouver l’excellence de celui (...)
  • 14 Voir l’article de L. Cottegnies (2003).
  • 15 Auteur de Turandot (1726).
  • 16 Ce dont Donais n’a, semble-t-il, pas connaissance.

8Quelle que soit l’identité des traducteurs-préfaciers et des destinateurs de leur préface, c’est avant tout en tant qu’écrivains que les traducteurs de Francis Coventry se positionnent. Malgré la diversité des cas, la convention rhétorique qui règne sur cet espace textuel n’échappe à aucun d’entre eux. L’on peut cependant ranger les préfaciers-traducteurs de Pompey the Little dans deux catégories, qui se trouvent regrouper les traducteurs de même langue. Les allemands Dusch et Jünger, comme nous le verrons plus loin, respectent fidèlement les lois de cette convention, et les français Toussaint et Briel posent sur elle un regard critique. Au début de sa préface, Toussaint insère un commentaire sur celle-ci. « Beau début pour une Préface » (Coventry, Toussaint, 1752 : v) montre sa prise de recul sur ses propres écrits. Il ajoute plus loin : « cela vous sauvera tous les verbiages que vous ferait un Auteur pour vous en prouver l’excellence » (ibid. : vi). Toussaint fait fi des conventions en se targuant ici de ménager le lecteur en le dispensant de « verbiages » inutiles. Et Gozzi de renchérir en italien : « e questo vi salva da tutte le chiacchere che vi farebbe un Autore per provarvi l’eccellenza di quella13 » (Coventry, Gozzi, 1760 : i). Dans la partie allographe de sa préface, Toussaint présente la situation de préfacier-traducteur comme avantageuse en ce qu’elle dispense l’écrivain de se louer lui-même, ce à quoi un auteur classique (au sens de non traducteur) serait tenu pour obéir aux conventions littéraires. Toussaint, homme de loi et de lettres, ne craint plus le scandale après celui causé par la publication de son ouvrage Les Mœurs en 1748, et c’est pour lui une occasion comme une autre d’affirmer sa différence par une pirouette rhétorique. La performance de son compatriote Briel, trente ans plus tard, est de tout autre nature14. Briel s’octroie le luxe de tourner en dérision la convention rhétorique de la préface en la réduisant à néant. Les deux pages blanches numérotées se terminent par ces mots : « Le petit Pompée l’a déchirée » (Coventry, Briel, 1784 : ii). L’on peut envisager cette préface comme un « miroir » tel que mentionné par Genette : « la préface fictionnelle, fiction de préface, ne fait qu’exacerber en l’exploitant la tendance profonde de la préface à une self-consciousness à la fois gênée et joueuse : jouant de sa gêne » (Genette, 1987 : 269). Le jeu de Briel lui permet d’éluder toute explication, et il n’est pas facile de déterminer l’identité du ou des destinateurs impliqués dans cette préface. Il semblerait que l’on ait affaire au « topos du manuscrit trouvé » (Cointre et Rivara, 2006 : 6). Si le destinateur du message qui clôt la préface est le narrateur de l’histoire qui suit, qui est le destinateur de la préface perdue ? Est-ce le même personnage ou celui, par exemple, d’un éditeur fictif ? Ou bien le destinateur de la préface perdue est-il le narrateur et celui du message, l’éditeur ? S’agit-il d’une préface « auctoriale fictive », où « l’auteur prétendu et son préfacier sont le même personnage fictif », ou bien d’une préface « allographe fictive », où « le préfacier est fictif comme l’auteur prétendu du texte » (Genette, 1987 : 175) ? L’ambiguïté de ce péritexte fait apparaître sous un jour un peu différent l’insignifiant roman galant de Briel. La subtile esquive du traducteur ou imitateur montre que ce dernier a tout de même saisi une part de l’essence satirique de Pompey the Little. L’on pense à certains épisodes fâcheux qui valent au petit Pompée la perte de sa place comme, par exemple, celui de la fin du chapitre « The Genealogy of a Cat » de la première édition (Coventry, 1751), dans lequel Pompée urine sur les Chroniques de Baker. Ainsi, alors que l’on ne peut véritablement parler dans ce cas de traduction, l’imitation de Briel a toute sa place dans « l’unité opérale » de Pompey the Little car elle s’inscrit bien dans le concept d’immanence plurielle, ne serait-ce que par la conception de sa préface. Cette réflexion nous amène à signaler la préface très particulière de l’historien d’art québécois, René Donais, qui, en rééditant le premier tome de la traduction de Toussaint, livre un avant-propos tout à fait dans le même esprit. Le péritexte de Donais est aussi constitué d’annexes de toutes sortes dont l’une s’intitule « Un ultime fleuron littéraire » (Donais, 1998 : 77). Contre toute attente, Donais y propose au lecteur un sonnet composé à l’âge de neuf ans par l’auteur dramatique italien, Carlo Gozzi (1720-1806)15, qui se trouve être le frère cadet du traducteur italien de Pompey the Little16 :

À la veuve d’un petit chien

Madame, je voudrais bien vous consoler
Par quelque plaisant bavardage :
Mais le malheur, le vôtre et le mien,
Est qu’il ne tiendrait point en quatorze vers.

Cessez, chère et bonne, de vous désespérer :
Ce serait véritablement couardise
Que d’entrer en frénésie pour un chien décédé.
Tout ce qui naît doit mourir, dit la philosophie.

Souvenez-vous : il lui est bien arrivé de pisser,
Souventes fois, dans votre chambre ou à la cuisine ;
À ces moments-là, vous l’auriez bien étripé

Tant il y a que je vous envoie ma Delina :
Plus d’un mâle l’a aimée ; et, d’aventure,
Elle pourrait bien vous donner une douzaine de chiots.

  • 17 C. Gozzi, 1797, Memorie Inutili, Venise, Stamperia Palese, cité par R. Donais (1998 : 77).

Elle est petite et jolie :
Gardez-la, je ne veux plus en entendre parler.
Servez-vous en pour faire souche ou en suppositoire17.

9Ce sonnet a été écrit plus de trente ans avant la traduction italienne ou plus de vingt ans avant la traduction française. Cependant, son inclusion dans l’édition de René Donais a du sens car le poème renvoie, même quarante-sept ans après la publication de Pompey the Little, à la condition du chien (dont la vie est entre les mains d’êtres humains qui ne le ménagent pas) évoquée par Francis Coventry. De surcroît, René Donais clôt son avant-propos à la façon de Briel, qui esquive l’exercice éventuellement fastidieux d’une écriture de préface en rejetant la faute sur Pompée. En effet, alors qu’il s’apprête à observer « brièvement les rouages » de « l’opération du traducteur » Toussaint, René Donais interrompt son propos ainsi :

Mais je m’aperçois que le manque d’espace me bouscule, et je me vois remettre à plus tard mes beaux raisonnements. Ce qui me laisse tout le temps nécessaire pour rechercher la seconde partie des aventures de Pompée. Car je dois avouer que le lecteur ne pourra lire ici que le premier tome des mémoires de Pompée. Que voulez-vous ? Pendant que je m’intéressais aux infortunes sentimentales de Johnny, le petit sacripant, avec une audace digne du « Grand Pompée », a déchiqueté le second tome de ses mémoires et s’est enfui, en emportant de larges extraits. Mais qu’à cela ne tienne, voici sans plus attendre le petit Pompée ! (ibid.: xxv)

  • 18 La naturalisation est, selon Annie Cointre, une « adaptation qui intègre l’œuvre étrangère dans la (...)

10René Donais veut lui aussi faire excuser au lecteur son esquive à un moment critique en blâmant le petit Pompée. En effet, le petit chien supportera la fausse accusation sans se plaindre, comme il le fait dans le roman de Coventry. Alors que René Donais n’a, d’après son avant-propos, pas eu connaissance de la version de Briel, ce passage peut se lire comme un écho de celui de Briel. Donais utilise les mêmes ficelles plus de deux cents ans plus tard, sans que cela ne gâte en rien l’effet de surprise humoristique. Dans leur jeu avec le lecteur, il y a cohérence et correspondances entre les deux textes de Coventry (première et deuxième édition), celui de Briel imitant la deuxième édition, et celui de Donais préfaçant la réédition de celui de Toussaint (lui-même naturalisé18 à partir de la première édition). À la manière de l’auteur source Francis Coventry, les préfaciers Toussaint, Briel et Donais instaurent, dans le cadre de la convention rhétorique de la préface, un rapport humoristiquement complice avec le lecteur, qui a pour effet de compléter sur le plan sémantique les traductions proprement dites. Après avoir analysé l’identité des différents destinateurs des préfaces étudiées, nous aborderons à présent celle de leurs destinataires.

11Afin de convaincre le lecteur de lire le texte présenté, le préfacier a, selon la tradition, recours à « un appareil […] rhétorique de persuasion » (Genette, 1987 : 184) car, comme l’indique Gérard Genette, la préface auctoriale originale a pour but d’« assurer au texte une bonne lecture » en obtenant d’abord une lecture, puis une bonne lecture (ibid. : 183). Selon le théoricien, le « principal argument de valorisation du texte » consiste en « l’exposition de l’importance du sujet » (ibid. : 186). Cette dernière est abordée de diverses manières par les différents traducteurs de Pompey the Little qui s’adressent à toutes sortes de destinataires que nous diviserons en deux groupes : d’une part celui des lecteurs, et d’autre part celui des confrères, mécènes, éditeurs et censeurs.

  • 19 Fondateur d’une école critique, co-auteur au deuxième siècle avant J.-C. du canon Alexandrin, soit (...)

12À l’exception de Briel qui semble ne vouloir qu’amuser son lectorat, il ne fait pas de doute que le lecteur ciblé par les préfaciers-traducteurs de Pompey the Little soit un lecteur cultivé. S’adressant à la catégorie supérieure du lecteur que représente le critique, Toussaint mentionne le grammairien Aristarque de Samothrace19 : « Beau début pour une préface, dira quelque Aristarque moderne » (Coventry, Toussaint, 1752 : v). Toussaint copie l’érudit Francis Coventry qui se réfère copieusement aux théoriciens modernes mais également anciens. Cependant il s’attache effrontément à décrédibiliser l’auteur source en faisant croire à ses lecteurs qu’il ne donne aucune référence, ce dont Gozzi se fait l’écho :

J’avertis avant de finir, que j’ai semé quelques notes au bas des pages. L’Auteur Anglois n’en avoit pas mis une : cela avoit l’air si uni & si peu érudit, que j’ai cru y devoir suppléer.

(Coventry, Toussaint, 1752 : ix)

Avviso, prima di finire, d’aver in fondo delle pagine seminato certe note. L’Autore Inglese non ne avea posto una sola: ma la cosa era si liscia, e poco erudita, che mi parve di dovervi supplire.

(Coventry, Gozzi, 1760 : 6)

13Ne se trouvant pas partager les opinions de l’auteur du texte qu’il traduit, Toussaint s’arrange pour le délégitimer en prêtant à Coventry les défauts les plus improbables, puisque le texte de l’auteur anglais est truffé de références savantes. Il n’hésite pas à faire de Coventry un incapable qui ne saurait fournir de notes à son texte et les mendierait à son traducteur :

Il est bien vrai qu’en en faisant l’honneur à l’Auteur, je ne lui aurois pas fait un grand présent : mais enfin chacun le sien ; je ne suis pas assez riche pour rien donner.

(Coventry, Toussaint, 1752 : ix)

E’ vero, che se l’avessi attribuite all’Autore, non gli avrei fatto troppo gran dono. Resti a tutti il suo. Io non sono tanto ricco da poter donare ad un altro.

(Coventry, Gozzi, 1760 : 6)

14Ce double commentaire surprend par sa dépréciation vis-à-vis de l’auteur du texte source. Toussaint revendique l’appareil de notes créé comme lui appartenant en propre, à la différence de sa traduction elle-même. Gozzi (1713-1786), pourtant écrivain et dramaturge confirmé, également traducteur des œuvres de Molière, ne peut que répéter les fausses vérités de Toussaint, faute de pouvoir accéder à la version anglaise. En effet, sa version italienne est une double traduction à partir d’un original naturalisé français. Le commentaire du préfacier visant à déprécier Coventry vise du même coup à valoriser le lecteur en le convainquant de la qualité de sa lecture, jusqu’à le laisser juger des mérites de sa traduction. Faussement modeste, il provoque ainsi le lecteur et Gozzi avec lui :

Du reste ; veut-on savoir si j’ai gâté ou orné l’Histoire Anglaise de Pompée : qu’on lise d’une part l’original, & de l’autre ma traduction, il n’est que ce moyen pour en juger. Mais je ne m’attends pas à ce qu’on le fasse, et je ne le conseille à personne.

(Coventry, Toussaint, 1752 : ix-x)

Finalmente si vuol egli sapere se ho gastata, o migliorata la storia Inglese di Lillo? Leggasi dall’una parte l’originale, e dall’altra la mia traduzione, questo è il solo mezzo per giudicarme. Io non credo pero, che si faccia, né lo consiglio ad alcuno.

(Coventry, Gozzi, 1760 : 6)

15Toussaint semble donner au lecteur le bâton pour se faire battre, tout en s’en défendant. D’autre part, en attendant de son lecteur une lecture critique, le traducteur préfacier devance également la tentation ou la possibilité pour le lecteur de comparer le texte d’origine avec sa traduction. Ceci lui permet, comme l’écrit Annie Cointre, « d’éluder une théorisation de la pratique du traducteur » dans une « stratégie protectrice » (Cointre et Rivara, 2006 : 9).

  • 20 C. F. Gellert (1715-1769), auteur de fiction et de théorie, lu par un lectorat commercial naissant (...)
  • 21 J. Brown (1715-1743), auteur satirique.

16Plus sérieuse, la préface de Johann Jakob Dusch (dont la version allemande est, comme la version italienne, issue de la version française, sans toutefois s’inspirer de la préface de Toussaint) est moins une fanfaronnade qu’une étude littéraire. Elle ne cherche pas à berner le lecteur mais à lui montrer comment la traduction proposée s’inscrit dans un mouvement littéraire. De ce fait, Dusch évoque à la fois des auteurs nationaux (Gellert, Neukirch, Schlegel20) et étrangers (Boileau, Brown21, Pope) ainsi que des genres littéraires (la pastorale, la tragédie, l’épopée comique ou la satire) en endossant le rôle de critique. Comme Coventry, Dusch s’adresse à ses contemporains et, respectueux de son lecteur, le laisse juger du genre de son récit :

Itzo sind wir in dem Geschmacke der komischen Heldengedichte, wie sie überhaupt genannt werden, oder der Pasquillen, wie der größte Theil derselben genannt werden sollte […] meine Leser mögen urtheilen, zu welcher Klasse von den beyden benannten Gattungen dieses Gedicht gehöre. (Coventry, Dusch, 1756 : 3)

À présent, ce sont les épopées comiques, comme on les appelle, qui sont au goût du jour, ou les pasquinades, comme on devrait appeler la plupart d’entre elles […] il revient au lecteur de juger auquel de ces deux genres ce poème appartient.

17L’adresse de Dusch à son lecteur averti présuppose par ailleurs que ce dernier soit capable d’une telle nuance de discernement. Elle représente aussi un complément à la traduction en reprenant, six ans après la publication de Pompey the Little, un thème de discussion cher à Francis Coventry. Jünger (1756-1797) – auteur d’une autre version allemande fondée sur l’autre version anglaise (Coventry, 1752) – anticipe également l’éventualité de la comparaison : « werden diejenigen leicht finden, welche sich die Mühe nehmen wollen und können, das Original mit meiner Arbeit zu vergleichen; die Übrigen können sie nicht interessiren » (Coventry, Jünger, 1782 : xiii) [« Quant aux autres modifications que j’ai apportées ici ou là, ceux qui voudront et qui pourront se donner la peine de comparer l’original avec mon travail les identifieront aisément. Pour les autres lecteurs, elles sont sans intérêt »]. Son message apparaît également valorisant pour le lecteur qui est considéré comme curieux et courageux. Contrairement à l’effet du message de Toussaint sur le lecteur, les destinataires du préfacier Jünger ne sont pas provoqués mais envisagés dans leur diversité.

18Si le lecteur semble respecté ici, il est manipulé ailleurs, comme chez Toussaint ou chez Dusch. En effet, certains choix de traduction dont le traducteur fait part à son lecteur lui permettent de s’affranchir de sa tutelle. À la façon d’un traducteur assumé mais sans mentionner d’œuvre source, Dusch justifie sans vergogne l’emploi de noms de personnages étrangers :

  • 22 L’orthographe a été modernisée à partir de l’allemand gothique par Stephen Capallo, germaniste.

Vielleicht wird man die Ursache nicht errathen können, warum ich eben zu Charakteren und kleinen Handlungen, die wir täglich unter uns sehen, ausländische Namen geborgt habe. Ein scherzender Verfasser, und ein Satirenschreiber haben beide Misdeutungen und Erklärungen zu befürchten, wenn er seine Charaktere natürlich, das heißt mit anderen Worten, wenn er sie den Originalen der Natur ähnlich schildert; und wenn er dieses vermeiden will, so hat er auf der anderen Seite einen noch größern Vorwurf, nämlich den, daß er Bilder mahlet, die in der Natur nicht sind, das heißt, die nicht taugen, und niemand zu lesen begehret. Der erste ist der Weg, sich Haß, und der andere, sich Verachtung zu erwerben. Vor beiden habe ich mich gern hüten wollen; deswegen verfiel ich auf den unschuldigen Kunstgriff, durch ausländische Namen die Gedanken meiner Leser von dem Orte, wo dieses Gedicht geschrieben ist, in ein ander Land zu entfernen. Wer dem ungeachtet in der Nähe die Originale suchen will, dem kann ich es unmöglich verwehren, daß er mehr sieht, als ich selbst gesehen habe22. (Coventry, Dusch, 1756 : 5-6)

On se demandera sans doute pourquoi, pour des personnages et des agissements que nous pouvons voir quotidiennement autour de nous, j’ai emprunté des noms étrangers. L’auteur facétieux comme le satiriste ont à craindre d’être mal compris et mal expliqués s’ils représentent leurs personnages sans fard, autrement dit : trop fidèles à l’original tel qu’on le trouve dans la nature. Mais à vouloir éviter cet écueil, on encourt le reproche plus grave encore de dépeindre un monde sans rapport avec la nature, produisant par conséquent des œuvres sans valeur qui ne trouveront pas de lecteurs. De ces deux écueils, le premier suscitera l’inimitié, le second, le mépris. J’ai eu à cœur de me garder des deux. Voilà pourquoi je me suis permis de recourir à l’innocent artifice de noms étrangers, afin de transporter mes lecteurs en une contrée éloignée du lieu où fut conçue cette œuvre. Quant à qui voudrait toutefois y reconnaître des personnes existantes, il n’est pas en mon pouvoir de l’empêcher qu’il n’y voie davantage que je n’y ai mis moi-même.

19Dusch en arrive à inverser la situation ; d’après ses dires, la conception originale du texte a lieu en Allemagne, mais comme le récit se déroule en Angleterre et met en scène des personnages anglais, l’auteur leur a donné des noms anglais. D’une manière souterraine, il justifie en fait son choix de traduction concernant les noms propres des personnages du texte source. De façon toute privilégiée, il a choisi de les conserver dans son œuvre prétendument originale. Si le travail de traducteur de Dusch est directement occulté, il est peut-être indirectement mentionné par son auteur dans la phrase qui vient clore le troisième paragraphe de la préface : « wenigstens bin ich versichert, dass ich mehr Zeit und Mühe darauf verwandt habe » (ibid.) [« J’ai du moins la certitude d’y avoir consacré plus de temps et d’effort »]. L’on peut aisément imaginer que le travail d’identification à l’auteur anglais doublé du travail d’appropriation de l’œuvre en allemand n’ait pas été un exercice facile. Cette mauvaise foi rappelle celle de Toussaint qui, continuant à prendre le lecteur à partie, s’épanche sur la difficulté et l’ingratitude de son métier, ainsi que sur ses doutes :

C’est un désagréable métier que celui de traduire : il n’y a guères qu’à perdre, du moins est-il bien rare qu’on y gagne. Un mur épais vous privait de la plus riante perspective ; un maçon vous le perce, vous la voyez par son moyen : mais vous savez qu’elle n’est pas son ouvrage. Voilà l’opération du Traducteur ; il fait simplement succéder la transparence à l’opacité : mais les objets qu’il offre à vos yeux, il ne les a pas créés. Suez sang & eau pour bien rendre un Auteur : vous n’avez fait que mettre en lumière un ouvrage qui ne l’était pas. Améliorez-le, embellissez-le : vous avez bâti sur l’héritage d’autrui, & le propriétaire du fond peut en revendiquer la superficie. (Coventry, Toussaint, 1752 : vii-viii)

20Ce témoignage parle de la souffrance identitaire du traducteur qui d’une part n’est pas le propriétaire du texte et d’autre part ne dispose pas de la liberté de l’auteur. Toussaint compare le traducteur à un maçon perçant des trous dans un mur (la barrière de la langue) qui vient obstruer une perspective (l’histoire). Pour Toussaint, le traducteur a vraiment le mauvais rôle : il ne peut pas s’identifier à l’auteur du texte original mais ne peut pas non plus s’en désolidariser – ce qu’il a du mal à accepter dans le cas précis, étant donné le peu d’estime qu’il a pour Coventry. Il poursuit ainsi :

  • 23 Toussaint livre, au passage, la raison de sa traduction, qui est le succès de Pompey the Little.

S’il est médiocre, & que vous le laissiez tel qu’il est, le reproche de sa médiocrité ne retombera que sur vous : vous l’aurez défiguré ; cet ouvrage a eu tant de succès à Londres, il fallait bien qu’il fût bon23. Et vous n’aurez pas même la liberté de dire qu’il ne l’était point, l’adoption que vous en avez faite, étant une apologie tacite, qu’il ne vous sied pas de révoquer. (ibid. : viii)

21Le lien qui unit le traducteur à l’auteur du texte source s’apparente à un mariage forcé. Le traducteur n’a pas le choix ; il se doit, ne serait-ce qu’officiellement, d’épouser cet auteur et de le magnifier. Il y a obligation d’un bon texte d’arrivée même si le texte de départ a des défauts, par anticipation de la réception de sa traduction par le public. Toussaint et Gozzi établissent donc, dans leur préface, un lien intime avec le lecteur qui fait figure de confident du traducteur.

22Dans les préfaces aux traductions de Pompey the Little, un autre type de lien s’établit aussi entre le traducteur et ses confrères, hommes de lettres, censeurs ou critiques. Pour commencer, la préface de Toussaint évoque la censure en tant qu’autorité suprême : « Fort beau, Monsieur le Censeur : ce début-là vous donne au moins en peu de mots une juste idée de ce livre ; il vous apprend que c’est une Galerie de tableaux où vous verrez plusieurs scènes de la vie, assez naïvement exprimées » (ibid. : 3). La figure du censeur est un destinataire non négligeable pour Toussaint dont l’ouvrage Les Mœurs publié quatre ans plus tôt a été condamné à la censure. De plus, et sans doute à cause de son essai, sa traduction de Pompey the Little n’est pas autorisée en France, puisqu’elle apparaît sous une fausse adresse (Londres) – ce qui est le cas des livres ne bénéficiant ni d’une permission simple, ni d’un privilège, ni d’une permission tacite, afin de déjouer la censure et la police de la librairie. Toussaint semble donc vouloir présenter son ouvrage comme inoffensif.

23Johann Jaksob Dusch, traducteur qui se présente comme l’auteur à part entière du texte qui suit la préface, évoque de façon générale et parfois plus précise des confrères écrivains. Dusch (1725-1787) est poète, traducteur, journaliste, mais c’est aussi un critique littéraire influent. Il s’inscrit en tant que tel dans la mouvance allemande du milieu du xviiie siècle qui s’efforce d’établir des principes littéraires fondamentaux, d’étendre la connaissance de la littérature, et de faire apprécier les œuvres littéraires du moment. C’est dans cet esprit, sans compter son admiration pour la littérature anglaise, qu’il rédige les quatre premiers paragraphes de sa préface en faisant état des modes qui influencent la littérature (Coventry, Dusch, 1756 : 1-4). Les deux premières phrases s’adressent directement à ses confrères en général mais s’appliquent également à lui-même :

Die Dichterzunft, oder vielmehr diejenigen, die sich gern Dichter nennen lassen, sind ihrer Mode so sehr ergeben, als die schönen und feinen Herren der ihrigen. Nichts ist periodischer, und veränderlicher, als die Entzückung unserer melodischen Schriftsteller; es mag nun das Vergnügen, das sie an dem Werke eines glücklichen Vorgängers empfinden, oder eine Eifersucht, ihn zu übertreffen, die Ursache ihrer unbeständigen Nachahmung sein. (ibid. : 2)

La poésie, ou plutôt ceux qui aiment à se faire appeler poètes, sont aussi esclaves de leurs modes que les beaux gentlemen raffinés le sont de la leur. Rien n’est plus changeant ni plus cyclique que les enthousiasmes de nos poètes : qu’ils soient inspirés d’un véritable goût pour l’œuvre d’un heureux prédécesseur, ou animés d’une jalouse ambition de le surpasser, les imitateurs sont versatiles.

24Pour Dusch, il semble aller de soi que l’écriture passe par l’imitation. Cela justifie sans doute le fait qu’il ne dit pas s’être lui-même inspiré d’une œuvre. L’on ne saura pas en revanche si sous cette omission volontaire se cache « un véritable goût pour l’œuvre d’un heureux prédécesseur », « une jalouse ambition de le surpasser », ou les deux. Le quatrième paragraphe de sa préface expose publiquement un règlement de compte avec un confrère :

Wir haben itzo eine Parthen, die durchaus nicht leiden kann, daß man ihre Gegenparthen rühmt. Ich habe mich immer gefürchtet, ihr zu nahe zu kommen, weil ich schon längst wußte, dass sie mit Kot um sich warf. Allein, ich bin dennoch einem Klopffechter in die Hände gerathen, der vielleicht allen anderen so ungekannt ist, als mir selbst. Ich möchte sehr gern den Verfasser der Bodmerias versöhnen, ob ich ihn gleich auf keine Weise beleidigt haben kann. Wenn ihm mit einem Lobe gedient ist, so will ich wider mein kritisches Gewissen, welches ich zu beleidigen sonst auf keine Weise verbunden bin, zu einer groben Lüge mich herablassen, und ihm das unverschämte Lob beilegen, daß sein vortreffliches Gedicht alle Boileaus und Popen übertrifft. (ibid. : 3-4)

Actuellement c’est le règne d’un parti jaloux de la moindre louange au parti adverse. Jusqu’ici j’ai toujours craint de lui chercher noise, parce que je le savais depuis longtemps capable d’attaques ordurières. Mais voilà que je suis tombé entre les mains d’un bretteur qui est peut-être aussi parfaitement inconnu de monde qu’il l’est de moi. Je serais très désireux de me réconcilier avec l’auteur de la Bodmériade, même si je ne saurais l’avoir offensé en aucune manière. S’il est sensible aux louanges, alors, bien malgré mon sens critique auquel d’ordinaire je n’entends pas faire injure, je condescends à un grossier mensonge, et lui fais l’effronté compliment que son excellent poème dépasse tous ceux de Boileau et de Pope.

25Il est assez amusant de constater que, dans sa préface, Dusch avoue pouvoir se rendre coupable de mensonge au sujet d’un différend personnel qui ne concerne pas le lecteur, alors même que le mensonge par omission dont le lecteur est la victime directe est passé sous silence. Dusch finit d’asseoir son autorité dans le champ littéraire en mentionnant des confrères allemands puis français (Boileau) et anglais (Pope), en finissant par citer quatre vers de l’Essay on Satire de John Brown :

  • 24 J. Brown, 1745, « An Essay on Satire, Occasion’d by the Death of Mr Pope », in R. Dodsley (ed.), A (...)

Dart not on Folly an indignant Eye:
Who e’er discharg’d Artillery on a Fly?
Deride not vice; absurd the thought, and vain,
To bind the Tiger in so weak a Chain
24.

26La présence d’une citation anglaise proche de l’univers de Francis Coventry montre l’influence du monde littéraire britannique sur Dusch qui veut faire connaître à son lectorat la dernière mode littéraire du moment, à la suite des pastorales d’après Gellert puis des tragédies d’après Schlegel :

Itzo sind wir in dem Geschmacke der komischen Heldengedichte, wie sie überhaupt genannt werden, oder der Pasquillen, wie der größte Theil derselben genannt werden sollte. Diese Mode mag es erklären, warum ich den Schooßhund geschrieben habe. (ibid. : 3)

À présent ce sont ce que l’on appelle épopées comiques qui sont au goût du jour, ou les pasquinades, comme on devrait appeler la plupart d’entre elles. C’est probablement cette mode qui explique pourquoi j’ai écrit le Bichon.

27Il s’agit, selon les termes d’Annie Cointre, d’un « récit de transmission » exposant « les circonstances et les raisons » d’être du texte présenté (Cointre et Rivara, 2006 : 7). La volonté de Dusch de rebaptiser des termes littéraires créés par d’autres semble confirmer sa tendance à s’approprier les créations de confrères en les recréant plutôt qu’en les imitant, comme il le suggère au début de sa préface. De même que Coventry dans sa dédicace à Fielding, il fait partager au lecteur son anxiété vis-à-vis de la réception de son ouvrage en n’omettant pas de mentionner son précédent succès pour conjurer le sort : « Das Toppee hat gütige Leser gefunden; und das Schicksal dieses Gedichts macht mir die Hoffnung, daß dieses zweite nicht unglücklicher sein werde » (Coventry, Dusch, 1756 : 3) [« Le Toppee a rencontré un public favorable, et le destin de ce premier poème me fait espérer que le second ne connaîtra pas moins bonne fortune »]. Il en est de même pour Jünger qui au tout début de sa préface s’associe à l’éditeur de sa traduction :

Ob mein Verleger und ich in den jetzigen neubegierigen Zeitläufen, wo die laufende Jahrzahl fast einzig und allein dem Leser für die Güte eines Buchs bürgt, ob wir die Verzeihung—wir sagen nicht einmal: den Dank—des Publikums erwarten dürfen, da wir es wagen, ihm ein Buch vorzulegen, welches schon im Jahr Siebzehnhundert neun und vierzig zum erstenmal in England erschien? das ist nun freilich eine Frage, die wir uns nicht so schlechthin zu bejahen getrauen. Wir könnten zu unser Vertheidigung anführen, daß eben dieses Buch in London fünf Ausgaben erlebte, daß es sogar ein Berliner Académicien français in seine Muttersprache übertrug; aber wir wollen lieber nichts anführen, und den Erfolg geduldig ab warten. Vielleicht ist auch schon Chodowieckys Meistergriffe, der schon manchem armen Teufel von Autor ans der Klopfe geholfen und unter die Leute gebracht hat, Fürsprecher genug. (Coventry, Jünger, 1782 : xi-xii)

  • 25 Le traducteur est mal renseigné sur la première date de publication de Pompey the Little, en 1751.

Est-ce que mon éditeur et moi, en cette époque piquée de nouveauté où, aux yeux du public, il n’est de bon livre qui ne soit de l’année, est-ce que nous pouvons attendre l’indulgence – nous ne dirons pas : la gratitude – du lecteur alors que nous osons lui présenter un ouvrage publié pour la première fois en l’an mil sept cent quarante neuf25 en Angleterre ? Voilà une question à laquelle nous ne prétendrons pas répondre par l’affirmative sans quelque précaution. Pour notre défense, nous pourrions mentionner le fait que ce livre a connu cinq éditions à Londres, et que même un Académicien français de Berlin l’a traduit dans son idiome maternel ; mais nous préférons ne rien mentionner de tel et attendre patiemment le succès. Sans doute le coup de stylet magistral de Chodowiecki, qui a déjà aidé plus d’un pauvre diable d’auteur à se faire connaître, plaidera-t-il suffisamment en notre faveur.

  • 26 J. F. Jünger (1756-1797), traducteur de l’anglais et du français (vers 1780), dramaturge au Burgthe (...)
  • 27 K. W. Ramler (1725-1798). Voir G. Vapereau, 1876, Dictionnaire Universel des Littératures Paris, Ha (...)

28Jünger s’accompagne ici de son éditeur, mais aussi de l’académicien français et germaniste Toussaint et de l’illustrateur Chodowiecki, pour ne pas être seul à affronter son futur lectorat. Ses écrits réservent en effet une large place aux confrères et aux protecteurs. Né l’année où la traduction de Dusch est publiée et âgé de vingt-six ans au moment de la publication de sa traduction en 178226, il se conforme à l’exercice classique de la préface, qu’il termine par une adresse aux éventuels critiques littéraires : « Den Kunstrichtern hab’ ich gar nichts zu sagen » (ibid. : xiv) [Quant aux juges en matière esthétique, je n’ai rien à leur dire]. Sa préface suit une longue dédicace en vers adressée au Professeur Ramler, poète, critique, traducteur et imitateur des Odes d’Horace27. Il le remercie de son aide tout en s’excusant de l’avoir sollicitée, questionnant également sa propre légitimité en tant qu’auteur :

Du, der so gern den Jüngling leitet,
Gleich einem guten Genius,
Wenn er mit wankendem unsichern Fuß
Hin zu der Nachwelt Tempel schreitet,
O Du, der keinem noch je seine Hand versagte,
O zürne nicht, daß ich sie zu ergreifen wagte,
Die liebevolle Hand, da ich so gerne mich
Durch eine Seitenthür in diesen Tempel schlich! (ibid. : vii)

Toi qui guides si volontiers le jeune poète,
Tel un bon génie,
Quand celui-là d’un pas mal assuré emprunte le chemin
Qui doit mener au temple de la postérité,
Ô toi qui jamais à quiconque n’as refusé de tendre la main,
Ô ne t’offense pas si j’ai osé la saisir,
Cette main bienveillante
Alors que par une porte dérobée je m’insinuais dans ce temple !

29Mal assuré mais cependant téméraire, le jeune auteur se doit, selon l’usage, de flatter son protecteur ; cet usage s’inscrit dans la fonction encomiastique typique d’un système de mécénat. L’hommage rendu à Ramler est cependant bien légitime puisque, comme nous l’apprend Jünger, Ramler est à l’origine de ce projet de traduction, en lui ayant fait connaître l’ouvrage à traduire. Ce passage est donc un récit de transmission indiquant que c’est grâce à Ramler autant qu’à lui-même que la traduction qui suit est publiée. Jünger n’hésite pas à profiter de l’autorité de son protecteur pour se dédouaner de la responsabilité de ce choix littéraire et de la parution du livre :

Doch wenn am Buche selbst ein kritischer Korsar
Hier oder da etwas zu tadeln fände,
Dem sey hiermit gesagt, daß es ein Ramler war,
Dem Coventry gefiel, ihm Seinen Beifall gönnte:
Dann tadl‘ er, hat er Herz, auf eigene Gefahr! (
ibid. : x)

Mais si d’aventure un des corsaires de la critique
Trouve ici ou là à redire à ce livre
Qu’il sache que c’est Ramler
Qui a aimé Coventry et a daigné l’applaudir
Alors éreinte ce livre celui qui en aura le cœur, mais à ses risques et périls !

30Ce faisant, il semble vouloir se prémunir de toute autorité sur le texte. Comme il invite le lecteur de sa préface à juger de la qualité de sa traduction, il invite le lecteur de sa dédicace, son protecteur, à la juger de même mais d’un ton plus servile :

Wem je dies Werk in seiner neuen Tracht
Ein frohes heitres Stündchen macht,
Der danke Dir’s; Du warst’s, der das versteckte,
Das fast vergeßne Buch aus seinem Schlummer weckte:
Auf Deinen Wink erscheint’s. – Ich gab ihm diese Tracht:
Ob sie ihm paßt? und ob ich nicht den Schnitt verfehlte?
Ob ich die rechte Farbe wählte?
Dies „Ob“ ist freylich, was mir auf der Seele liegt;
Zu wünschen wag‘ ich es, doch zu entscheiden nicht!
Nimm für die That den Willen an,
Ich geb‘s, so gut ich‘s geben kann! (
ibid. : viii)

Que celui à qui cet ouvrage dans ses nouveaux atours
Offrira jamais ne fût-ce qu’une heure de joie et de gaieté
T’en rende grâce à toi ; car c’est toi qui tiras de son sommeil
L’œuvre enfouie, presque oubliée :
C’est sur un signe de toi qu’elle paraît aujourd’hui.
— Voilà l’apprêt que je lui ai donné :
Lui sied-il ? La coupe est-elle réussie.
Ai-je bien choisi la couleur ?
Tant de questions sans réponse —
Je ne puis que souhaiter qu’il en soit bien ainsi,
Mais je n’oserai en décider moi-même !
Apprécie l’intention dont je suis animé
Et quant au résultat, j’ai fait de mon mieux !

31Alors que le commentaire indirect de Dusch sur la traduction se limite aux termes de « temps » et d’« effort », Jünger, comme Toussaint, donne une définition imagée. Tandis que Toussaint compare la traduction à un mur, lui la compare à un vêtement fait pour embellir au mieux l’œuvre ainsi personnifiée. Ne se trouvant pas, en tant que tailleur (pour reprendre la métaphore du vêtement), dans la capacité d’estimer son travail, Jünger s’en remet une fois de plus à la figure d’autorité que représente le Professeur Ramler. Dans le jeu de miroirs de l’unité opérale de Pompey the Little, l’on peut voir la dédicace de Jünger à Ramler comme un reflet de la dédicace de Coventry à Fielding, parue dans la deuxième édition et dont la version allemande de Jünger est une traduction directe. De la même façon, Jünger peut apparaître comme un double allemand de Coventry, les deux auteurs étant du même âge lors de la publication de leurs œuvres respectives, à trente et un ans d’écart. L’on retiendra que, de tous les traducteurs de Pompey the Little, Jünger livre au lecteur le commentaire de traduction le plus transparent :

The History of Pompey the little erschien schon einmal deutsch in einer Sammlung Romane in eben dem Verlage, aber nicht nach dem englischen Original, sondern nach der Toussaintschen Uebersetzung.

Was ich hier liefere, ist mehr Umarbeitung als Uebersetzung. Ich bin mit meinem Original so frey als möglich umgegangen, habe verändert, weggeworfen, hinzugesetzt: die leztern Kapitel des ersten Buchs find größtentheils, die fünf ersten und das fünfzehnte des zweiten, ganz mein. Die übrigen Veränderungen, die ich hier und da gemacht habe, werden diejenigen leicht finden, welche sich die Mühe nehmen wollen und können, das Original mit meiner Arbeit zu vergleichen; die Uebrigen können sie nicht interessiren. (ibid. : xii-xiii)

The History of Pompey the Little a déjà paru une fois en allemand dans un recueil romanesque chez le même éditeur, cependant pas d’après l’original anglais, mais d’après la traduction de Toussaint.

Ce que je livre ici est davantage une version retravaillée qu’une traduction. J’ai pris avec l’original autant de liberté qu’il m’était possible de le faire, j’ai procédé à des modifications, à des ajouts : les derniers chapitres du livre premier sont en grande partie mon œuvre, les cinq premiers chapitres ainsi que le quinzième du livre second le sont en totalité. Quant aux autres modifications que j’ai apportées ici ou là, ceux qui voudront et qui pourront se donner la peine de comparer l’original avec mon travail les identifieront aisément. Pour les autres lecteurs, elles sont sans intérêt.

32Jünger indique au lecteur de façon concrète et neutre les détails de composition de sa traduction, ce qui est loin d’être le cas des autres traducteurs. En plus d’une valeur traductologique, sa préface revêt également une valeur historique, en ce qu’elle mentionne les précédents traducteurs que sont Toussaint et Dusch.

33L’étude des préfaces des traducteurs de Pompey the Little permet d’abord de mettre en lumière leurs différentes fonctions. Véritables discours persuasifs adressés au lecteur, celles-ci doivent agir en faveur du préfacier traducteur et assurer une bonne lecture du texte qui suit. Elles doivent persuader le futur lecteur du bien-fondé de son existence, qui se justifie par son succès original (chez Toussaint, Gozzi et Jünger), son ancrage dans le courant littéraire du moment (chez Dusch), ou encore sa sélection par une autorité littéraire (chez Jünger). Elles servent ainsi à pré-orienter la lecture, en donnant parfois un avant-goût du ton qui sera présent dans le texte (par exemple, chez Briel, celui de la dérision). Elles peuvent, modestement ou non, implorer l’indulgence du lecteur (chez Jünger). À première vue, ces préfaces constituent un espace de liberté de parole en se confiant sur l’acte de traduire, même si les différents traducteurs se montrent relativement libres dans leurs choix de traduction. De plus, en évoquant un contexte littéraire, à la manière de Francis Coventry, certaines contribuent à rendre l’esprit de l’œuvre de l’auteur traduit.

34Individuellement, les préfaces des traducteurs de Pompey the Little se teintent des préoccupations subjectives de chaque traducteur en son temps et son pays, selon son statut littéraire ou son autorité établie, selon ses propres aspirations, à mots couverts ou convenus, en s’associant ou non à l’auteur d’origine. Toutes semblent cependant exprimer un désir du traducteur de justifier son statut en tant que tel et de s’inscrire tout de même dans le mouvement littéraire de son temps.

35Ces éléments de péritexte d’une même œuvre semblent renvoyer les uns aux autres à l’infini, ce que tente de montrer l’avant-propos de René Donais, qui ne prend en compte que le premier tome de la version de Toussaint en en faisant une œuvre à part entière. Les préfaces de cette étude témoignent chacune et dans leur ensemble de la notion d’immanence plurielle portée par les deux versions auctoriales de Francis Coventry, et qui pourrait aussi bien inclure les deux versions récentes de 1974 et de 2008 entremêlant les éditions de 1751 et de 1753. Cette étude tente de rapprocher la traductologie de la théorie de Gérard Genette, selon laquelle les traductions d’une œuvre seraient, selon ses termes, des œuvres « “hypertextuelles” (en fait hyperopérales), dérivées d’œuvres antérieures par transformation ou imitation » (1994 : 250). La pluralité des versions de Pompey the Little éclairées par leurs préfaces témoigne de la richesse d’immanence et de transcendance de l’œuvre de Coventry.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de reference

Coventry, Francis, 1751, The History of Pompey the Little: Or, the Life and Adventures of a Lap-Dog, 1re éd, Londres, Mary Cooper.

, 1752, The History of Pompey the Little: Or, the Life and Adventures of a Lap-Dog, 2éd, Londres, Robert Dodsley.

—, 1752, La Vie et les avantures du petit Pompée, histoire critique traduite de l’anglois par M. Toussaint, trad. François-Vincent Toussaint, Amsterdam, Marc Michel Rey.

—, 1756, Der Schooßhund: Ein komisches Heldengedicht in neun Büchern, trad. Johann Jakob Dusch, Altona, Iversen.

—, 1760, Avventure di Lillo cagnuolo Bolognese, storia critica e galante, tradotta dal’inglese, trad. Gasparo Gozzi, Venise, Presso Antonio Zatta.

—, 1782, Der kleine Cäsar, ein komisch-satirischer Roman. Nach dem Engl, trad. Johann Friedrich Jünger, Leipzig, Dystichen.

—, 1784, Histoire du petit Pompée, ou la Vie et les aventures d’un chien de dame, imitée de l’anglois par J. H. D. B****, trad. J.H.D. Briel, Paris, Couturier.

—, 1797, Lilla Pompe, eller En knähunds lefnads-lopp. Af hr Coventry. Ôfversâttning fran engelskan, trad. Johan Pehr Lindh, Stockolm, Johan Pehr Lindh.

Ouvrages et articles

Albaric, Elsa, 2012, « The History of Pompey the Little, 1751, de Francis Coventry : édition critique bilingue », Thèse pour le doctorat d’anglais, Le Havre, Université du Havre.

Cointre, Annie et Rivara, Annie (éds), 2006, Recueil de préfaces de traducteurs de romans anglais 1721-1828, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne.

Cottegnies, Line, 2003, « Les Traductions de Pompey the Little de Francis Coventry (Londres, 1751) ou la réception du “roman domestique” anglais en France », in Cointre, Annie, Lautel, Alain et Rivara, Annie (éds), La Traduction romanesque au XVIIIe siècle, Arras, APU, p. 295-315.

Day, Robert Adams (ed.), 1974, The History of Pompey the Little, Oxford, Oxford, OUP.

Donais, René, 1998, « Avant-propos », in Coventry, Francis, Un Chien perdu à l’âge des lumières : le petit Pompée / Francis Coventry, trad. François-Vincent Toussaint, ouvrage illustré d’un frontispice et de cinq thaumatropes gravés en taille-douce par René Donais, Montréal, René Donais.

Genette, Gérard, 1982, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil.

, 1987, Seuils, Paris, Seuil.

, 1994, L’Œuvre de l’art 1 : Immanence et transcendance, Paris, Seuil.

Goodman, Nelson, 1990 [1968], Langages de l’art, trad. J. Morizot, Nîmes, J. Chambon.

Ivanov, Gour, 1766, Zhizn’ i prikliuchen iia Malaiu Pompé, Saint-Petersbourg : typographie de l’Académie des Sciences.

Oustinoff, Michaël, 2006, « La traduction, textualité à part entière », Palimpsestes : Traduire ou « Vouloir garder un peu de la poussière d’or », Hors Série, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 37-52.

Sanconie, Maïca, 2007, « Préface, postface, ou deux états du commentaire par des traducteurs », Palimpsestes 20 : De la traduction comme commentaire au commentaire de traduction, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 177-200.

Wheatcraft, Norman Dean, 1974, Francis Coventry’s Pompey the Little: An Historical, Textual and Critical Study, Newark, Ohio State University.

Haut de page

Notes

1 Genette, 1994 : 203.

2 Gérard Genette consacre L’Œuvre de l’art à l’étude du statut et des fonctions des œuvres d’art, et le premier volume, Immanence et transcendance, « porte sur […] les modes […] d’existence des œuvres » (ibid. : 7). Genette y considère l’existence des œuvres (leur immanence) mais aussi leur action (leur transcendance).

3 Pompey the Little est ainsi réédité dix fois dans la deuxième moitié du xviiie siècle – il le sera quatre fois dans le premier quart du xixe siècle, deux fois au xxe siècle, et une fois au xxie siècle.

4 La traduction est un mode d’adaptation ou une pratique allographique propre à la littérature (ibid. : 201). Dans l’étude des modes d’immanence, Nelson Goodman distingue le régime autographique, dans lequel la notion d’authenticité a un sens, du régime allographique, où elle n’en a pas (Goodman, 1990 : chapitres 3, 4, 5).

5 En réalité, cinq versions – dont la troisième et la cinquième sont considérées comme principales dans l’édition scientifique de 1974 – sont publiées entre 1751 et 1753.

6 L’ « identité sémantique » est préservée entre la source auctoriale et ses traductions (Genette, 1994 : 202-203).

7 Par souci de lisibilité, nous avons décidé d’indiquer entre parenthèses le nom de l’auteur, Coventry, suivi du nom du traducteur. La date renvoie à la date de publication de chaque traduction.

8 F.-V. Toussaint, 1750, L’Anti-Thérèse ou Juliette Philosophe, Paris, La Haye, É. L. Saure.

9 F.-V. Toussaint, 1748, Les Mœurs, Paris.

10 Palissot de Montenoy, 1803, Mémoire pour servir à l’histoire de notre littérature depuis François Ier jusqu’à nos jours, 2, Paris, Crapelet, p. 425.

11 La traduction des textes allemands est de Laurent Gibert, agrégé d’allemand.

12 Il édite l’œuvre de son cousin H. Coventry, Philemon to Hydaspes, en 1753.

13 « et cela vous sauve de tous les bavardages que ferait un auteur pour prouver l’excellence de celui-ci ». La traduction est de Domitille Hatuel, traductrice.

14 Voir l’article de L. Cottegnies (2003).

15 Auteur de Turandot (1726).

16 Ce dont Donais n’a, semble-t-il, pas connaissance.

17 C. Gozzi, 1797, Memorie Inutili, Venise, Stamperia Palese, cité par R. Donais (1998 : 77).

18 La naturalisation est, selon Annie Cointre, une « adaptation qui intègre l’œuvre étrangère dans la culture cible, en fait un élément de son patrimoine qui appartient désormais à son évolution ». Celle-ci « dépossède l’auteur de son œuvre, tout en préservant la coexistence des deux cultures d’origine » (Cointre et Rivara, 2006 : 28).

19 Fondateur d’une école critique, co-auteur au deuxième siècle avant J.-C. du canon Alexandrin, soit la liste dans laquelle figurent les auteurs grecs dont la langue est extrêmement pure.

20 C. F. Gellert (1715-1769), auteur de fiction et de théorie, lu par un lectorat commercial naissant et par d’importants contemporains. B. Neukirch (1665-1729), auteur d’une anthologie en 1695. J. E. Schlegel (1719-1749), auteur dramatique à contre-courant du didactisme moralisateur.

21 J. Brown (1715-1743), auteur satirique.

22 L’orthographe a été modernisée à partir de l’allemand gothique par Stephen Capallo, germaniste.

23 Toussaint livre, au passage, la raison de sa traduction, qui est le succès de Pompey the Little.

24 J. Brown, 1745, « An Essay on Satire, Occasion’d by the Death of Mr Pope », in R. Dodsley (ed.), A Collection of Poems, Londres, Dodsley, p. 330.

25 Le traducteur est mal renseigné sur la première date de publication de Pompey the Little, en 1751.

26 J. F. Jünger (1756-1797), traducteur de l’anglais et du français (vers 1780), dramaturge au Burgtheater de Vienne (1789-1794), s’inspire des français Destouches (1680-1754) – auteur dramatique membre de l’Académie française, secrétaire d’ambassade à la Cour d’Angleterre – Molière et Marivaux. Voir R. Fischer, 1974, « Jünger, Johann Friedrich, » Neue Deutsche Biographie 10, Berlin, Duncker & Humblot, p. 15.

27 K. W. Ramler (1725-1798). Voir G. Vapereau, 1876, Dictionnaire Universel des Littératures Paris, Hachette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Albaric-Lévy, « Éléments pluriels d’une « unité opérale » : les préfaces des traducteurs de Pompey the Little », Palimpsestes, 31 | -1, 116-132.

Référence électronique

Elsa Albaric-Lévy, « Éléments pluriels d’une « unité opérale » : les préfaces des traducteurs de Pompey the Little », Palimpsestes [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 11 septembre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/2843 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.2843

Haut de page

Auteur

Elsa Albaric-Lévy

Enseignante et traductrice de l’anglais vers le français. Elle a rédigé, sous la direction d’Élizabeth Durot-Boucé, une thèse intitulée « The History of Pompey the Little, 1751, de Francis Coventry : édition critique bilingue », soutenue à l’Université du Havre en 2012. Elle est également l’éditeur scientifique et l’auteur de la traduction annotée de Pompey the Little et de An Essay on the New Species of Writing Founded by Mr. Fielding, à paraître dans la collection « Bibliothèque du xviiie siècle » des Classiques Garnier en 2018.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals