Navigation – Plan du site

Texte intégral

« Les textes de sciences humaines ont-ils une spécificité telle qu’on doive aborder leur traduction de manière différente de celle des textes scientifiques ou techniques (chimie, physique, mathématiques, manuels d’instructions etc.), d’une part ; et des textes littéraires, d’autre part ? Nous pensons que oui. »
Michael Heim (2006 : 3)

« Dans un monde globalisé, la réflexion sur la traduction dépasse la question de l’adéquation des traductions : si l’on veut éviter que l’anglais devienne la langue de communication unique des sciences humaines et sociales, sur le modèle de sciences de la nature, tendance dont on a évoqué les inconvénients en introduction, il est indispensable de poursuivre et de fédérer la réflexion engagée dans cette étude et ailleurs sur les conditions spécifiques de la traduction dans ces domaines et sur ses apports épistémologiques […] Beaucoup de discussions sont menées au Royaume-Uni ou aux États-Unis autour de la traduction littéraire, alors que la traduction des sciences humaines et sociales n’a pas trouvé un “advocate” au sein de la communauté des traducteurs. »
Gisèle Sapiro (2014 : 205/209)

Quelles spécificités des textes de sciences humaines et sociales au regard de la traduction ?

1Ces deux citations mises en exergue résument parfaitement les principales motivations à l’origine de ce premier numéro de la revue Palimpsestes entièrement consacré à la traduction en anglais des textes philosophiques et de sciences humaines et sociales (désormais SHS). M. Heim, pour sa part, insiste sur la spécificité des textes de SHS – situés sur un continuum entre textes scientifiques et textes littéraires –, spécificité réclamant une réflexion sur leurs modalités propres de traduction ; tandis que G. Sapiro souligne la fonction épistémologique de la traduction dans le domaine des SHS, tout en notant la quasi-absence de travaux de recherche et de réflexion menés par les traductologues, traditionnellement davantage tournés vers le texte littéraire.

  • 1 . Même si, déjà en 1981, J.-R. Ladmiral écrivait : « Sans être vraiment passée tout à fait inaperç (...)

2En effet, ces textes, que l’on pourrait aussi regrouper sous le syntagme de textes de « prose de pensée », afin de souligner le rôle central qu’y jouent les concepts et l’argumentation dans l’articulation d’une pensée, posent des problèmes de traduction spécifiques qui n’ont que très rarement été abordés dans le cadre de la traductologie ou des translation studies, que ce soit en France ou ailleurs1. C’est à cet appel, à ce manque, relayé notamment par G. Sapiro, que le centre de recherche TRACT voudrait commencer de répondre grâce à ce numéro 33 de notre revue. En effet, ce volume est la première pierre d’un programme de recherche visant spécifiquement la question de la réception de la pensée française contemporaine au prisme de la traduction, dans le monde anglophone tout d’abord, mais que nous poursuivrons au-delà de l’anglosphère dans les années à venir.

3Nous aimerions revenir brièvement, dans cet avant-propos, sur ce qui différencie (ou pas) ces textes, du point de vue de leur traduction, des textes littéraires, d’une part, et des textes proprement techniques ou scientifiques, d’autre part.

Le monolinguisme des « sciences dures »

  • 2 . Le livre de l’univers « est écrit dans la langue mathématique et ses caractères sont des triangl (...)

4Dans un premier temps, la question de la traduction des disciplines scientifiques et techniques semble pouvoir être assez rapidement réglée. En effet, depuis l’émergence de la science moderne au xviie siècle2, le recours à la formalisation mathématique à l’image de la physique mathématisée est devenu le principal critère de scientificité. L’universalité du langage mathématique est alors le garant d’une transmission des savoirs se passant presque du recours à la langue naturelle et, donc, transcendant la différence des langues inhérente à la question de la traduction. D’autre part, à partir de la seconde moitié du xxe siècle, et notamment dans les disciplines scientifiques, la langue de communication des chercheurs à travers le monde est devenue presque exclusivement l’anglais. Dans bon nombre de secteurs de la recherche, scientifiques ou techniques, les concepts ou la terminologie utilisés sont même directement empruntés à l’anglais, sans même que le besoin d’une traduction se fasse sentir. Par une sorte de retournement, c’est donc l’unicité de la langue naturelle utilisée par les chercheurs qui devient comme le garant d’une communication sans reste.

5C’est en grande partie au plan de la communication institutionnelle internationale, et dans une perspective de reconnaissance « académique », que l’anglais s’est imposé. Cependant, il est probable que dans ces secteurs de la recherche, on ne reviendra pas sur l’hégémonie de l’anglais ; d’ailleurs, la plupart des chercheurs travaillant dans les sciences « dures » n’ont sans doute même plus conscience du fait qu’il puisse y avoir des problèmes de traduction. La question, pour nombre d’entre eux, soit paraît incongrue, soit ne se pose tout simplement pas. Mais précisément, G. Sapiro, dans son rapport, pointe le risque que cela devienne la règle également dans le domaine des SHS.

Instabilité et fragmentation du champ des sciences humaines et sociales

6Les sciences humaines et sociales ayant depuis l’origine toujours essayé de se situer par rapport à ce modèle de scientificité, certaines disciplines en leur sein vont chercher à s’en rapprocher toujours davantage, en se « mathématisant », comme l’économie, la sociologie, ou même la science politique (en s’adossant aux neurosciences, notamment dans la dernière période). D’autres disciplines mal accordées à ce modèle mathématique de formalisation – nous pensons en premier lieu à l’histoire – vont, au contraire, tenter de fonder et de définir leur propre modèle de scientificité, mais au risque de ne pas pouvoir – ou vouloir – toujours tracer une frontière bien nette avec les disciplines proprement littéraires. Or, c’est dans le champ littéraire que les problèmes de traduction ont été, depuis toujours, le plus souvent envisagés – problèmes auxquels ces disciplines des sciences humaines et sociales, ne pouvant se passer de la langue naturelle ou prétendre à la formalisation mathématique, devront a fortiori se confronter.

7Michel Foucault, dans Les Mots et les choses, rend bien compte de cette situation incertaine et instable des sciences humaines au sein de ce qu’il nomme « le trièdre épistémique » :

Il faut plutôt se représenter le domaine de l’épistémé moderne comme un espace volumineux et ouvert selon trois dimensions. Sur l’une d’entre elles, on situerait les sciences mathématiques et physiques […] ; il y aurait, dans une autre dimension, des sciences (comme celles du langage, de la vie, de la production et de la distribution des richesses) […] Ces deux premières dimensions définissent entre elles un plan commun : celui qui peut apparaître […] comme champ d’application des mathématiques à ces sciences empiriques, ou domaine du mathématisable dans la linguistique, la biologie et l’économie. Quant à la troisième dimension ce serait celle de la réflexion philosophique […].

De ce trièdre épistémologique, les sciences humaines sont exclues, en ce sens du moins qu’on ne peut les trouver sur aucune des dimensions ni à la surface d’aucun des plans ainsi dessinés. Mais on peut dire aussi bien qu’elles sont incluses par lui, car c’est dans l’interstice de ces savoirs, plus exactement dans le volume défini par leurs trois dimensions qu’elles trouvent leur place. Cette situation […] les met en rapport avec toutes les autres formes de savoir […] C’est peut-être cette répartition en nuage dans un espace à trois dimensions qui rend les sciences humaines si difficiles à situer, qui donne son irréductible précarité à leur localisation dans le domaine épistémologique, qui les fait apparaître à la fois périlleuses et en péril. (Foucault, 1966 : 358-359)

8M. Foucault montre bien comment les SHS se situent à « l’interstice » de divers savoirs constitués, leur empruntant des modèles d’intelligibilité et des cadres conceptuels. Ces transferts de modèles, ces emprunts de concepts, appartenant à d’autres domaines – on pourrait ici parler de « recontextualisation » – entraînent nécessairement des modifications dans l’opérativité des modèles en question et des glissements dans la signification des concepts empruntés. La déformation des cadres conceptuels inhérente au fonctionnement des sciences humaines a donc lieu dans la dimension diachronique et en synchronie dans les emprunts à d’autres disciplines ; et même dans les transferts d’une discipline des sciences humaines à une autre. Cela rend la situation extrêmement délicate pour le traducteur de sciences humaines et sociales, parce qu’il se trouve, à son tour, nécessairement plongé au cœur des tensions, des débats, des déplacements incessants qui les caractérisent.

L’exception philosophique

  • 3 . Il s’agit, en réalité, du prolongement du projet leibnizien de « caractéristique universelle ».

9On observera que M. Foucault fait de la philosophie, à soi seule, l’une des trois dimensions de son trièdre. Il est vrai que la philosophie s’est longtemps définie comme une discipline cardinale, revendiquant un statut d’exception en raison de son rôle fondateur pour la pensée occidentale et de son aspiration à l’universalité. Cependant, elle a également été ébranlée par la montée en puissance concomitante des sciences de la nature et des sciences humaines au xixe siècle. La tentative des fondateurs du positivisme logique « d’opérer une transmutation scientifique de la philosophie » (Lecourt, 2001 : 34) témoigne, au fond, d’un effort renouvelé au début du xxe siècle pour libérer la pensée humaine des erreurs inévitablement engendrées par le recours à la langue naturelle et ses ambiguïtés3. Mais cette tentative ayant rencontré ses limites, la philosophie, elle-même, nonobstant la permanence des questions et des concepts qu’elle n’a cessé de travailler au cours des siècles, ne peut pas échapper à la question de la traduction telle qu’elle se pose pour les sciences humaines, même si c’est de manière encore plus aiguë pour ces dernières en raison même de leur statut incertain au sein de « l’épistémè moderne ».

10Barbara Cassin, dans sa « Présentation » au Vocabulaire européen de la philosophie, renvoie dos à dos ce courant principalement « anglo-saxon » de la philosophie, visant à congédier les langues au profit d’un « universalisme logique », et cette philosophie dite « continentale », notamment allemande dans le sillage de Heidegger, identifiant la pensée authentique à une langue, en l’occurrence le grec, puis l’allemand. Une telle identification d’une langue avec une pensée ne peut, en effet, que mener à une « sacralisation de l’intraduisible » (Cassin [éd.], 2004 : XIX). C’est pourquoi, s’éloignant de ces deux positions extrêmes, B. Cassin définit l’entreprise de son Vocabulaire dans ces termes : « Ni universalisme logique indifférent aux langues, ni nationalisme ontologique avec essentialisation du génie des langues : face à ces deux positions, quelle est la nôtre ? Si je devais la caractériser, je parlerais deleuzien : “déterritorialisation” ».

Une écriture française de la philosophie et des sciences humaines et sociales

  • 4 . La rubrique nécrologique consacrée à Derrida par le magazine britannique The Economist du 21 oct (...)

11Nous remarquerons avec intérêt la référence, à ce moment de sa réflexion, à un éminent représentant de la pensée française (ou de la French Theory, voir infra) à qui elle attribue un idiolecte, une langue particulière, à travers la nominalisation de l’adjectif « deleuzien » et en recourant à l’un de ses concepts les plus connus et les plus en usage, hors du champ philosophique même. Car ce qui ressort du présent recueil, c’est bien qu’il y a une spécificité de l’écriture philosophique, de la « prose de pensée », en français ; une revendication de style même par des auteurs aussi divers que Derrida, Foucault, Lacan, Maldiney, Merleau-Ponty, Ricœur, qui font dans ce recueil chacun l’objet d’un article. Cette revendication d’un « style » propre témoigne également d’une volonté partagée de brouiller la frontière entre écriture philosophique et écriture littéraire ou poétique, ce qui ne manquera pas évidemment de redoubler les difficultés de traduction et de susciter les critiques acerbes, notamment des milieux anglophones, pour cause d’obscurité, voire d’obscurantisme4.

12Michel Serres consacre son livre Éloge de la philosophie en langue française à retracer les origines lointaines de ce mode « français » d’écriture de la pensée et à montrer ces passages incessants entre philosophie, science et littérature :

Ni Montaigne, fascinant conteur, ni Pascal, dans les historiettes divertissantes de ses Pensées, ni Leibniz, dont cent récits émaillent la Théodicée, ni Fontenelle, brillant au cours de ses Entretiens, ni Diderot, ni Rousseau, tous deux romanciers, ni le Voltaire de Micromégas […] ne s’éloignent ni des sciences ni de la raison, encore moins de la philosophie, lors même qu’ils racontent des histoires ou rapportent des dialogues, les leurs propres ou ceux des autres, en tout cas fort singuliers. Inversement, Balzac ni Vigny n’hésitent à dire philosophiques leurs poèmes et nouvelles. Renouvier, par son Uchronie, et Sartre, récemment, suivent ce mouvement. Voilà un toit assez commun aux maisons de France. (Serres, 2014 [1995] : 118)

De la French Theory à la « pensée française »

  • 5 . Antoine Berman, figure de la traductologie française s’il en est, soulignait déjà ce lien intrin (...)

13Ce que dit Michel Serres de cette fluidité des rapports entre philosophie, science et littérature comme caractéristiques de la pensée française, soulignant au passage la singularité de cette dernière, nous pourrions l’appliquer évidemment à tous ces auteurs rassemblés sous le chef de la French Theory, telle qu’elle a été thématisée par François Cusset dans son livre éponyme. Isabelle Alfandary, dans l’article qui clôt ce recueil, revient longuement sur cette appellation pour nous dévoiler de quoi elle est en réalité le nom et comment ce « nom » masque la diversité des pensées, voire les conflits qui opposèrent les auteurs qu’il prétend regrouper. Mais, par ailleurs, elle ne manque pas de noter que ce qui les rassemble, par-delà leurs différences, voire leurs différends, c’est un commun intérêt pour les langues naturelles et la traduction, voyant même dans Le Vocabulaire européen des philosophies – Dictionnaire des intraduisibles, « la réalisation sans doute la plus éclatante de la French Theory au regard de la question de la pluralité des langues5 ».

14Ce nom de French Theory, dont on ne sait exactement ni quand ni où ni comment il est vraiment né, traverse pourtant l’ensemble de ce numéro – on pourrait dire même qu’il le hante –, fruit ou symptôme d’une appropriation américaine très bien décrite par F. Cusset dans son livre, il semble faire retour dans la langue française sous la forme d’un emprunt à l’anglais inassimilable. I. Alfandary y voit un « produit d’importation américain », voire un produit de « contrebande ». Elle revient dans son étude très fouillée sur les tribulations et la généalogie du terme « Theory/Théorie », qui a une origine allemande – la French Theory étant « la petite sœur, sinon la filleule », de la Kritische Theorie associée à l’École de Francfort. Le nom Kritisch a lui-même des résonances marxistes et renvoie au rôle de transformation de la société qui devait, selon Marx et, à sa suite, les représentants de l’École de Francfort, être celui de la philosophie – à l’instar des autres disciplines des sciences humaines et sociales qui prenaient leur essor au xixe siècle. Le terme de Theory apparaît alors comme une sorte de faux-ami en français, et il est remarquable qu’Isabelle Alfandary, dans un geste de réappropriation et, pour ainsi dire, de désensorcellement, propose à la fin de son article de le traduire (tout simplement !) par l’expression de « pensée française ».

Facteurs sociaux de la circulation des ouvrages de SHS

  • 6 . Article de G. Sapiro ici même.

15Gisèle Sapiro, dans l’article qui trouve naturellement sa place en tête de ce recueil, analyse des données quantitatives et qualitatives collectées entre 1985 et 2013 lui permettant de cartographier au fil du temps les flux de traduction d’ouvrages de SHS de l’anglais au français et vice versa. Dans le cadre conceptuel de la sociologie bourdieusienne des champs et du capital symbolique, social et économique, elle dégage « six groupes de facteurs favorisant ou faisant obstacle à la circulation des livres de SHS en traduction6 ». Parmi ces facteurs, le degré de centralité de la langue de l’ouvrage traduit, ainsi que de la langue dans laquelle il est traduit, paraît primordial. L’anglais, qui est à l’heure de la mondialisation la langue « hypercentrale », concentre la majorité des livres traduits, tous genres confondus, avec une domination un peu moins marquée concernant la traduction de la non-fiction vers le français – l’allemand et l’italien continuant, en effet, à tirer leur épingle du jeu. Tout l’intérêt du travail de G. Sapiro réside dans la mise au jour et dans l’analyse fine des combinaisons complexes de paramètres (capital symbolique de l’auteur, de la maison d’édition, réseaux éditoriaux et académiques, rôle des institutions d’aide à la traduction dans les champs nationaux, prestige nationale des disciplines, etc.) permettant de rendre compte de la circulation des ouvrages de SHS entre les champs nationaux (en l’occurrence, anglais et français). C’est la dimension qualitative (nombreux entretiens avec des éditeurs, des chargés de cession, des agents littéraires, des représentants étatiques) de son analyse croisée avec l’exploitation de ces données quantitatives qui lui permet de décrire de manière très concrète comment se déroulent les échanges entre les nombreux acteurs de cette circulation des idées au plan international. Elle observe, par exemple, que dans le domaine des SHS, « [L]es logiques éditoriales et académiques sont étroitement intriquées », et conclut que les « contraintes économiques accrues sur le marché mondial » tendent à privilégier un nombre limité de grands noms « vendeurs » au détriment d’une diversification des échanges intellectuels.

Fonction heuristique de la traduction

  • 7 . Bourdieu parle, lui, d’une « opération de lecture ».

16D’autre part, G. Sapiro, faisant référence aux trois opérations dégagées par Bourdieu (2002) qui président, selon lui, au transfert d’une œuvre d’un champ national à un autre – opération de sélection, opération de marquage et opération d’interprétation7 –, avait précisé dès l’introduction qu’elle se concentrerait sur la première de ces opérations. Il est clair, en effet, que l’opération de sélection précède en même temps qu’elle coiffe les opérations de marquage et d’interprétation.

17Les articles de ce volume qui suivent celui de G. Sapiro s’intéressent donc davantage à ces deux dernières opérations. L’opération de marquage, telle que la définit Bourdieu, met en jeu tout ce qui a trait à la maison d’édition, à la collection, au statut du traducteur, mais aussi au paratexte (péritexte et épitexte), préfaces, quatrièmes de couverture, couverture, etc. Mais c’est l’opération d’interprétation ou de lecture qui a sans doute le plus d’importance au regard des enjeux épistémologiques lors de ce transfert d’un champ national à un autre. En effet, le traducteur d’une œuvre en est souvent le lecteur le plus nécessairement attentif, c’est lui qui est constamment placé, au fil de sa lecture et de son travail de traduction, au point véritablement névralgique où se noue et se dénoue une pensée dans une langue et dans l’autre. Bon nombre des articles qui composent ce volume s’attachent à examiner les problèmes de traduction associés à un ou plusieurs termes en particulier, au cœur du système conceptuel d’un auteur. À travers l’examen des stratégies traductives mises en œuvre par les traducteurs ou traductrices – réussites ou échecs –, on voit apparaître des aspects d’une pensée qui seraient restés cachés sans l’opération de traduction. C’est sans doute par ces études de cas portant sur des termes conceptuels précis et souvent centraux dans la pensée d’un auteur que ce numéro de Palimpsestes fait le plus œuvre pionnière dans le domaine de la traductologie. Cette fonction de dévoilement de la traduction nous évoque, pour conclure, cette remarque profonde de José Ortega y Gasset :

On ne peut comprendre à sa racine la formidable réalité du langage qu’en commençant par observer que la parole se compose surtout de silences […] Et chaque langue est une équation différente de déclarations et de silences. […] D’où l’énorme difficulté de la traduction : celle-ci consiste à essayer de dire dans une langue précisément ce qu’elle tend à passer sous silence. Mais en même temps, on entrevoit ce que l’activité de traduire peut avoir de magnifique : la révélation des secrets mutuels que les peuples et les époques gardent réciproquement et qui contribuent tant à leur dispersion et à leur hostilité ; en somme, une audacieuse réunion de l’Humanité (Ortega y Gasset, 2013 [1937] : 43).

Haut de page

Bibliographie

Berman, Antoine, 1999, La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, Paris Seuil.

Bourdieu, Pierre, 2002, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, p. 3-8.

Cassin, Barbara (éd.), 2004, Vocabulaire européen de la philosophie – Dictionnaires des intraduisibles, Paris, Seuil/Le Robert.

Cusset, François, 2005, French Theory : Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte.

Foucault, Michel, 1966, Les Mots et les choses – Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard.

Heim, Michael H., 2006, Recommandations pour la traduction des textes de sciences humaines, trad. Bruno Poncharal, New York, American Council of Learned Societies.

Ladmiral, Jean-René, 1981 « Éléments de traduction philosophique », Langue française, 51, p. 19-34.

Lecourt, Dominique, 2001, La Philosophie de sciences, coll. Que Sais-je ?, Paris, Presses universitaires de France.

Lévy-Leblond, Jean-Marc, 2007, « Sciences dures et Traduction », in Traduction et mondialisation, Hermès, 49, Paris, CNRS Éditions, p. 205-211.

Ortega y Gasset, José, 2013 [1937], Misère et splendeur de la traduction, texte établi et traduit par François Géal, Paris, Les Belles Lettres.

Sapiro, Gisèle (éd.), 2014, Sciences humaines en traduction. Les livres français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut Français – Département langue française, livres et savoirs.

Serres, Michel, 1995 [2014], Éloge de la philosophie en langue française, Paris, Flammarion, Champs essais.

Haut de page

Notes

1 . Même si, déjà en 1981, J.-R. Ladmiral écrivait : « Sans être vraiment passée tout à fait inaperçue, la traduction philosophique n’en a pas moins manqué à retenir toute l’attention qu’eût mérité son importance dans le champ des études “traductologiques”. », (Ladmiral, 1981 : 22).

2 . Le livre de l’univers « est écrit dans la langue mathématique et ses caractères sont des triangles, des cercles et autres figures géométriques », écrit Galilée dans L’Essayeur (1623), cité dans J.-M. Lévy-Leblond (2007 : 206).

3 . Il s’agit, en réalité, du prolongement du projet leibnizien de « caractéristique universelle ».

4 . La rubrique nécrologique consacrée à Derrida par le magazine britannique The Economist du 21 octobre 2004 en est un exemple frappant ; la phrase suivante, extraite du premier paragraphe suffira : « The inventor of “deconstruction”—an ill-defined habit of dismantling texts by revealing their assumptions and contradictions—was indeed, and unfortunately, one of the most cited modern scholars in the humanities. » https://www.economist.com/obituary/2004/10/21/jacques-derrida.

5 . Antoine Berman, figure de la traductologie française s’il en est, soulignait déjà ce lien intrinsèque de la philosophie et de la traduction dans son introduction à La Traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, p. 17 : « La traduction peut fort bien se passer de théorie, non de pensée. Et cette pensée s’effectue toujours dans un horizon philosophique ». Ce livre de Berman est en fait une réédition, sous l’égide de A. Badiou, I. Berman et B. Cassin, d’un texte initialement publié en 1985 dans un volume intitulé Les Tours de Babel – essais sur la traduction qui réunissait plusieurs essais portant directement sur les problèmes de traduction de la philosophie, notamment ceux de G. Granel et de H. Meschonnic.

6 . Article de G. Sapiro ici même.

7 . Bourdieu parle, lui, d’une « opération de lecture ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Poncharal, « Avant-propos », Palimpsestes, 33 | -1, 7-13.

Référence électronique

Bruno Poncharal, « Avant-propos », Palimpsestes [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/3810

Haut de page

Auteur

Bruno Poncharal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals