Navigation – Plan du site
I. Quelles stratégies traductives face au texte philosophique français dans l’aire anglophone ?

Traduire les concepts – le cas de supplice dans Surveiller et punir

Melissa Pawelski
p. 53-65

Résumés

Cet article souhaite contribuer aux débats sur les problèmes de traduction dans l’œuvre de Michel Foucault. Il propose une étude de cas détaillé du supplice, titre et argument central de la première partie de l’ouvrage Surveiller et punir. Naissance de la prison (1975) de Foucault. Le traducteur Alan Sheridan traduit ce terme principalement par torture en anglais. Ce choix pose problème, surtout en ce qui concerne l’équivalence supposée entre le supplice et la torture en français. L’approche méthodologique est double. Premièrement, la différenciation entre les concepts opératoires et concepts thématiques développée par Leclerc-Olive (2016) sert de cadre théorique dans le but de déterminer les fonctions différentes des concepts comme arguments centraux, et de réfléchir sur la régularité avec laquelle un concept doit être traduit. Deuxièmement, la comparaison des traductions anglaises des œuvres de Montesquieu et Voltaire permettra de comprendre le contexte historique et les différentes traductions en résultant. De plus, Foucault utilise des sources anglaises qu’il a traduites lui-même et qui éclairent la description du supplice en anglais. En conclusion, nous estimons que supplice en français et torture en anglais ne sont pas équivalents et que ce choix de traduction est douteux.

Haut de page

Texte intégral

1La traduction de supplice en anglais est problématique. Cette contribution propose d’étudier la première partie, intitulée « Supplice », de l’ouvrage Surveiller et punir. Naissance de la prison de Michel Foucault. Si, jusqu’à présent, la traduction de l’œuvre de cet auteur a été relativement peu discutée contrairement à d’autres aspects de ses idées (voir Patton, 1979 ; Philp, 1983 ; O’Farrell, 2006 ; Vandaele, 2016 ; Bennett, 2017 ; Elden, 2017), le moment est venu de proposer des réflexions sur les difficultés que pose le langage foucaldien en langue anglaise. Actuellement, le domaine d’étude de la traduction des textes en sciences humaines et sociales ou en philosophie se veut favorable à l’accueil des nouvelles questions de recherche que cet ensemble pluridisciplinaire permet de poser.

2Alan Sheridan est l’auteur de la seule traduction anglaise réalisée à ce jour. Il est également à l’origine de nombreuses autres traductions de Foucault, Lacan, Sartre ainsi que de romans. Il a rédigé en 1980 la première monographie en anglais sur Foucault. La traduction immédiate – elle paraît en 1977, soit deux ans après sa publication en France – a contribué à la popularité de Foucault dans le monde entier. La réception de ses idées et les débats critiques majoritairement anglophones en résultant montrent que Foucault prend incontestablement place parmi les penseurs les plus connus et influents du xxe siècle. Le travail de traduction de sa pensée reste un exercice difficile, notamment en ce qui concerne les concepts qui permettent rarement une traduction littérale directe. Cette problématique mérite une attention particulière dans le but d’éclairer les enjeux des échanges philosophiques et intellectuels qui dépendent du travail de la traduction. Il ne s’agit pas d’un simple transfert de savoir, mais d’une opération linguistique et intellectuelle complexe.

3Cette contribution, issue d’un travail doctoral toujours en cours, permettra d’aborder quelques questions précises à propos de la traduction de l’œuvre de Foucault. Quels choix de traduction Alan Sheridan a-t-il faits et dans quelle mesure ses choix se justifient-ils ?

4Foucault débute son livre avec le récit sombre et détaillé du supplice, cette peine de mort publique que subit à Paris en 1757 Robert-François Damiens le régicide à la suite de son attentat contre la personne de Louis XV. Dans une courte préface, le traducteur prend soin d’annoncer qu’aucune traduction littérale n’est possible en anglais pour ce phénomène pénal et il explique ses choix de traduction. Si Sheridan propose plusieurs termes en anglais, il sera toutefois question d’examiner l’équivalence qu’il suppose entre le terme français supplice et la principale traduction en anglais, torture. S’agit-t-il, dans ce cas, d’une traduction appropriée ? Pour ce faire, quelques approches théoriques permettront de comprendre les enjeux de tradution des concepts, puis nous présenterons des extraits du texte original accompagnés de la traduction anglaise dans lesquels le problème se manifeste. Une sélection d’entrées de dictionnaire nous sera ensuite utile pour la comparer avec d’autres écrits des Lumières, et ceci dans le but de contextualiser l’usage de ce terme à cette époque. Pour terminer, en référence à deux documents anglais que Foucault utilise dans la partie « Supplice », notre argument selon lequel le choix de traduction habituel torture masque la différence entre supplice et torture en français se consolidera.

Quelques considérations théoriques préalables

5Cette contribution a pour but principal de s’interroger sur la traduction de supplice, et nous proposons de le comprendre comme un concept, à savoir un terme qui rend possible l’analyse des faits de société, des situations et des circonstances historiques, politiques et culturelles. Elden (2017 : 143) note qu’il s’agit d’une première argumentation dans l’ouvrage de Foucault. De ce fait, le cadre théorique proposé ici s’inspire des travaux de Leclerc-Olive (2016) et de Wallerstein (1966), et essaie d’offrir une application de leurs propositions. Selon Leclerc-Olive (2016 : 43), les textes traduits en sciences humaines et sociales ont une « ambition conceptuelle » et, ce faisant, soutiennent l’argumentation de l’auteur. Leclerc-Olive présente deux concepts qui sont à distinguer pendant le processus de traduction, les concepts thématiques et les concepts opératoires :

La distinction introduite […] permet précisément d’analyser les formes d’intertextualité qui affilient un texte à l’espace de débat dans lequel il apporte sa parole propre. On pourrait dire […] que les concepts thématiques soutiennent la contribution créative de l’auteur et que les concepts opératoires lui servent tout à la fois à expliciter l’originalité de sa pensée – penser sur – et à permettre l’accueil de celle-ci – penser avec – dans un environnement conceptuel hypothétiquement partagé, notamment par l’auteur et ses lecteurs. (Leclerc-Olive, 2016 : 44-46)

  • 1 . Ndr : Le deuxième chapitre de l’ouvrage s’intitule « L’éclat des supplices » ; le terme éclat po (...)

6Les propositions originales à travers les concepts thématiques se trouvent alors dans le thème général, c’est-à-dire que les concepts thématiques représentent le sujet abordé par l’auteur. Pour Foucault, le thème général dans Surveiller et punir est l’assujettissement du corps humain à la punition par différentes technologies politiques dans l’histoire. Pour ensuite proposer une analyse de ce thème, Foucault procède à l’aide des concepts opératoires. En effet, il opère avec les pratiques et événements tels que le supplice de Damiens pour illustrer la manifestation « éclatante » du pouvoir au xviiie siècle1. Il explique l’émergence de la discipline comme instrument de pouvoir. Cependant, les concepts tels que le supplice font partie des concepts opératoires pour formuler ses arguments.

7Leclerc-Olive suppose également que cette distinction permet de dégager des rapports d’intertextualité ainsi que des « éléments de continuité qui lient mot et concept, terme et interprétation, discours et expérience, texte et espace de débat, énoncé et énonciation, fond et forme » (2016 : 44). Premièrement, d’autres textes nous serviront dans cette étude pour comparer supplice comme terme à traduire et comme terme traduit. Deuxièmement, « les éléments de continuité » selon Leclerc-Olive posent la question de la façon dont un texte (traduit) s’inscrit dans la langue et culture d’arrivée. Mais une autre question se présente alors, à savoir celle de la régularité avec laquelle un terme comme supplice doit être traduit pour que le lecteur puisse suivre le fil de l’argumentation. Compte tenu de l’absence d’équivalent direct anglais, Sheridan se sert de plusieurs termes pour traduire supplice. Or, c’est le choix de traduire par torture en anglais qui, comme nous le montrerons, rompt avec la continuité de l’argumentaire de Foucault.

8D’autres théoriciens de la traduction partagent l’idée que l’enjeu majeur de la traduction des textes en sciences humaines et sociales, de même qu’en philosophie, concerne avant tout les concepts. Parmi eux, on peut citer Immanuel Wallerstein qui propose une « theory of history » des concepts :

Each of these concepts is a whole theory; I would say it is a theory of history. In some cases, the author literally invented the word (or phrase). In other cases, the author took a word which was already to be found in dictionaries and used it as he or she saw fit. This usage was in some instances how most other authors of the time would have used it, but sometimes the author gave the whole word-symbol a distinctly new (even unusual) content. (Wallerstein, 1996 : 108)

9De ces deux approches prises ensembles, il s’ensuit que les concepts suivent un cheminement historique d’où ils tirent leur signification ; ils ont leur propre histoire et se placent souvent dans un rapport particulier de continuité qui va au-delà des considérations purement lexicologiques de la traduction.

Le traducteur face à ses choix (problématiques) : quelques extraits de textes

10Dans sa préface à la traduction anglaise, Alan Sheridan indique :

Another problem was posed by the French supplice, which heads the first part of the book. For the sake of brevity I have entitled this first part ‘Torture’, but no single English word will cover the full range of the French. Here supplice refers specifically to the public torture and execution of criminals that provided one of the most popular spectacles of eighteenth-century France. By extension the word can also refer to any prolonged torture, mental as well as physical. Depending on the context, I have translated the word by ‘torture’, ‘public execution’ or ‘scaffold’. (Sheridan in Foucault, 1991 : 2)

11Tel est donc le problème auquel fait face le traducteur. En prenant comme exemple un extrait du texte de Foucault, le problème de la traduction anglaise se manifeste ainsi car Foucault écrit :

  • 2 . Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’ (...)

Qu’est-ce qu’un supplice2 ? « Peine corporelle, douloureuse, plus ou moins atroce », disait Jaucourt ; et il ajoutait : « C’est un phénomène inexplicable que l’étendue de l’imagination des hommes en fait de barbarie et de cruauté. » Inexplicable, peut-être, mais certainement pas irrégulier ni sauvage. Le supplice est une technique et il ne doit pas être assimilé à l’extrémité d’une rage sans loi. Une peine, pour être un supplice, doit répondre à trois critères principaux : elle doit d’abord produire une certaine quantité de souffrance qu’on peut sinon mesurer exactement, du moins apprécier, comparer et hiérarchiser ; la mort est un supplice dans la mesure où elle n’est pas simplement privation du droit de vivre, mais où elle est l’occasion et le terme d’une gradation calculée de souffrances. (Foucault, 1975: 44)

12Sheridan traduit ainsi:

What is a supplice? “Corporal punishment, painful to a more or less horrible degree,” said Jaucourt in his Encyclopédie article and added: “It is an inexplicable phenomenon that the extension of man’s imagination creates out of the barbarous and the cruel.” Inexplicable, perhaps, but certainly neither irregular, nor primitive. Torture is a technique; it is not an extreme expression of lawless rage. To be torture, punishment must obey three principal criteria: first, it must produce a certain degree of pain, which may be measured exactly, or at least calculated, compared and hierarchized; death is a torture in so far as it is not simply a withdrawal of the right to live, but is the occasion and the culmination of a calculated gradation of pain. (Foucault, 1991 : 33)

13Il fait donc d’abord un emprunt avec supplice, puis emploie ensuite la plupart du temps le mot torture. Mais la situation se complique quand Foucault parle de torture :

La torture (violence physique pour arracher une vérité, qui de toute façon, pour faire preuve, doit être répétée ensuite devant les juges, à titre d’aveu « spontanée »). À la fin du xviiie siècle, la torture sera dénoncée comme le reste des barbaries d’un autre âge : marque d’une sauvagerie qu’on dénonce comme « gothique. » Il est vrai que la pratique de la torture est d’origine lointaine : l’Inquisition bien sûr, et même sans doute au-delà les supplices d’esclaves. Mais elle ne figure pas dans le droit classique comme une trace ou une tache. (Foucault, 1975: 49)

14Voici la traduction qu’en fait Sheridan:

Judicial torture (physical violence to obtain truth, which, in any case, had then to be repeated before the judges, as a “spontaneous” confession, if it were to constitute proof). At the end of the eighteenth century, torture was to be denounced as a survival of the barbarities of another age: the mark of a savagery that was denounced as “Gothic.” It is true that the practice of torture is of ancient origin: it goes back at least as far as the Inquisition, of course, and probably to the torture of slaves. But it did not figure in classical law as a survival or defect. (Foucault, 1991 : 39)

15Ainsi, la distinction entre le supplice et la torture que Foucault expose se rétrécit et le lecteur anglophone peut avoir l’impression que Foucault parle uniquement de la torture. Pour Foucault, la torture fait souvent partie de la procédure pénale, mais n’est pas l’équivalent du supplice car elle est appliquée avant, au cours des interrogatoires. Le supplice et la torture ont deux fonctions différentes ; le supplice est en effet une peine de mort d’une extrême violence, et il est exécuté en public lors d’une procédure ritualisée et mesurée que Foucault va problématiser. En revanche, l’objectif de la torture est d’obtenir des aveux d’un accusé avant qu’il ne soit condamné.

La source première du traducteur : les dictionnaires

16Les dictionnaires sont des sources indispensables pour le traducteur puisqu’ils permettent une première réflexion sur les choix de traduction possibles. Si le traducteur en sciences humaines et sociales se doit de débuter son travail dans les dictionnaires, il lui faut ensuite diversifier ses sources pour étayer ses choix de traductions. D’abord, il s’agit d’un terme d’origine latine. Le Grand Dictionnaire Français-Latin accessible en ligne indique que le terme originel en latin est supplicium3. Dans le Dictionnaire Latin-Français Gaffiot, on trouve une autre racine, supplex : « qui plie les genoux, qui se prosterne, en suppliant4 ». Ensuite pour le terme supplicium, on trouve deux significations : « (1) action de plier les genoux ; (2) punition, peine, châtiment, supplice5 ».

17Ces significations permettent de faire deux observations. Premièrement, le terme de supplice est aussi un acte de dévotion ou d’imploration religieuse, voire de châtiment religieux, ce qui est un aspect auquel Foucault s’intéresse. Deuxièmement, en se référant à ces dictionnaires, il est clair que les termes latins supplex ou supplicium ne se traduisent pas par le terme torture en français.

  • 6 . Tyronis thesaurus, or, Entick’s new Latin-English dictionary, mots supplex et supplicium.
  • 7 . An Elementary Latin Dictionary, 2002 [1895], Charles T. Louis (ed.), Oxford, Oxford University P (...)
  • 8 . Ibid.

18Consultons maintenant les dictionnaires anglais-latin pour les comparer avec ces traductions françaises. Le Tyronis thesaurus or Entick’s new Latin-English dictionary, publié en 1801, traduit supplex par « suppliant, humble, submissive, prostrate » et supplicium par « a supplication, an atonement, a prayer, a sacrifice, a general procession, punishment6 ». An Elementary Latin Dictionary de 2002 définit, lui, le terme supplex ainsi : « (adj.) kneeling in entreaty, begging, entreating, humble, submissive, beseeching, suppliant, supplicant ; (subst.) a suppliant, humble, petitioner7. » Pour le terme supplicium, on trouve ceci: « A kneeling, bowing down, humble, entreaty, petition, supplication; A humiliation, public prayer, supplication; the punishment of death, death-penalty, execution, slaughter; Punishment, penalty, torture, torment, pain, distress, suffering8 ».

  • 9 . Collins Latin Dictionary & Grammar, 2005 [1997], Glasgow, Harper Collins Publishers, p. 212.

19De ces constats apparaît donc la possibilité de traduire le terme latin par torture en anglais. Pourtant, cela reste une exception car, si l’on continue l’exploration des dictionnaires latins, le Collins Latin Dictionary and Grammar de 2005 propose pour supplex : « suppliant, in entreaty » et pour le terme supplicium, « prayer, entreaty, sacrifice, punishment, execution, suffering9 ».

20Ces entrées des dictionnaires latin-français et latin-anglais devraient amener le traducteur à ne pas utiliser le terme anglais torture. Néanmoins, dans le Trésor de la langue française informatisé, la première définition (A) de supplice est une « Peine corporelle, torture extrêmement douloureuse, entraînant généralement la mort10 ». Par ailleurs, les dictionnaires français-anglais de Collins11, de Cambridge12 ou encore de Hachette-Oxford13 traduisent tous supplice par torture. Or, ces définitions lexicologiques signalent des différences considérables entre les significations latines et l’emploi moderne, ce qui semble donner raison à la traduction de Sheridan et éloigne d’une conclusion définitive. Aussi, afin d’éviter un jugement hâtif sur les choix de traduction fondé exclusivement sur les dictionnaires, nous élargirons maintenant l’étude afin de solliciter d’autres textes en langue française du xviiie siècle où ce terme est discuté.

21Il est important de noter le contexte historique spécifique dans lequel Foucault développe son étude. À première vue, le supplice de Damiens en 1757 ne constitue pas un événement inhabituel et ne va pas à l’encontre des conventions établies, puisque la douloureuse mise à mort qu’il subit est une pratique de punition qui existe depuis bien longtemps. En 1610, plus d’un siècle plus tôt, François Ravaillac est soumis à ce même supplice pour avoir assassiné le roi Henri IV. Pourtant, à cette époque, dans l’esprit des Lumières qui émerge, les châtiments d’extrême violence commencent à être critiqués. Foucault situe donc le début de son livre à ce moment afin d’illustrer son propos avec des événements précis, mais également afin de contraster cette image violente avec le développement des réformes pénales qui commencent à voir le jour au xviiie siècle. En analysant le passage d’une exposition publique de la sentence de mort à l’occultation des spectacles de supplice au regard du public, Foucault étudie les valeurs qui surgissent avec les Lumières. Le supplice doit bien être compris comme un événement d’une importance singulière tant dans la pratique pénale de l’époque que dans la démarche argumentative de Foucault. Les textes de cette époque peuvent alors constituer une source d’inspiration et d’information pour le traducteur, car ils permettent de comparer les différentes traductions et de se familiariser avec ce concept.

Dépasser les dictionnaires : les discussions de supplice par les penseurs des Lumières

22Foucault examine la définition de supplice rédigée par Louis de Jaucourt dans l’Encyclopédie citée plus haut. Dans son analyse, Foucault s’intéresse à la façon dont la transformation du droit de punir passe du corps (entité physique) à l’âme (entité incorporelle) (Foucault, 1975 : 39). L’approche que propose Foucault des concepts développés par les Lumières, en particulier celui de l’humanité et celui de la dénonciation de la barbarie par l’extrême violence physique pour châtier, invite alors à étudier les idées en cours dans ce siècle (ibid. : 109). Il explique ainsi : « Les Lumières ne tarderont pas à disqualifier les supplices en leur reprochant leur “atrocité”. Terme par lequel ils étaient souvent caractérisés, mais sans intention critique, par les juristes eux-mêmes » (ibid. : 67).

23Afin d’éclairer la traduction de termes français vers l’anglais, nous pouvons observer comment d’autres auteurs, comme Montesquieu ou Voltaire, ont été eux-mêmes traduits en anglais.

24De l’Esprit des Lois de Montesquieu est publié en 1748, peu avant le supplice de Damiens. Foucault mentionne Montesquieu une seule fois (ibid. : 150) pour commenter la manière dont les principes de cet auteur étaient reçus aux États-Unis. Ce traité est pourtant une source utile pour le traducteur puisque, comme nous le verrons plus bas, Montesquieu donne une définition de supplice. La première traduction de cette œuvre est réalisée en 1752 par Thomas Nugent, écrivain et voyageur irlandais. Il faut ensuite attendre 1989 avant qu’une deuxième traduction soit publiée, par Anne Cohler, Basia Miller et Harold Stone. Montesquieu utilise pour la première fois le terme supplice dans le Livre VI intitulé Conséquences sur les principes des divers gouvernements par rapport à la simplicité des lois civiles et criminelles, la forme des jugements et l’établissement des peines, et plus précisément dans le chapitre IX intitulé « De la sévérité des peines dans les divers gouvernements » (Montesquieu, 1979 : 209). Nugent traduit supplice en anglais par penalties, penal laws ou punishment (Montesquieu, 2001 : 99). Ces variations terminologiques ne semblent pas constituer une régularité. Plus loin, Montesquieu donne une définition de supplice dans le livre XII Des lois qui forment la liberté politique, dans son rapport avec le citoyen, chapitre IV « Que la liberté est favorisée par la nature des peines et leur proportion ». L’auteur y propose une classification de quatre sortes de peines : celles concernant la religion, les mœurs, la tranquillité et la sûreté des citoyens. Il commente ainsi les peines attaquant la sûreté :

Les peines de ces derniers crimes sont ce qu’on appelle des supplices. C’est une espèce de talion, qui fait que la société refuse la sûreté à un citoyen qui en a privé, ou qui a voulu en priver un autre. Cette peine est tirée de la nature de la chose, puisée dans la raison, et dans les sources du bien et du mal. Un citoyen mérite la mort lorsqu’il a volé la sûreté au point qu’il a ôté la vie, ou qu’il a entrepris de l’ôter. Cette peine de mort est comme le remède de la société malade. (Montesquieu, 1979: 331)

25Nugent traduit: « The punishments inflicted upon the latter crimes [attacking the security of the subject] are such as are properly distinguished by that name. » (Montesquieu, 2001 : 209) Dans cette phrase, le traducteur semble vouloir contourner la difficulté qu’il y a à traduire les deux termes, peine et supplice. À titre de comparaison, les traducteurs de 1989 notent ceci dans leur préface :

In Montesquieu’s apparent digressions the reader often finds echoes or applications of general principles Montesquieu has already enunciated, sometimes several hundred pages earlier. With this in mind, we have, as often as practicable, chosen the language of each part of the translation in terms of the entire book rather than in terms of the more limited context of the paragraph or chapter. This results in a stabilised core of terminology, which conveys some of the resonance of the original text. […] Accordingly, we have respected Montesquieu’s use of various distinctions, for instance between prononcer, “to pronounce”, and statuer, “to enact”, between peine, “penalty”, and supplice, “punishment”, between ville, “town” and cité “city”. (Montesquieu, 1989 : xxxiv)

26Il existe donc bien, selon eux, une différence entre ces deux termes que l’on ne doit pas esquiver. Par conséquent, en établissant cette règle terminologique, ils conservent cette même différenciation dans la traduction. La notion de talion dont parle Montesquieu, selon laquelle la violence et la cruauté que le supplice impose devraient correspondre à la gravité du crime commis, est critiquée par Foucault :

Que la faute et la punition communiquent entre elles et se lient dans la forme de l’atrocité, ce n’était pas la conséquence d’une loi de talion obscurément admise. C’était l’effet, dans les rites punitifs, d’une certaine mécanique du pouvoir : d’un pouvoir qui non seulement ne se cache pas de s’exercer directement sur les corps, mais s’exalte et se renforce de ses manifestations physiques […]. (Foucault, 1975 : 69)

27Nous retrouvons ici la composante visuelle du supplice. Toutefois, même si Foucault explique que la loi de talion et la procédure punitive du supplice ne se trouvent pas en dehors des considérations sur l’équilibre du pouvoir, on peut toujours soutenir que c’est de cette façon que le supplice est conçu par les auteurs comme Montesquieu. De plus, le supplice s’oppose à la fonction de la torture dont Montesquieu, ainsi que Foucault, parlent. Montesquieu évoque la torture dans le chapitre XVII intitulé « De la torture ou question contre les criminels » (1979 : 220), titre que Nugent rend par « On the Rack » (qui signifie littéralement « sur le chevalet »). Cela est révisé par la seconde traduction de 1989 de cette œuvre de Montesquieu : « On torture or the question for criminals » (p. 92-93).

28Voltaire publie le Traité sur la Tolérance à l’occasion de la mort de Jean Calas en 1763, soit six ans après le supplice de Damiens. Voltaire, de son vivant, se targuait déjà d’une réputation de défenseur de la Raison et de dénonciateur du fanatisme. Son traité ne constitue pas une théorie politique ou juridique ; c’est un pamphlet qui soutient Jean Calas. Voltaire fustige la décision de la justice toulousaine à propos de ce vieillard accusé d’avoir tué son fils, et par suite condamné au supplice de la roue. Voltaire critique notamment de graves erreurs de procédure et questionne la valeur des moyens mis en œuvre pour obtenir des preuves contre Jean Calas. Dans son texte, on retrouve le terme supplice à maintes reprises. Voltaire l’emploie dans sa signification de l’époque, à savoir l’exécution publique comme peine de mort. Le traité a été également traduit par Thomas Nugent, un an après sa publication en 1764. Nugent traduit supplice par sentence, most cruel death, execution, cruel execution ou punishment (Voltaire, 1764 : 12, 13, 15, 16, 22). De nouveau, les termes traduits varient et ne semblent pas former un ensemble régulier.

29Ensuite, deux nouvelles traductions voient le jour, la première réalisée par Brian Masters en 1994 et la deuxième en 2016 par Desmond M. Clarke. À certains moments, ces deux traductions manifestent des ressemblances, comme, par exemple, la traduction de supplice par fate, ou should be executed, should die (Voltaire, 1994 : 1, 9, 14 ; 2016b : 7, 10). Desmond M. Clarke traduit une fois le terme par death by torture (Voltaire, 2016b : 14), mais trouve également the most appalling agony ou the most appalling and slowest method of execution (Voltaire, 2016b : 8, 18). Ainsi, le choix terminologique n’est pas rigoureux dans la mesure où tous trois traduisent supplice par une multitude de termes au lieu de choisir un seul équivalent.

30Ces deux brèves études de cas montrent que les traducteurs n’emploient pas le terme torture en anglais pour traduire supplice, à l’exception de death by torture de Clarke. Le supplice, légitimé par le système judiciaire de l’époque, définit en quelque sorte la peine la plus cruelle que l’homme est capable de concevoir et de faire subir. Compte tenu de ce retour sur le contexte historique, le choix d’Alan Sheridan avec l’emploi du mot torture n’était pas approprié. Ce qui confirme la « theory of history » de Wallerstein (1996 : 108) puisque l’on voit que cette pratique du supplice avait une signification particulière à une époque historique donnée. En effet, pour un lecteur contemporain, la pratique du supplice au xviiie siècle peut être comprise comme de la torture. Mais à cette époque, le supplice, dans son application au sein du système judiciaire, ne signifiait pas la même chose que la torture au sein de ce même système :

La torture judiciaire, qui ne peut être confondue avec les supplices subis par un condamné pour accompagner la peine de mort ou qui constituent la peine elle-même, est un procédé d’instruction qui vise par la souffrance infligée à quelqu’un ou par la seule menace de cette souffrance, à obtenir par des méthodes variées les aveux d’un individu sur qui pèsent de forts soupçons et contre lequel ont déjà été accumulés un certain nombre d’indices, afin qu’il avoue son délit, son crime (la torture est alors dite, à partir du xvie siècle, préparatoire), et éventuellement le nom de ses complices (cette torture est dite préalable quand elle s’applique à un condamné à mort, que l’on interroge sur ses complices avant l’exécution de la peine). (Jallamion, 2003 : 12-13)

31Suivant Jallamion, on pourrait formuler que le supplice est une peine de mort où l’on torture le condamné, et par contraste, que la torture n’est pas une peine en soi, mais un moyen d’obtenir des aveux. En conséquence de ces observations, il paraît maladroit de traduire supplice par torture en anglais car le lecteur anglophone n’est pas suffisamment informé par la traduction des fines différences conceptuelles du français pour bien comprendre l’argumentation de Foucault.

Retour sur les sources anglophones citées par Foucault

32Une autre voie d’éclaircissement s’ouvre par l’analyse des sources anglophones dont se sert Foucault. Deux sources évoquées par Foucault à la page 19 illustrent comment supplice a été décrit en anglais et comment il reprend les idées de ces sources anglaises dans son texte. Foucault écrit ainsi :

Plus de ces combinaisons comme on en mettait en scène pour tuer les régicides, ou comme celle dont rêvait, au début du xviiie siècle, l’auteur de Hanging not Punishment enough, et qui aurait permis de rompre un condamné sur la roue, puis de le fouetter jusqu’à l’évanouissement, puis de le suspendre avec des chaînes, avant de le laisser lentement mourir de faim. Plus de ces supplices où le condamné est traîné sur une claie (pour éviter que la tête n’éclate sur le pavé), où son ventre est ouvert, ses entrailles arrachées en hâte, pour qu’il ait le temps de voir, de ses yeux, qu’on les jette au feu ; où il est décapité enfin et son corps divisé en quartiers. (Foucault, 1975: 19)

33Ce que Sheridan traduit par:

There are no longer any of those tortures that were organized for the killing of regicides, or of the kind advocated, at the beginning of the eighteenth century, by the anonymous author of Hanging not Punishment enough (1701), by which the condemned man would be broken on the wheel, then flogged until he fainted, then hung up with chains, then finally left to die slowly of hunger. There are no longer any of those executions in which the condemned man was dragged along on a hurdle (to prevent his head smashing against the cobble-stones), in which his belly was opened up, his entrails quickly ripped out, so that he had time to see them, with his own eyes, being thrown on the fire; in which he was finally decapitated and his body quartered. (Foucault, 1991 : 12)

34Foucault utilise une source anonyme intitulée Hanging not Punishment enough, publiée en 1701. Pour autant que nous sachions, aucune traduction française n’en a été réalisée. Foucault part de l’anglais qu’il incorpore ensuite dans son texte en le traduisant. Voici l’extrait repris de la source anglaise:

So I must beg leave to say, that they who shew no mercy should find none; and if Hanging will not restrain them, Hanging them in Chains, and Starving them, or (if Murtherers and Robbers at the same time, or Night incendiaries) breaking them on the Wheel, or Whipping them to Death, a Roman Punishment should.

I know that Torments so unusual and unknown to us may at first surprise us, and appear unreasonable. (Hanging not Punishment enough, 1701 : 8-9)

35L’auteur anglais n’emploie en effet pas le terme torture ; cependant on trouve Roman Punishment. La citation de Foucault s’arrête là, mais dans la suite du texte se trouve également le terme Torments. Au-delà du passage que reprend Foucault, nous rencontrons également plus loin pain in intense degree, capital punishment, horrid agonies, execution et terror of such law (p. 9, 11, 13). Dans une édition réimprimée au xixe siècle par Basil Montagu, juriste britannique et critique de la peine de mort ainsi que de toute légitimation des pratiques pénales violentes, celui-ci note dans la préface :

The author of this tract, which was published in the year 1701, justly considering that malefactors who differ in guilt ought not to be doomed to the same punishment, and not checked by any caution or reserve in pushing his opinions too far, seriously proposes that torture ought in many, if not most cases, to be sanctioned by Legislature. (Montagu in Hanging not Punishment enough, 1812 : iii)

36Montagu parle de torture, sans doute pour exprimer une remise en cause morale des exigences que pose l’auteur anonyme du texte. La question se pose alors de savoir si cela peut être interprété comme le début d’une transformation par laquelle de telles propositions commencent à choquer l’esprit du xixe siècle. Cela pourrait en effet nous amener à dire que, pour un lecteur moderne de Foucault, le supplice dont il est question peut être perçu comme de la torture. Un tel jugement donnerait gain de cause au choix fait par Sheridan, notamment au regard de l’intitulé de la première partie, « Torture », qui évoque l’idée partagée de nos jours selon laquelle les pratiques pénales au xviiie étaient cruelles et barbares. On peut penser que lorsque Sheridan traduit cette reprise par Foucault de la source anglaise Hanging not Punishment enough, il ne consulte pas l’original anglais puisqu’il traduit directement les formulations de Foucault.

37Deuxièmement, à la fin de l’extrait dont il est question ci-dessus, Foucault termine par une référence renvoyant à la seconde source anglaise. Il s’agit de Sir William Blackstone, juriste britannique et auteur de Commentaries of the Laws of England (1766). Cette œuvre est traduite par Gabriel-François Coyer en 1776 : Commentaires sur le code criminel d’Angleterre. À la fin de cet extrait, Foucault indique dans une note en bas de page :

La traduction étant destinée à faire valoir l’humanité de la législation anglaise par opposition à la vieille Ordonnance de 1760, le commentateur ajoute : « Dans ce supplice effrayant par le spectacle, le coupable ne souffre ni beaucoup, ni longuement. » (Foucault, 1975 : 18, note 1)

38Cette note indique donc la façon dont a été traduite cette œuvre anglaise. En effet, le traducteur français Gabriel-François Coyer a fait maintes adaptations. Foucault en est conscient et rappelle dans cette note l’approche « révisionniste » que le traducteur a choisie.

39Le traducteur français introduit le terme supplice de deux façons. D’une part, comme traduction directe du terme anglais punishment, et d’autre part, parce qu’il fait un commentaire du supplice lui-même, qu’il considère comme une peine équilibrée. Cette traduction française de Blackstone est intéressante car elle montre l’exemple d’une traduction de l’anglais vers le français où apparaît le terme supplice. Voici le passage traduit de l’anglais avec les termes-clés entre crochets :

  • 14 . Nous avons laissé dans cette citation l’orthographe dans sa forme originelle.

La peine [punishment] de la haute trahison est aussi solennelle qu’effrayante ; 1°. Le criminel n’est mené ni en voiture, ni à pied ; on le traîne sur le pavé. Cependant pour lui épargner l’extrême tourment [the extreme torment] de battre le pavé avec sa tête & tout son corps, on le place sur une claie ; 2°. Il est pendu par le cou, & avant qu’il expire, on lui arrache les entrailles, qui sont jettées au feu ; on lui coupe la tête, & son corps est divisé en quatre quartiers, pour en disposer comme il voudra (b). Le Roi peut faire grâce de l’une ou de l’autre partie du supplice [punishment], excepté de la décollation, & il le fait souvent, sur-tout pour des gens de qualité.14

Note (b) Dans ce supplice effrayant pour le spectacle, le coupable ne souffre ni barbarement, ni longuement. (Blackstone, 1776 : 89-90)

40Cette note en bas de page (b) est un commentaire du traducteur Gabriel-François Coyer. Dans l’original anglais, il existe également une note en bas de page au même endroit, mais on y trouve cependant une remarque assez différente : « The King may, and often doth, discharge all the punishment, except beheading, especially where any of noble blood are attained. » (Blackstone, 1769: 92) Sheridan ne mentionne pas la différence entre ces notes, mais traduit le commentaire du traducteur français en anglais: « In this form of execution [supplice], which is so terrifying to see, the guilty man does not suffer much pain, or for long. » (Foucault, 1991 : 309) Il ne reprend pas torture pour traduire supplice. La traduction du terme anglais punishment par supplice, comme le montre cet extrait, semble également confirmer la règle terminologique qu’établissent les traducteurs de Montesquieu en 1989. Plus généralement, en tout cas, nous constatons à nouveau que torture ne se justifie pas comme équivalent de supplice.

41Cette contribution avait pour objectif de questionner la traduction anglaise de supplice dont Foucault fait l’analyse dans la première partie de son livre Surveiller et punir. Ce choix de traduction est douteux puisqu’en français, supplice ne désigne pas la même chose que torture. L’analyse de quelques exemples pris dans les écrits des Lumières, ainsi que des sources anglaises sollicitées par Foucault, montre que ces deux termes ne sont pas équivalents. La consultation de textes supplémentaires traitant des mêmes notions que le texte à traduire constitue un recours important pour le travail de traduction. En effet, supplice est un terme avec lequel Foucault développe une argumentation centrale – un concept opératoire – dans la première partie de son livre.

42L’approche théorique de Leclerc-Olive peut être utile pour le traducteur puisqu’elle permet de souligner que les concepts utilisés par les auteurs en sciences humaines et sociales peuvent avoir des fonctions différentes, et de s’interroger sur la régularité avec laquelle un concept doit être traduit. Il est clair que supplice est un terme français qui n’a pas d’équivalent direct, et, par la suite, peut être traduit par plusieurs termes en anglais. Rappelons que ce n’est pas la seule traduction qu’offre Sheridan ; comme il l’annonce dans sa préface, il emploie également public execution ou scaffold. Certes, le premier terme peut aider le lecteur à comprendre l’argument de Foucault concernant les aspects spectaculaires de cette peine. Il est vrai que se pose en plus une difficulté importante car si l’on suivait les traducteurs des Lumières ayant majoritairement traduit supplice par punishment, on ferait face à un nouveau problème : la deuxième partie du livre de Foucault est intitulée « Punition », qui, en anglais est rendue par « Punishment ». Pourtant, reprendre cette traduction anglaise, à savoir rendre supplice par punishment, serait également insuffisant. Même si cela aurait pour effet l’analyse dans le système de justice de l’époque, les analyses de Foucault s’étendent à d’autres domaines et questions. Certes, le supplice n’est pas simplement une peine de mort d’un caractère singulier, mais un phénomène pénal complexe à partir duquel Foucault développe un récit fascinant jusqu’à l’émergence des « sociétés disciplinaires ».

43Cependant, la traduction anglaise torture rompt avec la continuité du concept de supplice discuté par Foucault. Il en résulte que le lecteur anglophone ne comprend pas bien les subtilités qu’il introduit entre supplice et torture en français.

44Les choix du traducteur de Foucault se comprennent néanmoins. Le terme anglais torture n’est pas une traduction strictement incorrecte de supplice. Par exemple, on peut observer une différence entre la définition que donnent les dictionnaires latins pour le français et l’anglais et les usages modernes qui justifieraient le choix de Sheridan de traduire par torture. Malgré cela, il faut considérer le concept de supplice comme d’ordre opératoire, car il est préexistant dans d’autres textes et est au fondement de l’analyse critique de Foucault.

45Par ailleurs, il est important de signaler brièvement la dimension religieuse évoquée par les dictionnaires latins. En effet, Foucault y fait allusion en observant que supplice est aussi un rituel qui s’inscrit dans une procédure pénale que l’on peut qualifier de « liturgique », et donc strictement réglée tel un culte religieux (voir Foucault, 1975 : 44). Cette connotation religieuse, que l’on trouve discutée dans le livre, reste toutefois une piste que l’exercice présent ne permet pas d’approfondir.

  • 15 . Je voudrais remercier les correcteurs anonymes, ainsi que Marion Naugrette-Fournier, Bruno Ponch (...)

46Il reste à mentionner qu’il s’est écoulé peu de temps entre l’année de parution de l’ouvrage de Foucault en 1975 et sa traduction publiée en 1977, ce qui a dû laisser peu de latitude au traducteur pour consulter les sources sollicitées dans cette étude. Le travail de traduction se fait le plus souvent dans un temps très limité et les traducteurs doivent répondre aux exigences de l’auteur, mais surtout aussi de l’éditeur. D’autre part, de nos jours, la plupart de ces références sont numérisées et souvent facilement accessibles. Alan Sheridan a probablement eu peu de possibilités de faire des recherches en profondeur pour bien étayer ses choix de traduction. Nous pouvons également nous demander si les maisons d’édition auraient accepté de soutenir financièrement et intellectuellement un travail de recherche si poussé à propos d’un texte à traduire, comme celui mené pour cette étude de cas15.

Haut de page

Bibliographie

Textes de référence

Foucault, Michel, 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

, 1991 [1977], Discipline and Punish. The Birth of the Prison, trad. Alan Sheridan, Londres, Penguin Books.

Ouvrages et articles

Bennett, Karen, 2017, « Foucault in English. The politics of exoticization », Target, 29(2), p. 222-243.

Blackstone, William, 1769 [1765-1769], Commentaries on the Laws of England, Book the Fourth, Oxford, Clarendon Press.

, Guillaume, 1776, Commentaire sur le code criminel d’Angleterre, Tome Premier, trad. M. L’abbé Coyer, Paris, Knapen.

Elden, Stuart, 2017, Foucault. The Birth of Power, Cambridge, Polity.

Hanging not Punishment enough for Murtherers, High-way Men and House-breakers, 1812 [1701], auteur anonyme, préface de Basil Montagu, Londres, A. Baldwick, Warwick Lane.

Jallamion, Carine, 2003, « Entre ruse du droit et impératif humanitaire : la politique de la torture judiciaire du xiie au xviiie siècle », Archives de politique judiciaire, 25, p. 9-35.

Leclerc-Olive, Michèle, 2016, « Traduire les sciences humaines. Auteur, traducteur et incertitudes », Meta, 61(1), p. 44-45.

Montesquieu, 1979 [1748], De l’Esprit des Lois I, présenté par Victor Goldschmidt, Paris, GF Flammarion.

, 1989 [1758], The Spirit of the Laws, translated and edited by Anne M. Cohler, Basia C. Miler, Harold S. Stones, Cambridge, Cambridge University Press, Cambridge Texts in the History of Political Thought.

, 2001 [1752, 1748], The Spirit of the Laws, trad. Thomas Nugent, Kitchener, Ontario Canada, Batoche.

O’Farrell, Claire, 2006, Michel Foucault, Londres, SAGE.

Patton, Paul, 1979, « Fiche technique », in Morris, Meaghan & Pattons, Paul (eds.), Michel Foucault. Power, Truth, Strategy, Sydney, Feral Publications.

Philp, Mark, 1983, « Foucault on Power. A Problem in Radical Translation ? », Political Theory, 11(1), p. 29-52.

Vandaele, Jeroen, 2016, « What is an author, indeed : Michel Foucault in translation », Perspectives. Studies in Translatology, 24, p. 76-92.

Voltaire, 1764 [1763], A Treatise on religious toleration, occasioned by the execution of the unfortunate John Calas unjustly condemned and broken upon the wheel at Toulouse for the supposed murder of his own son, trad. Thomas Nugent, Londres, T. Becket & P. A. de Hondt.

, 1994 [1763], The Calas Affair. A Treatise on Tolerance, trad. Brian Masters, Londres, The Folio Society.

—, 2016a [1763], Traité sur la Tolérance. À l’occasion de la mort de Jean Calas, Paris, Gallimard, Folio Sagesses.

, 2016b [1763], A Treatise on Tolerance, trad. Desmond M. Clarke, Londres, Penguin Books.

Wallerstein, Immanuel, 1996, « Scholarly concepts : Translation or Interpretation ? », in Gaddis Rose, Marylin (ed.), Translation Horizons. Beyond the Boundaries of Translation Spectrum. Translation Perspectives IX, Binghampton, State University of New York Press at Binghampton.

Haut de page

Notes

1 . Ndr : Le deuxième chapitre de l’ouvrage s’intitule « L’éclat des supplices » ; le terme éclat pose un autre problème de traduction en anglais qui ne sera pas abordé ici.

2 . Les caractères gras ont été ajoutés dans les exemples pour indiquer des points commentés dans l’article.

3 . https://www.grand-dictionnaire-latin.com/dictionnaire-francais-latin.php?parola=supplice. (Les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 20 août 2019.)

4 . https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=supplex.

5 . https://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=supplicium.

6 . Tyronis thesaurus, or, Entick’s new Latin-English dictionary, mots supplex et supplicium.

7 . An Elementary Latin Dictionary, 2002 [1895], Charles T. Louis (ed.), Oxford, Oxford University Press, p. 834.

8 . Ibid.

9 . Collins Latin Dictionary & Grammar, 2005 [1997], Glasgow, Harper Collins Publishers, p. 212.

10 . Définition A. de supplice sur http://atilf.atilf.fr/.

11 . https://www.collinsdictionary.com/dictionary/french-english/supplice.

12 . https://dictionary.cambridge.org/dictionary/french-english/supplice.

13 . Le Grand Dictionnaire Hachette-Oxford, 2007 [1994], Oxford, Oxford University Press, p. 817.

14 . Nous avons laissé dans cette citation l’orthographe dans sa forme originelle.

15 . Je voudrais remercier les correcteurs anonymes, ainsi que Marion Naugrette-Fournier, Bruno Poncharal, Oliver Davis et Stuart Elden pour leur généreux soutien et leur patience lors de la rédaction de cet article. Un grand merci également à Jean-Claude Galléty.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Melissa Pawelski, « Traduire les concepts – le cas de supplice dans Surveiller et punir », Palimpsestes, 33 | -1, 53-65.

Référence électronique

Melissa Pawelski, « Traduire les concepts – le cas de supplice dans Surveiller et punir », Palimpsestes [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/3991 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.3991

Haut de page

Auteur

Melissa Pawelski

Actuellement doctorante-boursière de la Faculté des arts (École des langues et cultures modernes) à l’université de Warwick (Royaume-Uni). Son projet de recherche porte sur les traductions anglaise et allemande de l’ouvrage Surveiller et punir. Naissance de la prison de Michel Foucault.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals