Navigation – Plan du site

Représentation linguistique de l'activité, l'action et l'événement en francais et en anglais

Jacqueline Guillemin-Flescher
p. 51-69

Texte intégral

1Je poserai comme hypothèse que les structures récurrentes dans les traductions sont étroitement liées à la grammaire des langues. Grammaire et choix stylistiques sont souvent envisagés comme des pôles distincts, voire même opposés, de l'activité langagière. Il me semble qu'il y a, au contraire, une continuité entre les régularités syntaxiques qui sont codifiées dans les grammaires, les régularités relatives qui apparaissent dans le discours et a fortiori dans le discours contrastif que constitue la traduction, et enfin les choix subjectifs particuliers des auteurs et traducteurs. On ne peut pas simplement transposer des effets stylistiques d'une langue à l'autre parce que l'aspect créatif du langage ne peut pas être dissocié de la grammaire.

Activité et action

2J'envisagerai tout d'abord les problèmes de traduction que pose la représentation linguistique de l'activité et de l'action.

  • 1  Voir également à ce sujet : P. Gillardeaux (1981).

3L'action peut être définie au niveau linguistique comme un procès qui est déclenché par un sujet ou une source et qui atteint un but ou un résultat stable1. L'activité est également déclenchée par un sujet ou une source, mais, soit il n'y a pas de but, soit le but est visé mais non atteint.

4La représentation de l'activité, comme celle de l'action, peut jouer un rôle dans la progression de la narration :

  • l'action dans la mesure où elle implique la transitivité et donc le mouvement d'un point à un autre.

  • l'activité parce qu'elle peut être déterminée de telle façon que la valeur privilégiée sera l'occurrence plutôt que la notion d'activité, ce qui au niveau du discours implique la chronologie.

Le français et l'anglais

5Une différence fondamentale apparaît entre le français et l'anglais à deux égards. La première concerne la valeur du syntagme verbal. Celui-ci aura souvent une valeur qualitative ou stative en français alors qu'en anglais il exprimera un processus. La deuxième concerne la polarisation. Le français aura tendance à privilégier le sujet, l'anglais le but de la relation. Ces deux tendances ne peuvent cependant pas être dissociées, la polarisation étant étroitement liée à la façon dont le procès est envisagé.

Adjectif qualifiant le sujet en français → adverbe qualifiant le verbe en anglais

6Comme je l'ai déjà indiqué, l'explicitation d'un but n'est pas une condition nécessaire à la présentation de l'activité ; les conditions sous lesquelles seul le sujet apparaît dans les deux langues sont néanmoins radicalement différentes.

7En anglais :

  • soit le procès lui-même exprimera un changement d'état : he accepted, he agreed, he gave up, he sat down, etc., le verbe étant ou non, selon le cas, suivi d'une particule adverbiale ;

  • soit le procès sera déterminé par une qualification adverbiale.

(1) 'O stop being an ass, Toad §' cried the Mole despairingly     

Cesse de faire l'idiot, Crapaud, s'écria Taupe. désespéré

8(W.W. 41 / 45)

(2) And they stared blankly…

Ils étaient là, à regarder, déconcertés…

9(W.W. 136 / 145)

(3) Sa mère l'observait, inquiète de l'accueil qu'il ferait à cette surprise

His mother was watching him anxiously, uncertain how the surprise would affect him

10(N.F. 84/85)

11Dans les exemples (1), (2) et (3) les verbes expriment une activité dans les deux langues. Il y a également qualification dans les deux langues mais celle-ci sera systématiquement exprimée :

  • par un adjectif qualifiant le nom en position sujet en français,

  • par un adverbe qualifiant le verbe en anglais :

    • désespéré / despairingly

    • déconcertés / blankly

    • inquiète / anxiously.

12Les contraintes grammaticales et stylistiques rendent l'usage systématique d'un adverbe difficile en français, mais d'une part elles ne peuvent expliquer toutes les occurrences observées, d'autre part on peut se demander s'il n'y a pas lieu de poser le problème en sens inverse et de considérer ces contraintes comme la manifestation linguistique d'une activité cognitive différenciée.

Verbe conjugué exprimant un état intérieur + infinitif en français → Verbe conjugué exprimant l'activité en anglais

13La deuxième structure que je me propose d'examiner est plus complexe. Je fais allusion à des expressions telles que :

Il a su se faire comprendre
Il a pu effectuer un voyage
Il s'est vu attribuer une récompense

14En français, la représentation de l'action est liée à la capacité, la volonté ou la connaissance du sujet, alors qu'en anglais, elle est envisagée en tant qu'occurrence.

(4) …bien que la consécration ait pu avoir lieu…

Though the new temple was consecrated…

15(G.M.B. 104 / 90)

(5) Mais il sut les apaiser…

But he somehow appeased their fears…

16(G.M.B. 104 / 90)

(6) J'admirais qu'elle sût demeurer élégante…

I was amazed at how elegant … she remained…

17(G.M.B. 25 / 18)

18Dans chacun de ces exemples :

  • l'activité est envisagée de façon notionnelle en français et exprimée par une forme verbale subordonnée, c'est-à-dire l'infinitif (avoir lieu, devenir, ramasser), alors que le verbe conjugué est, soit un auxiliaire modal, soit un verbe exprimant une attitude ou un état intérieur (pouvoir, savoir, vouloir) ;

  • en anglais, la traduction exprime systématiquement l'activité à l'aide d'un verbe conjugué exprimant l'occurrence d'un procès.

  • 2  Voir à ce sujet : J. Guillemin-Flescher (1984), pp. 132-143.

19Cette différence est d'autant plus intéressante que les auxiliaires modaux sont souvent utilisés en anglais lorsque la validation de la relation ne peut pas être garantie par des critères externes ou par des critères d'acceptabilité générale, alors qu'en français cette tendance est beaucoup moins contraignante2.

20Lorsque la validation d'une relation peut être attestée, soit parce qu'elle renvoie au passé, soit parce que le sujet est à la première personne, la situation est souvent inversée, l'auxiliaire modal apparaît en français mais pas en anglais.

Phrasal verbs

21La tendance à préciser l'orientation du procès dans les traductions anglaises me semble directement liée à un phénomène qui pose lui-même des problèmes constants de traduction c'est-à-dire les phrasal verbs, par exemple : he looked up, he ran away, he sat down : Ces trois exemples ont un sens littéral. Les trois suivants : he gave in, he turned up, he left off ont une valeur métaphorique, mais ils ont un point commun :

  • lorsqu'ils ont une valeur littérale, ils expriment un changement d'ordre spatial ;

  • lorsqu'ils ont une valeur métaphorique ils expriment un changement d'état.

22Dans les deux cas il y a expression d'une progression dans le temps. Bien que certains phrasal verbs doivent être suivis d'un complément direct : to bring up children, ou indirect : to look down on someone, la particule fonctionne comme complément en ceci qu'elle constitue une condition suffisante pour qu'il y ait passage d'un point A à un point B. Bien que le deuxième point de repère ne soit pas explicitement mentionné, la relation peut être assimilée à une relation à deux arguments dont le procès assure le passage de la source au but de la relation.

L'aspect d'accompli

23J'en arrive au problème de la transitivité. Le passage de la cause à l'effet ou de l'agent au résultat implique que le but est atteint par le procès. Il est fréquent en français d'exprimer le but atteint par une forme aspectuelle indiquant un état résultant, par exemple le passé composé ou le plus-que-parfait. On pourrait objecter qu'il y a donc orientation vers un but. Deux facteurs doivent cependant être pris en compte.

24Le premier est que l'aspect d'accompli n'implique pas nécessairement un terme atteint. Si on compare les deux énoncés :

Il a réparé le toit
Il a dansé le tango

25dans le premier exemple, le but est atteint, le toit est réparé ; dans le deuxième, le procès n'a plus cours, mais il n'y a pas de but et donc pas de passage de la source au but.

26Le deuxième facteur est que l'aspect d'accompli s'exprime par deux éléments, l'auxiliaire et le participe passé. Ainsi dans le participe passé, l'auxiliaire renvoie au présent, le participe au passé. Il est intéressant de noter que lorsque les linguistes et grammairiens français définissent la valeur du présent perfect, ils ont tendance à souligner le bilan au présent d'une action qui a eu lieu dans le passé, alors que les grammairiens et linguistes anglais ont tendance à parler d'une action au passé qui a des répercussions au présent

27Bien que la valeur définie soit pour l'essentiel la même, en anglais on souligne le processus qui lie le passé au présent, en français on lie un état présent au passé.

Imparfait → Pluperfect

28Les traductions confirment cette différence d'éclairage en ceci qu'un imparfait exprimant un état sera souvent rendu par un pluperfect en anglais, soulignant ainsi, par valeur dérivée, l'occurrence du procès ou le processus préalable à l'état résultant.

(7) Dans tous ses travaux, Robinson souffrait cruellement de ne pas posséder de scie.

Throughout his work he had been handicapped by the lack of a saw…

29(V. 33/31)

(8) …une sourde angoisse le retenait…

…an obscure misgiving had restrained him from doing this…

30(V. 35 / 32)

(9) The girl next door had returned with her book to the lawn.

La voisine était de nouveau sur la pelouse avec son livre.

31(C.S. 425 / 124)

32Une fois de plus, on peut établir un parallèle entre le choix des traducteurs et les contraintes syntaxiques suivantes :

Elle dansait depuis trois heures
She had been dancing for three hours

33où les mêmes différences apparaissent entre les deux langues.

Plus-que-parfait → Prétérit

34Lorsqu'un plus-que-parfait apparaît cependant dans un texte français, il sera souvent rendu en anglais par un prétérit soulignant l'occurrence du procès plutôt que l'état résultant. Ceci apparaît plus particulièrement sous deux conditions.

35Premièrement, lorsqu'une série de plus-que-parfaits construit une chronologie du point de vue référentiel. Ainsi dans l'exemple suivant, la première locution adverbiale introduit un repérage rétrospectif, les suivantes un repérage chronologique.

(10) Six semaines s'écoulèrent. Rodolphe ne revint pas. Un soir, enfin, il parut.

Six weeks went by, with no sign of Rodolphe. At last, one evening, he appeared.

Il s'était dit, le lendemain des comices :

— N'y retournons pas de sitôt, ce serait une faute. Et, au bout de la semaine, il était parti pour la chasse. Après la chasse, il avait songé qu'il était trop tard, puis il fit ce raisonnement…

"Wouldn't do to go back too soon" he had said to himself the day after the Show, and at the end of the week he went off for some shooting. After that he wondered if he had left it too long. But then he reasoned like this…

36(M.B. 184 / 187)

  • 3  Pour une analyse plus détaillée, voir J. Guillemin-Flescher (1981), pp. 36-37.

37En français aucune différence n'est établie entre ces deux repérages au niveau des formes verbales. En anglais, en revanche, l'orientation rétrospective est marquée par le pluperfect, l'orientation chronologique par le prétérit3.

38La deuxième condition concerne les procès envisagés de façon rétrospective en relation avec le moment de l'énonciation, c'est-à-dire le présent.

(11) Excusez-moi ! J'avais oublié

Forgive me. I forgot

39(E.M. 34 / 34)

(12) 'You promised to tell me you histoire…' said Alice…

"Tu m'avais promis… dit Alice, de me raconter ton histoire…

40(A.W. 116/117)

(13) This castle was built in the fourteenth century…

Ce château avait été bâti au quatorzième siècle…

41(J. 14 / 14)

42En français le plus-que-parfait peut apparaître lorsqu'il n'y a pas de repère temporel intermédiaire entre le moment du procès et le moment de l'énonciation. En anglais le pluperfect n'apparaît que lorsqu'un moment repère antérieur au moment de l'énonciation et postérieur au moment du procès envisagé est exprimé ou implicite :

He had meant to phone me – (but he didn't)
He meant to phone me – (but I dont know whether he will)

43Les deux tendances qui apparaissent dans les traductions ne sont nullement contradictoires. Lorsqu'un état est exprimé en français, la traduction anglaise soulignera, lorsqu'il y a lieu, le processus qui précède cet état. Lorsque la chronologie est en jeu, elle mettra en valeur l'occurrence de chaque procès dans la succession plutôt que les états résultants.

44Dans les deux cas, la progression dans le temps est soulignée. Lorsqu'on envisage l'emploi de l'aspect d'accompli en français, soit en relation avec d'autres phénomènes dans l'activité langagière, soit par opposition à l'anglais, il apparaît qu'on souligne davantage l'état que le processus, ce qui exclut l'orientation vers un but.

45Je poserai que seules les formes verbales simples peuvent établir une chronologie dans la narration. Il n'y a aucun doute que la double fonction du passé composé en français contemporain a des conséquences sur le discours narratif, et que son rapport ambigu avec le moment de l'énonciation motive certains emplois du plus-que-parfait. Il est cependant légitime de penser que la fréquence du plus-que-parfait dans les conditions précisées n'est pas simplement une conséquence de l'emploi du passé composé, mais qu'elle fait partie de la même évolution, le point essentiel étant "le déclin" du passé simple.

46Si on essaie de remplacer tous les passés simples dans une narration par une série de passés composés, il devient immédiatement apparent qu'ils ne peuvent pas établir une chronologie, et même qu'ils produisent souvent un texte inacceptable. Ceci est particulièrement frappant lorsqu'un ou plusieurs passés composés apparaissent dans une phrase qui comporte des imparfaits ou encore lorsqu'on met les verbes déclaratifs introduisant du discours direct au passé composé.

47Le passé simple comme le prétérit focalise le moment de l'action, alors que le passé composé, même dans sa valeur dérivée, ne neutralise pas complètement la valeur fondamentale aspectuelle qui exprime l'état du sujet par rapport au moment de l'énonciation.

Événement → passivation

48J'ai surtout parlé jusqu'ici de la représentation de l'activité et de l'action. J'en viens maintenant à la représentation d'un événement. Je définirai l'événement, au niveau linguistique, comme un procès envisagé en tant que changement d'état sans prise en compte du sujet qui en est l'origine.

49L'événement représenté est envisagé en lui-même, alors que l'action exige un agent, un procès et un but. Ces définitions n'ont pas pour objectif d'établir des catégories claires et nettes qui permettraient de classer tous les procès dans une suite discursive, mais plutôt de définir les pôles extrêmes et les repères principaux dans une graduation. L'événement défini de cette façon correspond essentiellement, au niveau linguistique, à la passivation.

50Le passif est paradoxal dans la mesure où il peut exprimer/exprime nécessairement (selon la théorie du passif que l'on défend) un changement d'état par une forme verbale, qui, en anglais en tout cas, est essentiellement stative : i.e. be + participe passé (en allemand une distinction formelle est faite entre état et changement d'état, sein / werden, de même qu'elle l'était en vieil anglais entre wesan et weordan). On peut cependant soutenir avec O. Jespersen et R. Huddleston que, lorsque le passif exprime un état, l'élément repère est l'auxiliaire be et que, lorsqu'il exprime un événement, l'élément repère est le participe passé qui fonctionne alors comme verbe et non comme adjectif.

51Certains passifs sont ambigus, par exemple l'énoncé :

All the members were invited

52peut, même dans son contexte d'origine, être interprété comme

Tous les membres étaient invités,

53OU

Tous les membres furent invités.

54Pour les verbes dont le sémantisme exprime un changement d'état, il n'y a, en revanche, aucune ambiguïté, par exemple :

He was killed (in an accident)

55ne peut renvoyer qu'à un événement.

56La polarité soulignée dans une construction passive est nécessairement le but de la relation, puisqu'il figure en position initiale. Le statut du terme qui exprime la source est plus complexe. Le passif est souvent représenté comme une simple inversion de la relation active. Cette théorie ne me semble pas tenir. Je rejoins en ceci A. Culioli, E. Couper-Kuhlen et J.-C. Milner. Mon objection repose sur plusieurs facteurs.

57Les constructions actives ne sont pas toutes transformables en structures passives.

  • 4  Voir également à ce sujet E. Couper-Kuhlen (1979).

58Le terme qui figure en position initiale doit être affecté par le procès ou en constituer le point d'arrivée4 :

This bed's been slept in,

59mais pas

The house was got near
The money was given to Mary,

60mais pas

His blessing was given to Mary

61Ces contraintes concernent la transitivité, condition essentielle de la passivation, mais non des structures actives. Inversement, la source du procès doit normalement apparaître dans une structure active mais pas dans une structure passive.

62Environ 70 % des constructions passives n'ont pas de complément d'agent. Lorsque ce complément apparaît, il est précédé de la préposition by. Il peut systématiquement être supprimé, même dans les structures passives qui sont incomplètes lorsqu'elles ne sont pas suivies d'une détermination, par exemple :

  • 5  Voir également J.-C. Milner (1986), p. 30.

The thief was chased by a policeman
/ all the way down the road.
Her clothes were designed by Christian Dior
/ before mini skirts came
into fashion again
5

63Par conséquent, l'expression de l'agent ne fait pas partie intégrante de la structure passive.

64Le passif soulève un nombre de problèmes intéressants non seulement parce que son usage peut varier d'une langue à l'autre, mais parce qu'il peut varier à l'intérieur d'une même langue selon le type de discours envisagé.

65Quelques statistiques suffiront à mettre ce fait en évidence : dans un roman d'Agatha Christie, j'ai trouvé moins d'une construction passive par page. Dans Aspects of the Theory of Syntax de Chomsky jusqu'à 12 par page. Pourquoi cette disparité ? Quirk, Greenbaum et Svartvik dans leur Grammar of Contemporary English soulignent cet écart et l'attribuent à une différence entre ce qu'ils appellent "imaginative and informative prose". Cette remarque ne constitue cependant pas une explication linguistique. La construction active est généralement considérée comme étant la construction non-marquée et donc la plus fréquente. Mais en anglais, dans la langue écrite tout au moins, cela me semble dépendre dans une grande mesure du type de procès envisagé. Lorsque les procès renvoient à l'action, les constructions actives seront en effet plus naturelles et plus fréquentes. On remarquera que le passif est rarement utilisé à l'oral. Lorsque le procès exprime la perception ou la cognition, le problème devient plus complexe. La différence entre ces deux catégories tient au fait que

  • dans la première, le procès peut être identifié par une manifestation extérieure,

  • dans la deuxième, le procès exprime un état intérieur.

66Certaines contraintes apparaissent en anglais, lorsqu'on renvoie à un état intérieur, qui ne jouent pas en français.

67Les statistiques concernant l'usage du passif dans les deux langues telles qu'elles apparaissent à travers l'activité de traduction sont révélatrices. A titre d'exemple, dans un chapitre du roman de D.M. Thomas The Flute Player traduit par Sophie Mayoux, 15 structures passives ont été relevées en anglais, une seulement dans la traduction française. Sur une page des Structures élémentaires de la parenté de Lévi-Strauss, 5 structures passives ont été relevées, alors que 19 passifs apparaissent dans la traduction anglaise.

68La distinction signalée entre procès observable et procès non-observable n'est certainement pas la seule à jouer un rôle. Des facteurs secondaires doivent également être pris en compte.

  • Premièrement, la contrainte rhétorique en français concernant l'usage du verbe être. Il me semble cependant que lorsque la rhétorique est passée dans l'usage au point où elle l'est en français, on ne peut plus considérer que celle-ci se démarque de la grammaire. D'autre part, on constate que dans d'autres conditions on trouve le verbe être en français mais non en anglais.

  • Deuxièmement, il faut tenir compte du fait que le passif sert souvent en anglais à établir une unité thématique dans une suite discursive. En français, le changement de thème pose moins de problèmes dans la mesure ou les repérages dominants passent par l'énonciateur et non par des repères contextuels (chaque relation posée sera souvent commentée par l'énonciateur plutôt que repérée par rapport au contexte suivant).

  • Troisièmement, la tendance à éviter la première personne en anglais n'est certainement pas étrangère à ce phénomène. Le problème se pose moins en français du fait qu'on a souvent recours au pronom indéterminé on. Bien que on et one n'aient ni des valeurs ni des contraintes syntaxiques équivalentes, one pourrait théoriquement être utilisé dans de nombreux cas. On s'aperçoit néanmoins qu'auteurs et traducteurs lui préfèrent la structure passive.

(14) On associe volontiers au premier défaut le nom de Westermarck, au second celui de Durkheim.

Westermarck is commonly accused of the first fault and Durkheim of the second.

69(S.E.P. xiii / xxv)

(15) …but the simplifying assumption should be borne in mind throughout

…mais on devra constamment garder en mémoire cette simplification.

70(A.T.S. 18/35)

71Lorsque l'énoncé français commence par un pronom, qu'il soit déterminé ou indéterminé, on trouvera constamment une construction passive dans le texte correspondant en anglais.

Contraintes du passif en français et en anglais

72J'ai parlé essentiellement jusqu'ici des cas où la même structure est théoriquement possible dans les deux langues mais où les auteurs et traducteurs, selon le cas, choisissent systématiquement une tournure ayant en position initiale un terme exprimant :

  • la source du procès en français,

  • le but du procès en anglais.

73Par but, j'entends ici objet de perception ou de cognition (le statut de ce terme me semble comparable, en ce qui concerne le passif, au point d'arrivée ou résultat d'une action). Il y a bien entendu des cas où la passivation n'est pas possible dans les deux langues. L'anglais est frappant en ceci qu'il comporte moins de contraintes que le français, et, d'ailleurs, que bien d'autres langues.

74Avec les verbes à double complément on a, dans certaines conditions, le choix entre deux ordres possibles :

Mary was given the money
The money was given to Mary

75Comme dans les structures actives, non seulement l'objet indirect peut figurer avant l'objet direct, mais les anglophones expriment systématiquement une préférence pour cet ordre, le terme le plus déterminé précédant généralement le terme le moins déterminé. Lorsqu'il s'agit du passif, c'est alors le complément indirect qui figure en position initiale. En français, seul l'objet direct peut occuper cette position.

76Le passif prépositionnel (The house was broken into) est également particulier à l'anglais. Le français n'a pas de structure équivalente.

77Les verbes de cognition, de perception et d'assertion sont compatibles en anglais avec la construction passive, qui aura selon le cas une valeur stative :

He was known to be a genius
He was believed to be innocent

78ou événementielle :

He was seen to leave the country
He was asked to go home

79Le fait que la particule to permet d'introduire une deuxième prédication peut sans doute expliquer en anglais la présence de certaines constructions passives. Mais cette différence syntaxique entre les deux langues ne peut fournir une explication suffisante aux conditions d'emploi. On notera que même lorsqu'il y a une seule prédication, on choisira dans de nombreux cas, une structure passive en anglais :

He was seen some time ago

80active en français :

On l'a vu il y a quelque temps

81La question qui se pose est alors celle-ci : la présence du passif en anglais, telle qu'elle apparaît dans le discours et dans l'activité de traduction, est-elle due au grand nombre de structures syntaxiques avec lesquelles elle est compatible, ou est-ce la tendance fréquente à souligner le but de la relation qui a donné lieu aux conditions syntaxiques de son emploi ?

82Je pencherais personnellement pour la deuxième explication.

Verbes de perception, de cognition et d'assertion

83La dernière catégorie de constructions passives évoquée est particulièrement intéressante à ce sujet, d'une part parce qu'elle soulève le problème du statut des verbes d'assertion, de perception et de cognition relativement à la transitivité ; d'autre part parce qu'elle est liée à un autre problème de traduction.

84Je fais allusion aux énoncés où l'on trouve systématiquement une tournure sujet verbe objet en français, l'objet (syntaxique) exprimant un objet de perception, de cognition ou d'assertion, et une tournure radicalement différente dans les traductions anglaises, c'est-à-dire l'objet de perception etc. représenté par un terme figurant en position initiale. La source, lorsqu'elle est explicitée, figure en position post-verbale. Quelques exemples feront apparaître ce chassé-croisé :

(16) The sunshine struck hot on his fur…

Il sentait sur sa fourrure la chaleur bienfaisante du soleil

85(W.W. 8/13)

(17) That is a thing that strikes me as funny

Je trouve cela très drôle

86(W.W. 18/23)

(18) Nous approchons, et nous voyons sortir de cette caverne gluante un petit garçon nu…

As we approached, a naked little boy emerged from the slimy cavern…

87(G.M.B 38/30)

88Dans les énoncés français, la source ou l'origine de la perception est représentée par un terme en position initiale, l'objet ou la relation perçue, par un terme en position post-verbale. En anglais, l'objet de perception se trouve systématiquement en position initiale. Quant à la source, soit elle apparaît en tant qu'objet direct ou indirect, soit elle est implicite : ni l'origine, ni le verbe de perception ne sont alors explicités. Seule la deuxième relation correspondant à une situation perçue sera représentée.

89Ici encore, il faut prendre en compte des phénomènes qui peuvent conditionner les traductions. Ainsi le prétérit en anglais peut à la fois exprimer une occurrence dans une relation chronologique et un procès qui est repéré par rapport à un point de vue spécifique. Ni le passé simple, ni l'imparfait n'ont cette double fonction. Mais ces contraintes ne peuvent d'aucune façon expliquer le fait que les différences constatées apparaissent de façon aussi systématique entre l'original et la traduction. Le dernier énoncé est donc au présent, il échappe donc à ces contraintes. L'ordre est néanmoins inversé comme dans les autres exemples.

90Lorsque la perception, la cognition ou l'assertion sont exprimées en anglais, l'objet (de perception, etc.) sera généralement repéré par rapport à un point de référence contextuel (autrement dit un énonciateur rapporté). Dans un ouvrage scientifique ce point de référence, c'est-à-dire l'énonciateur rapporté, coïncidera généralement avec l'énonciateur origine. D'où la fréquence de la tournure passive qui met en relief "l'objet" de la discussion et permet de ne pas expliciter la source. Lorsque cognition ou perception sont représentées en français, elles seront souvent exprimées par un verbe dénotant l'activité visuelle ou mentale et une double polarité. En anglais, soit le procès exprimant cette activité sera explicité et repéré par rapport à un point de vue interne au contexte, soit l'objet de la perception sera représenté ; le terme exprimant la source de la perception sera alors soit non-explicité, soit explicité en position postverbale dans l'énoncé.

La prédication d'existence

91Il reste une dernière catégorie de structures qui est étroitement liée à ce problème. Il s'agit de la prédication d'existence.

92Il suffira de quelques exemples pour souligner l'analogie.

(19) There was no knocker, no sign of a bell…

Il ne vit ni marteau ni sonnette…

93(E.T. 11/11)

(20) There was a flash of bare brown waist above the skirt.

Il entrevit la peau brune au-dessus de la jupe.

94(E.T. 105 / 106)

(21) I heard the singing of birds. Yet there was nothing at all to be seen of the world save this quivering yellow light.

J'entendais le chant des oiseaux, par outre ma vision du monde se réduisait à cette lumière jaune et tremblante.

95(C.R. 17 / inédit)

96En anglais, la prédication d'existence introduit dans le contexte l'objet de perception. En français, l'origine de la perception et le procès sont explicités. Cette différence apparaît, ici comme ailleurs, que le texte d'origine soit en anglais ou en français. Bien que ces exemples soient directement, voire même pour ce qui est du français, explicitement liés à la représentation de la perception, ce n'est pas nécessairement le cas.

97La proportion de prédications d'existence dans un texte est systématiquement plus élevée en anglais qu'en français.

(22) There are several things I want to say to you

J'aurai des choses à vous dire

98(M.E. 159 / 210)

(23) There was a place going at the Manor

On lui offrirait une place à Ashe Manor…

99(M.E. 114/152)

(24) There had been a servant girl too,

Je vous citerai encore le cas de cette petite bonne

100(M.E. 147 / 194)

101Dans ces trois exemples, comme dans les trois précédents, la source du procès n'est pas exprimée en anglais. Elle apparaît en revanche en français. Dans d'autres exemples, un élément désignant un animé humain, ou repéré par rapport à un terme désignant un animé humain, apparaît en anglais mais en tant qu'objet indirect dans une prédication d'existence. Cette structure peut être rapprochée des énoncés exprimant la perception où la source du procès est explicitée mais en position post-verbale. En français, une fois de plus elle apparaîtra systématiquement en position initiale, sans prédication d'existence.

(25) There is sand on his lip.

Il a du sable sur la lèvre.

102(T.C. 41 / 43)

(26) There was an inquest on her

Sa mort a fait l'objet d'une enquête

103(M.E. 32 / 40)

(27) There was a very definite coldness between the two men

…les deux hommes se battaient froid,

104(M.E. 38 / 47)

Conclusion

105Il semble qu'une différence fondamentale soit faite en anglais entre les énoncés représentant d'une part l'activité et l'action, et d'autre part la cognition et la perception. Dans le premier cas, on souligne le processus qui établit le passage de la source au but atteint ou visé, dans le second, l'élément désignant l'animé humain est fréquemment soit non-explicité, soit explicité en position post-verbale, le but apparaissant en position initiale.

106En français, on n'établit pas de distinction dans la représentation de ces deux types d'activité. Etat intérieur et action sont représentés de la même façon et privilégient la source du procès. Il va de soi que ceci ne vaudra pas pour tous les exemples : la passivation et la prédication d'existence existent non seulement dans ces deux langues mais constituent des phénomènes généralisables en linguistique. Il n'en reste pas moins que la fréquence des constructions et les conditions dans lesquelles elles apparaissent sont sensiblement différentes dans les deux langues. Ce fait est parfois, voire même souvent, passé sous silence ; il me semble pourtant qu'il est primordial. Les structures récurrentes pratiquées par les traducteurs montrent que la grammaire et le style ne sont pas deux pôles distincts de l'activité de langage, mais qu'ils s'inscrivent dans une gradation qui passe progressivement des contraintes syntaxiques aux récurrences relatives et de celles-ci au choix subjectifs qui constituent les styles spécifiques. Cette dépendance et cette continuité expliquent en grande partie la complexité des problèmes que pose la traduction.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

AYMÉ Marcel, "Les bottes de sept lieues" in Nouvelles françaises (abr.N.F.), Londres : éd. bilingue Penguin [1966], réimp. 1987.

— traduction anglaise, DENNY Norman. "The Seven-League Boots" in French Short Stories.

CARROLL Lewis, Alice's Adventures in Wonderland, (abr. A.W.), Londres : Macmillan, 1865 ; Paris : éd bilingue Aubier-Flammarion, 1970.

— traduction française, PARISOT Henri. Les Aventures d'Alice au pays des merveilles

CHOMSKY Noam, Aspects of the Theory of Syntax, (abr. A.T.S.), Cambridge, Mass., MIT Press, 1965, réimp. 1982.

— traduction française, MILNER Jean-Claude. Aspects de la théorie syntaxique, Paris : Seuil, 1971.

CHRISTIE Agatha, Murder is Easy, (abr. M.E.), Londres : William Collins, 1939, Fontana/Collins, 1985.

— traduction française, LE HOUBIE Michel. Un Meurtre est-il facile ?, Paris : Librairie des Champs-Elysées, 1957.

FLAUBERT Gustave, Madame Bovary, (abr. M.B.), Paris : Michel Lévy, 1857 ; Garnier-Flammarion, 1966

— traduction anglaise, RUSSEL Alan. Harmondsworth, Penguin, [1950], réimp. 1968.

FOWLES John, The Ebony Tower, (abr. E.T.), Londres : Jonathan Cape, 1974 ; Pan Books, 1986.

— traduction française, SAUMONT Annie. La Tour d'ébène, Paris : Albin Michel, 1978.

GORDIMER Nadine, The Conservationist ; (abr.T.C), Londres : Jonathan Cape 1974 ; Harmondsworth, Penguin, [1978], réimp. 1983.

— traduction française, ROUBICHOU-STRETZ Antoinette. Le Conservateur, Paris : Albin Michel, 1988.

GRAHAME Kenneth, The Wind in the Willows, (abr. W.W.) Londres : Methuen 1968.

— traduction française, PARSONS Jacques. Le Vent dans les saules, Paris : Gallimard, 1980.

HERGÉ, L'Etoile mystérieuse, "Les Aventures de Tintin", (abr. E.M.) Paris, Tournai : Casterman, [1947], éd. 1974.

— traduction anglaise, LONSDALE-COOPER Leslie, TURNER Michael. The Shooting Star, Londres : Methuen, 1961 ; Magnet, 1978.

LEE Laurie, Cider with Rosie. (abr. C.R.), Londres : Hogarth Press, 1959 ; Penguin, 1962, réimp.1982.

— traduction française, LABAU Alain (inédite)

LEVI-STRAUSS Claude, Les Structures élémentaires de la parenté, (abr. S.E.P.), Paris : Mouton, [1967], réimp. 1981.

— traduction anglaise, HARLE BELL James, VON STURMER John R., NEEDHAM Rodney. The Elementary Structures of Kinship, Boston : Beacon Press, 1969.

O'CONNOR Flannery, "Partridge Festival" in The Complete Stories, (abr. C.S.), New York : Farrar, Strauss & Giroux, [1946], réimp. 1971.

— traduction française, GRESSET Michel, RICHARD Claude. "La Fête des Azalées" in Pourquoi ces nations en tumulte ? Paris : Gallimard, 1975.

STEVENS Joan, A Short History of Jersey, (abr. J.), St. Helier : La Société Jersiaise, 1974.

— traduction française, membres de la société jersiaise. Histoire de Jersey, St. Helier, 1974.

TOURNIER Michel, Gaspard, Melchior & Balthazar, (abr. G.M.B.), Paris : Gallimard "Folio", 1980.

— traduction anglaise, MANHEIM Ralph. The Four Wise Men, Londres : Methuen, 1983.

TOURNIER Michel, Vendredi ou les limbes du Pacifique, (abr. V.), Paris : Gallimard, [1967], "Folio", 1972.

— traduction anglaise, DENNY Norman, Friday or the Other Island, Harmondsworth, "Penguin", 1974.

Ouvrages théoriques

COUPER-KUHLEN Elizabeth, The Prepositional Passive in English. A semantic-syntactic analysis, with a lexicon of prepositional verbs, Tubingen : Max Niemeyer Verlag, 1979.

CULIOLI Antoine, "Séminaire de la rue d'Ulm", Paris, 1982.

GILLARDEAUX Patrice, La notion d'agent en anglais contemporain, Thèse de 3° Cycle, Université Paris III, sous la direction de H. Adamczewski, 1981.

GUILLEMIN-FLESCHER Jacqueline, Syntaxe comparée du français et de l'anglais : problèmes de traduction, Paris : Ophrys, [1981], réimp. 1988.

— "Traduire l'inattestable" in Linguistique comparée et traduction : Le statut modal de l'énoncé, Cahier Charles V № 6, Université Paris VII, 1984.

HUDDLESTON Rodney, Introduction to the Grammar of English, New York : Cambridge U. P., [1984], réimp. 1986.

JESPERSEN Otto, A Modern English Grammar on Historical Principles III, Londres : Allen & Unwin ; Copenhague : Munksgaard.

MILNER Jean-Claude, Introduction à un traitement du passif Paris : Université Paris VII, Collection ERA 642, 1986.

QUIRK R., GREENBAUM S., LEECH G., A Grammar of Contemporary English, Londres : Longman, [1972], réimp. 1986.

Haut de page

Notes

1  Voir également à ce sujet : P. Gillardeaux (1981).

2  Voir à ce sujet : J. Guillemin-Flescher (1984), pp. 132-143.

3  Pour une analyse plus détaillée, voir J. Guillemin-Flescher (1981), pp. 36-37.

4  Voir également à ce sujet E. Couper-Kuhlen (1979).

5  Voir également J.-C. Milner (1986), p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Guillemin-Flescher, « Représentation linguistique de l'activité, l'action et l'événement en francais et en anglais », Palimpsestes, 5 | 1991, 51-69.

Référence électronique

Jacqueline Guillemin-Flescher, « Représentation linguistique de l'activité, l'action et l'événement en francais et en anglais », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 23 décembre 2010, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/615 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.615

Haut de page

Auteur

Jacqueline Guillemin-Flescher

Université Paris VII

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals