Navigation – Plan du site
IV. Traduire le rapport texte-image dans l’album et la BD

Traduction et recréation d’un album de jeunesse anglais en français et grec : textes et images dans Les Trois Petits Loups et le Grand Méchant Cochon d’Eugène Trivizas

Marie-Christine Anastassiadi et Magdalini Pappa
p. 168-178

Résumés

The Three Little Wolves and the Big Bad Pig, l’album le plus célèbre de l’auteur grec Eugène Trivizas illustré par Helen Oxenbury, a été publié en 1993, immédiatement suivi de sa traduction en français. Un an plus tard, la version grecque est éditée, signée par l’auteur. Dans le cadre de cet article, nous allons examiner la relation entre ces trois textes – le texte en anglais, la traduction en français et l’auto-traduction en grec – ainsi que la traduction du rapport texte-image. L’album de Trivizas inverse les rôles des personnages du conte traditionnel des Trois Petits Cochons. Le caractère particulier de ce texte parodique, l’humour subversif, les jeux de mots, allitérations et assonances constituent un défi pour le traducteur. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’une auto-traduction ? Nous examinerons les procédés utilisés par l’auteur par opposition à ceux choisis par le traducteur afin de respecter les particularités linguistiques et culturelles ainsi que les sens véhiculés par l’image.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Les informations biographiques ont été recueillies sur les liens ci-dessous et traduites du grec (...)
  • 2 . Trivizas, Evgenios, 2008, interview accordée à Viki Flessa, émission Sta Akra, https://www.youtu (...)

1Considéré comme l’un des principaux auteurs grecs actuels pour la jeunesse, Eugène Trivizas se distingue tant par la qualité que par le nombre de ses œuvres. Né à Athènes en 1946, il vit entre la Grèce et l’Angleterre et est partagé entre deux champs professionnels totalement distincts : l’écriture et la criminologie. Diplômé de la faculté de Droit et de la faculté des Sciences politiques et économiques (Université nationale et capodistrienne d’Athènes), titulaire d’un Master of Laws (University College), docteur en Droit et Senior Research Fellow de l’université de Londres (London School of Economics and Political Science), Trivizas enseigne (depuis 1978) la criminologie et le droit pénal comparé à l’université de Reading qui lui a décerné (en 2015) le titre de professeur émérite de criminologie comparée. Il a également enseigné comme professeur invité la criminologie à Athènes, à l’université Panteion de Sciences sociales et politiques (de 1993 à 1998). Mais sa passion a toujours été l’écriture. Il a écrit plus de cent livres pour enfants, quelques livres pour adultes et plus de vingt pièces de théâtre, mais aussi des livrets d’opéras. Ses œuvres sont lauréates de divers prix en Grèce, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. En 1993, son album The Three Little Wolves and the Big Bad Pig arrive à la seconde place des meilleures ventes aux États-Unis. Certains de ses livres sont inclus dans des manuels scolaires de lecture grecs et américains et sont traduits en anglais, allemand, espagnol, hollandais, suédois, japonais et beaucoup d’autres langues. Cette reconnaissance internationale lui a valu le titre d’auteur le plus célèbre de la littérature de jeunesse néohellénique. Aux États-Unis, la bibliothèque de l’université du Minnesota à Minneapolis (Ε.Μ. Αndersen Library) a réuni la totalité de ses œuvres littéraires, des études sur son œuvre, des manuscrits et autres documents dans une collection spéciale de recherche1. Pour garder le contact avec son public et inventer de nouvelles histoires, l’auteur cherche constamment à communiquer avec les enfants, ses lecteurs privilégiés et à apprendre d’eux. Par ailleurs, il semble s’intéresser à l’évolution du livre, au passage actuel du papier au numérique, afin de s’adapter aux mutations du support. Son livre numérique, Emily and the Cherry Stalk, reçoit en 2015 le prix Kidscreen Awards du meilleur e-book préscolaire. Trivizas participe également aux mises en scène de ses pièces de théâtre, aux diverses adaptations de ses œuvres et il surveille, autant qu’il le peut, les traductions de ses livres2.

2Dans ses multiples communications et entretiens, Trivizas se réfère constamment à l’ouvrage de Charles Dickens Hard Times. Le regard critique que porte Dickens sur la société et sa façon de rêver la vie des enfants et des hommes sont autant d’éléments qui influencent son œuvre. C’est cet univers et ce système éducatif déplorés par Dickens qu’il essaye de renverser par l’intermédiaire de ses écrits. Selon lui, « la culture de l’imagination est l’un des aspects les plus négligés des systèmes éducatifs contemporains » (ibid.). Inspiré de ces principes, Eugène Trivizas a développé un style personnel où le caractère subversif de l’histoire se combine à la parodie et au jeu avec la langue. Cela le distingue de toute la tradition littéraire néohellénique, dans le sens où il ne se limite pas à l’écriture parodique, mais où il l’utilise de manière à servir l’histoire racontée, le message véhiculé et les fonctions métalinguistiques de son texte. Il arrive ainsi à un résultat riche en symbolismes et néologismes. Selon Stavropoulou :

Eugène Trivizas procède à une subversion créative de la réalité du monde des adultes, mise en place par un processus d’imitation critique et contestataire de ce monde. Chez lui le poétique peut être identifié à un parodique ingénieux, imaginatif et très authentique, délectable à plusieurs niveaux. (2015 : 15)

  • 3 . Traduit du grec par nous-mêmes.

3Le but de l’auteur est de partager sa vision du monde avec tous ses lecteurs, enfants ou adultes, offrant à chacun des éléments auxquels ils peuvent réfléchir selon leur état intellectuel et émotionnel. D’après Zervou, la parodie « demande la participation active du lecteur, sa sagesse et son expérience3 » (2007 : 5). L’auteur combine ainsi la dimension didactique et la dimension récréative. Les jeux de mots sont un élément central de la parodie chez Trivizas. Stavropoulou souligne que « le travail de Trivizas sur la langue constitue une réflexion linguistique authentique et l’auteur s’avère un linguiste plus vrai que les linguistes à la manière des oulipistes » (2015 : 134).

  • 4 . Les ouvrages du corpus sont notés ainsi dans le reste de l’article :

4The Three Little Wolves and the Big Bad Pig4 est un album initialement écrit en anglais par Eugène Trivizas, illustré par Helen Oxenbury et publié en 1993 aux éditions Heinemann Young Books (Grande-Bretagne). Puis, la même année, il est repris par les éditions américaines Margaret K. McElderry. Le choix d’écrire un conte en anglais peut s’expliquer par le fait que l’auteur résidait alors en Grande-Bretagne et était en contact direct avec la culture et la langue anglaise. Cet album reste pourtant le seul qu’il ait écrit en anglais. La même année, il est traduit en français par Fanny Joly, elle-même auteur de jeunesse, et publié chez Bayard Éditions sous le titre Les Trois Petits Loups et le Grand Méchant Cochon. En 1994, Les Trois Petits Loups est publié en grec aux éditions Minoas, écrit par Eugène Trivizas. Par conséquent, il faudrait plutôt parler d’une traduction de l’anglais en français et d’une auto-traduction en grec. Les illustrations d’Helen Oxenbury sont mises en valeur dans les versions animées (pop-up) éditées en Grande-Bretagne et en Grèce, en 2003. Les Trois Petits Loups est l’album le plus traduit de Trivizas.

  • 5 . Paru en 1928, The Types of the Folktale, de Aanti Aarne et Stith Thompson, est un catalogue syst (...)

5Il peut se classer dans la catégorie des contes à l’envers, pour emprunter le terme à Gianni Rodari, à savoir « un renversement délibéré et […] systématique du thème du conte [traditionnel] ». D’après Rodari, l’originalité du résultat de ce renversement peut varier selon qu’il intervient sur un ou plusieurs aspects du conte de départ (1979 : 85). Comme l’évoque bien le titre de l’album, il s’agit d’une inversion du conte traditionnel Les Trois Petits Cochons. Il s’agit du conte-type 124, du catalogue de Aarne-Thompson5. Le conte-type s’intitule Le Loup et les trois animaux dans leurs petites maisons.

  • 6 . Nous reproduisons l’orthographe du nom utilisée par Delarue.

6Ce conte, écrivait Paul Delarue, est peu répandu dans la tradition orale en dehors de nos frontières. On n’en trouve que de rares vers épars en Belgique wallonne et flamande, en Allemagne du Sud-Ouest, en Tyrol italien, en Espagne, chez les Arabes d’Algérie et chez les Noirs des Antilles, au Canada, un certain nombre en Italie, et dans les pays anglo-saxons, venus du célèbre conte des Trois Petits Cochons, que publia J. O. Halliwel6, à Londres, en 1843 dans ses Nursery Rhymes (n° 55, p. 16, The Three Little Pigs) et que n’ont cessé de reproduire les livres d’enfants de langue anglaise (Tenèze, 1976 : 393).

7Dans le conte anonyme du folklore anglo-saxon et ses différentes versions, les animaux construisent des maisons dans lesquelles ils se mettent à l’abri du loup. Dans le conte de Trivizas, le rôle du méchant adversaire est attribué au Grand Méchant Cochon qui poursuit les trois petits loups. La première partie de l’histoire se produit quasiment à l’identique : les trois petits loups quittent le foyer familial et partent construire leur propre maison. Le Grand Méchant Cochon veut détruire leur maison et les manger. Le conte de Trivizas est adapté à l’époque contemporaine, en ce qui concerne les matériaux de construction : des briques, du béton, du fer et du fil barbelé. Il commence délibérément par la maison en briques, puisqu’elle représente aujourd’hui la moins sécurisée par rapport aux avancées technologiques des matériaux de construction. Après la destruction de la troisième maison, les trois petits loups décident de se construire une maison en fleurs. Décision qui, pour une fois, ne reflète pas le bon sens. Ce renversement dans l’histoire conduit à une fin différente par rapport au conte traditionnel. Le Grand Méchant Cochon, dans son effort pour démolir à nouveau la maison en soufflant, respire profondément et sent les parfums enivrants des fleurs, ce qui change complètement son état d’esprit et son caractère. Il devient alors un grand gentil cochon et vit avec les trois petits loups dans la maison en fleurs, symbole de leur amitié. Cette fin utopique est totalement subversive : le mal n’est pas puni mais est transformé en bien.

8Les illustrations remarquables d’Helen Oxenbury remplissent à la fois une fonction descriptive, narrative et esthétique. Ses dessins sont réalisés au crayon et à l’aquarelle, ils sont très colorés et contiennent beaucoup de détails. Ils suivent la trame narrative dans ses étapes successives en ajoutant des éléments qui permettent au lecteur de mieux se situer dans l’histoire. Par exemple, l’allure agressive et cruelle du Grand Méchant Cochon est principalement véhiculée par l’image et non par le texte. Les illustrations d’Oxenbury sont indissociables du texte et sont conservées dans toutes les traductions de l’album.

Comparaison du texte original anglais et de la traduction française

9En ce qui concerne le titre The Three Little Wolves and the Big Bad Pig, il s’agit, pour les deux versions, d’un détournement du titre original du conte traditionnel : Les Trois petits cochons et le Grand Méchant Loup devient Les Trois Petits Loups et le Grand Méchant Cochon. Dans le texte anglais, les formules rythmées du dialogue répétitif entre le cochon et les petits loups sont calquées sur l’ouvrage des Nursery Rhymes of England (Halliwell, 1843). La traduction française reprend l’original anglais, mais ses formules sont néanmoins assez proches de la version française du conte original. Le tableau qui suit recense dans la première colonne toutes les formules qui apparaissent en anglais (V1) et leur équivalent français dans la deuxième colonne (V2).

Tableau 1 : Formules rythmées

V1

V2

The pig knocked on the door and grunted, “Little wolves, littles wolves, let me come in!”

“No, no, no,” said the three little wolves. “By the hair on our chinny-chin-chins, we will not let you in, not for all the tea leaves in our chin teapot!”

“Then I’ll huff and I’ll puff and I’ll blow your house down!” said the pig.

So he huffed and he puffed and he puffed and he huffed, but the house didn’t fall down.

Le cochon frappa à la porte et grogna :

– Petits loups ; petits loups ; laissez-moi entrer !

– Non, non et non, dirent les trois petits loups. Par les poils de notre barbiche-barbichette-et-barbichou, tu n’entreras pas chez nous ! Pas pour toutes les feuilles de thé de notre plus belle théière de Chine !

– Puisque c’est ça, je vais souffler, pouffer, pousser milles bouffées, et je démolirai votre maison ! dit le cochon.

Et il souffla, pouffa, poussa milles pouffées, et même plus que ça, mais la maison ne bougea pas !

10Trivizas joue avec les mots et sur les mots, avec le son et le sens des mots, et sa traductrice en français a opté, à chaque fois, pour différentes solutions. Ainsi, les jeux auxquels jouent les petits loups quand arrive le Grand Méchant Cochon sont traduits avec le terme équivalent français. En revanche, les jeux partagés entre les petits loups et le Grand Méchant Cochon (« pig-pog » = « cochon pendu », « piggy-in-the-middle » = « cochon-y-es-tu »), quand ils deviennent amis, ne sont pas traduits littéralement. Pour expliquer ce choix, nous aurons recours à la théorie de Jacqueline Henry sur la traduction des jeux de mots. En effet, les termes pig-pog et piggy-in-the-middle sont des détournements des noms des jeux traditionnels que sont le « ping-pong » et « monkey-in-the-middle », ainsi que le démontre le tableau qui suit :

Tableau 2 : Traduction de jeux de mots

V1

V2

pig-pog

cochon pendu

piggy-in-the-middle

cochon-y-es-tu

woolfberries

loupandises

bluebell

violette-sonnette

11Il s’agit de calembours où l’auteur remplace un des termes initiaux par un paronyme avec référence à l’un des personnages centraux de la narration, à savoir le cochon. Comme le terme de départ est un élément de la culture anglaise et que la substitution se produit à l’aide d’un terme linguistiquement proche, il est souvent difficile de reproduire les jeux de mots à l’identique. Cela dit, le but d’un jeu de mots est de détourner les règles de la langue en question et de créer un effet comique. Il paraît alors plus important de faire passer les fonctions d’un jeu de mots dans le texte que de le traduire littéralement, au risque de lui ôter sa pleine fonction dans la narration. Henry propose que la traduction d’un jeu de mots puisse se faire en conservant le procédé et en changeant les termes (stratégie homomorphe) (Henry, 2003 : 177). Ainsi, la traductrice a choisi de prendre comme jeux de référence des jeux plus proches de la culture française qui font allusion aux personnages de l’histoire. Le terme cochon-pendu joue sur le sens propre (il s’agit effectivement d’un cochon) et le sens figuré (allusion à la figure acrobatique), et cochon-y-es-tu joue sur l’antonymie entre loup (dans le jeu « loup y es-tu ? ») et cochon – puisque les deux animaux sont les représentations opposées du « bon » et du « méchant ». La même stratégie est suivie dans le cas de wolfberries, un mot-valise créé à partir de wolf (loup) et de berries (baies), pour indiquer les fruits préférés des petits loups. La traductrice crée aussi un mot-valise (loupandises) dont le premier composant est le terme loup et le deuxième le mot friandises. Pourtant, elle ajoute au texte une note en incise entre tirets pour expliquer le sens du jeu de mots : « loupandises – ce sont des bonbons dont les loups sont fous – ». Le fait d’avoir recours au paratexte sous forme de notes en bas de page ou d’explications est très fréquent chez Trivizas, surtout dans ses premières œuvres (Tounelodrakos [Dragotunnelon], 1985). On pourrait donc penser que c’est à l’initiative de l’auteur lui-même que cette incise a été ajoutée dans la traduction française.

12Quand le loup arrive à la maison en fleurs, il fait tinter une sonnette en forme de fleur (« bluebell »). Il s’agit d’un calembour qui porte sur les deux sens du terme bluebell, à savoir « sonnette bleue » et « jacinthe » (ou « clochette », une fleur en forme de petite cloche). La traductrice choisit de composer un nouveau terme en français, en brisant le calembour. Pour compenser cette perte, elle crée une rime pour enrichir le rythme du texte. On obtient donc le terme violette-sonnette, violette représentant l’image de la fleur et sonnette celle de la sonnerie.

13Lorsqu’on compare les versions anglaise et française dans leur ensemble, on s’aperçoit qu’il s’agit d’une traduction cibliste, dans le sens où les éléments culturels anglais sont en grande partie adaptés à l’univers culturel français. Pourtant, l’expression not for all the tea leaves in our china teapot est traduite littéralement de l’anglais : « pas pour toutes les feuilles de thé de notre plus belle théière de Chine ». Dans cet exemple spécifique, on remarque que le mot teapot est ajouté à l’expression figée anglaise not for all the tea in China, qui veut dire « à aucun prix ». Ce terme est repris par l’illustratrice, qui en fait son élément pivot, car la théière se rencontre tout le long de l’album jusqu’à la page finale, et elle est le seul bien que les petits loups emportent lorsqu’ils quittent en catastrophe leurs différentes maisons. Ce jeu visuel et narratif créé par Oxenbury impose à la traductrice française de traduire littéralement l’expression figée anglaise.

14Enfin, il faut évoquer la stratégie de la traductrice pour rendre une spécificité linguistique anglaise. L’auteur, dans l’original, précise le genre du terme neutre kangaroo, en utilisant le pronom personnel féminin she. Cette caractéristique est reprise par l’illustratrice, qui affiche une femelle kangourou avec un bébé dans sa poche marsupiale. En français, le terme kangourou est masculin, donc la traductrice choisit de préciser le sexe, la désignant comme maman kangourou, tout en utilisant le pronom personnel elle. Pour conclure, malgré la domestication à laquelle procède Fanny Joly, on retrouve une symétrie entre les textes anglais et français, tous deux fortement influencés par la structure particulièrement contraignante du conte.

Comparaison du texte anglais et de l’auto-traduction grecque

15L’auto-traduction de Trivizas se fait dans sa langue première, d’où peut-être le désir d’une plus grande liberté. Le titre grec est Les Trois Petits Loups. Il ne s’agit pas là d’une omission mais plutôt d’un retour au titre du conte traditionnel qui est Les Trois Petits Cochons.

16Par opposition à la traduction française, Trivizas, en écrivant la version grecque, plus que d’adapter le conte à la culture grecque, procède à une domestication dans son propre univers linguistique. En général, les formules qu’il emploie ne sont pas calquées sur le conte traditionnel grec, comme c’est le cas pour les versions anglaise et française. En réécrivant le texte en grec, il utilise des expressions courtes du langage familier. Ainsi, tout le passage « “No, no, no,” said the three little wolves. “By the hair on our chinny-chin-chins, we will not let you in, not for all the tea leaves in our chin teapot!” » est remplacé par une seule phrase courte et différente à chaque fois : « Δεν τρελαθήκαμε! » (Nous ne sommes pas fous !), « Να πας να πνιγείς! » (Va te noyer !), « Άι παράτα μας! » (Lâche-nous !). Finalement, les formules rythmées qui existent dans le texte anglais ne sont pas reproduites dans l’auto-traduction.

17Trivizas procède à une reformulation totale du texte anglais et du conte traditionnel grec, en produisant des rimes, des assonances et des allitérations systématiques. Ces modifications tissent les liens d’un rythme très dense qui marque l’esprit. L’auteur y parvient principalement par de multiples ajouts. Il introduit des prénoms pour les personnages de l’histoire en construisant des enchaînements par homophonie. Le tableau 3 recense les noms des personnages tels qu’ils apparaissent en grec, leur transcription en alphabet latin qui tente de donner une idée du rythme et de la musicalité aux non-hellénophones, ainsi que leur traduction en français.

Tableau 3 : Introduction de noms propres

V3

Transcription en alphabet latin

Traduction en français

Ρούνι Ρούνι, το ύπουλο κακό γουρούνι

Roúni, Roúni, to ýpoulo, kakó gouroúni

Rouni Rouni, le sournois méchant cochon

Mάστορας-κάστορας

Mástoras-cástoras

Maître-castor

Φλαμίνγκο Φίνγκο-Μίνγκο

Flamíngo Fíngo-Míngo

Fingo-Mingo le flamant

Πόπο Λιμπόπο ο ρινόκερος

Pópo Limpópo o rinókeros

Popo Limpopo le rhinocéros

18À l’exception du rhinocéros, dont le prénom n’est pas très assorti au nom de l’animal et qui siérait probablement mieux à un hippopotame, les trois autres noms introduits dans l’auto-traduction sont formés à partir d’un enchaînement par homophonie.

19En outre, Trivizas ajoute deux onomatopées de manière répétitive. À chaque fois que le Grand Méchant Cochon souffle pour démolir la maison, l’onomatopée Φουου, φουουου! [Fouou, fououou !] imite le bruit d’un vent violent. Plus l’histoire avance, plus l’onomatopée gagne en longueur, exprimant ainsi la rage et la violence croissante du cochon. Ce mouvement ascendant renforce l’image du vent qui soulève tout sur son passage. Les deux phonèmes de l’onomatopée ont une fonction symbolique : la consonne fricative du début renvoie au vent qui souffle et la répétition de la voyelle marque la durée du vent. La syllabe ouverte laisse sous-entendre la violence. La deuxième onomatopée ajoutée, Μουφ, μουφ [Mouf, mouf], vient rompre phonétiquement et symboliquement ce mouvement. Elle apparait une seule fois, répétée à deux reprises de façon saccadée, au tournant de l’histoire, quand le cochon respire l’odeur agréable des fleurs et change de caractère. Le phonème /f/ qui était en tête de l’onomatopée porteuse d’intensité (fouou) se déplace à la fin de l’onomatopée brève mouf en indiquant le mouvement dégressif de l’intensité. La continuité destructive est rompue par un événement délicat et euphorique qu’est le contact avec une fleur. Le dénouement du conflit est pacifique.

Tableau 4 : Ajouts d’expressions figées et d’éléments culturels

Ajouts

V3

Traduction en français

Expressions figées

θα έχουμε τα μάτια μας δεκατέσσερα

nous serons tout yeux et oreilles

Πήρανε το δρομί δρομάκι

se mirent en chemin

Το μαύρο μάλιστα μαδούσε μια μαργαρίτα κιέ λεγε:

– Θαπέσει… δε θα πέσει…θα πέσει… δε θα πέσει..

Le petit loup noir effeuillait une marguerite en disant :

« s’écroulera-t-elle [la maison] un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout… »

Éléments culturels

Gâteaux : πάστα φλόρα – τρούφες – λουκουμάδες

tarte à la confiture – truffes au chocolat – beignets au miel

Jeux : κρυφτό – αμάδες – κουτσό – μπερλίνα – κυνηγητό

jouer à cache-cache – jouer au palet – à cloche-pied – à la sellette – se courir après

20D’autres exemples d’ajouts sont liés à une tendance à la domestication culturelle dans l’univers grec par l’utilisation d’expressions figées et d’autres références à la culture quotidienne grecque. Ainsi, quand les petits loups répondent à leur mère qu’ils vont faire attention au Grand Méchant Cochon, le texte grec est enrichi par deux expressions figées : « Μείνε ήσυχη μανούλα, θα έχουμε τα μάτια μας δεκατέσσερα, υποσχέθηκαν τα λυκάκια και πήρανε το δρομί δρομάκι » (« Ne t’inquiète pas maman, nous serons tout yeux et oreilles, promirent les petits loups et ils se mirent en chemin »). Les deux expressions mettent l’accent sur le caractère aventurier de l’histoire en anticipant les péripéties des petits loups. La première expression est souvent utilisée comme une mise en garde parentale (« Sois tout yeux et oreilles ! »). En la mettant dans la bouche des petits loups, Trivizas commente avec une subtile ironie la confiance d’un jeune quand il quitte le giron familial. En outre, il fait un clin d’œil à ses lecteurs, adultes et enfants, chacun se reconnaissant dans cette histoire. Cette complicité est ici renforcée puisqu’il s’agit d’une parodie du conte traditionnel, les lecteurs sachant déjà que les petits loups seront très vite en danger. La deuxième expression figée (« ils se mirent en chemin »), formule stéréotypée très souvent utilisée dans les contes populaires grecs, reflète le début d’une grande aventure. Au moment où les loups craignent que le cochon démolisse leur maison de fleurs, Trivizas va jusqu’à ajouter une scène entière. Le petit loup noir, en tremblant, effeuille une marguerite en disant « θα πέσει… δε θαπέσει… » (elle s’écroulera… elle ne s’écroulera pas…), se référant à la maison de fleurs. Il s’agit ici d’une reformulation de la ritournelle grecque qu’on dit en effeuillant une marguerite : « μ’αγαπά… δε μ’αγαπά… » (il m’aime… il ne m’aime pas…). L’emploi de toutes ces expressions fait partie du système d’écriture de Trivizas et constitue un élément récurrent de ses albums.

21L’auteur ajoute également des références culturelles proprement grecques. Dans la première page du conte, quand il présente les trois petits loups, dans la version grecque, le troisième loup a une queue verte – qui n’apparaît jamais dans l’illustration de l’album. La couleur de la queue est expliquée par une note en bas de page : « sa queue n’était pas toujours verte, elle l’était seulement quand il la trempait dans la casserole avec le riz aux épinards » ([spanakoryzo] : un plat traditionnel grec qui marie épinards, riz, huile d’olive et aneth). Pour renforcer l’effet rythmique, l’auteur introduit des gâteaux supplémentaires – à la dernière page – comme la « πάστα φλόρα » ([pásta flóra] : une sorte de tarte à la confiture), les « τρούφες » ([troúffes] : truffes au chocolat) et les « λουκουμάδες » ([loukoumádes] : des beignets au miel). Par souci du rythme, il modifie aussi la quasi-totalité des fleurs utilisées comme matériaux pour la dernière maison. Les jeux partagés entre les loups et le cochon sont également remplacés par plusieurs jeux traditionnels en groupe : « κρυφτό » ([kryftó] : cache-cache), « αμάδες » ([amádes] : jouer au palet), « κουτσό » ([koutsó] : cloche-pied), « μπερλίνα » ([mperlína] : la sellette), « κυνηγητό » ([kynigitó] : se courir après), supprimant ainsi les calembours sur le cochon. Trivizas enrichit les rimes du texte grec et crée un effet poétique en enchaînant les cinq jeux. Le jeu de mots bluebell est le seul à être traduit par un autre jeu de mots, le terme καμπανούλα, qui désigne à la fois la fleur clochette (de couleur bleu-violet) et une « petite cloche ». Nous avons affaire, ici aussi, à une traduction homomorphe, puisque le calembour sémique du texte source est reproduit par un calembour sémique dans le texte cible.

22Ces ajouts et omissions qui figurent dans l’auto-traduction grecque provoquent une certaine incohérence entre le texte et l’illustration. Au moment de la destruction des maisons respectives, alors que les loups fuient et essayent de se cacher, le narrateur grec les place derrière un puits (« πηγάδι ») ou une haie (« φράχτης »). Ces éléments n’apparaissent pas dans l’illustration mais cela ne semble pas créer une discontinuité, puisque l’image des loups qui courent peut être perçue comme précédant le moment où ils se cachent. On pourrait supposer que l’imagination des lecteurs arrive à combler le décalage entre récit et image. Sophie Van de Linden, dans son livre Album[s], distingue trois catégories d’albums fondées sur l’interaction texte-image. Quand il y a un rapport de redondance, l’image et le texte racontent la même chose. Le rapport de complémentarité reflète un texte renforcé par l’image ou l’inverse. Enfin, dans le cas de la disjonction, le texte et l’image poursuivent leurs chemins parallèles ou contradictoires, sans contact explicite (Van de Linden, 2013 : 16-17). L’effet produit par l’ajout du puits et de la haie n’est donc pas contradictoire mais plutôt complémentaire. En revanche, dans d’autres exemples l’asymétrie est plus visible encore, et potentiellement problématique. Lors de la troisième attaque du cochon sur la maison blindée, on lit sur la page gauche que les loups jouaient à la corde à sauter avec des chaînes en fer (« έπαιζαν σχοινάκι με τις αλυσίδες »). Or, sur l’image de la page de droite, on voit les loups jouer à la marelle, ce qui forme un rapport de disjonction. Cet album est destiné à de très jeunes enfants qui, souvent ne sachant pas lire, se focalisent sur l’image. Ils suivent le fil de l’histoire par l’intermédiaire des illustrations en essayant d’y associer les mots entendus. Un tel décalage peut créer de fausses impressions ou alors – pour ceux qui peuvent lire – une rupture de la continuité de l’histoire. Dans le cas des deux autres jeux, à savoir le criquet et la marelle, l’auteur décide de les omettre en utilisant la formulation générale « ils jouaient dans la cour » (« έπαιζαν στην αυλή »).

23À la fin de l’histoire, quand ils rentrent tous à la maison, les petits loups, dans la version grecque, offrent au cochon du sirop de griottes allongé d’eau (« βυσσινάδα » [vissinada]) et pourtant on les voit tous, une tasse à la patte, prendre le thé. Cette modification est d’autant plus importante que, comme nous l’avons déjà mentionné, la théière fait partie de la trame narrative, puisqu’on la retrouve aussi bien dans le texte que dans les images. Cette incohérence est tellement flagrante qu’on pourrait penser que l’auteur a traduit sans tenir compte de l’illustration.

24Un constat revient souvent dans les analyses traductologiques, selon lequel le traducteur ne peut pas se permettre de réécrire un texte. Mais qui en empêche l’auteur ? En juxtaposant le texte anglais et grec, on s’aperçoit qu’il ne s’agit plus vraiment d’une traduction, mais d’une recréation. Selon Michaël Oustinoff, il y a trois degrés d’auto-traduction, à savoir l’auto-traduction naturalisante (« qui consiste à plier le texte à traduire aux seules normes de la langue traduisante en éradiquant toute interférence de la langue “source” » [2001 : 29]), l’auto-traduction décentrée (une traduction non-naturalisée qui conserve des éléments linguistiques étrangers [ibid. : 32]) et l’auto-traduction recréatrice (où l’auteur se traduit « [en prenant] toutes les libertés […] quitte à introduire des modifications majeures au texte original » [ibid. : 33]). Dans le cas des Trois Petits Loups, nous considérons qu’il s’agit d’une auto-traduction recréatrice avec des éléments naturalisants. En effet, l’auteur rend l’original comme bon lui semble, il prend des libertés qu’aucun traducteur n’aurait jamais osé prendre. Ce constat est confirmé par la publication en 2003 de l’édition anniversaire pop-up en anglais et en grec. En comparant les deux éditions grecques, on s’aperçoit que l’auteur prend encore plus de libertés. Tout le récit est reconstruit à base de rimes, avec plusieurs ajouts qui privilégient le rythme, les assonances et les allitérations. En outre, chose intéressante, l’auteur tient à corriger l’incohérence liée à l’absence de la théière, en remplaçant la βυσσινάδα [vissináda] par du thé de leur belle théière. Il conserve par ailleurs le puits et la haie, puisque ce sont des éléments qui, ne s’affichant pas sur l’image, restent à imaginer. En effet, cette version grecque pop-up confirme que les textes auto-traduits sont comme plusieurs versions d’un texte écrit et que le changement de langue permet un remaniement stylistique. La pluralité des versions existe aussi dans d’autres domaines : un artiste, après avoir terminé son œuvre, pourra produire une nouvelle version plus ou moins proche de la première. L’œuvre de l’artiste se prolonge dans ces nouvelles créations qui devront être considérées comme un ensemble. Il en est de même pour l’auto-traduction :

[L]’œuvre définitive se trouve à la fois dans l’original et dans la traduction, ce que l’on pourrait mettre sous forme d’équation :

œuvre totale =

œuvre 1 (l’ensemble de l’original) +

œuvre 2 (contenue dans l’auto-traduction)

(ibid. : 244)

25C’est à partir de cette équation qu’il faudrait essayer d’interpréter l’auto-traduction de Trivizas. Écrivain bilingue, qui vit entre deux pays et deux cultures, il a d’abord écrit le texte dans « son autre langue », en anglais, en suivant la structure rigoureuse et la stylistique du conte traditionnel. Le changement de langue le libère de ces contraintes et lui permet de retrouver les effets du style qui lui sont propres.

  • 7 . Traduit du grec par nous-mêmes.

26Ayant partagé sa vie entre Londres et Athènes, Eugène Trivizas regarde de loin et a un jugement plus objectif. Il s’attendrit sur son pays et l’aime comme seuls ceux qui vivent à l’étranger peuvent l’aimer. Il suffit de penser à Coray, Kalvos, Psycharis et Cavafy7 (Tsokonas, 2011 : 92).

27Son auto-traduction insère dans l’univers britannique des petits loups et du cochon des éléments culturels, tels des jeux et des gâteaux quelque peu désuets, datant plutôt des années 1960, période de l’enfance de l’auteur.

Quand on traduit pour la jeunesse, quand on écrit pour la jeunesse, on réinvestit tant de choses de sa propre enfance, de sa propre personnalité ! On réinvestit également des rapports imaginaires enfant/adulte, on réinvestit son rapport à la famille (celle d’où on vient, celle qu’on a créée), on réinvestit évidemment son rapport aux mots, à la langue, aux langues. […] On sollicite non seulement sa propre mémoire pour retrouver la vision idéalisée de son moi enfantin, mais on renvoie également à la place de l’enfant dans la société d’aujourd’hui. (Kiefé, 2008 : 35)

28On pourrait interpréter cette auto-traduction comme un retour à des images et des scènes issues de l’enfance de l’auteur en Grèce. Mais plus encore qu’un retour à un paradis caché, Trivizas puise dans son vécu pour créer un nouvel univers fantastique. En ce sens, on pourrait se mettre d’accord avec Georges Perec quand il soutient que « l’enfance n’est ni nostalgie, ni terreur, ni paradis perdu, ni Toison d’or, mais peut être horizon, point de départ » (1993 : 25).

Haut de page

Bibliographie

[Tous les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 14 janvier 2019.]

Éditions de référence

Trivizas, Eugene, 1993, The Three Little Wolves and the Big Bad Pig, Londres, Heinemann Young Books.

, 1993, Les Trois Petits Loups et le Grand Méchant Cochon, trad. Fanny Joly, Paris, Bayard jeunesse.

Τριβιζάς, Ευγένιος, 1994, Τα Τρία Μικρά Λυκάκια [Ta Tria MikraLykakia], Athènes, Minoas.

, 1994, Τα Τρία Μικρά Λυκάκια [Ta Tria MikraLykakia], Athènes, Ellinika grammata (édition pop-up).

Ouvrages et articles

Halliwell, James Orchard, 1843, Nursery Rhymes of England, Londres New York, Frederick Warne & Co.

Henry, Jacqueline, 2003, La Traduction des jeux de mots, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Kiefé, Laurence, 2008, « Le traducteur est un auteur », in Diament, Nic, Gibello, Corinne, Kiefé, Laurence (éds), Traduire les livres pour la jeunesse : enjeux et spécificités, Paris, Hachette, Bnf/CNLJ – La joie par les livres, p. 31-42.

Oustinoff, Michaël, 2001, Bilinguisme d’écriture et auto-traduction. Julien Green, Samuel Beckett, Vladimir Nabokov, Paris, L’Harmattan, coll. « Critiques Littéraires ».

Perec, Georges, 1993 [1975], W ou le Souvenir d’enfance, Paris, Gallimard.

Rodari, Gianni, 1979, Grammaire de l’imagination, Paris, Messidor.

Stavropoulou, Anna Magia, 2015, L’Enfant lecteur et la parodie : composantes et fonctions de la réception du parodique dans l’œuvre d’Eugène Trivizas, Thèse pour le doctorat d’Études grecques, Paris, Université Paris-Sorbonne, (non publiée).

Tenèze, Marie-Louise, 1976, Le Conte populaire français, Tome 3e, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose.

Tsokonas, Aris, [Tσοκώνας, Άρης], juin 2011, « Η “ελληνικότητα” του Ευγένιου Τριβιζά » (« La “grécité” d’Eugène Trivizas »), in Diavazo, Athènes, Diavazoekdotiki, p. 90-93.

Van der Linden, Sophie, 2013, Album[s], Conflans Sainte-Honorine – Arles, Coédition De Facto – Actes Sud, Collection « Encore une fois ».

Zervou, Alexandra, [Ζερβού, Αλεξάνδρα], 2007, « Ευγένιος ο παρωδός, της εποχής μας κληρωτός, ή οι περιπέτειες των λέξεων και των κειμένων » (« Eugène, le parodiste, un conscrit de notre époque, ou les aventures des mots et des textes »), Keimena, n6, consulté sur http://keimena.ece.uth.gr/main/t6/arthra/tefxos6/downloads/zervou.pdf.

Haut de page

Notes

1 . Les informations biographiques ont été recueillies sur les liens ci-dessous et traduites du grec par nous-mêmes : https://is.gd/flxCUl et https://is.gd/EIkiqs. (Les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 14 janvier 2019.) Nous avons également consulté : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb123464141

2 . Trivizas, Evgenios, 2008, interview accordée à Viki Flessa, émission Sta Akra, https://www.youtube.com/watch?v=Z2RPDOO-Xj4

3 . Traduit du grec par nous-mêmes.

4 . Les ouvrages du corpus sont notés ainsi dans le reste de l’article :

Trivizas, Eugène, 1993, The Three Little Wolves and the Big Bad Pig, Londres, Heinemann Young Books : V1.

—, 1993, Les Trois Petits Loups et le Grand Méchant Cochon, trad. Fanny Joly, Paris, Bayard jeunesse. : V2.

Τριβιζάς, Ευγένιος, 1994, Τα Τρία Μικρά Λυκάκια [Ta Tria Mikra Lykakia], Athènes, Minoas : V3.

5 . Paru en 1928, The Types of the Folktale, de Aanti Aarne et Stith Thompson, est un catalogue systématique de tous les contes populaires du monde. Cet ouvrage de référence fondamental classe les contes répertoriés en contes-types, affectés d’un numéro.

6 . Nous reproduisons l’orthographe du nom utilisée par Delarue.

7 . Traduit du grec par nous-mêmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Anastassiadi et Magdalini Pappa, « Traduction et recréation d’un album de jeunesse anglais en français et grec : textes et images dans Les Trois Petits Loups et le Grand Méchant Cochon d’Eugène Trivizas », Palimpsestes, 32 | -1, 168-178.

Référence électronique

Marie-Christine Anastassiadi et Magdalini Pappa, « Traduction et recréation d’un album de jeunesse anglais en français et grec : textes et images dans Les Trois Petits Loups et le Grand Méchant Cochon d’Eugène Trivizas », Palimpsestes [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 04 février 2019, consulté le 20 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/3509 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.3509

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals