Navigation – Plan du site

Traduction, adaptation – palimpseste

Henri Meschonnic

Texte intégral

1Oui, il y a du palimpseste dans la traduction. Et paradoxalement plus encore dans l'adaptation. En grattant la traduction, ce n'est pas tant le texte, l'original, qu'on découvre, que ce qui échappe communément au traducteur : sa théorie du texte, et du langage. Sous l'énoncé traduit, c'est même ce sous-texte qui envahit le post-texte. Dès qu'on cherche le comment, le quand, le pourquoi, ce n'est plus la traduction qu'on voit, et le texte d'origine encore moins. C'est le traduire. Son historicité, c'est-à-dire sa situation et sa relation à une poétique, présente ou absente.

2Je définirais la traduction la version qui privilégie en elle le texte à traduire et l'adaptation, celle qui privilégie (volontairement ou à son insu, peu importe) tout ce hors-texte fait des idées du traducteur sur le langage et sur la littérature, sur le possible et l'impossible (par quoi il se situe) et dont il fait le sous-texte qui envahit le texte à traduire.

3On voit que, comme palimpseste, l'adaptation est révélatrice. Par ses déplacements. Où la poétique impose de déplacer aussi les deux notions de traduction et d'adaptation.

4Selon le dualisme du signe, et son effet traditionnel sur la traduction, qui oppose le littéralisme et le primat pragmatique du sens (équivalence formelle et équivalence dynamique selon Nida) comme le signifiant au signifié, la poétique serait littéraliste, formaliste – le mauvais côté –, et le bon unirait traduction et adaptation comme le sens se joint à un vague behaviorisme de la réponse.

  • 1  « Wir Haben es historisch nur immer mit dem wirklich sprechenden Menschen zu thun », W. von Humbol (...)

5Cette opposition ne connaît que la langue. Elle ignore donc le discours, et se fait une idée fausse de la poétique. Par rapport à la langue comme système du langage et organisation culturelle, il n'y a que la langue à traduire. Traduire est seulement le passage d'une langue à une autre langue, les textes n'en étant que des énoncés. Par quoi se manifeste l'ignorance du discours que je définis l'activité subjective, spécifique, historique du langage. Ce que disait Humboldt : « Historiquement nous n'avons jamais affaire qu'à l'homme réellement en train de parler1 ». J'appelle écriture l'organisation de la subjectivité et de l'historicité dans le discours telle qu'elle transforme les valeurs de la langue en valeurs du discours. Elle est la création de valeurs dans le discours. Par quoi le signe avec toute sa paradigmatique binaire (linguistique, anthropologique, philosophique, théologique, sociale et politique) ne cesse d'être débordé.

6C'est pourquoi on ne peut plus continuer de penser la traduction dans les seuls concepts de la langue – ce que Saussure appelait les « divisions traditionnelles ». C'est pourquoi la littérature, la traduction sont des mises à l'épreuve de la théorie du langage, sont les activités les plus vulnérables et les plus stratégiques par tout ce qu'elles révèlent, et qu'elles transforment.

7En quoi la critique de la théorie traditionnelle de la traduction, la critique du signe, la critique de l'opposition entre prose et poésie, ou la critique de l'opposition duelle entre l'écrit et l'oral, vers une nouvelle conception de l'oralité, à la fois se tiennent et ne sont possibles que l'une par l'autre et ensemble. Et n'ont de sens que comme une poétique, parce que seule la poétique peut faire cette critique : ni la linguistique (aucune de celles qu'on enseigne), ni la rhétorique ou la stylistique, et encore moins la philosophie, intégralement tributaire du signe.

8Dans la mesure où traduction et adaptation sont seulement pensées en termes de langue, la poétique (qui ne peut advenir que si l'unité du texte est le texte lui-même) est rabattue sur la rhétorique et la stylistique, qui opèrent soit avec des unités inférieures à celle du texte, soit avec des unités supérieures. Dans les deux cas, des unités de la langue. L'attention à la petite unité (avec les disparates qu'elle entraîne) étant alors du côté de la traduction, l'attention à la grande unité seule plutôt du côté de l'adaptation. Dans les deux cas, méconnaissance du texte comme système.

9Et nécessité de repenser la traduction, autant que l'adaptation, hors de la langue de bois du traducteur : langue de départ, langue d'arrivée (ou source et cible), équivalence, fidélité, transparence... A quoi tiennent quelques paradoxes habituels, dont le plus fort est sans doute qu'ainsi ce sont les mauvaises traductions qui constituent le type dé la traduction.

10Sans pouvoir expliquer pourquoi les traductions « vieillissent » plus vite que lès œuvres originales. C'est du moins le cliché qu'on répète, et qui ne vaut justement pas pour les traductions qui fonctionnent comme des œuvres. Toute la différence étant entre des productions passives, du possible d'époque, où ce qu'on voit vieillir est le hors-texte devenu sous-texte infiltré dans le texte. Et les bonnes traductions, qui sont comme les textes : elles vieillissent, justement. Bien. Ce sont les autres qui ne vieillissent pas. Ne pas confondre vieillir et être caduc. La confusion tient à l'identification entre histo-ricisme et historicité. Mauvaises traductions et mauvais textes ont l'historicisme. Les autres sont l'historicité. Où la différence ne passe plus entre traduction et texte « original ». De ce point de vue, une traduction peut être comme un original. Et beaucoup de textes écrits dans leur propre langue né sont que des adaptations. Il n'est pas mauvais ici de brouiller un peu les fausses idées claires.

  • 2  Vim, dans « [...] genus omne verborum vimque servavi [...] » De Optimo genere oratorum, V.

11La notion de concordance est ici un test théorique. La concordance est rejetée comme purement lexicale par les pragmatiques, comme une superstition formaliste du mot (que rejetait déjà Cicéron) ce qui revient à ne retenir que le sens, en oubliant ce que Cicéron appelait la force2. Que je mets du côté de la valeur, du fonctionnement au sens de Saussure. Du côté du rythme. Par quoi on passe de la philologie à la poétique, et du sens au mode de signifier. C'est ce qu'il y a à prendre en compte dans la concordance. Et qu'oublie le pragmatique qui ne connaît que le sens. Ce que montre le fait que la plupart des non-concordances (plusieurs mots pour un même) et des anti-concordances (un même pour plusieurs) ne sont nullement dues à des contraintes phraséologiques ou syntaxiques de la langue, mais à des idées toutes faites sur la répétition, et le génie de la langue française, ce pont encombré d'ânes.

12Ce que montre la question de la concordance, c'est qu'elle n'est pas une question de mots, mais une question de rythme. Où j'inclus la prosodie, par quoi j'entends l'organisation consonantique et vocalique. Et que je prends, comme je l'ai montré dans Critique du rythme (Verdier, 1982), non plus au sens d'une alternance formelle, mais une organisation de ce qui est en mouvement dans le langage, et qui ne peut donc être que la parole, au sens de Saussure. Mais la critique du rythme ne se situe pas dans une linguistique de la parole. Elle travaille à une poétique des discours. Où la traduction a sa place.

  • 3  Pour ce dossier je renvoie à : Les Cinq Rouleaux, Gallimard, 1970 ; Pour la poétique II, Gallimard (...)

13Et c'est parce que le rythme, tel que je le définis, est irréductible au signe, que je prends pour point de départ théorique et pratique l'organisation du verset biblique3. Plus qu'un exemple parmi d'autres, c'est une parabole de l'effet du rythme sur le langage, et sur la théorie du langage. Donc sur la théorie de la traduction.

14Pour illustrer mon propos, je me bornerai à quelques exemples. Le premier, pour montrer l'importance de la prosodie. Dans Eikha (IV, 7), Comme ou les Lamentations. D'abord la transcription :

zaku neziréha / michéleg // tsáhu / mehalav ///
étaient blancs ses nobles /(plus) de la neige // étaient blancs (plus) du [lait///

ádmu 'étsem / mipeninim // sapir / gizratam
étaient rouges corps / (plus) des coraux / saphir / leur figure

15où j'ai noté par un accent la syllabe accentuée des mots, par des barres obliques (/, //, ///) la hiérarchie des marques disjonctives (te'amim), et par un souligné souscrit les couplages prosodiques. J'ai traduit, dans les Cinq Rouleaux, en gardant les quatre couplages :

Ses nobles étaient blancs ▀ ▀plus que neige▀ ▀ ▀étaient clairs▀ ▀ plus que du lait
Etaient rouges de corps ▀ plus que des coraux▀ ▀ ▀ saphir▀ ▀ leur figure

16La King James Version n'en garde qu'un, qui peut donc être là par hasard (ruddy, rubies) :

Her Nazarites were purer than snow, they were whiter than milk, they were more ruddy in body than rubies, their polishing was of sapphire :

17La New English Bible (1961), en typographie versifiée, a aussi un à peu près (princes, purer) :

Her crowned princes were once purer than snow, whiter than milk ; they were ruddier than branching coral, and their limbs were lapis lazuli.

18La Bible de Jérusalem (1955) semble manifester une recherche, mais le déplacement des rapports consonantiques perd les paradigmes prosodiques, d'où seulement des effets rhétoriques avec déperdition de sens :

Ses jeunes gens étaient plus éclatants que neige, plus blancs que lait ;
plus vermeil que le corail était leur corps, leur teint avait splendeur de saphir.

19La Traduction Œcuménique de la Bible (1975), à visée ostensiblement pragmatique, y a délibérément renoncé, tout en gardant la disposition versifiée. Le rapport qui reste, de corps à corail, n'apparaît plus que comme un hasard de la langue :

Ses consacrés plus purs que la neige,
plus blancs que le lait,
plus roses de corps que le corail,
aux veines de saphir.

20La différence n'est pas dans l'opposition du difficile au facile, non plus que dans celle où croient se mettre les traducteurs qui renoncent à la prosodie, entre ce qui est de la forme et ce qui est du sens. Elle passe plutôt entre la globalité inanalysée du faire sens, propre à l'empirique, et le tri, pure application d'un modèle abstrait, grille idéologique, qui dit que ceci est de la forme, et ceci est du sens.

21Il y a, dans la réussite comme dans l'échec, une grande diversité de rapports avec les signifiants, et avec l'a signifiance – cette production diffuse de "sens" qui déborde le sens du sens qu'a lé signe.

22Ce qui domine, dans la masse, est l'abandon du signifiant, dont ne reste que le signifié. C'est le cas, et le problème, limite, du calembour, dont l'un des plus anciens sans doute est celui de Babel (Genèse XI, 9), dans la circularité entre le nom de Babel et le verbe balal, embrouiller, confondre :

al-ken // qara chemah / bavel // ki-cham I balai yhvh
ainsi appela son nom Babel car là confondit [Adonaï]
sefat kol—kaárets ///
langue toute la terre

23La King James Version y a renoncé (Babel, confound) :

Therefore is the name of it called Babel ; because the LORD did there confound the language of all the earth.

24Exceptionnellement, la N.E.B. l'a tenté et réussi :

That is why il is called Babel, beacuse the LORD there made a babble of the language of all the world.

25La Bible de Jérusalem (« Aussi la nomma-t-on Babel, car c'est là que Yahvé confondit le langage de tous les habitants de la terre ») et la T.O.B. ( « Aussi lui donna-t-on le nom de Babel car c'est là que le SEIGNEUR brouilla la langue de toute la terre ») y ont renoncé. Tout comme Chouraqui, qui traduit le nom même de Babel, comme faisait déjà la Septante :

Sur quoi il clame son nom : Bavel, Confusion, car là YHWH confond la lèvre de toute la terre

26Pour rendre la circularité des signifiants, j'ai traduit :

  • 4  Pour le détail de l'argumentation et la traduction d'ensemble du passage, je renvoie à l'ouvrage c (...)

Sur quoi▀ ▀ elle s'appela du nom de▀ ▀Babel▀ ▀ parce que [là▀ ▀
Adonaï embabela▀ ▀ la langue de toute la terre4

27La différence habituellement reconnue entre le respect ou le non-respect d'une pause, ou son déplacement, ne paraît concerner que le sens. L'exemple le plus illustre en étant peut-être le passage d'Isaïe (XL, 3) qui dans son rythme, coupure majeure après désert, a un sens historique, terrestre : de l'exil de Babylone, c'est un appel au retour vers Jérusalem à travers le désert. Mais coupé après désert, tel que le passage était compris et cité d'après le grec de la Septante dans Marc (1,3), Mathieu (3,3) et Jean (1,23), l'appel prenait un sens messianique, coupant le peuple de son retour sur terre. Toute une autre théologie et une autre théopolitique.

qol qoré // bamidhar // pánu I dérekh yhvh /// yachru
voix parlant dans le désert ouvrez chemin / Adonaï / faites droit
ba 'arava // mesilla / Ielohénu
dans la plaine une route pour noue dieu

28La King James Version y allait franchement : « The voice of him that crieth in the wilderness, Prepare ye the way of the LORD, make straight in the desert a highway for our God !». La NEB corrige :

There is a voice that cries :
Prepare a road for the LORD through the wilderness, clear a highway across the desert for our God.

29Comme toutes les traductions modernes. La Bible de Jérusalem :

Une voix crie : « Préparez dans le désert
une route pour Yahvé.
Tracez droit dans la steppe
un chemin pour notre Dieu ».

30et la TOB :

Une voix proclame :
« Dans le désert dégagez
un chemin pour le SEIGNEUR,
nivelez dans la steppe
une chaussée pour notre Dieu

31Mais si le rythme ne déterminait qu'une différence de sens dans la Bible, il n'y aurait rien là de spécifique, ni d'allégorique. Tout le monde sait ce que fait, partout, une virgule déplacée.

32C'est le mode même de signifier que change le rythme, ce qui est autre chose que le sens, une transformation plus imperceptible et plus forte tout à la fois. L'exemple que je prends (Deutéronome XI, 30) a été spécialement commenté par Rachi pour l'importance des accents :

halo-hémma / be'ever hayarden / akarei / dérekh / mevo
si-pas elles au-delà le Jourdain derrière chemin entrée
hachemech // beérets / hakena'ani // hayochev / ba'arava ///
le soleil dans le pays le cananéen qui habite dans la Arava
mul / hagilgal // étsel / celonei more :
en face de le Gilgal près de chênes Moré.

33les trois prépositions de lieu (aharei, mul, etsel) sont toutes marquées d'un accent disjonctif, qui les disjoint de leur substantif. S'y ajoutent trois accents disjonctifs également à contre-syntaxe (sur derekh, erets et hayochev) disjoignant les trois groupes nominaux. D'où un mode coupé, par rapport à la logique syntaxique. Du marqué par rapport au non-marqué. Cependant, rien dans le sens n'est changé. Mais les indications de lieu, par là, sortent du trivial. Le sens est l'énoncé. Le rythme porte l'énonciation, qui est la situation du sens. Le discours du divin, non un guide touristique.

34D'où aussitôt un problème de traduction. Les traductions courantes rendent l'énoncé, non l'énonciation. Elles sont dans la langue, non dans le discours.

35Comme la King James Version, bien qu'elle reste proche du signifiant syntaxique (gardant le tour interro-négatif) : « Are they not on the other side Jordan, by the way where the son goeth down, in the land of the Canaanites, which dwell in the champaign over against Gilgal, beside the plains of Moreh ? ». Mais la NEB déplace le segment final, réduit la ponctuation, rajoute une explication (mountains) tirée du contexte, et réduit le signifiant au signifié (west). Effet et mélange de la théorie de l'information et du behaviourisme : « These mountains  are on the other side of the Jordan, close to Gilgal beside the terebinth of Moreh, beyond the road to the west which lies in the territory of the Canaanites of the Arabah ».

36La Bible de Jérusalem transpose le tour du début (on le sait) et traduit l'énoncé : « Ces monts, on le sait, se trouvent au-delà du Jourdain, sur la route du couchant, dans le pays des Cananéens qui habitent la Plaine, vis-à-vis de Gilgal, auprès du Chêne de Moré ». La TOB accentue le ton trivial et le rythme continu, en visant l'efficacité du langage ordinaire : «  – c'est au-delà du Jourdain, au bout de la route du couchant dans le pays du Cananéen qui habite dans la Araba, en face du Guilgal, à côté des chênes de Moré ».

37Mais le rythme est un fonctionnement global de signifiance, du point de vue du discours. Là où le dualisme du signe n'y voit qu'une forme. C'est pourquoi, ce qui n'a rien à voir avec ce que Nida appelle une équivalence formelle, qu'il met dans l'archaïsme (tant la KJV est pour lui le vicaire de l'original) je traduis, sur un mode suspensif :

Ne sont-elles pas ▀ ▀ au-delà du Jourdain▀ ▀ derrière▀ ▀ le
chemin▀ ▀où va le soleil▀ ▀ ▀  au pays▀ ▀"du Cananéen▀ ▀ ▀
qui habite" " la Arava
Face▀ ▀ au Gilgal▀ ▀ ▀ près▀ ▀ des chênes de Moré.

38La transformation du discours, donc des effets de sens, par le rythme détermine nécessairement une transformation du traduire, et de la traduction. C'est sans doute ce que peut faire la réflexion théorique : apporter de nouvelles questions, qui déplacent et mettent au musée les réponses anciennes qui passaient pour l'évidence, le bon sens – et qui n'étaient que le sous-texte des traducteurs. Créer de nouveaux problèmes.

39De ce point de vue, toute traduction qui ne vise (et n'atteint donc) que le sens, l'énoncé, est déjà une adaptation. Adaptation du continu empirique du langage au discontinu du signe. Du texte au non-texte, qu'est l'amalgame entre texte et sous-texte. Et ne serait une traduction que la version qui garderait ou restituerait ce que Gerard Manley Hopkins (lettre à Robert Bridges du 6 novembre 1887) appelait, dans l'écriture, et en pensant spécialement à l'accentuation de l'hébreu biblique, « the record of speech ».

Haut de page

Notes

1  « Wir Haben es historisch nur immer mit dem wirklich sprechenden Menschen zu thun », W. von Humboldt, Werke, Stuttgart, Cotta, 1960-1981, t. m, p. 477 (ed. de l'Académie VII, 99). Dans Introduction à l'œuvre sur le Kavi, trad. P. Caussat, éd. du SeuiL 1974, p. 246 : « Nous n'avons réellement affaire qu'à l'homme effectivement engagé dans l'acte de la langue ». Mais il y a des actes de langage, speech acts, actes de discours. L'expression « actes de la langue » est un non-sens théorique.

2  Vim, dans « [...] genus omne verborum vimque servavi [...] » De Optimo genere oratorum, V.

3  Pour ce dossier je renvoie à : Les Cinq Rouleaux, Gallimard, 1970 ; Pour la poétique II, Gallimard, 1973 ; Poésie sans réponse, Gallimard 1978 ; Jona et le signifiant errant, Gallimard, 1981 ; Critique du rythme, p. 466475 ; « Alors la traduction chantera », Revue d'esthétique n° 12, 1987, « La traduction », p. 75-88.

4  Pour le détail de l'argumentation et la traduction d'ensemble du passage, je renvoie à l'ouvrage collectif Les tours de Babel, éd. par Gérard Granel, T.E.R., 1985, p. 9-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Meschonnic, « Traduction, adaptation – palimpseste », Palimpsestes [En ligne], 3 | 1990, mis en ligne le 16 septembre 2010, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/421 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.421

Haut de page

Auteur

Henri Meschonnic

Université de Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals