Navigation – Plan du site
II. « Intraduisibles » de la phénoménologie française

« Interrogation » dans les traductions en langue anglaise de Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty

Denis Boisseau et Maryvonne Boisseau
p. 120-135

Résumés

Deux traductions de Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty (1945) contribuent à la réception de cette œuvre dans le monde anglophone. Sensiblement différentes dans le ton et la démarche, celle de Colin Smith, parue en 1962, un an après la mort de Merleau-Ponty, et celle de Donald Landes, parue en 2012, sont pourtant indifféremment utilisées par ceux qui aujourd’hui s’intéressent à lui. La question se pose de savoir dans quelle mesure les différences entre ces deux traductions influent sur la compréhension et la réception de l’œuvre par les lecteurs anglophones.
À partir de l’exemple du concept d’« interrogation », nous tenterons de comprendre les difficultés qu’eurent à résoudre les deux traducteurs de Phénoménologie de la perception. « Interrogation » en français, n’est pas « interrogation » en anglais, qui est « interrogatoire » en français. C’est ce qu’on peut retenir de la consultation des dictionnaires. Mais « interrogation » est en philosophie, particulièrement chez Merleau-Ponty, une attitude fondamentale qui tente autant de déceler la réserve de l’être, que d’esquisser les incertains contours de soi-même. Comment dès lors traduire « interrogation » sans tomber dans la fausse évidence du calque ? Comment faire pour que la portée du concept qui s’élabore au fil de l’œuvre soit perçue par tous ceux auxquels s’adressent les traductions ? À moins qu’on ne s’aperçoive bientôt que, sous la pression du français « interrogation », l’anglais « interrogation » ne se détache doucement des raideurs inquisitoriales qui s’attachaient à lui.

Haut de page

Notes de l’auteur

[Tous les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 20 août 2019.]

Texte intégral

  • 1 . Paru chez Gallimard, Paris, 1945 (désormais abrégé PP).

1Les citations, nombreuses mais parcellaires, de Merleau-Ponty dans de nombreux textes, essais et blogs de langue anglaise, principalement nord-américains, ne comportent pas toujours l’indication de leur origine, et surtout presque jamais celle du traducteur. Cette situation n’est pas sans poser problème, notamment concernant Phénoménologie de la perception1, seul ouvrage de Merleau-Ponty dont il existe, en langue anglaise, deux traductions publiées, suffisamment différentes de tournure et de ton pour donner lieu à compréhension et réception différentes de ce texte majeur. Le projet de les comparer ligne à ligne en regard du texte original, pour en apprécier les choix et les divergences, est sans doute un peu vain et bien volumineux. On peut cependant se demander ce que comprennent effectivement de la pensée subtile et complexe de Merleau-Ponty tous ces lecteurs anglophones curieux, mais ignorants de la langue initiale du texte – et c’est bien pour eux qu’on le traduit –, qui ne lisent la plupart du temps, et en toute confiance, que l’une des deux traductions.

  • 2 . Article publié dans l’ouvrage Traduction et philosophie, Wrobel (éd.), 2018 (abrégé TP). Article (...)
  • 3 . Paris, Gallimard, 1964 (désormais VI).
  • 4 . On notera, dans la suite de cet article, le terme français « interrogation » en caractères droit (...)

2On tentera néanmoins une sorte de coup de sonde pour, au moins, donner un peu de contenu à ce problème, et c’est dans cette perspective que nous proposons de prendre le terme d’« interrogation » comme fil conducteur, non par caprice ou hasard, mais parce qu’il se révèlera discriminant en tant que maître-mot de la démarche de Merleau-Ponty. Cela permettra également de reprendre et prolonger les intéressantes remarques de Stephen Noble dans son article « The Language of Philosophy and the Challenges of Translation2 », article dans lequel il s’intéresse à la traduction du dernier texte de Merleau-Ponty, Le Visible et l’invisible3, et plus particulièrement à la traduction du terme « interrogation », central dans la réflexion du philosophe. Ce texte posthume, projet interrompu d’un ouvrage ambitieux, se présente comme une suite de notes et de fragments au cours desquels Merleau-Ponty tente de refonder sa démarche, en rupture plus ou moins profonde – les avis divergent – avec ses premiers ouvrages, notamment Phénoménologie de la perception. Il semble bien, et c’est ce que nous tenterons d’établir, que la traduction de Le Visible et l’invisible accompagne, et peut être initie, une inflexion sensible du sens du terme « interrogation4 » dans le registre philosophique anglophone.

3C’est pourquoi ce que Noble expose simplement à titre d’exemple de la difficulté à traduire, et à rendre ce qu’il désigne comme une « spécificité des textes philosophiques » (TP : 122) nous semble bien davantage devoir être considéré, de façon plus large, comme le symptôme d’une aventure renouvelée : la traduction comme navigation à l’estime, appuyée sur des instruments au calage un peu suranné, visant un rivage incertain, saisie par la dérive insidieuse de courants instables, et encore mal répertoriés sur des portulans froissés où le réticule des significations affole la lecture.

4Il ne s’agit pas, dans le cadre restreint d’un article, de se prononcer sur la justesse des traductions de Phénoménologie de la perception, mais plutôt, en menant une sorte d’enquête sur un terme qui semble, de prime abord, bien banal, celui d’« interrogation », de poser la question de la difficulté non seulement de la traduction, mais aussi de l’incertitude qui accompagne la réception de tels textes difficiles et subtils quand ils passent d’un système de références culturelles à un autre.

I

5Noble relève que les cinq parties de Le Visible et l’invisible ont pour titre, successivement : « Le visible et la nature : l’interrogation philosophique ; Réflexion et interrogation ; Interrogation et dialectique ; Interrogation et intuition ; L’entrelacs, le chiasme. » (ibid. : 123), et qu’on y retrouve donc, quatre fois sur cinq, le terme « interrogation ».

6Claude Lefort, proche de Merleau-Ponty et éditeur du texte, explique qu’il a décidé de le structurer ainsi « en suivant les dernières indications de l’auteur » (VI : 12), s’autorisant de Merleau-Ponty lui-même pour qui : « La philosophie n’est pas une science, parce que la science croit pouvoir survoler son objet, tient pour acquise la corrélation du savoir et de l’être, alors que la philosophie est l’ensemble des questions où celui qui questionne est lui-même mis en cause par la question. » (ibid. : 47, nous soulignons)

7Cela cependant ne surprend guère. Le thème de l’interrogation est, en effet, décisif dans la démarche philosophique en général – on présente souvent le philosophe, de façon gentiment caricaturale, comme celui qui interroge, et s’interroge, sans jamais donner réponse –, et plus particulièrement dans celle de Merleau-Ponty, où il sera expressément conceptualisé, et chez qui il prend une dimension réflexive essentielle que Noble, curieusement, ne souligne pas.

  • 5 . Trad. A. Lingis, Northwestern University Press (abrégé VI).
  • 6 . Professeur émérite, Pennsylvania State University, traducteur de Emmanuel Lévinas, Maurice Merle (...)

8Il faut donc en venir à la traduction anglaise de Le Visible et l’invisible, publiée en 1968, sous le titre de The Visible and the Invisible5, et produite par Alphonso Lingis6. Noble remarque que pratiquement tout au long de cette traduction, le français « interrogation » est rendu, mot pour mot, par « interrogation », et « interroger » par « to interrogate ».

9Le calque était tentant, et semblerait presque évident à un francophone, mais Noble remarque cependant que « […] ces traductions, qui pourraient apparaître à certains comme tout à fait naturelles, sont en fait fondamentalement problématiques » (TP : 124). La raison en est, dit-il, que le champ sémantique du terme français « interrogation » est beaucoup plus étendu que celui de l’anglais « interrogation ». Il souligne que l’anglais « interrogation » correspond, en effet, pratiquement au français « interrogatoire », procédure formelle de questions agressives comme peuvent en conduire la police ou les services secrets (ibid. : 124-125), et qu’on n’imaginerait pas un petit Anglais subir « an interrogation » de la part d’un professeur, même bienveillant, alors que tous les petits Français connaissent, au collège et au lycée, des « interros » qui n’ont rien d’un interrogatoire, et qui ne sont que des « tests » dans le monde anglophone.

10Pour Noble, l’écart considérable entre le français « interrogation » et l’anglais « interrogation » a été totalement négligé dans la traduction de Le Visible et l’invisible, et s’il a retenu cet exemple, demeuré, selon lui, « ignoré et non documenté » (ibid. : 125), c’est parce qu’il représente, à ses yeux, beaucoup plus qu’une simple maladresse de traduction, il oriente et dévie profondément l’interprétation de la dernière pensée de Merleau-Ponty pour l’ensemble du monde anglophone. Le caractère tranchant et formel de « interrogation » contredit en effet le projet de Merleau-Ponty qui tend plutôt à dépasser les dichotomies affirmées, « interrogation » désignant chez lui une attitude d’attention et de souci, d’étonnement et de doute devant la réserve de l’être, entièrement absente du terme anglais. La rétro-traduction en français de « philosophical interrogation » est d’ailleurs malaisée ; elle donnerait quelque chose comme « philosophie de l’interrogatoire », ou « philosophie d’interrogatoire », ce qui semble pour le moins bizarre ou farfelu.

11Ceci conduit donc Noble à conclure que « philosophical enquiry or philosophical questioning » (ibid. : 127) seraient de bien meilleures traductions de « l’interrogation philosophique ». Il regrette que, dans la traduction en anglais de Le Visible et l’invisible, « l’aspect essentiel du dernier projet philosophique de Merleau-Ponty soit ainsi entièrement perdu, déformé par l’emploi des termes, et conduit à l’opposé de ce que le philosophe lui-même tentait d’atteindre » (ibid.).

12Pour résumer : interrogation n’est pas « interrogation », qui est « interrogatoire ».

II

13C’est donc ici qu’il faut reprendre le problème, pour lui donner un autre avenir en réexaminant son passé.

14En effet, si le terme « interrogation » est particulièrement important dans Le Visible et l’invisible, dont il constitue un thème majeur, passant du statut de terme ordinaire à celui de concept, il est, bien sûr, employé dès Phénoménologie de la perception, et même si c’est sans doute de façon plus commune et avec une moindre charge conceptuelle, on voit déjà dans ce texte s’amorcer la thématisation qui se déploiera dans Le Visible et l’invisible.

15Mais tout d’abord, qu’en est-il exactement, selon les ouvrages de référence, de la signification de « interrogation », et de celle de « interrogation » ?

  • 7 . Dictionnaire historique de la langue française.

16Le terme « interrogation » dérive, bien sûr, du latin, en français comme en anglais, il exprime d’abord l’idée de questionner (rogare) plusieurs personnes (inter) pour solliciter leur avis ; il évoluera pour ne plus concerner que le questionnement d’une seule personne poursuivie en justice7.

17Il n’est pas très facile de situer exactement la divergence entre le français et l’anglais, encore moins d’en saisir les raisons.

18Toujours est-il que Littré, en 1873, définit « interrogation », tout simplement comme « action d’interroger », sans rien préciser davantage (avant d’en venir à « interrogation » comme figure de rhétorique). La rigueur alphabétique fait suivre immédiatement le terme par celui d’« interrogatoire » que Littré définit comme « Terme de pratique. Ensemble des questions d’un juge et des réponses d’un accusé ». Manifestement « interrogation » n’a déjà plus, en français, le sens judiciaire qu’il avait pu revêtir un moment, il désigne plutôt une forme de la relation entre personnes dans la vie courante.

19Le Grand Robert n’est guère plus disert ; « interrogation » y est « Action de questionner, d’interroger (qqn) » (t. 4 : 305-306), et on note comme vieux (« Vx : sens ou emploi de l’ancienne langue, incompréhensible de nos jours et jamais employé, sauf par effet de style » [t. 1 : LXXIII]) un renvoi à « interrogatoire ». Il se préoccupe ensuite bien davantage de « interrogation » comme forme grammaticale.

20Le dictionnaire de l’Académie Française passe, lui, de « Question, demande qu’on fait à quelqu’un. » dans sa 4e édition (1762), à « Action d’interroger » dans sa 8e édition (1932-1935), puis à « Action d’interroger ou de s’interroger. » dans sa 9e édition (1992) ; l’évolution est ici très sensible, l’introduction d’un sens réflexif est particulièrement notable.

  • 8 . http://www.atilf.fr/tlfi. (Les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 20 août (...)
  • 9 . Le TLFi mentionne un glissement en ce sens chez Mme de Staël (1807), et chez Gide (1924).

21Le TLFi8, exprimant un état plus récent de la langue, donne d’abord « A. − Action d’interroger quelqu’un ; demande, question », ce qui est parfaitement attendu, puis « B. − Action de s’interroger soi-même ; demande, question ». Désormais la dimension réflexive de « interrogation » semble parfaitement enregistrée et validée, mais ce n’est sans doute qu’une évolution relativement récente de la langue, même si elle précède certainement l’usage qu’en fera Merleau-Ponty9.

22Il semble qu’en anglais, au moins dans les ouvrages de référence, on ne note pas une pareille évolution, et que le sens de « interrogation » conserve, encore récemment, sa valeur inquisitoriale, ou policière, de « action of asking questions » (OED), ou « process of questioning by which police obtain evidence » (Encyclopedia Britannica), ou bien encore « the act of interrogating », « to question typically with formality, command or thoroughness for full information and circumstancial detail (~a witness) » (Webster’s). Ce qui justifie pleinement la remarque et la réticence de Stephen Noble.

23On peut donc raisonnablement envisager que le sens de « interrogation » n’a guère varié, en français, entre 1945 et 1960, tout comme, inversement, « interrogation » a maintenu dans le monde anglophone son sens étroit d’« interrogatoire ».

24Que la confusion soit présente dans la traduction de Le Visible et l’invisible n’empêche donc pas qu’elle puisse l’être déjà dans les traductions de Phénoménologie de la perception. Cela est facile à vérifier en examinant quelques-unes des occurrences (peu nombreuses, huit dont trois en un seul passage) du terme « interrogation » dans ce texte (on n’examinera pas celles du verbe « interroger »), cela conduit tout de même à des remarques intéressantes, d’autant plus qu’on peut ici croiser les choix de deux traducteurs, puisque, comme annoncé en introduction, il existe, en effet, deux traductions publiées en langue anglaise de Phénoménologie de la perception.

25La première, due à Colin Smith, britannique, a été éditée en 1962 chez Routledge, qui détient les droits de traduction depuis 1958 ; elle s’en tient au texte publié en 1945 et n’offre aucun commentaire, ni préface ou postface, ni note du traducteur.

  • 10 . « One of the first motivations for a new translation was the previous translator’s non-systemati (...)

26La seconde traduction, cinquante ans plus tard, en 2012, due à Donald Landes, canadien anglophone, également diffusée par Routledge, est accompagnée d’un appareil critique important, et semble destinée à un lectorat étudiant ou spécialisé ; elle entend corriger certains défauts de la première (notamment, selon Landes, le manque de systématicité dans la traduction de certains concepts10), et choisit de se tenir au plus près du texte français, au risque parfois de maladresses stylistiques en anglais.

27À la différence de la première qui inaugure la traduction en anglais de Merleau-Ponty et semble un travail de traduction quasi solitaire, la seconde a, bien sûr, bénéficié de l’apport de la traduction en anglais d’autres ouvrages de Merleau-Ponty, des traductions en allemand qui ont été consultées, de l’ensemble des études sur Merleau-Ponty accumulées pendant cinquante ans, et des conseils et relectures d’experts, constitués en « Translation Advisory Board » autour de Donald Landes (Introduction, in PP, 2014 : L).

  • 11 . On peut éventuellement ajouter deux autres traductions, d’abord la révision de celle de Colin Sm (...)

28La visée de la première traduction était donc de rendre enfin accessible à un lectorat anglophone, mais averti, un texte majeur de la philosophie contemporaine, l’ambition de la seconde est à la fois pédagogique et savante. D’emblée les perspectives de réception de ces deux traductions ne sont pas les mêmes11.

III

29Qu’en est-il donc alors de la traduction de « interrogation » dans Phénoménologie de la perception ?

30On se limitera ici, principalement, à l’analyse des traductions du passage le plus significatif, celui qui cumule trois occurrences de « interrogation », et dans lequel s’amorce l’inflexion du thème chez Merleau-Ponty. Ce que confirmera une courte analyse d’un autre passage.

31Par principe de lecture, et pour que la confrontation se fasse sur une base homogène, les analyses suivantes reposent donc sur le souci de retrouver, et/ou de maintenir, le sens canonique de « interrogation », tel que consigné dans les dictionnaires de langue anglophones, et tel que repris et défendu par Noble, sens selon lequel « interrogation », en anglais, confine à « interrogatoire », en français :

  • 12 . Nous donnons le texte original et les deux traductions en mettant en caractères gras le terme «  (...)

Nous ne savons qu’il y a des erreurs que parce que nous avons des vérités, au nom desquelles nous corrigeons les erreurs et les connaissons comme erreurs. Réciproquement la reconnaissance expresse d’une vérité est bien plus que la simple existence en nous d’une idée incontestée, la foi immédiate à ce qui se présente : elle suppose interrogation12, doute, rupture avec l’immédiat, elle est la correction d’une erreur possible. Tout rationalisme admet au moins une absurdité à savoir qu’il ait à se formuler en thèse. Toute philosophie de l’absurde reconnaît du moins un sens à l’affirmation de l’absurde. Je ne peux rester dans l’absurde que si je suspens toute affirmation, si, comme Montaigne ou comme le schizophrène, je me confine dans une interrogation qu’il ne faudra pas même formuler : en la formulant j’en ferais une question qui, comme toute question déterminée, envelopperait une réponse, – si enfin j’oppose à la vérité non pas la négation de la vérité, mais un simple état de non-vérité ou d’équivoque, l’opacité effective de mon existence. De la même manière, je ne peux demeurer dans l’évidence absolue que si je retiens toute affirmation, si pour moi rien ne va plus de soi, si, comme le veut Husserl, je m’étonne devant le monde et cesse d’être en complicité avec lui pour faire apparaître le flot des motivations qui me portent en lui, pour réveiller et expliciter entièrement ma vie. Quand je veux passer de cette interrogation à une affirmation et a fortiori quand je veux m’exprimer, je fais cristalliser dans un acte de conscience un ensemble indéfini de motifs, je rentre dans l’implicite, c’est-à-dire dans l’équivoque et dans le jeu du monde. (PP: 341-342)

We know that there are errors only because we possess truth, in the name of which we correct errors and recognize them as errors. In the same way the express recognition of a truth is much more than the mere existence within us of an unchallengeable idea, an immediate faith in what is presented: it presupposes questioning, doubt, a break with the immediate, and is the correction of any possible error. Any rationalism admits of at least one absurdity, that of having to be formulated as a thesis. Any philosophy of the absurd recognizes some meaning at least in the affirmation of absurdity. I can remain in the realm of the absurd only if I suspend all affirmation, if, like Montaigne or the schizophrenic, I confine myself within an interrogation which I must not even formulate: for by formulating it I should ask a question which, like any determinate question, would entail a reply. If, in short, I face truth not with its negation, but with a state of non-truth or ambiguity, the actual opacity of my existence. In the same way, I can remain within the sphere of absolute self-evidence only if I refuse to make any affirmation, or to take anything for granted, if, as Husserl has it, I stand in wonder before the world, and ceasing to be in league with it, I bring to light the flow of motivations which bear me along in it, making my life wholly aware of itself, and explicit. When I try to pass from this interrogative state to an affirmation, and a fortiori when I try to express myself, I crystallize an indefinite collection of motives within an act of consciousness, I revert to the implicit, that is, to the equivocal and to the world’s free play. (Merleau-Ponty, trad. Smith, 1962, 1962: 344-345)

We only know that there are errors because we have truths, through which we correct the errors and recognize them as such. Reciprocally, the explicit recognition of a truth is much more than the mere existence of an uncontested idea in us, or the immediate faith in what appears: it presupposes an examination, a doubt, and a break with the immediate, it is the correction of a possible error. Every rationalism admits of at least one absurdity, namely that it must be formulated as a thesis. Every philosophy of the absurd recognizes at least one sense in the very affirmation of absurdity. I can only remain within the absurd if I suspend every affirmation, if, like Montaigne or like the schizophrenic, I restrict myself to an interrogation that must not even be formulated (for in formulating it I would turn it into a question that, like every determinate question, would envelop a response), or if, in short, I oppose to truth not the negation of truth, but rather a simple state of non-truth or of equivocation, that is, the actual opacity of my existence. In the same way, I can only remain within absolute evidentness if I hold back every affirmation, if nothing is for me evident in itself, and if, as Husserl suggests, I stand in wonder before the world and cease to be complicit with it in order to reveal the flow of motivations that carry me into it, in order to awaken my life and to make it entirely explicit. When I want to go from this interrogation to an affirmation and, a fortiori, when I want to express myself, I crystallize a collection of indefinite motives in an act of consciousness, I enter back into the implicit, that is, into the equivocal and the play of the world. (Merleau-Ponty, trad. Landes, 2014 [2012] : 309)

32Un seul passage, donc, et trois fois « interrogation », pour évoquer une expérience unique et troublante, marquée d’incertitude et d’espoir, affrontant, résolue et hésitante, le flou tremblé du monde. Mais pour en comprendre tout l’enjeu, il faut en préciser le contexte.

  • 13 . Edmund Husserl, Méditations cartésiennes, « Deuxième Méditation ». L’expression est la contracti (...)

33Ce passage prépare la formulation de ce que Merleau-Ponty désigne comme « le vrai cogito » (PP : 342), celui formulé par Husserl, « Toute conscience est conscience de quelque chose13 », et reformulé ici par Merleau-Ponty, à savoir que « il y a conscience de quelque chose, quelque chose se montre, il y a phénomène » (ibid. : 342). Il s’agit d’exprimer que la conscience et la chose sont d’abord inséparées, indistinctes, et forment un ensemble où, simultanément, elles sont d’abord confondues, et se révèlent progressivement l’une à l’autre : le phénomène. Sans chose, il n’y a pas de conscience de chose ; sans conscience, nécessairement d’abord conscience d’autre chose que d’un soi qui n’existe pas encore, il n’y a aucune chose. Merleau-Ponty thématisera, dans Le Visible et l’invisible, cet événement réciproque de la conscience à la chose et de la chose à la conscience, sous le titre de « chair ».

34Il lui faut pour cela se dégager de deux traditions de pensée qu’il radicalise pour mieux mettre en évidence leurs conséquences et leurs impasses. L’une défend que le monde est tout ce que la raison pense, et que sa connaissance découle de principes a priori absolument évidents, elle n’admet aucun doute ; l’autre est, inversement, certaine qu’on ne peut rien connaître avec certitude, confronté que nous serions ou à une transcendance insondable ou à une totale absence de sens.

35À cela, Merleau-Ponty oppose la nécessité d’une démarche interrogative, comme expérience d’une ouverture troublante à une vérité qui se reconnaît comme vérité sans être jamais un préjugé inébranlable, ou « une idée incontestée » (ibid. : 341), toute vérité étant, d’une certaine façon, transitoire, en attente qu’on découvre en elle l’erreur qu’on n’a pas su déjà voir. La reconnaissance de la vérité se fait toujours sur fond d’erreurs redressées, et laisse toujours songeur et interrogateur sur les circonstances, les raisons et la fragilité de cette reconnaissance. Ceux qui n’ont que des certitudes ne connaissent pas la vérité, à la différence de celui qui doute, tâtonne, se reprend. Ce qui est proprement le sens même, et pour ainsi dire la fonction, de l’erreur, proche cousine de l’errance.

36« Interrogation » désigne donc dans ce paragraphe l’expérience de l’ouverture à un monde qui étonne, et à soi qui en accepte l’esquisse tremblée. L’interrogation fracture les certitudes de la raison, elle accueille positivement le doute, comme aussi l’attente et ses inquiétudes, mais inversement, et pour autant qu’on parvienne parfois à la formuler clairement, elle ruine le refus de toute certitude, en profilant dans son expression même le contour d’une réponse possible. L’interrogation, en tant qu’acte de conscience, « cristallise » donc « un ensemble indéfini de motifs » (ibid. : 342), elle fouille le monde pour en affronter les équivoques et les ambiguïtés.

37Il n’y a là, bien évidemment, rien qui puisse renvoyer au sens canonique de « interrogation », c’est-à-dire à celui d’interrogatoire. Raison pour laquelle il semble bien risqué de l’employer pour la traduction de ce passage.

38Mais pouvait-on réussir à traduire en anglais cette expérience unique par le même terme, et en évitant de recourir à « interrogation » ?

39Les deux traducteurs tentent ainsi de contourner la difficulté en traduisant la première occurrence de « interrogation », l’un par « questioning », l’autre par « examination ». Le choix de « questioning » permet de se conformer à l’absence de déterminant en français, restituant le caractère générique, ou notionnel, ouvert et indéfini du terme, tout en mettant en lumière (par le morphème –ing) le processus impliqué dans l’interrogation. Mais bientôt les contraintes de l’anglais reparaissent avec « a break ». Peut-être aurait-il été préférable de traduire « questioning, doubting, breaking » ? Dans la seconde traduction on se résout au déterminant dans les trois termes de l’énumération « an examination, a doubt, a break », mais on perd cette fois la valeur générique et exploratoire de la notion qu’avait voulu exprimer Merleau-Ponty.

40La seconde occurrence de « interrogation » ne pouvait pas, en anglais, être traduite par le terme utilisé pour la première. Ni « questioning » ni « examination » ne pouvaient ici se glisser dans l’expression, la construction de « confine » nécessitait une détermination « to a », que ne pouvait supporter « questioning », et l’emploi de « examination » butait sur la possibilité d’en faire une « question ». C’est sans doute pourquoi les deux traducteurs se sont repliés sur « interrogation », dont ils ont amendé le caractère transitif (« the action or process of interrogating someone or asking questions » [SOED]) par le potentiel réflexif de « myself », puis en l’appuyant sur « formulate » qui permet d’interpréter « interrogation » non pas dans son sens de « interrogatoire », mais dans celui de cette « question » (« formulate a question ») que je me formule à moi-même. L’un comme l’autre ont également été gênés par la curieuse ponctuation de l’incise qui suivait ; l’un s’en tire en coupant la phrase par un point, l’autre, plus curieusement, par une mise entre parenthèses, donnant à l’incise un caractère d’aparté qui la détache du texte, alors précisément qu’elle y a été inscrite pour s’ajouter au développement et le préciser.

41La troisième occurrence a été traitée d’une autre façon. L’interrogation dont il est question est dans la suite de la phrase déterminée comme étant « un ensemble indéfini de motifs », en opposition à la possibilité d’une « affirmation » posée comme un « acte de conscience », il n’y a donc rien ici qui puisse renvoyer au sens canonique de « interrogation » en anglais. La première traduction évite la difficulté avec « this interrogative state », formulation heureuse qui anaphorise l’expression sur son (ou ses) occurrence précédente, et retourne effectivement l’interrogation sur celui-là même qui la formule. L’emploi de « interrogation » dans la seconde traduction ne peut, par contre, plus guère se comprendre que si l’on y voit la référence au sens nouveau, proche de celui du français, qu’aurait pu prendre le terme en anglais. Mais, si tel est le cas, on ne voit plus très bien pourquoi le traducteur en a évité l’emploi dans la première occurrence, ce qui témoigne tout de même d’une difficulté à décider de l’employer ou en son sens traditionnel, ou en un sens plus avancé.

42Pour compléter ces analyses, la même explication peut sans doute s’appliquer à la divergence entre les deux traducteurs, dans ce court passage dans lequel l’emploi de « interrogation » par Merleau-Ponty préfigure celui qu’il thématisera expressément dans Le Visible et l’invisible, comme « le mode propre de notre rapport avec l’Être » (VI : 171), et qu’il dégage déjà ici comme « interrogation concernant l’être ». Voici le texte original suivi des deux traductions.

La première conception est celle de Spinoza. L’opinion originaire est ici subordonnée à une évidence absolue, le « il y a quelque chose », mêlé d’être et de néant, à un « l’Être est ». On refuse comme dépourvue de sens toute interrogation concernant l’être : il est impossible de se demander pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien et ce monde-ci plutôt qu’un autre, puisque la figure de ce monde et l’existence même d’un monde ne sont que des suites de l’être nécessaire. (PP: 455)

The first conception is Spinoza’s. Primary opinion is here subordinated to absolute self-evidence, and the notion, “there is something” which is an amalgam of being and nothingness, to the notion “Being exists”. One rejects as meaningless any questioning of being: it is impossible to ask why there is something rather than nothing, and why this world rather than a different one, since the shape of this world and the very existence of a world are merely consequences of necessary being. (Merleau-Ponty, trad. Smith, 1962: 462)

The first conception is Spinoza’s. Originary opinion is here subordinated to an absolute evidentness, the “there is something,” a mixture of being and nothingness, subordinated to a “Being is”. Every interrogation that touches upon being is rejected as meaningless, for it is impossible to wonder why there is something rather than nothing, or why this world rather than another, since the shape of this world and the very existence of a world are merely the consequences of necessary being. (Merleau-Ponty, trad. Landes, 2014 [2012] : 418)

43En s’opposant à Spinoza et à son sens de la nécessité absolue de l’être, qui rend celui-ci insoupçonnable et ininterrogeable, Merleau-Ponty anticipe le sens ouvert et dubitatif qu’il donnera à « interrogation » dans Le Visible et l’invisible, ce qui rend, par conséquent, bien étrange l’emploi de « interrogation » dans la seconde traduction (Landes) ; cela ne semble plus guère convenir si l’on s’en tient strictement au sens canonique de « interrogation » : on imagine mal, en effet, soumettre l’être à un interrogatoire, la solution de Colin Smith semble plus juste, écho peut-être des formulations de Heidegger.

  • 14 . Désormais MPD.

44On peut cependant envisager que Donald Landes, ayant assimilé les inflexions que Merleau-Ponty donnera au terme, et rejoignant le choix antérieur de Alphonso Lingis, entend, et utilise déjà, « interrogation » dans un sens proche de celui qu’il peut avoir en français, et tel qu’il l’explicitera dans The Merleau-Ponty Dictionary14 (Landes, 2013 : 115-116).

IV

45De tout ceci, on ne tirera que quelques petites remarques, qui ouvriront sans doute autant d’interrogations problématiques.

46La première remarque sera pour dire que les deux traductions de Phénoménologie de la perception nous prouvent d’abord que traduire systématiquement interrogation par « interrogation », ne relève d’aucune nécessité. Sans doute parce que le sens de « interrogation » ne revêt jamais chez Merleau-Ponty le sens réduit et formel de « interrogatoire », on constate que, autant l’un que l’autre, les deux traducteurs tentent d’éviter le calque, on constate aussi qu’ils y parviennent diversement, et même qu’ils y échouent quelquefois. Est-ce donc si difficile, voire inévitable ? Ou bien la décision d’éviter le calque ne relève-t-elle pas à son tour d’un systématisme tout aussi rigide que serait celui de l’imposer, pour mimer une plus grande fidélité au texte qu’on traduit ?

47On remarquera ensuite que si Stephen Noble, tenant une position stricte, a raison, dans son article, de relever que traduire « interrogation » par « interrogation » infléchit profondément la compréhension, et donc la réception, de Merleau-Ponty dans le monde anglophone, cela ne se soutient pourtant que si l’on suppose que le sens de « interrogation » demeure immuable, ou que si l’on s’inquiète de ce que le lecteur néophyte n’aurait pour référence que les seules définitions des dictionnaires anglophones, très claires, pour donner à « interrogation » sa seule signification inquisitoriale.

48C’est sans doute ici que l’on peut contester cette position rigoriste, et se demander s’il ne vaut pas mieux considérer que le sens français de « interrogation » a doucement contaminé et dilaté le sens restreint de « interrogation ».

49En témoignerait le simple fait que Alphonso Lingis n’est pas un traducteur d’occasion, ayant aussi traduit trois ouvrages majeurs de Emmanuel Lévinas et un autre de Pierre Klossowski, et qu’après tout il doit bien avoir ses raisons de traduire « interrogation » par « interrogation ». L’argument ne suffit pas, mais il ouvre une voie.

50En témoignerait également, et de façon très explicite, The Merleau-Ponty Dictionary, dans lequel Donald Landes consacre une entrée au terme :

  • 15 . MPAR : The Merleau-Ponty Aesthetics Reader ; VI : The Visible and the Invisible.

Interrogation - In his late philosophy, Merleau-Ponty began to develop a critique of philosophical methodology that pointed toward a new mode of philosophical engagement. For instance, at the end of “Eye and Mind” Merleau-Ponty recognizes that the structure of expression and history indicate that humans are condemned to never complete the expression of Being. But rather than despairing of this conclusion, he suggests that philosophy seek a mode of interrogation that, like painting, takes up the open trajectory of sense that at once repeats and reshapes that sense through a coherent deformation (MPAR, 149). In The Visible and the Invisible, each of the first three chapters develops a critique of the history of philosophy and reveals just what philosophy needs for a genuine ontological interrogation. Leaving behind reflection, dialectic, and intuition, Merleau-Ponty argues that interrogation must not seek positive answers to perennial questions, but must remain committed to the absurd effort of expression that knows it can never fully complete its project; that is, interrogation must remain expression. Philosophical interrogation then is an “art,” or an “inspired exegesis” that aims at nothing less than the attempt to express wild Being itself (VI, 133). (MPD : 115-116)15

51D’évidence, en soulignant que « Merleau-Ponty argues that interrogation must not seek positive answers to perennial questions », Donald Landes éloigne considérablement « interrogation » de son sens de référence traditionnel, où il s’agit plutôt d’obtenir des réponses précises à des questions tout aussi précises et limitées, au point d’accepter de considérer, avec Merleau-Ponty, « interrogation » comme « an “art,” or an “inspired exegesis” that aims at nothing less than the attempt to express wild Being itself (VI : 133). », se référant d’ailleurs, cette fois explicitement, à la traduction de Le Visible et l’invisible proposée par Alphonso Lingis.

52Par conséquent, il semble bien difficile de contester une profonde évolution du terme « interrogation », au moins dans la perspective d’une spécificité des textes philosophiques, mais sans doute bien au-delà de ce seul registre. Il faudrait alors envisager que c’est peut-être sous la pression des traductions, notamment celles de Merleau-Ponty et sans doute d’autres auteurs français, que le sens de « interrogation » s’est doucement mis à évoluer et à quitter le seul registre judiciaire.

  • 16 . Abrégé TI.

53En témoigneraient a fortiori (on pourrait sûrement trouver d’autres exemples ailleurs) ces deux citations (parmi d’autres) extraites de l’ouvrage The Translator’s Invisibility16, dans lesquelles Lawrence Venuti emploie manifestement « interrogation » en un sens non transitif, qui le rapproche du sens français, et le réduit sans doute à la seule dimension d’un questionnement ouvert sans attente de réponse précise. Qu’on en juge:

It is precisely fluency as now practiced and enforced, restricted primarily to the current standard dialect of the translating language, that has mystified translation and limited the creativity of translators, demanding both an interrogation and a rethinking to advance translation research and practice. (TI: 19),

54ou encore:

A discursive practice like translation seems particularly vulnerable to shifts in positioning, displacements of identity: its function is to work on linguistic and cultural differences which can easily initiate an interrogation of the conditions of the translator’s work. (ibid. : 262)

55Ce que confirme encore le même Lawrence Venuti, tout récemment interrogé par nos soins, dans une correspondance personnelle :

However, during the 1970s (perhaps earlier but I am not sure), the English word “interrogation” entered philosophy and especially literary and cultural theory through the influx of poststructuralist philosophy, i.e., primarily contemporary French philosophy, and it carried a new meaning: “a questioning of the conditions, whether linguistic or intellectual, cultural or social, of a form or practice, including a text or an argument.”

56Et même si Venuti n’entend pas, comme Merleau-Ponty, une interrogation de l’être, il est désormais très certain que le terme « interrogation » a reçu, au moins dans le monde universitaire nord-américain, une extension considérable qui le situe bien au-delà de la démarche inquisitoriale et formelle qu’on attache à « interrogation » dans les dictionnaires de référence, forcément un peu en retard sur l’évolution de la langue.

57Quant à dater le moment de cette inflexion du sens de « interrogation », la chose n’est évidement pas très aisée. Lawrence Venuti, dans la suite du même courriel, envisage que cela pourrait dater des années 70 :

  • 17 . Lawrence Venuti, échange de courriels, mercredi 10 octobre 2018.

It begins to recur, in other words, in research that aims to stage a critique of texts, arguments, institutions, whatever. And it would seem to be linked to the methods of philosophers like Louis Althusser (the formulation of the “lecture symptomale” in Reading Capital) and Jacques Derrida (the whole notion of “deconstruction”). In this sense, the word becomes invested with a conceptual density and is used repeatedly right up until the present17.

  • 18 . La première traduction d’Althusser en langue anglaise date de 1969, For Marx, trad. Ben Brewster (...)

58Nous pouvons cependant raisonnablement soutenir que cela date au moins de la traduction, par Alphonso Lingis, de Le Visible et l’invisible, en 196818, mais on sait que pour qu’une telle inflexion se produise, et soit effectivement enregistrée dans l’usage, il faut qu’elle soit déjà sourdement présente dans la langue, que la nécessité de cette extension du sens soit déjà ressentie et appelée par le mouvement des idées enté sur les nécessités de l’expression. Ce qu’il y a à dire force les rigidités de la langue, et trouve enfin la possibilité de se dire.

  • 19 . Il faudrait citer tout le passage dont est extraite cette citation, et méditer encore toute cett (...)

59Comme quoi le sens d’un terme ne réside jamais en lui-même, mais advient dans le jeu des relations et des frictions qui le portent à l’existence, ce que Merleau-Ponty développait précisément en nous indiquant que le sens d’un signe « ne se comprend que par l’interaction des signes, dont chacun pris à part est équivoque ou banal, et dont la réunion seule fait sens19 » (1960 : 53 ou 2001 : 69).

V

60Quelles sont les conséquences de ces difficultés quant à la réception, c’est-à-dire à la compréhension d’une œuvre, en l’espèce celle de Merleau-Ponty, par le lecteur non bilingue, que nous sommes tous à un moment ou un autre, celui pour lequel précisément est indispensable la traduction ?

61Sans doute devant ces variations et incertitudes des traductions, les puristes, défendant une prétendue objectivité de l’œuvre, diront qu’il convient toujours de se référer au texte initial, et de lire un philosophe, ou un poète, en sa langue originelle. Ce qui pourrait sembler juste, et demeure impossible. À suivre cette exigence, on ne philosopherait plus que dans sa langue maternelle, jamais assuré de bien comprendre une autre langue, même longuement fréquentée. Sommes-nous même certains de comprendre notre propre langue, dès qu’elle s’éloigne un peu de nous ? Nous ne pourrions plus guère lire que les textes les plus contemporains ; le français du xviie siècle nous est encore compréhensible, mais au prix d’une acclimatation quelquefois délicate, à laquelle beaucoup ne parviennent pas, et de quelques contresens dont nous n’avons pas toujours conscience. La traduction est l’indispensable véhicule de l’altérité, malgré toutes ses difficultés, et cela même si elle ne peut donner, chaque fois, qu’une version autre, et donc inadéquate, même si équivalente, du même texte.

62Et puis qui n’a jamais envisagé que nous devrions comprendre un texte exactement comme il a été écrit ? L’auteur lui-même ne sait pas très précisément comment il a été écrit, ni tout ce qu’il porte d’énigmes et d’interrogations nouvelles. Il y a là exigence, et prétention excessive et démesurée, qui pourraient conduire à une lecture de simple répétition du texte, nous deviendrions autant de Pierre Ménard. La traduction ne sera jamais le double de l’original, mais peut-être l’amorce de son dédoublement.

63Nous savons bien que lire est nécessairement interpréter, le traducteur n’est que l’interprète en premier de l’œuvre à laquelle il nous permet enfin d’accéder, tout comme aussi le commentateur, ou tout autre qui s’éveille à penser « à partir de … » cette langue, ou cette œuvre, ou cet étonnement. Rêver de recevoir le texte comme il a pu être délivré est tout simplement une chimère ; aussitôt offert au public, il n’appartient plus à son auteur, et commence une vie d’errance de cervelle en cervelle. Platon redoutait déjà de livrer un texte sans défense aux fantaisies de la lecture.

  • 20 . Nous résumons ici, trop rapidement, les principales thèses de ce qu’on désigne comme « théorie d (...)

64Le lecteur recevra le texte comme il voudra, et surtout comme il pourra, en fonction de ce qu’il en attend, de l’époque dans laquelle il baigne, de sa formation, des accidents de sa psychologie et du système de ses relations sociales20.

65Le traducteur est aussi un lecteur, ni plus ni moins qu’un autre, soumis aux mêmes difficultés de réception du texte, qu’il lit pourtant de manière très approfondie, et s’obstine à déchiffrer parce qu’il est chargé du souci et de la tâche de faire passer à d’autres ce qu’il n’est pas toujours certain d’avoir pleinement compris. Pris entre la nécessité de traduire, et la quasi-impossibilité de le faire d’une façon qui lui paraisse tout à fait satisfaisante, selon le fantasme d’offrir à lire un texte qui ne semble pas avoir été traduit, il n’en finit pas de choisir, c’est-à-dire de décider pour un autre du sens d’un texte qui pourtant ne lui appartient pas, et il le sait.

  • 21 . Nous n’inversons pas par hasard le titre de l’ouvrage de Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, P (...)

66Antoine Berman relevait déjà que la traduction se révèle comme une forme bien particulière, étrange et déstabilisante, d’un double rapport à autrui, rapport à l’auteur d’une part, auquel le traducteur doit la plus grande fidélité, et rapport au lecteur, auquel il doit la plus profonde sincérité. En chaque relation se joue un étrange déplacement de gravité, une curieuse dépossession de soi, volontaire et maîtrisée, dans laquelle il s’agit de faire advenir un autre comme soi-même21.

67On dira encore que tout dépend du public visé. Mais qui détermine – et comment – le profil de ce public ? C’est l’occasion de toute une collection de préjugés, d’approximations, d’opportunités, d’élans sincères, et de petits calculs. Et comment le public, en retour, saura-t-il qu’il est celui visé ? Celui qui devrait se résigner à ne recevoir qu’une version préméditée de l’œuvre, ajustée à ses capacités et à ses intérêts présumés, exprimés et symbolisés par tout un arsenal de signes exogènes comme le style de la couverture de l’ouvrage, la qualité du papier et de la reliure, le prestige de la collection ou de l’éditeur.

68Ce que reçoit le lecteur est tout cet ensemble composite, fait de la partition initiale et de son interprétation par un traducteur, à laquelle il surajoute la sienne propre, selon le désordre de sa propre conquête de l’œuvre. Le texte prolifère, non par lui-même, mais par les relations dans lesquelles on l’insère, son sens se transforme, et l’effet qu’il produit est finalement indécidable, même, et peut-être surtout, pour celui qui s’expose à son œuvre au point, parfois, d’en ressortir autre. Le lecteur, et donc aussi le traducteur, est finalement moins sensible à ce que dit effectivement le texte qu’à ce qu’il doit y investir de lui-même pour en parer les brûlures et les surprises, en combler les lacunes, les fractures, les silences, et les appels muets.

VI

69« Interrogation », plus généralement, au sens où Merleau-Ponty le conduit, ne dit pas autre chose que cette disponibilité et cette ouverture à un être qui s’obstine, et se tait, et nous retourne le sentiment de notre fragilité.

70L’être n’est pas bavard, on ne peut en attendre une réponse précise ou définitive. L’être se réserve, aucun point final ne se profile, et la parole sans cesse doit se reprendre et se reconstruire, n’en finissant pas d’esquisser, par petites touches, les contours d’un être avare de ses manifestations, mais néanmoins manifeste dans la richesse et la variété des phénomènes. Il n’est donc pas question d’adéquation ou de coïncidence, et la philosophie est, pour Merleau-Ponty, envisagée comme profondément interrogative, au point d’interroger le sens d’être de la question même qui interroge, repoussant toute tentation de clôture, capable ainsi d’une involution réflexive qui ne soit pas simple ressassement de soi ou contemplation pétrifiée, mais ouverture et dépassement par un jeu permanent de déhiscence, au courant de laquelle une chair s’ouvre, et se découvre corps dans un monde qui se dispose enfin là-devant, complice et adversaire.

71À Descartes qui considère le cogito comme une pleine certitude et la pensée comme une totale « possession de soi » (Merleau-Ponty, 1996 : 130), il oppose ainsi une démarche de rupture, ouverte, et capable même de rendre au cogito sa dimension interrogative et de vivre l’interrogation « comme manière d’exister (et non comme opération de pensée ou opération de parole) » (ibid. : 129).

72La philosophie pour Merleau-Ponty ne s’accomplit donc pas en martelant une thèse dont l’être serait l’objet, elle se maintient dans l’interrogation et l’ouverture, elle est disponible encore pour interroger toujours, et déceler au cœur du visible sa charge et sa puissance d’invisible.

73C’est également à l’être, sous l’avatar réduit du texte, que s’affronte le traducteur. Pas moins que le philosophe devant l’être en sa généralité, il ne peut manquer de s’interroger, tentant de saisir ce qui sans cesse tout à la fois se distille lentement et se dérobe, puis se révèle et s’accomplit en cette version autre qu’il est, en sa qualité de traducteur, en responsabilité de délivrer. Et pas plus que le philosophe n’espère donner de l’être le dernier mot, il ne peut, en dépit de son espoir d’une traduction parfaite, ignorer l’écart irréductible qui se révèle et grandit, au creux et au long de son travail, entre le texte propre et ce texte autre qu’il finit cependant par regarder comme sa meilleure réussite. Ce que notait Donald Landes en conclusion de sa « Translator’s introduction »: « Phenomenology of Perception is indeed a classic text, as in a text that can be returned to again and again, that upon a first reading reveals to us what we had been waiting for, and upon a later reading surprises us with new insights and unexpected reverberations » (XLVI). Le traducteur ne peut aller au-delà, « c’est ce deuil de la traduction absolue qui fait le bonheur de traduire » (Ricœur, 2004 : 19). Il lui faut considérer sa traduction non comme la version définitive d’un texte autre rendu à lui-même en une langue nouvelle, mais comme une interrogation silencieuse qui offre à ce texte une nouvelle respiration, et de nouveaux espaces de conquête, et vivre ce bonheur de traduire comme la possibilité d’offrir à entendre enfin, dans ce qui est autrement dit, le chuchotis d’un nouvel indicible.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Merleau-Ponty, Maurice, 1945, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard. [PP] Nous citons dans cette édition originale, reprise avec la même pagination en collection TEL, Gallimard. Une nouvelle édition, avec quelques corrections mineures, et une nouvelle pagination, existe en collection TEL, Gallimard, depuis 2005. L’édition de ce texte dans Merleau-Ponty, Œuvres, Paris, Gallimard, Quarto, 2010, présente encore une autre pagination.

, 1962, Phenomenology of Perception, trad. Colin Smith, Londres, Routledge.

, 2014 [2012], Phenomenology of Perception, trad. Donald A. Landes, Londres / New York, Routledge.

, 1964, Le Visible et l’invisible, Paris, Gallimard. [VI].

, 1968, The Visible and the Invisible, trad. A. Lingis, Northwestern University Press. [VI].

Ouvrages et articles

Berman, Antoine, 1995, L’Épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard.

Husserl, Edmund, 1947, Méditations cartésiennes, trad. Gabrielle Pfeiffer et Emmanuel Lévinas, Vrin, ou bien 1994, trad. Marc de Launay, Presses universitaires de France.

Johnson, Galen A., 1996, The Merleau-Ponty Aesthetics Reader, Evanston, North Western University Press.

Landes, Donald A., 2013, The Merleau-Ponty Dictionary, Londres / New York, Bloomsbury Academic.

Merleau-Ponty, Maurice, 1960, « Le langage indirect et les voix du silence », in Signes, Paris, Gallimard, p. 49-104, rééd. Folio Essais, 2001, p. 63-135.

, 1996, Notes de cours, 1959-1961, Paris, Gallimard.

Noble, Stephen, 2018, « The Language of Philosophy and the Challenges of Translation », in Wrobel, Claire (éd.), Traduction et philosophie, Paris, Éd. Panthéon-Assas, p. 121-135.

Ricœur, Paul, 2004, Sur la traduction, Paris, Bayard.

Venuti, Lawrence, 2008 [1995], The Translator’s Invisibility. A History of Translation, Londres / New York, Routledge.

Wrobel, Claire (éd.), 2018, Traduction et philosophie, Paris, Éd. Panthéon-Assas. [TP]

Dictionnaires

Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1992.

Le Grand Robert de la Langue Française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2001.

Encyclopedia Britannica, 2007.

Shorter Oxford English Dictionary, Oxford University Press, 2007. [SOED]

The Oxford English Dictionary, Oxford University Press, 1989. [OED]

Trésor de la Langue Française informatisé, http://www.atilf.fr/tlfi.

Webster’s Third New International Dictionary of the English Language, unabridged, Chicago, Encyclopedia Britannica Inc, 1981. [Webster’s]

Haut de page

Notes

1 . Paru chez Gallimard, Paris, 1945 (désormais abrégé PP).

2 . Article publié dans l’ouvrage Traduction et philosophie, Wrobel (éd.), 2018 (abrégé TP). Article rédigé en anglais, nous avons traduit les citations.

3 . Paris, Gallimard, 1964 (désormais VI).

4 . On notera, dans la suite de cet article, le terme français « interrogation » en caractères droits, et le terme anglais « interrogation » en caractères italiques.

5 . Trad. A. Lingis, Northwestern University Press (abrégé VI).

6 . Professeur émérite, Pennsylvania State University, traducteur de Emmanuel Lévinas, Maurice Merleau-Ponty et Pierre Klossowski.

7 . Dictionnaire historique de la langue française.

8 . http://www.atilf.fr/tlfi. (Les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 20 août 2019.)

9 . Le TLFi mentionne un glissement en ce sens chez Mme de Staël (1807), et chez Gide (1924).

10 . « One of the first motivations for a new translation was the previous translator’s non-systematic treatment of Merleau-Ponty’s use of sens and signification. », id., « Translator’s Introduction », p. xlviii. Faut-il y voir une manifestation de ce que note Paul Ricœur : « C’est dans la retraduction qu’on observe le mieux la pulsion de traduction entretenue par l’insatisfaction à l’égard des traductions existantes. » ? (2004 : 15)

11 . On peut éventuellement ajouter deux autres traductions, d’abord la révision de celle de Colin Smith par Forrest Williams, en 1981, et une traduction non publiée, due à Richard Rojcewicz (Duquesne University, surtout traducteur de Heidegger), signalée par Shaun Gallagher dans la note 1 d’un article de Topoi (2010) 29, 183-185, « Merleau-Ponty’s Phenomenology of Perception ».

12 . Nous donnons le texte original et les deux traductions en mettant en caractères gras le terme « interrogation » et ses traductions, pour en faciliter le repérage.

13 . Edmund Husserl, Méditations cartésiennes, « Deuxième Méditation ». L’expression est la contraction couramment admise de « Tout état de conscience en général est, en lui-même, conscience de quelque chose », selon Pfeiffer et Lévinas (1947 : 28) ; M. de Launay traduit un peu différemment : « Tout vécu de conscience en général, est en lui-même conscience de ceci ou de cela. » (1994 : 77).

14 . Désormais MPD.

15 . MPAR : The Merleau-Ponty Aesthetics Reader ; VI : The Visible and the Invisible.

16 . Abrégé TI.

17 . Lawrence Venuti, échange de courriels, mercredi 10 octobre 2018.

18 . La première traduction d’Althusser en langue anglaise date de 1969, For Marx, trad. Ben Brewster, Londres, Allen Lane, Derrida sera traduit en anglais en 1973, Speech and Phenomena and Other Essays on Husserl’s Theory of Signs, trad. David Allison, Northwestern University Press.

19 . Il faudrait citer tout le passage dont est extraite cette citation, et méditer encore toute cette magistrale réflexion sur le langage.

20 . Nous résumons ici, trop rapidement, les principales thèses de ce qu’on désigne comme « théorie de la réception ».

21 . Nous n’inversons pas par hasard le titre de l’ouvrage de Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, même si celui-ci ne fait qu’effleurer cette possibilité dans ses remarques sur la traduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Boisseau et Maryvonne Boisseau, « « Interrogation » dans les traductions en langue anglaise de Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty », Palimpsestes, 33 | -1, 120-135.

Référence électronique

Denis Boisseau et Maryvonne Boisseau, « « Interrogation » dans les traductions en langue anglaise de Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty », Palimpsestes [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/4301 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.4301

Haut de page

Auteurs

Denis Boisseau

Philosophe, il a soutenu une thèse sur L’Ambiguïté et la réserve dans la philosophie de Merleau-Ponty en 1995 et commis quelques articles publiés dans la revue La Licorne (Presses universitaires de Rennes).

Maryvonne Boisseau

Professeur émérite de l’université de Strasbourg (EA 1339 Linguistique, Langues, Parole), poursuit une recherche qui, depuis longtemps, articule les domaines de la linguistique, de la traduction et de la poésie. Elle a récemment publié : « (Im)possible coïncidence des textes : l’ordinaire de la création – “The Sea in Winter” / “La mer hivernale” (Derek Mahon/Jacques Chuto) », in Laurence Belingard, Maryvonne Boisseau, Maïca Sanconie (éds), Meta, La traduction littéraire comme création, vol. 62, n° 3, 2017, Les Presses de l’université de Montréal ; « L’empirique, le formel et… la poétique », in Sandrine Bédouret-Larraburu & Christine Copy (éds), L’Épilinguistique sous le voile littéraire. Antoine Culioli et la TO(P)E, Pau, Presses de l’université de Pau et des Pays de l’Adour, 2018 ; « Étude contrastive anglais-français de noms d’humains dans un corpus contraint », in Catherine Schnedecker (éd.), Dire l’humain. Les noms généraux dénotant les humains, Linx 76 / 2018, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals