Navigation – Plan du site
II. « Intraduisibles » de la phénoménologie française

Traduire Henri Maldiney : conditions d’une réception en anglais

Bénédicte Coste
p. 136-152

Résumés

Cet article porte sur la traduction multilingue de l’œuvre du philosophe français Henri Maldiney (1912-2013). Quelles sont les conditions de traduction d’une œuvre philosophique nourrie de multiples corpus et transdisciplinaire ? Plus précisément, nous tentons de répondre aux questions suivantes : pourquoi traduire Maldiney ? Qui traduit Maldiney ? Chez quel éditeur ? À partir de quel corpus, si l’on songe que ses œuvres complètes sont en cours de réédition depuis 2012 ? Cette réédition et l’arrivée d’une nouvelle génération de lecteurs ont stimulé des traductions partielles en allemand, italien, japonais, russe et portugais, assorties de réflexions traductologiques. Les diverses traductions de Maldiney permettent d’examiner les conditions de diffusion d’une œuvre philosophique dans d’autres langues : outre le corpus, le capital symbolique, les enjeux financiers apparaissent primordiaux dans le système éditorial animé par la rentabilité.

Haut de page

Notes de l’auteur

[Tous les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 20 août 2019.]

Texte intégral

1Comme le montre le colloque qui lui a été consacré à Cerisy en 2015, le philosophe Henri Maldiney (1912-2013) s’impose actuellement comme l’un des penseurs et des phénoménologues majeurs du xxe siècle1. Au carrefour de la philosophie, de la psychopathologie et de l’esthétique, ayant contribué au « tournant esthétique de la phénoménologie » (Saison, 1999), son œuvre connaît une diffusion grandissante au sein de l’université française, mais demeure encore peu traduite. Ce qui suit n’a pas pour objectif de proposer une traduction d’un texte ou d’un fragment : il s’agit d’une réflexion sur les conditions de traduction d’un penseur polyglotte, pour lequel la langue est un matériau ontologique, à une époque de spécialisation disciplinaire, de reflux du marché de la traduction des textes philosophiques lié à la concentration du monde éditorial déjà largement commentée (Schiffrin, 1999). Nos références théoriques sont principalement celles de la sociologue de la traduction Gisèle Sapiro (2008, 2009) enrichies par la table ronde tenue lors du colloque TRACT (EA Prismes, Sorbonne Nouvelle) le 13 octobre 2018. Cette table ronde a fourni un éclairage supplémentaire sur la traduction de certains auteurs et procédés en SHS. S’appuyant sur le rôle des « agents » de la circulation des textes (institutions, auteurs, éditeurs et critiques) et sur des données quantitatives (Index translationum2, catalogues d’éditeurs, statistiques de ventes) et qualitatives (auto/biographies, archives, interviews, comptes rendus et manifestations culturelles et scientifiques), G. Sapiro repère des facteurs politiques, économiques, culturels et sociaux expliquant les conditions de circulation des œuvres littéraires et, plus récemment, des écrits en sciences humaines et sociales (Sapiro, 2016).

2Les facteurs politiques relèvent des États-nations, de leur législation, de l’existence possible d’une censure, et des politiques de soutien à l’édition et à la traduction. Les facteurs économiques sont induits par la loi de la rentabilité, et la polarisation actuelle de l’édition entre grosses et petites structures éditoriales, ces dernières souvent animées par la logique spécifique des champs culturels privilégiant la reconnaissance symbolique sur la rentabilité et les considérations intellectuelles sur les considérations économiques. Les facteurs sociaux relèvent des logiques de relations de pouvoir entre différents groupes et, comme le rappelle Rafael Y. Schögler, de l’accumulation de capital culturel des agents de la traduction (Schögler, 2017). G. Sapiro n’est pas la seule à souligner que la logique de marché prévaut actuellement sur les hiérarchies culturelles et éducatives ; l’imitation, soit la traduction de textes favorablement accueillis par le public source, caractérise le marché global et concurrentiel, alors que certaines normes du marché éditorial de niche privilégient une logique de différentiation dont peuvent bénéficier les écrits en SHS. C’est à la lumière de ces paramètres que le cas d’Henri Maldiney permet de voir se dégager les perspectives liées à la traduction de ses textes, laquelle est encore inchoative. Par ailleurs, l’apport potentiel de la traductologie, aux côtés de celui des théoriciens de plusieurs disciplines pour un semblable projet, mérite d’être souligné et fait souvent l’objet d’une réflexion de la part des traducteurs de Maldiney, lesquels savent sans toujours l’expliciter que la traduction en SHS est une modalité de « l’innovation intellectuelle » (Rochlitz, 2001 : 72).

Pourquoi traduire Maldiney ?

  • 3 . Voir Maldiney et Kuhn, 1971, « Préface ».
  • 4 . Pour une liste plus complète, voir https://henri-maldiney.org/ouvrages.
  • 5 . Par exemple, Maldiney, du Bouchet, Kuhn & Schotte, 2001, Existence : crise et création,.

3Dans son introduction à la philosophie de Maldiney, Jean-François Rey rappelle le parcours professionnel de ce normalien, prisonnier de guerre en Allemagne avant d’intégrer l’Institut français de Gand où il rencontre Jacques Schotte qui le met en contact avec Ludwig Binswanger et Roland Kuhn3, lesquels lui ouvriront leur clinique de Kreuzlingen-Müsterlingen à Zurich. Maldiney enseigne la philosophie à l’université de Lyon dans les années 1970 et 1980, tout en intervenant auprès des patients de l’hôpital du Vinatier à Lyon à travers la présentation d’œuvres d’art moderne. Son enseignement à Gand, puis à Lyon constitue ce que B. Rigaud appelle son « œuvre orale » (2012 : 8) ; son œuvre publiée commence par des articles sur l’art dans des revues spécialisées, dès la fin des années 1940, de substantiels articles dans des revues de philosophie à partir de 1961 (Maldiney, 1961), avant un premier recueil d’articles, Regard Parole Espace (Maldiney, 1973), un ouvrage, Le Legs des choses dans l’œuvre de Francis Ponge (Maldiney, 1974), et une monographie, Aîtres et demeures de la pensée (Maldiney, 1975), les deux aux éditions l’Âge d’Homme. À partir des années 1980, la publication très resserrée de neuf ouvrages4 lui permet d’atteindre un certain « seuil de consécration » (Sapiro [éd.], 2012 : 22). Art et existence (Maldiney, 1986) traite d’art (Sylvain Fusco, les Sung), de poésie (Hölderlin, Du Bouchet), et de psychologie. Penser l’homme et la folie (1991) traite de psychopathologie ; L’Art, l’éclair de l’être (Maldiney, 1993) reprend une série d’articles sur l’art ; Le Vouloir-dire de Francis Ponge (1993) est consacré à un poète pour lequel Maldiney entretient un fort intérêt. Aux déserts que l’histoire accable : l’art de Pierre Tal-Coat (Maldiney, 1995) est consacré au peintre et à l’ami personnel. Avènement de l’œuvre (Maldiney, 1997) et Ouvrir le rien l’art nu (2000) seront ses derniers grands ouvrages, ponctués par L’Avènement de la peinture dans l’œuvre de Bazaine (Maldiney, 1999) et In media vita (Maldiney, 1988) évoquant l’expérience intime de la défaite de 1940. Simultanément, Maldiney a continué de publier de nombreux articles dans des ouvrages collectifs de philosophie5, des revues de psychiatrie ou d’art, et sa bibliographie complète demeure encore à faire. Certains de ses ouvrages sont épuisés, d’autres, portant principalement sur l’art, ont eu des tirages limités (L’Avènement de la peinture dans l’œuvre de Bazaine), et les titres n’indiquent qu’obscurément la variété des intérêts du philosophe et son orientation transdisciplinaire rayonnant à partir d’un ancrage philosophique indéniable. Par ailleurs, Maldiney n’a pas dédaigné la réflexion sur l’acte de la traduction qu’il conçoit comme une activité ontologiquement poétique (Félix & Grosos [éds], 2010 : 33-55).

  • 6 . Voir Meitinger, 2002 ; Younès, 2007 ; Félix & Grosos, 2010 ; Rigaud, 2012 ; Rey, 2014 ; de Gramo (...)
  • 7 . http://www.henri-maldiney.org/la-vie-associative.
  • 8 . « Atelier des thèses : doctorants et jeunes docteurs », Younès et Frérot (éds), 2016 : 435-533.

4Depuis une vingtaine d’années, le nombre d’ouvrages et d’articles qui lui sont consacrés s’accroît6. En 1990, le premier colloque sur sa pensée se tient en sa présence avec quelques-uns de ses anciens étudiants et de ses plus proches amis (Charcosset [éd.], 2001) : Jacques Schotte, André du Bouchet, Roland Kuhn. En 2010, la très active Association internationale des amis d’Henri Maldiney, créée en 20077, organise un colloque à Lyon (Charcosset, 2012). En 2012, elle organise une journée d’études à la faculté de Philosophie de l’université Jean-Moulin, et deux journées d’études à Paris, en partenariat avec les Archives Husserl (Barbaras et al., 2014), pour célébrer le centenaire du philosophe. Un colloque, « Henri Maldiney : un siècle de philosophie », s’est tenu à l’Institut catholique de Paris, les 11 et 12 janvier 2013, un autre s’est déroulé à Cerisy en 2015. Parus en 2016, les actes incluent une section d’articles de doctorants8 et une série d’articles sur les enjeux de sa réception au Japon, en Pologne et sur la traduction de certains textes en allemand (Till Grohmann, 2016 : 383-388) et en russe (Svetlana Sholokhova, 2016 : 427-31).

  • 9 . Titres parus : L’Art, l’éclair de l’être, 2012 ; Aîtres de la langue et demeures de la pensée, 2 (...)

5Autre fait notable : depuis 2012, les œuvres dites complètes9 de Maldiney sont progressivement rééditées sous la direction de Christian Chaput et Philippe Grosos aux éditions du Cerf. C’est dans ce contexte favorable de reconnaissance qu’apparaissent les premières traductions. Sont traduits en allemand son grand texte « Comprendre » (Maldiney, 2006), ainsi que « L’Esthétique du rythme » (Maldiney, 2007a : 47-76) et un choix de textes sur l’art (Maldiney, 2011b : 221-272). D’autres traductions vers diverses langues, généralement faites par des universitaires, sont en cours, si l’on en croit Éliane Escoubas, philosophe et membre de l’AIHM, en 2014 :

  • 10 . Maude Dalla Chiara a soutenu sa thèse devant un jury où siégeait Maldiney, voir Maude Dalla Chia (...)

En Italien, il y a déjà au moins une traduction, « Existence, crise et création », par Maude dalla Chiara10 et éditée chez Mimésis. On peut demander à Mimésis de faire d’autres traductions.

Pour l’allemand, voir Samuel Thoma que nous avons rencontré à Cerisy et qui va traduire « Événement et psychose ».

En portugais, une traduction de « Penser l’homme et la folie » a démarré, mais est-elle toujours en piste ?

En espagnol, Ricardo Tejada Minguez (M.C. à l’université du Mans) a pris contact avec E. Escoubas, mais désire-t-il traduire lui-même ? à suivre. (Escoubas, 2014).

6Ce compte rendu fait état de projets de traductions, principalement de textes portant sur la psychopathologie, auquel il faut ajouter la traduction par Federico Leoni du recueil Penser l’homme et la folie en italien chez Einaudi (Maldiney, 2007b) et sa traduction de « De la transpassibilité » chez Mimesis (Maldiney, 2004). En allemand, Till Grohmann et Samuel Thoma viennent tout juste de traduire « Drei Beiträge zum Wahnsinn » (Maldiney, 2018). Les premières traductions de Maldiney sont donc multilingues et partielles, favorisant de ce fait un aspect de sa pensée au détriment d’un autre et donc infléchissant sa réception.

  • 11 . « ces procédés éditoriaux [compilation de textes] décident d’année en année du destin américain (...)
  • 12 . Maldiney, 1966, 2006, 2007a, 2011a.
  • 13 . Maldiney, 2002, 2004, 2012.
  • 14 . Maldiney, 1987. Selon Yasuhiko Murakami, quatre études parues entre 2007 et 2013 attestent de sa (...)
  • 15 . Maldiney, 2014.
  • 16 . Maldiney, 1982, 1989a, 1994, 2001-2004.

7Cette situation n’est pas exceptionnelle : nombre de philosophes français ont vu leurs textes progressivement traduits et parfois compilés, généralement par des collègues soucieux de diffuser leur pensée chez des éditeurs ou dans des revues universitaires11. Maldiney ne semble toutefois pas encore bénéficier de « l’effet Mathieu » où sont automatiquement traduits les grands noms (Sapiro [éd.], 2012 : 10). Le site de l’AIHM recense plusieurs traductions partielles en allemand12, italien13, japonais14 et russe15. Les traductions en portugais sont exclusivement liées à sa critique d’art16 et à différentes manifestations artistiques à São Paulo et en France, et elles sont le fait de son ancien doctorant, Nelson Aguilar (1984). Une traduction d’un de ses premiers textes, « L’esthétique des rythmes », par la philosophe argentine Guadalupe Lucero a été publiée en ligne en 2016. Aucune traduction complète n’a été entreprise en anglais, situation paradoxale, sans doute parce que Maldiney cite peu la philosophie ou la psychologie d’expression anglaise, son tropisme intellectuel se portant plutôt vers la philosophie et la langue allemandes.

  • 17 . C’est le cas de Maldiney, 1990 : L’Espace du livre, livre d’artiste tiré à 350 exemplaires. Exis (...)

8Si l’on suit Sapiro, en dépit de la relative désaffection des lecteurs contemporains pour les textes philosophiques, la possibilité de traduction de Maldiney semble bonne : il a rédigé en français, langue centrale dans le marché de la traduction, et sa réception critique témoigne de l’accumulation d’un capital symbolique dans le domaine de la philosophie ces dernières années. Autre facteur encourageant quoiqu’à contre-courant de la prédilection des éditeurs pour des monographies en philosophie : à l’exception d’Aîtres de la langue et demeures de la pensée, ses écrits, allant de quelques pages à une cinquantaine de pages pour les articles philosophiques, sont d’abord parus en revue avant d’être rassemblés en recueils. Ce mode de publication plaide pour une série de traductions, sans doute plus aisée et moins coûteuse que celle d’une monographie, et ce, d’autant plus que l’édition dite complète est destinée à remettre en circulation des textes parus dans des ouvrages d’art ou des revues épuisées17 et à donner une plus grande visibilité à des recueils originairement parus chez des éditeurs spécialisés et/ou régionaux (Klincksieck, Encre Marine) et moins bien diffusés.

9La question de la traduction se révèle solidaire de celle du corpus : quels textes traduire puisque la revue de l’AIHM L’Ouvert, créée en 2008, continue de publier les derniers textes de Maldiney (Maldiney, 2016a ; Maldiney, 2016b), ce qui est loin d’épuiser la totalité d’écrits parus dans nombres de recueils, dont ceux qui lui rendent hommage ? Très courts, ceux-ci soulèvent la question des droits de reproduction, et leur traduction éventuelle relève sans doute moins de politique stricto sensu que de considérations juridiques. Inversement, deux autres facteurs internes expliquent la possibilité d’un relatif désintérêt des éditeurs étrangers et des traducteurs : la pensée maldinienne est distincte de celle des penseurs regroupés sous l’appellation de French Theory sans pour autant relever de la philosophie analytique ; son écriture est complexe, poétique, non seulement dans son contenu mais dans sa forme ; elle fait appel à de nombreuses citations, principalement en grec et en allemand (l’anglais est quasiment absent), elle abonde en néologismes exprimant une création conceptuelle endurante. À ce titre, sa traduction pose des problèmes exemplaires, quelle que soit la langue vers laquelle on traduit Maldiney. Et ceux-ci s’incarnent dans les séminaires qui lui sont épisodiquement consacrés.

Qui traduit Maldiney ?

10Les projets et les séminaires de traduction de Maldiney sont majoritairement portés par des universitaires de sexe féminin alors que les monographies et les recueils d’essais qui lui sont consacrés sont majoritairement publiés par des hommes18. La question du genre se pose donc, à la fois parce qu’elle est absente de la pensée de Maldiney qui conçoit le sujet dans son ouverture et comme ouverture plutôt qu’à travers le prisme de l’identité, et parce que le genre du traducteur est un aspect clé sur lequel la sociologie apporte des éclairages intéressants. Sous la direction de Flora Bastiani et de Till Grohmann, le premier séminaire (2011-2012) à l’université Jean-Jaurès de Toulouse mêlait recherche et traduction en se concentrant sur un texte clé : « De la transpassibilité19 », afin de « produire des traductions dans différentes langues » (Bastiani, 2016 : 377). Les interventions de spécialistes précédaient des « Tables rondes des traducteurs » et nombre d’intervenants ont en effet traduit et publié certains écrits par la suite (Svetlana Sholokhova, Federico Leoni, Till Grohmann). Lors de sa seconde année, toujours à Toulouse, le « Séminaire de Recherche et de Traduction Henri Maldiney du 1er décembre 2012 au 4 juin 2013 » s’est déroulé cette fois sans inclure d’autre traducteur et spécialiste que Federico Leoni. Il n’a pas été reconduit par manque de financement20 et parce que ses animateurs n’étaient plus doctorants.

11Le cas de la présentation en anglais de Maldiney, « Hommage to Henri Maldiney for the anniversary of his death 2014 » (Maldiney, 2014a), par le binôme Thoma est exemplaire de cette division genrée puisque Samuel Thoma, chercheur et interne-clinicien psychiatre à la faculté de psychiatrie de Rüdersdorf (université médicale de Brandebourg), le rédige et que sa sœur, Johanna Thoma, enseignante-chercheuse en économie à la London School of Economics, le traduit en anglais. Ce sont principalement des collègues masculins qui dirigent les associations et animent les réseaux où se diffusent la pensée et l’héritage intellectuel de Maldiney et qui établissent les éditions critiques devenues nécessaires du fait de la difficulté que posent des textes soutenus par une très grande érudition philosophique difficilement recevable en ces temps de spécialisation accrue. Cette répartition semble étonnante à l’heure d’une plus grande parité dans les études doctorales, et elle est sans doute appelée à évoluer (Younès & Frérot [éds], 2016 : 435-533).

12La question de la formation des traducteurs de Maldiney, de leur affiliation universitaire et à des disciplines est cruciale. La question « comment traduire Maldiney » se redouble d’un « qui peut traduire Maldiney ? » Un philosophe ? Un ou des locuteurs natifs ? Pourrait-on envisager un projet à plusieurs voix, un projet transdisciplinaire regroupant philosophes de plusieurs spécialités, traducteurs et traductologues ? La qualité des traductions est un facteur non négligeable : traduire le grand écrivain qu’est Maldiney est un défi. Ses écrits se nourrissent de la philosophie grecque et allemande (Husserl, Heidegger), de l’analyse existentielle et de la psychanalyse (Binswanger) ; ils témoignent également d’une diversité d’intérêts pour les arts et la poésie du monde entier et de toutes les époques. Son corpus théorique et artistique extrêmement riche nécessite la participation active des philosophes, comme l’a démontré le séminaire de 2011-2012, mais les psychiatres et les historiens de l’art ou de l’esthétique auraient à apporter leur expertise comme l’a montré le séminaire de 2012-2013.

13Quelle peut être alors la place d’un traducteur professionnel ? L’exemple de l’agence de traduction Cadenza21, spécialisée en traduction de textes de SHS, est éclairant : pour chaque texte, l’agence fait appel à un spécialiste universitaire puis à un traducteur natif avant une relecture par un réviseur, procédé généralement adopté par les éditeurs publiant des textes traduits en SHS. L’agence travaille également en partenariat avec l’auteur parfois appelé à préciser sa pensée22. Lors de la table ronde du colloque TRACT le 13 octobre 2018, Sophie Bancquart, responsable des éditions du Pommier, a souligné la nécessité d’avoir un bon traducteur aux dépens d’un spécialiste des écrits de Michel Serres, par exemple, pour obtenir un texte plus facilement lisible par les lecteurs des pays anglophones, faisant prévaloir une perspective cibliste. Ses propos recoupent les entretiens auprès des éditeurs cités par G. Sapiro ([éd.] 2012 : 255). T. Grohmann choisit à son tour une perspective cibliste : « m’occuper davantage du contenu doctrinal, bien que cela implique parfois que je doive réduire la polysémie de l’expression originale à un sens unique » pour sa traduction de « De la transpassibilité », non sans remarquer que la traduction, parce qu’elle se fonde sur la parole au sens maldinien, transmet « quelque chose de l’ordre de l’événement de la compréhension » (Grohmann, 2016 : 384), et que la traduction est plus qu’un simple texte : elle infléchit la réception.

  • 23 . « little recognition… in Anglo-Saxon philosophy and psychopathology » (S. Thoma, 2014a : np).
  • 24 . Une notice en anglais lui est consacrée, voir Escoubas, 2010 : 193-196. Voir également Célis & Z (...)

14L’alliance entre spécialiste universitaire et traducteur est partiellement illustrée par le binôme Thoma : traduit par Johanna, le texte de Samuel est un hommage à Maldiney doublé d’une présentation de certaines de ses thèses pour un public anglophone dont l’auteur avoue qu’il ne connaît pas Maldiney23. Ce texte concis, que l’auteur a depuis remanié et soumis à une revue américaine spécialisée, est vraisemblablement le premier texte d’importance en anglais consacré à Maldiney24. Traduisant et citant à partir du français et des traductions en allemand, le binôme Thoma se voit placé dans la situation d’avoir à proposer la traduction en anglais de concepts et d’expressions maldiniennes après des explications renvoyant aux ouvrages du philosophe. Les expressions transpassibilité, pathique, événement, l’Ouvert deviennent ainsi respectivement : transpassibility, pathic, event, openness.

15Ces propositions semblent et sont sans doute correctes, bien que la dernière soit sujette à caution en raison de la possibilité d’ambiguïté pour un lectorat susceptible de confondre la capacité intellectuelle et morale désignée en anglais par opennness et la situation ontologique du sujet tel que le conçoit Maldiney et qui semble appeler plutôt un adjectif substantivé : the open/Open. La traduction de transpassibilité, notion maldinienne fondamentale, donne lieu à une explicitation du terme retenu en anglais :

“transpassibilité”. “Passible” is the French word for “liable”. The prefix “trans-” indicates the fact that “transpassibility” should be understood as a fundamental property that takes part in every experience and is not only limited to certain experiences or circumstances. The rather jurisdictional term “liable” (fr. passible) describes the above well: When we are legally liable to a fine, we are on the one hand passively in charge of it and on the other hand, we actively have to carry out that charge by responding to the fine.(Thoma, 2014a: np)

16Parce qu’elle est la première, cette explicitation prend date pour un futur projet : comme toute première traduction, elle offre « l’unique possibilité d’avoir la maîtrise de la première lecture (la traduction en elle-même) d’une œuvre dans une certaine langue » (Schlöger, 2017). On peut cependant opposer la traduction quasi directe du terme effectué par le binôme Thoma à la traduction en russe de Svetlana Sholokhova, participante du séminaire de F. Bastiani et T. Grohmann, dans le cadre d’un projet de traduction de textes issus de la phénoménologie française avec Anna Yampolskaya (Sholokhova & Yampolskaya, 2014). Comment traduire le néologisme transpassibilité, se demande S. Sholokhova, sans comprendre « le sens même de la transpassibilité qu’il s’agissait de saisir à travers la création de son équivalent russe » (Sholokhova, 2016 : 428) ? La traductrice rejette les gallicismes et anglicismes abondant dans la philosophie russe et fait le choix d’un néologisme après un détour par le français, le grec d’Aristote, le « pathique » du psychiatre d’origine allemande Erwin Strauss (référence maldinienne clé), renvoyant au « pathos » en grec et à la « passion » en français afin de traduire d’abord passible et impassible en russe. Elle se tourne ensuite vers le préfixe trans- afin de choisir un préfixe russe qui ne soit toutefois pas équivalent au grec meta. Sa proposition, sverkhstrastnost, est cependant proche d’un autre terme russe désignant une personne « fougueuse et passionnée » (ibid. : 431), mais sans ambiguïté avec le néologisme maldinien par ailleurs repris par d’autres phénoménologues (M. Richir) ou penseurs (B. Begout, C. Romano).

17S. Thoma procède différemment : une partie de son texte est consacrée à présenter plus précisément ce que Maldiney nomme « transpassibilité » et, comme c’est le cas d’autres expressions, J. Thoma traduit de très courtes phrases ou propositions de Maldiney, s’en tenant, avec raison, à la production la plus simple du philosophe, loin de ses audaces lexicales et grammaticales. La traduction d’expressions philosophiques se fonde ici sur l’usage attesté par la traduction d’autres philosophes: « Moreover, “world” in phenomenology is generally thought of as something we experience in a pre-reflective and bodily way and always in some mood (Heidegger, 2006, S. 134-144; Merleau-Ponty, 1976; Fuchs, 2000). » (Thoma, 2014a : np) Il en va de même de la poésie lorsqu’elle est citée par Maldiney : les éditions reconnues en anglais sont alors insérées.

18La traduction en anglais s’effectue donc soit à partir des termes français, soit de leur traduction en allemand. Souvent, cette dernière donne lieu à la mention de son équivalent en français « “foundation” (fr. fond) » ; « an “event” (événement) » ou d’une glose, comme c’est le cas d’un autre terme clé auquel Maldiney donne un sens précis ainsi glosé :

Maldiney sees the term “présence” in its Latin meaning (prae-sens) indicating a sense of an entity being “ahead of itself” (“être à l’avant de soi”). He often associates the word présence with the French word “pressentir” which means “to sense” or “to anticipate in an emotional way” (idem, p. 54). Consequently for Maldiney the word “présence” indicates that we are “ahead of ourselves” in the unknown foundation of our world in a pathic and sensual, and not in a cognitive way. (ibid.)

19Si le philosophe peut souligner la valeur cardinale de la « présence » et retracer l’évolution de son sens au cours de l’œuvre maldinienne, le traductologue aurait quelques réflexions à apporter sur la glose dont elle fait l’objet et sur d’autres choix de traductions (being present, voir le néologisme presentness), peut-être soutenu par une perspective cibliste. Il soulignerait par ailleurs que la traduction de fragments induite par l’exercice du texte de présentation obère ici le questionnement sur une traduction en anglais d’un texte complet.

20Confronté à la tâche de traduire le terme en allemand pour une traduction de « De la transpassibilité » (Maldiney, Penser l’homme et la folie, 1991), Till Grohmann commence par rappeler l’exigence de suivre quelques « normes formelles de scientificité, ce qui l’engage souvent dans des recherches assez minutieuses et déplaisantes » (2016 : 385) avant d’aborder le problème terminologique du terme présence. Chez Maldiney, présence n’est pas exactement rabattable sur le Dasein heideggérien, même si elle en est issue puisqu’il s’agit en fait d’une traduction du terme par Maldiney en ses débuts. L’évolution de sa pensée pose ainsi la question : quand faut-il traduire présence par Dasein et quand faut-il le traduire par Präzenz ? Ce terme même, destiné à faire connaître la pensée maldinienne à un « milieu de phénoménologues-anthropologues » (ibid. : 386), est ambigu pour les philosophes d’expression allemande très méfiants envers un terme qui est la version latine de la parousia grecque et donc lié à l’être et à son oubli (ibid. : 387-388). Il n’existe donc pas de solution idéale pour la traduction en allemand de présence, bien que l’on puisse penser qu’elle sera solidaire de l’évolution de la pensée maldinienne qui ne lui a pas donné son ampleur et sa cardinalité dès le début de ses analyses, pour un projet de traduction global de ses œuvres.

21Certes, l’« hommage » à Maldiney, rédigé par un universitaire travaillant dans le champ de l’anthropologie et de la psychiatrie, cherche à faire circuler des concepts et une pensée (Thoma, 2014b) dans l’aire anglophone, et non à proposer une traduction complète. Il fonctionne quasiment comme un « seuil » selon Gérard Genette, un paratexte ou un « marquage » selon Bourdieu (2002 : 5), destiné également au transfert d’un capital symbolique vers l’auteur du paratexte. Les Thoma ont le mérite de faire œuvre pionnière par cette présentation, quelle que soit sa limite thématique, même s’ils se sont appuyés sur les textes originaux et leur traduction en allemand. Parce qu’il précède sans doute un projet plus ambitieux, leur travail pose exemplairement la question : quels textes traduire ? comment traduire Maldiney ? qui pour le traduire ? pour quel public ? Les premières traductions laissent entrevoir un intérêt pour ses écrits sur la psychopathologie et, concernant le portugais, sur l’art. Ces intérêts sont loin de rendre justice à une pensée interdisciplinaire. Des milliers de pages écrites par Maldiney, une petite fraction est à ce jour traduite, sans d’ailleurs que les textes choisis ne se recoupent, ce qui, en obéissant aux logiques éditoriales et aux réalisations individuelles des traducteurs, multiplie et segmente à la fois son lectorat étranger. En outre, la différence des spécialisations disciplinaires entre les pays infléchit la présentation des traductions et donc leur réception : l’esthétique ne figure pas dans les domaines disciplinaires auxquels S. Thoma rattache Maldiney, bien qu’il l’évoque dans son texte, ce qui rappelle l’importance des nomenclatures universitaires et leur effet sur la réception dans d’autres pays. Une recherche plus poussée fait apparaître que les traducteurs de Maldiney appartiennent à des réseaux d’anciens étudiants diffusant des textes correspondant à leur spécialité disciplinaire. Une traduction complète effectuée par un seul individu ou une seule équipe relèverait de l’illusion !

22L’édition des œuvres complètes et annotées de Maldiney ainsi que les premiers travaux de traduction démontrent le besoin d’une traduction annotée, réalisée en collaboration avec un ou des philosophes, davantage susceptible d’intéresser des éditeurs étrangers. Comme c’est le cas de tout grand penseur, la compréhension et l’appropriation maldiniennes des concepts philosophiques et esthétiques sont individuelles et sujettes à explicitation philosophique et réflexion traductologique, comme le montre le seul exemple du terme présence. Les traductions bénéficieraient de cet apport en se fondant sur l’édition annotée dite complète, laquelle correspond aux critères éditoriaux actuels et constituerait un texte source correct. La preuve en est donnée par T. Grohmann qui repère que Maldiney cite parfois imparfaitement ses sources, et qu’il en va de même de ses traductions de l’allemand. Maldiney cite et traduit Strauss de façon si erronée que T. Grohmann suggère qu’il s’agit « d’un lapsus au sens fort du terme, qui ne désigne pas une simple omission innocente d’un signifiant insignifiant, mais une substitution métonymique inconsciente qui révèle une motivation fondamentale de celui qui la commet » (Grohmann, 2016 : 386). Le choix du traducteur consiste alors à retraduire en allemand les textes initialement traduits de l’allemand par Maldiney. De nouveau, rien n’est simple car la « liberté de traduction » maldinienne est parfois suffisamment vaste au point de confiner à l’interprétation (ibid.). Dans le cas où Maldiney « coupe ou modifie grossièrement le texte original sans que cette transformation modifie le sens philosophique de la citation » (ibid. : 387), son traducteur fait le choix de la restitution du texte original en allemand. Dans le cas où Maldiney « change avec sa propre traduction le sens philosophique de la citation », le traducteur propose la « citation du texte original » doublée d’« une note indiquant le changement que Maldiney y introduit » (ibid.). À l’inverse, dans sa traduction en russe du même texte, Svetlana Sholokhova, confrontée au problème identique, choisit de « traduire les citations telles qu’elles apparaissent dans le texte », « à l’encontre des intérêts historico-philosophiques » (Sholokhova, 2016 : 428). Cette décision d’autorité assumée prive cependant le lectorat russophone d’un aspect important de l’écriture philosophique maldinienne, lié tant à une question de formation que de génération. Maldiney ne s’est pas autorisé des écarts avec le texte source par inconscience : il l’a utilisé comme on le faisait naguère et sans perspective nourrie par une réflexion sur la traduction.

  • 25 . « le style de l’écriture est parfois mentionné comme un obstacle – un éditeur anglais opposait “ (...)
  • 26 . « [Maldiney] does not tend to give an introduction to the specific topic he is going to look at— (...)

23Si nous acceptons que les écrits de Maldiney expriment cette « “écriture française” en philosophie » soulignée par Sapiro, qui la juge parfois préjudiciable à la traduction en anglais, ils posent exemplairement la question « de la spécificité de la traduction en sciences humaines et sociales de la pensée française » ; et ils la posent en des termes qui dépassent les questions suscitées par la traduction de la French Theory, justement parce que Maldiney poursuit l’écriture « continentale », ou « structurale25 » des « French theorists » selon une voie/voix différente. Loin de l’écriture « fluide, narrative, story-telling, accessible » (Sapiro [éd.], 2012 : 98) privilégiée par les éditeurs anglo-américains, le philosophe ne suit nul modèle académique mais le fil rigoureux de sa pensée, comme le remarque avec raison Thoma26. Mêlant commentaire philosophique, analyse psychopathologique, références à l’art et à l’expérience quotidienne la plus simple, ses écrits n’obéissent ni au style ni au format attendu, en particulier dans le monde anglo-saxon. Certes, comme tout philosophe, Maldiney pose la question de l’« intraduisibilité » de certains concepts de la pensée française, et surtout d’une forme d’écriture distincte de l’écriture des philosophes d’expression anglaise. Il conviendrait alors d’examiner par l’exemple comment la collaboration entre traducteurs et philosophes peut lever cet obstacle.

Quel éditeur ?

24La pensée maldinienne pose enfin la question d’un éditeur et d’une forme de publication susceptible de l’accueillir et de la diffuser dans le contexte actuel marqué par « la spécialisation accrue, le manque d’intérêt du public » que pointe G. Sapiro (Charle & Jeanpierre [éds], 2016 : 805).

  • 27 . « Le marché britannique ne constitue, par exemple, que 25 % des ventes de Cambridge University P (...)

25Si l’on songe à un projet de traduction en anglais, comment celui-ci serait-il reçu par les éditeurs anglophones, sachant que Maldiney n’a pas encore atteint le degré de reconnaissance des penseurs dits de la French Theory ? Cette traduction s’inscrirait en outre sur fond de désinvestissement britannique des presses universitaires les plus connues, certes au profit de certains éditeurs engagés (Polity Press) et dans un contexte où les titres publiés par Cambridge ou Oxford University Press, par exemple, relèvent d’un marché globalisé27. La situation est similaire aux États-Unis (Sapiro, 2012a). Un projet de traduction d’un penseur difficilement situable au sein de l’Université, dont l’œuvre est à la jointure de la philosophie, de la psychopathologie et de l’art a peu de chances de recueillir l’approbation immédiate d’un éditeur, même si une aide à la traduction peut être accordée par l’Institut français, ou le CNL.

26La solution d’une traduction partielle en revue ou en anthologie semble donc s’imposer, comme c’est déjà le cas de l’allemand où, selon T. Grohmann, « le public attend avec impatience d’autres textes » (Grohmann, 2016 : 383). Encore faut-il, comme le souligne avec raison G. Sapiro, que la revue corresponde à l’horizon d’attente des spécialistes pour que Maldiney soit lu, comme en est conscient S. Thoma. Il semble que la concurrence entre langues centrales de traduction en SHS, doublée dans le cas de Maldiney de son tropisme pour l’allemand, fasse pencher la balance du côté de traductions dans des revues d’expression allemande, potentiellement relayées ensuite par des traductions en anglais.

27Dans un contexte de projets numériques, l’édition numérique, collaborative ou non, est-elle une alternative ? Les Thoma ont publié leur travail initial sur internet, puis sur le site de l’AIHM. Presque toutes les universités possèdent des plateformes numériques et des pépinières de revues en libre accès aux côtés des portails comme openjournals.org et CAIRN. Cette dernière publie une sélection d’articles de revue traduits en anglais (www.cairn-int.info). Malheureusement, Maldiney n’a fait l’objet ni d’une traduction de son entretien avec Michael Jacob (2011) paru dans un numéro des Archives de philosophie consacré à sa pensée, ni de son article « L’homme dans la psychiatrie » en 2001 (Maldiney, 2011). Le public anglophone semblait donc peu intéressé à cette époque.

  • 28 . https://doaj.org Le portail donne accès à 12 192 revues de 128 pays et à 3 426 956 articles et s (...)

28Des plateformes similaires existent dans les pays anglo-saxons, répertoriées par le portail DOAJ28 mais, comme CAIRN, elles sont le plus souvent payantes pour les établissements universitaires et autres usagers car soumises à la logique du marché prévalant dans les institutions universitaires privées. La diffusion numérique ne résout donc pas la question de la traduction et de son coût. Un média n’est pas un moyen de traduction. La politique de la recherche par appels à projet constitue une source envisageable mais non pérenne de financement du coût de la traduction. Il reste alors la logique spécifique des champs culturels et de leurs agents privilégiant la reconnaissance symbolique sur la rentabilité, incarnée en l’occurrence par des traducteurs passionnés, soutenus par une éthique de conviction plus que par des considérations économiques, comme c’est le cas des Thoma, ou par le projet de contester une école de pensée ou de remodeler le périmètre d’une discipline académique, comme le remarquait Sapiro en évoquant l’effet des traductions successives de Pierre Bourdieu sur la sociologie étasunienne (Sapiro, 2012b). Maldiney pourrait bénéficier de cette volonté, portée par un réseau d’universitaires et par les conférences qu’il a naguère données au Brésil qui lui ont permis d’acquérir un certain capital social (Maldiney, 1982, 1989a, 1989b).

29Un projet est mentionné sur le site de l’AIHM : une traduction en portugais de Penser l’homme et la folie par Sophia Battista, tandis que Yakushiko Murakami évoque une traduction en japonais de Regard Parole Espace par Takuya Otura et Masato Gôda (Tokyo, Sichôsha) (Murakami, 2016 : 409-415). Solidaires de sa réception dans le pays de la langue source, ces projets répondent à une volonté de diffuser la pensée maldinienne principalement au sein de la communauté des chercheurs et des praticiens en psychopathologie. Ils risquent cependant de restreindre une pensée caractérisée par une transdisciplinarité authentique à un champ spécifique et d’infléchir sa réception à l’étranger. La solution idéale consisterait à traduire progressivement l’intégralité de ses écrits.

30Bien que marginal au sein de l’université française, le cas exemplaire des écrits de Maldiney pose la question des conditions de possibilité d’un projet multilingue de traduction. Les premiers travaux restent solitaires et quasiment dépourvus de réflexion préliminaire apparente sur la qualité, le propos, la diffusion et la publication du travail réalisé. S’il est à noter que les traducteurs sont tous universitaires à divers degrés d’expérience, de position institutionnelle, de genre et d’âge, la réflexion traductologique semble inchoative et la question de l’identité professionnelle et de la formation des traducteurs demeure latente. Les perspectives de traduction de Maldiney telles que nous en avons dressé le cahier des charges semblent donc mitigées en 2019. Son positionnement scientifique multidisciplinaire, son capital culturel, ses éditeurs, reconnus ou plus confidentiels et donc moins bien diffusés, l’état présent de l’édition dite complète et les problèmes potentiels de droits d’auteur semblent obérer la viabilité actuelle du projet. Mais la politique de soutien à la traduction de l’Institut français et du CNL, l’existence d’un secteur productif de revues dans les principales langues académiques, la mise en place d’infrastructures numériques et de portails de revues et surtout la logique du champ culturel dessinent des perspectives plus que prometteuses à moyen terme.

31La traduction de Maldiney se fera sans doute et apportera au philosophe la consécration de l’« intellectuel global » (Sapiro [éd.], 2012 : 108) nécessaire à sa réception internationale. Il est à souhaiter que les traducteurs présents et futurs prennent langue avec des traductologues qui pourront apporter un éclairage fort utile au projet, ne serait-ce que pour le faire correspondre aux normes éditoriales universitaires globales (annotations, explications, appareil critique) et offrir la réflexivité nécessaire à un semblable projet. La volonté de faire connaître la pensée de Maldiney soutenue par une conviction sans faille de sa valeur anime tous ses traducteurs : il faut espérer qu’elle permettra d’assurer la réalisation du projet.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Maldiney, Henri, 1961, « Comprendre », Revue de Métaphysique et de Morale, 1-2, p. 35-89.

—, 1973, Regard Parole Espace, Genève, l’Âge d’Homme.

—, 1975, Aîtres de la langue et demeures de la pensée, Genève, l’Âge d’Homme.

—, 1982, « O filosopho que tenta comprehender a locura », Conférence donnée à Sao Paulo le 4 septembre 1982.

—, 1986, Art et existence, Paris, Klincksieck.

—, 1988, In media vita, Seyssel, Comp’Act. Rééd In media vita - Suivi de La Dernière Porte, Paris, Éditions du Cerf, coll. Bibliothèque du Cerf, 2012.

—, 1989a, « Critico francês liga El Greco a Aleijadinho ; Sur le baroque de Minas Gerais », conférence donnée à Sao Paulo le 26 novembre 1989.

—, 1989b, « Sur le paroxysmal dans l’art filmé par José Roberto Aguilar le 25 octobre 1989 », Musée d’art de Sao Paulo, DVD.

—, 1990, L’Espace du livre, Allex, Éditions La Sétérée, Livre d’artiste, tiré à 350 exemplaires.

—, 1991, Penser l’homme et la folie, Grenoble, Jérôme Millon.

—, 1993a, L’Art, l’éclair de l’être, Seyssel, Comp’ act.

—, 1993b, Le Vouloir-dire de Francis Ponge, La Versanne, Encre marine.

—, 1995, Aux déserts que l’histoire accable : l’art de Pierre Tal-Coat, Cognac, Deyrolle.

—, 1997, Avènement de l’œuvre, Saint Maximin, Théétète éditions.

—, 1999, L’Avènement de la peinture dans l’œuvre de Bazaine, La Versanne, Encre marine.

—, 2000, Ouvrir le rien l’art nu, La Versanne, Encre marine.

—, 2001, « L’homme dans la psychiatrie », Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, 2001/1 (n° 36), p. 31-46. DOI : 10.3917/rppg.036.0031. https://www.cairn.info/revue-revue-de-psychotherapie-psychanalytique-de-groupe-2001-1-page-31.htm.

—, 2011, « La poésie d’André du Bouchet ou la “genesis spontanea”, Entretien avec Michael Jakob », Archives de Philosophie, 2011/3 (volume 74), p. 457-468. https://www.cairn.info/revue-archives-de-philosophie-2011-3-page-457.htm.

—, 2016a, « L’homme Nietzschéen », L’ouvert 9, p. 33-64.

—, 2016b, « Langue et révolution », L’ouvert 9, 65-109.

Maldiney, Henri, du Bouchet, André, Kuhn, Roland & Schotte, Jacques, 2001, Existence : crise et création, La Versanne, Encre marine.

Maldiney, Henri & Kuhn, Roland, 1971, « Préface », in Ludwig Binswanger, Introduction à l’analyse existentielle, Paris, Les Éditions de Minuit.

Traductions de Maldiney

Maldiney, Henri, 1966, « Die Entdeckung der ästhetischen Dimension in Der Phänomenologie von Erwin Straus », in Pr. Dr. von Baeyer Walter & Dr. Griffith Richard M. (eds.), Conditio Humana - Festschrift für Erwin Straus, Berlin/Zürich, Springer, p. 210-232. (« Le dévoilement de la dimension esthétique dans la phénoménologie de Erwin Straus », in Regard Parole Espace

—, 1982, « Entrevista do professor Henri Maldiney », trad. Nelson Aguilar, Caderno de Programas e Leituras do Jornal da Tarde, Jornal da Tarde, São Paulo, 4 septembre 1982, p. 106-120.

—, 1987, « Entretien avec Joël Bouderlique et Pierre Charazac », Revue Art et Thérapie 22-23, juin 1987, trad. Sogo Tachibana, in Kikanshishô, 3, 1989, p. 112-127.

—, 1989a, « Entrevista de Henri Maldiney sobre Aleijadinho », trad. Aguilar Nelson, Folha de São Paulo, 26 novembre 1989.

—, 1989b, « Cours de H. Maldiney pour le programme de Maîtrise en Histoire de l’art » (promu par la Fondation pour le Soutien de la Recherche de l’État de São Paulo, FAPESP, septembre/octobre 1989.

—, 1991, « Mestres do olhar: Henri Maldiney », trad. Aguilar Nelson, revista Galeria, 25 (« La vérité du sentir, entretien avec Nelson Aguilar », Art Press, 153, décembre 1990).

—, 1994, « O lugar da obra de arte – A pintura de Tal Coat / The place of the work of art – Tal Coat’s Painting », trad. Nelson Aguilar, Catálogo das salas especiais - Bienal Internacional 22, São Paulo, Fundação Bienal de São Paulo.

—, 2001-2004, « Aleijadinho », trad. Nelson Aguilar & Laurent Le Bon (traduction partielle), Revue Barrocco, 19 (« L’Aleijadinho », in Ouvrir le rien, l’art nu).

—, 2002, Cervino-Cervin, trad. Monica Del Ranco avec une postface de Carmelo Colangelo, Editions Tararà, Collection Di monte in monte, 2002. Texte français et traduction italienne en regard (« Montagne », in Ouvrir le rien l’art nu).

—, 2004, « Della transpassibilita », Follia come scrittura di mondo, éd. et trad. Federico Leoni, Milan, Éditions Mimesis, Collection L’occhio et lo spirito (« De la transpassibilité », in Penser l’homme et la folie).

—, 2006, « Verstehen », trad. Sabine Metzger avec une préface de Bernhardt Waldenfels, Vienne, Turia + Kant (« Comprendre », in Regard Parole Espace).

—, 2007a, « Die Ästhetik der Rythmen. Abstraction in Kunst und Lebenswissenschaft », trad. A. Schäfer, in Blümle, Claudia & Schäfer, Armin (eds.), Figur, Kontur, Struktur. Abstraktion in Kunst und Lebenswissenschaften, Zürich, Édition Diaphanes, 2007, p. 47-76. (« L’esthétique des rythmes », in Regard Parole Espace).

—, 2007b, Pensare l’uomo e la folia, trad. Federico Leoni, Rome, Éditions Einaudi, collection Biblioteca Einaudi (Penser l’homme et la folie).

—, 2011a, « Kunst und Bild », trad. Emmanuel Alloa, in Därmann, Iris & Busch, Kathrin (eds.)., Bildtheorien aus Frankreich, Ein Handbuch, München, Fink Wilhelm Gmbh + Co.Kg, p. 221-272. (« Image et art », in L’Art, l’éclair de l’être).

—, 2011b, « Kunst und Bild », éd. et trad. E. Alloa, Bildtheorien aus Frankreich : eine Anthologie, Paderborn, Fink, 2011, p. 221-272.

—, 2012, « Esistenza : crisi e creazione », éd. et trad. Maude Dalla Chiara, Milan, Éditions Mimesis, collection L’occhio et lo spirito, L’œil et l’esprit (Existence, crise et création

—, 2014, « De la transpassibilité », trad. Svetlana Sholokhova, in Sholokhova, Svetlana & Yampolskaya, Anna (éds), (Post)phénoménologie : nouvelle phénoménologie en France et ailleurs, Moscou, Maison d’édition « Projet académique », p. 145-203 (« De la transpassibilité », in Penser l’homme et la folie).

—, 2016, « La estética de los ritmos », trad. Guadalupe Lucero, Cuaderno Materialista, 1. http://colectivamateria.wixsite.com/cuadmaterialistas/1 (« L’esthétique des rythmes », in Regard Parole Espace).

—, 2018, Drei Beiträge zum Wahnsinn, trad. Till Grohmann & Samuel Thoma, éd. Till Grohmann, Vienne, Turia + Kant.

Ouvrages et articles

Aguilar, Nelson Alfredo, 1984, Figuration et spatialisation dans la peinture moderne brésilienne : le séjour de Vieira Da Silva au Brésil : 1940-1947, thèse soutenue sous la direction d’Henri Maldiney, Université Lyon 3.

, 2001-2004, « Apresentação e tradução de “O Aleijadinho” de Henri Maldiney », revista Barroco, 19.

Barbaras, Renaud et al., 2014, Maldiney, une singulière présence, suivi de « Existence, crise et création », La Versanne, Encre marine.

Bastiani, Flora, 2016, « Introduction, Séquence 6 Maldiney hors de France et traduction », in Younès, Chris & Frérot, Olivier (éds), À l’épreuve d’exister avec Henri Maldiney, Paris, Hermann, p. 377-382.

Bastiani, Flora & Grohmann, Till, 2016, Penser l’humain avec Maldiney. Approches de la transpassibilité, Milan, Éditions Mimésis.

Bourdieu, Pierre, 2002, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, 145-1-2, p. 3-8.

Campos, Lucie, 2014, « Géopolitique de la traduction. Entretien avec Gisèle Sapiro », La Vie des idées, 14 juillet 2014.

Célis, Raphaël & Zumwald, David, 2010, « The poetics of Henri Maldiney », in Vandevelde, Pol (ed.), Phenomenology and literature. Historical perspectives and systematic accounts, Würzburg, Königshausen & Neumann, p. 208-232.

Charcosset, Jean-Pierre (éd.), 2001, Existence : crise et création, La Versanne, Encre Marine.

, 2012, Henri Maldiney : penser plus avant. Actes du colloque de Lyon (13 et 14 novembre 2010) précédés de trois textes d’Henri Maldiney : « Sur le Vertige », « Notes sur le rythme », « Rencontre et ouverture du réel », Paris, Éditions de la Transparence.

Charle, Christophe & Jeanpierre, Laurent (éds), 2016, La Vie intellectuelle en France de 1914 à nos jours, vol. 2, Paris, Seuil.

Coste, Bénédicte (éd.), 2018, Penser l’art du paysage avec Henri Maldiney, Dijon, EUD.

Cusset, François, 2003, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations et la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte.

Dalla Chiara, Maude, 2004, De l’intersubjectivité à la rencontre : Husserl, Merleau-Ponty, Maldiney, thèse sous la direction d’Éliane Escoubas et Umberto Curi, Université de Paris-Est/Paris XII.

Escoubas, Éliane, 2010, « Henri Maldiney », in Sepp, Hans Rainer & Embree, Lester (eds.), Handbook of phenomenological Aesthetics, Heidelberg, New York, Dordrecht, Londres, Springer, p. 193-196.

, 2014, « Compte rendu de la réunion du Conseil Scientifique de l’AIHM du 25/10/2014, salle Celan, ENS rue d’Ulm, 14h-17h », sur www. maldiney.org (consulté le 21 janvier 2018, page supprimée depuis).

Félix, François & Grosos, Philippe (éds), 2010, Henri Maldiney : phénoménologie et sciences humaines. Actes du colloque de l’université de Lausanne des 3 mars et 18 novembre 2009, Lausanne, l’Âge d’homme.

Gramont, Jérôme de, 2016, « Séquence 7 Atelier des thèses : doctorants et jeunes docteurs », in Younès, Chris & Frérot, Olivier (éds), À l’épreuve d’exister avec Henri Maldiney. Philosophie Art Psychiatrie, Paris, Hermann, p. 435-533.

Gramont, Jérôme de & Grosos, Philippe (éds), 2014, Henri Maldiney phénoménologie, psychiatrie, esthétique, Rennes, PUR.

Grohmann, Till, 2016, « Problèmes et enjeux de la traduction de Henri Maldiney en allemand », in Younès, Chris & Frérot, Olivier (éds), À l’épreuve d’exister avec Henri Maldiney. Philosophie Art Psychiatrie, Paris, Hermann, p. 381-386.

Jacquet, Frédéric, La Transpassibilité et l’événement. Essai sur la philosophie de Maldiney, Paris, Classiques Garnier, coll. Philosophies contemporaines, 2017.

Meitinger, Serge (éd.), 2002, Henri Maldiney, Une phénoménologie à l’impossible, Puteaux, Le cercle herméneutique, Collection Phéno.

Murakami, Yasuhiko, 2016, « Maldiney au Japon et la pratique de l’infirmière psychiatrique », in Younès, Chris & Frérot, Olivier (éds), À l’épreuve d’exister avec Henri Maldiney. Philosophie Art Psychiatrie, Paris, Hermann, p. 409-415.

Paquot, Thierry, 2014, « Henri Maldiney (1912-2013). L’existence comme ouvert », Hermès, La Revue, 2014/2 (n° 69), p. 219-222.

Rey, Jean-François, 2014, À dessein de soi. Introduction à la philosophie d’Henri Maldiney, Argenteuil, Le Cercle herméneutique.

Rigaud, Bernard, 2012, Henri Maldiney La capacité d’exister, Paris, Germina,

Rochlitz, Rainer, 2001, « Traduire les sciences humaines », Raisons politiques, n° 2, mai 2001, p. 65-77.

Saison, Maryvonne, 1999, « Le tournant esthétique de la phénoménologie », Revue d’Esthétique, 36, p. 125-140.

Sapiro, Gisèle, 2012a, « Revaloriser la traduction dans un environnement hostile : le marché aux États-Unis », in Traduire la littérature et les sciences humaines – Conditions et obstacles, Paris, Ministère de la culture et de la Communication, Secrétariat général, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS), p. 57-107.

, 2012b, Annexe « De l’appropriation fragmentée au programme de recherche : la réception de Bourdieu aux États-Unis », in Traduire la littérature et les sciences humaines – Conditions et obstacles, Paris, Ministère de la culture et de la Communication, Secrétariat général, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS), p. 102-107.

, 2014, « The Sociology of Translation : A New Research Domain » in Bermann, Sandra & Porter, Catherine (eds.), A Companion to Translation Studies, Wiley Online Publishing 2014, https://doi.org/10.1002/9781118613504.ch6.

, 2016, « How Do Literary Works Cross Borders (or Not) ? A Sociological Approach to World Literature », Journal of World Literature, vol. 1, p. 81-96.

Sapiro, Gisèle (éd.), 2008, Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions.

, 2009, Les Contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau monde éditions.

, 2012, Traduire la littérature et les sciences humaines – Conditions et obstacles, Paris, Ministère de la culture et de la Communication, Secrétariat général, Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS).

Schiffrin, André, 1999, L’Édition sans éditeurs ? Paris, La Fabrique.

Schögler, Rafael Y., 2017, « Les fonctions de la traduction en sciences humaines et sociales », Parallèles, 29.2, octobre 2017 https://www.paralleles.unige.ch/files/3415/2839/0410/Paralleles_29-2_2017_Schoegler.pdf.

Sholokhova, Svetlana, 2016, « МаЪдине en russe : la découverte de la transpassibilité », in Younès, Chris & Frérot, Olivier (éds), À l’épreuve d’exister avec Henri Maldiney. Philosophie Art Psychiatrie, Paris, Hermann, 2016, p. 427-431.

Thoma, Samuel, 2014a, « A psychopathology à l’impossible - On Henri Maldiney’s inclusive anthropology of Schizophrenia. Hommage to Henri Maldiney for the anniversary of his death », translated by Johanna Thoma, http://www.henri-maldiney.org/sites/default/files/imce/hommage_to_henri_maldiney_by_samuel_thoma-1.pdf.

, 2014b, « Une psychopathologie à l’impossible – eine Psychopathologie hin zum Unmöglichen Henri Maldiney zum 100. Geburtstag », Psychiatrie Verlag, Sozialpsychiatrische Informationen, 1/2014 – 44. Jahrgang, p. 32-37.

Younès, Chris (éd.), Henri Maldiney. Philosophie, art et existence, Paris, Cerf, 2007.

Younès, Chris & Frérot, Olivier (éds), 2016, À l’épreuve d’exister avec Henri Maldiney. Philosophie Art Psychiatrie, Paris, Hermann, 2016.

Haut de page

Notes

1 . Voir une notice succincte et informative : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2013/12/31/henri-maldiney-1912-2013-philosophe-de-l-art-de-la-parole-et-du-trouble-mental_4341467_3382.html. (Les liens hypertexte cités dans cet article étaient actifs le 20 août 2019.) Voir aussi le bel hommage biographique de Thierry Paquot, 2014.

2 . http://www.unesco.org/xtrans/. Cet index recense une traduction de Maldiney en allemand, aucune en anglais, espagnol, italien portugais, ce qui n’est pas tout à fait exact.

3 . Voir Maldiney et Kuhn, 1971, « Préface ».

4 . Pour une liste plus complète, voir https://henri-maldiney.org/ouvrages.

5 . Par exemple, Maldiney, du Bouchet, Kuhn & Schotte, 2001, Existence : crise et création,.

6 . Voir Meitinger, 2002 ; Younès, 2007 ; Félix & Grosos, 2010 ; Rigaud, 2012 ; Rey, 2014 ; de Gramont & Grosos, 2014 ; Bastiani & Grohmann, 2016 ; Younès & Frérot, 2016 ; Jacquet, 2017 ; Coste, 2018 ; et http://www.henri-maldiney.org/etudes-sur-henri-maldiney.

7 . http://www.henri-maldiney.org/la-vie-associative.

8 . « Atelier des thèses : doctorants et jeunes docteurs », Younès et Frérot (éds), 2016 : 435-533.

9 . Titres parus : L’Art, l’éclair de l’être, 2012 ; Aîtres de la langue et demeures de la pensée, 2012 ; Le Legs des choses dans l’œuvre de Francis Ponge, 2012 ; Regard Parole Espace, 2012 ; Aux déserts que l’histoire accable, 2013 ; in Media Vita, 2013.

10 . Maude Dalla Chiara a soutenu sa thèse devant un jury où siégeait Maldiney, voir Maude Dalla Chiara, 2004.

11 . « ces procédés éditoriaux [compilation de textes] décident d’année en année du destin américain des textes français, dont ils recomposent la hiérarchie. ils placent en des points névralgiques du nouveau corpus des textes croisés, des extraits qui se répondent les uns les autres, et quelques formules fétiches extraites de leur contexte que déclineront tour à tour les divers commentateurs. » Cusset, 2003 : 100.

12 . Maldiney, 1966, 2006, 2007a, 2011a.

13 . Maldiney, 2002, 2004, 2012.

14 . Maldiney, 1987. Selon Yasuhiko Murakami, quatre études parues entre 2007 et 2013 attestent de sa réception dans la sphère psychiatrique. Une partie de « De la transpassibilité » est traduite dans Gendaï Shisô (la « Revue de pensée contemporaine », n° 37-16, 2009) par Kôki Siwaku avec une introduction par Yasuhiko Murakami. Voir Yasuhiko Murakami, 2016.

15 . Maldiney, 2014.

16 . Maldiney, 1982, 1989a, 1994, 2001-2004.

17 . C’est le cas de Maldiney, 1990 : L’Espace du livre, livre d’artiste tiré à 350 exemplaires. Existence : crise et création, Le Vouloir-dire de Francis Ponge et Avènement de l’œuvre sont épuisés.

18 . Voir http://www.henri-maldiney.org/etudes-sur-henri-maldiney.

19 . « Le séminaire tend à répondre à l’invitation de Maldiney à élaborer une approche philosophique transdisciplinaire. La première année sera consacrée à l’article « De la transpassibilité » (Penser l’homme et la folie). L’attention se portera particulièrement sur l’événement – entendu comme situation de crise, épreuve de l’existence à l’impossible – abordé sous différents points de vue. » « Séminaire de traduction et de recherche Henry Maldiney », Séminaire, Calenda, Publié le vendredi 06 janvier 2012, https://calenda.org/206717.

20 . Voir « Séminaire de Recherche et de Traduction Henri Maldiney (2012-13) du 1 décembre 2012 au 4 juin 2013 », http://erraphis.univ-tlse2.fr/accueil-erraphis/seminaires/maldiney/seminaire-de-recherche-et-de-traduction-henri-maldiney-2012-13--239465.kjsp?RH=1413279112680.

21 . http://fr.cadenza-academictranslations.com/procedure.html.

22 . Dans le cas de Maldiney, sa disparition obère le dialogue avec un traducteur, mais il s’agit d’une situation somme toute classique et prépondérante dans le champ philosophique.

23 . « little recognition… in Anglo-Saxon philosophy and psychopathology » (S. Thoma, 2014a : np).

24 . Une notice en anglais lui est consacrée, voir Escoubas, 2010 : 193-196. Voir également Célis & Zumwald, 2010 : 208-232.

25 . « le style de l’écriture est parfois mentionné comme un obstacle – un éditeur anglais opposait “l’écriture structurale” des chercheurs français à la forme “narrative” qui prévaut dans la production anglo-américaine. » (Sapiro, 2014)

26 . « [Maldiney] does not tend to give an introduction to the specific topic he is going to look at—if it were only one—nor does he give any summary of his argumentation. A Maldineyan text may start with ontological questions that then lead on to reflections on Hegel or Schelling and further to discussions of psychoanalysis and linguistic questions before turning back to Heidegger’s fundamental ontology via some remarks on Kafka and Chinese painting. » (Thoma, 2014a : np).

27 . « Le marché britannique ne constitue, par exemple, que 25 % des ventes de Cambridge University Press, 44 % s’écoulent aux États-Unis et 31 % dans le reste du monde, ce qui confirme qu’il s’agit d’un marché globalisé. » (Sapiro, 2014)

« Il y a encore vingt-cinq ans, Cambridge University Press traduisait entre dix, douze et quinze titres du français par an. Aujourd’hui, ce chiffre est réduit à 2 ou 3 pour les auteurs contemporains, à quoi peuvent s’ajouter 2 ou 3 classiques. De même, beaucoup de presses universitaires américaines ont réduit de façon drastique leur investissement dans la traduction : c’est le cas par exemple de Stanford University Press, qui a publié par le passé un grand nombre d’auteurs de la French Theory. » (ibid.)

28 . https://doaj.org Le portail donne accès à 12 192 revues de 128 pays et à 3 426 956 articles et se finance via les dons privés ou institutionnels et les abonnements des établissements d’enseignements supérieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Coste, « Traduire Henri Maldiney : conditions d’une réception en anglais », Palimpsestes, 33 | -1, 136-152.

Référence électronique

Bénédicte Coste, « Traduire Henri Maldiney : conditions d’une réception en anglais », Palimpsestes [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/4325 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.4325

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Elle enseigne les études victoriennes et la traduction à l’Université de Bourgogne. Elle est par ailleurs traductrice d’essais victoriens de Walter Pater, John Ruskin, Arthur Symons, John Addington Symonds, Vernon Lee, et modernistes (I.A. Richards).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals