Navigation – Plan du site
III. Traduire le corps et la sensorialité

Traduire la nourriture en littérature d’enfance et de jeunesse : plaisirs et dangers, individu et société

Audrey Coussy
p. 111-125

Résumés

La nourriture est une thématique particulièrement présente en littérature d’enfance et de jeunesse et dans l’univers de l’enfance, car elle sollicite les sens du jeune public et fait partie de son processus de socialisation et de développement personnel. Source de plaisir et/ou de danger, traditionnellement porteuse de valeurs morales, elle touche au corps et à l’identité des individus, et n’est donc jamais anodine. Pour mieux la traduire, on doit en comprendre la fonction dans le texte et la dimension intrinsèquement culturelle ; une visée cibliste prédomine encore et privilégie la dimension affective de la nourriture, bien que l’altérité soit de plus en plus conservée. Parmi les outils des traducteurs figurent les jeux sur l’oralité et les images, qui aident à donner corps à l’alimentation. Il s’agit d’inscrire la traduction dans la réflexion générale qui se fait autour de la nourriture afin de mieux penser les stratégies traductives et leurs effets sur les papilles des lecteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . « Food experiences form part of the daily texture of every child’s life from birth onwards, as a (...)
  • 2 . C’est pourquoi la nourriture et, plus largement, l’alimentation sont un champ de recherche impor (...)

1« If food is fundamental to life and a substance upon which civilizations and cultures have built themselves, then food is also fundamental to the imagination and the imaginary arts. » (Keeling & Pollard, 2012 : 5) Kara K. Keeling et Scott T. Pollard rappellent ainsi, dans leur introduction à l’ouvrage collectif Critical Approaches to Food in Children’s Literature, la forte influence exercée par la nourriture sur les sociétés et les cultures et, par conséquent, la place importante qu’elle occupe au sein des arts. Elle est particulièrement présente en littérature d’enfance et de jeunesse et dans l’univers de l’enfance en général1, car elle sollicite les sens du jeune public et fait partie de son processus de socialisation et de développement personnel2. Elle n’est donc jamais anodine en littérature pour la jeunesse :

Above all, food is never just something to eat: even when it is mundane and everyday it carries meaning. Food events are always significant, in reality as well as in fiction. They reveal the fundamental preoccupations, ideas, and beliefs of society. (Daniel, 2006 : 1)

  • 3 . « Alice was very glad to find her in such a pleasant temper, and thought to herself that perhaps (...)
  • 4 . Lors de la visite en groupe de la chocolaterie de Willy Wonka, Augustus tombe dans la rivière de (...)

2La consommation de nourriture influe aussi bien sur le corps que sur l’esprit de l’individu. La littérature d’enfance et de jeunesse a traité tôt cette thématique, puisqu’on la retrouve dans le classique de Lewis Carroll, Alice’s Adventures in Wonderland (1865). Comme le remarque Alice dans le chapitre 9, ce que les gens mangent peut avoir un impact direct sur leur corps et sur leur identité3 ; elle en fait elle-même l’expérience lorsque son corps grandit ou rapetisse selon ce qu’elle ingère, et elle manque par moments de se noyer ou de se retrouver bloquée dans une maison. Le plaisir gustatif peut s’associer à une mise en danger de l’individu, une ambiguïté parfaitement illustrée par Roald Dahl dans Charlie and the Chocolate Factory (1964) : issu d’une famille très pauvre, Charlie savoure les rares moments où il peut manger du chocolat, alors que Augustus Gloop est victime de son extrême gourmandise qui le pousse à se mettre en danger physiquement4. Au sein d’une même œuvre, la nourriture peut ainsi jouer des rôles différents ; ceci confirme qu’elle n’est jamais neutre pour les auteurs qui l’intègrent dans leurs histoires.

3Pour les traducteurs de ces récits, il s’agit alors avant tout de comprendre la fonction que la nourriture remplit dans le texte d’origine, pour mieux l’incarner dans la traduction : est-elle présentée sous une lumière positive, ou les lecteurs doivent-ils s’en méfier ? Est-elle utilisée pour des raisons de divertissement pur ou associée à une démarche éducative, plus ou moins prononcée ? Que dit-elle de l’individu, de son identité et de la communauté (bienveillante ou non) qui l’entoure ? Que son rôle dans l’histoire racontée soit anecdotique ou central, elle interpelle autant les traducteurs que les jeunes lecteurs.

4Sa dimension intrinsèquement culturelle pose la question de l’adaptation éventuelle dans le texte d’arrivée des mets évoqués, comme nous le verrons dans une première partie avec les exemples de Harry Potter and the Philosopher’s Stone (1997) et Charlie and the Chocolate Factory ; nous verrons si leurs traductions françaises annoncent ou s’inscrivent dans le mouvement traductif récent qui se caractérise par « un moindre recours à l’adaptation, une tendance générale un peu plus sourcière et un peu moins cibliste, [une] attention nouvelle portée à la préservation d’une certaine partie de l’étrangéité du texte source » (Douglas, 2015 : 38). Cette évolution dans les pratiques rejoint celle de la réflexion en traduction, comme le souligne Virginie Douglas :

La tendance générale que l’on observe dans la réflexion sur cette traduction se révèle plutôt bermanienne, Antoine Berman étant l’une des références les plus souvent convoquées par les praticiens (Laurence Kiefé), comme par les théoriciens (Roberta Pederzoli) de la traduction pour la jeunesse. (Ibid.)

  • 5 . Qui plus est, l’œuvre de Barrie occupe une place importante dans les discussions en littérature (...)

5Source de plaisir ou source de danger, la nourriture sollicite les sens. En littérature comme en traduction pour la jeunesse, cela s’illustre par une attention accordée à l’oralité (jeux sur les sonorités, syntaxe facilitant une lecture à voix haute, etc.), et par la relation texte/image, particulièrement dans le cas de deux genres majeurs : le nonsense (que l’on associe traditionnellement aux auteurs britanniques Edward Lear et Lewis Carroll), et l’album, où le visuel devient aussi important que l’écrit, pour le lecteur comme pour le traducteur. Nous aborderons le nonsense, qui a l’habitude de mettre à mal les corps et les personnes, à travers l’étude des traductions de plusieurs limericks de Edward Lear, dans notre deuxième partie consacrée aux dangers culinaires ; celle-ci s’appuiera également sur une œuvre pour la jeunesse emblématique, Peter and Wendy (1911) de J.M. Barrie, qui présente l’intérêt d’avoir été plusieurs fois retraduite et qui fait le lien dans notre corpus entre les xixe et xxe siècles5. Enfin, le cas récent de la traduction de l’album T-Veg – The Story of a Carrot-Crunching Dinosaur (2015), de Smriti Prasadam-Halls et Katherina Manolessou, nous permettra d’aborder plus précisément le lien entre nourriture, individu et société esquissé dans notre introduction.

La nourriture comme source de plaisir et de partage

6La période de l’enfance est associée à la découverte et au développement des sens ; la nourriture les sollicitant tous les cinq, on comprend la place importante qu’elle occupe dans l’imaginaire commun et dans la littérature d’enfance et de jeunesse, qui aime particulièrement la mettre en scène : « Food fantasies are a traditional ingredient in children’s stories: ideologically children are supposed to be especially appreciative of food. » (Daniel, 2006 : 2) Elle apparaît bien souvent comme une source de plaisir et éveille la gourmandise du lectorat. C’est d’ailleurs ce terme de plaisir que l’on retrouve dans le titre même du conte merveilleux écrit par Fénelon, « Voyage dans l’île des Plaisirs » (c. 1692), texte destiné à l’éducation de Louis, duc de Bourgogne (1682-1712). Fénelon y invente deux îles entièrement comestibles, l’une sucrée et l’autre salée, découvertes par un groupe de voyageurs auquel appartient le narrateur. Son île sucrée précède de plusieurs siècles l’extraordinaire chocolaterie de Willy Wonka : en effet, elle comprend « des montagnes de compote, des rochers de sucre candi et de caramel, des rivières de sirop », ainsi que des forêts de réglisse et de grands arbres à gaufres (Fénelon, 1983 [c. 1692] : 200).

7On retrouve bien entendu cette thématique d’une abondance de nourriture alléchante dans la tradition littéraire britannique, comme le souligne Carolyn Daniel dans son bien-nommé ouvrage Voracious Children: Who Eats Whom in Children’s Literature : « The British classics in particular are a rich source of fictional feasting: copious quantities of rich, sweet and, by contemporary standards, fat-laden foods are frequently served to children who seem to have huge appetites. » (2006 : 2) Outre l’exemple de Charlie and the Chocolate Factory précédemment évoqué, on peut également citer Enid Blyton, qui aime régaler de copieux pique-niques les jeunes héros de son Club des cinq, ou encore le goûter débordant de biscuits, gâteaux et autres mets sucrés britanniques dans le roman The Little White Horse (1946) de Elizabeth Goudge.

8Les festins fictifs britanniques récents les plus célèbres figurent dans la saga Harry Potter (1997-2007) de J.K. Rowling. Dans le premier tome, Harry Potter and the Philosopher’s Stone (1997), Harry prend part à son premier banquet, typique des repas gargantuesques que l’on retrouvera tout au long des sept tomes :

Harry’s mouth fell open. The dishes in front of him were now piled with food. He had never seen so many things he liked to eat on one table: roast beef, roast chicken, pork chops and lamb chops, sausages, bacon and steak, boiled potatoes, roast potatoes, chips, Yorkshire pudding, peas, carrots, gravy, ketchup, and, for some strange reason, peppermint humbugs.

[And for dessert] blocks of ice cream in every flavour you could think of, apple pies, treacle tarts, chocolate éclairs, and jam doughnuts, trifle, strawberries, jelly, rice pudding. (Rowling, 2015 [1997] : chap. 7)

9Harry y fait l’expérience d’un moment privilégié de partage et de socialisation qui contraste fortement avec son expérience d’orphelin maltraité par son oncle et sa tante. Ce repas le conforte dans sa place nouvellement trouvée au sein de la communauté de Poudlard tout en lui apportant un réconfort physique et moral, rappelant ainsi cette remarque de Riitta Oittinen : « The eating child is an idyllic character and food is magic; it means happiness and safety. » (2000 : 55)

  • 6 . Pour une étude plus détaillée de la traduction française de la saga Harry Potter, on pourra se r (...)
  • 7 . Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’ (...)

10La traduction française de Jean-François Ménard6 (Harry Potter à l’école des sorciers, 1998) offre une version quelque peu adaptée et édulcorée de cette scène :7

Harry’s mouth fell open. The dishes in front of him were now piled with food. He had never seen so many things he liked to eat on one table: roast7 beef, roast chicken, pork chops and lamb chops, sausages, bacon and steak, boiled potatoes, roast potatoes, chips, Yorkshire pudding, peas, carrots, gravy, ketchup, and, for some strange reason, peppermint humbugs.

[And for dessert] blocks of ice cream in every flavour you could think of, apple pies, treacle tarts, chocolate éclairs, and jam doughnuts, trifle, strawberries, jelly, rice pudding… (Rowling, 2015 [1997] : chap. 7)

Harry resta bouche bée. Les plats disposés sur la table débordaient à présent de victuailles : roast-beef, poulet, côtelettes de porc et d’agneau, saucisses, lard, steaks, gratin, pommes de terre sautées, frites, légumes divers, sauces onctueuses, ketchup et, il ne savait pour quelle raison, des bonbons à la menthe.

[…] Ce fut alors le moment du dessert : crèmes glacées à tous les parfums possibles, tartes aux pommes, éclairs au chocolat, beignets, babas, fraises, gâteau de riz… (Rowling, 2015 [1998] : chap. 7)

11Certains plats disparaissent complètement (Yorkshire pudding, treacle tarts et jelly), alors que d’autres deviennent génériques (on ne précise plus que le poulet est rôti et que les beignets sont à la confiture) ou sont adaptés et transformés en plats associés à la cuisine française (gratin et babas pour boiled potatoes et trifle). Ménard utilise également l’explicitation pour gravy (sauces onctueuses) et peppermint humbugs (bonbons à la menthe) et décide de ne pas préciser les légumes servis en rassemblant les carottes et petits pois du texte d’origine sous une appellation vague (légumes divers), comme pour ne pas risquer d’aliéner les lecteurs en leur présentant des aliments qui pourraient ne pas être à leur goût.

12Ménard ne veut pas prendre le risque de déstabiliser son lectorat en conservant dans le texte d’arrivée des plats typiquement britanniques qui n’évoqueraient rien pour les papilles françaises, en tout cas à l’époque ; la mondialisation ne garantit aucunement l’universalisation de certains mets, même lorsqu’ils appartiennent à la culture anglophone dominante :

International trade and the universality of certain dishes […] ensure that many children today are familiar with a far more varied cuisine than in the past, but there will always be foods that require a search for an equivalent or an alternative that has the same impact on the child’s tastebuds. (Lathey, 2015 : 40)

13Ménard privilégie donc l’adaptation ou l’effacement comme stratégies traductives dans le cas de la nourriture. Cette économie de mets se transforme aussi parfois en économie de mots :

It was dinner time. Harry had just finished telling Ron what had happened when he’d left the grounds with Professor McGonagall. Ron had a piece of steak-and-kidney pie halfway to his mouth, but he’d forgotten all about it.

Seeker?” he said. “But first-years never – you must be the youngest house player in about –”

“– a century,” said Harry, shoveling pie into his mouth. He felt particularly hungry after the excitement of the afternoon. “Wood told me.”

(Rowling, 2015 [1997]: chap. 9)

C’était l’heure du dîner et Harry venait de raconter à Ron ce qui s’était passé avec le professeur McGonagall.

– Attrapeur ? s’exclama Ron. Mais les première année ne jouent jamais… Tu vas être le plus jeune joueur depuis…

– Un siècle, acheva Harry. C’est Dubois qui me l’a dit.

(Rowling, 2015 [1998] : chap. 9)

  • 8 . On pourra se référer notamment aux textes suivants : H. Meschonnic, « Qu’entendez-vous par orali (...)

14Dans cet extrait, Ménard reste cohérent avec la stratégie traductive établie, mais sa décision de supprimer les passages que nous avons mis en gras diminue la corporalisation (pour reprendre un terme cher à Meschonnic8) de la nourriture et de l’appétit à assouvir : ce dîner devient uniquement partage d’information. Cette corporalisation est pourtant l’un des enjeux importants de la représentation et de la traduction de la nourriture en littérature jeunesse.

15Le plaisir gustatif peut entrainer des excès alimentaires qui transforment les enfants en ogres, confirmant ainsi l’impact que la nourriture peut avoir sur l’individu et son identité. En effet, la frontière entre gourmandise et gloutonnerie est mince, et Roald Dahl se réjouit de la franchir dans son roman Charlie and the Chocolate Factory grâce au personnage de Augustus Gloop, petit garçon gros et glouton, que ses parents gavent avec bonheur. Dans le passage suivant, Augustus vient d’être happé par un tuyau après être tombé dans la rivière de chocolat à laquelle il s’abreuvait goulûment, faisant fi des avertissements :

“Impossible!” cried Mr Wonka. “Unthinkable! Inconceivable! Absurd! He could never be made into marshmallows!”

“And why not, may I ask?” shouted Mrs Gloop.

“Because that pipe doesn’t go anywhere near it! That pipe—the one Augustus went up—happens to lead directly to the room where I make a most delicious kind of strawberry-flavoured chocolate-coated fudge…”

“Then he’ll be made into strawberry-flavoured chocolate-coated fudge!” screamed Mrs Gloop.

(Dahl, 2013 [1964] : 75)

– Impossible ! s’écria Mr Wonka. Impensable ! Inconcevable ! Absurde ! Il ne pourra jamais être réduit en guimauve !

– Et pourquoi pas, puis-je le savoir ? hurla Mrs Gloop.

– Parce que ce tuyau ne conduit pas dans la salle à guimauve ! répondit Mr Wonka. Même pas à proximité de cette salle ! Ce tuyau – celui par où est monté Augustus –, ce tuyau conduit directement à la salle où je produis la plus délicieuse des nougatines, parfumée à la fraise, enrobée de chocolat

– Alors il va être changé en nougatine à la fraise enrobée de chocolat ! se lamenta Mrs Gloop.

(Dahl, 2007 [1967] : 109)

16La traduction d’Élisabeth Gaspar remplace le fudge anglais par de la nougatine, une sucrerie plus familière pour le lectorat français : elle privilégie clairement l’identification à la culture d’arrivée plutôt que la découverte d’un mets étranger. Si les parfums de fraise et chocolat sont conservés, cette adaptation culturelle évoque une consistance différente pour les sens français. Pour reprendre l’expression de Gillian Lathey, l’effet sur les papilles (et sous les dents) du lectorat français n’est pas le même.

  • 9 . “Eating is his hobby, you know. That’s all he’s interested in. But still, that’s better than bei (...)

17On remarque également que l’enfant, à la fin de l’extrait, risque de devenir à son tour nourriture. Le corps humain se transforme en aliment qui pourra être consommé par la communauté. Ceci est par ailleurs évoqué dès la première apparition du garçon, ou l’on compare son visage à une énorme boule de pâte et ses yeux à deux petits raisins secs (Dahl, 2013 [1964] : 21). Augustus est victime d’une gourmandise approuvée par ses parents9 et par la société en général, et son exemple significatif amène à envisager la nourriture non plus comme source de plaisir, mais comme source de danger pour l’individu.

« How dangerous ’tis to eat rich damp cake » : la nourriture comme source de danger

18Plaisir et péril peuvent se rejoindre au sein de cette thématique en littérature ; en témoigne le motif récurrent de l’aliment empoisonné, dont l’exemple le plus célèbre est la pomme rouge offerte par la sorcière à Blanche-Neige dans le conte des frères Grimm. On retrouve également ce motif dans un autre classique, Peter and Wendy (1911) de J.M. Barrie, au cœur du stratagème élaboré par le Capitaine Crochet dans le chapitre 5. Crochet décide d’empoisonner les Enfants perdus à l’aide d’un gâteau qu’il veut appétissant, mais qui apparaît d’emblée dangereux :

“To return to the ship,” Hook replied slowly through his teeth, “and cook a large rich cake of a jolly thickness with green sugar on it. […] We will leave the cake on the shore of the mermaids’ lagoon. These boys are always swimming about there, playing with the mermaids. They will find the cake and they will gobble it up, because, having no mother, they don’t know how dangerous ’tis to eat rich damp cake.” He burst into laughter, not hollow laughter now, but honest laughter. “Aha, they will die.” (Barrie, 2008 [1911] : 120-121)

19La description qui est faite du gâteau souligne son caractère excessif, avec l’utilisation des adjectifs large et rich et du groupe nominal a jolly thickness. Le sucre qui le recouvre ajoute à la gourmandise, mais sa couleur verte met d’ores et déjà en garde les lecteurs, le vert étant associé au poison dans l’esprit collectif. Quant à la texture, Barrie n’a pas utilisé l’adjectif moist (difficile à traduire) traditionnellement employé en pâtisserie, mais damp (trempé/détrempé) ; ceci provoque à la lecture de l’inconfort, voire du dégoût.

20L’inconfort est partagé par les divers traducteurs qui se sont essayés à ce texte emblématique de la littérature d’enfance et de jeunesse. Il était impossible d’avoir recours ici à l’effacement du plat problématique, comme Ménard a pu le faire dans la saga Harry Potter, car il s’agit de la pièce centrale du projet diabolique de Crochet. Les trois traducteurs (Yvette Métral, Henri Robillot, Sidonie Van den Dries, respectivement) s’attachent donc à lui donner la même épaisseur linguistique que celle qui le caractérise dans le texte, et les solutions trouvées produisent toutes un effet différent :

Trad. Métral

Trad. Robillot

Trad. Van den Dries

‒ On retourne au bateau, répondit lentement Crochet entre ses dents, et on fait cuire un énorme gâteau d’une belle épaisseur avec du sucre vert dessus. […]

Nous laisserons le gâteau sur la plage de la lagune aux sirènes. Ils vont souvent nager par-là, et jouer avec les sirènes. Quand ils trouveront le gâteau, ils l’avaleront gloutonnement : comme ils n’ont pas de mère, ils ne savent pas que c’est terriblement dangereux de manger un gâteau aussi riche et moelleux.

Il éclata de rire, et son rire sonna franc cette fois.

‒ Ha ! Ha ! Ils mourront !

(Barrie, 2003 [1982] : 78)

‒ Retourner au bateau, répondit avec lenteur Crochet entre ses dents. Y préparer un énorme gâteau avec du sucre vert dessus. […]

Nous déposerons le gâteau sur le bord du lagon des Sirènes. Ces garçons vont toujours nager là-bas et jouer avec les sirènes. Ils trouveront le gâteau et n’en laisseront pas une miette parce que, privés de mères, ils ne savent pas comme c’est dangereux de manger un gâteau trop riche et trop onctueux.

Il éclata de rire, cette fois d’un rire sans contrainte.

‒ Ha ! ha ! Et ils y resteront tous.

(Barrie, 2005 [1988] : 83)

‒ Retournons au bateau, répondit Crochet entre ses dents. On va cuisiner un bon gros gâteau nappé de sucre vert. […]

On laissera le gâteau sur la plage du lagon, où ils vont souvent se baigner et jouer avec les sirènes. Ils le trouveront et, comme ils n’ont pas de mères, ils ne sauront pas qu’on ne doit jamais manger un gâteau inconnu.

Il explosa de rire, un bon gros rire bien franc, cette fois, avant de conclure :

‒ Et ils mourront empoisonnés ! Ha ha !

(Barrie, 2010 : 78-79)

21Pour a large rich cake of a jolly thickness with green sugar on it (Barrie, 2008 [1911] : 120), les traductions de Métral et Robillot se rejoignent (énorme synthétise les adjectifs large et rich), Métral conservant le jolly thickness avec un groupe nominal qui instaure un niveau de langue plus élégant. Sidonie Van den Dries privilégie au contraire un registre plus enfantin avec un bon gros gâteau, et l’adjectif nappé ajoute à la gourmandise, ce qui accentue pour les lecteurs l’étrangeté du choix d’un sucre de couleur verte. En faisant disparaître le syntagme they will gobble it up (ibid. : 121), la traduction de Van den Dries condamne moins l’action des Enfants perdus que le texte d’origine : la gourmandise ne mène pas à la gloutonnerie. La solution de Robillot oscille entre les deux, là où celle de Métral fait une référence directe à la seconde sous forme d’adverbe. L’emploi du classique moelleux chez Métral pour retranscrire le problématique damp efface l’inconfort provoqué par le syntagme d’origine. En comparaison, Robillot déstabilise son lectorat avec onctueux, qui évoque un gâteau dont la cuisson ne serait pas terminée, ce qui pourrait provoquer des maux de ventre, selon l’avertissement parental bien connu des enfants (ne pas manger la pâte crue) ; il n’hésite pas à insister sur le caractère excessif du gâteau en répétant l’adverbe trop. Van den Dries évite le problème en jouant avec gâteau inconnu sur l’équivalent français de l’avertissement stranger danger (« attention aux inconnus »), et elle tente de compenser cet évitement en précisant que les enfants mourront empoisonnés ; l’impact sur les papilles du lectorat français (pour reprendre l’expression de Gillian Lathey citée précédemment) s’en retrouve néanmoins affaibli. Ce gâteau empoisonné se révèle ainsi un vrai cadeau empoisonné aussi bien pour les Enfants perdus que pour les traducteurs, qu’il semble déstabiliser.

  • 10 . On pourra consulter à ce sujet l’article suivant de Jacqueline M. Labbe, 2012 : « To Eat and Be (...)
  • 11 . Les travaux de Elizabeth Sewell, Jean-Jacques Lecercle et Wim Tigges font référence en la matièr (...)

22Comme dans Charlie and the Chocolate Factory, cet extrait condamne la gourmandise en l’associant à la gloutonnerie, jugée dangereuse, et elle est punie de mort. Il y a donc une dimension morale associée à la consommation de nourriture, que l’on retrouve particulièrement dans la littérature du xixe siècle10. La question de la moralité est présente dans le nonsense11, un genre important de la littérature d’enfance et de jeunesse anglophone qui a émergé à cette époque-là, mais les excès alimentaires n’y sont pas tant condamnés que tournés en dérision. Ceci constitue une des thématiques récurrentes dans A Book of Nonsense (1846) de Edward Lear, œuvre de référence du nonsense. C’est l’occasion pour Lear de créer du grotesque, de s’intéresser à la déformation des corps en lien avec la nourriture, tout en mettant à distance la violence grâce au format du limerick : « There was an Old Man of Calcutta, / Who perpetually ate bread and butter; / Till a great bit of muffin, / On which he was stuffing, / Choked that horrid old man of Calcutta. » (Lear, 2001 [1846] : 37)

  • 12 . Jean-Jacques Lecercle souligne ce lien intrinsèque en rappelant que Lear lisait ses premiers lim (...)

23Le nonsense en général et les limericks en particulier exigent des traducteurs de trouver un équilibre entre texte écrit et dimension orale12, ce qui touche à la syntaxe, au registre et aux sonorités :

Trad. Parisot

Trad. Professeur A.

Il était un vieillard, natif de Ploërmeur,

Qui, sans arrêt, mangeait des gâteaux et du beurre ;

Jusqu’à ce qu’un beignet,

Duquel il s’empiffrait,

Étouffât ce hideux vieillard de Ploërmeur.

(Lear, 1974 [1968] : 63)

Il y avait un vieil homme de Honfleur,

Qui mangeait toujours du pain et du beurre,

Jusqu’à ce qu’un gros bout de beignet,

Que sa mâchoire besognait,

Étouffe l’horrible vieil homme de Honfleur.

(Lear, 2009)

  • 13 . I. Nières-Chevrel, 2009, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, p. 1 (...)
  • 14 . L’éditeur précise en fin d’ouvrage que cette traduction est publiée « dans le cadre de l’Expérie (...)

24On constate immédiatement que la première traduction, réalisée par Henri Parisot (1968), donne à entendre un texte au style plus sophistiqué, que ce soit dans les choix syntaxiques et lexicaux ou l’emploi de l’imparfait du subjonctif dans le dernier vers. Elle correspond à une certaine époque et au public adulte visé par les éditions Aubier-Flammarion – les surréalistes (dont Parisot était proche) se sont approprié les textes du nonsense et les ont popularisés en France, en ne tenant pas compte de leur appartenance à la culture de l’enfance, leur écriture (d’apparence) simple et leur ton souvent détaché. À l’inverse, la traduction du Professeur A. datant de 2009 a été publiée aux éditions Rackham dans un grand album à la couverture cartonnée et au format oblong (dit format à l’italienne13), qui s’adresse à un public aussi bien jeune qu’adulte14. Ce choix, ainsi qu’une redécouverte des textes du nonsense depuis l’époque de Parisot, permet au Professeur A. de créer un limerick plus proche de la simplicité d’origine, ce qui en facilite la lecture à haute voix.

  • 15 . Lear a illustré le recueil d’origine et les illustrations ont été reprises dans les deux édition (...)

25En ce qui concerne la nourriture mise en scène ici, le Professeur A. conserve la référence au pain dans le deuxième vers, alors que Parisot lui substitue des gâteaux, suggérant que la gourmandise/gloutonnerie est avant tout associée au sucré dans l’esprit français. Les deux traducteurs se rejoignent dans leur choix de traduire muffin par beignet, ce qui est influencé par la question de la rime et moins par la volonté d’adaptation culturelle que nous avons vue précédemment : les rimes en /é/ facilitent la tâche du traducteur car elles sont bien plus nombreuses en français. Ces modifications ne se font pas en contradiction avec l’illustration15 qui accompagne les deux traductions et reste vague quant à la nature de la nourriture ingérée :

26Le destin de ce vieil homme de Calcutta nous montre qu’un comportement alimentaire excessif peut s’avérer fatal, et qu’il est souvent condamné par autrui. Les choix lexicaux effectués par les traducteurs peuvent participer (ou non) à cette condamnation morale sociétale : la notion de jugement est plus présente dans la traduction de Parisot avec l’emploi du verbe s’empiffrait que dans celle du Professeur A., qui elle est factuelle (que sa mâchoire besognait). La société invite à la consommation effrénée, tout en punissant les comportements excessifs.

27Dans le limerick suivant, Lear opère un renversement en punissant le parent qui offre un festin à ses nombreux enfants :

Trad. Parisot

Trad. Professeur A.

There was an Old Man of the East

Who gave all his children a feast;

But they all ate so much,

And their conduct was such,

That it killed that Old Man of the East.

(Lear, 2001 [1846] : 43)

Il était un vieil homme, habitant de La Frette,

Qui donna, pour ses nombreux enfants, une fête ;

Mais ils mangèrent tant,

Ces petits dégoûtants,

Que cela tua ce vieil homme de La Frette.

(Lear, 1974 [1968] : 117)

Il y avait un vieil homme d’Orient,

Qui donna une fête pour ses enfants,

Mais ils mangèrent tant et tant,

Et se montrèrent si inconvenants,

Que cela l’acheva, le vieil homme d’Orient.

(Lear, 2009)

28Le texte anglais n’émet pas de jugement et se contente de constater le lien de cause à effet entre le comportement alimentaire des enfants et le décès du vieil homme : on retrouve le ton détaché caractéristique du nonsense. La traduction du Professeur A. reprend cette présentation factuelle des événements, l’adjectif inconvenants ajoutant à l’humour et à la distance émotionnelle. La traduction de Parisot ajoute à nouveau du jugement avec le syntagme ces petits dégoûtants, qui engage le narrateur et exprime sa désapprobation, d’autant plus notable que le groupe nominal est mis en valeur car il constitue un vers à lui seul.

29On voit ainsi que la nourriture « n’est pas seulement une collection de produits, […] c’est aussi et en même temps un système de communication, un corps d’images, un protocole d’usages, de situations et de conduites », comme le rappelle Roland Barthes (1961 : 979). Ceci a bien entendu un impact dans la façon d’aborder la traduction pour la jeunesse, en rappelant qu’au-delà des connotations affectives de la nourriture, on doit également envisager cette dernière dans sa dimension sociale et sociétale, ce qui peut avoir des conséquences sur l’individu.

Solliciter les sens pour éduquer au goût : l’individu et la société

  • 16 . Roland Barthes identifie trois groupes de valeurs : « Le premier groupe assigne à la nourriture (...)
  • 17 . La société peut faire de la nourriture un outil de stigmatisation : « Des études de motivation o (...)

30Comme nous l’avons vu, nourriture et corps sont intrinsèquement liés ; les étudier ensemble permet d’aborder l’interaction entre l’individu et la société : « Studying the body that eats provides a way of highlighting culture’s structures and the way individuals interact with them and within them. » (Daniel, 2006 : 6) Le processus de socialisation et de construction de soi se fait ainsi à travers la consommation d’aliments, comme l’évoque le célèbre aphorisme de Jean Anthelme Brillat-Savarin : « Dis-moi ce que tu manges : je te dirai ce que tu es ». La construction de l’individu se fait notamment au contact avec les significations et valeurs16 que la société accorde aux aliments, et qui peuvent ne pas convenir à l’individu17. Cette tension donne parfois lieu à une lutte entre l’individu et le groupe au sein duquel il évolue ; notre dernier cas d’étude en offre un parfait exemple.

  • 18 . Le résumé de la quatrième de couverture insiste sur ce point ; c’est par son alimentation que Re (...)
  • 19 . « Meanwhile at home the T-rexes were missing T-rex Reg. / ‘So what if he ate fruit?’ said Hugh. (...)
  • 20 . Ceci rejoint les valeurs associées au deuxième groupe tel que défini par Barthes, qui « concerne (...)

31T-Veg – The Story of a Carrot-Crunching Dinosaur (2015), écrit par Smriti Prasadam-Halls et illustré par Katherina Manolessou, raconte l’histoire de Reginald, un jeune T-Rex en tout point classique si ce n’est qu’il est végétarien18. Victime de moqueries de la part de ses congénères, Reginald décide un jour de partir afin de se trouver un nouveau clan, qui l’acceptera tel qu’il est : « So, feeling rather miserable, Reg packed his dino-sack. / “Goodbye! I’m leaving home,” he called, “and NEVER coming back!” / “I want to find some better friends who’ll understand me more. / The truth might be that actually I am a HERBIVORE!” » (Prasadam-Halls & Manolessou, 2015) Ce voyage a tout de la quête d’identité, comme l’indique le dernier vers. Reginald finit par rencontrer des herbivores qui s’enfuient en hurlant à la vue d’un T-Rex approchant. Pendant ce temps, son clan d’origine s’ennuie de lui19 et, encouragés par le meilleur ami de Reginald, ils partent sur les traces du jeune T-Rex pour lui demander de réintégrer leur communauté. En chemin, un rocher manque de les écraser ; Reginald entend heureusement le bruit de l’éboulis et parvient à les secourir, démontrant ainsi sa force physique « en dépit » de son régime végétarien20. Sous couvert de divertir (illustrations enjouées aux couleurs vives attrayantes, texte rimé et empreint d’humour, jeux sur les sonorités), l’auteure se fait l’avocate du végétarisme et souhaite éduquer le goût des enfants pour les légumes, qu’ils considèrent habituellement comme peu appétissants. On retrouve là une approche caractéristique de la littérature d’enfance et de jeunesse : mêler divertissement et pédagogie.

  • 21 . Et contrairement à ce que laisse entendre la rémunération peu valorisée de ce genre, comme en té (...)

32Pour les traducteurs potentiels de cet album, il s’agit donc d’identifier les thématiques de l’histoire et ce que le texte d’origine fait à sa propre langue (Meschonnic, 2007 : 30), sans oublier la relation texte/image qui peut aussi bien limiter les traducteurs que les sortir d’une impasse linguistique. Traduire un album est donc, contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord21, un travail complexe qui exige une lecture attentive du texte et des images de la part des traducteurs :

Picture books present a special challenge to the translator, as the presence and interaction of two media make the process more complex. […] A translator’s reading of the original text is bound to be influenced by the pictures, though it is not always easy for her to disentangle the elements that contribute to the complexity. (O’Sullivan, 2015 : 114)

  • 22 . Les noms sont bien souvent significatifs dans la littérature d’enfance et de jeunesse, donnant d (...)
  • 23 . Les traductions allemandes et italiennes conservent cet aspect avec « Theobald » et « Reginaldo  (...)

33Vanessa Rubio-Barreau, traductrice du recueil vers le français (T-Végi – Le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, 2016), a compris la place importante accordée à l’oralité dans l’œuvre d’origine et conserve un texte rimé et rythmé. Son projet traductif privilégie cette dimension sonore, qui oriente ses choix, notamment dans la traduction du prénom du héros. Prasadam-Halls utilise Reginald comme clin d’œil étymologique au « rex » de « Tyrannosaurus rex », assignant une caractéristique positive au héros22, et crée par la même occasion un jeu entre les diminutifs Reg et veg (vegetarian) qui apparaît dès le titre anglais. Rubio-Barreau reproduit ce jeu entre le prénom français et l’espèce à laquelle appartient le dinosaure avec Alex le T-Rex ; l’identité du héros en français n’est plus associée à un caractère majestueux ou courageux23, ce qui aurait pu être résolu en indiquant qu’Alex était le diminutif d’Alexandre (en référence à Alexandre Le Grand), à la manière du texte anglais qui commence par Reginald avant de rapidement opter pour le diminutif.

34La traductrice ajoute du jeu oral à certains endroits, en s’appuyant par exemple sur la ponctuation, la typographie et les onomatopées :

Reginald the T-rex had a fierce and mighty ROAR!

His fierce and mighty footsteps thundered through the jungle floor.

He ran as fast and leapt as far as any T-rex could.

He stomped about and GNASHED his teeth as every T-rex should.

(Prasadam-Halls & Manolessou, 2015)

Alex le T-Rex poussait de terribles GRRRONDEMENTS !

Comme tous les T-Rex, il faisait des pas de géant !

Quand il courait, la terre tremblait !

Et quand il montrait les dents… C’était TERRRRRIFIANT !

(Prasadam-Halls & Manolessou, 2016)

He tried to do some MOOING but it sounded just like roaring,

and slowing to a gentle jog was just a little BORING.

(Prasadam-Halls & Manolessou, 2015)

Il tenta un MEUUUH ! d’herbivore, mais fit un GRRR ! de tyrannosaure !

Il essaya de se promener tranquillement, sauf que ce n’était pas amusant !

(Prasadam-Halls & Manolessou, 2016)

35Les jeux typographiques se font malheureusement plus sporadiques au fil des pages, la traductrice décidant d’ignorer ceux d’origine qui enrichissent la lecture à haute voix, et l’on ne peut que regretter cette incohérence au sein du projet traductif amorcé en début d’album.

36Lorsqu’il s’agit de la nourriture, Rubio-Barreau s’aide beaucoup de sa lecture des images pour construire son texte ; cette interaction texte/image aide à la corporalisation des plats et aliments, le visuel appuyant ou complétant le textuel. Pour construire sa rime dans la traduction de « For while the other T-rexes munched on juicy steaks… / Reginald the T-rex ate crunchy CARROT CAKE! » (Prasadam-Halls & Manolessou, 2015), Rubio-Barreau s’inspire d’un des fruits présents dans l’illustration tout en conservant la référence au gâteau à la carotte, qui est au centre de l’image : « Car quand les autres T-Rex se régalaient de gros morceaux de steak… / Alex préférait gâteau à la CAROTTE ET PASTÈQUE ! » (Prasadam-Halls & Manolessou, 2016) Dans un autre passage, la présence dans l’image d’un ragoût à base d’épinards et petit pois permet à la traductrice de trouver une solution pour sa rime sans que le texte ne vienne contredire l’illustration (les cerises y sont absentes) :

CARROTS, PARSNIPS, LETTUCES… oh yes, he ate them too!

and for a tea-time treat he munched on pea and spinach stew.

(Prasadam-Halls & Manolessou, 2015)

ÉPINARDS, PETITS POIS, LAITUES… Oh, oui, il se jetait dessus !

Et comme friandise, il picorait des cerises.

(Prasadam-Halls & Manolessou, 2016)

37Dans un passage quelques pages plus loin, cependant, une contradiction a lieu entre la traduction, qui mentionne trois carottes, et l’illustration, qui n’en montrent que deux. Ceci n’est pas inhabituel dans la traduction des albums :

La lecture d’album demande l’appréhension combinée de ce que dit le texte et de ce que montre l’image : dans l’album, textes et images sont le plus souvent articulés, voire intriqués. Redondances, complémentarités, oppositions du texte ou de l’image sont donc toujours travaillées par des silences, des contournements, des déplacements ou encore des contradictions. (Derrien & Van der Linden, 2008 : 118)

38S’il intègre la relation texte/image et prête une attention privilégiée à l’oralité, le projet traductif de Vanessa Rubio-Barreau s’intéresse moins au rôle joué par le régime végétarien dans l’identité du héros et ses interactions avec la communauté. Tout au long de l’album, la traductrice synthétise dès que possible le texte et, ce faisant, affaiblit l’affirmation personnelle du héros ; elle supprime par exemple le vers « So though I might eat vegetables it doesn’t mean I’m weak » et le syntagme « you’re unique! » (Prasadam-Halls & Manolessou, 2015). Des syntagmes tels que « The T-rex crew were so amazed », « And if you give us one more chance, we’ll make it up to you » et « make our herd complete » (ibid.) sont également supprimés, ce qui efface une partie du repentir du clan et de la reconnaissance du héros par la communauté. La portée universelle des derniers vers anglophones, quant à elle, devient individuelle en français, et la leçon à en tirer n’est pas formulée aussi directement qu’en anglais :

And then they danced the night away, because they KNOW it’s true…

the best thing in the world is being happy being YOU!

(Prasadam-Halls & Manolessou, 2015)

Les T-Rex dansèrent toute la nuit et Alex était ravi.

Car pour la première fois, il était fier d’être lui… T-VÉGI !

(Prasadam-Halls & Manolessou, 2016)

39Rubio-Barreau privilégie encore une fois l’oralité, ici l’écho au titre T-Végi qui permet au T-VÉGI ! de boucler la boucle de l’album. On remarque par ailleurs dans ce dernier passage la disparition de because they KNOW it’s true, qui appauvrit la leçon apprise par le clan vis-à-vis de l’individu et de l’affirmation d’un soi perçu comme différent par autrui ; ceci ne peut qu’affaiblir la portée de la conclusion de ce voyage initiatique.

40Nous en venons à notre tour à la conclusion de notre étude. À travers les exemples choisis, on constate tout d’abord le rôle important joué par l’oralité en lien avec la nourriture en littérature d’enfance et de jeunesse : l’attention aux sonorités en traduction pour la jeunesse aide à matérialiser pour le lectorat la nourriture évoquée. Un dialogue se crée aussi avec les images qui accompagnent le texte, plus particulièrement dans le cas de l’album, et vient renforcer la corporalisation de l’alimentation.

41La thématique de la nourriture est l’occasion de familiariser le lectorat à l’altérité, de par la dimension intrinsèquement culturelle de la nourriture, mais on constate que les pratiques traductives tendent encore vers l’adaptation (ou l’effacement) cibliste pour se concentrer sur la dimension affective de la nourriture (comme dans le cas de la saga Harry Potter) ou un projet traductif dont les choix privilégient l’oralité (comme nous l’avons vu avec T-Végi). Ceci explique l’absence d’évolution vers une étrangéisation (foreignization) des traductions constatée dans notre corpus primaire, bien qu’il balaie plusieurs décennies (de 1967 à 2016). L’influence de la mondialisation permet cependant de conserver de plus en plus facilement des références étrangères, surtout quand il s’agit de références anglophones. On aurait pu s’attendre à ce que les traductions plus récentes incorporent cette ouverture à l’étranger évoquée par Virginie Douglas (2015 : 38) au début de notre article.

42On constate enfin que l’alimentation fait bel et bien partie du processus de socialisation et de construction de soi : les banquets à Poudlard sont l’occasion pour Harry l’orphelin de faire l’expérience de la communauté bienveillante et nourricière, et le T-Rex Reginald affirme son identité singulière au sein du groupe à travers son régime végétarien. Mais puisque l’alimentation fait partie du processus de socialisation, elle peut être porteuse de valeurs morales : Charlie, le héros de Roald Dahl, est un bon garçon car il fait l’expérience de la frugalité et savoure sa chance quand il a l’occasion de manger des sucreries ; à l’inverse, Augustus Gloop est puni pour ses excès, et la gourmandise/gloutonnerie peut entraîner la mort, ce qui est le cas dans les textes de Barrie et Lear.

43Les traducteurs ne peuvent donc pas envisager la nourriture comme une thématique isolée et autonome : tout comme l’individu traduisant, cette dernière s’inscrit dans un contexte, une époque. Barthes rappelle qu’il existe une « conscience alimentaire : la nourriture, dans les pays développés, est désormais pensée, non par des spécialistes, mais par le public tout entier » (1961 : 985). Elle fait l’objet d’un nombre grandissant d’articles et d’ouvrages collectifs dans les domaines de la littérature dite générale et de la littérature d’enfance et de jeunesse (Keeling & Pollard, 2012 : 10), mais reste encore peu explorée du point de vue de la traduction, comme l’indiquent les chercheuses Delia Chiaro et Linda Rossato : « despite a rapidly expanding market for translation of food-related texts, the relationship between food, culture and translation remains under-researched » (2015 : 237). C’est pourquoi il est important de réfléchir à la traduction de la nourriture en littérature d’enfance et de jeunesse, aussi bien dans la théorie que dans la pratique, d’autant plus que les solutions de traduction témoignent de représentations qui touchent aux notions complexes d’enfance, d’identité et d’altérité. Ce champ de réflexion mérite que le monde francophone s’y intéresse davantage.

Haut de page

Bibliographie

[Tous les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 14 janvier 2019.]

Éditions de référence

Barrie, James Matthew, 2008 [1911], Peter Pan in Kensington Gardens & Peter and Wendy, Oxford, Oxford University Press.

, 2003 [1982], Peter Pan, trad. Yvette Métral, Paris, Flammarion.

, 2005 [1988], Peter Pan, trad. Henri Robillot, Paris, éditions Être.

, 2010, Peter Pan, trad. Sidonie Van den Dries, Paris, Tourbillon.

Carroll, Lewis, 1998 [1865-1871], Alice’s Adventures in Wonderland and Through The Looking-Glass and What Alice Found There, Londres, Penguin Books.

Dahl, Roald, 2013 [1964], Charlie and the Chocolate Factory, New York, Puffin Books.

, 2007 [1967], Charlie et la chocolaterie, trad. Élisabeth Gaspar, Paris, Gallimard Jeunesse.

Fénelon, François Salignac de La Mothe, c. 1692, « Voyage dans l’île des Plaisirs », in Le Brun, Jacques (éd), 1983, Œuvres, La Pléiade, vol. 1, Paris, Gallimard.

Lear, Edward, 2001 [1846], The Complete Nonsense of Edward Lear, Londres, Faber.

, 1974 [1968], Poèmes sans sens / Nonsense Poems, trad. Henri Parisot, Paris, Aubier-Flammarion.

, 2009, Un livre a-sensé / A Book of Nonsense, trad. Professeur A., Paris, éditions Rackham.

Prasadam-Halls, Smriti & Manolessou, Katherina, 2015, T-Veg – The Story of a Carrot-Crunching Dinosaur, Londres, Frances Lincoln Children’s Books.

, 2016, T-Végi – Le petit tyrannosaure dévoreur de légumes, trad. Vanessa Rubio-Barreau, Paris, Gallimard Jeunesse.

Rowling, J.K., 2015 [1997], Harry Potter and the Philosopher’s Stone, digital edition, Pottermore Limited.

, 2015 [1998], Harry Potter à l’école des sorciers, trad. Jean-François Ménard, édition numérique, Pottermore Limited.

Ouvrages et articles

Barthes, Roland, 1961, « Pour une psycho-sociologie de l’alimentation contemporaine », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 5, p. 977-986.

Chiaro, Delia & Rossato, Linda, 2015, « Introduction – Food and translation, translation and food », in The Translator, vol. 21, n° 3, p. 237-243.

Cohn, Clarice & de Suremain, Charles-Édouard, 2015, « Patrimoines alimentaires enfantins : Éclairages anthropologiques », Anthropology of Food, 9, https://journals.openedition.org/aof/7881.

Daniel, Carolyn, 2006, Voracious Children: Who Eats Whom in Children’s Literature, Londres/New York, Routledge.

Derrien, Marie-Odile & Van der Linden, Sophie, 2008, « La traduction de l’album : quels choix éditoriaux », in Diament, Nic, Gibello, Corinne & Kiefé, Laurence (éds), Traduire les livres pour la jeunesse : enjeux et spécificités, Paris, BNF et Hachette, p. 117-128.

Douglas, Virginie, 2015, « Introduction – La traduction pour la jeunesse, reflet de la perception changeante d’une littérature et de ses destinataires », in Douglas, Virginie (éd.), États des lieux de la traduction pour la jeunesse, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 7-14.

Keeling, Kara K. & Pollard, Scott T., 2012, « Introduction: Food in Children’s Literature », in Keeling, Kara K. & Pollard, Scott T. (eds.), Critical Approaches to Food in Children’s Literature, Londres/New York, Routledge, p. 3-18.

Lathey, Gillian, 2015, Translating Children’s Literature, Londres/New York, Routledge.

Lecercle, Jean-Jacques, 2002 [1994], Philosophy of Nonsense: The Intuitions of Victorian Nonsense Literature, Londres/New York, Routledge.

Meschonnic, Henri, 2007, Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdier.

Oittinen, Riitta, 2000, Translating For Children, New York, Garland.

O’Sullivan, Emer, 2015, « Translating Pictures », in Lathey, Gillian (ed.), Translating Children’s Literature, Londres/New York, Routledge.

Renaud, Catherine, 2015, « Traduire pour la jeunesse : le cas particulier des albums “classiques” scandinaves », in Douglas, Virginie (éd.), États des lieux de la traduction pour la jeunesse, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 17-31.

Haut de page

Notes

1 . « Food experiences form part of the daily texture of every child’s life from birth onwards, as any adult who cares for children is highly aware; thus it is hardly surprising that food is a constantly recurring motif in literature written for children. » (Keeling & Pollard, 2012 : 10)

2 . C’est pourquoi la nourriture et, plus largement, l’alimentation sont un champ de recherche important en sciences humaines et sociales. On pourra notamment se référer à la revue scientifique internationale Anthropology of Food, dont le numéro 9 (2015), consacré aux patrimoines alimentaires enfantins, propose de réfléchir sur « la façon dont l’alimentation (préparation, offre, consommation…) et les valeurs liées à la commensalité constituent des modes spécifiques de construction du corps, de la personne, des relations sociales et des rôles sociaux dès le plus jeune âge selon les sociétés » (Cohn & de Suremain, 2015 : § 5).

3 . « Alice was very glad to find her in such a pleasant temper, and thought to herself that perhaps it was only the pepper that had made her so savage when they met in the kitchen. “When I’m a Duchess,” she said to herself (not in a very hopeful tone though), “I won’t have any pepper in my kitchen at all. Soup does very well without—Maybe it’s always pepper that makes people hot-tempered,” she went on, very much pleased at having found out a new kind of rule, “and vinegar that makes them sour—and camomile that makes them bitter—and—barley-sugar and such things that make children sweet-tempered. I only wish people knew that: then they wouldn’t be so stingy about it, you know—” » (Carroll, 1998 [1865-1871] : 78)

4 . Lors de la visite en groupe de la chocolaterie de Willy Wonka, Augustus tombe dans la rivière de chocolat alors qu’il était occupé à y boire goulûment, et il disparaît aspiré par un tuyau envoyé pour le sortir de là.

5 . Qui plus est, l’œuvre de Barrie occupe une place importante dans les discussions en littérature d’enfance et de jeunesse et nous souhaitions participer à ces discussions en traitant un aspect peu exploré. Dans la littérature critique consacrée à Peter and Wendy, on pourra consulter : J. Rose, 1984, The Case of Peter Pan: or The Impossibility of Children’s Fiction, Londres, MacMillan ; White, Donna R. & Tarr, C. Anita (eds.), 2006, J. M. Barrie’s Peter Pan In and Out of Time: A Children’s Classic at 100, Oxford, Scarecrow Press.

6 . Pour une étude plus détaillée de la traduction française de la saga Harry Potter, on pourra se référer au texte critique suivant : F. Ernould & I. Smadja, 2007, « Harry Potter, de la version anglaise à la version française : un certain art de la traduction », in Bruno, Pierre & Smadja, Isabelle (éds), Harry Potter, ange ou démon ?, Paris, Presses universitaires de France, p. 143-158.

7 . Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’article.

8 . On pourra se référer notamment aux textes suivants : H. Meschonnic, « Qu’entendez-vous par oralité ? », Langue française, 56, 1982, p. 6-23 ; Dessons, Gérard & Meschonnic, Henri, Traité du rythme, des vers et des proses, Paris, Dunod, 1998.

9 . “Eating is his hobby, you know. That’s all he’s interested in. But still, that’s better than being a hooligan and shooting off zip guns and things like that in his spare time, isn’t it? And what I always say is, he wouldn’t go on eating like he does unless he needed nourishment, would he? It’s all vitamins, anyway.” (Dahl, 2013 [1964] : 22)

10 . On pourra consulter à ce sujet l’article suivant de Jacqueline M. Labbe, 2012 : « To Eat and Be Eaten in Nineteenth-Century Children’s Literature », in Keeling, Kara K. & Pollard, Scott T. (eds.), Critical Approaches to Food in Children’s Literature, Londres/New York, Routledge, p. 93-104.

11 . Les travaux de Elizabeth Sewell, Jean-Jacques Lecercle et Wim Tigges font référence en la matière.

12 . Jean-Jacques Lecercle souligne ce lien intrinsèque en rappelant que Lear lisait ses premiers limericks à haute voix : « Lear’s first limericks were read aloud in the nursery at Knowsley, the Earl of Derby’s seat. » (2002 [1994] : 219)

13 . I. Nières-Chevrel, 2009, Introduction à la littérature de jeunesse, Paris, Didier Jeunesse, p. 128.

14 . L’éditeur précise en fin d’ouvrage que cette traduction est publiée « dans le cadre de l’ExpérienceAlice initiée par le Frémok. L’ExpérienceAlice explore la face cachée du pays des merveilles et défait les frontières entre réel et rêve, image et lettre, enfance et âge adulte » (Lear, 2009).

15 . Lear a illustré le recueil d’origine et les illustrations ont été reprises dans les deux éditions françaises étudiées.

16 . Roland Barthes identifie trois groupes de valeurs : « Le premier groupe assigne à la nourriture une fonction en quelque sorte remémorative : la nourriture permet à l’homme (je parle ici de thèmes français) de s’insérer chaque jour dans un passé national […]. Un second groupe de valeurs concerne ce que l’on pourrait appeler la situation anthropologique du consommateur moderne. […] Enfin, un troisième champ notionnel est constitué par tout un ensemble de valeurs ambiguës, à la fois somatiques et psychiques, rassemblées autour du concept de santé » (1961 : 983-984).

17 . La société peut faire de la nourriture un outil de stigmatisation : « Des études de motivation ont fait apparaître qu’un sentiment d’infériorité était attaché à certains aliments, et que pour cette raison les hommes répugnaient à en faire usage : il y a des nourritures viriles et des nourritures féminines. » (ibid. : 984)

18 . Le résumé de la quatrième de couverture insiste sur ce point ; c’est par son alimentation que Reginald se distingue au sein de sa tribu : « Reginald is a T-rex like any other. He has a fierce roar, gnashing teeth and footsteps that thunder through the jungle. There’s just one thing that sets him apart… while the other T-rexes munch on juicy steak, Reginald the T-rex eats crunchy carrot cake! » (Prasadam-Halls & Manolessou, 2015).

19 . « Meanwhile at home the T-rexes were missing T-rex Reg. / ‘So what if he ate fruit?’ said Hugh. ‘So what if he ate veg? / There’s no one who can stomp like him, or play our T-rex games. / We HAVE to go and find him quick and bring him home again.’ » (ibid.)

20 . Ceci rejoint les valeurs associées au deuxième groupe tel que défini par Barthes, qui « concerne ce que l’on pourrait appeler la situation anthropologique du consommateur moderne. Des études de motivation ont fait apparaître qu’un sentiment d’infériorité était attaché à certains aliments » (1961 : 984).

21 . Et contrairement à ce que laisse entendre la rémunération peu valorisée de ce genre, comme en témoigne la traductrice Catherine Renaud qui évoque une rémunération « au forfait, entre 150 et 350 euros bruts par album, sans pourcentage sur les ventes » (2015 : 17).

22 . Les noms sont bien souvent significatifs dans la littérature d’enfance et de jeunesse, donnant des informations sur la personnalité, l’apparence ou l’origine des personnages. À ce sujet, on pourra notamment se référer à l’article suivant de Jan van Coillie : « Character Names in Translation: A Functional Approach », in Coillie, Jan van & Verschueren, Walter P. (eds.), 2006, Children’s Literature in Translation: Challenges and Strategies, Manchester/Kinderhook, St. Jerome Publishing, p. 123-139.

23 . Les traductions allemandes et italiennes conservent cet aspect avec « Theobald » et « Reginaldo », respectivement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Audrey Coussy, « Traduire la nourriture en littérature d’enfance et de jeunesse : plaisirs et dangers, individu et société », Palimpsestes, 32 | -1, 111-125.

Référence électronique

Audrey Coussy, « Traduire la nourriture en littérature d’enfance et de jeunesse : plaisirs et dangers, individu et société », Palimpsestes [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 04 février 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/3326 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.3326

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals