Navigation – Plan du site

Avant la charrue, les bœufs

La mise en relief du sujet et/ou du prédicat dans la traduction de textes économiques1
André Chassigneux
p. 71-76

Texte intégral

  • 1  Voir texte de référence, Vol. II, Annexe I.
  • 2  International Monetary Fund, Annual Report 1987, Washington, D.C. Traduction française : Fonds Mon (...)

1Je voudrais d'abord expliquer pourquoi j'ai pris mes exemples dans le rapport du Fonds Monétaire International, et pourquoi j'ai choisi de parler de la mise en relief du sujet ou du prédicat. D'abord, le Rapport annuel du FMI est un texte destiné à la publication, contrairement à la plupart des documents rédigés par cette organisation, qui sont strictement réservés à l'usage interne2. On apporte donc le plus grand soin à sa rédaction, et on le modifie, au fur à mesure des discussions, pour gommer toutes les expressions qui pourraient vexer le gouvernement du pays concerné. Je reviendrai plus loin sur le caractère diplomatique des textes du FMI, comme d'ailleurs de ceux rédigés par les organisations internationales en général, et sur les difficultés de traduction que cela comporte. Il s'agit donc d'un texte élaboré très soigneusement, et l'on exige naturellement le même soin des traducteurs et réviseurs d'autant plus que la traduction française est elle aussi publiée.

2D'autre part, quant au choix des exemples, j'ai toujours été frappé par les différences d'ordre des mots entre l'anglais et le français. Je considère même ce point comme l'un des "tests" les plus sûrs d'une bonne traduction, et je ne cesse d'attirer là-dessus l'attention de mes étudiants. Or, en comparant le texte original et la traduction du rapport de 1987, j'ai trouvé un grand nombre de phrases pour lesquelles le traducteur avait décidé d'inverser l'ordre des propositions. Je précise tout de suite que je ne donne à ces exemples aucune valeur statistique.

3Puisqu'il est question de mettre la charrue avant les bœufs, je voudrais commencer par la conclusion et vous dire là où je veux en venir. En vous écoutant, j'ai l'impression que nous tournons tous autour d'un problème pédagogique fondamental. Y a-t-il des règles de traduction ? Plus précisément, puis-je, pouvons-nous, tirer de ces exemples des règles que nous pourrions enseigner à nos étudiants ?

4En d'autres termes, s'agit-il d'effets purement rhétoriques ajoutés à la traduction pour "faire joli" ou plus simplement pour "faire français", ou au contraire d'une rhétorique devenue syntaxe au point que les modifications apportées par le traducteur sont obligatoires ?

  • 3  Bank for International Settlements, 58th Annual Report, Basle 1988, p. 12. Traduction française : (...)

5Pour vous donner une idée de ce que donne un texte du même ordre traduit sans rien changer à l'ordre de l'anglais, j'ai pris un exemple d'un autre document très proche par son sujet, c'est-à-dire le rapport de la Banque des règlements internationaux, lui aussi rédigé et traduit avec beaucoup de soin3. Je vous lis simplement le français pour que vous sentiez mieux comment il suit en fait la structure de l'anglais.

Au Japon cependant, l'accélération rapide de la demande interne a été induite par le vif essor des dépenses d'investissement en capital fixe, notamment dans le secteur du logement ; elle a reflété l'influence de la politique monétaire expansionniste menée par les autorités et la faiblesse des taux d'intérêts nominaux, ainsi que les allégements fiscaux et l'amélioration sensible des bénéfices des entreprises.

6A première vue, ce qui gêne dans cette phrase en français, c'est le a reflété, qui calque un reflecting anglais. Mais, plus profondément, la difficulté de lecture vient du fait que l'anglais donne d'abord l'effet, puis la cause, et qu'à mon avis cette structure n'est pas naturelle en français. C'est de ce point de vue que je voudrais me placer pour analyser les exemples. On peut les classer soit par fonction, soit par ordre de liberté ou de contrainte. Si on les prend par fonction, on peut dire qu'il y a simplement un changement d'ordre logique, par exemple pour le 1, le 3, le 6, le 7, le 8 et le 11 ; on peut dire qu'il est plus chronologique pour le 4, le 10 et le 12 ; et peut-être plus rhétorique dans le cas des exemples 5 et 9. On peut considérer en effet comme rhétorique le déplacement d'un syntagme, souvent le sujet, pour relier deux phrases qui sont seulement juxtaposées en anglais. C'est avec ce genre d'artifice que l'on rend une traduction plus lisible. Ainsi, dans l'exemple 9, pour lequel j'ai donné la phrase précédente entre crochets afin d'expliquer le from both points of view, le traducteur, poussé par son désir de relier, commence la phrase par A ce double point de vue… L'exemple 8 est plus complexe. Ici encore, comme on parle de réformes dans la phrase précédente, le traducteur est naturellement porté à placer en premier ces trains de mesures. Mais, contrairement au 9, il est de toute façon obligé de changer la structure de la phrase, et ce pour deux raisons. D'abord l'inversion de l'apposition Aimed at… these packages… n'est pas très naturelle en français, mais surtout la structure …were initiated… as a prerequisite nécessite une transformation complète de la phrase. Je trouve que le traducteur s'est sorti très habilement de cette phrase, et surtout du were initiated, exemple typique du passif diplomatique.

  • 4  W. Strunk & E.B. White, The Elements of Style, New York : Macmillan, 1979, p. 32.
  • 5  J.P. Vinay & J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l'anglais, Paris : Didier, 1958, (...)

7Cette phrase m'amène à la distinction entre transformations rhétoriques, facultatives, et syntaxiques, donc obligatoires. Je me heurte ici à un obstacle majeur. En effet, n'étant pas anglophone, j'ai du mal à savoir si la construction du texte de départ est correcte, ou disons naturelle, en anglais. J'aimerais beaucoup connaître l'avis des anglophones présents. En attendant, j'ai demandé l'avis d'un certain nombre d'anglophones. L'un d'eux, en particulier, est un chercheur scientifique américain travaillant en France, qui parle un excellent français et travaille souvent avec sa femme, traductrice francophone. Or il lui reproche de transformer systématiquement les phrases anglaises en mettant la cause avant l'effet. Il y voit précisément une coquetterie stylistique. Voulant savoir comment il écrirait spontanément en anglais scientifique, je lui ai demandé s'il dirait B is true if A is true ou If A is true, then B is true. Il m'a répondu que logiquement il commencerait par If A is true. D'autre part, j'ai regardé un manuel de stylistique anglaise, The Elements of Style de Strunk et White, qui est probablement l'un des livres les plus simples et les plus populaires dans ce domaine4. J'ai trouvé, dans le chapitre "Principles of composition", principe n° 22 : "Place the emphatic words of a sentence at the end", et ils donnent des exemples corrigés : This steel is principally used for making razors, because of its hardness, corrigé par : Because of its hardness, this steel is used principally for making razors. Je suis tenté de rapprocher cela d'une phrase de Vinay et Darbelnet qui insistent beaucoup sur ce point. (C'est fou ce que l'on peut trouver comme remarques intéressantes dans cet ouvrage déjà ancien.) Je cite : "En français le thème va généralement avant le propos ; en d'autres termes, le français ne commence pas par l'essentiel, mais achemine le lecteur vers le but de l'énoncé, qui joue ainsi le rôle de point culminant du message." Vinay et Darbelnet donnent entre autres exemples : He waited unconcernedly for the opening of the case, as he felt sure to win. Sûr d'obtenir gain de cause, il attendit sans inquiétude l'ouverture du procès5. Donc je laisse pour le moment de côté le caractère "correct" de ces phrases anglaises et je voudrais insister davantage sur les exemples qui posent problème, en particulier 2 et 3.

8Dans la phrase 2, le traducteur n'a pas joué sur la cause et l'effet. Pour une fois, on trouve un because au début en anglais. Il a par contre modifié, pour des raisons à mon avis logiques, le …if they were to persist over an extended period of time. Pourquoi ? Parce que ce segment ne peut pas rester à sa place dans la mesure où il développe potentially. Donc il vient naturellement là en français. Je dirais que c'est pratiquement obligatoire. Dans le 3, c'est encore plus net, parce qu'il y a, d'une part, dans la phrase anglaise, quelque chose de bizarre qui est le complément circonstanciel among the smaller industrial countries, repris après quelques mots d'intervalle in Australia, Denmark, Spain and Sweden. D'autre part, le passif fiscal policy was tightened significantly est ici encore diplomatique. On recommande aux rédacteurs et aux traducteurs d'éviter de nommer les gouvernements, qu'on appelle d'ailleurs "les autorités". Le passif anglais est évidemment très commode dans ce cas. La phrase 3 présente au traducteur une double contrainte : éviter à la fois le passif et la répétition du complément. Donc, à mon avis, il a bien démonté sa phrase en écrivant ont amené les autorités à, ce qui ne veut pas dire : "les autorités ont, elles, décidé de". Il y a ici tout un non-dit. Si on écrit : les autorités ont resserré notablement leur politique budgétaire, cela veut dire en clair "elles ont décidé que certains n'auront rien à manger". On en arriverait très vite au problème des fameux dictats du FMI, et il vaut mieux rester aussi neutre que possible.

9Pour la 4, il y a un élément facultatif. Ce qui m'intéresse ici, c'est la façon dont le traducteur a reconstruit la chronologie. J'aime bien la façon dont il a mis en morceaux sa phrase, comme les cuisiniers font avec ce qui reste d'un repas, c'est ce qu'on pourrait appeler la mise en reliefs, et l'a remontée très intelligemment. Le problème que pose le as, nous en reparlerons peut-être tout à l'heure.

  • 6  Bank for International Settlements, op.cit., p. 24. Traduction française p. 27.

10J'en arrive à la phrase 11, qui me paraît un exemple d'une structure assez fréquente en anglais, qui consiste, là encore, à mettre en premier l'attribut du verbe : A positive feature of economic performance… was the sharp reduction in inflation rates…. Il est certain qu'il s'agit ici d'une transformation obligatoire. On ne voit pas comment le traducteur aurait pu faire autrement. Je peux vous donner un autre exemple, presque caricatural, de cette structure, que je tire du rapport de la BRI6 : A sector of particular importance in evaluating the scope for reducing external imbalances without any loss of real income growth is manufacturing. Le calque est encore moins possible ici. On est obligé d'écrire : L'industrie de transformation revêt une importance particulière. En revanche, dans l'exemple S, on a affaire à une transformation rhétorique : Price developments in 1986 were dominated by the sharp declines in the prices of oil and other commodities as noted above. On pourrait parler ici de balancement, de longueur relative des segments de la phrase. Le français n'aime pas finir par un élément court et relativement insignifiant. C'est un anticlimax typique. Je trouve donc tout à fait naturel de la part du traducteur d'écrire : a été dominé, on l'a vu, par la chute des prix du pétrole et des produits de base.

11J'ai gardé pour la fin la dernière phrase, la 12, parce qu'il me semble que la structure rather than symbolise la différence d'ordre logique entre le français et l'anglais. Par définition, rather than met l'élément important en premier, l'élément moins important en second, ce qui est absolument impossible en français. Il m'arrive même souvent de ne pas traduire le deuxième terme et de dire à mes étudiants de ne pas le faire. En caricaturant, je prends l'exemple prices went up rather than down. Le français se contente de dire : les prix ont monté, à moins que le down soit pertinent, par exemple si on s'attendait à une baisse. Mais souvent en anglais, le second terme n'est pas pertinent. C'est à mon avis un exemple d'un système binaire d'opposition beaucoup plus fréquent en anglais qu'en français. On le retrouve dans l'emploi des déictiques.

12Le français, du moins parlé, a perdu pratiquement la précision dans l'espace. Par exemple : Martin, il est ici ? Ah non, il n'est pas là. Tous ceux qui enseignent l'anglais à des Français savent combien il est difficile, de leur faire dire I am here et pas I am there. On a le même problème, avec this et that, comme si le français refusait de distinguer le lointain du proche. Les deux, c'est ce avec tout ce que cela implique comme erreurs sur le plan spatial et temporel puisque ce pays traduit indifféremment this country ou that country et cette époque signifie aussi bien these days que those days. Il me semble que rather than et as well as aussi dans certains cas s'inscrivent dans ce système binaire de l'anglais. Dans mes cours, je fais la chasse au plutôt que qui ne me paraît pas tellement normal en français. C'est vrai que l'on dit plutôt la mort que l'esclavage, mais pas tous les jours, même en 1989. En français courant, on dit : plutôt mourir.

13Pour conclure, je voudrais essayer d'expliquer à quoi tiennent ces différences. On peut certes voir dans ces exemples l'apparition du traducteur qui en a assez de passer inaperçu. Il ressemble à ceux qui se trouvent passer à la télévision derrière une vedette et qui font des grands signes de reconnaissance. Peut-être aussi a-t-il eu jadis un professeur un peu maniaque, qui lui a répété pendant des années : "Il faut mettre la cause en premier." A ce stade, je dois vous faire une révélation que j'ai différée jusqu'ici : le traducteur de ce texte est un de mes anciens étudiants, devenu très vite l'un des plus brillants éléments du FMI. Vous me pardonnerez si je me flatte d'y être pour quelque chose. Enfin on pourrait interpréter cet ordre apparemment illogique de l'anglais comme une espèce de cogito empirique, qui est la base de la pensée scientifique. Non pas "Je pense donc je suis", mais "je suis, penser, on verra après, mais pour le moment je suis là, je vais faire quelque chose et puis peut-être après, je penserai". C'est l'interrogation majeure de l'existence : "Je suis là, qu'est-ce que j'y fais ?"

Haut de page

Notes

1  Voir texte de référence, Vol. II, Annexe I.

2  International Monetary Fund, Annual Report 1987, Washington, D.C. Traduction française : Fonds Monétaire International, Rapport annuel 1987, Washington D.C.

3  Bank for International Settlements, 58th Annual Report, Basle 1988, p. 12. Traduction française : Banque des règlements internationaux, 58ème Rapport annuel, Bâle, 1988, p. 13.

4  W. Strunk & E.B. White, The Elements of Style, New York : Macmillan, 1979, p. 32.

5  J.P. Vinay & J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l'anglais, Paris : Didier, 1958, pp. 202-203.

6  Bank for International Settlements, op.cit., p. 24. Traduction française p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Chassigneux, « Avant la charrue, les bœufs », Palimpsestes, 5 | 1991, 71-76.

Référence électronique

André Chassigneux, « Avant la charrue, les bœufs », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 23 décembre 2010, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/617 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.617

Haut de page

Auteur

André Chassigneux

ESIT – Université Paris III

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals