Navigation – Plan du site

La mise en relief, un bilan linguistique a propos de la traduction anglaise des premières pages de Mort a crédit de L.-F. Céline

Pierre Cadiot
p. 19-36

Texte intégral

La notion de mise en relief est pré-théorique

  • 1  Rien de plus pernicieux bien sûr que l'évidence. Ainsi P. Feyerabend (1979) a-t-il de bonnes formu (...)

1Marquée par ses origines dans une stylistique littéraire, souvent impressionniste, elle désigne de manière conceptuellement non élaborée un ensemble mal contrôlable de phénomènes en les associant dans une sorte d'évidence 1 intuitive et qui, comme on le verra, met un peu le monde à l'envers. En outre, elle est très polymorphe, ou polyvalente, ne serait-ce qu'en termes de domaines d'application. Voici pour commencer quelques facettes de cette polyvalence :

Les formes linéaires de la mise en relief

  • 2  Cf. P. Cadiot & B. Fradin (eds.), 1988, et notamment la contribution de B. Fradin.

2Dans le domaine de la description matérielle des formes syntaxiques, et en se limitant par souci de simplicité à la seule problématique de l'ordre des mots dans une phrase simple (i.e. ne comportant qu'une seule prédication), on peut rappeler sommairement que l'intuition associe naturellement la notion de mise en relief à des phénomènes de chaîne ou de linéarité. A cet égard, certains travaux récents2 ont permis d'établir des débuts de typologies de ces phénomènes complexes. Croisons, pour rappeler l'essentiel, les trois paramètres pertinents suivants :

(a)

la présence d'une pause : [± PAUSE],

(b)

le statut grammatical-fonctionnel du groupe nominal "mis en relief. Ou bien, il garde la trace de son statut fonctionnel dans l'énoncé, ou bien, ce n'est pas le cas : [± CAS],

(c)

la présence/absence d'un pronom de rappel au sein de l'énoncé : [±PROPAP].

3On est ainsi amené à distinguer au moins quatre cas bien typés (les autres combinaisons paraissant plus marginales) : l'inversion (1), le détachement sans rappel (2), la dislocation (3) et le détachement thématique (4).

(1) L'inversion ([- PAUSE], [+ CAS], [- PRORAP]) :
A Paris on s'amuse plus comme avant.
Avec des amis on a fait une petite fête.
Aux enfants je pardonne tout.
Finies les vacances !

4Les constituants concernés en priorité par ce phénomène sont des groupes prépositionnels dont la fonction principale est de compléter sémantiquement ou de repérer (circonstanciellement) le procès décrit par le prédicat de l'énoncé.

5Accessoirement, il peut être intéressant d'observer, à propos du dernier exemple, que l'accord grammatical sur l'adjectif antéposé renvoie à une structure canonique : les vacances sont finies, alors que l'absence d'accord, également possible (fini, les vacances !) correspond à une structure clivée (c'est fini les vacances) ; v. infra, p. 22.

(2) Le détachement sans rappel ([+ PAUSE], [± CAS], [- PRORAP]) :
L'armée, j'ai déjà donné.
Rencontrer le directeur, pas maintenant !
A la mine, j'ai vingt-huit ans.
Aux enfants, je pardonne tout.

6La pause peut sans doute s'interpréter ici comme la trace d'un mécanisme dialogique implicite : le constituant détaché est naturellement attribuable à une autre voix, ce qui n'est pas le cas dans l'inversion. Beaucoup plus que dans l'inversion, l'interprétation dans les termes d'une mise en relief est très intuitive, de même qu'un certain type d'interprétation thématique s'impose nécessairement (aboutness, thème au sens d'un topique : "ce à propos de quoi"). L'auditeur est pour ainsi dire contraint à interpréter ce qu'on peut aussi appeler d'un terme traditionnel l'apodose (i.e. dans ce contexte, la prédication) dans l'horizon thématique ouvert par le constituant détaché (la protase). On voit que cette description plus précise ne convient en rien à l'inversion.

7A ce cas se rattache la construction que certains auteurs appellent une "topicalisation", qui concerne des constituants majeurs (dans ce cas, l'objet prépositionnel du verbe) de l'apodose : on est dans l'option [+ CAS] :

De cette histoire, il se souviendra longtemps.
(3) La dislocation à gauche ([- PAUSE], [- CAS], [+ PRORAP]) :
Le plateau tu le mets où ?
Et votre mari on le voit jamais.
Les enfants j' leur pardonne tout.

(4) Le détachement thématique ([+ PAUSE], [- CAS], [+ PRORAP]) :
Le directeur, il menace de fermer l'usine.
Le directeur, cette crapule menace de fermer l'usine.
Les enfants, je leur pardonne tout.
Les enfants, je leur pardonne tout à ces petits chenapans.

8Certains aspects des constructions (3) et (4) seront commentés ci-dessous.

L'accent tonique : un problème sémantique ?

9C'est une banalité de dire que l'accent tonique permet la mise en relief. Il n'est pas question de développer ici cette vaste question. Soit cependant cet exemple de Halliday (1967, cité dans Prince, 1981) qui montre bien comment l'accent tonique, non seulement marque les "focus" d'un énoncé, mais aussi peut transformer un prédicat en élément d'information acquis (given) en lui conférant une valeur interprétative qu'il n'a pas en l'absence de ce marquage spécifique :

(5a)

John called Mary a Republican and then SHE insulted HIM.

(5b)

John called Mary a Republican and then she insulted him.

10En (a), la présence d'accents toniques (signalée par les majuscules des pronoms) suffit à obliger l'interlocuteur à comprendre que la première partie de l'énoncé valait une insulte, ce qui n'est nullement le cas en (b).

11Dans un travail récent, P. Bourdin (1986) montre bien dans quelles conditions, la mise en relief par un accent tonique peut parfois transformer complètement le sens d'un énoncé :

(6a)

Hercule Poirot paraît avoir trouvé la solution.

(6b)

Hercule Poirot PARAIT avoir trouvé la solution.

12(6a) exprime un jugement d'apparence qui peut être paraphrasé par (7) :

(7)

Je pense qu'Hercule Poirot a trouvé la solution.

13Alors que ce n'est pas le cas de (6b), d'où le contraste des deux enchaînements suivants :

(7a)

Hercule Poirot paraît avoir trouvé la solution, mais je n'en crois rien.

(7b)

Hercule Poirot PARAIT avoir trouvé la solution, mais je n'en crois rien.

14L'accent tonique sur le verbe modal sert au locuteur à signifier qu'il ne s'identifie pas à la source (énonciative) du jugement ; il lui permet de mettre à distance le jugement de probabilité.

Marqueurs morphologiques de la mise en relief

15Pour mémoire, je rappelle qu'en français, on dispose de deux marqueurs qui ont bien l'air d'être les meilleurs agents possibles de toute mise en relief : la forme du clivage (c'est, très liée au pronom "neutre" "ce"/"ça"/"c"') et le verbe "avoir".

16Soulignons (Cf. notamment Moreau, 1976) que la forme clivée (c'est) paraît parfois, en fonction du statut sémantique et référentiel des noms en cause, mieux appropriée que la phrase simple :

(8a)

Paris est la capitale de la France.

(8b)

Paris c'est la capitale de la France.

(8c)  ?

La capitale de la France est Paris.

(8d)

La capitale de la France c'est Paris.

17Si le sujet (N1) est une sorte de nom présomptif, qui n'a pas en lui-même de référence, le clivage devient bien préférable :

(9a) ? ?

La raison est que je suis fatigué.

(9b)

La raison, c'est que je suis fatigué.

18Plus évidemment encore, si N1 ne désigne pas un individu (c'est-à-dire une entité spécifique), mais ce qu'on peut appeler un rôle (c'est-à-dire une description définie susceptible de prendre des valeurs différentes dans des "mondes" ou espaces de réalité différents), le clivage (ou pronom neutre) est la seule forme possible :

  • 3  Cf. Cadiot, 1988b.

(10a)

Le président (*0 + c') est Mitterrand.

(10b)

Don Juan (*0 + c') est moi.

(10c)

Le demi panaché (*0 + c') est Madame3.

19De même aussi – dans un autre ordre d'idées –, il est utile d'observer que plus un constituant sujet est long et lourd, plus il deviendra nécessaire de le reprendre par un pronom clitique neutre, donc de le "mettre en relief, sans doute pour faciliter le travail de la mémoire, pour, le tenir ou le garder sous les yeux.

(11a)

Les seuls changements perceptibles (0 + ce) sont les masques qui se succèdent.

(11b)

Les seuls changements perceptibles, et qui sont le nœud même de la pièce, ( ?*0 + ce) sont les masques qui se succèdent.

  • 4  Ceci ne signifie évidemment pas que les formes clivées ne soient pas ambiguës. Mais toutes les var (...)

20De même encore (Cf. Maillard, 1989), (12a) est indéterminé sous le triple rapport de la référence (déictique, générique), de la modalité (constative, injonctive), de la diathèse (passive, neutre). (12b) ne présente plus ces ambiguïtés4 : cet énoncé est très préférentiellement générique, injonctif et "neutre" (ce n'est pas un passif).

(12a)

Les vacances se préparent.

(12b)

Les vacances, ça se prépare.

21Constatons encore qu'un énoncé comme (13a), au contraire de (13b), ne peut pas être considéré comme une réponse valide à la question : "Que font les enfants ?" :

(13a)

Les enfants s'amusent !

(13b)

Les enfants, ils s'amusent !

22(13a) n'est une réponse valide qu'à une question globale ("Qu'est ce qui se passe ?"), à quoi (13b), à l'inverse, n'est pas une réponse possible. On peut même dire que (13a) ne nous parle pas des enfants, mais décrit une scène – une sorte de fiction ("le soleil brille, les enfants s'amusent, les vaches sont bien gardées") – dans laquelle le sujet est absorbé par son prédicat. On peut aussi parler pour cet exemple de "rhématicité globale" (Ulrich).

  • 5  Cf. notamment Cadiot, 1978 et Furukawa, 1987.

23Quant au verbe avoir, il joue un rôle tout à fait important pour ce qu'on peut nommer des biprédications de mise en relief, aussi bien sous sa forme impersonnelle (il y a) que sous des formes personnelles (tu as ta chaussure qui est délacée, j'ai mon mari malade, Sylvie a les yeux bleus…)5 . Ne pouvant développer cette question ici, je renvoie aux travaux cités en note.

  • 6  Cf. notamment Mitsou Ronat, 1979. On pourrait aussi rappeler les remarques de Culioli (Culioli, 19 (...)

24Il en va de même des pronoms dits topiques6, dont je ne dirai rien ici (Paul, lui, il viendra ; tes ennuis, ça, ne m'en parle plus !)

  • 7  Cf. par exemple cette remarque de Spang-Hanssen : "la mise en relief peut provoquer la décompositi (...)

25Evoquons encore dans ce rapide inventaire le jeu des prépositions7, à propos duquel je me contente de donner ici quelques exemples suggestifs. Très généralement les oppositions entre prépositions incolores (à, de) et prépositions peu ou prou "sémantiques" (pour, comme, avec, sur, dans, etc.) peuvent dans les contextes pertinents être interprétés dans les termes d'une mise en relief :

(14a)

Je n'ai pas de musique pour danser.

(14b)

Je n'ai pas de musique à danser.

26Qu'au contraire de (14b), un peu artificiellement figé et opacifié, (14a) comporte un effet de mise en relief interne, ou de thématisation, se voit notamment au fait qu'il a des propriétés distributionnelles différentes :

(15a)

Pour danser, je n'ai pas de musique.

(15b)

* A danser, je n'ai pas de musique.

(16a)

Je n'ai pas une seule musique pour danser.

(16b) ? ?

Je n'ai pas une seule musique à danser.

(17a)

Je n'ai pas de musique pour danser avec toi.

(17b)

* Je n'ai pas de musique à danser avec toi.

(18a)

Je n'ai pas la musique que tu désires pour danser.

(18b)

*Je n'ai pas la musique que tu désires à danser.

27Ces exemples montrent bien que si la préposition incolore forme avec le nom-tête de syntagme (musique) un bloc référentiel figé, il n'en va pas de même de pour. C'est que pour ne se lie pas avec le nom-tête, qu'il ne permet pas de construire avec lui un constituant syntaxique stable, mais au contraire alloue une liberté syntaxique et référentielle forte à son régime (danser) et ne s'attache au nom-tête qu'en fonction d'un contexte et en mettant en jeu des mécanismes inférentiels pour la construction de la référence, variables d'un discours à l'autre. C'est cette extériorité syntaxique et cette liberté référentielle qui ont amené certains auteurs à voir dans pour une préposition de "mise en relief, mais la notion même est ici très trompeuse : elle prête le caractère d'une forme marquée, dérivée, au mécanisme qui est le plus naturel et le plus souple dans le discours.

28Des remarques allant dans le même sens peuvent être faites par exemple à propos de comme : ainsi dans le début de Mort à crédit, j'ai remarqué la traduction de il faisait pas joli comme temps ! par "The weather wasn't so good", qui trahit – bien qu'avec des moyens maladroits – le sentiment de mise en relief par intensification qui s'attache à cette préposition, dans la mesure où, au plan strictement référentiel, elle ne fait qu'exprimer une relation d'identité stricte. Son emploi est donc redondant, d'où l'effet dérivé de mise en relief.

Le statut communicationnel de la mise en relief

29En présence d'une telle variété (nullement exhaustive), la question se pose naturellement de savoir si ces différentes réalisations sont équivalentes pour la communication. Il semble que la réponse doive être non. On tend généralement à accorder une grande importance à un critère simple : certaines de ces formes "non-canoniques" (marquées) de l'énoncé sont liées au fait qu'elles portent sur un thème ("à propos de") préalable, présent, soit directement, soit par des inférences dans le discours du type de celles que j'ai évoquées à propos de l'exemple (14). D'autres semblent s'expliquer largement par la possibilité qu'elles offrent d'introduire un nouveau "thème" (inversion [exemples (1)], marqueur il y a) ; d'autres encore, (détachement sans rappel [exemples (2)]) se caractérisent surtout par le fait qu'ils s'ancrent directement dans le dialogue, etc.

30Certes il s'agit là de différences en bonne partie spéculatives : les formes sont loin d'être univoquement attachées aux circonstances de la communication. On est surtout fondé à se demander quel est le degré d'adéquation à la réalité de ces catégories descriptives, et en particulier s'il y a même un sens à supposer qu'il puisse y avoir prise de parole sans un effet d'ancrage dans du "déjà-là". Tout dépend en effet de l'ouverture du spectre. (Va-t-on choisir de s'en tenir aux formes in praesentia, ou s'accorder la liberté d'intégrer dans l'examen tout ce que le contexte de l'énonciation rend potentiellement pertinent ? On sait que les limites ne sauraient s'imposer ou s'annoncer d'elles-mêmes, et accessoirement qu'il s'agit là d'un problème important pour l'Intelligence Artificielle.)

31Parce qu'il faut progresser, on peut néanmoins – au titre d'hypothèse de travail – proposer, comme une sorte de modèle "idéaltypique", une partition des trois propriétés principales (aboutness, givenness, reprise immédiate) pour rendre compte des quatre formes initiales dont je suis parti (exemples (1) à (4)).

32Le thème n'est pas seulement connexe pour la mise en relief (parfois appelée focus, focalisation), il est aussi, semble-t-il, complémentaire : sera thématique en un sens tout ce qui est accessoire de mise en relief. Toutes ces notions sont, elles aussi, des sortes de reconstructions, des marquages en retour dans la langue de ce qui est immédiat dans le discours la critique qui précède peut peut-être s'appliquer à elles, puisque, en un sens, toute parole est réaction.

  • 8  La notion de reprise dans une apodose rend directement compte de la "polyphonie" (Ducrot, 1984) év (...)

33Le détachement thématique (exemples (4)), comme son nom l'indique, introduit un thème de discours, au sens clair d'une opposition thème/propos (aboutness). Sa fonction principale semble être, en s'ancrant dans le préalable, de créer une sorte de rupture dans l'enchaînement du discours, de façon à l'engager sur une voie nouvelle. Ainsi s'expliquent les deux phénomènes principaux qui le caractérisent : il ne porte pas les marques fonctionnelles de son statut grammatical, il comporte une pause. Pour garder l'idée de mise en relief, on voit que cette notion prend ici une valeur empirique qui amène à l'identifier avec la notion traditionnelle de thème, où l'essentiel est l'idée d'aboutness. A l'inverse, la notion d'acquis (givenness) n'est pas pertinente. La notion de reprise paraît au contraire constitutive des détachements sans rappel (exemples (2)), comme le souligne la notion d'apodose utilisée ci-dessus8. Quant aux exemples de (1) et de (3), caractérisés essentiellement par l'absence de pause, on peut considérer qu'ils n'indiquent pas de manière linguistiquement marquée de rapport avec leur extérieur : s'il y a mise en relief, c'est au terme d'un processus interne à l'énoncé, en tous cas prédictible à partir des propriétés du prédicat.

34Mais on peut aussi aborder la question directement à partir de la valeur sémantique ou référentielle des énoncés. Ainsi, on peut parler de mise en relief pour traiter de problèmes de construction de la référence : si je dis, comme Hervé Vilard dans sa chanson, Capri(,) c'est fini !, c'est le fait de mettre "Capri" en avant – par détachement et reprise pronominale neutre (ce/ça) – qui me permet de lui faire non plus dénoter un certain lieu, mais connoter un ensemble mal délimité de représentations (par exemple les vacances, les amours estivales, et finalement tout ce que le locuteur et son auditeur veulent bien associer à ce mot). Là mise en relief a ainsi des rapports étroits avec la façon dont les mots construisent leur référent dans tel ou tel énoncé.

35Finalement, une critique fondamentale peut être formulée comme suit : la notion même de mise en relief projette un ensemble de préalables, essentiellement la notion d'ordre des mots canonique, qu'elle tend à avaliser, alors même qu'elle amène à prendre conscience à son propos de ce qu'elle a d'artificiel (opposition de type langue/communication), un peu comme dans un autre domaine celle d'ambiguïté : plus on étudie les énoncés et les textes sous cet angle, plus on tend à en renforcer l'évidence et à en justifier l'usage, alors que ce travail que l'on fait devrait sans doute amener à y renoncer tout simplement, pour son caractère non opératoire.

36Dans une bonne mesure aussi, l'idée de mise en relief suppose l'identification de la syntaxe neutre ou standard avec une homogénéité artificielle entre le lexique et la syntaxe. Elle construit une image fantasmatique de l'activité de parole, confondue avec ce qu'on voudrait être la langue : elle oublie que la phrase n'est pas l'énoncé… Plus fondamentalement encore, elle induit une représentation hypostasiée de la langue où il va, dans une certaine mesure, de soi que la langue existe bien indépendamment de l'énonciation, ou encore du kairos, de la parole comme événement inscrit dans un contexte. A un niveau plus directement philosophique, cette notion nous renvoie inévitablement à l'image d'une langue qu'on peut dire adéquate à son objet, ou isomorphe au référent, à l'idée que la vocation de la langue est d'assurer une communication complète, transparente, intégrale (Merleau-Ponty, 1969). S'il y a parfois mise en relief, ce ne peut être que parce qu'il n'y a pas toujours mise en relief, que ce n'est donc que secondairement, dans les cas marqués, qu'il peut être nécessaire ou opératoire de mettre en relief. Nous avons montré sur quelques exemples ce qu'une telle vision peut avoir de trompeur.

37Rappelons aussi l'évidence que cette idée est centrée sur des langues particulières : l'anglais, le français modernes, qui sont facilement vues – à cause de la grande faiblesse de leurs systèmes casuels – comme des langues à ordre des mots grammatical, où la relation d'ordre en chaîne est investie pour exprimer des relations fonctionnelles (sujet, objet). A cela, on peut, dans une bonne mesure, opposer les langues à cas, qui libèrent l'ordre des mots pour la communication, la pragmatique. Dans ces langues, on ne peut, par exemple, parler de mise en relief à propos des inversions.

38Une tendance importante de la linguistique récente (qu'on peut appeler "syntaxe pragmatisée" : discursive, fonctionnelle, cognitive, localiste…) tend à reformuler la question traditionnelle de la mise en relief (et plus encore des notions connexes comme celle de topic, ou thème) à peu près dans les termes suivants : quels sont les mécanismes par lesquels certains faits sont présentés comme pertinents à un moment donné du fil du discours ?

39Pour faire vite, on pourrait dire que tout énoncé est déjà imprimé par son contexte. Il se construit non, bien sûr, ex nihilo, mais dans une relation de type forme/fond. Les mécanismes qui en permettent l'interprétation effective doivent être disponibles in situ. Parmi d'innombrables formulations possibles, on peut rendre ceci plus précis en disant que, loin d'être la description d'un référent donné ou la représentation d'un state of affairs, d'un Sachverhalt, toute prise de parole est fondamentalement la représentation d'une certaine image du possible communicationnellement pertinent. Ou encore, il est impossible de communiquer quoi que ce soit sans communiquer du même coup une sorte d'image en creux du connu, du possible, de l'acceptable. Toute énonciation se voit saisie dans ce qu'on peut appeler un rapport obligé (à son extérieur), et les formulations traditionnelles (en termes d'apport d'information, par exemple, ou d'aboutness, qui ne remet pas non plus en cause la vision informative de la langue, ou de mise en relief) ne sont que des interprétations dérivées, partielles, contraintes par leurs prémisses à faire l'impasse sur la dimension génétique de la parole (l'energeia) et à avoir pour ainsi dire la tête à l'envers. C'est le simple fait du kairos, de la prise de parole, qui veut que par nature, tout énoncé soit en un sens "en relief, autrement dit hé, saisi dans un rapport obligé à son extérieur, cet extérieur qui devient alors ipso facto son domaine de validité.

Sur la notion de rapport obligé

40Qu'il ne faille pas donner d'interprétation cognitivement "réaliste" à cette notion de rapport obligé peut être illustré par cet exemple de Gillot-Pétré (rapporté par E. Roulet) :

(19)

Nous deviendrons tous homos, et le M.L.F. périra par extinction, dites, ça en vaut la peine. Mais le temps, lui, ne vaut pas un clou.

41Si, en dépit du coq-à-l'âne, l'auteur utilise mais et lui, c'est bien qu'il souhaite qu'on mette en rapport, y compris à ce niveau interprétativement paradoxal et provocateur où le seul rapport induit se situe à un niveau strictement énonciatif : l'auteur pour ainsi dire thématise la situation qui lui est faite d'avoir à continuer de parler. Il y a donc mise en rapport, qui seul permet de faire que parler, ce soit aussi dire : ainsi s'explique par exemple que Paul is alive ! soit présumé non trivial : son énonciation – ou en tous cas son interprétation effective – construit nécessairement l'image d'un certain possible : qu'il soit possible que Paul n'est pas alive, à la suite d'un grave accident automobile par exemple. Ainsi peut s'expliquer aussi (ex. de Cornulier) que le panneau Sonnez trois coups ! n'intime pas à tout passant l'ordre de sonner, mais lui énonce, s'il sonne, de sonner trois coups. Bref, dans la mesure où il est une énonciation, tout énoncé est une sorte de description en creux de ses conditions de validation communicationnelle. Peut-être n'est-ce qu'un effet local de cette mise en rapport qu'on voudrait décrire lorsqu'on parle de mise en relief !

42Les notions générales de thème ou de topic sont de toutes façons associées comme un complémentaire à l'idée de mise en relief, et plus précisément à son versant sémantique. Si l'on met en relief, il y a fort à parier que ce soit parce que d'une manière ou d'une autre on dispose d'un horizon thématique : non seulement on alloue un poids communicationnel spécifique, distinctif, à un segment de l'énoncé ou au segment référé correspondant, celui qu'on "met en relief, mais aussi on tend nécessairement à organiser les alentours par rapport à ou en fonction de ça. On retrouve ainsi de quelque manière la conception du thème que j'ai esquissée : il y a thème ou thématisation lorsqu'un segment alloue à un autre une certaine saillance – qui peut paraître, lorsque fictivement on s'en détache pour l'observer, résorbée, enfouie dans le continu de la parole – et cette saillance a pour origine ou pour effet que l'alentour, implicite et explicite, devient utile ou pertinent par rapport à ce segment saillant, qu'il sera interprété par rapport à lui, bref qu'il devient thématique. Sans doute les choses sont-elles plus compliquées : bien souvent, on est en droit de se demander si ce qui est focalisé ou mis en relief ce n'est pas justement ce qui manque, comme dans l'exemple Capri, c'est fini ! et en particulier dans toute une rhétorique de l'image, notamment publicitaire (ce qui est mis en relief, c'est souvent ce qui est évoqué par allusion).

43Il est connu que L.-F. Céline fait un hyperusage des détachements ou de la segmentation syntaxiques, ce qui crée de graves problèmes de traduction, en anglais particulièrement. Si l'étude syntaxique de ces constructions a fait récemment beaucoup de progrès, il reste à prendre sérieusement en compte ce qu'on peut, faute de mieux, continuer d'appeler les valeurs stylistiques (ou alors communicationnelles, rhétoriques, illocutoires, énonciatives) du détachement. Je ne ferai ici qu'une brève esquisse, dont la fonction est d'avancer dans l'examen des valeurs du détachement, et donc de déconstruire la notion, dont j'ai montré le brouillard, de mise en relief.

44Il y a d'abord ce qui se présente comme un simple effet de reprise d'un nom par un pronom coréférentiel ou réciproquement : la séquence discontinue pronomi – nomi (où les indices indiquent la coréférence) fonctionne très régulièrement quand le nom est déjà présent un peu plus haut dans le texte :

(20)

Un village brûlait toujours du côté du canon. On en approchait pas beaucoup, pas de trop, on le regardait seulement d'assez loin le village, en spectateurs pourrait-on dire, à dix, à douze kilomètres par exemple. (Le Voyage, p. 43).

(21)

Il semblait préférer par-dessus tout ses bonnes aises. Il y pensait même sans arrêt à ses aises…(Le Voyage, p. 35).

(22)

Il s'appelait Pinçon ce salaud-là, le commandant Pinçon. J'espère qu'à l'heure actuelle, il est bien crevé […]. Mais, à ce moment-là, dont je parle, il était encore salement vivant le Pinçon. (Le Voyage, p. 36).

(23)

Les forêts, on a tiré dessus aussi, au canon. Elles n'ont pas existé huit jours les forêts. Ça fait encore de beaux feux, les forêts, mais ça dure à peine. (Le Voyage, p. 44).

45C'est le modèle canonique : syntaxe détachée où pronom et nom ont des rôles différents. Le nom introduit, puis rappelle, ou insiste ; le pronom occupe la place grammaticale, avec passage éventuel à une sorte de générique (ça).

46Il y aurait alors une contrainte (de type informationnel) selon laquelle le pronom doit nécessairement apparaître après une première occurrence du nom coréférentiel (le référent doit en avoir déjà été introduit dans le texte) : il s'agirait toujours de "connu" ou encore de déjà-là, y compris par deixis ou indexation situationnelle. Pour cette raison d'ailleurs, les grammaires ont tendance à dire que les meilleurs cas de reprise correspondent au pronoms du dialogue (moi, je).

47Il y a en effet des problèmes dans le cas contraire :

(24)

Il passait entre les plis chassieux de leurs nez des petits regards de vieux rats convoiteux. L'un de ces infirmes paraissait plus astucieux et coquin que les autres, il venait nous chanter des chansonnettes de son temps pour nous distraire, le père Birouette qu'on l'appelait (Le Voyage, p. 118).

48Ici, l'absence de complétude dans l'identification préalable du référent oblige à une sorte de liage cataphorique (le père Birouette qu'on l'appelait), tout en préservant la même fonction de marqueur grammatical pour le pronom clitique et donc aussi la notion connexe de mise en relief, s'agissant du placement non canonique du nom.

49Comme je l'ai dit plus haut, le détachement syntaxique est souvent en français la forme la plus adéquate, c'est son absence qui est marquée, ou, mieux, fictionnalisante. Le détachement assure le cadrage de l'énonciation, il l'ancre dans la surface molle de la communication. L'exemple qui suit montre que la contrainte de pré-identification peut ne pas mettre en jeu une corrélation formelle "nom-pronom", mais opérer au terme de principes (cognitifs) de type inférentiel.

(25) A :

au fond c'était plutôt bête qu'autre chose quoi.

B :

oui, oui […] ouais c'est effectivement si tu veux la seule chose que j'ai appris c'est mais alors moi j'ai eu la chance d'avoir un panaris enfin la chance j'en sais rien parce que dans le fond ça après accouchement ce qui est assez fréquent je crois bêtement dans les Cévennes et dans les Cévennes ben le toubib il a pris une aiguille (rire) il l'a brûlée (etc.)      (corpus de Fomel).

50Ici on peut admettre qu'il y a une sorte de chaîne inférentielle qui permet au processing du discours de faire exister une représentation du toubib comme déjà-là dans la scène décrite. La procédure est complexe. On peut penser que la simple occurrence du mot panaris n'y suffit pas tout à fait (le panaris est cependant une maladie, et à ce titre est associée à la notion de toubib).

51L'exemple suivant est plus fragile : on ne peut guère parler d'inférence en un sens strict, mais seulement d'un cadrage situationnel implicite. Il faut déjà se représenter une scène dans laquelle les mouflets sont présents : une de ces scènes domestiques qui peuvent facilement s'organiser en famille autour d'un contre-filet au poivre.

(26) 1B :

là on fera peut-être du contre-filet au poivre ou un truc comme ça :

2A :

mm d'accord

3B :

voilà bon ben on va faire comme ça 4A : mm

5B :

puis les mouflets ils seront contents parce que je pense que je crois que ça lui fera plaisir et en plus les faire garder par Lissa ça aurait été dur (corpus deFomel)

  • 9  Cf., parmi les travaux récents, S.Y. Kuroda, M. Ulrich, Cadiot, 1988a.

52Ce que montre cet exemple, c'est l'inadéquation d'une version trop étroitement informative du détachement : mais, comme l'exemple (24) l'a montré a contrario, il est nécessaire qu'il y ait comme une présence préalable supposée du référent du nom concerné : on l'a dit, on ne met pas en relief un constituant ex nihilo. Beaucoup plus nettement que la simple occurrence d'un nom (entachée de flou référentiel), la segmentation nom-pronom (coréférentiel) fait fond sur une prédisponibilité des segments, ou de ce qu'ils désignent. C'est pour cette raison que j'ai été amené ailleurs à dire que le détachement correspond à ce qu'on appelle depuis Marty, Brentano la fonction thétique9 du langage : il sert fondamentalement à convoquer pour le discours un segment doué de référence, identifié et donc rendu par quelque biais disponible avant la présente énonciation.

53C'est par exemple pour cette raison qu'un constituant non référentiel ne peut en principe être détaché :

(27a) *

(Un soldat + Quelqu'un) il aime Marie

(27b) *

(Personne + qui) il aime Marie

  • 10  K. Hamburger, 1986.

54Si l'on en croit la thèse d'ensemble – très radicale – de K. Hamburger10 selon laquelle une fiction littéraire est hors énonciation, c'est-à-dire a coupé tout lien avec le domaine propre de l'expérience du narrateur, on peut penser qu'il y a là un bon indice du caractère plus ou moins fictionnalisant des énoncés et des textes. C'est pourquoi la littérature, dans son régime ordinaire, n'aime guère la segmentation (n'en a pour ainsi dire rien à faire !). L'idée que Céline a un style parlé ou populaire reçoit du même coup un contenu interprétatif autrement précis. La mise en relief est nécessairement associée à l'instance subjective dans le discours, à ce que le locuteur – en tant que tel – doit mobiliser, convoquer ou drainer et… épingler de son expérience propre, quand il parle.

55Mais je n'ai pas complètement oublié qu'il s'agit ici de traduction et je voudrais terminer en posant la question suivante : doit-on se résigner à ce que le style si caractéristique de Céline soit perdu en anglais et qu'advient-il dans cette langue de nos interprétations sophistiquées de la segmentation, comment sont-elles récupérables ?

56J'ai choisi de petits exemples du début de Mort à crédit, traduit Death on the Installment Plan par Ralph Manheim : on constate bien sûr que toutes sortes d'aspects grammaticaux et référentiels interfèrent avec la question du détachement.

(28) Je vais leur écrire qu'elle est morte Madame Bérenge à ceux qui m'ont connu, qui l'ont connue (p. 13).

I'll write the people who've known her, who've known me and tell them that Madame Bérenge is dead.

(29) Elle savait Madame Bérenge que tous les chagrins viennent dans les lettres (p. 13).

Madame Bérenge knew that grief always comes in the mail.

(30) Sur la fin ma vieille Bignole, elle ne pouvait plus rien dire (p. 14).

Toward the end the old lady was unable to speak.

(31) Hier j'ai pas eu le temps d'aller le voir [mon cousin Gustin Sabayot]. Je voulais lui parler justement de Madame B. Je m'y suis pris trop tard. C'est un métier pénible que le nôtre, la consultation. Lui aussi le soir il est vanné. Presque tous les gens ils posent des questions lassantes (p. 14).

I didn't have time to go see him yesterday. The fact is 1 wanted to talk to him about Madame B. I got started too late. Seeing patients is a rough job. At the end of the day we're both pooped. Most of the patients ask such tedious questions.

(32) Son bled c'est à vingt mètres de chez moi une fois qu'on a passé la Seine (p. 15).

The suburb where he lives is a twenty-minute walk from my place once you've crossed the Seine.

57Je ne suis pas angliciste de profession, mais ces quelques fragments ne m'incitent pas spécialement à l'optimisme et j'ai quelque inquiétude que la force – fondée dans la nécessité – de la prose de l'auteur ne soit passée à profits et pertes !

Haut de page

Bibliographie

BOURDIN Ph., 1986, "'sembler' et 'paraître' ou les deux visages de l'apparence", Semantikos, vol. 10 n° 1,2 : 45-67.

CADIOT P., 1978, "Où t'as ta femme ?", Semantikos, vol. 2 n° 2-3, pp. 1-20.

CADIOT P., 1988a, "Le thème comme synecdoque", Langue Française 78 : 9-25.

CADIOT P., 1988b., "De quoi ça parle : à propos de la référence de ça, pronom-sujet", Le français moderne, n° 3/4 : 174-192.

CADIOT P., 1989, Dimensions de la préposition, TRAPHILI, Strasbourg.

COLE P. (ed.), 1981, Radical Pragmatics, Academic Press, New York.

COMULIER (de) B., 1979, "Remarques sur la perspective sémantique" (thème, propos, etc.), Langue Française, n° 42 : 60-68.

CULIOLI A., 1979, "Valeurs modales et opérations énonciatives", Modèles linguistiques, tome 1, 2.

DANON-BOILEAU L., 1987, Enonciation et référence, Ophrys.

DUCROT O., 1984, Le Dire et le Dit, Minuit.

FAUCONNIER G., 1984, Espaces mentaux, Minuit.

FEYERABEND P., 1979, Contre la méthode, Le Seuil.

FORNEL (de) M., 1988, "Constructions disloquées, mouvement thématique et organisation préférentielle dans la conversation", Langue Française 78 : 101-123.

FRADIN B., 1988, "Approche des constructions à détachement : la reprise interne", Langue Française 78 : 26-56.

FURUKAWA N., 1987, "Sylvie a les yeux bleus" : construction à double thème", Linguisticae investigationes XI : 2 : 283-302.

HAMBURGER K., 1986, Logique des genres littéraires (trad. P. Cadiot), Le Seuil.

KURODA S.Y., 1979, Aux quatre coins de la linguistique, Le Seuil.

MAILLARD M., 1989 ; Comment ça fonctionne, Thèse d'Etat, Paris X-Nanterre.

MAINGUENEAU D., 1987, Nouvelles tendances en analyse du discours, Hachette.

MERLEAU-PONTY M.,1969, La Prose du monde, Gallimard.

MOREAU M.L., 1976, C'est. Etudes transformationnelles. Presses Universitaires de Mons.

PRINCE E.F., 1981, "Toward a taxonomy of Given-New information", in Cole P. (ed.), 1981 : 223-128

RONAT M. 1979, "Pronoms topiques et pronoms distinctifs", Langue Française, 44 : 106-254.

SPANG-HANSSEN E., 1963, Les prépositions incolores du français moderne, G.E.C. Gads Forlag, Copenhague.

ULRICH M., 1985, Thetisch und Kategorisch, G. Narr, Tübingen.

Haut de page

Notes

1  Rien de plus pernicieux bien sûr que l'évidence. Ainsi P. Feyerabend (1979) a-t-il de bonnes formules pour en stigmatiser les dangers : "Cest ce caractère historico-physichologique de l'évidence, le fait qu'elle ne décrit pas seulement un état objectif des faits, mais qu'elle exprime aussi des conceptions subjectives, mythiques ou oubliées depuis longtemps concernant cet état de faits, qui nous force à regarder la méthodologie d'un œil nouveau. Il serait donc extrêmement imprudent de laisser l'évidence juger nos théories directement et d'emblée. Un jugement direct et abrupt des théories par les 'faits' élimine forcément des idées pour la seule raison qu'elles n'ont pas leur place dans le cadre de quelque cosmologie plus ancienne" (Feyerabend, p. 69).

2  Cf. P. Cadiot & B. Fradin (eds.), 1988, et notamment la contribution de B. Fradin.

3  Cf. Cadiot, 1988b.

4  Ceci ne signifie évidemment pas que les formes clivées ne soient pas ambiguës. Mais toutes les variations interprétatives sont des modulations sur les conditions de l'ancrage référentiel d'un énoncé. Ainsi, un exemple comme C'est la démocratie que nous voulons pour la France a 3 lectures différentes en fonction du contexte :
a. contrastif : "c'est la démocratie, et pas autre chose..."
b. déictique : "cette démocratie que voici est..."
c. constatif : "il existe la démocratie, et nous en voulons pour..." (Mainguenau, 1987).

5  Cf. notamment Cadiot, 1978 et Furukawa, 1987.

6  Cf. notamment Mitsou Ronat, 1979. On pourrait aussi rappeler les remarques de Culioli (Culioli, 1979) sur le fait que la segmentation "pronom topique" (jugement thétique)/"pronom clitique" (jugement catégorique) permet une dissociation du "sujet énonciateur" et du "sujet de l'énoncé", ce qui engendre des possibilités interprétatives nouvelles, comme le montre le contraste suivant :
(a) *Je sais si Paul est parti
(b) Moi, je sais si Paul est parti

7  Cf. par exemple cette remarque de Spang-Hanssen : "la mise en relief peut provoquer la décomposition sans rien changer à l'emploi des déterminatifs : bien que le goût du théâtre soit le tour normal, il est parfaitement possible de dire le goût pour le théâtre".

8  La notion de reprise dans une apodose rend directement compte de la "polyphonie" (Ducrot, 1984) évoquée plus haut à propos des détachements sans rappel. Cette ligne d'analyse semble aussi expliquer certains aspects des "espaces mentaux" (Fauconnier, 1984). Comme le souligne en effet Danon-Boileau (1987), dans un énoncé comme Ta fille aux yeux verts, elle a les yeux bleus, l'important est que le constituant détaché se voit allouer sa référence indépendamment de la prédication de la protase. Cette référence doit avoir une origine énonciative extérieure à l'énoncé. De là notamment le jeu des déterminants :
(a) (Ta + la) fille aux yeux verts, elle a les yeux bleus
(b) *(Une + toute) fille aux yeux verts, elle a les yeux bleus
Les énoncés de (b) sont contradictoires, pas ceux de (a).

9  Cf., parmi les travaux récents, S.Y. Kuroda, M. Ulrich, Cadiot, 1988a.

10  K. Hamburger, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Cadiot, « La mise en relief, un bilan linguistique a propos de la traduction anglaise des premières pages de Mort a crédit de L.-F. Céline », Palimpsestes, 5 | 1991, 19-36.

Référence électronique

Pierre Cadiot, « La mise en relief, un bilan linguistique a propos de la traduction anglaise des premières pages de Mort a crédit de L.-F. Céline », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 23 décembre 2010, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/612 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.612

Haut de page

Auteur

Pierre Cadiot

Université Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals