Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce volume est composé d’articles en anglais et en français, rédigés par des traductologues, traducteurs professionnels, chercheurs en sciences sociales et philosophes qui se sont tous intéressés aux modalités de la réception et à la traduction dans le monde anglophone d’auteurs représentatifs de la « pensée française » contemporaine. Outre les textes de Gisèle Sapiro et d’Isabelle Alfandary que nous avons choisis de placer respectivement en ouverture et en clôture de ce recueil, celui-ci contient douze articles répartis en trois chapitres : « Quelles stratégies traductives face au texte philosophique français dans l’aire anglophone ? », « “Intraduisibles” de la phénoménologie française » et « Détournements, décontextualisation et réappropriation ».

Quelles stratégies traductives face au texte philosophique français dans l’aire anglophone ?

2Ce chapitre s’ouvre avec l’article de Michèle Leclerc-Olive qui s’intéresse à la traduction en langue anglaise de Temps et récit (1983-1985) de Paul Ricœur, ouvrage qui sera traduit par la suite dans de très nombreuses langues. Elle s’attache à démontrer la place singulière qu’occupe cette œuvre majeure dans le corpus des traductions en anglais de Ricœur. En effet, dans le chapitre 2 du tome 1, qui est une relecture de la Poétique d’Aristote, Ricœur s’appuie sur la traduction de référence en français de la Poétique par Roselyne Dupont-Roc et Jean Lallot (1980), ainsi que sur leurs commentaires accompagnant cette traduction. Dans la traduction anglaise de Temps et récit par David Pellauer et Kathleen McLaughlin, les citations des traducteurs français de la Poétique ont été ainsi remplacées par des citations d’Aristote traduites en anglais par James Hutton (1982), « gommant » de fait l’importance de la traduction française d’Aristote dans l’élaboration de la pensée ricœurienne sur Aristote et sur sa conception du temps. Michèle Leclerc-Olive, à travers l’analyse de cet exemple, interroge les dimensions pragmatiques de la transmission d’une pensée, ainsi que les limites de ce qu’elle nomme l’hospitalité épistémique, caractéristique de la traduction d’un texte plurilingue.

3Dans l’article suivant, Melissa Pawelski se penche sur le cas de la traduction problématique en anglais du terme supplice qu’utilise Michel Foucault dans Surveiller et punir. Naissance de la prison, et plus généralement sur les difficultés que pose le langage foucaldien en langue anglaise. En s’appuyant notamment sur la distinction mise en avant par Michèle Leclerc-Olive entre concepts thématiques et concepts opératoires, Melissa Pawelski dégage des rapports d’intertextualité entre le texte de Foucault et d’autres textes philosophiques abordant la question du supplice (Montesquieu, Voltaire), qui influent sur les choix de traduction en anglais de ce terme. Elle étudie ce faisant la manière dont le traducteur de Surveiller et punir en anglais, Alan Sheridan, inscrit sa pratique traductive dans ce que Immanuel Wallerstein nomme une « théorie de l’histoire » des concepts (theory of history), qui s’appuie sur un usage du dictionnaire propre à chaque traducteur.

4Ludivine Bouton-Kelly aborde ensuite les problèmes de traduction spécifiques posés par l’écriture réputée difficile de Jacques Lacan, à partir des notes de plusieurs de ses traducteurs comme Anthony Wilden et John Forrester (on retrouve également Alan Sheridan), et des travaux de Jean-Pierre Cléro. Reprenant l’idée de Michèle Leclerc-Olive selon laquelle le traducteur de SHS est confronté à des défis comparables à ceux du traducteur littéraire, Ludivine Bouton-Kelly montre comment les traducteurs, face à l’idiolecte lacanien, doivent effectuer à la fois un travail herméneutique et un travail de re-traduction en français. Il leur faut aussi prendre en compte la dimension quasi scénique des écrits de Lacan, qui s’avèrent souvent être des transcriptions de cours ou de conférences, comportant une théâtralité des gestes, des silences, qui posent un défi de taille pour qui doit les traduire visuellement et verbalement dans le texte d’arrivée anglais. Le traducteur de Lacan est donc amené à enrichir son travail de traduction par la recherche d’un nouveau vocabulaire en anglais et la traduction d’effets stylistiques dignes de Raymond Queneau.

5Stéphan Lambadaris se penche, pour sa part, sur la traduction d’un texte célèbre de Derrida portant sur la traduction elle-même, intitulé Des tours de Babel, dans lequel le philosophe français s’intéresse à l’auctorialité de la traduction, philosophiquement mais aussi juridiquement. S. Lambadaris tente d’analyser en quoi la traduction de Graham constitue la première mise en application des réflexions traductologiques de Derrida telles qu’il les développe dans Des tours de Babel, posant alors la question de l’auctorialité du texte traduit et de l’identité de son auteur. S. Lambadaris établit une distinction entre les concepts de choix et de préférences du traducteur, pour montrer comment ces dernières permettent au traducteur de révéler sa présence dans le texte traduit. La pratique de la littéralité, telle que la revendique Graham en tant que traducteur du texte derridien, ne l’oblige t-elle pas, face à certaines apories de la traduction, à montrer certaines de ses préférences, multipliant alors l’embabelisation inhérente au texte de Derrida, pour reprendre les termes d’Henri Meschonnic ?

6Dans le sillage de l’article précédent et pour clore ce chapitre, Carolyn Shread étudie le lien entre sa théorie de la plasticité de la traduction et sa pratique comme traductrice de la philosophe Catherine Malabou. Elle montre comment la réception par l’auteur lui-même de ses propres textes traduits en langue étrangère n’est pas toujours une expérience heureuse. Selon C. Shread, le concept de plasticité, qui parcourt l’œuvre de Malabou, peut s’appliquer avec succès dans le domaine des translation studies, et permettre une conception du texte traduit plus malléable, plus indépendante du texte source. En effet, le traducteur est le premier lecteur de l’auteur, et donc le premier à recevoir, mais aussi à (re)façonner le texte source, à lui donner une nouvelle forme – voire à le détruire. Cette « destruction » du texte source dans une autre langue n’est pas sans engendrer une certaine forme de mélancolie chez l’auteur traduit, dont Malabou n’est pas exempte.

« Intraduisibles » de la phénoménologie française

7Stephen A. Noble ouvre le chapitre regroupant des études portant sur deux représentants de la phénoménologie française. Il aborde ici la réception problématique de l’œuvre du phénoménologue Maurice Merleau-Ponty dans le monde anglophone, qu’il relie entre autres à l’un des conflits académiques majeurs du xxe siècle entre deux traditions philosophiques, la tradition philosophique dite analytique (John L. Austin, W. Quine, P. Strawson), en vogue en Angleterre et aux États-Unis, et la tradition philosophique dite continentale (E. Husserl, M. Merleau-Ponty), plus européenne. Sur ce fond de désaccord conceptuel, illustré lors d’un colloque à l’abbaye de Royaumont, en 1958, qui a fait date dans l’histoire de la philosophie, Noble se penche en particulier sur le cas de la traduction en anglais de La Structure du comportement de Merleau-Ponty et de ses nombreuses erreurs. Les erreurs de la traduction anglaise, que ce soit sur le plan de la ponctuation, de la mise en page (de la table des matières par exemple) ou bien de la traduction en anglais de certains termes comme le mot « phénomène » ou le verbe « s’interroger », suscitent l’étonnement du lecteur français et même d’un lecteur anglais féru de philosophie, pour qui le texte de Merleau-Ponty se teinte d’une étrangeté supplémentaire. Noble s’interroge alors sur les conséquences d’une telle traduction quant à la réception de la philosophie française dite « continentale » dans le monde anglo-saxon, et sur la responsabilité du traducteur dont le rôle de passeur pourrait contribuer à nuancer l’idée fausse d’un irréductible fossé entre la philosophie analytique et la philosophie continentale.

8Denis et Maryvonne Boisseau reprennent d’une certaine manière les réflexions et les doutes de Stephen Noble là où il les avait laissés à la fin de son article, et poursuivent l’exploration de la traduction en anglais du terme français « interrogation », cette fois-ci en prenant le cas de la traduction du Visible et l’invisible puis de la Phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty. En s’appuyant sur les conclusions d’un autre article de Noble intitulé « The Language of Philosophy and the Challenges of Translation » (2018), ils constatent en effet la même traduction problématique d’« interrogation » dans Le Visible et l’invisible par « interrogation » en anglais, et d’« interroger » par « to interrogate », ce qui pose problème puisqu’en anglais le terme « interrogation » a un sens beaucoup plus limité qu’en français, et une dimension policière, voire judiciaire, que le français n’a pas. Le cas est un peu différent pour la Phénoménologie de la perception, puisque cet ouvrage de Merleau-Ponty a été traduit deux fois en anglais, par Colin Smith en 1962, sans appareil critique, et par Donald Landes en 2012, avec un appareil critique conséquent. Non seulement les perspectives de réception de ces deux traductions ne sont pas les mêmes, mais leurs choix de traduction, notamment par rapport au terme « interrogation », diffèrent en anglais (« questioning » et « examination »). Denis et Maryvonne Boisseau suggèrent alors qu’il existe d’autres alternatives en anglais pour traduire ce terme, et s’appuient sur un échange avec Lawrence Venuti pour démontrer que le sens français de « interrogation » aurait peu à peu contaminé et ouvert le sens restreint de « interrogation » en anglais, ce qui tendrait à confirmer que le sens d’un terme ne réside jamais en lui-même, mais advient dans le jeu des relations et des frottements qui le font exister.

9Dans son article, Bénédicte Coste s’interroge sur la nécessité de traduire Henri Maldiney (1912-2013), phénoménologue français majeur du xxe siècle dont l’œuvre a été longtemps négligée, mais qui depuis les années 2000 connaît une diffusion grandissante au sein de l’université française, même si son œuvre demeure peu traduite. La pensée de Maldiney est inclassable, au carrefour de la philosophie, de la psychopathologie et de l’esthétique, ayant contribué au « tournant esthétique de la phénoménologie », comme le souligne Maryvonne Saison. Est-ce en raison de cette pensée aux multiples contours, typiquement française dans son écriture (nombreuses citations du grec et de l’allemand, néologismes à foison), qu’il n’existe aucune traduction complète de Maldiney en anglais, alors qu’il a été traduit, certes partiellement, en allemand, italien, japonais et russe ? Coste pose également la question de l’identité des traducteurs de Maldiney et de leur formation : ce sont en grande majorité des universitaires, souhaitant souvent rendre hommage à la pensée maldinienne ou la faire redécouvrir. Cependant, peu d’éditeurs anglo-saxons seraient susceptibles d’être attirés par la possibilité de faire traduire Maldiney en anglais, en raison de son « “écriture française” en philosophie », pour reprendre les termes de Gisèle Sapiro. L’aide d’infrastructures numériques et de portails de revues pourrait toutefois s’avérer précieuse pour permettre une traduction collaborative internationale de Maldiney, et donc favoriser la diffusion à l’étranger de la pensée originale d’un philosophe français injustement oublié.

Détournements, décontextualisation et réappropriation

10Agnès Whitfield nous présente une étude détaillée de la circulation des « voix de la traduction » françaises en anglais et en d’autres langues, en sélectionnant un corpus de six chercheurs emblématiques de la pensée traductologique française, de 1960 à 2015. Plusieurs facteurs sont pris en compte pour réaliser cette enquête, dont des critères qui ne relèvent pas de la traduction à proprement parler : les occurrences où ces auteurs sont cités dans d’autres articles par des chercheurs internationaux ou dans des bibliographies d’ouvrages, ou les ouvrages ou articles que ces auteurs ont écrit directement en anglais. A. Whitfield choisit de constituer un corpus composé de traductologues ou de sociologues, voire de linguistes dont les recherches touchent également à la traduction, et dont la pensée peut être considérée comme représentative de la pensée française contemporaine (sans pour autant appartenir à la French Theory) : Georges Mounin, Danica Seleskovitch, Marianne Lederer, Michel Ballard, Daniel Gile et Gisèle Sapiro. Les statistiques de l’enquête de Whitfield montrent que sur un corpus de 44 ouvrages, seulement 7 ont été publiés en anglais, dont seulement quelques-uns sont des traductions. Les ouvrages de Michel Ballard, par exemple, qui dans le domaine de la traductologie s’avère être l’un des chercheurs les plus prolifiques, n’ont pas été traduits en anglais, résultat pour le moins surprenant. En revanche, sur ce même corpus d’auteurs, les traductions dans des langues autres que l’anglais sont bien plus nombreuses : en arabe, en chinois, en allemand, en japonais, en serbe, en géorgien, en hongrois, en russe, en espagnol et même en persan… L’un des facteurs de ce succès de la traductologie française en dehors du monde anglophone tient, selon A. Whitfield, à plusieurs facteurs, dont l’intérêt croissant dans certains pays pour la traductologie ou les translation studies en tant que discipline, ainsi que l’ouverture de certains pays sur le plan politique.

11Dans l’article suivant, Mark T. Hewson s’intéresse à ce qu’il nomme la « lente réception » de Marcel Gauchet dans le monde anglophone, malgré son statut en France comme l’un des philosophes majeurs du xxe siècle. La grande majorité de ses œuvres n’a pas été traduite en anglais, ce qui contraste fortement avec la réception fulgurante et enthousiaste dans la sphère anglophone des grandes figures de la pensée française des années 1960, telles que Derrida, Lacan et d’autres. Dans son ouvrage sur la French Theory, François Cusset remarque le peu d’intérêt que la pensée de Gauchet a suscité dans le monde anglophone, et suggère que cela pourrait s’expliquer par le fait que ses ouvrages ne sont pas caractéristiques d’un certain style très littéraire et subversif des penseurs de la French Theory tels qu’Alain Badiou ou Jacques Rancière. Cependant, une nouvelle collection intitulée « New French Thought », qui a commencé à paraître dans les années 1990 chez Princeton University Press, a publié la traduction d’un des principaux ouvrages de Gauchet, Le Désenchantement du monde, s’inscrivant dans une volonté de diffuser une nouvelle tendance de la vie intellectuelle française, plus humaniste et libérale. M.T. Hewson étudie ensuite la position particulière de Gauchet dans le monde intellectuel français de ces trente dernières années, ses liens avec des historiens de premier plan comme Pierre Nora et François Furet, et la façon dont la pensée de Gauchet reflète une philosophie réconciliée avec une certaine forme de libéralisme, d’où sans doute le regain d’intérêt pour ses ouvrages outre-Manche.

12Reprenant certaines propositions de Michèle Leclerc-Olive, David Couvidat interroge la « responsabilité scientifique » (Leclerc-Olive) de l’éditeur d’un texte d’anthropologie, en essayant de comprendre comment celui-ci intervient de façon décisive dans la réception d’un texte, après le travail du traducteur. La révélation des arbitrages éditoriaux dans la manière de présenter une œuvre de l’anthropologie française à un lecteur anglophone s’avère cruciale, et participe à la « fonction auctoriale » de l’éditeur anglophone. Couvidat prend le cas particulier de la réception du premier ouvrage de Georges Condominas, Nous avons mangé la forêt de la pierre-génie Gôo – Chronique de Sar Luk, village mnong gar (tribu proto-indochinoise des hauts-plateaux du Viêt-Nam central), paru tout d’abord en France en 1957, traduit ensuite « officiellement » en anglais au Royaume-Uni et aux États-Unis en 1977, et réédité aux États-Unis en 1994. D. Couvidat s’interroge ici sur le cheminement assez particulier de ce texte (qui a valu à son auteur le qualificatif de « Proust de l’ethnologie » de la part de Claude Lévi-Strauss), puisque ce livre a d’abord été traduit en trois langues (italien, allemand, russe) avant d’être traduit en anglais, et ce vingt ans après sa parution en français. Pourquoi un tel écart entre l’édition française en 1957 et sa traduction anglaise en 1977 ? Cet écart serait-il dû aux différences disciplinaires entre les deux pays, ou bien à une lecture spécifiquement américaine de l’anthropologie française ?

13Dans son article, Eugene Brennan se penche, quant à lui, sur un aspect peu étudié et inattendu de la diffusion et de la traduction de la French Theory en Angleterre, à savoir l’influence de la pensée française des années 1960 dans le monde du journalisme anglais, et en particulier les articles journalistiques des critiques musicaux dans le sillage du mouvement punk (1978-1984). Brennan prend le cas d’un magazine mensuel britannique de l’époque, The New Musical Express, et étudie le changement d’écriture opéré par les critiques musicaux de ce magazine, en grande partie dû à l’utilisation de concepts de la French Theory, emblématique d’un « modernisme populaire ». Ainsi, des auteurs tels que Roland Barthes et sa distinction entre plaisir et jouissance, mais aussi Derrida avec son concept de déconstruction, se sont avérés essentiels pour décrire et étudier un phénomène musical cherchant à amplifier l’exaltation, le chaos et l’indétermination en musique. Brennan entreprend de dresser d’abord un tableau historique afin de recontextualiser la tradition du journalisme musical en Angleterre et le lien qu’entretenaient alors les critiques musicaux anglais à la théorie, puis il s’interroge sur la traduction d’un concept bien précis abondamment utilisé dans les années 1980 par la critique musicale anglaise dans le domaine de la musique populaire, à savoir le concept d’abjection, développé par Georges Bataille et Julia Kristeva.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Naugrette-Fournier et Bruno Poncharal, « Présentation », Palimpsestes, 33 | -1, 14-18.

Référence électronique

Marion Naugrette-Fournier et Bruno Poncharal, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/3816 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.3816

Haut de page

Auteurs

Marion Naugrette-Fournier

Bruno Poncharal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals