Navigation – Plan du site
I. Quelles stratégies traductives face au texte philosophique français dans l’aire anglophone ?

Temps et récit de Paul Ricœur (1983-1985)

Un ouvrage majeur de la philosophie française dans le monde anglophone ?
Michèle Leclerc-Olive
p. 44-52

Résumés

Paul Ricœur (1913-2005) est nommé enseignant à l’université de Chicago en 1970. Et c’est à partir du milieu des années 1980 qu’il acquiert une place importante et originale sur la scène philosophique française, notamment après la publication de Temps et récit (1983-1985), ouvrage traduit dans de nombreuses langues. La traduction de Temps et récit en anglais (par David Pellauer et Kathleen McLaughlin) occupe une place particulière dans ce corpus. Pellauer fut un des étudiants de Ricœur à Chicago ; la traduction commença avant même la publication du livre en français et l’ouvrage lui-même est un dialogue constant avec des auteurs anglophones. Plus encore, la version anglaise, Time and Narrative, utilise des citations de La Poétique d’Aristote dans la traduction de James Hutton (1982), non citée dans la version française. Et dans l’ouvrage en français, Ricœur privilégie la traduction récente (1980) de La Poétique par Dupont-Roc et Lallot, qui introduit des innovations terminologiques sur lesquelles s’appuie le raisonnement de l’auteur. L’examen de ce couple de versions de Temps et récit est l’occasion de revenir sur la manière dont auteur et traducteurs ont résolu les problèmes spécifiques posés par la traduction de citations dont les concepts innervent l’ensemble du texte. Alors que le « multilinguisme » des œuvres citées nourrit le « plurilinguisme » du texte, on introduit la notion d’hospitalité épistémique (spécifiant celle d’hospitalité langagière recommandée par Ricœur) pour attirer l’attention sur la responsabilité auctoriale du traducteur à l’endroit des citations-pivots d’un texte philosophique plurilingue.

Haut de page

Notes de l’auteur

[Tous les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 20 août 2019.]

Texte intégral

  • 1 . Alison Scott Bauman note opportunément que parmi la trentaine de textes de Ricœur traduits en an (...)

1Paul Ricœur est nommé enseignant à l’université de Chicago à partir de 1970. Et c’est au milieu des années 1980 qu’il acquiert une place importante et originale sur la scène philosophique française, notamment après la publication de Temps et récit (1983-1985), ouvrage qui sera traduit par la suite dans de très nombreuses langues. La traduction de Temps et récit en anglais (par David Pellauer et Kathleen McLaughlin) occupe cependant une place singulière dans le corpus des traductions en anglais des œuvres de P. Ricœur. Comme bien d’autres traductions de Ricœur, elle a été réalisée par des traducteurs américains1, mais elle présente des traits particuliers qui permettent de réfléchir aux dimensions pragmatiques de la transmission d’une pensée, notamment lorsque celle-ci s’exprime à l’aide de citations qui sont elles-mêmes des traductions. Nous procèderons donc ici à une double réduction de focale. D’une part, en se concentrant sur le chapitre 2 du tome 1, intitulé « La mise en intrigue. Une lecture de La Poétique d’Aristote », où les citations jouent un rôle majeur dans l’avancée du raisonnement de l’auteur ; et surtout d’autre part en portant l’attention sur les pratiques de traduction de ces citations. La pensée développée par Ricœur dans ce chapitre s’exprime à l’aide de citations et d’analyses empruntées à l’environnement intellectuel français qui est le sien au moment de l’écriture du premier tome de Temps et récit : ce chapitre est irrigué en effet de part en part non seulement par la nouvelle traduction de La Poétique, de Roselyne Dupont-Roc et Jean Lallot (1980), mais aussi par les nombreux commentaires dont ils accompagnent leur traduction. La question est donc posée de savoir comment les traducteurs américains ont restitué cet aspect de la pensée de Ricœur alors qu’ils n’ont pas consulté la Poétique de Dupont-Roc et Lallot.

2Nous commencerons par présenter rapidement les traits singuliers de ce chapitre, pour rappeler ensuite les conditions dans lesquelles cette traduction a été produite. Nous conclurons cet article en proposant quelques réflexions sur la traduction des citations et, donc, sur le rôle du traducteur dans la transmission d’une pensée.

« La mise en intrigue. Une lecture de la Poétique d’Aristote » : un chapitre plurilingue

3L’importance accordée par Ricœur à ce qui était au début des années 1980 la nouvelle traduction de la Poétique est notée par l’auteur lui-même dès l’introduction du chapitre :

Mon propos n’est pas de faire un commentaire de la Poétique. Ma réflexion est au second degré et suppose une certaine familiarité avec les grands commentaires de Lucas, Else, Hardison et, last but not least, celui de Roselyne Dupont-Roc et Jean Lallot. (Ricœur, 1983 : 68)

  • 2 . Désignée dans la suite de ce texte par DRL.
  • 3 . Il ne cite l’ouvrage de Victor Goldschmidt, Temps physique et temps tragique chez Aristote, qu’e (...)
  • 4 . Ricœur utilise fréquemment des concepts grecs simplement transcodés, notamment mimèsis et muthos(...)

4On remarquera que ces commentaires, supposés connus du lecteur, n’étaient pas traduits en français au début des années 1980. En note, Ricœur rappelle également la traduction en français de la Poétique par J. Hardy (traduction de référence avant la publication de celle de Dupont-Roc et Lallot2) ainsi que les commentaires de James M. Redfield3. Il précise peu après : « J’adopte la traduction de DRL que je corrige sur un seul point, en traduisant muthos par intrigue, sur le modèle du terme anglais plot » (ibid. : 69). C’est dire que dans son élaboration même, Temps et récit est doublement redevable aux commentateurs anglophones de la Poétique et aux choix conceptuels innovants de DRL. Dans un article publié en 1992, Ricœur insistera même davantage4 : « j’ai choisi intrigue, ou mieux mise-en-intrigue ; l’anglais dit mieux : plot, emplotment, et l’italien, intreccio » (Ricœur, 1999 [1992] : 468-469).

5Par ailleurs, DRL proposent des traductions nouvelles d’expressions aristotéliciennes auxquelles la pensée de Ricœur est arrimée : représentation à la place d’imitation (mimèsis), et surtout persuasif à la place de croyable.

6Les commentaires que Ricœur fait des citations d’Aristote sont nourris des arguments exposés par DRL pour justifier non seulement leurs choix de traduction, mais, plus profondément, leur compréhension du texte aristotélicien.

7Par exemple, DRL soutiennent que vraisemblable et probable sont des quasi-synonymes : « Le parallélisme des formules conduit à voir dans ce “vraisemblable” (to eikos) la probabilité statistique, le cas le plus général » ; et un peu plus loin :

  • 5 . Nous soulignons.

Le probable (epi to polu) ou le vraisemblable (eikos) représentent donc, le premier sous l’angle objectif de la réalité statistique, l’autre sous l’angle subjectif de l’attente, une forme atténuée de la nécessité : le plus probable, le plus fréquent est aussi le plus plausible et le plus attendu ; il paraît donc naturel et même nécessaire ; toutefois il préserve, dans la multitude des enchaînements possibles, le cas exceptionnel, inattendu, dont l’occurrence à son tour devient probable5. (DRL, 1980 : 211-212)

  • 6 . Incertain est utilisé ici comme terme générique pour désigner toutes les formes de doute et d’al (...)

8On sait que la traduction de eikos par vraisemblable ne va pas de soi pour certains spécialistes de la pensée aristotélicienne (Riu, 2013 ; Kraus, 2007). Mais, au-delà même des usages grecs de l’époque, il est aujourd’hui très discutable de confondre vraisemblable et probable (Leclerc-Olive, 2019). De plus, l’imbrication de toute pensée de l’incertitude (et surtout de l’incertitude radicale) dans « le » modèle probabiliste qui gouverne l’interprétation de la Poétique par DRL, a pour effet, selon nous, de soumettre l’invraisemblable, l’inattendu, à la régularité du probable, du prévisible. Et, partant, de justifier la thèse de Ricœur selon laquelle « la concordance a toujours raison de la discordance », thèse qui n’est autre qu’une reformulation de l’expression soulignée supra. Cette thèse, si elle permet d’inclure dans le modèle ricœurien de mise en intrigue des récits sans action saillante, peine en revanche à restituer les actions marquées par des « retournements » dévastateurs, par des catastrophes dont l’occurrence n’a aucune raison de les rendre « probables » pour autant. La force de la thèse centrale de Temps et récit – les dissonances peuvent toujours être réduites par leur mise en intrigue – repose sur certaines expressions récurrentes de la Poétique comme « selon le nécessaire ou le vraisemblable », dont l’usage n’est sans doute pas propre à Aristote, mais qui contribuent à réduire le tranchant des événements. Nous touchons donc ici au problème de la traduction des citations dont on mesure l’incidence sur l’élaboration de la pensée de l’auteur ; même si Ricœur lit lui-même Aristote en grec (voir supra), il ne discute pas les traductions de ces citations de la Poétique dont le lexique réfère à l’incertain6, et qu’il reproduit sans en discuter les termes.

9Restituer la pensée française qui irrigue le texte de Ricœur passe donc ici non seulement par des décisions ad hoc (notes, paratextes, etc.) permettant d’indiquer au lecteur anglophone les liens qui unissent le texte de Ricœur aux débats français du moment autour de la nouvelle traduction de la Poétique, mais aussi par les choix de traduction des citations.

10En la matière, les règles qui prévalent (parfois implicitement) placent le traducteur devant deux options : soit retraduire la citation traduite comme si elle ne comportait pas de guillemets, comme si elle faisait partie intégrante des phrases écrites par l’auteur ; soit emprunter une traduction déjà disponible sans se soucier des liens lexicaux entre le texte de la citation et la pensée qu’exprime le reste du texte. Ces règles ne permettent pas de restituer la complexité des liens entre le texte de la citation et celui de l’auteur : ni complètement externe, ni complètement fondue dans le texte d’accueil, les guillemets indiquent que l’expression ainsi encadrée jouit d’un statut particulier, sans toutefois rien dire de ses liens avec le texte, sans spécifier le « travail » de la citation dans l’économie générale du texte. Nous examinerons infra les choix faits par les traducteurs de Temps et récit. Comment, en effet, restituer l’élaboration de la pensée de Ricœur auprès d’un public qui n’a pas accès à la traduction de la Poétique par DRL ni aux commentaires de ces auteurs sur le texte aristotélicien ?

La traduction de Temps et récit par Pellauer et McLaughlin

  • 7 . David Pellauer a témoigné de son expérience dans un article intitulé « Traduire Temps et récit d (...)

11La traduction de Temps et récit a été réalisée par David Pellauer et Kathleen McLaughlin. Dans ce travail en binôme, Pellauer fut chargé du chapitre qui nous occupe dans cet article. C’est vers lui que nous nous sommes tournée7. La « traduction » commença avant même l’achèvement définitif (et donc avant la publication) de l’ouvrage en français. Plus encore, dans Time and Narrative (la version anglaise de Temps et récit), le texte ricœurien s’appuie sur des citations d’Aristote traduites en anglais par James Hutton (1982) : la traduction de Temps et récit ignore les propositions de DRL et ne semble pas donner suite à l’affirmation de Ricœur rappelée infra, selon laquelle cette nouvelle traduction soutient toute son entreprise. Poursuivre l’examen de la production de Time and Narrative permettra de comprendre comment le mouvement de la pensée de Ricœur y a été restitué.

12Avant même de s’engager dans cette traduction, Pellauer avait déjà travaillé avec Ricœur à Chicago sur la question du récit, d’abord en tant qu’étudiant dans les classes où Ricœur enseignait, avant d’écrire Temps et récit, puis lorsqu’il était son assistant à l’université de Chicago (et avant que Pellauer soit muté à New York en 1977). Pellauer était bien familiarisé avec une grande partie de la littérature sur la théorie du récit (importante à l’époque) que lisait Ricœur. C’est peut-être pour cette raison qu’il n’a pas pensé que des questions pouvaient surgir concernant les choix philosophiques ou le vocabulaire technique employés par Ricœur. L’emprunt des traductions d’Aristote par James Hutton illustre l’une des modalités classiques de traitement des citations traduites. Pour Pellauer, compte tenu des nombreuses discussions déjà menées en anglais avec Ricœur sur les théories du récit, insérer dans le texte ricœurien des citations d’Aristote n’avait pas grand-chose à voir avec la restitution de la pensée de Ricœur. Il en va évidemment tout autrement pour le lecteur qui découvre progressivement la pensée de Ricœur au fil du texte traduit, lecture au cours de laquelle les citations fonctionnent à la fois comme des pauses et des occasions de vérification.

13Pour les nombreuses références au structuralisme convoquées par Ricœur pour analyser le récit, le point clé, selon Pellauer, était de faire passer dans la traduction ce que Ricœur défendait contre le structuralisme : une idée de structure plus dynamique que celle des structuralistes eux-mêmes. Ce qu’il en dit dans Temps et récit est évidemment plus détaillé et beaucoup plus précis que ce que Ricœur avait présenté dans ses cours sur le sujet. Mais ce fut la ligne de conduite du traducteur.

14L’argument de Ricœur selon lequel nos idées sur le temps étaient assez incertaines n’a pas posé de difficulté particulière à Pellauer, étant donné, dit-il, « sa familiarité avec le pragmatisme très présent dans la philosophie américaine » (Pellauer, 2019). Cette remarque ne manque pas cependant de surprendre le lecteur de Temps et récit. On est en effet conduit plus d’une fois à regretter la subordination de la philosophie ricœurienne du temps, aussi riche soit-elle, à une pensée continentale qui précisément ignore les travaux des philosophes pragmatistes de l’entre-deux-guerres (Mead, 2012).

15Quant au terme persuasif (DRL, 1980) qui nous sert de repère pour suivre les méthodes utilisées par les traducteurs afin de rendre compréhensibles les exercices de pensée de Ricœur, Pellauer estimant que persuasive ou believable sont parfaitement acceptables en anglais, notre inquiétude s’en trouve apaisée.

  • 8 . Pas une note de bas de page ne vient éclairer le lecteur anglophone sur le devenir des propos de (...)

16Finalement, la traduction du chapitre 2, qu’il s’agisse de l’argument global ou de la manière dont Ricœur s’est servi d’Aristote, ne posa donc aucun problème au traducteur américain. Pour celui-ci, la restitution – fût-ce par une simple alerte en note de bas de page – de ce fragment de pensée française que sont les choix de traduction de DRL n’est simplement pas à l’ordre du jour8, mutilant du même coup le travail de pensée de Ricœur lui-même.

17Pour éclairer ces affirmations, deux exemples suffiront, extraits du célèbre chapitre 2 de Temps et récit.

Nous avons déjà fait une allusion, à l’occasion des cas extrêmes de consonance dissonante, au lien qu’Aristote établit entre le vraisemblable et l’acceptable – le « persuasif » –, catégorie majeure de la Rhétorique. C’est le cas dès que le para-doxal doit être inclus dans la chaîne causale du « l’un par le moyen de l’autre ». C’est plus encore le cas lorsque l’épopée accueille l’alogon, l’irrationnel, que la tragédie doit éviter. Le vraisemblable, sous la pression de l’invraisemblable, est alors étiré jusqu’au point de rupture. On n’a pas oublié l’étonnant précepte : « Il faut préférer ce qui est impossible mais vraisemblable à ce qui est possible mais non persuasif ». (60 a 26-27)

Il est vrai qu’Aristote fait explicitement du persuasif un attribut du vraisemblable, qui est lui-même la mesure du possible en poésie (« le possible est persuasif », 51 b 16). (Ricœur, 1983 : 100)

18La traduction/version anglaise de ces passages de Temps et récit est la suivante :

I have already made an allusion, in discussing extreme cases of dissonant consonance, to the connection Aristotle establishes between the probable and the acceptable – the “persuasive,” the major category in the Rhetoric. Such is the case as soon as the para-doxical has to be included in the causal sequence of “one by means of the other.” It is even more the case when epic accepts the alogon, the irrational, that tragedy has to avoid. The probable, under the pressure of the improbable, is thereby stretched to the breaking point. I have not forgotten the astonishing precept: “What is impossible yet probable should be preferred to that is possible but incredible”. […] (60 a 26-27)

It is true that Aristotle does explicitly make the persuasive an attribute of the probable, which is itself the measure of the possible in poetry – “possibility means credibility”, 51 b 16). (Ricœur, 1984 : 49)

19On aura évidemment remarqué la confusion entre vraisemblable et probable, mais l’essentiel est ici de noter que la version anglaise du second extrait traite le terme persuasive comme un concept propre à Ricœur, alors que dans le premier il est rappelé qu’il s’agit d’une catégorie majeure de la Rhétorique. La cohérence et la qualité même de la pensée de l’auteur s’en trouvent ébranlées, suscitant possiblement chez le lecteur des doutes sur l’interprétation ricœurienne de la Poétique.

  • 9 . « [A] new translation, remarkable for its accuracy and refreshing clarity of exposition ».

20L’utilisation par Ricœur de la traduction de la Poétique par DRL (fortement appuyée au début du chapitre) n’a finalement pas été prise en compte pour la traduction. « Cette décision de Ricœur n’a eu aucune (ou très peu) d’influence ! » écrit Pellauer. Pendant la traduction, Pellauer n’a pas eu accès à la traduction de DRL, et n’en a même jamais vu un exemplaire. Selon lui, la tâche du traducteur n’exigeait pas de consulter cet ouvrage. Le seul objectif était de rendre le texte de Ricœur en « bon anglais ». Il était convenu qu’il citerait, lorsqu’elles existent, les traductions en anglais des travaux mentionnés par Ricœur. Décider de ce qu’il convenait de faire lorsqu’il y avait des différences importantes entre le texte cité en français et la traduction anglaise patentée n’a pas été évoqué. Pellauer pouvait modifier l’anglais si les différences étaient mineures, à condition de préciser que la traduction citée avait été modifiée, mais il ne se souvient pas que cette question se soit jamais posée pour le chapitre sur Aristote. Ricœur avait indiqué qu’il avait utilisé une traduction récente d’Aristote, parfois controversée. Une nouvelle traduction de la Poétique avait été également publiée en anglais. Sa notoriété l’a favorisée ; elle était, disait-on, « remarquable pour son exactitude et la clarté stimulante de l’exposition9 ». Elle était censée être à la fois innovante et plus moderne que les traductions classiques et que les commentaires de G.F. Else, D.W. Lucas, ou L. Golden et O.B. Hardison Jr, que Ricœur lui-même avait consultés et cités.

  • 10 . Cette traduction anglaise de la Poétique a été publiée à titre posthume en 1982 : James Hutton e (...)
  • 11 . Les traductions espagnole et allemande de Temps et récit, à la différence de cette version angla (...)

21Dans la version anglaise, il est précisé que les citations de la Poétique d’Aristote sont empruntées à la traduction de James Hutton10, alors que ce dernier n’est pas cité dans Temps et récit. La version anglaise n’est donc pas à proprement parler une traduction du texte français11. Pourtant, Pellauer ne se souvient pas de question particulière lorsqu’il s’est agi d’insérer dans Time and Narrative les passages empruntés à la traduction de J. Hutton, pour remplacer ceux cités par Ricœur. La traduction de DRL n’a eu aucun impact sur la préparation de la traduction en anglais du chapitre consacré à Aristote. Ni le texte de DRL, ni leur interprétation de la Poétique, n’ont jamais été au centre de débats sur l’édition en anglais de Temps et récit. On pourra objecter que Ricœur a validé de fait ces décisions traductologiques. Mais cela ne résout pas le problème de traduction des citations, sur lequel nous reviendrons infra pour proposer quelques réflexions d’ordre pragmatique.

22Quand Ricœur proposa à Pellauer et McLaughlin de traduire Temps et récit, il pensait que l’ouvrage tiendrait en deux volumes. Finalement, comme on le sait, la publication comporta trois tomes. Ricœur s’était tourné vers eux parce qu’ils avaient déjà travaillé avec lui pour la traduction de quelques courts essais, mais c’était la première fois qu’ils entreprenaient un projet de cette envergure. Les traducteurs ont commencé le travail sans attendre la sortie du livre en français, Ricœur leur ayant confié le manuscrit dactylographié du premier volume. Il en fut de même pour chacun des trois volumes, si bien que les traducteurs ont dû couper des passages traduits inutilement au vu du livre publié. Le livre était finalement plus court que le manuscrit original. Ceci explique pourquoi le premier volume en anglais ne comporte aucun renvoi au volume III : Ricœur avait projeté de traiter dans un unique second volume tous les points auxquels ces notes renvoyaient. Plusieurs éléments convergent donc pour juger que l’on n’a pas affaire ici à une traduction classique (texte plurilingue, choix de traduction des citations, relation de l’auteur avec ses traducteurs, etc.).

  • 12 . Dont aurait pu bénéficier la traduction de la Poétique par DRL.

23Surtout, la traduction des trois volumes ne s’est pas faite dans le même environnement technique. Si les traducteurs ne disposaient pas d’ordinateur pour réaliser la traduction du premier volume, Pellauer, en revanche, a pu utiliser l’ordinateur de l’université de Columbia pour le troisième. Accéder à un ordinateur (même d’un modèle primitif eu égard aux ordinateurs d’aujourd’hui) était un « cadeau merveilleux » : la version électronique s’ajustait à présent aux modifications apportées au texte ! Il n’était plus nécessaire de retaper tout le texte comme c’était le cas avec une machine à écrire. « J’ai particulièrement apprécié dès le début, en travaillant sur l’ordinateur à Columbia, que le logiciel permette de transposer des mots aussi bien que de couper et coller des parties de phrases entières. Ce qui était également très impressionnant, c’est que cet ordinateur pouvait composer des notes de bas de page. » Ce contexte technique, aujourd’hui naturel, a peut-être pesé sur l’usage des notes de bas de page pour insérer des remarques traductologiques ou traiter d’une référence inaccessible dans la langue d’accueil12. La conception même de la traduction – en ce qui concerne la restitution de la pensée de l’auteur traduit – se formule donc aujourd’hui dans des termes renouvelés.

Pour une hospitalité épistémique ?

24On associe fréquemment les notions d’hospitalité langagière et de traduction. Traduire un texte plurilingue, comme l’est ce chapitre 2 de Temps et récit, soulève cependant des questions rarement examinées : celles qui surgissent lorsque le texte à traduire est émaillé de citations elles-mêmes empruntées à une langue tierce. La « séparation » entre le texte source et sa traduction projetée perd ici son caractère simpliste. Le travail de traduction s’en trouve affecté, en ce qu’il est confronté à des enjeux qui se révèlent précisément à l’occasion du traitement des citations présentes dans le texte source. En particulier, la figure de l’accueil de l’étranger, comme métaphore de la traduction d’un texte (Diez Fischer, 2014), se révèle bien trop frustre, voire trompeuse. La notion d’hospitalité langagière postule des communautés linguistiques séparées (et partant la possibilité de faire fond sur la dichotomie notionnelle étrangeté/identité) où le traducteur joue le rôle de passeur qui enjambe la distance entre auteur et lecteur, entre deux monolinguismes. Mais dès que des citations sont elles-mêmes déjà des traductions (sans parler du texte lui-même possiblement plurilingue comme le chapitre sous analyse), cette hospitalité langagière prend une physionomie moins rudimentaire.

25Une pragmatique de la traduction des citations ne peut se contenter de l’alternative entre les deux options mentionnées supra : traduire comme s’il n’y avait pas de guillemets ou emprunter une traduction déjà disponible. Le chapitre de Temps et récit que l’on vient d’examiner montre que les choix du traducteur pour traduire une citation engagent l’appropriation de la pensée de l’auteur. Substituer les traductions de James Hutton, là où la restitution du travail de pensée de Ricœur appellerait plutôt celles de DRL, interrompt toute possibilité d’enquête de la part d’un lecteur soucieux de donner un contenu précis aux affirmations de Ricœur quant à sa dette à l’égard de DRL. Il ne s’agit ni d’une question secondaire ni d’une question purement technique. Elle ne relève pas d’un principe arrêté a priori. Ces citations sont bien souvent des « locutions opératoires » et à ce titre, elles relèvent de la responsabilité auctoriale propre du traducteur (Leclerc-Olive, 2016).

  • 13 . Pellauer affirmera trente ans plus tard que les citations d’Aristote ne sont pas essentielles à (...)
  • 14 . Les exemples sont multiples, notamment dans le chapitre analysé.

26Toutes les citations ne se « greffent » pas sur (ou dans) le texte de la même manière. Une citation peut être purement ornementale13. On ne modifie guère le sens du texte en la supprimant : elle fonctionne comme une image enchâssée dans le texte. Mais le plus souvent elle est au moins ancillaire, sinon utile. Dans le texte de Ricœur que l’on vient d’examiner, les citations d’Aristote sont plus qu’utiles, elles sont nécessaires au déroulement de la pensée de l’auteur. Elles sont « ouvertes », « en prise » sur le texte qui les accueille14. Les guillemets, étanches dans le premier cas, sont ici poreux : les mots circulent entre les citations et le texte. Si l’on considère ces guillemets comme une manière d’opérateur, celui-ci peut fonctionner comme un embrayeur ou comme un simple écrin, une monture. Il négocie des rapports variables au texte qui accueille la citation. La vigilance du traducteur est attirée par ces modes différents d’articulation. Sa responsabilité auctoriale est directement sollicitée dès lors que la citation n’est pas une simple illustration enkystée ; opérateur de pensée, elle participe à l’avancée de l’argumentation.

27L’hospitalité langagière se double dès lors d’un devoir d’attention particulière à l’endroit des citations qui contribuent ainsi au raisonnement de l’auteur. La situation dichotomique que cette dernière semble postuler est bien souvent inappropriée pour décrire les textes à traduire. Au-delà de la langue, au-delà du texte, l’hospitalité requise par une traduction soucieuse de restituer l’exercice de pensée de l’auteur prend les traits d’une hospitalité proprement épistémique.

28Au terme de cette enquête, nous avons vu que la traduction d’un texte ne constitue qu’une condition parmi d’autres de la réception de la pensée d’un auteur. Rappelons (même si ce point n’a pas été développé dans cet article) que les liens institutionnels et interpersonnels entre des communautés scientifiques ou entre des personnes, l’environnement culturel et technique sont autant de singularités qui conditionnent l’accueil d’une œuvre. Ce qui expliquerait la notoriété des travaux de Ricœur aux États-Unis, alors qu’ils sont réputés difficiles voire incompréhensibles en Grande-Bretagne.

29Pour autant, avec la publication de Time and Narrative, ce n’est pas exactement Temps et récit qui est ainsi approprié par le lectorat américain. Malgré les multiples liens tissés entre Ricœur et ses traducteurs au moment de la publication des deux ouvrages – et en dépit du terme plot qui condense mieux que tout autre l’objet de réflexion du philosophe français –, c’est une version « huttonienne » de la Poétique, et donc de Temps et récit, qui s’est substituée à cette œuvre française majeure à laquelle a contribué de manière décisive la Poétique de Dupont-Roc et Lallot.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Ricœur, Paul, 1983, Temps et récit (tome I) Paris, Seuil.

, 1984, Time and Narrative (volume I), trad. Kathleen McLaughlin et David Pellauer, Chicago / Londres, University of Chicago Press.

Ouvrages et articles

Aristote, 1980, La Poétique, trad. Roselyne Dupond-Roc et Jean Lallot, Paris, Seuil [DRL].

Diez Fischer, Francisco, 2014, « L’hospitalité langagière. Paul Ricœur et la question de la traduction », Esprit, février 2014.

Dowling, William, 2011, Ricœur on Time and Narrative, University of Notre-Dame Press.

Goldschmidt, Victor, 1982, Temps physique et temps tragique chez Aristote, Paris, Vrin.

Hutton, James, 1982, Aristotles’s Poetics, New York, Norton and Company.

Kraus, Manfred, 2007, « Early Greek Probability Arguments and Common Ground in Dissensus », OSSA Conference Archive, 92, https://scholar.uwindsor.ca/cgi/viewcontent.cgi?article=1344&context=ossaarchive.

Leclerc-Olive, Michèle, 2016, « Traduire les sciences humaines. Auteur, traducteur et incertitudes », Meta, Journal des traducteurs, vol. 61, n° 1, p. 42-59.

Leclerc-Olive, Michèle (éd.), 2019 (à paraître), De Ricœur à Aristote. Traductions et génétique d’une pensée, Modène, Stem Mucchi Editore.

Mead, George Herbert, 2012, La Philosophie du temps en perspective(s), introduction de M. Leclerc-Olive ; trad. Cécile Soudan et M. Leclerc-Olive, Paris, Éditions de l’EHESS.

Pellauer, David, 2019 (à paraître), « Traduire Temps et récit en anglais dans les années 1980 », in Leclerc-Olive, Michèle (éd.), De Ricœur à Aristote. Traduction et génétique d’une pensée, Modène, Stem Mucchi Editore.

Ricœur, Paul, 1999 [1992], « Reprise de La Poétique d’Aristote », in Lectures 2, Paris, Seuil.

Riu, Xavier, 2013, « La place du vraisemblable dans la littérature grecque », Pallas. Revue d’études antiques, 91, « Entre le vrai et le faux. Approches discursives et stratégies de pouvoir », https://journals.openedition.org/pallas/388.

Haut de page

Notes

1 . Alison Scott Bauman note opportunément que parmi la trentaine de textes de Ricœur traduits en anglais, deux seulement ont été traduits par des traducteurs britanniques : Hermeneutics and the Human Sciences par John B. Thompson en 1981 ; et On Translation par Eileen Brennan, en 2006. Les autres traductions ont été réalisées pour la plupart par David Pellauer.

2 . Désignée dans la suite de ce texte par DRL.

3 . Il ne cite l’ouvrage de Victor Goldschmidt, Temps physique et temps tragique chez Aristote, qu’en note dans le tome III de Temps et récit.

4 . Ricœur utilise fréquemment des concepts grecs simplement transcodés, notamment mimèsis et muthos. En 1992, dans « Une reprise de La Poétique d’Aristote », Ricœur en allonge la liste et signale « trois termes marquants […] mimèsis, muthos etkatharsis », dits encore « décisions thématiques ». (Ricœur, 1999 : 466-480).

5 . Nous soulignons.

6 . Incertain est utilisé ici comme terme générique pour désigner toutes les formes de doute et d’aléatoire, aussi sauvages fussent-elles. Alors que Ricœur discute les diverses traductions de muthos et mimèsis (concepts thématiques de Temps et récit), en revanche, il ne discute pas les choix de traduction des expressions opératoires que sont les citations d’Aristote relatives à l’eikos.

7 . David Pellauer a témoigné de son expérience dans un article intitulé « Traduire Temps et récit dans les années 1980 », à paraître dans M. Leclerc-Olive (éd.) en 2019.

8 . Pas une note de bas de page ne vient éclairer le lecteur anglophone sur le devenir des propos de Ricœur qui annonce au début du chapitre que la traduction de DRL est à la base de sa réflexion. Le lecteur anglophone n’aura sous les yeux que les traductions de Hutton.

9 . « [A] new translation, remarkable for its accuracy and refreshing clarity of exposition ».

10 . Cette traduction anglaise de la Poétique a été publiée à titre posthume en 1982 : James Hutton est décédé à l’automne 1980. L’éditeur, Gordon M. Kirkwood, n’a modifié le manuscrit de Hutton que sur des points de détail, indique-t-il dans la préface.

11 . Les traductions espagnole et allemande de Temps et récit, à la différence de cette version anglaise, n’ont pas été élaborées au sein d’un dialogue semblable entre l’auteur et ses traducteurs. Mais elles ne comportent pas pour autant de dispositif particulier pour répondre à cette invisibilité du texte de DRL pour le lecteur espagnol ou allemand.

12 . Dont aurait pu bénéficier la traduction de la Poétique par DRL.

13 . Pellauer affirmera trente ans plus tard que les citations d’Aristote ne sont pas essentielles à la compréhension de la pensée de Ricœur.

14 . Les exemples sont multiples, notamment dans le chapitre analysé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Leclerc-Olive, « Temps et récit de Paul Ricœur (1983-1985)  », Palimpsestes, 33 | -1, 44-52.

Référence électronique

Michèle Leclerc-Olive, « Temps et récit de Paul Ricœur (1983-1985)  », Palimpsestes [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/3943 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.3943

Haut de page

Auteur

Michèle Leclerc-Olive

Mathématicienne, anthropologue et philosophe, chargée de recherche honoraire (CNRS), est membre du laboratoire IRIS (Institut de recherches interdisciplinaires sur les enjeux sociaux) de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales). Elle anime ARTeSS (Atelier de recherche et de traduction en sciences sociales).
Ses dernières publications dans le champ de la traduction : « Espace public et crise financière. Traduire les langages savants de l’aléatoire » (Hermès, 2010) ; « Les figures du temps dans la philosophie de G. H. Mead », in G.H. Mead, La Philosophie du temps en perspective(s), (traductions de M. Leclerc-Olive et C. Soudan) (Éditions de l’EHESS, 2012) ; « Traduire les sciences humaines. Auteur, traducteur et incertitudes » (Méta, 2016). Enfin, « Not to lose the plot : que faire de la locution “selon le nécessaire ou le vraisemblable” ? » à paraître (2019) dans M. Leclerc-Olive (éd.), De Ricœur à Aristote : traductions et génétique d’une pensée.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals