Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Brouillons et dactylographiesAnabasis de T. S. Eliot et Saint-...

Brouillons et dactylographies

Anabasis de T. S. Eliot et Saint-John Perse : genèse d’une traduction à quatre mains

Esa Christine Hartmann
p. 101-118

Résumés

L’activité de collaboration traductive autour des versions anglaises de l’œuvre de Saint-John Perse est longtemps restée secrète, enfouie dans la profondeur des manuscrits. Pour ce qui concerne la traduction anglaise du poème Anabase (1924) par T. S. Eliot, la collaboration occultée mais d’autant plus intense entre les deux poètes-traducteurs se donne à voir sur le manuscrit dactylographié de T. S. Eliot, richement annoté de la main de Saint-John Perse. Ces variantes et corrections révèlent une véritable activité d’autotraduction, dont les procédés d’écriture caractérisent à la fois la genèse initiale d’Anabase et le processus traductif d’Anabasis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Pour une analyse des manuscrits de Saint-John Perse et de la traduction de son œuvre en anglais, (...)

1L’analyse génétique des avant-textes d’une traduction dévoile parfois des aspects insoupçonnés de la création d’une œuvre littéraire et de sa recréation dans une autre langue. Dans le cas de Saint-John Perse (1887-1975), dont les manuscrits sont conservés à la Fondation Saint-John Perse (Aix-en-Provence), de nombreux documents viennent ainsi éclairer sa collaboration à la traduction de son œuvre en anglais1 :

Une vingtaine d’années après qu’il ait exposé dans son pseudonyme une double nationalité, démentie par son état civil, ce même poète prit le parti de retraduire systématiquement dans la même langue étrangère, la langue anglaise, toute son œuvre poétique depuis Éloges jusqu’à Oiseaux ; mais cette fois-ci il occulta si bien l’importance de cette activité qu’aucun biographe ne l’a jamais mentionnée (Levillain, 1987 : 12).

  • 2 . Voir Hartmann, 2018.

Dans les Œuvres complètes [ci-après OC], éditées en 1972 par les soins du poète, ne figurent que deux témoignages de cette collaboration secrète2 : les « Observations et corrections de Saint-John Perse pour la traduction anglaise d’Anabase par T. S. Eliot (1927) » (Saint-John Perse, 1972 : 1145-1147), et un extrait du témoignage du poète et traducteur irlandais Denis Devlin intitulé « Saint-John Perse à Washington », qui évoque une séance de travail avec le poète en vue de la traduction du recueil Exil (ibid. : 1112-1113).

  • 3 . Pour une typologie des configurations de la collaboration traductive, voir Hersant (dir.), 2020.

2Comment interpréter ces deux documents que nous lègue Saint-John Perse, auxquels s’ajoutent des manuscrits de traduction, portant un grand nombre de variantes et corrections de l’auteur ? Sans doute sommes-nous ici en présence de traductions collaboratives, réunissant l’auteur et le traducteur d’une œuvre littéraire au sein d’une composition textuelle commune où se cristallise le passage d’une langue à l’autre. Certaines configurations de la traduction collaborative3 peuvent donner lieu à une activité d’autotraduction : l’auteur, qui participe activement à la tâche de traduction, entreprend de transposer – du moins partiellement – sa propre œuvre, en la recréant dans une autre langue. Si ce phénomène complexe se dévoile amplement dans les documents d’archives, il reste le plus souvent indécelable dans la traduction publiée, signée du seul nom du traducteur officiel.

  • 4 . Pour une analyse exhaustive du manuscrit de T. S. Eliot et de la correspondance entre les deux p (...)

3Les manuscrits de traduction et les échanges épistolaires entre auteur et traducteur livrent donc un fascinant terrain d’exploration pour la génétique de la traduction : le long échange entre poètes pairs autour de la traduction d’Anabase, signée par T. S. Eliot, en représente sans doute la plus belle illustration4. C’est cette création partagée à l’origine d’Anabasis que nous souhaitons analyser ici, en nous appuyant sur une étude génétique du manuscrit de T. S. Eliot qui porte les annotations de Saint-John Perse.

Saint-John Perse et la culture anglophone

  • 5 . « De la France, rien à dire : elle est moi-même et tout moi-même. Elle est pour moi l’espèce sai (...)

4L’activité d’autotraduction de Saint-John Perse s’inscrirait-elle au sein d’une genèse bilingue ? Certes, son œuvre littéraire reflète, dans sa dimension cosmique, « l’unité recouvrée sous la diversité » (OC : 413). D’un point de vue linguistique, cependant, les lecteurs ont volontiers rattaché cette œuvre à une tradition littéraire éminemment « française », d’autant que son auteur, exilé depuis 1940 aux États-Unis, qualifiait la langue française de « seule patrie imaginable5 », « seul lieu géométrique où [il] puisse [se] tenir en ce monde » (OC : 551). Enfouie au plus profond des manuscrits, la dimension plurilingue de la création persienne a rarement été prise en compte par la critique. Pourtant, dès son plus jeune âge, Alexis Leger (qui signera ses poèmes Saint-Leger Leger, puis Saint-John Perse) est attiré par la langue et la culture anglophones – fascination qui explique son désir de récréer ses poèmes dans cette langue seconde, qui finira par se transformer en une deuxième langue de création.

  • 6 . Voir Ventresque, 2007 : 25 et suiv. et 249 et suiv. Voir aussi Rigolot, 2002.
  • 7 . Saint-John Perse signe ses premières œuvres du pseudonyme Saint-Leger Leger.
  • 8 . Voir Saint-John Perse, « Poème pour Valery Larbaud (« Jadis Londres ») », OC : 463-464, et « Mes (...)

5C’est avec passion que le jeune poète découvre Emerson, Whitman, Melville, Poe, Thoreau et Defoe, toutes lectures dont on perçoit maint écho dans ses poèmes6. Plus tard, la séduisante consonance anglaise de son pseudonyme – Saint-John Perse – annoncera le versant caché de sa création bilingue. Obéissant « aux lois secrètes de toute création poétique » (OC : 1094), ce nom de plume, dissociant la carrière diplomatique d’Alexis Leger de son activité d’écrivain, renferme plusieurs allusions au monde anglophone : si Saint-John peut évoquer « une des Îles Vierges au large de la Guadeloupe » (Camelin et Gardes-Tamine, 2002 : 59), île de naissance du poète, Roger Little (1984 : 200) s’appuie sur une orthographe de « Persse », envisagée par l’auteur, pour invoquer l’influence de la ballade de Persse O’Reilly au début du Finnegans Wake de James Joyce. Parallèlement, le Grand Dictionnaire Universel Larousse du xixe siècle, important outil de travail d’Alexis Leger, fournit une explication supplémentaire : l’ordre alphabétique fait se succéder Saint-John Percy et Saint-Léger7. « Percy Saint-John est l’auteur du récit des aventures d’un Robinson polaire, The Artic Crusoe », expliquent Colette Camelin et Joëlle Gardes-Tamine (2002 : 59), tout en rappelant « l’importance du personnage de Defoe dans l’enfance et l’adolescence d’Alexis Leger ». Qu’il cache une allusion géographique (l’île caribéenne Saint-John) ou littéraire (Percy Saint-John ou Persse O’Reilly), le mystérieux nom de plume traduit l’attirance du poète pour la langue et la littérature anglophones – attirance partagée pendant des années avec son ami Valery Larbaud8, qui accepte d’ailleurs avec beaucoup de diplomatie la fonction de premier réviseur de la traduction d’Anabase par T. S. Eliot (Hersant, 2019 : 46-50).

6Quelques années après cette première aventure de traduction partagée avec l’auteur de The Waste Land, la carrière diplomatique et la fonction de secrétaire général du Quai d’Orsay contraignent Alexis Leger, déchu de la nationalité française par le gouvernement de Vichy, à s’exiler à Londres en 1940, puis à Washington où il travaille en tant que conseiller littéraire à la Bibliothèque du Congrès. Tandis que son activité poétique est soutenue par la Fondation Bollingen – toutes les traductions américaines de son œuvre seront publiées en édition bilingue dans la « Bollingen Series » –, l’exil américain permet à Saint-John Perse d’acquérir une plus fine connaissance de l’anglais, qui lui permet de collaborer davantage encore avec ses traducteurs (Denis Devlin pour Exil, Hugh Chisholm pour Vents, Wallace Fowlie pour Amers, Robert Fitzgerald pour Chronique) et de fréquenter les poètes américains de son temps, tels Allen Tate et Archibald MacLeish, Mina Curtiss et Beatrice Chanler. Comme T. S. Eliot le constate dès 1930 dans la préface de la première édition de son Anabasis, Saint-John Perse « possède, comme je puis en témoigner, une connaissance sensible et intime de la langue anglaise, autant qu’il maîtrise sa propre langue » (1930 : 11). C’est en annotant et en corrigeant les manuscrits des traductions anglaises de ses œuvres que le poète se fait co-traducteur – ou, pour citer l’expression de T. S. Eliot (ibid. : 10-11) « demi-traducteur ».

La traduction collaborative entre contrôle et création

7Reste la question de l’intentionnalité. Pourquoi Saint-John Perse prend-il part aux traductions de son œuvre poétique ? Faut-il interpréter cette activité d’autotraduction partielle comme la preuve d’un contrôle auctorial excessif (Sperti, 2016), ou comme la manifestation d’un désir créateur prolongeant la genèse de l’œuvre initiale dans une création seconde, une recréation translingue ? De fait, la collaboration traductive de Saint-John Perse s’inscrit dans un entre-deux intentionnel : entre contrôle et création.

8Comme l’explique Maryvonne Boisseau (2009 : 197-198), le succès de l’œuvre du poète exilé est intimement lié à la traduction :

On peut même avancer l’idée que la traduction, les traductions en plusieurs langues, de la poésie déjà publiée à la date de 1925, et tout particulièrement celles du poème Anabase, ont maintenu, à l’extérieur, une forme de continuité et de visibilité pendant les quelque vingt années pendant lesquelles toute réédition en France avait été interdite par Saint-John Perse qui avait ainsi officialisé la séparation de son activité de diplomate de celle de poète. Cette présence continuée du poète sur la scène littéraire internationale de fait rendait son retour possible lorsque les circonstances, dussent-elles être douloureuses, le permettraient. Et cela d’autant plus que Saint-John Perse collaborait au processus de traduction, répondant aux questions de ses traducteurs, faisant des suggestions et apportant des corrections aux versions qui lui étaient remises.

Ainsi, comme le note le poète dans une lettre du 26 mars 1952 accompagnant le renvoi des épreuves de l’édition bilingue de son poème Vents / Winds (dans la traduction de Hugh Chisholm), la traduction acquiert un statut d’original, aspirant à une perfection poétique que seule la révision de l’auteur peut garantir : « Je veux que cette édition, comme celle d’Exil, soit impeccable de correction pour demeurer internationalement et même en France l’édition définitive et le texte de référence » (in Levillain, 1987 : 199).

9Ce souci de perfection, qui ferait de la traduction non une simple version réitérable dans le temps mais un classique immuable, un texte de référence, un original unique, motive Saint-John Perse et le pousse à réviser sans cesse le texte d’Anabasis, à l’occasion des deux rééditions de 1949 (New York) et de 1958 (Londres). À deux reprises, il adresse à son traducteur des propositions de correction visant à établir une plus grande fidélité littérale :

Pour les corrections éventuelles à apporter à votre traduction, je vous prie naturellement de ne considérer jamais mes indications que comme des éclaircissements, non comme des suggestions formelles. Même là où il m’arrive de vous dénoncer très nettement un contresens, j’entends toujours m’en remettre entièrement à vous pour votre réadaptation finale ou votre transposition. […] Pour la commodité de votre travail, dont je voudrais vous grever le moins possible, je vous envoie mon exemplaire d’Anabase (édition américaine de 1938), avec vingt fiches intercalées. Un simple coup d’œil de votre part aura vite raison de la mise au point. […] Renvoyez-moi cet exemplaire […] avec vos corrections directement au texte (Lettres atlantiques[ci-après LA] : 103-104).

J’ai relu, une nouvelle fois, votre traduction d’Anabase. J’en sors avec une admiration encore accrue pour tout ce qui s’exerce là de maîtrise, d’intuition et de tact, dans le travail d’écrivain comme dans la re-création du poète. Et je mesure encore mieux tout ce que je vous dois de reconnaissance. À la vérité, votre texte de la deuxième édition américaine pourrait être repris sans changement à Londres. Les quelques notations que je me suis permis de crayonner sur votre exemplaire, et qui demeurent naturellement soumises à votre entière discrétion, résultent de simples réflexes personnels, en cours de lecture, sans autre portée que celle de suggestions et d’interrogations. J’ai pensé aussi qu’il serait bien, à vos yeux, de pouvoir faire droit à l’éditeur anglais en lui assurant, pour une édition définitive, le bénéfice d’une nouvelle révision après celle de l’édition américaine. Vous en jugerez mieux que moi. J’ai en tout cas tenu à n’user que du crayon pour les annotations sur votre texte anglais : vous les effacerez aisément si vous préférez n’en pas tenir compte. […] Je veux beaucoup, en Angleterre, pour ce petit livre, dont la carrière à l’étranger doit tant au prestige de votre nom et à l’autorité de votre incomparable traduction (ibid. : 187-188).

Miroir de ces révisions réitérées qui ne cessent de prolonger la collaboration traductive entre les deux poètes, la préface de T. S. Eliot pour l’édition de 1949 porte le témoignage des corrections demandées par l’auteur :

Il fallait à ce stade, semble-t-il, une plus grande fidélité au sens exact, une traduction plus littérale. J’ai non seulement corrigé mes propres licences, mais aussi de véritables erreurs. Lors de cette révision, j’ai largement fait appel aux conseils de l’auteur, qui, grâce à sa maîtrise croissante de l’anglais, a repéré des fautes jusqu’alors inaperçues (Saint-John Perse, trad. T. S. Eliot, 1949 : 14, notre traduction).

10La note accompagnant la dernière édition de 1958, en revanche, révèle un certain abandon de l’autorité du traducteur face aux corrections renouvelées du poète, que T. S. Eliot (Saint-John Perse, trad. T. S. Eliot, 1958 : 15, notre traduction) ne souhaite plus cautionner : « Les changements du texte anglais dans cette édition ont été faits par l’auteur lui-même, et tendent à rendre la traduction plus littérale que dans les éditions précédentes. » Le produit final de cette entreprise de traduction commune affirme ainsi la présence de deux auteurs, T. S. Eliot et Saint-John Perse, ainsi que le motif de la transformation incessante du texte anglais, soumis à l’insatiable désir créateur du poète.

  • 9 . Selon une métaphore picturale, les palettes désignent des colonnes paradigmatiques constituées d (...)

11Dans une perspective génétique, la collaboration traductive persienne sera donc interprétée comme une création seconde et translingue, qui reflète, autant qu’elle la redouble, la genèse de l’œuvre première. Abondamment annotés par le poète, les manuscrits des traductions anglaises des poèmes Anabase (1924, par T. S. Eliot), Exil (1944, par Denis Devlin) Vents (1946, par Hugh Chisholm), Amers (1957, par Wallace Fowlie), Chronique (1960, par Robert Fitzgerald) exposent les choix traductifs de Saint-John Perse, mais aussi sa technique d’invention dans la langue anglaise. Les nombreux paradigmes de variantes, ou palettes9, inscrits dans les marges et interlignes de ces manuscrits de traduction, montrent son désir de choisir l’expression la plus apte à recréer le texte premier – ou à s’insérer dans une création nouvelle en langue anglaise. Parfois, les variantes anglaises suivent le cours impérieux d’une nouvelle invention, qui, s’éloignant de l’écriture traduisante, semble s’émanciper et s’affranchir du texte premier, révélant la nature créatrice de la traduction littéraire (Belingard et al., 2017 : 489-500).

12Celle-ci se manifeste aussi dans la pratique du poète-traducteur T. S. Eliot, dont la transposition d’Anabase relève fortement d’une appropriation poétique personnelle (Levillain, 1987 : 127-128). Dans une lettre à Marguerite Caetani, T. S. Eliot invoque des raisons éminemment poétiques pour justifier les libertés prises dans sa traduction : « Les seules différences importantes sont aux endroits où j’ai délibérément falsifié la traduction afin de créer un effet de fraîcheur et de faire en sorte que le lecteur oublie momentanément qu’il lit une traduction. » (LA : 35) Cette revendication d’une licence poétique en faveur d’une plus grande poéticité de la traduction envisage l’entreprise de recréation translingue comme une création à part entière. En affirmant son auctorialité, T. S. Eliot, dans la préface de l’édition de 1930, justifie en ces termes des libertés créatrices ou « écarts » qui garantissent la poéticité de son texte : « Les écarts qui restent sont le fruit de mon intention, et non celui de mon ignorance, à laquelle l’auteur a remédié ; or ils ne sont pas dus non plus à l’ignorance de l’auteur, puisqu’il possède, comme je puis en témoigner, une connaissance sensible et intime de la langue anglaise, autant qu’il maîtrise sa propre langue. » (Eliot, 1930 : 11)

13Saint-John Perse, de son côté, semble tolérer l’infidélité, voire la « falsification », afin d’atteindre un idéal de « fraîcheur » et de « vivacité » dans cette « recréation » poétique. Ainsi, tout en excusant son ingérence d’auteur dans cette entreprise de traduction, s’en remet-il au génie poétique de T. S. Eliot :

Une lettre de notre excellente amie, la Princesse Caetani, me fait part de vos intentions au sujet de la révision de votre manuscrit. Je veux que vous sachiez de moi-même que vous n’avez pas à me renvoyer votre traduction révisée, ni même à vous astreindre en rien à mes indications. Je vous devais, avant tout, de vous faire savoir exactement, et en faisant abstraction de tout souci littéraire, ce que j’avais voulu dire. Ceci fait, sous réserve de quelques contre-sens à éviter, vous demeurez entièrement libre d’en prendre tout à votre aise avec les nécessités de transposition que comporte forcément toute traduction vivante – véritable recréation dès qu’il s’agit d’y sauvegarder les mystères essentiels de l’incantation, c’est-à-dire à la fois ceux de la suggestion verbale et de la suggestion intellectuelle. Je vous demande même instamment, quels que puissent être vos scrupules envers moi, de ne jamais perdre de vue cette obligation de liberté que je vous fais sincèrement. Quand on s’honore comme je le fais d’être traduit par un poète comme vous, c’est bien le moins qu’on veuille bénéficier de toute sa spontanéité. (LA : 38-39)

  • 10 . Sur la traduction de The Hollow Men par Saint-John Perse, voir Leyris, 1990.

Saint-John Perse esquisse ici une idéologie de la traduction, conçue, comme l’illustre bien son adaptation créatrice de The Hollow Men10, comme une véritable recréation, une poïesis. Dans une lettre à T. S. Eliot du 8 février 1949, Saint-John Perse (LA : 103) nomme le pouvoir poétique du poète-traducteur : « Je sais trop tout ce que l’on doit au miracle de la recréation poétique, lorsqu’un Poète et un écrivain de votre rang, de votre race, veut bien y prêter de son filtre artistique. (Faudrait-il écrire “philtre” ?) »

14Le succès littéraire et éditorial de la traduction collaborative dépend ainsi étroitement du capital symbolique qu’incarne le nom de T. S. Eliot, poète prestigieux et garant de la poéticité d’Anabasis, qui, dans le monde anglophone, est parfois considéré comme une de ses propres œuvres. En remerciant T. S. Eliot de cet honneur, Saint-John Perse (LA : 187-188) se montre bien conscient des modalités de réception de « ce petit livre, dont la carrière à l’étranger doit tant au prestige de votre nom et à l’autorité de votre incomparable traduction ». D’autre part, l’autorité dont se voit investi Saint-John Perse en tant que co-traducteur assure l’équivalence poétique entre la création première (texte français) et sa recréation (texte anglais), en maintenant notamment, dans la réécriture traduisante, une certaine fidélité à l’intention créatrice originelle.

Anabasis ou l’aventure partagée d’une traduction créatrice

  • 11 . « Que j’aime retrouver, après tant d’années, ce compagnonnage littéraire qui m’a toujours été ch (...)
  • 12 . Marguerite Caetani, princesse de Bassiano (1880-1963), Américaine mariée au prince Roffredo di B (...)
  • 13 . Cette correspondance a été publiée sous forme d’extraits par Saint-John Perse lui-même dans ses (...)
  • 14 . Voir l’« Introduction » de C. Rigolot aux LA, p. 10.

15Le « compagnonnage littéraire11 » de T. S. Eliot et Saint-John Perse prend naissance grâce à l’entremise d’une amie commune, Marguerite Caetani, princesse de Bassiano12, et s’épanouit au fil d’une longue correspondance entre poètes13, qui nous permet de suivre les nombreuses étapes de création et de révision de la traduction d’Anabasis, dont la première édition paraît en 1930, à Londres, aux éditions Faber and Faber. T. S. Eliot découvre Anabase (1924) sur la recommandation de Caetani14. Très impressionné par le souffle épique du poème et par ses images audacieuses, il décide de recréer, dans sa langue maternelle, cet univers imaginaire qui l’inspire avant tout en tant que poète. Sa lettre à Saint-John Perse du 2 septembre 1929 atteste cette double intention d’auteur et de traducteur : « Je veux vous dire combien a été grand pour moi le plaisir de connaître et de traduire votre poème : il a, en plus d’un point que je pourrais préciser, exercé son influence sur ma propre œuvre en cours. » (LA : 43 et OC : 1143) À la même époque, et à l’instigation de la princesse de Bassiano, Saint-John Perse traduit à son tour un poème inédit de T. S. Eliot, The Hollow Men. Cette traduction, qui fera découvrir l’œuvre de T. S. Eliot au public français, paraît en 1924 dans la revue Commerce ; elle restera la seule traduction-adaptation de Saint-John Perse.

16En 1927, T. S. Eliot envoie son manuscrit de traduction à Saint-John Perse pour révision. Le manuscrit est accompagné de ces mots : « Je vous envoie ci-incluse la traduction complète d’Anabase. J’y ai ajouté quelques notes. Je vous prie de lire attentivement traduction et notes (qui sont des questions que je vous pose), et de me donner le profit de vos idées avant que j’envoie la traduction aux imprimeurs. » (LA, p. 33). Or, c’est en ces termes que Saint-John Perse évoque, rétrospectivement, les circonstances de sa collaboration à la traduction d’Anabase dans ses Œuvres complètes :

À sa traduction d’Anabase, T. S. Eliot devait apporter tant de soin et de scrupule qu’il travailla plusieurs années, sans pouvoir rencontrer, du côté du poète français, toute l’assistance qu’il eût souhaitée. […] Cher Monsieur Leger, lui écrivit-il (en français) le 15 janvier 1927, je vous envoie ci-inclus la traduction complète d’Anabase. J’y ai ajouté quelques notes. Je vous prie de lire attentivement traduction et notes (ce sont des questions que je vous pose), et de me donner profit de vos idées avant que je n’envoie la traduction aux imprimeurs. […] Je voudrais en même temps vous exprimer un peu de mon admiration pour Anabase. Le poème me semble un des plus grands et plus singuliers des temps modernes, et si je peux parvenir à faire une traduction qui soit presque digne d’un tel chef-d’œuvre, je serai tout à fait content. (OC : 1141, et LA : 33-34.)

  • 15 . Pour la transcription de ce manuscrit, voir Hartmann, 2007 : 479. Légèrement modifiées, ces anno (...)

Saint-John Perse mettra deux ans à répondre au poète anglais. En 1929, il lui renvoie le manuscrit avec ses annotations, que Marguerite Caetani a inscrites à l’encre rouge dans les interlignes du tapuscrit15. On peut lire sur la première page du manuscrit de T. S. Eliot : « Report (par M de B) de mes annotations pour T. S. Eliot sur le texte de son projet de traduction (copie). » Parallèlement, nous disposons d’un manuscrit de 11 feuillets A5 portant les annotations de Valery Larbaud, écrites à l’encre verte. Si elles fournissent quelques réponses aux questions du traducteur, les notes de Larbaud ne pouvaient faire autorité. Saint-John Perse rapporte à ce sujet :

En l’absence de toute réponse d’Alexis Leger, [T. S Eliot] recourait à l’entremise amicale de la princesse de Bassiano, fondatrice de la revue Commerce et amie du poète, pour obtenir indirectement quelques indications ou précisions nécessaires. Il était prêt à accepter quelques observations de Valery Larbaud […], mais c’est à l’opinion personnelle de Saint-John Perse qu’il tenait. (OC : 1142)

Une fois ce texte établi, Valery Larbaud intervient, avec toute sa délicatesse diplomatique, lors de la correction des épreuves (pour l’édition de 1930), proposant au traducteur les révisions demandées par le poète. (Levillain, 1987 : 33)

Fig. 1

Fig. 1

T. S. Eliot, « Anabasis », manuscrit dactylographié de la traduction d’Anabase de Saint-John Perse, avec corrections de l’auteur reportées par Marguerite Caetani, c. 1929, f° 1. Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.

17Dans sa lettre du 2 septembre 1929, T. S. Eliot (in OC : 1143) accepte la plupart des suggestions de l’auteur :

J’ai été très heureux de recevoir, par l’entremise de Mme de Bassiano, votre accord et votre révision que j’attendais avec tant d’impatience. Je m’émerveille d’abord de la peine que vous vous êtes donnée à cette occasion, et plus encore de la pertinence de vos corrections. Vous pourrez constater que j’ai adopté la plupart de vos suggestions. Là où je ne l’ai point fait, c’était généralement pour quelque raison de rythme, ou bien de « compensation » : j’entends, pour substituer, sur un point, la richesse d’association d’un mot anglais à celle d’un mot français qui ne pouvait, par ailleurs, être sauvegardée. Après tout, une traduction doit se concevoir globalement, en compensant d’un côté ce qu’on lui enlève de l’autre !

Dans ses annotations destinées à T. S. Eliot, Saint-John Perse commente, explique et réécrit son poème en retraçant la genèse du texte de départ. Les annotations révèlent de fait deux fonctions principales : en tant que commentaires, elles revêtent une fonction herméneutique qui correspond à une explicitation du sens pour le lecteur-traducteur ; en tant que variantes ou palettes (paradigmes de variantes), elles adoptent une fonction créatrice répondant à une libération du désir créateur en vue d’une recréation translingue par l’auteur. Si les commentaires explicatifs épousent le point de vue du lecteur, donc de la réception, les variantes de traduction que propose Saint-John Perse dévoilent, en tant qu’expérimentations lexicales dans la langue seconde, sa démarche poïétique, et se situent du côté de la production et de la création.

18Notre analyse des annotations de Saint-John Perse suivra ainsi une typologie fonctionnelle, classant les passages que nous allons présenter selon deux aspects fondamentaux : la fonction herméneutique (commentaires pour le traducteur) et la fonction créatrice (variantes de traduction), même s’il arrive parfois que ces deux intentions autotraductrices se combinent.

Commentaires herméneutiques

19Souvent, le commentaire de Saint-John Perse retrace la naissance d’une image poétique, processus génétique autant qu’exégétique déployant le sens qu’il s’agit de traduire. Pour la traduction, la connaissance de la motivation figurative d’une métaphore paraît essentielle, puisqu’elle représente l’unique garantie de sa signification à transposer. C’est souvent grâce au commentaire persien que T. S. Eliot parvient à reproduire dans sa traduction cette cohérence significative, portée par une métaphore. Dans l’exemple suivant, la structure syntaxique de la métaphore appositive produit à l’évidence une difficulté de traduction :

Texte français : « Chamelles douces sous la tonte, cousues de mauves cicatrices, que les collines s’acheminent sous les données du ciel agraire… » (Anabase, VII, OC : 105)

T. S. Eliot : « Camels, gentle in shearing, skins crossed with mauve scars, let the hills march forth under the blessing of the harvest sky » (ms. Anabasis, VII, p. 16)

Saint-John Perse : « [Camels, gentle] beneath the shears, sewn [with mauve scars, let the hills march forth under the blessing of the harvest sky] »

Commentaire de Saint-John Perse : « Ce sont les collines qui sont assimilées à des chamelles sous la tonte. »

Édition 1930 : « Milch-camels, gentle beneath the shears, sewn with mauve scars, let the hills march forth under the facts of the harvest sky. »

Édition 1949 : « Like milch-camels, gentle beneath the shears and sewn with mauve scars, let the hills march forth under the scheme of the harvest sky. »

Comme le révèle le commentaire de Saint-John Perse, le comparant « chamelles » se trouve en position appositive dans le texte français, précédant le comparé « collines », sujet de la phrase optative (rendue en anglais par une phrase injonctive). Implicite dans les versions antérieures, le lien métaphorique qui relie « chamelles » et « collines » n’est explicité que dans la deuxième édition de la traduction anglaise, par la présence de l’adverbe comparatif anglais like.

20Sens et sensation se réconcilient ainsi dans la métaphore persienne. L’idée et le sensible, l’abstrait et le concret créent la tension dynamique au cœur de cette figure, qui porte en elle une vision du monde et une idéologie créatrice. Dans un autre passage d’Anabase, la sensation d’un « parfum » et l’idée de « génie » représentent les deux termes, concret et abstrait, sensible et idéal, d’une métaphore au sens complexe. Saint-John Perse commente ainsi :

Texte français : « et celui qui épie le parfum de génie aux cassures fraîches de la pierre » (Anabase, X, OC : 112.)

T. S. Eliot : « he who noses the genial scent in the new fissures of stone » (ms. Anabasis, X, p. 25.)

Correction de Saint-John Perse : « [he who noses the] scent of genius [in the] freshly broken stones / fresh cracks »

Commentaire de Saint-John Perse : « par analogie ou association d’idées : odeur de phosphore, odeur cérébrale, odeur de foudre du génie, l’odeur fulgurante et subtile, l’odeur chimique et spirituelle de la cérébration (odeur du silex, des éclats du silex). »

Éditions 1930 et 1949 : « he who sniffs the odour of genius in the freshly cracked stone. »

Pourquoi avoir remplacé genial scent par scent of genius ? La version proposée par Saint-John Perse met en scène le pouvoir figuratif d’une métaphore in præsentia (construite selon le schéma syntaxique nom + complément déterminatif) qui conserve l’équilibre rythmique autant que sémantique entre les deux substantifs, scent et genius, l’un concret et l’autre abstrait, leur attribuant une valeur équivalente. Dans leur alliance analogique, la sensation odorante et l’idée de génie sont pareillement présentes. Dans la construction genial scent, en revanche, l’emploi de l’adjectif qualificatif épithète genial occulte, en raison de sa fonction syntaxique, la relation analogique existant entre les deux éléments, entre la sensation et le concept : l’idée de « génie », dans sa forme adjectivale, semble être subordonnée à la sensation de « parfum », génial étant un simple attribut qualifiant.

  • 16 . Le mot phosphore a pour sens étymologique la luminosité (grec ϕωσϕορος « lumineux, brillant » de (...)

21Le commentaire explicatif de Saint-John Perse retrace le chemin associatif de ces combinaisons métaphoriques extravagantes, qui relèvent néanmoins d’une logique profonde. Le « phosphore », incarnant l’odeur et surtout la luminescence, engendre, chimiquement, étymologiquement16 et symboliquement, la manifestation de la force spirituelle : la chaîne associative motive et justifie la proximité syntaxique et sémantique entre le « génie » et la « pierre » brisée, « l’éclat du silex ». Le maillon manquant, qui consistait en la qualité luminescente, étincelante mais aussi odorante du phosphore, explicite la pertinence poétique de la métaphore. Celle-ci apparaît alors comme la combinaison heureuse de deux éléments qui s’aimantent dans une vision unique, dans une même sensation synesthésique. La senteur et la lumière du phosphore, « l’odeur fulgurante », donnent naissance à « l’odeur de foudre du génie », à « l’odeur chimique et spirituelle », conjuguant ainsi, en tant que « correspondances secrètes », la matière et l’idée. Au sein de la métaphore, celles-ci s’allient dans une expérience totale de l’esprit et des sens.

  • 17 . Voir Prinderre, 2002.

22On sait quelle place occupe la pierre dans l’imaginaire persien17. « [L]’éclat du silex », proférant un parfum phosphorique et dégageant une luminosité phosphorescente, la « foudre de génie », illustre cette « magie géologique ». L’éclair jaillissant de la pierre alchimique figure, métaphoriquement, l’univers de la création poétique où triomphe la violence fulgurante de l’imagination créatrice, en proie à l’inspiration divine. Celle-ci fond, tel un éclair « phosphorescent », sur le poète-médium. Cette conception mythique de la création se trouve illustrée par l’étymologie du mot génie remontant à deux racines latines : genius « divinité tutélaire, démon », incarnation de l’inspiration venant d’ailleurs, et ingenium « esprit, intellect, intelligence extraordinaire, talent », allusion au « génie » du poète, à son esprit fulgurant, qui a sa source dans la présence d’une divinité.

23La magie de la pierre, donnant accès à un ailleurs grâce à la force transfigurante de la métaphore, se retrouve dans une autre annotation de Saint-John Perse, où elle apparaît dans une évocation plus visuelle qu’odorante, et devient le support d’un dessin figuratif :

Texte français : « Je sais la pierre tachée d’ouïes » (Anabase, VII, OC : 105)

T. S. Eliot : « I know the stones pitted with earholes » (ms. Anabasis, VII, p. 16)

Variante de Saint-John Perse : « [I know the stones] stained [with] gills / ears » (p. 16)

Commentaire de Saint-John Perse : « J’ai pensé aux plaques de lichens sur les pierres, et, par association, aux ouïes, écailles, dartres des lézards. »

Éditions 1930 et 1949 : « I know the stones gillstained. »

Fig. 2

Fig. 2

T. S. Eliot, « Anabasis », manuscrit dactylographié de la traduction d’Anabase de Saint-John Perse, avec corrections de l’auteur reportées par Marguerite Caetani, c. 1929, f° 18. Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.

Ici, le commentaire de Saint-John Perse associe à sa valeur explicative un intérêt génétique : remontant le chemin de la création en poursuivant la naissance de l’image poétique à partir de son origine imaginaire, Saint-John Perse livre la clé herméneutique de la métaphore picturale. La genèse et le fonctionnement intime de l’engendrement scriptural à partir d’une représentation imaginaire se révèlent ici d’ordre visuel, figuratif, sémiotique : le dessin du lichen sur la pierre rappelle la forme aquadynamique des ouïes et des écailles reptiliennes. Le transfert métaphorique est motivé par une analogie de forme : pour pouvoir traduire, il faut voir, retracer la vision initiale ayant inspiré le passage figuré. S’opposant à l’exemple précédent, où la métaphore reposait sur une motivation « verticale », créant une liaison entre les éléments concrets et abstraits en conférant au dernier une qualification sensorielle (« odeur cérébrale »), l’association figurative est ici « horizontale », le dessin du lichen sur la pierre et la forme des branchies du lézard représentant tous deux une réalité concrète et visuelle.

24Les commentaires de Saint-John Perse à destination de T. S. Eliot remplissent ainsi une fonction herméneutique : ils éclairent le fonctionnement sémantique des configurations métaphoriques, en livrant cette fameuse clé interprétative dont parle le traducteur d’Anabase au début de son aventure :

  • 18 . T. S. Eliot, lettre à Marguerite Caetani-Bassiano, octobre 1926, Archive Caetani, Rome ; nous so (...)

I confess that this is more difficult than I thought initially. The idea (and there decidedly is one), is conveyed by a cumulative succession of images and one cannot simply translate the images, one must find equivalents that cannot be done bit by bit, but by founding an English key to the combination18.

À cette première fonction herméneutique s’ajoute une valeur génétique, puisque Saint-John Perse dévoile également, dans les commentaires que nous venons d’analyser, l’intention créatrice qui est à l’origine du processus scriptural, ainsi que le cheminement imaginaire qui a donné naissance aux réseaux métaphoriques de son œuvre.

Variantes créatrices

25Participant activement à l’écriture traduisante, les variantes créatrices de Saint-John Perse dévoilent son désir de réécrire son poème en anglais, de sorte que la genèse poétique persienne, passant d’une langue à l’autre, peut être qualifiée de translingue. Dans cette perspective, l’activité d’autotraduction se rapporte moins à une invention redoublée dans la langue seconde qu’à une genèse prolongée par-delà la frontière linguistique. Ainsi les procédés scripturaux que nous pouvons observer en anglais obéissent-ils souvent à ceux que nous avons pu analyser lors de l’émergence du texte français, comme par exemple le procédé étymologique dans le passage suivant.

26C’est en effet le recours à l’étymologie qui illustre la fonction autoréférentielle de l’écriture poétique, et qui fait d’Anabase, épopée de la conquête guerrière, une quête poétique – l’histoire d’une naissance et d’une ascension créatrices.

Texte français : « Les cavaliers au fil des caps, assaillis d’aigles lumineuses et nourrissant à bout de lances les catastrophes pures du beau temps, publiaient sur les mers une ardente chronique. » (Anabase, IV, OC : 102.)

T. S. Eliot : « The horsemen on the crest of the capes, battered by luminous eagles, stirring with their speartips the catastrophes of fine weather, issued over the seas a fervent report. » (ms. Anabasis, p. 13.)

Correction de Saint-John Perse : « [The horsemen on the crest of the capes,] assailed [by luminous eagles,] and nourishing on the tips of their spears the pure catastrophes of sunshine, published [over the seas] an ardent chronicle. »

Édition 1930 : « The horsemen on the crest of the capes, battered by luminous eagles, and feeding on their spear-tips the pure disasters of sunshine, issued over the seas a fervent report. »

Édition 1949 : « The horsemen on the crest of the capes, battered by luminous eagles, and feeding on their spear-tips the pure disasters of sunshine, published over the seas a fiery bulletin. »

Fig. 3

Fig. 3

T. S. Eliot, « Anabasis », manuscrit dactylographié de la traduction d’Anabase de Saint-John Perse, avec corrections de l’auteur reportées par Marguerite Caetani, c. 1929, f° 15. Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.

27Témoignant d’une création continue et translingue, les variantes de Saint-John Perse maintiennent systématiquement la même étymologie entre l’expression française et son équivalent anglais, tandis que les propositions lexicales de T. S. Eliot tendent à contourner ce rapprochement entre la langue d’origine et sa traduction par l’existence d’un étymon latin commun. Alors que Saint-John Perse propose ardent chronicle pour « ardente chronique », T. S. Eliot choisit fervent report dans la première édition, et fiery bulletin dans la deuxième. De même, Saint-John Perse préfère nourishing pour « nourrissant », alors que T. S. Eliot élit le verbe feeding. Une troisième fois, Saint-John Perse investit sa recréation translingue d’un principe étymologique, en choisissant published pour « publiaient » ; T. S. Eliot recourt d’abord au verbe issued, puis le remplace, dans la deuxième édition, par published, certainement sur demande de l’auteur.

28Sans doute T. S. Eliot écarte-t-il d’abord cette « facilité étymologique » pour éviter un faux sens en anglais ; mais c’est précisément cette crainte qui conduit souvent à une inflexion sémantique dans la traduction éliotienne, dépouillant le texte persien de sa profondeur mythique. Prenons par exemple le mot chronique, qui désigne un genre historique relatant des exploits politiques et guerriers – et qui deviendra, en 1960, le titre d’un recueil de Saint-John Perse. La thématique belliqueuse, présente également dans le genre historique de l’épopée, traditionnellement écrite en vers, est illustrée dans le passage par un riche lexique militaire – « cavaliers », « assaillir », « lances », « ardent », « catastrophe ». Saint-John Perse confère au mot chronique une valeur métapoétique, situant ainsi sa propre Anabase dans une tradition littéraire et l’inscrivant dans le sillage de Xénophon et de son Anabase, récit de la retraite des Dix Mille.

  • 19 . Voir le commentaire de Saint-John Perse sur la première page du manuscrit de T. S. Eliot, à prop (...)

29Même si toute allusion à l’héritage antique est démentie par l’auteur19, c’est probablement pour cette raison intertextuelle que Saint-John Perse écarte les propositions de T. S. Eliot, « bulletin » (journal, communiqué) et « report » (compte rendu, rapport), expressions qui ne désignent aucun genre littéraire historique, contrairement au terme anglais chronicle (traduction exacte du mot français chronique) qui revêt dans le passage une signification réflexive et autoréférentielle.

30Pour Saint-John Perse, traduire signifie avant tout recréer l’univers imaginaire du poème dans la langue seconde, ainsi que le mythe créateur qui lui a donné naissance. Aussi le songe poétique conçu dans l’ivresse dionysiaque engendre-t-il le mouvement du devenir qui traverse non seulement le poème, mais aussi l’acte créateur. L’enthousiasme et l’illumination, à la source de la vision poétique, ne cessent de faire leur apparition dans Anabase, qui pose ainsi les principes mythiques et éthiques de la création et illustre les pratiques d’une divination archaïque, assimilant le message divin à un oracle :

Texte français : « Trahissant l’âme la moins sobre et soulevé des pures pestilences de la nuit, je m’élèverai dans mes pensées contre l’activité du songe ; je m’en irai avec les oies sauvages, dans l’odeur fade du matin !… » (Anabase, V, OC : 100)

T. S. Eliot : « With an unreserved soul and roused from the pure pestilences of night, in my thoughts I protested against the activity of dream, I shall be off with the wild geese, in the thin scent of morning. » (ms. Anabasis, V, p. 11)

Variantes de Saint-John Perse : « Betraying the last sober soul [and roused from the pure pestilences of night, in my thoughts I] will protest [against the activity of dream, I shall be off with the wild geese in the] nauseous smell [of morning]. »

Palette de Saint-John Perse : « nauseous / mawkish / squeamish / sickening »

Commentaire de Saint-John Perse : « J’aurais souhaité un mot qui pût rendre, pour l’absolu du poème, ce qu’il y a à la fois d’écœurant et de sacré dans « l’odeur de viscères » du matin. (cf. idée primitive de sacrifice : entrailles.) »

Édition 1930 : « Betraying the least sober soul and roused from the pure pestilences of night, / In my thoughts I will protest against the activity of dream: / I shall be off with the wild geese, in the sick smell of morning » (p. 39-40)

Édition 1949 : « […] in the stale smell of morning » (p. 37)

Fig. 4

Fig. 4

T. S. Eliot, « Anabasis », manuscrit dactylographié de la traduction d’Anabase de Saint-John Perse, avec corrections de l’auteur reportées par Marguerite Caetani, c. 1929, f° 13. Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.

  • 20 . Voir l’odeur du phosphore, « l’odeur fulgurante et subtile, l’odeur chimique et spirituelle de l (...)

Il n’est pas étonnant que le thème de l’ivresse surgisse ici sous la forme de son antonyme ; la correction de Saint-John Perse, qui préfère, dans un même souci étymologique, « sober » à « unreserved », atteste que le terme français sobre apparaît au sens littéral, et non au sens figuré de « réservé, froid, manquant de passion ». « [L]’âme la moins sobre » est en même temps la plus avertie, la plus sensible au parfum de l’épiphanie. Le poète-conquérant d’Anabase se métamorphose en aruspice, chargé de prendre les augures symbolisés par le vol matinal des oies, mais surtout par les « entrailles » (qui apparaissent dans le commentaire à l’intention du traducteur), lieu de la manifestation de la volonté divine. L’odeur viscérale (« odeur d’entrailles ») du matin, recréée par Saint-John Perse dans sa palette « nauseous / mawkish / squeamish / sickening », confirme l’intuition interprétative amorcée dans le vol des oies : il s’agit d’une scène de divination par les augures. La palette de Saint-John Perse décompose les éléments sémantiques de cette odeur du matin, que le poète tente de recréer dans sa totalité dans le texte anglais : elle est à la fois fade (mawkish), nauséabonde / écœurante (nauseous / sickening), et, épousant une valeur passive, dégoûtée (squeamish – littéralement « qui a la nausée »). L’odeur fade du matin, fétide, douceâtre, fait écho aux « pestilences de la nuit », odeur infecte, miasme putride et écœurant. L’assonance en [a] reproduit phonétiquement cette fadeur nauséabonde (« les oies sauvages, dans l’odeur fade du matin ») dans le texte français, procédé sonore que T. S. Eliot parvient à restituer par une allitération en [s] : « the least sober soul […] in the sick / stale smell of morning ». À travers le commentaire de Saint-John Perse, nous découvrons que cette senteur possède une valeur métaphysique : comme ailleurs20, la présence transcendante se manifeste ici par la sensation la plus concrète, la plus intense, dans l’émanation la plus épaisse, la plus « charnelle » de l’être. Le « songe », en revanche, activité spirituelle qui s’oppose à la densité de la sensation, activité nocturne et dangereuse aussi parce qu’ouvrant l’accès au royaume du subconscient et à la profondeur nocturne de l’indistinct, doit céder devant la « pensée » et le départ matinal – « je m’en irai avec les oies sauvages » – nécessaires pour le travail conscient de la divination créatrice. Les métaphores de la divination, appartenant à l’univers mythique de la civilisation romaine, renvoient ici au travail créateur, qui est défini par une activité herméneutique et investi d’un pouvoir sacré, oraculaire.

31Les variantes créatrices de Saint-John Perse dévoilent ainsi le désir créateur du poète qui se poursuit dans la langue anglaise, tout en révélant les constantes scripturales de la genèse initiale – par exemple le principe étymologique, pilier stylistique de l’univers mythique d’Anabase. L’activité traduisante de Saint-John Perse est créatrice autant qu’elle possède une valeur génétique, de sorte que nous pouvons parler ici d’une création poétique toujours recommencée, à l’origine d’une véritable genèse bilingue.

Conclusion

32La création partagée à l’origine d’Anabasis se révèle comme une aventure unique qui réunit deux grands poètes de la modernité, transformant l’écriture traduisante en une véritable poïesis, une anabase scripturale toujours renouvelée. Si « Saint-John Perse fait à juste titre état des conséquences “incalculables” d’avoir été traduit par un poète du prestige et du talent d’Eliot – c’est grâce à Anabasis, la traduction anglaise d’Anabase, qu’il attirera l’attention du monde anglo-saxon, non seulement en 1930 mais au cours des éditions successives » (LA : 17) –, T. S. Eliot reconnaît pour sa part la vertu inspiratrice de cette aventure de transposition, qui participe à la genèse de sa propre œuvre en cours – les poèmes Ash Wednesday (1927-1930) et « Journey of the Magi » (1927, Ariel Poems) –, tout en imprégnant d’une résonance secrète son œuvre future – par exemple « Burnt Norton » (1936) dans Four Quartets. Dans son article d’hommage intitulé « Un feuillet unique », T. S. Eliot (1965 : 198) affirme cette influence qu’a exercée l’œuvre persienne sur sa propre production littéraire : « On voit son influence dans quelques-uns des poèmes que j’écrivis après avoir achevé la traduction : influence des images et peut-être aussi du rythme. Ceux qui examineront mes derniers ouvrages trouveront peut-être que cette influence persiste toujours. »

33La valeur génétique des traces de cette collaboration traductive est indéniable : le manuscrit de T. S. Eliot, chargé des annotations persiennes, porte le témoignage vivant d’une création à quatre mains, métamorphosant le processus traductif en une genèse partagée dont nous avons relevé certains aspects marquants. Les commentaires à l’intention du traducteur et l’expérimentation lexicale qui se dévoile dans les paradigmes de variantes de Saint-John Perse montrent la double fonction, à la fois herméneutique et créatrice, de l’autotraduction persienne. Le désir créateur qui s’y fait jour donne naissance à une réécriture en anglais, deuxième langue de création d’un écrivain plurilingue.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Eliot, Thomas Stearns, 1929, Manuscrit Anabasis, Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.

, 1930, « Preface », in Saint-John Perse, Anabasis, trad. T. S. Eliot, Londres, Faber & Faber, p. 7-11.

, 1949, « Note to revised edition », in Saint-John Perse, Anabasis, trad. T. S. Eliot, New York, Harcourt & Brace, p. 13-14.

, 1958, « Note to the third edition », in Saint-John Perse, Anabasis, trad. T. S. Eliot, Londres, Faber & Faber, p. 15.

, 1965, « Un feuillet unique », trad. Dominique Aury, in Honneur à Saint-John Perse, Paris, Gallimard, p. 18-19.

Lettres atlantiques. Saint-John Perse, T. S. Eliot et Allen Tate (1926-1970), 2006, Cahiers Saint-John Perse, 17, éd. Carol Rigolot. [LA]

Saint-John Perse, 1930, Anabasis, trad. T. S. Eliot, Londres, Faber & Faber.

, 1938, Anabasis, trad. T. S. Eliot, New York, Harcourt & Brace.

, 1949, Anabasis, trad. T. S. Eliot, New York, Harcourt & Brace.

, 1958, Anabasis, trad. T. S. Eliot, Londres, Faber & Faber.

, 1972, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Sources secondaires

Belingard, Laurence, Boisseau, Maryvonne & Sanconie, Maïca, 2017, « Traduire, créer », Meta : Journal des traducteurs, vol. 63, n° 3 « La traduction littéraire comme création », p. 489-500.

Boisseau, Maryvonne, 2009, « Traduire Saint-John Perse en anglais : intuition critique et raison poétique. Entre Denis Devlin et Derek Mahon », Souffle de Perse, Revue de la Fondation Saint-John Perse, n° 14, p. 189-214.

Camelin Colette & Gardes-Tamine, Joëlle, 2002, La Rhétorique profonde de Saint-John Perse, Paris, Champion.

Grésillon, Almuth, 1994, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes, Paris, Presses universitaires de France.

Hartmann, Esa Christine, 2007, Les Manuscrits de Saint-John Perse. Pour une poétique vivante, Paris, L’Harmattan.

, 2018, « Discovering the coulisses of artistic collaboration: A genetic reading of the English translation of Saint-John Perse’s poem Amers », Ilha do Desterro. A Journal of English Language, Literature in English and Cultural Studies, vol. 76, n° 2, p. 153-164.

, 2020, « Saint-John Perse et T. S. Eliot : une traduction à deux plumes », in Patrick Hersant (dir.), Traduire avec l’auteur, Paris, Sorbonne université Presses, p. 45-73.

Hersant, Patrick, 2019, « La troisième main : réviser la traduction littéraire », in E. Hartmann et P. Hersant (dir.), Au Miroir de la traduction. Avant-texte, intratexte, paratexte, Paris, Archives contemporaines, p. 45-70.

(dir.), 2020, Traduire avec l’auteur, Paris, Sorbonne université Presses.

Levillain, Henriette, 1987, Sur deux versants. La création chez Saint-John Perse d’après les versions anglaises de son œuvre poétique, Paris, Corti.

Leyris, Pierre, 1990, « Quand T. S. Eliot parle Perse », Palimpsestes, n° 2, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 19-27.

Little, Roger, 1984, « Saint-John Perse et James Joyce : genèse d’un pseudonyme », in Roger Little (dir.), Études sur Saint-John Perse, Paris, Klincksieck, p. 199-203.

Prinderre, Corinne, 2002, Le mot pierre dans l’œuvre poétique de Saint-John Perse. Contribution du vocabulaire géologique à la poétique persienne, Thèse de doctorat sous la direction de Joëlle Gardes-Tamine, Université Aix-Marseille 1.

Rigolot, Carol, 2002, Forged Genealogies: Saint-John Perse’s Conversations with Culture, Chapel Hill, The University of North Carolina Press.

Sperti, Valeria, 2016, « La traduction littéraire collaborative entre privilège auctorial et contrôle traductif », in Alessandra Ferraro et Rainier Grutman (dir.), L’Autotraduction littéraire. Perspectives théoriques, Paris, Classiques Garnier, p. 141-167.

Ventresque, Renée, 2007, Saint-John Perse dans sa bibliothèque, Paris, Champion.

Haut de page

Notes

1 . Pour une analyse des manuscrits de Saint-John Perse et de la traduction de son œuvre en anglais, voir Hartmann, 2007.

2 . Voir Hartmann, 2018.

3 . Pour une typologie des configurations de la collaboration traductive, voir Hersant (dir.), 2020.

4 . Pour une analyse exhaustive du manuscrit de T. S. Eliot et de la correspondance entre les deux poètes, voir notre article « Saint-John Perse et T. S. Eliot : une traduction à deux plumes » (Hartmann, 2020).

5 . « De la France, rien à dire : elle est moi-même et tout moi-même. Elle est pour moi l’espèce sainte, et la seule, sous laquelle je puisse concevoir de communier avec rien d’essentiel en ce monde. Même si je n’étais pas un animal essentiellement français, une argile essentiellement française (et mon dernier souffle, comme le premier, sera chimiquement français), la langue française serait encore pour moi la seule patrie imaginable, l’asile et l’antre par excellence, l’armure et l’arme par excellence, le seul “lieu géométrique” où je puisse me tenir en ce monde pour y rien comprendre, y rien vouloir ou renoncer. » (Saint-John Perse, Lettre à Archibald MacLeish, 23 décembre 1941, OC, p. 550-551.)

6 . Voir Ventresque, 2007 : 25 et suiv. et 249 et suiv. Voir aussi Rigolot, 2002.

7 . Saint-John Perse signe ses premières œuvres du pseudonyme Saint-Leger Leger.

8 . Voir Saint-John Perse, « Poème pour Valery Larbaud (« Jadis Londres ») », OC : 463-464, et « Message pour Valery Larbaud », Boston, 10 août 1951, OC : 557-558.

9 . Selon une métaphore picturale, les palettes désignent des colonnes paradigmatiques constituées de variantes équivalentes. En critique génétique, le terme « palette » est concurrencé par celui de « paradigme », désignant une « série d’unités linguistiques appartenant à la même catégorie syntaxique et reliées entre elles par des rapports sémantiques. Un paradigme de substitutions représente la série de réécritures d’une même unité initiale ; un ensemble paradigmatique s’inscrit verticalement sur le flux horizontal de la linéarité syntagmatique d’un avant-texte. » (Grésillon, 1994 : 245)

10 . Sur la traduction de The Hollow Men par Saint-John Perse, voir Leyris, 1990.

11 . « Que j’aime retrouver, après tant d’années, ce compagnonnage littéraire qui m’a toujours été cher ! » (Lettre de Saint-John Perse à T. S. Eliot du 21 mai 1959, reproduite dans Lettres atlantiques, p. 211.)

12 . Marguerite Caetani, princesse de Bassiano (1880-1963), Américaine mariée au prince Roffredo di Bassiano, a fondé la revue Commerce et dirigé la revue Botteghe oscure.

13 . Cette correspondance a été publiée sous forme d’extraits par Saint-John Perse lui-même dans ses OC. Voir « Lettres d’exil », « Lettres à T. S. Eliot (1949-1958) », p. 1037-1040. Récemment éditée dans son intégralité (voir LA), la conversation épistolaire entre Saint-John Perse et T. S. Eliot s’étend de 1926 à 1959 et traite de divers sujets littéraires, de traduction, mais aussi d’affaires humaines. Elle a valeur de document historique éclairant les échanges littéraires entre les mondes francophone et anglophone au milieu du xxe siècle, mais aussi les politiques éditoriales.

14 . Voir l’« Introduction » de C. Rigolot aux LA, p. 10.

15 . Pour la transcription de ce manuscrit, voir Hartmann, 2007 : 479. Légèrement modifiées, ces annotations seront insérées dans les OC sous le titre « Observations et corrections de Saint-John Perse pour la traduction anglaise d’Anabase par T. S. Eliot » (OC : 1145-1147).

16 . Le mot phosphore a pour sens étymologique la luminosité (grec ϕωσϕορος « lumineux, brillant » de ϕϖς « lumière »). La luminosité étant symboliquement liée à l’esprit, le verbe phosphorer signifie, dans le registre familier, « travailler intellectuellement ». Ce qui peut expliquer, entre autres, l’association entre phosphore et génie dans ce passage.

17 . Voir Prinderre, 2002.

18 . T. S. Eliot, lettre à Marguerite Caetani-Bassiano, octobre 1926, Archive Caetani, Rome ; nous soulignons.

19 . Voir le commentaire de Saint-John Perse sur la première page du manuscrit de T. S. Eliot, à propos du titre : « Le mot “Anabase” est neutralisé dans ma pensée jusqu’à l’effacement d’un terme usuel, et ne doit plus suggérer aucune association d’idées classiques. Rien à voir avec Xénophon. »

20 . Voir l’odeur du phosphore, « l’odeur fulgurante et subtile, l’odeur chimique et spirituelle de la cérébration » (ms. Anabasis, p. 25).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende T. S. Eliot, « Anabasis », manuscrit dactylographié de la traduction d’Anabase de Saint-John Perse, avec corrections de l’auteur reportées par Marguerite Caetani, c. 1929, f° 1. Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/6032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 2
Légende T. S. Eliot, « Anabasis », manuscrit dactylographié de la traduction d’Anabase de Saint-John Perse, avec corrections de l’auteur reportées par Marguerite Caetani, c. 1929, f° 18. Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/6032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 3
Légende T. S. Eliot, « Anabasis », manuscrit dactylographié de la traduction d’Anabase de Saint-John Perse, avec corrections de l’auteur reportées par Marguerite Caetani, c. 1929, f° 15. Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/6032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Fig. 4
Légende T. S. Eliot, « Anabasis », manuscrit dactylographié de la traduction d’Anabase de Saint-John Perse, avec corrections de l’auteur reportées par Marguerite Caetani, c. 1929, f° 13. Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/6032/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esa Christine Hartmann, « Anabasis de T. S. Eliot et Saint-John Perse : genèse d’une traduction à quatre mains », Palimpsestes, 34 | -1, 101-118.

Référence électronique

Esa Christine Hartmann, « Anabasis de T. S. Eliot et Saint-John Perse : genèse d’une traduction à quatre mains », Palimpsestes [En ligne], 34 | 2020, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/6032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/palimpsestes.6032

Haut de page

Auteur

Esa Christine Hartmann

Esa Christine Hartmann enseigne la littérature allemande et la traduction à l’université de Strasbourg. Ses recherches actuelles sont consacrées à l’approche génétique de la traductologie et de la création plurilingue. Elle a publié Les Manuscrits de Saint-John Perse. Pour une poétique vivante (Paris, L’Harmattan, 2007), ainsi que de nombreux articles de critique génétique portant sur le processus créateur de Saint-John Perse et de ses traducteurs anglais, américains et allemands. Elle est membre du « Groupe d’études sur le plurilinguisme européen » du laboratoire LiLPa de l’université de Strasbourg et membre associé de l’équipe « Multilinguisme, traduction, création » de l’ITEM/CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search