Navigation – Plan du site
I. Quelles stratégies traductives face au texte philosophique français dans l’aire anglophone ?

La réception de l’œuvre de Jacques Lacan en anglais

Ludivine Bouton-Kelly
p. 66-79

Résumés

Cet article s’applique à comprendre la spécificité de la traduction des textes de Jacques Lacan en anglais, examinée à partir des notes et des traductions d’Anthony Wilden, d’Alan Sheridan et de John Forrester, ainsi que des travaux de Jean-Pierre Cléro. En effet, la traduction des écrits de Jacques Lacan (1901-1981) en anglais relève d’un double défi car la pensée de ce grand théoricien de la psychanalyse, profondément ancrée dans la langue française, pose des difficultés aussi bien liées à la formulation de concepts propres au domaine de la psychanalyse qu’à l’incessante réinterprétation qu’il en fait. Ainsi, la transmission des concepts théoriques psychanalytiques élaborés par Jacques Lacan résulte à la fois de la traduction de sa pensée et de l’idiolecte qui la porte. Par ailleurs, la réception de l’œuvre de Jacques Lacan en anglais se heurte à deux obstacles. Le premier, linguistique, serait, selon l’auteur lui-même, intrinsèquement lié à la singularité et à la résistance de la langue anglaise. Le deuxième, culturel, résulterait des divergences accumulées au cours de l’histoire de la réception des théories freudiennes aux États-Unis en particulier et dans le monde anglophone en général. La singularité de l’œuvre lacanienne nous invite nécessairement à considérer son passage en traduction comme une entreprise en marge de toute autre. Il n’en reste pas moins que les difficultés rencontrées par les traducteurs nous éclairent sur les points de résistance que tout texte de sciences humaines et sociales, mais aussi de littérature, peut révéler en traduction.

Haut de page

Notes de l’auteur

[Tous les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 20 août 2019.]

Texte intégral

1. On ne parle jamais qu’une seule langue – ou plutôt un seul idiome.
2. On ne parle jamais une seule langue – ou plutôt il n’y a pas d’idiome pur.
(Derrida, 1996 : 23)

Je me suis précipitée sur la languelait à l’angle des autres langues, pour ne pas voir comment les lettres escortent, laminent, extorquent, excorient, se réapproprient le sang des langues entre leurs pattes, leurs griffes et leurs dents.
(Cixous, 1986 : 32)

  • 1 . Jean-Pierre Cléro le dit ainsi dans son livre consacré à Lacan et la langue anglaise : « La trad (...)

1Les textes de sciences humaines et sociales ne sont pas sans aspérités et leur traduction soulève des problèmes à la fois propres au domaine qu’ils abordent et communs à toute entreprise traductive. Elle ne relève évidemment pas, comme d’aucuns pourraient le penser, d’une simple transposition de concepts dans un autre espace linguistique. Le traducteur de sciences humaines est confronté à la nécessité de transmettre un raisonnement intellectuel dont la portée didactique ne doit idéalement rien perdre en traduction. La langue qui soutient ce raisonnement peut bien entendu prendre des allures littéraires, au sens où un auteur de sciences humaines adopte un style, adapté à son propos. Cependant, elle n’est pas nécessairement plus abordable, plus limpide ou fluide que celle d’un romancier ou d’un poète, sous prétexte qu’elle sous-tend un discours non fictif. Ainsi, « [C]omme pour toute traduction, le traducteur [de sciences humaines] se fait auteur dès lors qu’il est amené à explorer des possibles et à décider d’un terme, d’une formulation » (Leclerc-Olive, 2016 : 43). Cette remarque de Michèle Leclerc-Olive nous invite à envisager ces textes traduits dans leur spécificité, sans reléguer au seul champ littéraire le défi que suppose le passage d’une langue à une autre. Dans le cas de la traduction d’ouvrages psychanalytiques, et des écrits de Jacques Lacan en particulier, ce défi est tel qu’il exige du traducteur un véritable travail herméneutique1.

2Psychiatre, psychanalyste et théoricien de la psychanalyse, Jacques Lacan (1901-1981) compte parmi les figures intellectuelles françaises emblématiques du xxe siècle. Si la publication des Écrits en 1966 marque évidemment un tournant dans sa carrière, il a cependant, tout au long de sa vie, privilégié la transmission de sa pensée dans ses séminaires. Il faut souligner que Jacques Lacan écrit avant tout pour lire ses textes en public, pour enseigner et discuter, et non pour publier. Ainsi, la publication de tous ses séminaires, encore inachevée à ce jour, résulte non seulement du travail d’écriture de Lacan lui-même mais aussi du travail de retranscription et d’édition de Jacques-Alain Miller. Nombre de textes inédits ont également été recensés par l’école lacanienne et sont aujourd’hui mis en ligne. Le statut de l’œuvre écrite de Lacan n’est donc pas évident. Les traducteurs soulignent d’ailleurs souvent la particularité du style lacanien, sophistiqué, presque précieux, et malgré tout empreint d’oralité. Jean-Pierre Cléro, auteur de Lacan et la langue anglaise, précise pour sa part :

[L]’écrit et l’oral sont des états qui ne sont pas repérables comme des choses, mais seulement comme des fonctions. Les paroles des Séminaires ne sont pas envolées, et Lacan a moins parlé aux murs qu’il le craignait puisqu’il est devenu l’auteur classique d’un écrit qui a gelé ses dires. Un écrit peut valoir pour un oral ; un oral peut abriter un écrit qui ne se dit pas forcément comme tel et qu’une sorte de témoignage permet de délivrer. (Cléro, 2017 : 364)

  • 2 . « Qu’est-ce que ça veut dire, la “métalangue”, si ce n’est pas la traduction ? On ne peut parler (...)

3Traduire Lacan n’est certainement pas une mince affaire ; même si, mieux que personne, Lacan peut comprendre les enjeux de la traduction dans son rapport à des langues et non à une seule, universelle2. Nous nous appuierons sur les préfaces et les notes des traducteurs anglophones de Lacan pour rendre compte des résistances avérées ou supposées de la langue anglaise dans leur entreprise et mesurer l’ancrage des textes lacaniens dans la langue française et dans le champ psychanalytique français. Les difficultés dont ils nous font part ainsi que les déclarations de Lacan lui-même illustrent la complexité de la réception de sa pensée en anglais.

L’idiolecte lacanien

4En 1969, dans un article de La Nouvelle Revue Française intitulé « Quelques traits du style de Jacques Lacan », Georges Mounin souligne les caractéristiques de la langue du psychanalyste, en prenant des exemples dans les Écrits. Il décrit son style comme « un style à tics ». Et il poursuit :

pour la majorité des lecteurs non snobs, un style agaçant dès l’abord. Par exemple il manifeste un goût qui n’est pas répréhensible, mais qui modifie sensiblement la fréquence habituelle du mot, pour promu, promeut, promotion, promeuve (p. 9, 10, 61, 336, etc.). Il se délecte à l’usage de remparder (p. 379, 877), sans doute un néologisme, qui mériterait de survivre. Il préfère, à mouvement, motion (p. 97). Tout cela reste anodin, quoique franchement caractéristique : on attribuerait à Lacan n’importe quelle page anonyme sur ces seuls indices. (Mounin, 1969 : 85)

5De toute évidence, le psychanalyste ne parle pas, et donc n’écrit pas, comme tout le monde. Dans l’ouvrage qu’il lui consacre, Jean-Michel Rabaté revient sur ces traits épinglés par Mounin et ajoute :

Même après le décès du maître, on pouvait encore identifier un Lacanien à son usage insolite de la locution « sauf à » suivie d’un infinitif, au lieu de « sauf si » suivi d’un verbe conjugué, ou par son recours au verbe « pointer » au lieu de « désigner ». Lacan […] prisait généralement les archaïsmes obscurs, les inversions poétiques, les tournures insolites empruntées à l’allemand ou au latin. (Rabaté, 2005 : 21)

  • 3 . Le témoignage de Pierre Rey est tout à fait éclairant à ce propos. Dans son livre Une saison che (...)

6Ainsi, non seulement Lacan analyse, revisite ou invente des concepts qu’il utilise pour articuler sa pensée, mais il s’exprime aussi dans une langue singulière, qui peut poser problème aux traducteurs comme, en premier lieu, aux lecteurs francophones3. Les commentaires des uns et des autres nous permettent de mieux cerner en quoi cette singularité entrave la traduction des écrits de Lacan en anglais.

La tâche des traducteurs

  • 4 . « The Écrits were not made to be read. Indeed, they were not written in such a way as to facilit (...)
  • 5 . « Should the English sometimes strike the reader as obscure, I can only point to the difficulty (...)

7Bruce Fink, dans sa préface à la traduction du Séminaire XX, On Feminine Sexuality, The Limits of Love and Knowledge, 1972-1973, déclare qu’il a voulu donner à lire une traduction propre et fluide, qui ne renvoie le lecteur à d’autres interprétations possibles qu’en notes de bas de page : « I have sought to keep the translation itself as “clean” and “flowing” as possible, and this has led me to relegate some complex phraseology and discussion of alternative readings to the footnotes. » (Lacan, 1998 : viii) Il va même jusqu’à dire des Écrits qu’ils n’étaient pas faits pour être lus, mais devaient être traduits en français “non lacanien” pour être ensuite retravaillés4 ». C’est pourquoi il a cherché, dit-il, à « supprimer un certain nombre de points obscurs5 » dans sa traduction des Écrits en anglais.

8De son côté, John Forrester entend livrer une traduction « exacte » du premier séminaire de Lacan, Les écrits techniques de Freud, afin de rendre compte de la complexité du style :

We have aimed at an exact translation. This involves, however, finding appropriate colloquial English to correspond to a text which is both informal and complex—a rendition of Lacan’s spoken French. The translation aims at being both informal and literary, corresponding as faithfully as possible with the original text. (ibid. : vii.)

  • 6 . « Certain readers may need to be reminded that this was not a text at all originally, but rather (...)
  • 7 . « Few texts in the Lacanian opus are as difficult to render into English as this one, given Laca (...)

9S’il est aisé de comprendre l’intention de ces deux traducteurs, il n’en reste pas moins difficile de savoir comment ils parviennent à allier oralité et langage soutenu, exactitude et fluidité face à un texte qui joue constamment avec la langue, et qui doit aussi beaucoup aux qualités d’improvisation de Lacan. Les remarques de Bruce Fink en particulier peuvent sembler à la fois radicales et simplistes. Comment rendre la complexité d’un texte en le tronquant ou en éclaircissant des points que Lacan a délibérément voulu laisser ambigus ? Mais Bruce Fink, lui-même psychanalyste, s’amuse sans doute à railler le maître en toute connaissance de cause car il connaît très bien l’œuvre de Lacan. À la fin de sa préface à la traduction du séminaire XX, il ne manque pas de rappeler que le texte qu’il traduit a été établi à partir de notes6, ce qui l’a conduit à scruter les ambiguïtés du texte avec beaucoup de prudence, à s’appuyer sur le travail d’édition de Jacques-Alain Miller et à admettre qu’il ne pouvait pas toujours transposer la plurivocité du texte, ce qu’il appelle « the inevitable loss in plurivocity7 ».

10Alan Sheridan, traducteur du séminaire XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, rappelle également dans sa note du traducteur l’importance du travail de Jacques-Alain Miller et l’attention qu’il accorde à la ponctuation dans la retranscription des séminaires. Pour Miller, la scansion du phrasé de Jacques Lacan est essentielle à la transmission de sa pensée. Dans sa notice, glissée à la fin du séminaire XI, entre le chapitre XX « Reste à conclure » et la postface, il dit utiliser la virgule, le point, le tiret et le paragraphe pour insuffler au texte les pauses nécessaires :

On a voulu ici ne compter pour rien, et procurer, de l’œuvre parlé de Jacques Lacan, la transcription qui fera foi, et vaudra, à l’avenir, pour l’original, qui n’existe pas.
On ne peut, en effet, tenir pour tel la version que fournit la sténographie, où le malentendu fourmille, et où rien ne vient suppléer le geste et l’intonation. Version néanmoins sine qua non, qu’on a jaugée, redressée, mot à mot – le déchet ne se montant pas à trois pages.
Le plus scabreux est d’inventer une ponctuation, puisque toute scansion – virgule, point, tiret, paragraphe – décide du sens. Mais obtenir un texte lisible était à ce prix, et c’est selon les mêmes principes que le texte de toutes les années du séminaire sera établi. J.A.M. (Lacan, 1973 : 249)

11Il n’est qu’à visionner le film de Benoît Jacquot, Télévision, ou les extraits de la conférence de Lacan à la Grande Rotonde de l’université catholique de Louvain le 13 octobre 1972 (filmée par la RTBF sans l’accord de Lacan) pour juger des qualités d’orateur du psychanalyste et de l’importance qu’il accorde à la scansion dans ses discours. Les paroles retranscrites ci-dessous correspondent bien mot pour mot à ce que Lacan dit à un moment donné lors de cette conférence, mais elles ne reflètent ni le ton de sa voix, ni la scansion de ses phrases, ni le silence de vingt secondes qui opère pleinement et ouvre l’espace nécessaire à la chute qui les suit :

Pendant un certain temps, on a pu croire que les psychanalystes savaient quelque chose (vingt secondes de silence)… mais, mais, ça n’est plus très répandu… (rires) le comble du comble, c’est qu’ils n’y croient plus eux-mêmes… en quoi ils ont tort ! car justement ils en savent un bout, seulement, exactement comme pour l’inconscient dont c’est la véritable définition, ils ne savent pas qu’ils le savent. (Lacan, 1972b : 5)

12Les manières très théâtrales qu’adopte Lacan pour lire ses notes en séminaire se retrouvent dans les déliés de son écriture, dans ses digressions et ses prolongements. La ponctuation, l’agencement des paragraphes, peuvent servir d’articulations pour transcrire ces modulations de l’oral à l’écrit, en français comme en anglais. Mais la difficulté pour les traducteurs de Lacan ne tient pas seulement à cet aspect de son écriture. En effet, ils doivent aussi et surtout se confronter à ladite intraduisibilité de certains termes typiquement lacaniens.

13C’est pourquoi ils recourent souvent à un lexique dans lequel chaque terme se trouve explicité dans le contexte de la théorie psychanalytique lacanienne. La jouissance, concept-clé chez Lacan, est généralement considérée comme intraduisible en anglais et fait l’objet de nombreux commentaires de la part des traducteurs. Lacan lui-même proposait deux termes en anglais, enjoyment et lust, pour le traduire. Il déclare dans son séminaire du 27 avril 1966 :

  • 8 . Nous soulignons.

Je sais qu’il est très difficile de donner un support qui soit équivalent à notre mot français jouissance à ce qu’il désigne en anglais. Enjoyment8 n’a pas les mêmes résonances que jouissance et il faudrait en quelque sorte le combiner avec le terme de lust qui serait peut-être un peu meilleur. (Lacan, 1966 : 27)

14Cependant, le mot jouissance étant désormais accrédité par l’Oxford English Dictionary comme un apport de la psychanalyse à la langue anglaise, les traducteurs n’hésitent pas à l’utiliser sans italiques. Ainsi, Bruce Fink conserve le terme français tel quel dans le premier chapitre du séminaire XX, intitulé « De la jouissance », « On jouissance » en anglais. Alan Sheridan quant à lui, pour sa traduction du Séminaire XI en 1976, comme pour celle des Écrits en 1977, propose dans sa note du traducteur un lexique dans lequel il consacre une entrée au terme jouissance, qu’il traduit en anglais par jouissance :

JOUISSANCE (jouissance). There is no adequate translation in English of this word. “Enjoyment” conveys the sense, contained in jouissance, of enjoyment of rights, of property, etc. Unfortunately, in modern English, the word has lost the sexual connotations it still retains in French (Jouir is slang for “to come”.) “Pleasure”, on the other hand, is pre-empted by “plaisir”—and Lacan uses the two terms quite differently. “Pleasure” obeys the law of homeostasis that Freud evokes in “Beyond the Pleasure Principle”, whereby, through discharge, the psyche seeks the lowest possible level of tension. “Jouissance” transgresses this law and, in that respect, it is beyond the pleasure principle. (Lacan, 1976a : 281) (Lacan, 1992 : x)

15De son côté, dans son introduction à The Language of the Self, The Function of Language in Psychoanalysis, Anthony Wilden explicite certains termes comme parole en français, non pas tant pour en préciser le sens que pour en délimiter les connotations et le distinguer d’autres mots synonymes en français ainsi que de leurs traductions en anglais :

One or two expressions require preliminary comment, however. The word parole (as distinguished from mot) has connotations for which the convention “Word” is rather inadequate. Moreover, the use of “Word” in English tends to restrict the connotation to what in French would more commonly be the task of verbe. Outside its usage in French where we would employ “speech” or “speaking”, “spoken word” or “faculty of speech”, parole differs from mot in that it nearly always implies somebody’s word or words, including the sense of one’s word of honor. But it still remains synonymous in certain contexts with the use of verbe to mean logos (or the Logos)—the difference being one of value and evocation rather than of meaning. (Lacan, 1968 : xvi)

Traduire Lacan ou jouer à qui perd gagne

16Ainsi, les traducteurs cherchent le mot juste en anglais, mais ils font souvent le constat d’une inadéquation entre les termes français et leur traduction en anglais. Face aux difficultés qu’ils rencontrent, ils admettent volontiers la perte que l’entreprise de traduction engendre mais, paradoxalement, en s’attelant à la traduction de Lacan, ils démontrent aussi que son œuvre n’est ni illisible ni intraduisible. Souvent conduits à expliciter, à se référer au texte original français, ils sont, il est vrai, acculés à multiplier les notes de bas de page (seules seize pages sur cent quarante-six n’en ont pas dans la traduction de Bruce Fink du séminaire XX, Encore). Ils deviennent ce faisant de véritables commentateurs de l’œuvre qu’ils traduisent. François Cusset dit de la traduction que « parce qu’elle est elle-même transfert et réappropriation », elle participe à la production du discours théorique et qu’« elle en est même l’étape liminaire ». Puis il ajoute :

La première raison en est que les difficultés incessantes de traduction (pour rendre « aveu » ou « dispositif » chez Foucault, « jeu » ou « hors-texte » chez Derrida et « jouissance » ou « objet partiel » chez Lacan) imposent au traducteur un métadiscours de justification, autocritique ou prétéritif, qui le place d’emblée au-delà de ses prérogatives – de passeur de langue, il devient herméneute. Et, en désignant la lacune, il invite les lecteurs à surmonter une perte. (Cusset, 2003 : 101)

17Cette perte est pourtant difficile à surmonter quand Lacan s’appuie sur la langue française à tel point que son écriture semble bel et bien ancrée dans cette langue sans pouvoir en sortir. La préface à l’édition anglaise de son séminaire Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse reste l’un des exemples les plus frappants de cet usage du français. La langue de Lacan n’est plus seulement marquée par l’oralité ici, elle est un véritable idiolecte. La préface commence ainsi :

Quand l’esp d’un laps, soit puisque je n’écris qu’en français : l’espace d’un lapsus, n’a plus aucune portée de sens (ou interprétation), alors seulement on est sûr qu’on est dans l’inconscient. On le sait, soi. (Lacan, 1976b : 1)

18En s’appuyant sur les assonances des mots espace et lapsus, sait et soi, Lacan rend compte de l’importance de l’association des sons qui parfois justifie l’association des termes, plus que leur signification. En précisant qu’il n’écrit qu’en français et que l’inconscient ne surgit qu’en dehors du sens, Lacan démontre ici, dans la langue elle-même, que la langue peut faire résonner les associations propices à la traduction de l’inconscient. Mais il le démontre en français, et la traduction de cet extrait en anglais par Alan Sheridan rend difficilement compte de cette démonstration qui opère par un glissement subtil entre fond et forme, en français. Voici comment Sheridan traduit: « When the space of a lapsus no longer carries any meaning (or interpretation), then only is one sure that one is the unconscious. One knows. » (Lacan, 1976a : vii) Plus loin, Lacan écrit : « Il y a une certaine façon de balancer stembrouille. » Et Alan Sheridan traduit par: « There is a way of sorting out this muddle. » Il est très difficile de transposer ce néologisme, cette « embrouille », « c’t’embrouille ». Tout comme il est difficile de conserver le jeu de mots de la dernière phrase de la préface : « J’écris pourtant, dans la mesure où je crois le devoir, pour être au pair avec ces cas, faire avec eux la paire. » Sheridan traduit de la manière suivante: « I write, however, in so far as I feel I must, in order to be on a level (au pair) with these cases, to make a pair with them. » (ibid. : ix). Il offre donc au lecteur un pis-aller en ajoutant entre parenthèses l’expression au pair faire écho à a pair et reproduire l’effet produit en français. L’écart entre le texte lacanien et sa traduction en anglais est ici incommensurable. Néanmoins, la traduction d’Alan Sheridan n’est pas erronée. Elle révèle simplement l’ancrage de la langue de Lacan dans la langue française – même quand il écrit un texte pour une édition anglaise.

  • 9 . Il se réfère également à la psychanalyse anglaise, en particulier dans le Séminaire VI, Le désir (...)
  • 10 . Cléro explique que « Lacan se sert très librement, [chez les philosophes anglais], des thèses do (...)

19Ceci peut sembler assez étonnant dans la mesure où Lacan lit l’anglais9, emprunte à des philosophes ou écrivains anglais tel ou tel concept pour le reprendre à son compte10. Il donne donc une place importante à la langue et à la culture anglaises, qu’il accueille dans son écriture. Jean-Pierre Cléro dit à ce sujet :

Les allusions de Lacan à la culture anglaise et, plus largement, à la culture anglo-saxonne, sont tout sauf mineures. Par la langue anglaise, la désignation en anglais des concepts, Lacan exprime des positions fondamentales de sa doctrine et de son parcours, qu’il n’hésite pas à mettre en tension avec celles qu’il émet et, surtout, qu’il a émises, à un moment ou à un autre, en allemand. (Cléro, 2017 : 9)

  • 11 . « C’est aussi ce qui doit vous éclairer sur la signification propre du terme acting-out. Si, tou (...)

20Ainsi, Lacan ne cherche pas à traduire certaines expressions chères à Freud, comme la « talking cure » ou le « chimney sweeping » ; il les reprend telles quelles. Il ne traduit pas non plus l’« acting out » qu’il distingue du « passage à l’acte »11. Quand il relit les textes allemands de Freud et qu’il commente leurs traductions en français, il ne manque pas de pointer du doigt « de singulières inexactitudes, qui vont jusqu’aux limites de l’impropriété » (Lacan, 1975a : 66) – c’est d’ailleurs ce terme même d’impropriété que les traducteurs anglophones de Lacan emploient dans leurs notes et leurs préfaces pour parler des difficultés qu’ils rencontrent. C’est pourquoi, dans son premier séminaire, Lacan conseille à ses auditeurs de se reporter à l’original allemand du texte freudien La Dynamique du transfert, afin de comprendre l’articulation du texte. Il pense qu’il y a dans la traduction française « un déplacement qui suffit à produire un flottement » (ibid. : 67).

21Plutôt que de les traduire, Lacan préfère donc s’approprier les termes étrangers qu’il veut réinterpréter et intégrer dans son discours. Ainsi, il n’hésite pas à émailler ses démonstrations de mots anglais pour prolonger une explication et mettre en évidence le lien qu’il établit entre sa théorie et les concepts philosophiques, psychanalytiques ou même littéraires dont il s’inspire. On trouve alors, en italique, au fil des pages des Écrits techniques de Freud, des mots anglais qui éclairent son propos. En voici deux exemples :

En effet, sauf à aboutir à la notion, non pas seulement de bipolarité ou de bifonctionnement du moi, mais à proprement parler de splitting, distinction radicale entre deux moi, il est très difficile de définir le moi comme une fonction autonome, tout en continuant de le tenir pour un maître d’erreurs, le siège des illusions, le lieu d’une passion qui lui est propre et va essentiellement à la méconnaissance. (ibid. : 104)

L’anxiété est toujours définie comme surgissant, arising. (ibid. : 113)

  • 12 . Il utilise ce terme dans une réponse qu’il donne au docteur Granoff dans Les écrits techniques d (...)

22Lacan va même plus loin puisqu’il crée des néologismes à partir de l’anglais, grasper12 par exemple. Comme l’explique Jean-Pierre Cléro :

Lacan n’écrit l’anglais qu’en se cabrant contre cette langue et en lui demandant de se plier aux exigences sémantiques et syntaxiques du français, sans chercher à exploiter les ressources idiomatiques de la langue, qu’il est prêt par ailleurs à souligner, Lacan ne parle pas l’anglais, il se commente en anglais, comme si le véritable enracinement de sa « doctrine » et le lieu de ses inventions ne pouvaient être que la langue française. (Cléro, 2017 : 14)

23Ainsi, Lacan reconnaît les richesses propres à chaque langue, et il n’a de cesse de souligner les particularités de chacune afin d’illustrer au mieux les liens qu’elles entretiennent les unes avec les autres et les conséquences que ces liens, plus ou moins distendus, peuvent avoir sur l’interprétation d’un texte théorique.

24Dans le séminaire XVII, L’envers de la psychanalyse, il dit :

les langues varient étrangèrement elles-mêmes. Vous êtes-vous aperçu que homeliness, en anglais, veut dire sans façon ? C’est bien pourtant le même mot que Heimlichkeit, mais cela n’a pas tout à fait le même accent.

C’est bien pourquoi aussi sinnlos se traduit en anglais par meaningless, c’est-à-dire le même mot qui, pour traduire Unsinn, nous donnera non-sensé.

Chacun sait que l’ambiguïté des racines en anglais prête à de singuliers évitements. Par contre, curieusement, et d’une façon quasi unique, l’anglais appellera without le sansavec étant dehors. (Lacan, 1991 : 65)

La langue anglaise, une langue à part

  • 13 . Ainsi, on distingue parfaitement en anglais body et corpse, business et affair, cold et frigid, (...)

25Mais si Lacan apprécie, comme il l’appelle, l’étrangèreté des langues et leur faculté à donner une autre vision du monde, il affiche pourtant une réserve certaine envers l’anglais dont, selon ses dires, « l’ambiguïté des racines […] prête à de singuliers évitements ». Et cette réserve est difficile à expliquer. On peut en effet se demander s’il entend par là que la traduction de sa pensée en anglais n’est pas aisée – c’est somme toute ce que disent tous ses traducteurs –, ou s’il pense que l’anglais est littéralement incapable d’accueillir sa pensée. De toute évidence, il fait référence dans la citation ci-dessus à la double origine, saxonne et latine, de la langue anglaise. On peut donc comprendre qu’il sous-entend qu’un anglophone peut éviter l’usage d’un mot saxon en employant indifféremment son synonyme d’étymologie latine et inversement. Il pourrait préférer freedom à liberty, anger à rage, bliss à pleasure. Il empêcherait ainsi l’expression de son inconscient d’émerger. Cependant, si l’on admet que la double origine de la langue anglaise renforce plutôt l’usage précis des termes qui la constituent13, qu’elle oriente et précise le sens, qu’elle force à l’univocité et bride l’ambiguïté, le point de vue de Lacan reste énigmatique. Il semble contredire les qualités que l’on attribue généralement à l’anglais. Mais il s’agit peut-être ici d’un problème que Lacan soulève et qui ne concerne l’analyse que dans sa pratique.

  • 14 . « Il est tout à fait certain que ni les anglais, ni je ne dirais pas les psychanalystes anglais (...)

26Dans sa conférence du 11 février 1975, Lacan déclare aussi que « c’est la langue anglaise qui fait obstacle » et qu’il n’est pas « le premier à avoir constaté cette résistance de la langue anglaise à l’inconscient14 ». Mais qu’entend-il par là ? Il serait inepte d’avancer que les anglophones n’ont pas d’inconscient. Il est entendu que les écrits de Lacan sont difficiles à traduire, mais pourquoi le seraient-ils en anglais plus que dans une autre langue ? Comme le fait remarquer Jean-Pierre Cléro, il faudrait peut-être distinguer « trois niveaux différents de la question : la langue anglaise est-elle un obstacle à un locuteur qui veut se constituer comme analysant ? Est-elle un obstacle à l’analyse ? Est-elle un obstacle à la théorisation de l’analyse ? » (Cléro, 2017 : 122). De quoi est-il alors question ? Cléro mentionne l’« extrême ductibilité » de l’anglais qui pourrait faire obstacle à l’inconscient au sens où cette « langue, qui donne beaucoup de facilités événementielles et fonctionnelles à l’analysant, permet peut-être d’effriter et de diluer tous les obstacles rencontrés dans d’autres langues, et par là peut-être d’en masquer la présence à l’analysant et à l’analyste lui-même » (ibid.) L’anglais résisterait à l’inconscient, lui ferait obstacle, faute de produire les obstacles langagiers nécessaires à son expression. Cette hypothèse nous permet sans doute de mieux comprendre la remarque de Lacan qui nous posait problème. Cléro ajoute :

Faut-il incriminer les formes en –ing, si caractéristiques de l’anglais qui passe ainsi de l’adjectif au verbe et du verbe au nom, permettant une sorte de flux permanent, entre des fonctions grammaticales pourtant suffisamment différenciées par ailleurs ? Lacan avait montré, dans un autre registre il est vrai, en japonais, que la résolution trop facile de contradictions n’était pas un avantage pour l’expression de l’inconscient. (ibid. : 37)

27Ainsi, ce serait la trop grande souplesse de la langue anglaise qui ferait en quelque sorte obstacle aux dérapages langagiers nécessaires à l’émergence de l’expression de l’inconscient. Mais cette difficulté concerne les analystes et les analysants, dans la pratique. Elle n’empêche en rien la traduction des écrits théoriques de Lacan.

28Pourtant, il reste encore un point que nous n’avons pas évoqué et qui peut faire obstacle à la réception de la pensée de Lacan en anglais. Au-delà des difficultés syntaxiques et lexicales que rencontrent les traducteurs, il faut rappeler que les positions théoriques lacaniennes s’inscrivent dans un champ psychanalytique local, fondé sur la relecture des ouvrages de Freud par Lacan lui-même. Or, Freud n’a pas été lu, et n’est pas lu aujourd’hui, de la même manière partout dans le monde. Si la majorité des psychanalystes reconnaissent l’influence majeure de son œuvre sur leur discipline et leur pratique, ils n’en ont cependant pas tous la même interprétation. Dans son ouvrage Lacan avec la psychanalyse américaine qu’elle a dirigé avec Michel Tort, Judith Feher-Gurewich précise :

Nombreux sont les psychanalystes français qui ignorent que le Freud critiqué aujourd’hui par la psychanalyse américaine contemporaine concerne au premier chef celui qui avait été lui aussi relu par Hartmann, Kris, Loewenstein, Rapaport, etc. En ce sens, les nouveaux apports de la psychanalyse américaine se définissent par rapport et « contre » un Freud qui n’a plus qu’un lien ténu avec le Freud français. (Feher-Gurewich & Tort, 1996 : 12)

Lacan traduit, Lacan trahi

29La réception de la pensée de Lacan en anglais ne dépend donc pas seulement de la langue en tant que telle. Le propos de Lacan, enraciné dans la langue française, repose aussi sur l’histoire de la psychanalyse en Europe, sur ses fondements freudiens. De plus, son propos fait référence à de nombreux auteurs qui s’inscrivent dans une certaine tradition de pensée philosophique et littéraire. Lacan a lu Freud, a revu ses traductions en français pour revenir sur les premières interprétations de sa théorie psychanalytique ; il s’est aussi inspiré de linguistes, d’anthropologues et autres penseurs pour alimenter ses argumentations. Les traducteurs sont bien placés pour se rendre compte de cet ancrage intellectuel à la fois géographique et temporel. Anthony Wilden remarque en introduction de The Language of the Self:

[But] it does not simplify matters for the reader widely separated in space and time from the climate in which Lacan addressed his audience, especially when that climate assumes a familiarity with a different intellectual tradition. For, if the full comprehension of Lacan’s text depends upon a more than usual intimacy with the texts of Freud, it is further dependent upon an acquaintance with Hegel and his French commentators, upon a knowledge of the concepts of modern structural linguistics (Saussure, Jakobson) and structural anthropology (Mauss, Lévi-Strauss). (Lacan, 1968 : viii)

30En révisant la traduction des œuvres de Freud en français, mais aussi en relisant Hegel, Levi-Strauss, Jakobson, Klein, Heidegger, Bentham, Winnicott, Berkeley, Russell, Shakespeare, Swift, Nabokov, Joyce et tant d’autres, Lacan a forgé son propre cheminement théorique et a tracé une nouvelle voie dans le champ psychanalytique. Ce faisant, il a profondément influencé le monde intellectuel français d’après-guerre. Il a également connu un succès certain aux États-Unis à partir des années 1970 avec l’émergence de la French Theory. Comme Derrida, Foucault, Deleuze, Barthes et bien d’autres, il a cependant été rapidement soumis au cadrage institutionnel de l’université américaine et a trouvé une place en littérature plus qu’en sciences humaines. François Cusset explique à ce sujet :

À mesure qu’ils s’éloignent des départements de français, les premiers textes lus de Foucault, Derrida, Deleuze ou Lacan sont soumis à un recentrage disciplinaire qui consiste à les tirer vers le champ littéraire, à mettre en avant en priorité leurs analyses du texte (ou de la textualité) et même à littérariser leurs propositions philosophiques. (Cusset, 2003 : 89)

31Ce n’est donc pas nécessairement – ou pas seulement – en psychanalyse qu’il faut chercher les traces d’un héritage lacanien dans les pays anglophones.

  • 15 . La psychanalyse s’est très vite répandue en langue anglaise grâce à la publication de Studies in (...)

32Rappelons encore que les textes de Freud, très vite traduits en anglais15, ont donné lieu à des interprétations singulières qui ont façonné l’histoire de la psychanalyse différemment en France d’une part, et au Royaume-Uni – où la notion de self était déjà abordée et définie par des auteurs comme Thomas Hill Green ou Francis Herbert Bradley – ou aux États-Unis, où cette même notion est souvent considérée comme une construction sociale – d’autre part. C’est pourquoi certains concepts psychanalytiques, tels que le moi ou le self, n’ont absolument pas les mêmes connotations en anglais et en français. Judith Feher-Gurewich explique, dans Lacan avec la psychanalyse américaine, que le sujet de l’inconscient ne recouvre pas les mêmes définitions d’un côté et de l’autre de l’Atlantique selon qu’on le désigne comme le moi ou comme le self. Elle dit :

Le self n’est pas le moi freudien – si on l’entend comme l’agent du principe de réalité ou même si on lui attribue une fonction d’objet investi narcissiquement. Le self américain est à la fois une structure intrapsychique qui rappelle les définitions du self formulées par Winnicott et Melanie Klein, et une structure intersubjective qui rassemble les effets des relations primordiales du sujet à leur tour agies dans le transfert. Dans cette perspective, le complexe d’Œdipe et ses origines pulsionnelles sont mis à l’écart au profit d’une vision plus globale de la subjectivité. […] Le Freud « américain » n’est pas le Freud « français ». (Feher-Gurewich & Tort, 1996 : 10)

33Puis elle ajoute :

[En effet], le concept du self est une pure création américaine. Ce sont les pragmatistes tels que William James, Charles Horton Cooley, James Baldwin et George Herbert Mead, qui ont défini le concept sociologique du self et l’idée que le self et la société se produisent mutuellement. (ibid. : 21)

  • 16 . « We have paid considerable attention to the practices of previous translators of Lacan, in part (...)
  • 17 . « Though rooted in Freudian psychoanalysis, Lacan’s concepts have evolved over the years to meet (...)

34L’œuvre de Lacan telle qu’elle est perçue en anglais est donc confrontée à bien des écueils, aux États-Unis en particulier comme le montre Judith Feher-Gurewich. Comme nous l’avons vu, les traducteurs tentent de les signaler au mieux dans le paratexte. Ils cherchent aussi à garder une certaine cohérence entre leurs différentes traductions afin d’envisager la pensée lacanienne dans son ensemble et sa complexité. À cet égard, John Forrester explique à ses lecteurs qu’il a décidé, en accord avec Sylvana Tomaselli (traductrice du deuxième séminaire), de ne pas se cantonner à un seul mot en anglais pour traduire un terme français, afin de transposer la pensée de Lacan dans ses méandres et dans son évolution au fil du temps16. De la même manière, Alan Sheridan souligne le fait que Lacan reformule constamment sa pensée et ne range jamais un concept sous une seule acception qui vaudrait pour l’éternité17. C’est pourquoi les lexiques des traducteurs ne sont finalement que des indicateurs à reconsidérer à la lecture des traductions et des notes de leurs auteurs.

  • 18 . « One of the characteristics of Foucault’s language is his repeated use of certain key words. Ma (...)

35Faut-il en conclure que la spécificité de la traduction de l’œuvre de Lacan tient moins à la complexité de son propos scientifique et à sa réinterprétation de concepts psychanalytiques qu’à son ancrage dans la langue et la culture françaises ? Et si tel est le cas, peut-on plus généralement distinguer la traduction des sciences humaines de la traduction de la littérature du fait que la première doit nécessairement rendre compte du rapport inextricable de la langue d’écriture au contexte intellectuel et culturel auquel elle appartient ? La distinction n’est pas si évidente à établir et l’entreprise de traduction ne circonscrit pas les œuvres de sciences humaines et sociales aux œuvres littéraires selon des contours définis et étanches. Dans la note à sa traduction anglaise de Naissance de la clinique de Michel Foucault, Alan Sheridan donne au lecteur quelques précisions quant à ses choix lexicaux, somme toute caractéristiques d’une traduction d’un texte de sciences humaines18. Si ces précisions ne sont pas sans rappeler celles qu’il a pu donner dans les notes de ses traductions de Lacan, elles ne constituent pas pour autant un protocole de traduction propre aux sciences humaines et sociales qui s’opposerait à tout autre protocole de traduction de littérature à proprement parler.

36Ainsi, il nous semble extrêmement réjouissant de constater que les traductions anglaises de Lacan éclairent son œuvre sous un jour nouveau et la font résonner autrement, malgré toutes les réserves associées à cette entreprise. Si, comme Lacan, et selon ses propres termes dans L’Étourdit, on admet qu’une langue « n’est rien de plus que l’intégrale des équivoques que son histoire y a laissé persister » (Lacan, 1972a : 24), on accepte alors plus volontiers la plurivocité, l’obscurité de son propos. Les traductions anglaises de ses Écrits et de ses séminaires nous éclairent finalement sur la singularité de son écriture et sur les difficultés qu’elle implique. À force d’explicitations, de commentaires et d’annotations, les éditions anglaises illustrent certaines facettes des textes de Lacan en français. Comme le dit Jean-Pierre Cléro, le travail de Lacan résulte de « lectures de lectures », d’« écritures d’écritures », d’« écritures indéfinies », de « lectures indéfinies », c’est un « travail d’interstices », un « travail dans les coupures » car « chaque terme, chaque lettre que l’on introduit dans une écriture ou une formule est une coupure » (Cléro, 2017 : 345). Le travail de traduction s’apparente à ce « travail d’interstices » entre les langues, qui déracine pour enraciner ailleurs. Et si cet ailleurs résiste un peu dans le cas de Lacan, ce n’est, quoi qu’on en dise, certainement pas en pure perte.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Lacan, Jacques, 1966, « 27 avril 1966 », in « 1965-1966 : L’objet de la Psychanalyse », in Seminars – Jacques Lacan – Version J.L et non J.L., http://ecole-lacanienne.net/wp-content/uploads/2016/04/1966.04.27.pdf.

, 1968, The Language of the Self, The Function of Language in Psychoanalysis, trans. with notes and commentary by Anthony Wilden, Baltimore, The Johns Hopkins Press.

, 1970, Écrits I, Paris, Seuil.

, 1971, Écrits II, Paris, Seuil.

, 1972a, « 1972-07-14 : L’étourdit », in Pas-tout Lacan 1970-1979, http://ecole-lacanienne.net/wp-content/uploads/2016/04/1972-07-14.pdf.

, 1972b, « 1972-10-13 : La mort est du domaine de la foi. Conférence à Louvain », in Pas-tout Lacan 1970-1979, http://ecole-lacanienne.net/wp-content/uploads/2016/04/1972-10-13.pdf.

, 1973, Le Séminaire livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Paris, Seuil.

, 1975a, Le Séminaire livre I, Les écrits techniques de Freud, texte établi par Jacques-Alain Miller, Paris, Seuil.

, 1975b, Le Séminaire livre XX, Encore, Paris, Seuil.

, 1975c, « 11 février 1975 », in « 1974-1975 : R.S.I/Jacques Lacan », in Seminars – Jacques Lacan – Version J.L et non J.L., http://ecole-lacanienne.net/wp-content/uploads/2016/04/1975.02.11.pdf.

, 1976a, The Four Fundamental Concepts of Psycho-Analysis, trad. Alan Sheridan, Londres, Hogarth.

, 1976b, « 1976-05-17 : Préface à l’édition anglaise des Écrits », in Pas-tout Lacan 1970-1979, http://ecole-lacanienne.net/wp-content/uploads/2016/04/1976-05-17.pdf.

, 1977, « 17 mai 1977 », in « 1976-1977 : L’insu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre », in Seminars – Jacques Lacan – Version J.L et non J.L., http://ecole-lacanienne.net/wp-content/uploads/2016/04/1977.05.17.pdf.

, 1988, Freud’s Papers on Technique 1953-1954, Book 1, trans. with notes by John Forrester, New York, W. W. Norton & Company Ltd.

, 1991, Le Séminaire livre XVII, L’envers de la psychanalyse, Paris, Seuil.

, 1992 [1977], Écrits, A Selection, trad. Alan Sheridan, Londres, Routledge.

, 1998, On Feminine Sexuality, The Limits of Love and Knowledge, 1972-1973, Encore, The Seminar of Jacques Lacan, Book XX, edited by Jacques-Alain Miller, trans. with notes by Bruce Fink, New York, Londres, W. W. Norton & Company.

, 2006, Écrits, The first complete edition in English, trad. Bruce Fink, New York, Londres, W.W. Norton & Company.

Ouvrages et articles

Casanova, Pascale, 2015, La Langue mondiale, Traduction et domination, Paris, Seuil.

Cassin, Barbara, 2016, Éloge de la traduction, Paris, Fayard.

Cixous, Hélène, 1986, Entre l’écriture, Paris, Éditions Des femmes.

Cléro, Jean-Pierre, 2012, « Lacan et la langue anglaise », Essaim, vol. 2, n° 29, p. 75-95.

, 2017, Lacan et la langue anglaise, Toulouse, Erès.

Cusset, François, 2003, French Theory, Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte.

Derrida, Jacques, 1996, Le Monolinguisme de l’autre, Paris, Galilée.

Feher-Gurewich, Judith & Tort, Michel (éds), 1996, Lacan avec la psychanalyse américaine, Paris, Denoël.

Foucault, Michel, 1973, The Birth of the Clinic, trad. Alan Sheridan, Londres, Routledge.

Leclerc-Olive, Michèle, 2016, « Traduire les sciences humaines. Auteur, traducteur et incertitudes », Meta, vol. 61, n° 1, p. 42-59, https://www.erudit.org/fr/revues/meta/2016-v61-n1-meta02588/1036982ar/.

Mounin, Georges, 1969, « Quelques traits du style de Jacques Lacan », La Nouvelle Revue Française, 193, Paris, Gallimard.

Rabaté, Jean-Michel (éd.), 2005, Lacan, trad. Camille Fort, Paris, Bayard.

Rey, Pierre, 2016, Une saison chez Lacan, Paris, Seuil.

Sapiro, Gisèle (éd.), 2014, Sciences humaines en traduction. Les livres français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut Français - Département langue française, livres et savoirs.

Wismann, Heinz, 2012, Penser entre les langues, Paris, Albin Michel.

Haut de page

Notes

1 . Jean-Pierre Cléro le dit ainsi dans son livre consacré à Lacan et la langue anglaise : « La traduction de textes psychanalytiques – au premier rang desquels ceux de Lacan – pose-t-elle plus de problèmes que la traduction d’autres textes scientifiques, mathématiques, ou autres ? S’il en est ainsi, c’est que des gestes, des actes, des attitudes viennent plus particulièrement entraver ou encourager le fonctionnement de l’expression quand il s’agit de psychanalyse que lorsqu’il s’agit d’une autre discipline. » (Cléro, 2017 : 359)

2 . « Qu’est-ce que ça veut dire, la “métalangue”, si ce n’est pas la traduction ? On ne peut parler d’une langue que dans une autre langue, me semble-t-il, si tant est que ce que j’ai dit autrefois, à savoir qu’il n’y a pas de métalangage – il y a un embryon de métalangage ; mais on dérape toujours, pour une simple raison, c’est que je ne connais de langage qu’une série de langues incarnées ; on s’efforce d’atteindre le langage par l’écriture. » (Lacan, 1977 : 2)

3 . Le témoignage de Pierre Rey est tout à fait éclairant à ce propos. Dans son livre Une saison chez Lacan, il relate sa première expérience de lecture des Écrits de Lacan : « En apparence, Lacan utilisait pourtant les mots de tout le monde, mais la façon dont il en truffait le contexte à des places énigmatiques leur conférait une connotation ambiguë qui rendait évanescent le sens de la phrase, privée soudain de ses automatismes ordinaires. » (Rey, 2016 : 45)

4 . « The Écrits were not made to be read. Indeed, they were not written in such a way as to facilitate the reader’s task. Rather they were written to be worked over—unabridged dictionaries and an immense library in hand (including all of Lacan’s seminars and his other Écrits)—mulled over, dreamt about, and reformulated in non-Lacanian French. Their translation into other languages is obviously impossible, at one level, when not altogether ridiculous. » (R. Feldstein, B. Fink & M. Jaanus (eds.), 1994, Reading Seminar XI: Lacan’s Four Fundamental Concepts of Psychoanalysis, Albany, State University of New York Press, p. XIV).

5 . « Should the English sometimes strike the reader as obscure, I can only point to the difficulty if the French original and indicate that I have already removed as many obscurities as I could at this time. » (Lacan, 2006 : xii)

6 . « Certain readers may need to be reminded that this was not a text at all originally, but rather a series of largely improvised talks given from notes. » (Lacan, 1998 : viii)

7 . « Few texts in the Lacanian opus are as difficult to render into English as this one, given Lacan’s myriad word plays and his ever more polyvalent, evocative style. I can only hope—as I have said elsewhere—that my translation here “compensates” the reader for the inevitable loss in plurivocity with another satisfaction. » (ibid. : ix)

8 . Nous soulignons.

9 . Il se réfère également à la psychanalyse anglaise, en particulier dans le Séminaire VI, Le désir et son interprétation, dans lequel il reprend les interprétations d’Ella Sharpe.

10 . Cléro explique que « Lacan se sert très librement, [chez les philosophes anglais], des thèses dont il a besoin ; il n’a cure de savoir si l’auteur les a postérieurement amendées, comment il les a initialement trouvées, comment il les articule ou les nuance avec d’autres thèses. Son attention ne se centre pas sur l’auteur en essayant, peut-être par quelque projet absurde d’ailleurs, d’être “juste” à l’égard de son œuvre, c’est-à-dire en tentant de prendre en compte et d’équilibrer “tous” les aspects de celle-ci » (Cléro, 2017 : 49).

11 . « C’est aussi ce qui doit vous éclairer sur la signification propre du terme acting-out. Si, tout à l’heure, j’ai parlé d’automatisme de répétition, si j’en ai parlé essentiellement à propos du langage, c’est bien parce que toute action dans la séance, acting-out ou acting-in, est incluse dans un contexte de parole. On qualifie d’acting-out quoi que ce soit qui se passe dans le traitement. Et non à tort. Si tant de sujets se précipitent pendant leur analyse pour accomplir une foule d’actions érotiques, comme de se marier par exemple, c’est évidemment par acting-out. S’ils agissent, c’est à l’adresse de leur analyste. » (Lacan, 1975a : 374)

12 . Il utilise ce terme dans une réponse qu’il donne au docteur Granoff dans Les écrits techniques de Freud : « Nous avons là un morceau important tellement gros que, comme vous le voyez, nous le graspons à peine aujourd’hui. » (Lacan, 1975a : 201)

13 . Ainsi, on distingue parfaitement en anglais body et corpse, business et affair, cold et frigid, friendly et amicable, hardship et difficulty, etc.

14 . « Il est tout à fait certain que ni les anglais, ni je ne dirais pas les psychanalystes anglais je n’en connais qu’un qui soit anglais et encore il doit être écossais probablement ! La langue, je crois que c’est la langue anglaise qui fait obstacle. Ce n’est pas très prometteur parce que la langue anglaise est en train de devenir universelle, je veux dire qu’elle se fraye sa voie. Enfin je ne peux pas dire qu’il n’y ait pas de gens qui ne s’efforcent de m’y traduire.

Ceux qui me lisent comme ça de temps en temps peuvent avoir une idée de ce que ça comporte comme difficultés de me traduire dans la langue anglaise. » (Lacan, 1975c : 2)

15 . La psychanalyse s’est très vite répandue en langue anglaise grâce à la publication de Studies in Hysteria, traduit par A.A Brill, dès 1909, et à la publication de Psychopathology of Everyday Life, également traduit par A.A. Brill, en 1914 ; puis à celle des Collected Papers (co-traduit) en 1924, édités par Ernest Jones et Joan Riviere. La parution de la Standard Edition des œuvres complètes de Freud, sous la direction de James Strachey et en collaboration avec Anna Freud, date quant à elle de 1943. Jean-Pierre Cléro précise : « dès son origine, la psychanalyse n’est pas un mouvement étroitement germanophone ; recherchant une universalité et une notoriété mondiale, elle se travaille, s’exprime très tôt et du vivant même de Freud, en anglais. Les grandes revues de psychanalyse sont anglophones ; fût-elle susceptible de critiques en cette version, la Standard Edition des œuvres complètes de Freud est une édition anglaise. La psychanalyse n’est donc pas typiquement une production allemande ; et cela bien avant qu’elle connaisse des démêlés – dans les dédales et polémiques où nous n’entrerons pas – avec le nazisme. Tout francophone qui, dès l’entre-deux-guerres, voulait se frayer un chemin de chercheur ou de découvreur en psychanalyse devait lire l’allemand et l’anglais. Freud lui-même a désigné un certain nombre de ses concepts directement en anglais » (Cléro, 2017 : 11).

16 . « We have paid considerable attention to the practices of previous translators of Lacan, in particular Anthony Wilden, Alan Sheridan, Stuart Schneiderman and Jacqueline Rose, in the hope that some consistency in the English rendition of Lacan can be achieved. This Seminar, together with Seminar II, which is being published simultaneously, was worked on by both translators so as to produce uniformity in both terminology and style. In attempting to follow our predecessors, we came to the conclusion that it was often more accurate to render one single French term by a variety of English “technical” terms. This was made all the more necessary in view of the fact that Lacan’s “technical” vocabulary’ was, throughout his life, always tentative and decidedly in flux. » (Lacan, 1988 : viii)

17 . « Though rooted in Freudian psychoanalysis, Lacan’s concepts have evolved over the years to meet the requirements of a constant reformulation of psychoanalytical theory. » (Lacan, 1992 : vii)

18 . « One of the characteristics of Foucault’s language is his repeated use of certain key words. Many of these present no difficulty to the translator. Others, however, have no normal equivalent. In such cases, it is generally preferable to use a single unusual word rather than a number of familiar ones. When Foucault speaks of la clinique, he is thinking of both clinical medicine and the teaching hospital. So if one wishes to retain the unity of the concept, one is obliged to use the rather odd-sounding ‘clinic’. Similarly, I have used the unusual “gaze” for the common “regard”, except in the book’s subtitle, where I have made a concession to the unprepared reader. » (Foucault, 1973 : vii)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludivine Bouton-Kelly, « La réception de l’œuvre de Jacques Lacan en anglais », Palimpsestes, 33 | -1, 66-79.

Référence électronique

Ludivine Bouton-Kelly, « La réception de l’œuvre de Jacques Lacan en anglais », Palimpsestes [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/4051 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.4051

Haut de page

Auteur

Ludivine Bouton-Kelly

Professeur agrégée d’anglais, docteur en Littérature générale et comparée et traductrice professionnelle. Son travail de recherche porte sur l’articulation entre théorie et pratique d’écriture en traduction ainsi que sur la notion de retraduction et le bilinguisme d’écriture. Parmi ses dernières traductions publiées : Killarney Blues de Colin O’Sullivan (Rivages, 2017), lauréat du prix Mystère de la critique 2018, et Bezimena de Nina Bunjevac (Ici Même, 2018), en sélection officielle au festival d’Angoulême 2019.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals