Navigation – Plan du site

Présentation

Béatrice Vautherin
p. 7-9

Texte intégral

1La variété des contributions rassemblées dans ce volume témoigne de la richesse du sujet retenu comme thème du colloque d'octobre 1988. La question a été envisagée sous de multiples aspects. Certains ont considéré que la notion de mise en relief, loin d'être claire, méritait d'être discutée plus ou moins longuement. Il semble possible, néanmoins, de dégager une définition minimale commune à tous les intervenants.

2Mettre en relief un élément consiste à attirer particulièrement l'attention du lecteur ou de l'auditeur sur cet élément, qui peut être de longueur et de nature très variables, et ceci par des moyens linguistiques divers. La notion de mise en relief appartient donc clairement au domaine de la pragmatique. Elle concerne les intentions, les buts visés par l'énonciateur dans la communication. Si le type d'élément mis en relief et les moyens utilisés peuvent varier largement, les valeurs pragmatiques de la mise en relief peuvent elles aussi être très diverses. On peut mettre en relief un élément pour signifier que c'est la raison d'être du message, le sommet informationnel. Dans ce cas, il y a identité entre mise en relief et focalisation. C'est sans doute ce que, spontanément, on a tendance à mettre sous l'étiquette, mais, comme nous le verrons en explorant les diverses contributions, il y a bien d'autres raisons qui peuvent amener l'énonciateur à mettre un élément en relief.

3Antoine BERMAN décrit le principe d'abondance, la copia verborum, et son application dans la traduction de Plutarque par Jacques Amyot au XVIe siècle, illustrée d'exemples savoureux. Il adopte sur la traduction un point de vue radicalement opposé à l'idée d'appauvrissement, de perte, considérée traditionnellement comme inhérente à l'opération. La traduction est montrée, de manière très convaincante, comme enrichissement pour les deux cultures et les deux langues, assurant notamment la survie de l'œuvre et le renouvellement de la langue cible. Ainsi, la traduction d'Amyot constitue doublement une mise en relief de l'œuvre de Plutarque, par son existence même et par les principes qui la guident et qui sont ceux de l'époque.

4Pierre CADIOT critique la notion de mise en relief qu'il estime mal définie. Les moyens utilisés sont très divers : modification de l'ordre des mots, accent tonique ou constructions spécifiques (clivées). La valeur communicationnelle est elle-même très variable. Il propose ensuite une esquisse des valeurs stylistiques ou illocutoires des constructions détachées chères à L.-F. Céline et examine enfin quelques exemples de traductions de ces constructions tirées des premières pages de Mort à crédit.

5Béatrice VAUTHERIN s'intéresse à une structure syntaxique susceptible d'être utilisée à des fins de mise en relief, les inversions sujet-verbe. Elle tente d'éclaircir la notion de mise en relief en la comparant aux notions connexes de thématisation ou focalisation, information donnée/information nouvelle, couramment utilisées dans les descriptions de l'organisation du message. Elle étudie ensuite les structures avec inversions dans un corpus fermé, Women in Love, de D.H. Lawrence et sa traduction française. Ces structures en elles-mêmes semblent poser peu de problèmes aux traducteurs mais ont le mérite de rappeler l'importance capitale de l'ordre des mots en général.

6Jacqueline GUILLEMIN-FLESCHER, à partir d'un corpus de traductions publiées dans, le sens anglais-français et vice-versa, met en lumière les différences récurrentes entre les deux langues en ce qui concerne la représentation de l'action, de l'activité (problèmes temporels et aspectuels) et de l'événement (passivation). Selon le cas, en anglais, c'est le processus qui est privilégié ou le but, alors que ces distinctions ne sont pas nécessairement faites en français. Les structures récurrentes utilisées par les traducteurs montrent que la relation entre grammaire et. stylistique relève plus de la dépendance et de la continuité que de la rupture.

7André CHASSIGNEUX traite de phénomènes liés à la linéarité dans la traduction française de textes économiques écrits en anglais : différences dans l'ordre des mots et des propositions. Il montre notamment comment la cause et l'effet se placent différemment dans les deux langues et il pose la question du caractère facultatif ou obligatoire de ces modifications de l'ordre des éléments.

8Paul VOLSIK étudie les clivées dans un corpus de traductions publiées dans le sens français-anglais et inversement. Il rappelle que le domaine stylistique est celui du choix et non de la contrainte. Il montre, cependant, chiffres à l'appui, que ces choix ne sauraient être arbitraires puisque, sur de grands échantillons de textes, on peut dégager des tendances résolument opposées dans les deux langues.

9Guy LECLERCQ s'intéresse, dans Alice's Adventures in Wonderland, à un type particulier de mises en relief, celles que constituent les silences, les pauses, les hésitations, les bégaiements, les mots ou expressions réfrénées parce que tabous dans la situation. Il analyse un certain nombre de phénomènes de ce type puis compare six traductions de trois extraits particulièrement intéressants de ce point de vue. Il propose enfin une septième traduction conforme aux remarques formulées dans son travail.

10Antoinette ROUBICHOU-STRETZ montre, à partir de trois extraits du roman de Nadine Gordimer, The Conservationist, les problèmes spécifiques qu'elle a rencontrés pour traduire cet ouvrage : les répétitions, les phrases elliptiques, l'implicite, les ambiguïtés ou indéterminations du sens. L'exigence de fidélité absolue au texte affirmée par l'auteur s'est parfois heurtée à l'exigence de lisibilité en français.

11Mary WOOD étudie les marques prosodiques de mise en relief (accentuation, intonation, pauses), ou plus exactement ce qu'on peut en reconstruire à partir de l'écrit, dans des traductions françaises de textes de théâtre et de dialogues tirés de nouvelles et de romans anglais contemporains. Une grande vigilance s'impose dans ce domaine, car la prosodie conditionne fortement l'interprétation sémantique. Bien que les différences entre les deux langues soient bien connues et largement décrites, les traducteurs n'osent pas toujours remplacer les marques prosodiques de mise en relief de l'anglais par des marques explicites, syntaxiques ou lexicales, en français.

12Richard NICE expose les difficultés qu'il a rencontrées concernant la mise en relief dans ses traductions de Pierre Bourdieu en anglais et justifie un certain nombre de choix qui méritent d'être commentés. Il traite essentiellement de problèmes lexicaux mais mentionne aussi l'emploi des italiques dans les deux langues ainsi que les questions de rythme et de segmentation du message.

13Tous les auteurs, on le voit, ont envisagé la question sous l'angle contrastif, mais avec des objectifs différents, que reflètent leurs choix concernant les langues de travail, le sens de la comparaison, la nature des corpus, et la recherche éventuelle de principes transmissibles.

14L'originalité de cette recherche tient notamment à la pluralité et la diversité des textes où elle est ancrée : textes littéraires, économiques, sociologiques. Le fait que plusieurs intervenants sont aussi les traducteurs des œuvres sur lesquelles ils s'appuient constitue un autre aspect original de ce recueil : en matière de traduction et de stylistique comparée, la réflexion du praticien sur sa praxis est toujours éclairante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Vautherin, « Présentation », Palimpsestes, 5 | 1991, 7-9.

Référence électronique

Béatrice Vautherin, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 22 décembre 2010, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/610

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals