Navigation – Plan du site

Quels facteurs favorisent la traduction des livres de sciences humaines ?

Le cas des traductions de l’anglais en français et du français en anglais à l’heure de la mondialisation
Gisèle Sapiro
p. 19-42

Résumés

La circulation internationale des idées dépend d’une série de facteurs sociaux et de l’action d’intermédiaires, comme l’a pointé Bourdieu. La circulation de livres de sciences humaines et sociales en traduction offre un site pertinent d’observation des échanges intellectuels entre cultures. Quels ouvrages de sciences humaines et sociales sont traduits, et pourquoi ? Cet article propose un cadre général des facteurs déterminant la traduction d’ouvrages de sciences humaines et sociales et de leurs canaux de circulation. Six ensembles de facteurs sont analysés : 1) les rapports de force entre langues, cultures et traditions nationales disciplinaires ; 2) le capital symbolique et autres propriétés de l’auteur ; 3) les propriétés du livre ; 4) le capital symbolique de la maison d’édition ; 5) les réseaux éditoriaux et académiques ; 6) les aides à la traduction. Certains de ces facteurs sont spécifiques à cette catégorie d’ouvrages ; d’autres sont caractéristiques des traductions « haut de gamme » au pôle de production restreinte du champ éditorial ; d’autres encore découlent des rapports de force qui structurent le marché mondial du livre. Ce cadre s’appuie sur une étude empirique des circulations entre le français et l’anglais à l’ère de la mondialisation, combinant méthodes quantitatives et qualitatives. Au cours de cette période, les États-Unis sont devenus hégémoniques dans beaucoup de domaines, marché du livre inclus, quand l’hégémonie française déclinait, sans pour autant perdre entièrement son capital symbolique dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Haut de page

Texte intégral

1La circulation internationale des idées dépend d’une série de facteurs sociaux et de l’action d’intermédiaires (Bourdieu, 2002). Au sein du champ académique, cette circulation s’inscrit dans des cadres et lieux spécifiques, colloques, conférences, revues et livres. La circulation des ouvrages de sciences humaines et sociales constitue un espace d’observation privilégié des mécanismes qui régissent les échanges intellectuels transnationaux. Ces échanges posent tout d’abord la question de la langue de communication.

2En effet, les sciences humaines et sociales occupent une position intermédiaire entre la littérature, fortement liée aux langues vernaculaires, et les sciences de la nature, qui tendent à adopter un langage universel pour limiter les risques d’ambiguïté : le latin a joué ce rôle par le passé en Europe ; désormais c’est l’anglais qui sert de langue de communication privilégiée, auprès des langues formelles (mathématiques et logique). Les disciplines de sciences humaines et sociales oscillent entre ces deux options. Celles qui revendiquent le modèle de sciences de la nature, comme l’économie et la psychologie, ont adopté la norme de la communication en anglais, tandis que les plus littéraires ou les plus liées au cadre national, comme le droit et l’histoire, demeurent attachées aux langues nationales (à l’exception de sous-disciplines comme la littérature comparée ou le droit comparé). L’anthropologie et la sociologie se situent entre ces deux tendances.

3Les choix linguistiques sont également liés au degré d’internationalisation, variable entre disciplines (Gingras, 2002). Ils tiennent en outre aux pratiques de publication : le modèle des sciences de la nature privilégie le support de la revue scientifique, tandis que le modèle littéraire, qui prévaut dans les humanités, demeure attaché au format du livre. L’histoire, l’anthropologie et la sociologie se situent là aussi entre ces deux tendances, l’histoire étant plus proche des humanités, tandis que la sociologie est plus proche de l’économie sous ce rapport.

4La circulation internationale des idées dépend donc en bonne partie de la traduction d’ouvrages. Quels sont les ouvrages qui circulent en traduction et pourquoi ? La sociologie de la traduction que nous développons au Centre européen de sociologie et de science politique a établi une méthodologie pour étudier les flux de traduction entre les langues et le rôle des intermédiaires, traducteurs, éditeurs, agents littéraires, universitaires et représentants étatiques (Heilbron & Sapiro, 2002, 2007 ; Sapiro [éd.], 2008). Cependant, la plupart des études quantitatives ont été consacrées à la circulation des œuvres littéraires. Or, la traduction d’ouvrages de sciences humaines et sociales présente des spécificités, du fait qu’elle est encastrée à la fois dans le champ académique et dans le champ éditorial.

  • 1 . Hors livres pratiques qui constituent une catégorie éditoriale distincte.

5Le concept abstrait de « champ », élaboré par Pierre Bourdieu, désigne des espaces relativement autonomes, régis par des règles et des enjeux spécifiques, qui organisent la concurrence entre les agents de ce champ, et qui sont structurés par la distribution inégale du capital spécifique à ce champ (Bourdieu, 1984a, 1992, 2013). Pour désigner ce capital spécifique, on emploiera ici un autre concept forgé par Bourdieu, celui de « capital symbolique » (Bourdieu, 2000), et il sera entendu comme synonyme de « réputation », notion utilisée en socio-économie de la culture. Concernant le « champ académique », Bourdieu distingue le capital symbolique, lié à la reconnaissance par les pairs, du capital temporel, qui se définit par le pouvoir de reproduction (Bourdieu, 1984b). Le « champ éditorial » se structure quant à lui autour d’une opposition entre un pôle de grande production où prévaut la quête de profit économique, et un pôle de production restreinte régi par des logiques intellectuelles (Bourdieu, 1999). Ainsi qu’il ressort des entretiens que nous avons réalisés avec des éditeurs et agents littéraires, cette polarisation sous-tend les classifications indigènes qui distinguent les livres « haut de gamme » (« upmarket »), ou « sérieux » (« serious books »), des livres « commerciaux » (« commercial »). Située au pôle de production restreinte dans le sous-champ éditorial de la non-fiction1, l’édition en sciences humaines inclut les ouvrages de recherche, à rotation lente (ils touchent un public restreint mais sont susceptibles de devenir des références dans leur domaine à plus long terme), à l’opposé des essais pour le grand public, qui sont des titres à rotation rapide (ventes élevées dans un cycle de temps court), trop liés à l’actualité pour lui survivre, les manuels scolaires se situant entre ces deux pôles (ils touchent un public plus large que les ouvrages de recherche et ont une durée de vie moyenne).

6Cette contribution propose un modèle d’analyse des facteurs qui déterminent la traduction dans les sciences humaines et sociales et les circuits qu’elle emprunte. Ce modèle est fondé sur des études empiriques antérieures (combinant analyse de données quantitatives et enquête qualitative : entretiens, archives2), et sur une enquête quantitative et qualitative sur les traductions de livres de sciences humaines et sociales de l’anglais en français et vice-versa à l’heure de la mondialisation, menée dans le cadre du projet européen Interco-SSH (International Cooperation in the Social Sciences and the Humanities)3. Les bases de données exploitées ci-dessous sont présentées en annexe.

  • 4 . De fait, les presses universitaires développent de plus en plus une activité commerciale parallè (...)

7Au cours de cette période dite de globalisation, les États-Unis sont devenus hégémoniques dans beaucoup de domaines, marché du livre inclus. Cette hégémonie a commencé à s’affirmer dans les années 1970, marquées par une forte croissance de la production éditoriale (elle est multipliée par 6 aux États-Unis entre 1957 et 1978, par 3 en France, en RFA et au Japon, selon les données de l’UNESCO ; voir Milo, 1984), et par un phénomène de concentration de l’industrie du livre à travers des fusions-acquisitions. Ce phénomène a renforcé les contraintes économiques pesant sur le marché du livre, en augmentant les attentes en termes de profit (Schiffrin, 1999). Dans le monde anglo-américain, ces contraintes accrues, associées à l’introduction des pratiques de gestion néo-libérales dans les universités et aux restrictions budgétaires qui s’en sont suivies, ont eu un impact immédiat sur les presses universitaires (Thompson, 2005), lesquelles sont pourtant protégées, en général, par le statut d’entreprise à but non lucratif et donc séparées de l’édition commerciale (trade)4. Les traductions étant coûteuses, elles se sont raréfiées. Néanmoins, les sciences humaines et sociales françaises sont toujours traduites en anglais, même si le nombre de titres reste très inférieur à celui des traductions de l’anglais en français.

8Ces flux asymétriques reflètent des échanges inégaux qui doivent être interprétés à la lumière d’un ensemble de facteurs. On analysera six groupes de facteurs favorisant ou faisant obstacle à la circulation des livres de sciences humaines et sociales en traduction :

  1. les rapports de force entre langues, cultures et traditions nationales disciplinaires ;

  2. le capital symbolique et autres propriétés de l’auteur ;

  3. les propriétés du livre ;

  4. le capital symbolique de la maison d’édition ;

  5. les réseaux éditoriaux et académiques (capital social) ;

  6. les aides à la traduction (capital économique).

9Certains de ces facteurs sont spécifiques à cette catégorie d’ouvrages ; d’autres sont caractéristiques des traductions « haut de gamme » au pôle de production restreinte du champ éditorial ; d’autres encore découlent des rapports de force qui structurent le marché mondial du livre (Sapiro, 2010 ; Sapiro [éd.], 2008).

  • 5 . Que nous avons développée ailleurs (Sapiro, 2013 ; Santoro & Sapiro [éds], 2017 ; Sapiro, Santor (...)

10La traduction sera considérée ici comme un indicateur approximatif (proxy) pour les échanges intellectuels. Il faut cependant garder à l’esprit que les livres et articles circulent aussi dans leur langue originale, même si c’est dans des cercles plus restreints, et que le fait qu’un livre soit traduit ne dit rien de sa réception, de ses appropriations et des usages qui en sont faits, questions requérant un autre type de méthodologie5. Dans son article sur « les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Bourdieu (2002) met l’accent sur le rôle des « importateurs » et décrit trois opérations, de sélection, de marquage et d’interprétation. C’est sur la première de ces opérations, celle de la sélection, qu’on se concentrera ici. Pour cette raison, nous n’aborderons pas non plus ici la question des traducteurs, ni celle de la qualité des traductions, qui participent de façon cardinale de la circulation des idées, mais qui nécessitent une approche distincte.

Les rapports de force entre langues, cultures nationales et traditions disciplinaires

11Le premier facteur affectant la traduction est la centralité de la langue d’origine de l’ouvrage dans le marché mondial de la traduction. Cette centralité – catégorie purement descriptive – est mesurée d’après le nombre de traductions faites à partir de cette langue (Heilbron, 1999). L’anglais est selon ce critère la langue hypercentrale : dans les années 1980, 45 % des livres traduits dans le monde provenaient de cette langue, et ce pourcentage a encore augmenté dans les années 1990, atteignant 59 %, quand le russe tombait de 12,5 % à 2,5 % à la suite de la chute des régimes communistes (Sapiro [éd.], 2008). Le français et l’allemand ont conservé leur position centrale à l’ère de la mondialisation : autour de 10 % des titres proviennent de chacune de ces langues. L’italien, l’espagnol et le suédois comptent parmi les quelques langues semi-périphériques, qui représentent entre 1 et 3 % des parts du marché de la traduction (l’espagnol s’étant légèrement renforcé). Toutes les autres langues occupent selon ce critère une position périphérique, n’atteignant pas le seuil de 1 % (dont le japonais s’approche cependant depuis les années 1990, notamment grâce au succès mondial des mangas).

12La diversité des catégories d’ouvrages traduits d’une langue constitue un deuxième indicateur de centralité (Heilbron, 1999) : peu de livres de non-fiction sont traduits des langues périphériques, alors que les langues centrales et semi-périphériques en exportent. Ainsi, sur une base de données de 2 950 titres de sciences humaines et sociales traduits en français à partir de onze langues entre 1985 et 2002, l’anglais totalisait 53 % des traductions, suivi de l’allemand (25 %), l’italien (11 %), l’espagnol (4 %), le russe (3 %) ; la part de toutes les autres langues (néerlandais, polonais, roumain, tchèque, suédois) était inférieure à 1,5 % (Sapiro & Popa, 2008).

13Cette répartition signale cependant une relative autonomie du marché de la traduction de livres de sciences humaines et sociales : l’allemand et l’italien y sont surreprésentés par rapport à l’ensemble des traductions de ces langues, tandis que l’anglais y est moins dominant (l’anglais représentait près de deux tiers de l’ensemble des traductions en français pour la même période, l’allemand 10 % et l’italien 5 %, l’espagnol et le russe 3 % ; (Sapiro [éd.] 2008)).

14Ces données convergent avec celles extraites de l’Index Translationum de l’UNESCO pour la période 1980-2005 en regroupant trois catégories (droit, éducation, sciences sociales ; philosophie, psychologie ; histoire, géographie, biographie) : l’anglais est sous-représenté dans le domaine des sciences humaines et sociales avec 48 % contre une moyenne globale de 55 % de traductions de cette langue pour la période (Sapiro, 2009 : 276). Les sciences humaines et sociales traduites du français et de l’allemand sont en revanche légèrement surreprésentées par comparaison au pourcentage global des traductions de cette langue (respectivement près de 12 % contre 10 % toutes catégories d’ouvrages confondues pour le français, et 11 % contre 9,2 % pour l’allemand). En revanche, pour l’italien (3 %) et l’espagnol (2,4 %), on n’observe pas de tels écarts au niveau mondial. Les ouvrages italiens de sciences humaines et sociales sont donc bien surreprésentés parmi les traductions en français, et il en va de même pour les titres allemands (l’écart entre la part de traductions de sciences humaines et sociales traduites de l’allemand en français et l’ensemble des traductions de cette langue en français étant bien plus important qu’au niveau mondial).

15La centralité de la langue dans laquelle il est traduit accroît aussi les chances d’un ouvrage d’être traduit dans d’autres langues : les éditeurs intéressés par la traduction d’un titre hors du domaine public souhaitent généralement savoir pour quelles autres langues les droits ont été cédés et se disent favorablement influencés lorsqu’ils apprennent qu’il est déjà en cours de traduction ou paru dans d’autres langues. Pour cette raison, les intermédiaires (chargés de cession de droits, agents) mettent cette information en avant lors de la prospection. C’est surtout le cas avec l’anglais, même si, pour les ouvrages académiques, une traduction dans cet idiome hypercentral peut aussi constituer un obstacle à la traduction dans d’autres langues, les éditeurs considérant que les universitaires pourront le lire en anglais

16Pour atteindre un public international, un certain nombre de chercheurs de pays périphériques choisissent d’écrire directement en anglais ou dans une autre langue centrale (le français pour les pays d’Afrique francophone, par exemple). La carrière internationale du penseur slovène Slavoj Žižek a commencé avec la publication de son premier livre écrit directement en anglais, The Sublime Object of Ideology, en 1989. Cette tendance renforce la domination de l’anglais dans le champ global des sciences humaines et sociales. En outre, si l’adoption d’une langue commune réduit les ambiguïtés, on risque de perdre en complexité ce que l’on gagne en transparence : par-delà la communication, la traduction constitue un puissant outil de réflexivité sur nos catégories de pensée, indispensable en sciences humaines et sociales.

17Cependant, comme pour les genres littéraires (Sapiro [éd.] 2008), la part relative des sous-catégories de livres de non-fiction traduits (documentaires, essais politiques, ouvrages scientifiques, ouvrages de sciences humaines et sociales, dictionnaires, livres pratiques, etc.) varie d’une langue à l’autre et d’un pays à l’autre. Si l’on se concentre sur les ouvrages de sciences humaines et sociales, certains pays apparaissent dominants dans la circulation des idées. Plus de 85 % des titres traduits de l’anglais en français entre 2003 et 2013 sont initialement parus aux États-Unis (55 %) et au Royaume-Uni (30 %) ; et 6 % sont des recueils d’articles d’auteurs basés pour la plupart dans ces deux pays, qui ont été compilés par des éditeurs français.

18Les disciplines sont, elles aussi, inégalement représentées entre les langues et entre les pays. La comparaison de la part des traductions par discipline révèle un autre facteur favorisant la traduction d’ouvrages de sciences humaines et sociales : le capital symbolique d’une discipline dans une tradition nationale. Prenons l’exemple de la philosophie. Dans l’enquête citée sur les traductions de sciences humaines et sociales en français de 1985 à 2002, en provenance de onze langues, nous avons constaté que l’allemand arrivait en tête dans cette discipline, alors que l’anglais était la première langue pour tous les autres domaines (Sapiro & Popa, 2008). Si l’on compare à présent la part qu’elle occupe dans les flux de traduction des différentes langues, il appert que la philosophie totalise près de la moitié des traductions de l’allemand en français, alors qu’elle n’atteint que 16 % des traductions de l’anglais à cette époque. La philosophie allemande est dotée en France (et ailleurs) d’un capital symbolique conséquent, comme en témoigne le fait qu’elle est traduite par de grands éditeurs généralistes. Dans les années 1980, Gallimard, le plus prestigieux des éditeurs littéraires français, a, par exemple, édité les œuvres complètes de Heidegger. À l’inverse, jusqu’à une période récente, la philosophie américaine était à peine reconnue en France. Ce n’est que depuis les années 1990 que l’on traduit en français des philosophes analytiques et pragmatistes américains. Ainsi, la plupart des œuvres de John Dewey ont été traduites après 2000 (Pudal, 2004, 2012). Cette croissance de la part de la philosophie parmi les traductions de l’anglais depuis ce moment est confirmée par un échantillon de 715 titres traduits de l’anglais en français entre 2003 et 2013 (extraits de la base Electre) : la philosophie atteint pendant cette période 21 %, soit un titre sur cinq, ce qui la place en deuxième position après l’histoire (24 %). La philosophie et l’histoire sont également les disciplines les plus traduites en sens inverse, du français en anglais (environ un quart chacune) (Sapiro, 2014).

19La sociologie vient en troisième position, avec 13 % des titres traduits du français en anglais, et 7 % de ceux traduits de l’anglais en français. Cette part relativement élevée de la sociologie parmi les traductions du français en anglais est l’expression du capital symbolique accumulé par la sociologie française depuis le rôle joué par Durkheim dans la fondation de la discipline à la fin du xixe siècle (Heilbron, 2016), et surtout depuis la consécration internationale de Bourdieu (on y reviendra). En France comme dans d’autres pays en Europe et dans le monde, la sociologie américaine a commencé à susciter un intérêt après la Seconde Guerre mondiale. Le rythme des traductions s’est accéléré dans les années 1970, et plus encore à partir des années 1990 (Chenu, 2001). De façon similaire, quoique plus récemment, le domaine des études de genre (gender studies), dont Judith Butler est une des figures majeures, s’est constitué aux États-Unis où il a accumulé du capital symbolique.

20Notons cependant que le capital symbolique d’une discipline dans une tradition nationale est une condition nécessaire mais non suffisante pour assurer la circulation des ouvrages dans cette tradition : celle-ci dépend aussi de l’intérêt pour le domaine en question dans le champ de réception. Par exemple, la psychanalyse se vend bien dans les pays latino-américains et en Angleterre, mais pas aux Pays-Bas : « il n’y pas de psychanalyse aux Pays-Bas ; nous sommes dans les neurosciences », aurait rétorqué, à la foire de Francfort, un éditeur néerlandais à la chargée de cession d’une maison d’édition savante française, à qui il ne restait plus qu’à « remballer son catalogue » (entretien réalisé le 4 novembre 2010).

Capital symbolique international et autres propriétés de l’auteur

21Le capital symbolique international de l’auteur est lié aux deux facteurs précédents, mais c’est une variable indépendante, dans la mesure où ce capital est enfermé dans le nom propre de l’auteur. Ce nom peut suffire presque à soi seul à la prise de décision de traduire ses œuvres, indépendamment de leur contenu.

  • 6 . Entretien avec Richard Fischer, directeur éditorial de Cambridge UP, 7 mars 2012.

22Ce phénomène s’observe notamment pour les auteurs ayant acquis le statut de « classiques ». Les œuvres de Descartes, Voltaire, Diderot ou Montesquieu ont plus de succès en traduction que les titres contemporains. En 1989, Cambridge University Press a publié, par exemple, une édition intégrale de L’Esprit des lois de Montesquieu, et cet ouvrage s’est fort bien vendu aux États-Unis, en raison notamment du rôle de Montesquieu dans le cadrage de la constitution américaine6. Certains auteurs décédés sont parfois (re)découverts et constitués comme classiques. C’est, par exemple, le cas de David Thoreau (6 traductions en français depuis 1993), dans le contexte de la montée de la question écologique et de l’intérêt croissant pour les penseurs américains. La plupart des 22 titres de classiques (re)traduits de l’anglais en français entre 2003 et 2013 étaient américains (Ralph Waldo Emerson, Frederick Douglass, White Dickson, William James, Thomas Paine, Lysander Spooner, Henry Thoreau) ; il n’y avait que 5 titres d’auteurs britanniques (David Hume, William Bradford, Edwin Chadwick, Francis Hutchinson, Mary Wollestonecraft), et un de Karl Marx.

23Les titres d’auteurs des xviie, xviiie et xixe siècles ne représentent que 3 % de l’ensemble des titres traduits de l’anglais en français pendant cette période. En revanche, ceux des auteurs du xxe décédés avant la fin du siècle atteignent 16 %. Certains de ces auteurs sont en train de devenir des classiques : on a déjà évoqué le cas de Dewey, on peut ajouter celui de John Rawls, intégré dans les années 1990 au canon philosophique français (5 titres traduits entre 1987 et 2002 ; Hauchecorne, 2012 ; 2019). Edward Saïd est également devenu une référence pendant cette période (4 titres traduits depuis sa mort en 2003 ; Brahimi et Fordant, 2017).

24Des sociologues étasuniens ont également acquis une plus grande visibilité pendant cette période : si Erving Goffman était traduit depuis les années 1960 dans la collection « Le sens commun » dirigée par Bourdieu aux Éditions de Minuit, deux ouvrages de Robert Park ont paru pour la première fois en français en 2007 et en 2008, et un du sociologue des sciences Joseph Ben David. Cependant, ces auteurs étaient déjà bien connus des sociologues français, qui les avaient lus en anglais, à la différence du sociologue noir W.E.B. DuBois, dont le nom fut introduit pendant cette période.

  • 7 . Entretien avec Craig Calhoun, 3 janvier 2009.
  • 8 . Entretien cité avec Richard Fischer.

25Ce processus de classicisation s’observe aussi dans l’autre sens, du français vers l’anglais, avec les auteurs identifiés à la French Theory, notamment Roland Barthes, Jacques Derrida et Michel Foucault (Lamont, 1987 ; Cusset, 2003 ; Dumont, 2017 ; Sapiro & Dumont, 2016). À un certain moment de leur carrière internationale, la visibilité et le capital symbolique transnationaux acquis par ces auteurs ont commencé à produire un effet « Mathieu » (Merton, 1968) : plus ils sont traduits, plus ils sont traduits. Ce phénomène s’observe dans le cas de Pierre Bourdieu. Depuis les années 1970, les ouvrages de Bourdieu en traduction ont connu une évolution exponentielle (voir graphique 1). D’abord reconnus dans des domaines de spécialisation tels que l’anthropologie, la sociologie de l’éducation, la sociologie de la culture, ses travaux lui ont valu d’être reconnu comme théoricien du social à la fin des années 1980, après la traduction en anglais de son livre majeur, La Distinction, chez Harvard UP (Sapiro, 2013). Ce livre, réimprimé huit fois avant d’être réédité en couverture souple (paperback) entre 1987 en 1996, ce qui est rare pour un ouvrage aussi volumineux, a grandement contribué à unifier la réception jusque-là fragmentée de son œuvre7. Cette réception a favorisé en retour la traduction de ses autres ouvrages comme l’indique la courbe sur le graphique (Sapiro & Bustamante, 2009). Et ses ouvrages traduits précédemment, comme Esquisse d’une théorie de la pratique, publié en 1977 chez Cambridge UP, sont devenu des longsellers8. Notons cependant que les voies de la réception peuvent diverger d’un pays à l’autre.

Graphique 1. Évolution du nombre de traductions d’ouvrages de Bourdieu dans le monde : un « effet Mathieu »

Graphique 1. Évolution du nombre de traductions d’ouvrages de Bourdieu dans le monde : un « effet Mathieu »

26À l’instar de Bourdieu qui a acquis le statut de classique après sa mort en 2002 (5 titres traduits entre 2002 et 2012), les auteurs identifiés à la French Theory et au structuralisme ont continué à être traduits en anglais, malgré une baisse d’intérêt dans l’édition académique américaine pour la traduction en général et pour la French Theory en particulier (Sapiro, 2014). L’Introduction à l’Anthropologie de Kant de Foucault est sorti en anglais aux presses du MIT un an après sa parution chez Vrin en 2007. 8 titres de Derrida, décédé en 2004, ont été traduits entre 2002 et 2012, et The University of Chicago Press a entrepris de publier l’ensemble de ses séminaires (McCoy, 2014), dans un contexte où l’on tend plutôt à privilégier l’acquisition des droits d’ouvrages isolés et courts.

27Quelques auteurs vivants sont aussi dotés d’un capital symbolique important. C’est le cas, parmi les Français, de Julia Kristeva et Hélène Cixous, et depuis un certain temps d’Alain Badiou, Jean-Luc Nancy et Jacques Rancière, également identifiés à la French Theory. Comme le souligne en entretien cet éditeur d’une presse universitaire américaine importante :

for a lot of really worthy books, books written by an American scholar, say, if they’d been written by an American scholar, they might do very well over here if they had a reputation, but when you have a French or German author who doesn’t really have a platform and whose references and basic frame of reference is not American, even with a really attractive topic, it’s going to find a much more limited market here. […] There are very few French authors who are known over here. So it’s a matter of building an audience for them. (Entretien réalisé le 10 août 2012)

28Les ouvrages d’auteurs contemporains (en vie au moment de la traduction) constituent la grande majorité des traductions. C’était le cas de 80 % des 715 titres de notre échantillon de traductions de l’anglais en français parus entre 2003 et 2013. 61 des 477 auteurs contemporains avaient au moins deux titres traduits, signe d’un intérêt pour l’auteur et pas seulement pour le titre en question. Ils ne totalisent toutefois que 28 % des titres, le ratio de concentration étant relativement bas (1.2). Le plus traduit, Slavoj Žižek (13 titres), est un essayiste prolifique et provocateur plus qu’un chercheur reconnu. Il est suivi de Judith Butler (7) et Noam Chomsky (6), tous deux connus pour leurs engagements politiques en tant qu’intellectuels, par-delà leur œuvre académique. Zygmunt Bauman et Richard Senett, deux théoriciens sociaux prolifiques, ont 5 titres traduits chacun. Parmi les auteurs ayant entre 2 et 4 titres en traduction et qui sont devenus une référence dans le champ académique français, on peut citer Martha Nussbaum, Stanley Cavell, Hilary Putnam en philosophie, James Scott en science politique, Amartya Sen en économie, Arjun Appadurai, Jack Goody, Mahmood Mamdani, Joan Scott et Anne Stoler en anthropologie, Frederick Cooper en histoire, Saskia Sassen en sociologie, Fredric Jameson et Gayatri Spivak en études littéraires.

29Les auteurs vivants dépourvus de capital symbolique transnational rencontrent en revanche de nombreux obstacles à la traduction de leurs ouvrages, la réputation nationale n’étant pas automatiquement transférée à l’étranger. Indépendamment du contenu de l’ouvrage et des domaines de spécialisation, certaines propriétés de l’auteur, qu’on ne fera que signaler ici, constituent néanmoins des atouts (ou des handicaps) en vue de l’accumulation de capital symbolique international et l’augmentation des chances d’être traduit : le sexe ; l’affiliation institutionnelle à un établissement réputé (tel que Oxbridge, Ivy League, École normale supérieure, École des hautes études en sciences sociales) ; la réputation de l’établissement de formation ; le capital social international dans les champs académique et intellectuel.

30On s’attardera sur le premier de ces facteurs, le sexe. Les hommes ont en effet plus de chances que les femmes d’être traduits : seulement 15-20 % des livres traduits du français en anglais et de l’anglais en français, soit moins d’un sur cinq, ont une femme pour auteure selon les données que nous avons réunies, ce taux variant de 11 % des traductions du français au Royaume-Uni à 17 % aux États-Unis, taux équivalent à leur pourcentage parmi les traductions de l’anglais en français (il est bien moindre pour d’autres langues comme l’allemand ou l’italien en français). S’il est difficile, faute de données, de savoir si ce pourcentage reflète leur part dans la production ou si elles sont effectivement sous-représentées dans les échanges transnationaux, on peut considérer qu’il est très inférieur à la présence des femmes dans le champ académique, le corps enseignant et chercheur en France en comptant 27 à 45 % en sciences humaines et sociales (avec des variations selon les disciplines ; Sapiro, Brun & Fordant, 2018). Et ce pourcentage est nettement inférieur à la part des titres écrits par des femmes parmi les traductions d’œuvres littéraires du français aux États-Unis à la même époque (1990-2003), lequel s’élève à un quart et atteint près d’un tiers parmi les auteurs vivants, quand pour les ouvrages de sciences humaines il ne monte qu’à 22 % (Sapiro, 2015).

31La répartition genrée varie aussi fortement selon les disciplines. Comme pour les positions universitaires, les auteures sont rares en économie et en droit, et s’imposent, en revanche, en psychanalyse (Julia Kristeva en tête) et bien sûr en études de genre, le seul domaine où les femmes sont plus traduites que les hommes, avec des figures emblématiques telles que Hélène Cixous côté français et Judith Butler côté étasunien. Cette dernière est la plus traduite des neuf femmes philosophes dont des livres ont paru en français entre 2003 et 2013, avec 6 titres (suivant un recueil en 2002), suivie de Martha Nussbaum depuis 2008 (4 titres) ; Hannah Arendt est l’unique femme parmi les philosophes décédés ayant été traduits pendant cette période. Il est non moins significatif que la seule femme juriste traduite en français soit la féministe Catharine MacKinnon, et il a fallu attendre deux décennies pour que Feminism Unmodified : Discourses on Life and Law (1987) soit disponible en français, à l’initiative des Éditions Des Femmes, à qui l’on doit également en 2007 une traduction de In Other Words (1993) de Gyatri Spivak, une des principales figures des subaltern studies, dont l’œuvre a mis aussi longtemps à arriver en France : 4 titres ont paru depuis 2006 (sur la réception de cette dernière en France, voir Brisson, sous presse).

32La corrélation entre l’affiliation institutionnelle à un établissement réputé et la traduction peut être étayée à partir de la base des 424 ouvrages ayant bénéficié d’une aide du CNL (Centre national du livre) pour la traduction du français en anglais entre 2002 et 2012 (ce qui supposait qu’ils avaient déjà fait l’objet d’un contrat de cession à un éditeur étasunien ou britannique, condition requise pour postuler à une aide) : un titre sur cinq était écrit par un-e professeur-e d’une université parisienne, un sur dix par un-e directeur-rice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales ou à l’École pratique des hautes études, et un même pourcentage de chercheur-e-s au CNRS.

33Nous n’avons pas recueilli de données sur l’établissement de formation des auteurs, mais cette variable est corrélée à la position institutionnelle (les institutions prestigieuses recrutent leurs membres en prenant en considération la formation aussi bien que les acquis des candidats), de même que l’est leur reconnaissance internationale. Une grande partie des penseurs français ayant acquis une renommée internationale ont été formés à l’École normale supérieure, à l’instar de Foucault, Derrida et Bourdieu, même s’ils y étaient des « marginaux » (c’est l’objection qu’on peut faire à l’analyse de la trajectoire de Derrida par Michèle Lamont, 1987). Il en va de même pour les chercheurs américains les plus reconnus, à l’instar de Rawls, titulaire d’un doctorat de Princeton et professeur à Harvard, et cela vaut a fortiori pour les figures de proue des études postcoloniales et subalternes issues de pays « périphériques » du point de vue de la circulation académique : Edward Saïd a obtenu son doctorat à Harvard, Gyatri Spivak à Cornell, les deux ont enseigné à l’université de Columbia (Brisson, 2018).

34En raison de l’imbrication entre réseaux académiques et éditoriaux (voir infra), notamment dans des pays où les essais de recherche sont principalement publiés par des presses universitaires, comme aux États-Unis, le capital social international de l’auteur-e influe sur ses chances d’être traduit. Comme l’a exprimé en entretien (réalisé le 13 mars 2013) une responsable de cession dans une grande maison d’édition : « Souvent j’ai des jeunes auteurs qui disent « je veux publier en anglais ». Mais ils n’ont aucun contact là-bas ! Après c’est peut-être parce qu’ils sont trop jeunes. Je ne sais pas… Ils sont au tout début de leur carrière. »

  • 9 . Entretien avec Aristide et Vera Zolberg, 9 juin 2009.

35Le capital social international dans les champs académique et intellectuel n’est cependant pas indépendant du capital symbolique dans la mesure où il se constitue à travers des invitations à l’étranger, dans le cadre de colloques, conférences, résidences, échanges académiques, postes de professeur ou de chercheur invité, etc. Par exemple, Les Héritiers de Bourdieu fut proposé à The University of Chicago Press par Aristide Zolberg au début des années 1970 : Zolberg avait rencontré Bourdieu à Paris à la fin des années 1960, après avoir entendu parler de lui en Afrique par un sociologue de l’éducation, Rémy Clignet, et ils ont passé ensuite un an ensemble à l’Institute of Advanced Studies de Princeton en 19729. Il a fallu sept ans pour que le livre sorte, en raison de problèmes de traduction…

Propriétés du livre

36Le livre lui-même est bien sûr au cœur de la décision de traduire, surtout quand l’auteur ne dispose pas d’un capital symbolique suffisant. Par-delà la centralité de la langue d’écriture, évoquée précédemment, il y a au moins quatre facteurs importants : deux ont trait au contenu, deux à la forme.

37En premier lieu, le sujet du livre sera envisagé du point de vue de l’intérêt qu’il est susceptible de susciter dans le pays de réception. Cet intérêt est lié d’un côté à la spécialisation de l’éditeur, en termes de disciplines, courants, thématiques, de l’autre aux modes intellectuelles (par exemple, la gastronomie dans l’édition américaine des années 1990, ou plus récemment les émotions), aux sujets faisant écho à l’actualité politique ou aux préoccupations économiques et sociales de l’heure (globalisation, crise financière, handicap, animaux, religion, en particulier l’islam depuis le 11 Septembre), à la mémoire collective et aux commémorations (par exemple, les révolutions en 2017, année de commémoration de la révolution russe). Comme le décrit la chargée de cession d’une maison d’édition savante :

Après, il y a l’actualité qui peut jouer aussi. L’actualité fait que dans certains cas, par exemple, aux USA, après le 11 Septembre, tout l’intérêt des USA, des Américains, des presses universitaires, s’est tourné vers le terrorisme, les pays du Maghreb, les pays avec lesquels ils étaient en guerre, l’Afghanistan, etc. […] L’actualité joue beaucoup. (Entretien réalisé en 2010)

38Le deuxième facteur est l’approche. De façon générale, les textes théoriques tendent à circuler plus facilement que les textes empiriques, comme l’atteste le succès mondial de la French Theory. La vaste réception du livre de Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, paru en 2004 chez Harvard University Press, illustre la façon dont les essais proposant un modèle analytique peuvent devenir des ouvrages de référence (dans son cas sans même avoir de position universitaire). Cependant, certains travaux empiriques sont susceptibles de devenir paradigmatiques lorsqu’ils proposent une approche originale ou renouvellent profondément notre façon de considérer un objet. Les œuvres comparatives ont aussi plus de chances d’être traduites, surtout lorsqu’elles recourent à des données quantifiées sans que le traitement mathématique ne l’emporte sur le récit, à l’instar du best-seller mondial de Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle.

39De fait, le troisième élément est le style d’écriture : la lisibilité, l’accessibilité à un public de non-spécialistes constitue un critère de sélection des livres à traduire, surtout pour des travaux empiriques (cette condition ne vaut pas pour les œuvres théoriques, on n’attend pas de Heidegger ou Derrida d’être facilement lisibles…). Dans un entretien, un éditeur d’Oxford University Press a opposé la tradition d’écriture continentale, qu’il décrit comme « structurale », et la traduction narrative anglo-américaine :

You know, the Continental method has been traditionally structural. You know, a sort of breakdown of the topic. They have a sort of pseudo-scientific, encyclopédiste kind of style. Of doing it. Which is fine, and interesting, and valuable, and important. And there’s great works. But it’s not narrative, whereas the Anglo-American school of history in particular, and social sciences in general—sociology—use narrative. Which is why it translates better to a kind of general audience, to what we call the trade audience. So, just examples—I would love to buy more French history. Great historians, but they just simply don’t write in the format that I could use. I can publish those books, but even if they’re highly accessible, well-done, brilliant pieces of work, they’re considered academic, automatically, just because of the way they’re done. So that’s the difficult part. (Entretien réalisé en juillet 2010)

  • 10 . Entretien avec Éric Vigne, 9 juillet 2010.

40En France, le souci d’atteindre un public non universitaire est très présent dans les grandes maisons d’édition généralistes et parfois même dans les maisons d’édition savantes. Cela peut conduire à suggérer un changement de titre et des modifications du texte original : coupes, changement de l’ordre des chapitres. Par exemple, Faktizität und Geltung [facticité et valeur] de Jürgen Habermas fut renommé en français Droit et démocratie10.

  • 11 . Base de données du Bureau du livre français à New York.

41Enfin, la longueur de l’ouvrage est un critère non négligeable. Bien que la norme concernant les ouvrages académiques varie d’un endroit à l’autre, les contraintes pesant sur les traductions sont plus strictes du fait des coûts de traduction. Ainsi, deux tiers des 680 ouvrages de sciences humaines et sociales traduits du français en anglais entre 1990 et 2007 (selon un recensement du Bureau du livre français à New York) comptaient entre 100 et 300 pages, et seuls 14 % dépassaient les 400 pages11.

42Le délai de traduction entre la parution du livre original en français et sa traduction en anglais est en moyenne plus long pour les ouvrages volumineux, même lorsqu’il s’agit d’auteurs dotés d’un capital symbolique conséquent comme Bourdieu, ce qui signifie que la décision de traduire a été prise longtemps après la publication originale, généralement une fois que l’auteur a acquis une renommée internationale (Sapiro & Bustamante, 2009). Il y a bien sûr des exceptions comme La Distinction de Bourdieu (640 pages), paru en anglais cinq ans après sa sortie en France en 1979 ou Le Capital au XXIsiècle de Piketty (704 pages), paru en anglais un an après sa sortie en 2013. Tous deux ont été publiés à l’enseigne de Harvard University Press et sont immédiatement devenus des ouvrages de référence. Une autre exception est le livre de Philippe Descola, Par-delà nature et culture (488 pages), paru en 2013 chez The University of Chicago Press, sept ans après l’original en français, l’ambition théorique de l’ouvrage et l’inscription de son auteur, professeur au Collège de France, la filiation de Lévi-Strauss ayant convaincu les éditeurs.

Le capital symbolique de l’éditeur

43Le capital symbolique de l’éditeur de Bourdieu, Casanova et Piketty en anglais, Harvard University Press, a certainement joué un rôle non négligeable dans la vaste réception de leurs livres dans le champ académique et au-delà, aux États-Unis et dans le monde (Sapiro, 2014 ; Brissaud & Chahsiche, 2017). Si l’éditeur de la traduction a un impact sur la réception du livre dans le pays d’accueil et parfois ailleurs, comme dans ces cas, les chances pour un livre d’être traduit dépendent aussi du capital symbolique de l’éditeur d’origine, surtout lorsque l’auteur n’est pas encore très connu dans ce pays, et en l’absence d’un agent. Notre enquête sur les traductions littéraires du français aux États-Unis a révélé que 29 % des titres traduits entre 1990 et 2003 étaient parus chez Gallimard ; les Éditions du Seuil suivait avec 7 % (Sapiro, 2015). Cependant, le capital symbolique de l’éditeur varie d’un secteur à l’autre. En sciences humaines et sociales, c’est Le Seuil qui arrive en tête, avec 16 % des contrats de traduction signés entre 2002 et 2012, suivi de Galilée (11 %), un tout petit éditeur dont la position dans ce classement tient au capital symbolique de son principal auteur, Derrida ; Gallimard n’est ici que troisième (7 %), suivi de près par Fayard (6,8 %) et les Presses universitaires de France (6,4 %) [voir tableau 1]. Les 13 éditeurs ayant obtenu une subvention pour la traduction d’au moins 9 titres entre 2002 et 2012 concentrent trois quarts de l’ensemble des titres retenus par le Centre national du livre (le ratio entre les 424 titres et les 82 éditeurs étant relativement concentré ; voir tableau 1).

  • 12 . Sorá, Dujovne & Ostroviesky, 2014.
  • 13 . Frisani, 2014 ; Noël, 2012.

44On notera que la plupart des principaux exportateurs de sciences humaines et sociales françaises sont des éditeurs généralistes. Les PUF et Odile Jacob sont les seules maisons d’édition savantes parmi celles qui ont au moins 9 titres traduits pendant cette décennie, ce qui reflète le rapport de force inégal entre éditeurs généralistes et maisons savantes (sans parler des presses universitaires françaises, quasi inexistantes sur la scène internationale). Cela tient à l’investissement des éditeurs généralistes en France comme dans d’autres pays (Allemagne, Italie, Espagne, Argentine12) dans les sciences humaines et sociales, à la différence des éditeurs anglo-américains commerciaux (mis à part quelques petits éditeurs britanniques « radicaux » qui traduisent des ouvrages de sciences humaines et sociales pour accumuler du capital symbolique « critique », phénomène que l’on peut observer en France également13). On trouve néanmoins aussi dans cette liste des éditeurs spécialisés dans l’enseignement supérieur (La Découverte et Payot).

Tableau 1. Éditeurs français les plus traduits en anglais (2002-2012)

Éditeur original

Nombre de traductions

Seuil

66

Galilée

48

Gallimard

30

Fayard

29

PUF

27

Flammarion

18

Odile Jacob

17

La Découverte

17

Payot et Rivages

14

Albin Michel

14

Armand Colin

10

Grasset

10

Minuit

9

Autres éditeurs (n=69)

115

Total

424

Source : Liste des ouvrages ayant obtenu une subvention du Centre national du livre pour une traduction en anglais (2002-2012)

45À l’inverse, ce sont les presses universitaires qui « exportent » le plus d’ouvrages de sciences humaines et sociales de l’anglais vers le français, en particulier celles dotées d’un capital symbolique conséquent : ainsi, pour la période 2003-2013, Cambridge University Press et Oxford University Press arrivaient en tête, suivis d’un éditeur « radical », Verso, puis de Polity Press, éditeur spécialisé dans les sciences humaines et sociales (il est notamment le principal éditeur de Bourdieu en anglais), et Allen Lane (la marque de Penguin dédiée à la non-fiction « sérieuse » en couverture cartonnée). Les presses universitaires américaines sont Harvard UP, Princeton UP, Yale UP, Columbia UP, The University of Chicago Press, The University of California Press, et deux éditeurs spécialisés dans la non-fiction, Basic Books (qui fait désormais partie du groupe Hachette) ainsi que W.W. Norton.

46Ces 14 éditeurs concentraient un tiers de traductions en français, signe d’une plus grande dispersion du paysage éditorial anglo-américain que son homologue français. Le ratio est en effet ici deux fois inférieur à celui des traductions du français en anglais : 2,8 (715 titres pour 257 éditeurs), mais cette dispersion doit être relativisée si l’on considère que les livres, plus nombreux, proviennent de douze pays, dont 55 % des États-Unis, 30 % du Royaume-Uni. Cependant, elle reflète aussi la configuration plus décentralisée de l’édition académique étasunienne grâce aux presses universitaires (le fait que la plupart des éditeurs représentés dans la liste des titres subventionnés du CNL soient français tient au fait qu’il s’agit d’une instance gouvernementale, ce qui pourrait constituer un biais, mais notre échantillon test pour la période 2010-2013 confirme le quasi-monopole des éditeurs français sur les textes traduits en anglais : les 20 éditeurs qui ont vu au moins 3 de leurs titres paraître en traduction – concentrant 70 % de l’ensemble – étaient français, comme la grande majorité de ceux qui n’avaient qu’un ou deux titres traduits).

Tableau 2. Éditeurs anglo-américains les plus traduits en français (2003-2013)

Éditeur original

Nombre de traductions

Cambridge University Press

32

Oxford University Press

30

Harvard University Press (y compris Belknap)

27

Princeton University Press

27

Verso

23

Yale University Press

16

Routledge

15

Norton

15

Basic Books

14

Polity Press

10

Columbia University Press

9

University of Chicago Press

9

Allen Lane

8

University of California Press

8

Recueils inédits

71

Autres éditeurs (n=243)

401

Total

715

Source : Base de données bibliographiques Electre recodée (Interco-SSH).

Les réseaux

47La traduction d’ouvrages de sciences humaines et sociales dépend, on l’a dit, à la fois du champ académique et du champ éditorial. Il nous faut donc identifier les agents et réseaux qui participent à cette circulation : éditeurs, chargés de cession, agents littéraires, universitaires (qui sont souvent aussi des traducteurs), institutions de recherche.

48Les agents du champ éditorial comptent tout d’abord les éditeurs. Certains éditeurs ont des contacts et relations directs avec leurs homologues étrangers et échangent régulièrement des informations lors des foires du livre, ou par téléphone, e-mail, et autre, constituant un réseau éditorial transnational. Ces réseaux reposent en bonne partie sur le capital symbolique et social des éditeurs. Par exemple, The University of Chicago Press a acquis plus de trois titres du Seuil, de Gallimard et de Fayard entre 1990 et 2007. Parfois, ces réseaux sont médiatisés par des auteurs : par exemple, pendant la même période, Stanford University Press a fait paraître 24 titres de Derrida, acquis auprès de son éditeur Galilée. De même, 11 des 24 titres de Kristeva publiés par Columbia University Press avaient paru chez Fayard. Et Cornell University Press a acheté 3 titres de Gérard Genette auprès du Seuil. Or, ces connexions régulières favorisent aussi la circulation d’autres titres : par exemple, Columbia University Press a acquis au moins 6 autres titres de Fayard, et Cornell, 4 autres du Seuil pendant la même période. Notons en outre que les échanges entre ces éditeurs ne sont pas limités à la non-fiction dans nombre de cas, comme celui de The New Press, maison d’édition à but non lucratif fondée en 1990 par André Schiffrin, après son licenciement de Pantheon Books où il travaillait depuis 1960 (à la suite du rachat de celle-ci par un grand groupe). Né en France, fils de l’éditeur Jacques Schiffrin, le fondateur de la Bibliothèque de la Pléiade, qui avait créé Pantheon Books avec Helen et Kurt Wolff, éditeurs de Kafka lorsqu’il s’est réfugié aux États-Unis en 1940, André Schiffrin disposait d’un réseau de relations conséquent dans le champ intellectuel et éditorial français. Il a acquis auprès du Seuil pendant la période considérée 2 titres de l’historien Philippe Burrin, 5 de l’écrivain Tahar Ben Jelloun, et le récit autobiographique de la fille d’Irène Nemirovsky, Elizabeth Gille. Cependant, en raison du cloisonnement du champ éditorial académique, qui bénéficie d’un statut à but non lucratif, les échanges entre éditeurs sont moins diversifiés qu’entre éditeurs européens continentaux.

49Les échanges entre maisons d’édition sont relayés non seulement par les éditeurs mais aussi et surtout par les chargé-e-s de cession de droits, qui envoient des catalogues, écrivent des « pitch », entreprennent la prospection, se rencontrent dans des foires du livre, conduisent des négociations et suivent le processus de traduction (Seiler-Juilleret, 2014). Elles ou ils constituent souvent leurs propres réseaux et ont leur propre réputation et crédit. Qui plus est, les échanges sont fondés sur des affinités électives. Une chargée de cession d’une maison d’édition généraliste faisant partie d’un grand groupe explique :

On essaie de développer des mailing [lists], des familles d’éditeurs étrangers en fait, parce que j’ai pu observer que certains éditeurs regardent de très près ce que font d’autres maisons, en général une seule par pays, qui a un catalogue assez proche du leur, ou alors ce sont des amitiés, patrons de maisons ou… (entretien réalisé le 11 septembre 2007)

50Bien qu’elles ou ils soient censés promouvoir tout le catalogue de l’éditeur, ces chargé-e-s de cession tendent à se focaliser sur les titres qui rencontrent le plus de succès, et qui sont donc les plus rentables, produisant en acte « l’effet Mathieu » en concentrant l’attention sur quelques noms et titres, au détriment des autres. Toutefois, certain-e-s d’entre elles ou eux mettent en place des stratégies pour des livres qu’elles ou ils souhaitent promouvoir parce qu’elles ou ils les trouvent personnellement bons. Une chargée de cession a raconté ainsi avoir envoyé un message électronique à propos d’un ouvrage sur le Moyen Âge qui était sur le point de paraître (d’ordinaire elle aurait attendu sa sortie), et a reçu 7 offres avant sa publication ; le titre a été traduit en 5 langues, et était, au moment de l’entretien, en septembre 2007, pris en considération par un éditeur américain.

  • 14 . J’y ai réalisé des entretiens avec des universitaires ayant un agent et avec une agente travaill (...)

51Les agents littéraires, qui représentent l’auteur, étaient traditionnellement moins présents dans le secteur académique que dans celui de la littérature, mais la situation est en train de changer, aux États-Unis notamment14, où nombre d’enseignants-chercheurs désireux de publier chez un éditeur commercial prennent un agent, à l’instar de Jared Diamond, le biologiste évolutionniste, anthropologue et géographe, auteur de livres de vulgarisation scientifique, qui se vendent très bien. Les agents littéraires sont en effet plus intéressés par des livres visant un large public non universitaire, comme le best-seller de David Bellos, Is that a fish in your ear ?, représenté par l’agence britannique Janklow & Nesbit. Nombre de sociologues et d’historiens étasuniens en vue ont désormais un agent.

52Certaines agences spécialisées dans l’intermédiation entre éditeurs de différents pays, comme le Bureau du Copyright français au Japon, qui existe depuis 1952, jouent parfois aussi un rôle dans cette circulation. Elles choisissent une liste de titres publiés par des éditeurs français, effectuent le travail de prospection, agissent comme des intermédiaires dans la négociation des contrats entre deux éditeurs, veillent au respect des délais de traduction une fois le contrat signé, et suivent les ventes. Il existe aussi des agences publiques, ou financées (au moins partiellement) par les États, comme la French Publishers Agency (FPA). Les titres de non-fiction représentent plus de la moitié du catalogue de la FPA.

53Dans nombre de cas, la circulation des ouvrages de sciences humaines et sociales implique également des réseaux académiques. Les universitaires peuvent recommander à un éditeur un ouvrage à traduire, soit parce qu’ils connaissent l’auteur (capital social), soit parce qu’ils le trouvent important pour le champ de réception, comme on l’a vu ci-dessus dans le cas de Bourdieu et Aristide Zolberg.

54Dans l’édition de sciences humaines et sociales, réseaux académiques et réseaux éditoriaux sont plus ou moins imbriqués. Les universitaires occupent souvent des fonctions de directeurs de collection. À l’instar des éditeurs, les directeurs de collection transfèrent leur capital symbolique aux auteurs qu’ils publient. En France, dans les années 1960, plusieurs collections de sciences humaines et sociales ont été créées par des éditeurs généralistes, qui ont recruté pour les diriger des chercheurs de renom comme Pierre Bourdieu (Minuit), Pierre Nora (Gallimard), Paul Ricœur (Seuil), Tzvetan Todorov et Gérard Genette (Seuil). Pour certaines de ces collections, la traduction a été un moyen d’accumuler du capital symbolique. Par exemple, la moitié des 63 titres parus dans la collection « Le sens commun » dirigée par Bourdieu chez Minuit entre son lancement en 1966 et l’année 1978 (juste avant la sortie de La Distinction) étaient des traductions (32), 15 de l’anglais, 12 de l’allemand, 4 du Grec ancien, 1 du russe. Les presses universitaires ont généralement des chercheurs dans leurs comités scientifiques et font appel à des experts pour évaluer les livres qu’ils envisagent de traduire. Les presses universitaires se renseignent aussi souvent sur l’auteur à traduire auprès des professeurs de l’université à laquelle elles sont associées, avant de prendre leur décision.

55Les logiques éditoriales et académiques sont donc étroitement intriquées s’agissant de la circulation des ouvrages de sciences humaines et sociales. Notons cependant que les logiques académiques ne favorisent pas toujours l’importation d’auteurs étrangers, et peuvent même y faire obstacle, comme l’illustre le cas précédemment évoqué de la non-réception de la philosophie analytique et pragmatique en France. C’est en revanche un petit éditeur savant, les Éditions de l’Éclat, qui a été le principal importateur de ce courant dans l’édition française jusqu’au début des années 1990, parallèlement à un petit groupe d’universitaires animé par Jacques Bouveresse.

56Par-delà leur implication (partielle) dans le processus de sélection, les universitaires jouent un rôle dans la promotion des livres traduits en les préfaçant, en écrivant des blurbs ou des recensions. La pratique des préfaces est cependant moins prisée par les éditeurs de nos jours : seuls 7 % des 2 950 livres traduits en français à partir de 11 langues entre 1990 et 2002 étaient agrémentés d’une préface. Ce type de paratexte correspond aux opérations de marquage et d’interprétation que Bourdieu décrit comme cruciales dans le processus de réception, après l’opération de sélection. Dans ces opérations s’effectue un transfert de capital symbolique, tantôt du préfacier à l’auteur lorsque ce dernier est inconnu dans le champ de réception (par exemple la préface du philosophe Vincent Descombes à L’Intentionnalité d’Elizabeth Anscombe, paru chez Gallimard en 2002), tantôt de l’auteur (re)traduit au préfacier lorsqu’il s’agit d’auteurs classiques.

57Les institutions académiques participent le plus souvent à ce processus par les aides, que l’on va examiner dans la section suivante. Les centres de recherche peuvent jouer un rôle dans la formation de réseaux transnationaux, comme par exemple le Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po, qui dirige une collection en anglais chez Palgrave Macmillan.

Les aides à la traduction

58Le financement est devenu un élément crucial dans la circulation des œuvres en traduction, et plus particulièrement des ouvrages de recherche, qui sont coûteux à traduire et ne font généralement pas de grosses ventes. Ils sont représentatifs, on l’a vu, de ce que Bourdieu appelle le pôle de production restreinte du champ éditorial, à l’opposé des essais d’hommes politiques ou de figures médiatiques, qui constituent le pôle de grande production de la non-fiction. Comme le décrit lors d’un entretien un éditeur travaillant pour une presse universitaire américaine, tout projet de traduction part avec une « subside négative » :

The financial aspect is really important, and we can make these books work with more modest sales if we can get the translation costs covered. Otherwise, a work in translation essentially starts with a negative subsidy. (Entretien réalisé le 10 août 2012)

59Cet autre éditeur renchérit:

You know, a great problem, […] is at the same time that we very much want to be international and non-parochial and make foreign publications available to the Anglophone world, there are hurdles with translations, and the hurdles are financial ones… most signally paying for the translations themselves, and to pay for a good translation costs, but there’s also the acquisition of rights from the original publisher, so very often the criteria that we’ll use for doing a translation are more demanding than the criteria that we’ll use for a book that we originate on our own, that is, you know, we can imagine doing an original monograph that has fairly limited sales, but the bar will be set higher for a translation, so it needs to be a book that we’ll expect to have a greater impact than books that we originate on our own. (Entretien réalisé le 25 juillet 2012)

60Il existe quatre principales sources de financement pour les ouvrages de sciences humaines et sociales : les subventions étatiques, les aides allouées par des organisations internationales, les dons des fondations privées et les ressources académiques. Ces aides sont inégalement réparties et distribuées, et constituent ce qu’on peut appeler le capital économique d’un projet de traduction.

  • 15 . Par exemple, la Fondation néerlandaise pour les lettres finance des traductions de fiction et de (...)

61Les subventions étatiques. Nombre de pays soutiennent l’exportation de leur production nationale en vue de favoriser le « rayonnement » de leur culture sur la scène internationale, mais ces aides sont plus fréquemment attribuées à des œuvres littéraires qu’à des ouvrages académiques15. Certains pays comme la France, l’Allemagne (le Goethe-Institut) et l’Italie ont néanmoins des politiques d’aide à l’exportation d’essais, en langue originale et en traduction. Ces politiques peuvent avoir des justifications diverses, qui se combinent plus ou moins selon les contextes : rayonnement de la production intellectuelle nationale à l’étranger, softpower ou diplomatie d’influence, soutien à l’économie éditoriale. Par exemple, le State Department des États-Unis a soutenu depuis la fin des années 1940 les traductions de classiques de la pensée libérale en direction des régimes communistes et des pays arabes, dans une visée de softpower.

  • 16 . Généralement, les programmes d’aide à l’intraduction sont réservés aux classiques de la pensée, (...)

62En France, où les trois types de justification sont invoquées, il existe une politique de soutien à l’édition « haut de gamme », aussi bien en littérature qu’en sciences humaines et sociales, et elle inclut non seulement « l’extraduction » mais aussi, fait assez rare16, « l’intraduction » vers le français. Cette politique est mise en œuvre par le Centre national du livre, qui dépend du ministère de la Culture, sous la forme d’aides accordées aux éditeurs pour les coûts de traduction après examen par une commission d’experts (les aides couvrent 30 % à 40 % des coûts). Le ministère des Affaires étrangères a mis en place de son côté depuis 1990 un Programme d’aide à la publication (ou PAP, subventions à des projets de traduction, invitation de l’auteur traduit dans le pays concerné), tandis que l’Institut français peut prendre en charge une partie ou tout le montant des droits d’acquisition. Selon la base du Bureau du livre français, un cinquième des 270 titres traduits en anglais entre 2010 et 2013 (soit 44 titres) ont obtenu des aides du CNL, 11 une bourse du PAP (3 d’entre eux en supplément de l’aide du CNL). Une autre source de financement d’ouvrages de littérature et de sciences sociales français en anglais est le programme « French Voices » qui offre des bourses pour encourager un projet de traduction.

  • 17 . Archives de l’UNESCO.

63Les organisations internationales. Dans les années 1950, l’UNESCO avait mis en place un projet de grande ampleur pour favoriser la traduction d’« œuvres représentatives » de littérature, de philosophie et de science, sur la base de recommandations d’experts de nombreux pays17. Ce programme, qui visait notamment à encourager la traduction d’œuvres non occidentales dans les pays occidentaux, a favorisé l’ouverture du marché européen à ces œuvres. Cependant, ce programme a été abandonné à l’ère de la mondialisation, et il n’y a pas d’équivalent contemporain. Le programme d’aide à la traduction mis en place par l’Union européenne, Creative Europe Culture, n’inclut plus d’œuvres de non-fiction, contrairement à celui qui l’a précédé. En revanche, les frais de traduction peuvent être couverts par les programmes européens.

64Les fondations privées. Certaines fondations privées, comme les fondations allemandes Fritz Thyssen et Volkswagen, dispensent des aides aux traductions académiques. De leur côté, les éditeurs à but non lucratif aux États-Unis mettent en avant la traduction pour obtenir des dons des fondations.

  • 18 . Tels les laboratoires du CNRS ou les laboratoires d’excellence, ou encore le Segretariato Europe (...)

65Les ressources académiques. Un grand nombre de traductions sont cofinancées par les universités ou les institutions de recherche18 ou encore les agences de recherche telles que l’ANR en France (par le biais du financement sur projet), mais l’accès à ce type de ressources est inégal, en fonction des moyens et des politiques des institutions. Les établissements les mieux dotés en capital symbolique étant souvent aussi ceux qui bénéficient de moyens les plus élevés, le capital économique tend à renforcer le capital symbolique plutôt qu’à compenser un déficit.

66Tous ces facteurs se combinent pour accroître ou limiter les chances qu’a un livre d’être traduit, et favorisent la concentration sur ceux qui détiennent différents atouts. Les chances d’être traduit sont inégalement distribuées entre les langues, les pays, les disciplines, les individus, les livres et les éditeurs. Elles augmentent si le livre est écrit dans une langue centrale, s’il est inscrit dans une tradition nationale prestigieuse pour la discipline concernée, si le sujet, l’approche et le style sont suffisamment attractifs pour retenir l’attention d’éditeurs étrangers, si le livre n’est pas trop long, s’il a pour auteur.e un.e universitaire doté.e d’un capital symbolique national et transnational, et/ou diplômé.e de et/ou affilié.e à une institution académique prestigieuse, et/ou ayant accumulé un capital social international, s’il ou elle est publié·e par un éditeur établi et réputé dans le domaine concerné. Ces facteurs augmentent aussi les chances d’obtenir des subventions pour le projet de traduction, ce qui renforce en retour la probabilité que la traduction sera entreprise, bien que, comme le fait d’avoir signé un contrat, ce ne soit pas une condition suffisante.

67Les intermédiaires jouent un rôle majeur dans ce processus. Les réseaux académiques et éditoriaux ont été distingués pour l’analyse, mais dans le sous-champ de l’édition académique, ils sont étroitement imbriqués. Tandis que la logique du champ éditorial prévaut dans l’opération de sélection et de transfert, les réseaux académiques interviennent dans la réception et l’appropriation des œuvres traduites. Certains auteurs, comme Žižek, qui visent un public plus large, bénéficient d’une médiatisation dans l’espace public, mais sont rejetés comme essayistes par les agents du champ académique. Plus rares sont les cas de chercheurs qui, comme Bourdieu, Foucault ou, de façon différente, Piketty, atteignent un public non universitaire à l’international tout en maintenant les exigences académiques.

68Dans une conjoncture de fragmentation du champ académique du fait de la spécialisation croissante d’un côté, et de contraintes économiques accrues sur le marché mondial de la traduction de l’autre, la position de l’édition de sciences humaines et sociales sur ce marché est de plus en plus fragile et tend à se concentrer sur ces « brand names » (« noms de marque ») prolifiques et médiatisés. On peut donc conclure que la tendance actuelle du champ éditorial globalisé ne favorise ni l’intensification ni la diversification des échanges intellectuels, pour ne pas dire qu’elle y fait obstacle ; et qu’il y a un écart croissant entre les quelques noms qui bénéficient d’une visibilité internationale à la faveur des logiques éditoriales et l’état des savoirs spécialisés produits dans des champs académiques nationaux ou régionaux (à la faveur des projets financés comme les projets européens), lesquels circulent (ou non) de façon rhizomatique par les canaux des échanges académiques et de leurs instances spécifiques (revues, colloques, conférences).

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, Pierre, 1984a, « Quelques propriétés des champs », in Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, p. 113-120.

—, 1984b, Homo Academicus, Paris, Les Éditions de Minuit.

—, 1992, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

—, 1999, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, 126-127, p. 3-28.

—, 2000 [1972], Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Seuil, « Points Essais ».

—, 2002, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, 145, p. 3-8.

—, 2013, « Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975 », Actes de la recherche en sciences sociales, 200, p. 4-37.

Brahimi, Mohammed Amine & Fordant, Clarisse, 2017, « The Controversial Receptions of Edward Said. A Sociological Analysis of Scientific Citations », Sociologica, 1, https://www.rivisteweb.it/issn/1971-8853/issue/7192.

Brissaud, Constantin & Chahsiche, Jean-Michel, 2017, « How to Become an International Intellectual? Thomas Piketty and The Capital in the Twenty-First Century », Sociologica, 1, https://www.rivisteweb.it/issn/1971-8853/issue/7192.

Brisson, Thomas, 2018, Décentrer l’occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, « Sciences humaines ».

, sous presse, « Can the Subaltern Speak (in French)? The Reception of Gayatri Spivak in France », in Sapiro, Gisèle, Santoro, Marco & Baert, Patrick (eds.), The International Circulation of Paradigms and Theories in the Social Sciences and Humanities, Londres, Palgrave Macmillan.

Chenu, Alain, 2001, « U.S. Sociology Through the Mirror of French Translation », Current Sociology, vol. 30, n° 2, p. 105-109.

Cusset, François, 2003, French Theory : Foucault, Deleuze, Derrida et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte.

Dumont, Lucile, 2017, « The Moving Frontiers of Intellectual Work: The Academic Reception of Roland Barthes’ Works in the United States (1960s-1980s) », Sociologica, 1, https://www.rivisteweb.it/issn/1971-8853/issue/7192.

Frisani, Marcella, 2014, « Au marché des idées. Les enjeux de la traduction du livre savant au Royaume-Uni », in Sapiro, Gisèle (éd.), Le Livre français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut français/CESSP, p. 52-91 [en ligne].

Gingras, Yves, 2002, « Les formes spécifiques de l’internationalité du champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, 141-142, p. 31-45.

Hauchecorne, Mathieu, 2012, « Une réception politisée. La traduction de John Rawls et de la philosophie politique et morale anglophone en français », in Sapiro, Gisèle (éd.), Traduire la littérature et les sciences humaines : conditions et obstacles, Paris, DEPS, p. 343-368.

—, 2019, La Gauche américaine en France, Paris, CNRS Éditions, « Culture & Société ».

Heilbron, Johan, 1999, « Towards a Sociology of Translation: Book Translations as a Cultural World System », European Journal of Social Theory, vol. 2, n° 4, p. 429-444.

—, 2016, French Sociology, Ithaca, Cornell (à paraître en français chez CNRS Éditions).

Heilbron, Johan & Sapiro, Gisèle, 2002, « Introduction », Actes de la recherche en sciences sociales, « Les échanges littéraires internationaux », n° 144.

, 2007, « Towards a Sociology of Translation: Current Issues and Future Prospects », in Wolf, Michaela & Fukari, Alexandra (eds.), Constructing a Sociology of Translation, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, p. 93-108.

Lamont, Michele, 1987, « How to Become a Dominant French Philosopher: The Case of Jacques Derrida », American Journal of Sociology, vol. 93, n° 3, p. 584-622.

McCoy, Jill, 2014, « The Derrida Translation Seminars Project. 80 ans de Derrida », in Sapiro, Gisèle (éd.), Sciences humaines en traduction. Le livre français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut français/CESSP, 175-202 [en ligne].

Merton, Robert K., 1968, « The Matthew Effect in Science », Science, 159, p. 56-63.

Milo, Daniel, 1984, « La bourse mondiale de la traduction : un baromètre culturel ? », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 39, n° 1, p. 92-115.

Noël, Sophie, 2012, « L’engagement par la traduction. Le rôle des petits éditeurs dans l’importation des ouvrages de sciences humaines et sociales », in Sapiro, Gisèle (éd.), Traduire la littérature et les sciences humaines. Conditions et obstacles, Paris, La Documentation française, p. 273-293.

Pudal, Romain, 2004, « La difficile réception de la philosophie analytique en France », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, vol. 2, n° 11, p. 69-100.

—, 2012, « La philosophie peut-elle être américaine ? Les obstacles à l’importation du pragmatisme en France », in Sapiro, Gisèle (éd.), Traduire la littérature et les sciences humaines : conditions et obstacles, Paris, DEPS, p. 321-342.

Santoro, Marco & Sapiro, Gisèle, 2017, « On the Social Life of Ideas and the Persistence of the Author in the Social and Human Sciences », Sociologica, 1, https://www.rivisteweb.it/issn/1971-8853/issue/7192.

Sapiro, Gisèle, 2009, « L’Europe, centre du marché mondial de la traduction », in Sapiro, Gisèle (éd.), L’Espace intellectuel en Europe, XIXe-XXIe siècles : de la formation des États-nations à la mondialisation, Paris, La Découverte, p. 249-297.

, 2010, « Globalization and Cultural Diversity in the Book Market: the Case of Translations in the US and in France », Poetics, vol. 38, n° 4, p. 419-439.

—, 2013, « La carrière internationale de La Distinction », in Coulangeon, Philippe & Duval, Julien (éds), Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, p. 45-58.

—, 2014, « Quoi de neuf après la French Theory ? Les traductions sur le marché du livre académique aux États-Unis », in Sapiro, Gisèle (éd.), Sciences humaines en traduction. Le livre français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut français/CESSP, p. 14-51 [en ligne].

, 2015, « Translation and Symbolic Capital in the Era of Globalization: French Literature in the United States », Cultural Sociology, vol. 9, n° 3, p. 320-346.

— (éd.), 2008, Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, « Culture & Société ».

— (éd.), 2012, Traduire la littérature et les sciences humaines : conditions et obstacles, Paris, DEPS.

— (éd.), 2014. Sciences humaines en traduction. Les livres français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut français/CESSP. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01621157/document.

Sapiro, Gisèle, Brun, Éric & Fordant, Clarisse, 2018, « The Rise of the Social Sciences and Humanities in France: Institutionalization, Professionalization and Autonomization », in Fleck, Christian, Karady, Victor & Duller, Matthias (eds.), Institutionalization of the Social Sciences and Humanities in Europe and Beyond, Londres, Palgrave Macmillan.

Sapiro, Gisèle & Bustamante, Mauricio, 2009, « Translation as a Measure of International Consecration. Mapping the World Distribution of Bourdieu’s Books in Translation », Sociologica, 2-3, https://www.rivisteweb.it/issn/1971-8853/issue/3149.

Sapiro, Gisèle & Dumont, Lucile, 2016, « La diffusion internationale du structuralisme : entre appropriation et rejet », in Bert, Jean-François & Lamy, Jérôme, Résonances des structuralismes, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 123-138.

Sapiro, Gisèle & Popa, Ioana, 2008, « Traduire les sciences humaines et sociales », in Sapiro, Gisèle (éd.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, « Culture & Société », p. 107-138.

Sapiro, Gisèle, Santoro, Marco & Baert Patrick (eds.), sous presse, The International Circulation of Paradigms and Theories in the Social Sciences and Humanities, Londres, Palgrave Macmillan.

Schiffrin, André, 1999, L’Édition sans éditeurs, Paris, La Fabrique.

Seiler-Juilleret, Hélène, 2014, « Le point de vue français. Obstacles et stratégies de contournement », in Sapiro, Gisèle (éd.), Sciences humaines en traduction. Les livres français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut français/CESSP, p. 119-157 [en ligne].

Sorá, Gustavo, Dujovne Alejandro & Ostroviesky, Heber, 2014, « Structure, histoire et horizons de la traduction d’auteurs français de sciences sociales et humaines en Argentine », in Sapiro, Gisèle (éd.), Sciences humaines en traduction. Les livres français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut français/CESSP, p. 92-118 [en ligne].

Thompson, John, 2005, Books in the Digital Age: The Transformation of Academic and Higher Education Publishing in Britain and the United States, Cambridge, Polity Press.

Haut de page

Annexe

Annexe : sources et méthodologie

L’analyse quantitative a requis la construction de bases de données de titres traduits. Les variables de base étaient : l’auteur, l’éditeur, la date de parution, le lieu, le nom du traducteur. Dans certains cas, des informations sur l’éditeur original existaient, dans d’autres il a fallu les compléter. Le sexe de l’auteur a été codé. Les disciplines ont été vérifiées et souvent recodées. D’autres variables ont été introduites.

1) Pour les traductions de l’anglais en français, cet article s’appuie sur deux bases de données :
Une base de 1 555 livres traduits de l’anglais en français entre 1985 et 2002, extraite de la base de données bibliographique Electre19. Cette base a été triée pour ne conserver que les essais de recherche, vérifiée et recodée. Elle fait partie d’une base plus large de 2 950 titres traduits de 11 langues en français pendant la même période, qui a été analysée dans une précédente étude (Sapiro & Popa, 2008). Elle concerne le droit, l’économie, l’histoire, la philosophie, la psychologie, la science politique, la sociologie et l’anthropologie (ces deux dernières ont été regroupées en une catégorie)20.
Deuxièmement, un échantillon de 715 titres traduits de l’anglais en français entre 2003 et 2013 (période qui suit la précédente) a également été extrait d’Electre, en utilisant des filtres plus sélectifs21. Les données ont été triées, vérifiées, recodées et complétées avec de nombreuses variables, dont, pour celles utilisées dans cet article, le sexe de l’auteur, la date de publication du texte original, l’éditeur dans la langue d’origine22. Couvrant les mêmes disciplines, cet échantillon n’est pas exhaustif et les résultats ne sont présentés ici qu’à titre indicatif.

2) Pour les traductions du français en anglais, deux principales sources ont été utilisées.
En premier lieu, une base de données de titres ayant obtenu un financement du Centre national du livre (CNL) pour être traduits en anglais entre 2002 et 2012. Cette base de données est sélective car, même si la plupart des projets sérieux en sciences humaines et sociales, respectant les droits des traducteurs et les rémunérant décemment, selon les conditions posées par le CNL, sont subventionnés, tous les éditeurs n’en demandent pas. Si l’on compare les trois dernières années avec la base de données de titres traduits du français constituée par le Bureau du livre français à New York (BLF) décrite ci-dessous, il appert que moins d’un quart des contrats signés entre éditeurs français et étasunien ou britanniques ont été financés. En outre, dans quelques rares cas (deux en l’occurrence), des projets subventionnés n’ont pas abouti, la traduction n’ayant pas été effectuée. Notons que cette base ne comprend pas de classiques, qui sont dans le domaine public. La base inclut donc 460 titres traduits de non-fiction, dont 424 ont été publiés par un éditeur étasunien ou britannique (le reste a paru en France ou aux Pays-Bas, entre autres). En raison de l’autonomie relative des champs éditoriaux nationaux (au moins du point de vue du processus de décision), nous nous sommes concentrée ici sur les 424. Deux variables ont été ajoutées à celles répertoriées dans la base : le sexe de l’auteur et sa position universitaire au moment de la publication23.
Les premiers résultats de l’exploitation de cette base ont été comparés à la base de données constituée par le Bureau du livre français à New York pour la période 2010-2013, qui a servi d’échantillon de contrôle (270 titres). Bien que seuls 22 % de ces titres aient été subventionnés par le CNL, les résultats étaient semblables du point de vue de la répartition des disciplines, auteurs, sexe, et éditeurs, variables sur lesquelles nous nous sommes concentrée dans cet article.
En plus de cet échantillon de contrôle pour les années 2010-2013, le BLF nous a demandé d’analyser une base de 680 titres français traduits en anglais qu’il a constituée pour la période 1990-2007. Le mode de constitution n’ayant pas été précisé, cette base n’a été utilisée que ponctuellement pour des éditeurs particuliers qui avaient répondu au questionnaire, et pour le nombre de pages moyen (cette variable n’étant pas renseignée pour les autres bases).
Les données qualitatives ont été recueillies au cours de deux enquêtes antérieures. L’une, financée par le ministère de la Culture, a été réalisée entre 2009 et 2011, et était centrée sur les obstacles à la traduction des œuvres de littérature et de sciences humaines et sociales24. La seconde, financée par l’Institut français25, concernait les traductions d’ouvrages de sciences humaines du français en anglais (États-Unis et Grande-Bretagne) et en espagnol (Argentine). Les matériaux recueillis incluent des entretiens avec 36 éditeurs (26 aux États-Unis, 13 en Grande-Bretagne), 15 chargés de cession dans des maisons d’édition françaises, 6 agents littéraires, 2 représentants étatiques. D’autres matériaux non exploités ici proviennent d’archives.

Haut de page

Notes

1 . Hors livres pratiques qui constituent une catégorie éditoriale distincte.

2 . Sapiro & Popa, 2008 ; Sapiro (éd.), 2014. Voir annexe.

3 . http://interco-ssh.eu/en/ ; https://halshs.archives-ouvertes.fr/INTERCOSSH. (Les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 20 août 2019.) Le projet Interco-SSH (2013-2017) a été financé dans le cadre du programme FP 7 (n° 319974). Les données sur les traductions en sciences humaines et sociales pour cette enquête ont été extraites par Hélène Seiler-Juilleret, qui nous a également assistée dans leur exploitation. Qu’elle en soit remerciée.

4 . De fait, les presses universitaires développent de plus en plus une activité commerciale parallèlement à l’activité non lucrative pour compenser la réduction de leurs ressources.

5 . Que nous avons développée ailleurs (Sapiro, 2013 ; Santoro & Sapiro [éds], 2017 ; Sapiro, Santoro & Baert, à paraître).

6 . Entretien avec Richard Fischer, directeur éditorial de Cambridge UP, 7 mars 2012.

7 . Entretien avec Craig Calhoun, 3 janvier 2009.

8 . Entretien cité avec Richard Fischer.

9 . Entretien avec Aristide et Vera Zolberg, 9 juin 2009.

10 . Entretien avec Éric Vigne, 9 juillet 2010.

11 . Base de données du Bureau du livre français à New York.

12 . Sorá, Dujovne & Ostroviesky, 2014.

13 . Frisani, 2014 ; Noël, 2012.

14 . J’y ai réalisé des entretiens avec des universitaires ayant un agent et avec une agente travaillant avec des universitaires.

15 . Par exemple, la Fondation néerlandaise pour les lettres finance des traductions de fiction et de non-fiction du néerlandais vers d’autres langues, mais c’est rarement le cas pour des ouvrages de recherche.

16 . Généralement, les programmes d’aide à l’intraduction sont réservés aux classiques de la pensée, comme c’est le cas en Tunisie, et ont une visée pédagogique.

17 . Archives de l’UNESCO.

18 . Tels les laboratoires du CNRS ou les laboratoires d’excellence, ou encore le Segretariato Europeo per le Pubblicazioni Scientifiche en Italie. Le SEPS est une organisation non gouvernementale créée en 1989, qui rassemble les universités italiennes. Les auteurs peuvent postuler pour obtenir des aides à la traduction lorsqu’ils sont en contact avec un éditeur étranger, une sélection est réalisée en faisant appel à des experts extérieurs et la décision finale est prise par le comité du SEPS. L’Académie des sciences néerlandaise disposait aussi de fonds pour la traduction d’articles, mais ce programme a réalisé son objectif qui était d’aider les universitaires à passer à l’anglais, et il n’existe plus (informations aimablement transmises par Marco Santoro et Johan Heilbron).

19 . Merci à Pascal Fouché et à l’équipe d’Electre de nous avoir donné un accès gracieux à cette base. On a utilisé le filtre du genre (« travaux universitaires ou d’érudition », « SHS ») pour extraire les données qui ont été vérifiées par Camille Joseph, recodées par Ioana Popa et Gisèle Sapiro.

20 . La critique littéraire n’a pas été incluse parce qu’il était difficile de distinguer les essais académiques des autres.

21 . Outre le genre, trois catégories Dewey ont été sélectionnées dans la base : 100 – Philosophie, psychologie ; 300 – Sciences sociales ; 900 –Histoire.

22 . Les données ont été vérifiées, recodées et complétées par Madeline Bedecarré et Gisèle Sapiro, exploitées statistiquement par Hélène Seiler-Juilleret et Gisèle Sapiro dans le cadre du projet Interco-SSH.

23 . Cette seconde variable a été renseignée par Camelia Runceanu.

24 . Sapiro (éd.), 2012.

25 . Gisèle Sapiro (éd.). 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du nombre de traductions d’ouvrages de Bourdieu dans le monde : un « effet Mathieu »
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/3827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gisèle Sapiro, « Quels facteurs favorisent la traduction des livres de sciences humaines ? », Palimpsestes, 33 | -1, 19-42.

Référence électronique

Gisèle Sapiro, « Quels facteurs favorisent la traduction des livres de sciences humaines ? », Palimpsestes [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/3827 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.3827

Haut de page

Auteur

Gisèle Sapiro

Directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS (Centre européen de sociologie et de science politique), membre de l’Academia Europae et fellow au Wissenschaftskolleg de Berlin en 2018-2019. Auteure de La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999), La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France, XIXe-XXIe siècle (Seuil, 2011), La Sociologie de la littérature (La Découverte, 2014), Los Intelectuales: profesionalizacion, politizacion, internalizacion (Eduvim, 2017), Les Écrivains et la politique en France (Seuil, 2018), elle a également (co)dirigé : Pour une histoire de sciences sociales (Fayard, 2004) ; Pierre Bourdieu, sociologue (Fayard, 2004) ; Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation (CNRS Éditions, 2008) ; Les Contradictions de la globalisation éditoriale (Nouveau Monde, 2009) ; L’Espace intellectuel en Europe (La Découverte, 2009) ; Traduire la littérature et les sciences humaines (DEPS, 2012) ; Sciences humaines en traduction (Institut français, 2014, en ligne) ; Profession ? Écrivain (CNRS Éditions, 2017). Elle a coordonné le projet européen INTERnational COoperation in the SSH (2014-2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals