Navigation – Plan du site
III. Traduire le corps et la sensorialité

Traduire l’enfant et l’arbre

Muguraş Constantinescu
p. 126-137

Résumés

Cet article a pour objectif d’identifier et d’analyser les techniques choisies par les traducteurs – allant de la proximité par rapport à l’original à la créativité – pour rendre une relation bien présente dans les livres de jeunesse, notamment entre celle de l’enfant et de l’arbre, à travers les sens. Seront privilégiés la vue, l’ouïe, le toucher sans ignorer complètement les autres sens. Le corpus d’étude comprend une variété de livres en anglais, en allemand et en français traduits en roumain, avec quelques renvois à des traductions en italien.
Certains (animés et interactifs) s’adressent au petit lectorat ; d’autres, ayant une dimension philosophique, visent un public jeune et même un double destinataire enfant/adulte. Le corpus sollicite l’inventivité et la flexibilité des traducteurs et des illustrateurs qui ont pour tâche de produire une version aussi attrayante que l’original, qui stimule et développe le plaisir de lecture à travers une riche sensorialité.

Haut de page

Texte intégral

L’arbre ou ce qu’il y a de plus important au monde

1Nous avons choisi de nous pencher, dans notre article, sur la traduction de la relation entre l’enfant et l’arbre dans la littérature de jeunesse, car nous pensons que le pouvoir symbolique de l’arbre est si fort qu’il pourrait assumer et résumer la construction de la relation de l’enfant avec la nature, dans toute sa richesse et sa complexité. Comme nous le constaterons, lorsque dans un livre pour les petits enfants on parle de saisons, de nature, de plantes, l’image de l’arbre devient incontournable et une riche sensorialité se développe autour de lui.

2Dans une perspective traductologique, nous nous proposons d’identifier et d’analyser les techniques choisies par les traducteurs – allant de la proximité envers l’original à la créativité – pour rendre cette relation et sa construction à travers les sens. Dans les textes que nous avons choisis sont privilégiés la vue, l’ouïe, le toucher sans ignorer les autres sens, ainsi que leur enchevêtrement. Le corpus comprend quelques livres-objets, parfois animés et interactifs, qui valorisent le graphisme, les couleurs, la mise en page, le format, mais également des livres où l’importance du texte augmente, jusqu’à viser une dimension philosophique accessible au jeune public.

3Il s’agit d’une variété de livres publiés en français, en anglais, en allemand et traduits pour la plupart en roumain. On commence par des livres à toucher/taper destinés à de petits lecteurs comme Tap the Magic Tree, de Christie Matheson, pour continuer avec des livres racontant des voyages rêvés et de singulières expériences où l’arbre, avec sa symbolique plurielle, prend une place importante. On y compte La Fugue du Petit Poucet de Michel Tournier, où le personnage éponyme se métamorphose en marronnier frémissant et en est heureux, histoire qui sollicite la vue mais également l’ouïe du lecteur. On y trouve aussi Voyage au pays des arbres de J. M. G. Le Clézio, où les illustrations de Galeron occupent une place importante. Dans ce texte, les onomatopées, rendant la voix des divers arbres, posent des problèmes aux traducteurs et les poussent à la créativité.

4Le corpus, comprenant également Le Fils du cèdre de Doina Cernica et quelques autres ouvrages, appelle l’inventivité et la flexibilité des traducteurs et des illustrateurs pour faire du livre traduit un livre-objet esthétique, aussi attrayant que l’original, qui éveille le plaisir du lecteur et sa sensorialité.

5L’univers des livres pour enfants est souvent parsemé d’arbres, soit en forêt, soit solitaires dans des paysages féeriques, terrifiant ou verdissant quelque localité ; et cela laisse à penser que Tournier n’a pas tort et que l’arbre peut être envisagé comme « ce qu’il y a de plus important au monde » (Tournier, 1978 : 56).

  • 1 . Nous adoptons la solution traductive de Natacha Rimasson-Fertin pour rendre le titre des contes (...)

6Ces mots, mis dans la bouche du personnage M. Logre, évoquent la présence protectrice, salvatrice, menaçante ou ambiguë de l’arbre dans les livres de jeunesse, en commençant par les contes ou les chefs-d’œuvre pour enfants. On se rappelle dans ce sens « le grand bois », la forêt entrelacée, impénétrable, protectrice en fait, où dort la Belle au bois dormant du conte de Perrault. On se rappelle aussi « la forêt fort épaisse », effrayante, où s’égarent le Petit Poucet et ses frères, mais également le « grand arbre », salvateur, où grimpe le plus petit des frères et d’où il aperçoit la lumière d’un possible abri, dans les fameux Contes de Ma Mère l’Oye. Et si l’on parle d’enfants égarés dans des forêts inquiétantes, Hänsel et Gretel ou Blanche Neige des frères Grimm méritent eux aussi quelques lignes. Comme le dit bien Marthe Robert, il s’agit dans leurs « contes pour les enfants et la maison1 », du « monde de la forêt obscure » où le personnage du conte « s’égare nécessairement » pour connaître le besoin, l’angoisse, la solitude, parfois l’amour et pour vaincre nombre d’obstacles ou de pièges (1990 : 17).

  • 2 . Nous reprenons le mot utilisé par Katharina Reiss (traduit en français par C. Bocquet) qui, en p (...)
  • 3 . Nous pensons, entre autres, au volume collectif Pinocchio : entre texte et image, sous la direct (...)

7Mais chez les Grimm, la forêt, « ein großer dunkler Wald » (une grande et sombre forêt) est également un espace agréable (locus amoenus), recherché par la Princesse à la balle d’or dans Le Roi Grenouille pour sa fraîcheur et son ombre, plus dense encore sous un vieux tilleul (« unter einer alten Linde »). Si la forêt devient sous la plume du traducteur tantôt codru (taillis), tantôt crâng (bois) et plus rarement dumbravă (jeune forêt), le tilleul, Linde dans l’original, est « distordu2 » à travers une version intermédiaire anglaise et devient citronnier, ce qui constitue un contresens tant traductologique que dendrologique, qui échange, avec désinvolture, l’écosystème de la région de la Hesse contre un environnement méditerranéen. Le personnage de Collodi, n’échappe pas non plus à un mémorable épisode sylvestre, nocturne et, sans doute, initiatique, qui a lieu « in un buio così buio che non ci si vedeva da qui a lì » (une obscurité si grande qu’on ne voyait pas à deux pas) (Collodi, 2001 : 106), qui pousse le pauvre Pinocchio, poursuivi par les bandits, à grimper dans un grand pin, arbre qui lui a donné son nom, pour y trouver refuge. Un peu plus tard, l’enfant en bois sera pendu dans un chêne géant et y restera frigorifié et se balançant toute la nuit. Si le traducteur roumain garde l’identité de l’Arbre géant (un chêne), il procède par un effacement dans le cas du pin, qu’il neutralise par le nom générique pom (arbre), en détruisant ainsi un réseau sous-jacent de sens et de symbolique. Ce n’est sans doute pas un hasard si la marionnette, dont le nom signifie « graine de pin », trouve refuge et protection dans l’arbre auquel son nom est lié. Comme en roumain le mot pin se traduit par pin et occhio par ochi, la parenté des langues latines aurait pu faciliter la tâche du traducteur. L’« efficacité symbolique » (Bosetti, 2003 : 23) du « petit lutin sylvestre […] venant d’un âge où les arbres parlaient » (Montandon, 2001 : 57) a été remarquée maintes fois3, mais elle a pu échapper au traducteur pris dans le piège du cliché qui veut que la littérature de jeunesse soit simplifiée à travers la traduction. Cette tendance déformante d’appauvrissement est assez fréquente et a été déjà identifiée par Berman dans son analyse de la traduction (Berman, 1999 : 58-59).

8Comme nous le verrons, pour rendre la langue et la vie secrètes des arbres, que le petit personnage de Le Clézio comprend bien, leur manière calme de pousser, que le personnage de Tournier apprécie beaucoup, l’arôme incomparable du cèdre qui manque cruellement au garçon dans le conte de Cernica, le traducteur doit mobiliser technique et art, intelligence et sensibilité et parfois un grain d’ingéniosité.

L’arbre et l’enfant sur la feuille du traducteur

Des livres à toucher aux ouvrages encyclopédiques pour enfants

9La liberté et la créativité du traducteur sont parfois limitées dans le cas des livres pour les tout-petits. Elles peuvent concerner simplement le titre, comme c’est le cas des livres sans texte du type Wimmelbuch (album plein de détails, imagier racontant plusieurs histoires), signés par l’écrivaine et illustratrice allemande Rotraut Susanne Berner. Ici l’image clé est celle d’un arbre à sa maturité, universel, générique, facile à reconnaître dans tout espace géographique, placé dans un cadre foisonnant de détails, autant d’histoires in nuce qui reconstituent la vie d’une localité habituelle, en fonction des saisons. C’est la vue attentive, à la loupe, de l’enfant qui permet la « lecture » de l’album en carton et de grandes dimensions, en compagnie d’un adulte. Le toucher contribue sans doute aussi à l’exploration de la profusion des détails.

10Pour ce qui est de la traduction du titre de l’album, nous retrouvons le cas de figure signalé par Jean-René Ladmiral, qui pense que, souvent, on ne traduit pas le titre mais que l’on procède à une « réintitulation » (2010 : 27). Si le sens d’origine du mot Wimmelbuch pourrait être explicité par « livre où la vie grouille », sa traduction n’est pas simple. Dans l’original, le titre est formé du nom de la saison Winter, par exemple, suivi du sous-titre Wimmelbuch, qui précise, en vérité, le type de livre. Ce mot composé, difficile à rendre, vu sa spécificité, par une expression équivalente dans d’autres langues, a été éludé dans les titres français, italien et roumain du livre. Le titre français parle tout simplement du Livre de l’hiver et transfère le mot plus spécifique dans le nom de la collection « Livre-promenade ». Le titre italien Una giornata d’inverno in città donne des précisions (une journée, dans la ville) qui n’existent pas dans l’original, limitant de la sorte la portée du texte traduit, et efface tout renvoi à la formule spécifique du livre. Le titre roumain va plus loin et change de focalisation, le mot livre disparaît du (sur)titre qui est focalisé sur les destinataires Hoinari prin anotimpuri (littéralement « Flâneurs à travers les saisons »), sous lequel on ajoute le nom de la saison respective, en l’occurrence, Iarna. Ce jeu de réintitulation concernant le surtitre, le titre et le sous-titre, la migration de ce dernier vers le nom de la collection, montre que la flexibilité du traducteur et, sans doute, de l’éditeur est parfois nécessaire, même si cela se fait aux dépens d’une certaine précision. Le titre roumain, qui nous préoccupe particulièrement, a le mérite de suggérer la liberté et la part de jeu qu’une flânerie peut contenir. Dans tous les cas, la tâche la plus importante revient aux illustrations, drôles, naïves et fantaisistes, fourmillant de détails et de couleurs, gardées telles quelles dans toutes les versions étrangères. La place dominante et déterminante pour le changement des saisons revient à l’arbre, verdissant et fleurissant au printemps, plein de fruits en été, perdant ses feuilles en automne, couvert de neige en hiver.

11Quant aux livres avec texte, nous en avons choisi quelques-uns où soit l’arbre, soit la forêt, soit les deux constituent l’attraction principale proposée au petit lecteur. Prenons, par exemple, un livre à toucher avec un texte minimaliste, constituant autant d’instructions de jeu pour le petit lecteur, comme Tap the Magic Tree de Christie Matheson, auteure primée pour son ingéniosité. Le titre en est rendu en roumain de manière atténuante par Atinge copacul fermecat, littéralement « Touche l’arbre enchanté ». Le verbe tap de l’original est plus fort et suppose une implication plus importante de l’enfant, censé être un lecteur joueur. Le traducteur roumain a procédé à une atténuation, en choisissant un verbe plus doux, atinge (toucher), en relation peut-être avec la fée qui « touche » avec sa baguette magique un être pour l’enchanter, figure familière à l’enfant, par le biais des contes merveilleux. Cette liaison faite par le traducteur avec le merveilleux explique, vraisemblablement aussi le choix de l’adjectif fermecat (enchanté) et non pas magic (magique), plus fréquent dans les traductions de films et de dessins animés contemporains. L’important dans ces ouvrages interactifs est que l’enfant, par ses gestes – taper, frotter, secouer, cogner, souffler –, gestes où le toucher et la vue sont bien présents, fait que l’arbre suit tout le cycle des saisons. Dans la version italienne, le verbe du titre, invitant l’enfant à entrer dans le jeu, est supprimé et cela donne un titre plus sec et non incitatif, L’Albero magico, même si l’invitation « Tocca l’albero magico » se retrouve ensuite dans le texte. Les illustrations, conservées précieusement dans toutes les versions étrangères, réservées à la page de droite, représentent le même arbre, vert, fleuri, au feuillage jaunissant, etc., réduit à l’essentiel, où une pomme rouge, un oiseau bleu, des abeilles, un petit écureuil, constituent des accents de couleur et des détails qui suggèrent la vie dans et autour de l’arbre.

12À son tour, l’invitation que l’auteure allemande Susanne Riha fait par son titre Komm mit hinaus! Die Natur im Jahreslauf (Sors avec moi ! La nature au long de l’année) ne passe pas sans quelques modifications dans la version roumaine, intitulée, de façon plus descriptive et moins accueillante, In mijlocul naturii Descoperă cele patru anotimpuri (Au milieu de la nature – Découvre les quatre saisons).

13La précision « les quatre saisons » donne une allure didactique à ce titre, où l’invitation à sortir est neutralisée (le point d’exclamation disparaît également sur la couverture roumaine). La forêt et les arbres, qui nous préoccupent ici, ne figurent pas dans le titre mais sur la couverture et ils sont, par ailleurs, bien représentés dans le livre par de belles illustrations – respectant les codes des couleurs, peu fantaisistes mais exploitant avec bonheur les détails étonnants qui satisfont, sans doute, l’esprit curieux et investigateur de l’enfant. Une loupe dessinée agrandit tel ou tel détail et invite le chercheur en germe à un regard observateur. Les illustrations forment avec le texte un ensemble équilibré, aussi intéressant qu’attrayant, qui constitue ce que nous proposons d’appeler un « iconotexte de type encyclopédique à l’intention des enfants ».

14Toujours parmi les titres qui invitent l’enfant à s’aventurer dans la nature, on remarque que dans une série sur la découverte et l’exploration de la nature, proposée par les Britanniques Andrea Pinnington et Caz Buckingham, un tome est consacré aux arbres avec un titre-invitation Let’s Look for Trees, suivi par un sous-titre prometteur : A Spot & Learn, Stick & Play Book. On retrouve la tendance didactique et appauvrissante déjà remarquée chez la traductrice des éditions Aramis qui rend ce titre par Să descoperim copacii (Découvrons les arbres). Observă și învață, joacă-te cu autocolante (Observe et apprends, joue avec les autocollants). La formule du livre est, malgré cela, attrayante : une présentation « scientifique », adaptée pour le petit lectorat, alterne avec des informations étonnantes sur les arbres (le plus gros, le plus grand arbre, le poison des pépins de pomme, etc.) et avec des pages ne comportant que des images montrant tout d’abord les arbres les plus connus et plus loin les arbres peu connus. Avec ces catégories, perçues différemment d’un espace géographique à l’autre, les choses se compliquent car des arbres comme le poirier, le mélèze, le noyer, bien connus du lecteur roumain, sont donnés comme arbres rares et la traductrice n’intervient pas et suit mécaniquement ce classement déroutant pour l’enfant des Carpates. Pour reprendre une expression ironique utilisée par le traductologue Lance Hewson, nous avons affaire dans ce cas à une traduction « en mode pilote automatique » (2013 : 16), déconseillée dans toute traduction mais particulièrement dans celle pour les enfants. Sans doute le même livre traduit avec la même inattention pour un petit lecteur libanais pourrait-il le désarçonner en lui affirmant que le cèdre est un arbre peu connu. Des images, marquées par la clarté et la précision, alternent avec des illustrations diaphanes, représentant, en arrière-plan, des feuilles, des fruits et des silhouettes d’arbres, au bénéfice de la scientificité des informations textuelles et de l’éducation esthétique de l’enfant. Par cet iconotexte, réunissant scientificité et sensibilité, ce livre remplit la formule attrayante de petite encyclopédie des arbres où le jeu, à travers les autocollants, ne manque pas. Pour ce qui est de la traduction, on doit remarquer que l’enjeu encyclopédique d’un tel ouvrage impose une adaptation des données dans la langue et la culture traduisante, en fonction de telle ou telle topographie ; cela d’autant plus que l’aspect didactique de l’ouvrage se veut plus appuyé dans la version roumaine.

L’arbre et l’enfant dans des voyages rêvés

15Des auteurs comme J.M.G. Le Clézio, Michel Tournier ou Doina Cernica accordent à la relation entre l’arbre et l’enfant une place à part dans certaines de leurs histoires à dimension philosophique.

  • 4 . Ce livre n’est pas encore traduit en roumain et notre projet de traduction est en cours.

16Dans son livre Voyage au pays des arbres4, que l’on pourrait traduire en roumain, de manière littérale, par « Călătorie în ţara copacilor », Le Clézio raconte le voyage de rêve que fait un petit garçon dans ce que le titre annonce déjà être « le pays des arbres ». Les belles illustrations de Galeron rendent avec ingéniosité en images ce merveilleux voyage. Comme le Petit Prince autrefois, le petit garçon s’approche patiemment et doucement des arbres ; il réussit à les connaître et à parler avec eux car, dans ses promenades en forêt « il sentait tout un tas de choses bizarres, comme si les arbres voulaient lui parler, ou comme si les arbres bougeaient » (Le Clézio, [1978], 2011 : 6, nous soulignons). Le verbe clé qui déclenche ce voyage est sans doute sentir (a simți en roumain, du même étymon latin), qui éveille les sens et la sensibilité du petit promeneur. Comme l’explique le dictionnaire Trésor de la langue française, ce verbe signifie « percevoir, éprouver une sensation, une impression » et son sujet « désigne un être vivant doué de sensibilité », en l’occurrence pour l’histoire qui nous préoccupe, « un petit être vivant », doué d’une « grande sensibilité ». Nous avons évoqué la figure du Petit Prince car, tout comme le voyageur parmi les planètes de Saint-Exupéry, le promeneur parmi les arbres de Le Clézio comprend que, pour une vraie relation avec eux, « il faut apprivoiser les arbres ». Pour rendre ce verbe assez riche en significations et connotations (rendre moins sauvage, moins farouche, rendre plus sociable, séduire, charmer progressivement, familiariser, accoutumer, harmoniser, accorder, etc.), le traducteur roumain pourrait choisir entre a îmblînzi (dompter, rendre moins sauvage) et a se împrieteni (se lier d’amitié, se familiariser, s’habituer). Nous choisissons la dernière solution, car elle contient l’idée de construction et d'épanouissement d’une relation qui nous intéresse particulièrement dans le corpus choisi. Cette amitié conduit à des entretiens entre enfants et arbres dans leur langue secrète et spéciale composée d’onomatopées, de frémissements, de sifflements. C’est, en fait, par le regard et surtout par l’ouïe – « sifflement doux » [fluierat ușor] – que l’enfant réussit à apprivoiser les arbres :

Quelquefois il sifflait doucement, parce que les arbres aiment bien la musique qu’on fait en sifflant. Ils n’ont jamais peur des oiseaux, ni des cigales, ils aiment bien le bruit des sifflements doux. Quand il avait sifflé comme cela un bon moment, le petit garçon voyait les arbres desserrer progressivement leur étreinte. (Ibid. : 9)

17Pour les gens qui savent « apprivoiser les arbres », le langage de ces derniers devient audible et compréhensible et ils peuvent entendre même « des coups lourds, comme s’il y avait un cœur qui battait quelque part sous la terre » (ibid. : 11). À mesure que le petit enfant approfondit sa relation avec les arbres, il arrive même à voir leurs yeux s’ouvrir, le promeneur regarde et est regardé : « Alors sur toutes les petites feuilles agitées il voyait des yeux s’ouvrir les uns après les autres, lentement, comme les yeux des escargots. » (ibid. : 16)

18Le geste qui confirme qu’entre l’enfant et les arbres s’est tissée une véritable amitié est la danse nocturne qu’ils font ensemble mollement (à traduire par încetișor délicatement, paisiblement]) d’abord, ensuite en cognant des branches, en riant et en chantant, « en faisant des suites de “tuuut-tut-tut-tut-tuuuut” tantôt très aigus, tantôt très graves » (ibid. : 32). Rendre la langue des arbres n’est pas une épreuve facile, mais comme Le Clézio en a inventé une, la solution pour le traducteur est de recourir à l’inventivité et d'imaginer, à son tour, une langue spécifique pour une forêt et des arbres. Nous proposons ci-dessous quelques versions, où la langue sylvestre, inventée par Le Clézio, est repensée en roumain pour obtenir à la fois une sonorité ludique et des suggestions de sens (Constantinescu, 2014 : 46). Pour « Il y a le chêne (qui s’appelle Hudhudhudhud) qui est un arbre sérieux » (Le Clézio, 2011 : 19), nous dirions : « E vorba de stejar (Jarajarajar) care e un copac foarte serios » (Il s’agit du chêne Jarajarajar qui est un arbre très sérieux), où Jarajarajar évoque le nom stejar, par la répétition de sa dernière syllabe jar et crée par sa sonorité une impression de solennité, de majesté.

19Ensuite, pour « Il y a le bouleau, qui porte un nom compliqué : il s’appelle Phuii Woo Woooit Tihuit, qui ne pense qu’à s’amuser » (ibid.), nous choisirions « Mai e și mesteacanul Su Iu Sii Ti Sti, cu gândul mereu la joacă », où le nom Su Iu Sii Ti Sti, contenant en lui des sons du mot sotie (jeu, farce), peut évoquer quelqu’un d’espiègle et d’enjoué. La phrase : « Il y a aussi un érable vénérable qui s’appelle Whoot » (ibid. : 20) serait dans notre traduction : « Mai e și arțar fără arțag, pe nume Tii Ti Ar » (Il y aussi l’érable le pacifique, nommé Tii Ti Ar). Dans ce dernier cas, nous avons remplacé le jeu de mots érable vénérable par un autre jeu, arțar fără arțag, où le sens est repensé et quelque peu modifié mais où la musicalité rimique reste, solution acceptable pour une unité ludique (Regattin, 2015 : 149).

20Dans la langue des arbres, un mot comme « Wootooyoo », signifiant « Majesté », serait à rendre par : « Tarataataare », qui cache en lui le mot tare (fort), enveloppé dans une sonorité qui suggère le triomphe, la victoire. Le surnom donné par les arbres à l’enfant, « Hihuit » (signifiant « petit homme »), pourrait se traduire par « Hai-hui-Hai ». Ce dernier contient en lui le mot familier haihui signifiant « flâneur, étourdi », avec la répétition ludique de sa première partie. Le refrain de danse entonné par les arbres, « tuuut-tut-tut-tut-tuuut » (Le Clézio, 2011 : 32), serait à rendre par : « Co-pasa-co-pasa-co-pa-la-la-la-la », un mélange ludique – moitié parodie, moitié pastiche – renvoyant à la fois au refrain de danse roumaine hop-asa et au mot copac, signifiant « arbre ».

  • 5 . Nous reprenons l’expression utilisée par R. Jakobson pour parler de la traduction à l’intérieur (...)

21Dans le conte de Noël écrit par Michel Tournier et intitulé La Fugue du Petit Poucet, nous avons affaire à une « forêt magique », qui est, en fait, le paradis perdu, autre pays des arbres. Car, selon Tournier, la punition d’Adam et d’Ève est d’être chassés du pays verdoyant pour un environnement dépourvu d’arbres. En décrivant le paradis perdu par l’homme, le conteur qu’est Logre hésite entre les mots forêt et bois et se décide pour bois, mais en faisant de lui une description insolite, qui constitue une « traduction intralinguale5 » éclairante :

Un bois parce que les arbres y étaient plantés proprement […] Mais surtout parce qu’ils étaient chacun d’une essence différente. […] De quelles essences s’agissait-il ? D’essences oubliées, inconnues, extraordinaires, miraculeuses qui ne se rencontrent plus sur la terre. (Tournier, 1978 : 56)

En version roumaine :

Era o pădure. Sau mai degrabă un crîng. Da, căci acolo arborii erau plantaţi cu grijă […] Dar mai ales pentru că erau de esenţe diferite. Esenţe rare, necunoscute, miraculoase, care au dispărut de pe pămînt. (Tournier, 1999 : 33)

22Nous nous arrêtons sur les solutions traductives très nuancées, choisies par Emanoil Marcu pour rendre le texte tourniérien. Il propose, ainsi, comme équivalent pour le mot bois, un mot plus rare en roumain, crâng, qui dans un contexte habituel signifie « jeune forêt », et laisse de côté la solution codru, qui renvoie d’abord à une forêt ancienne et sauvage. Le choix de crâng est, sans doute, justifié aussi par la carrière poétique de ce mot à travers la poésie roumaine. Lorsque Logre revient sur ses mots et parle, à juste titre, de Bois magique, avec une majuscule, le traducteur ne le suit plus et parle de Pădure magică (forêt magique), préférant le mot courant à un vocable plus rare et comptant peut-être sur l’épithète magique pour le singulariser.

23Les paroles de Logre sur l’arbre, perçues comme irréelles par Pierre, troublé par la fumée des cigarettes et l’ambiance d’une « nuit douillette », sont un éloge à l’arbre :

L’arbre ne fait qu’un avec le vent et le soleil. Il tète directement sa vie à ces deux mamelles du cosmos, vent et soleil. Il n’est que cette attente. Il n’est qu’un immense réseau de feuilles tendu dans l’attente du vent et du soleil. L’arbre est un piège à vent, un piège à soleil. (Tournier, 1978 : 58)

24Le traducteur reste près du texte et choisit le mot le plus proche, avec le même étymon latin, pour rendre arbre, c’est-à-dire arbore, ressenti comme néologique ou scientifique en roumain – il est le terme consacré en sylviculture. Il laisse de côté le mot courant copac (d’origine albanaise ou slave) et le mot populaire et vieilli pom (d’origine latine). Malgré ce choix, la manière nuancée et naturelle de rendre le reste du texte sur les arbres atténue une éventuelle impression d’artificiel : « Arborele e una cu vîntul şi soarele » (L’arbre est l’un avec le vent et le soleil). Par exemple, pour rendre le présent du verbe a fi (être), Marcu choisit la forme courte du registre parlé (e, non pas este) et préfère la forme affirmative à la négative restrictive de l’original, ce qui donne du naturel et de la fluidité aux paroles de Logre.

25Le passage final, d’une belle sensorialité, lorsque l’enfant se sent transformé en marronnier, sollicite autant l’ouïe que la vue ; il pose quelques problèmes de nuance pour le traducteur :

Pierre mugit doucement. Ses milliers d’ailes vertes battent dans l’air. Ses branches oscillent en gestes bénisseurs. Un éventail de soleil s’ouvre et se ferme dans l’ombre glauque de sa frondaison. Il est immensément heureux. Un grand arbre… (ibid. : 61)

26Le traducteur garde telle quelle l’association surprenante et oxymoronique entre le verbe mugir et l’adverbe doucement et dit « Pierre mugeşte încetişor ». Pour ne pas perdre les nuances chromatiques exprimées par l’adjectif glauque, qui n’a pas de correspondant synthétique dans la langue d’accueil, il choisit un composé verde-albăstrie (vert bleuâtre). Comme en roumain l’adjectif imens (immense) n’a pas d’emploi adverbial, Marcu procède à une compensation et récupère plus loin ce mot ; il parle ainsi d’un enfant-arbre nespus de fericit (indiciblement heureux) et d’un arbore imens (arbre immense).

Pierre mugeşte încetişor. Are mii de aripi verzi ce fîlfîie în aer. Crengile i se leagănă cu gesturi de binecuvîntare. Un evantai de soare se deschide şi se închide în umbra verde-albăstrie a frunzişului său. Este nespus de fericit. Un arbore imens… (Tournier, 1999 : 38)

27Comme les contes de Perrault, ceux des frères Grimm ou l’histoire de Le Clézio, celle de Tournier est profondément ambiguë et s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes (Beckett, 1997 : 168), étant sous-tendue par une dimension philosophique concernant le sens de la vie. Cette dimension est, sans doute, comprise, sentie de manière intuitive, par le jeune lecteur et, d’une manière plus profonde, par l’adulte. On pourrait dire qu’à travers une expérience sensorielle intense, le nouveau Petit Poucet trouve le bonheur dans sa transfiguration en arbre.

28On retrouve la dimension interrogative sur le sens de l’existence et la quête du bonheur dans le conte Fils du Cèdre de Doina Cernica, publié en français au Liban et écrit, en même temps, en roumain, et en cours de publication en version bilingue. C’est l’histoire d’un jeune cèdre, ami et compagnon de jeu du chat sauvage ; ce dernier tombe dans le piège des hommes et est enfermé en cage dans un zoo. Pour sauver son ami, le jeune arbre demande au vieux Cèdre d’or, arbre aux pouvoirs magiques, d’être transformé en garçon. Son vœu est exaucé et le jeune garçon aux cheveux verts, perçu partout comme un étranger un peu singulier, sauve son ami, le délivrant de la cage. Le Fils du cèdre commence une existence humaine et participe à la construction d’une maison comme jeune apprenti, mais, petit à petit, il a la nostalgie de sa vie d’arbre et finit par demander une nouvelle métamorphose qui le ramène à son état d’origine. Cette histoire sur le besoin de retrouver ses racines, au propre comme au figuré, nous intéresse particulièrement par le rôle important qu’y jouent les arômes, éveillant le désir de l’apprenti de regagner sa condition initiale.

29Et ces arômes touchent également l’odorat et le goût dans un mélange intime, difficile à séparer :

Je viens de très loin d’un lieu que je ne me rappelle plus. Je me souviens seulement de ses arômes : d’air salé comme au bord de la mer, d’air frais et de neige comme sur la haute montagne et encore un autre que je n’ai retrouvé nulle part ailleurs. (Cernica, 2013 : 7, nous soulignons)

30L’arôme incomparable dont l’enfant s’ennuie est lié à la résine des cèdres qui imprègne la Montagne de neige :

Je reconnais le goût de l’air et la chaleur de la terre et l’arôme du lieu, dit-il émerveillé. Je suis rentré chez moi, cria-t-il avec joie, tandis qu’une odeur incomparable enveloppa la Montagne et une poussière de résine lava le corps du garçon dont les jambes se métamorphosèrent en racine et le corps en un arbre avec des branches jeunes aux aiguilles vertes. (Ibid. : 14, nous soulignons)

31Les versions roumaine et française restent très proches l’une de l’autre pour ce qui est du texte mais deux solutions attirent notre attention, concernant des mots emblématiques pour la relation entre l’enfant et l’arbre, perçue à travers les sens. La première se rapporte au mot-clé arôme, pour lequel il y a en roumain le terme correspondant, issu du même étymon latin aroma, associé au comestible et au goût. Il est rendu par mireasma, synonyme partiel d’aroma, mais dans lequel le sens penche vers l’odeur, étant souvent associé à l’huile et au baume parfumés ; en revanche, il est plus fréquent dans le langage poétique, ce qui explique son choix par l’auteur comme plus approprié pour l’univers d’un conte. L’autre choix qui nous intéresse concerne la version française et le mot roumain dor, signifiant « nostalgie, envie, mal du pays ». Dans cette histoire sur le besoin de regagner sa condition originaire, louant « l’arôme du lieu » et « l’odeur merveilleuse, dense et riche des cèdres » (ibid. : 18), c’est un arôme qui engendre le dor, la nostalgie pour une région et une condition originaires. En enveloppant/lavant le petit personnage, cet arôme inoubliable lui permet de redevenir lui-même. Comme le mot dor est très spécifique et perd sa plurivalence en traduction, l’auteur l’emploie par report, comme un précieux culturème, également dans la version française. Le conte sur le Fils du cèdre rappelle qu’une odeur autant qu’une saveur peut engendrer le dor mais aussi le bonheur, comme dans le cas du garçon aux cheveux verts qui, après avoir vécu une expérience humaine et participé à la construction d’une maison, redevient arbre.

C’est au fruit qu’on connaît l’arbre

32Le corpus que nous avons choisi, ainsi que certains renvois à des contes et textes patrimoniaux de Perrault, Grimm ou Collodi, montrent que la relation entre l’enfant et l’arbre, fondement de la construction de la relation entre l’enfant et la nature, est bien présente dans la littérature de jeunesse, tant dans le texte que dans les images, et engage une riche sensorialité.

  • 6 . C. Grivel, 1973, Production de l’intérêt romanesque, Paris, La Haye Mouton ; G. Genette, 1987, S (...)

33Cette problématique passe, de façon générale, à travers la traduction de l’original – français, anglais, allemand – vers les langues traduisantes, où nous privilégions le roumain tout en renvoyant dans quelques cas à d’autres langues (italien, français). Globalement, dans le cas des livres pour les tout-petits et des livres à caractère encyclopédique adaptés au très jeune lectorat, nous avons affaire à des traductions assez nettes et précises. Malgré cela, nous avons pu remarquer des tendances qui se manifestent parfois même à partir du titre, qui, comme les titrologues l’ont bien souligné6, se doit, en tant que bon ambassadeur du livre, d’être attrayant et accrocheur. Et pour accomplir cette tâche, les traducteurs, vraisemblablement en accord avec leurs éditeurs, recourent à des techniques variées, allant parfois jusqu’à la réintitulation. Les trois solutions de réintitulation d’un grand album sans texte dans trois langues différentes, brièvement analysées ici, ont chacune des mérites mais également des limites, car toutes sacrifient le terme spécifique qui définit ce type particulier d’album.

34Une tendance tenace dans les traductions roumaines des titres pour les petits lecteurs est la neutralisation et l’appauvrissement par la suppression de leur aspect incitatif, invitant à une exploration des arbres, des saisons, etc. Ce phénomène est accompagné, dans plusieurs cas, par le renforcement du côté didactique des livres, comme s’ils devaient attirer et convaincre surtout les parents et les enseignants, et moins les enfants. Les connaissances de type encyclopédique sur l’arbre et la forêt qui, à première vue, constituent une simplification et une vulgarisation d’un discours scientifique, peuvent poser problème aux traducteurs qui travaillent de façon mécanique et laissent passer dans leur version des contresens touchant à la dendrologie et à l’environnement, déroutant ce chercheur en herbe qu’est l’enfant curieux et explorateur.

35Ces livres à l’adresse du petit lectorat, où les images ont une place dominante ou forment avec le texte un véritable iconotexte, sont, comme nous l’avons remarqué, bien structurés et ce fait contribue à leur bon passage, au niveau macro-structurel, d’une langue-culture à une autre, avec de rares maladresses concernant le passage d’un environnement naturel spécifique à un autre. La culture scientifique du traducteur doit aller de pair avec une traduction réfléchie, qui suppose, là où cela s’impose, un souci d’adaptation ponctuelle à l’écosystème du destinataire. Une restructuration du texte, une note du traducteur sont, sans doute, des solutions à même de ne pas déstabiliser le petit lecteur et sa perception de l’environnement.

36Les choses sont plus compliquées dans le cas de la littérature de jeunesse à dimension philosophique, où le traducteur doit s’adresser à l’enfant mais également à l’adulte, dans un équilibre difficile à maintenir. Au niveau du macro-texte, les trois récits que nous avons pris pour objet jouissent de traductions fluides et nuancées. Au niveau du micro-texte, on trouve des solutions créatives, lorsque tel jeu de mots est complètement repensé, des solutions de report pour un culturème bien connoté, des compensations ingénieuses entre allongement et raccourcissement pour garder le rythme du texte. On remarque aussi la recherche et le courage que représente d’employer un mot plus rare et vieilli, ou, au contraire, un mot à allure scientifique dans un texte de grande poéticité, mais sans changer ni compromettre pour autant le registre de l’original.

37Au bout de notre brève lecture critique, en passant en revue des maladresses et inattentions mais aussi des choix ingénieux et courageux, nous pensons que traduire pour les enfants est un processus complexe qui implique ludisme enfantin et responsabilité d’adulte. La littérature doublement « verte », d’une part, par la place qu’y prennent les arbres et, d’autre part, par l’âge des lecteurs, si l’on pense aux « vertes lectures » de Tournier (Tournier, 2006 : 9-10), a une bonne place sur le marché éditorial de l’original et de ses versions. Elle doit garder à travers la traduction son attractivité et sa force persuasive, dues parfois à sa limpidité, à sa ludicité ou à leur savant mélange, d’autres fois à sa scientificité, adaptée pour tel ou tel âge, et/ou à sa part de réflexivité, qui accompagnent métamorphoses et voyages étonnants dans le « pays des arbres ».

Haut de page

Bibliographie

[Tous les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 14 janvier 2019.]

Éditions de référence

Berner, Rotraut Susanne, 2004, Le Livre du printemps, Genève, La joie de lire, Collection « Livre-promenade ».

, 2012, Hoinari prin anotimpuri (Flâneurs à travers les saisons), Oradea, Casa.

Cernica, Doina, 2013, Le Fils du cèdre, Prix d’honneur Naji Naaman 2013, Anthologie Naji Naaman, Beyrouth, Maison Naaman pour la Culture.

Collodi, Carlo, 1980, Pinocchio, trad. Dumitru D. Panaitescu, Bucureşti, Editura Ion Creangă.

, 2000, Pinocchio, trad. Dan Starcu, Bucureşti, editura Tedit FZH.

, 2004, Les Aventures de Pinocchio – Le Aventure di Pinocchio, Edition bilingue français-italien, trad. Isabelle Violante, préf. Jean-Claude Zancarini, Paris, Garnier-Flammarion.

Grimm (frères), [1976], 1990, 2009, Contes/Märchen, choix de contes traduits de l’allemand, préfacés et annotés par Marthe Robert, Paris, Gallimard, coll. « Folio bilingue ».

, [1998] 2007, Poveştile Fraţilor Grimm, trad. Viorica S., Constantinescu, ilustraţii Ludwig Richter, Iasi, Polirom.

Le Clézio, J.M.G., [1978], 2011, Voyage au pays des arbres, illustrations d’Henri Galeron, Paris, Gallimard Jeunesse, Collection « Folio Cadet ».

Matheson, Christie, Tap the Magic Tree, https://www.youtube.com/watch?v=Otnip3-zDus.

, 2015, Atinge copacul fermecat, trad. Diana Soare, Bucureşti, ed. Gama.

Perrault, Charles, 1989, Contes, éd. Marc Soriano, Paris, Flammarion.

Pinnington, Andrea & Buckingham, Caz, 2017, Să descoperim copacii, Observă și învață, joacă-te cu autocolante, trad. Felicia Chirvășoiu, Bucureşti, Aramis.

Riha, Susanne, 2016, In mijlocul naturii! Descopera cele patru anotimpuri, trad. Cristina Muica, Bucureşti, Univers enciclopedic.

Tournier, Michel, 1978, La Fugue du Petit Poucet, in Michel Tournier, Le Coq de bruyère, Paris, Gallimard, p. 45-63.

, 1999, « Fuga Micului Poucet », in Piticul roşu, trad. Emanoil Marcu, Bucureşti, Editura Univers, p. 27-38.

Ouvrages et articles

Beckett, Sandra, 1997, De grands romanciers écrivent pour les enfants, Montréal, Les Presses de l’université de Montréal / Grenoble, Les Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Grenoble.

Berman, Antoine, 1999, La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, Paris, Seuil.

Bosetti, Gilbert, 2003, « L’efficacité symbolique de Pinocchio », in Perrot, Jean (éd.), Pinocchio – entre texte et image, Bruxelles, Peter Lang, p. 23-34.

Constantinescu, Muguraş, 2013a, Pour une lecture critique des traductions – Réflexions et pratiques, Paris, Harmattan.

, 2013b, Lire et traduire la littérature de jeunesse – Des contes de Perrault aux textes ludiques contemporains, Bruxelles, Peter Lang.

, 2014, « L’enfance et l’enfantin chez Le Clézio – stratégies de traduction », in Pien, Nicolas & Lanni, Dominique (éds), J.M.G. Le Clézio, explorateur des royaumes de l’enfance, Paris, Passages.

Hewson, Lance, 2013, « Entretien avec Muguraş Constantinescu », Atelier de traduction, n19, Suceava, Editura Universităţii Suceava, p. 15-21.

Ladmiral, Jean-René, 2010, « La traductologie que j’ai développée est une réflexion qui s’appuie essentiellement sur mon propre travail de traducteur » – entretien avec Muguraş Constantinescu, Atelier de traduction, 14, Suceava, Editura Universităţii Suceava, p. 15-30.

Montandon, Alain, 2001, Du récit merveilleux ou l’ailleurs de l’enfance, Paris, Imago.

Pederzoli, Roberta, 2012, La Traduction de la littérature d’enfance et de jeunesse et le dilemme du destinataire, Peter Lang, Bruxelles.

Regattin, Fabio, « Traduire les jeux de mots : une approche intégrée », Atelier de traduction, no 23, 2015, p. 129-151.

Robert, Marthe, [1976], 1990, 2009, « Préface », Grimm (Frères), Contes/Märchen, choix de contes traduits de l’allemand, préfacés et annotés par Marthe Robert, Gallimard, coll. « Folio bilingue », Paris, p. 7-20.

Tournier, Michel, 2007, Les Vertes Lectures, Collection Folio, Paris, Gallimard.

http://www.cnrtl.fr/definition/sentir.

Haut de page

Notes

1 . Nous adoptons la solution traductive de Natacha Rimasson-Fertin pour rendre le titre des contes grimmiens dans J. & W. Grimm, Contes pour les enfants et la maison, édités et traduits par Natacha Rimasson-Fertin, 2 vol., Paris, José Corti, 2009, coll. « Merveilleux ».

2 . Nous reprenons le mot utilisé par Katharina Reiss (traduit en français par C. Bocquet) qui, en parlant du travail du traducteur pour rendre un texte dans la langue cible, souligne l’importance de ne pas altérer le texte-source : « sans rien retrancher, sans rien ajouter ni distordre », in K. Reiss, Katharina (2002), La Critique des traductions, ses possibilités et ses limites, traduit de l’allemand par Catherine Bocquet, Cahiers de l’université d’Artois, Arras, Artois Presses Université, p. 33).

3 . Nous pensons, entre autres, au volume collectif Pinocchio : entre texte et image, sous la direction de Jean Perrot, Peter Lang, Bruxelles, 2003, et à l’ouvrage de Jean Perrot, Le Secret de Pinocchio – George Sand et Carlo Collodi, Éditions In Press, Paris, 2003.

4 . Ce livre n’est pas encore traduit en roumain et notre projet de traduction est en cours.

5 . Nous reprenons l’expression utilisée par R. Jakobson pour parler de la traduction à l’intérieur de la même langue, qu’il appelait aussi « reformulation » dans ses Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, 1973.

6 . C. Grivel, 1973, Production de l’intérêt romanesque, Paris, La Haye Mouton ; G. Genette, 1987, Seuils, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muguraş Constantinescu, « Traduire l’enfant et l’arbre », Palimpsestes, 32 | -1, 126-137.

Référence électronique

Muguraş Constantinescu, « Traduire l’enfant et l’arbre », Palimpsestes [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 04 février 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/3346 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.3346

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals