Navigation – Plan du site

Quand (se) taire c'est (se) dire plus fort les lourds silences d'Alice1

Guy Leclercq
p. 101-114

Notes de l’auteur

Les quelques remarques qui suivent sont inspirées de Alice's Adventures in Wonderland, le second des quatre "livres d'Alice" de Lewis Carroll.

Texte intégral

  • 1  Voir texte de référence, Vol. II, Annexe II.

1Pour la petite fille qui parcourt les contrées prodigues de merveilles et riches de sources d'étonnement (Wonderland), la parole est essentielle. C'est par les mots qu'elle exprime ses joies et ses craintes ; c'est avec des mots qu'elle dit son bien-être et ses malaises ; c'est avec des silences aussi.

2Tout au long de son voyage, Alice parle aux autres, ces personnages inattendus, insolites ou familiers qui croisent son chemin ; elle se parle aussi (She got used to it in a few minutes, and began talking to herself as usual). Elle se parle comme l'on parle à un vis-a-vis : elle se fait part de ses constatations et impressions, elle se reprend, se critique, s'invective parfois, elle s'interroge aussi ; et lorsqu'elle s'interroge, en petite fille bien éduquée, elle se répond, car si Alice ne répond pas toujours de ses actes, elle répond toujours à ses demandes ("Oh, you foolish Alice," […] she answered herself).

3Alice parle comme elle respire : la pensée même est oralisée chez elle ; certes, il lui arrive, comme à tout un chacun, de ne pas manifester de manière audible le cours de ses réflexions, mais il n'est pas rare non plus qu'elle poursuive à voix haute ce qu'elle a ébauché en son for intérieur :

"If I don't take this child away with me," thought Alice, "they're sure to kill it in a day or two. Wouldn't it be murder to leave it behind ?" She said the last two words out loud

4ni qu'elle achève en elle-même ce qu'elle a commencé à voix haute et intelligible :

"My name is Alice, so please your Majesty," said Alice very politely ; but she added to herself, "Why, they're only a pack of cards, after all. I needn't be afraid of them !"

5Si Alice parle beaucoup, c'est aussi qu'elle aime parler ; parler pour échanger, mais également parler pour parler, parler pour ne rien dire, parler pour s'assurer, pour se rassurer. Elle ne peut s'empêcher de parler ; elle agit, elle parle et quand elle ne peut agir, elle parle, comme pour se prouver qu'elle existe (There was nothing else to do, so Alice began talking again). Alice parle, elle parle beaucoup, parfois même, elle parle trop, elle parle à tort et à travers, elle parle de travers (Oh dear, what nonsense I'm talking !). Elle exploite, à un moment ou à un autre, tous les registres, tous les tons : elle récite et elle déclame, elle susurre et elle ânonne, elle crie et elle s'emporte, elle hésite, elle s'interrompt, elle se tait aussi. Tout au long de son périple, elle a, au gré des situations, une voix feutrée, flûtée, allègre, ou, au contraire, une voix cassante, étouffée, grave ; en d'autres moments, elle soupire, elle a le souffle court, la voix lui fait défaut, la parole lui manque.

6Donc, Alice parle ; pourtant, elle ne dit pas tout ce qu'elle aimerait ou voudrait dire. Comme toutes les petites filles ayant reçu une bonne éducation, elle est constamment prise dans un dilemme aux exigences contradictoires : elle doit à la fois tout dire et se taire. Car un petit enfant (et plus encore, une petite fille) doit tout dire à sa mère et s'il ne dit pas tout, le petit doigt de la grande personne est là pour parler à sa place et réparer ses oublis ; il est là pour dire ce que lui-même ne voulait, ne pouvait pas dire.

7Alice est également parfois privée de parole vraie lorsque sa mémoire lui fait défaut, ou qu'elle l'induit en erreur ; dans le premier cas, un silence tient lieu de parole (How doth the little –) et dans le second, un mot ou un fragment de discours s'offre en lieu et place d'un autre mot, d'un autre fragment (How doth the little crocodile). Il est fréquent également, sous l'influence d'une situation ou d'un personnage de rencontre, qu'elle marque une ou plusieurs courtes pauses dans l'expression de son propos :

"You know what to beautify is, I suppose ?"
"Yes," said Alice doubtfully : "it means – to – make – anything – prettier."

8Il n'est pas rare enfin qu'elle s'interrompe, ou soit interrompue contre sa volonté par l'intervention brutale de celui à qui ses paroles s'adressent :

"But I'm not a serpent, I tell you !" said Alice. "I'm a –I'm a –"
"Well! What are you ?" said the Pigeon.

9Ainsi, lorsqu'Alice parle, son discours résonne de ses soupirs, de ses hésitations et de ses pauses ; il est profondément marqué par ses mots absents, ses mots déformés, maquillés, tronqués ; il est riche du poids de ses paroles tues, déguisées, empêchées.

10Les quatre principaux types de silence relevés dans les paroles d'Alice seront évoqués ici à travers quelques exemples choisis :

  • propos suspendu par des soupirs et repris dans son déroulement logique ;

  • fragment répété après une courte pause sans autre altération ;

  • phrase interrompue avant sa fin attendue ;

  • mot coupé dans son exécution.

  • 2  Les exemples exploités dans la présente étude seront repris et donnés en annexe dans la version fr (...)

11La description de ces quelques moments de parole empêchée sera suivie d'une proposition de traduction, description et traduction poursuivant le même objectif : affirmer le parti pris d'un respect infaillible, d'une totale fidélité à chaque élément récurrent du texte que l'on désire traduire. Les silences comptant parmi les éléments essentiels du discours d'Alice, il convient donc de les entendre et de les maintenir dans la version du texte que l'on se propose d'offrir dans une autre langue que celle de sa première écriture. Je revendique donc une écoute flottante, attentive au moindre soupir et à la plus légère rétention, comme à la pause la plus lourde et à l'interruption la plus brutale. Etre sourd aux soupirs, aux pauses, aux silences d'Alice, négliger ses bloquages et ses rétentions, ne pas reconnaître ses mots déguisés et ses récits travestis, seraient autant de marques d'irrespect et de non-amour pour la parole autant que pour le personnage mis en mots2.

Soupirs et pauses

12Je ne parlerai pas dans cette première partie des pauses uniques, ces courts instants de silence qui marquent si souvent les paroles d'Alice ; après avoir mentionné, sans m'y attarder, les pauses redoublées, j'évoquerai les pauses multiples et terminerai sur cet autre type de soupir à la brièveté provocatrice : la pause génératrice de duplication.

13La pause redoublée peut remplir plusieurs rôles : ici, elle est une simple mise entre parenthèses d'un court fragment, qu'il soit redondant ou informatif ; là, elle est une mise en relief, sa valeur emphatique est alors affirmée (when you have to turn into a chrysalis – you will some day, you know – and after that into a butterfly). Mais, qu'il prenne la forme d'une pause unique, d'une double pause ou d'une pause plusieurs fois répétée, le silence que l'on s'octroie est toujours lourd de sens pour celui qui en est le producteur comme pour celui qui le reçoit.

14Un moment du dialogue renoué par Alice avec le Chat du Cheshire, après un long intermède riche en péripéties diverses, compte trois pauses consécutives associées à un même terme :

"I don't think they play at all fairly," Alice began, in rather a complaining tone, "and they all quarrel so dreadfully one can't hear oneself speak – and they don't seem to have any rules in particular : at least, if there are, nobody attends to them – and you've no idea how confusing it is all the things being alive : for instance, there's the arch I've got to go through next walking about at the other end of the ground – and I have croqueted the Queen's hedgehog just now, only it ran away when it saw mine coming !"

15Outre cette première marque d'emphase (la répétition de la conjonction and), chacune des trois reprises, suivant en cela le premier emploi de la conjonction seule (and they all quarrel so dreadfully), est immédiatement suivie d'un pronom personnel, différent à chaque fois (– and they, – and you, – and I).

      And     they     quarrel
— and      they      don't seem to have any rules
— and      you      have no idea how confusing it is
— and      I      should have croqueted the Queen's hedgehog

16Une telle juxtaposition de fragments de discours, dont certains se suivent dans un enchaînement logique et d'autres dans une rupture d'avec ce qui précède, fait ailleurs place à un autre type de juxtaposition faite d'accumulations sans progression ni rupture :

"— Maybe it's always pepper that makes people hot-tempered," she went on, very much pleased at having found out a new kind of rule, "and vinegar that makes them sour – and camomile that makes them bitter – and – and barley sugar and such things that makes them sweet –tempered."

17La cohésion de ces quatre fragments marqués par une pause est ici encore renforcée par la récurrence de la conjonction de coordination (and), une fois associée à la pause qui la précède ([…] – d camomile […]) et une fois redoublée avec la pause ([…] – and – and barley sugar […]). De plus, ces trois couples pause-conjonction renvoient aux deux autres occurrences de and sans pause, l'une en seconde position après l'introduction de la séquence (– Maybe it's always pepper […] –and vinegar), l'autre en ultime position pour la conclure ([…] – and such things […]). Les propos d'Alice se succèdent donc dans un ordre à l'apparente logique, qui suit l'humeur et la prolixité de qui les produit, les pauses répétées jouant un rôle essentiel dans cette exubérance verbale, comme le montre dès les premiers mots la triple rencontre d'une pause, introductive et de deux adverbes contradictoires ( – / maybe / always).

maybe

it's always

peper

and

vinegar

— and

camomile

— and —and

barley-sugar

and

such things

18Ces intrusions de blancs dans la parole (soupirs ou reprises d'air) marquent donc parfois le redoublement d'un court fragment ; Alice est ainsi amenée à se répéter sept fois selon ce même schéma A – A, où A figure le fragment impliqué.

"I almost wish I hadn't gone down that rabbit-hole – and yet – and yet – it's rather curious, you know, this sort of life."

"Don't let me hear the name again !"
"I won't indeed !" said Alice in a great hurry to change the subject of conversation. "Are you – are you fond – of – of dogs ?"

"Soup does very well without – Maybe it's always pepper that makes people hot-tempered," she went on, very much pleased at having found out a new kind of rule, "and vinegar that makes them sour – and camomile that makes them bitter – and – and – barley-sugar and such things that make children sweet-tempered."

"I should have liked teaching it tricks, if – if I'd only been the right size to do it !"

"Who are you ?" said the Caterpillar.
This was not an encouraging opening for a conversation. Alice replied rather shily, "I – I hardly know, Sir, just at present – at least I know who I was when I got up this morning, but 1 think I must have been changed several times since then."

"I'm a – I'm a"
"Well !" What are you ?" said the pigeon. "I can see you're trying to invent something ! "
"I – I'm a little girl," said Alice rather doubtfully.

"Then you should say what you mean," the March Hare went on.
"I do, Alice hastily replied ; "at least – at least I mean what I say –
That's the same thing, you know."

19La duplication d'un fragment, qui dans le monologue d'Alice évoqué plus haut, n'était qu'une marque de mise en relief associée à d'autres reprises (conjonctions, pronoms, adverbes…) peut se faire plus insistante encore, comme le montre le dernier exemple cité ici.

20Alors que la conversation quelque peu tendue entre Alice et les trois compères attablés devant une tasse de thé qu'ils ne parviennent pas à boire promettait de prendre un tour plus léger, la petite fille est à nouveau mise dans l'embarras par une intervention critique du Chapelier qui lui reproche son manque de rigueur dans le raisonnement (you should say what you mean) Après une première répartie plus impulsive que réfléchie (I do), Alice se reprend et modère la certitude d'abord affichée (at least), puis le doute se fait plus pressant encore et, entre deux courtes pauses, elle reformule sa pensée (at least I mean what I say), le second volet de son intervention commençant par la duplication du groupe adverbial qui précisément exprime ce doute. La mise en relief par mise entre parenthèses se double d'une duplication par le silence :

21Il ne s'agit pas ici d'une altération minime du raisonnement qui serait introduite par la double pause, mais bien de sa contre-formulation, par l'usage que fait Alice de l'une de ses figures de prédilection : la mise en miroir. Cependant, le chiasme ainsi formé n'est pas exploité directement par elle, il lui est suggéré par l'un de ses interlocuteurs qui l'introduit et le provoque en fournissant dans ses interventions précédentes les deux termes sur lesquels le jeu va porter (say et mean).

"Do you mean that you think you can find out the answer to it ?" said the March Hare.
"Exactly so", said Alice.
"Then you should say what you mean," the March Hare went on.

22La reprise insidieuse par le Lièvre de l'un de ces deux verbes dans une forme affirmative et signifiante (… what you mean,) et non plus interrogative et non pertinente (do you mean that… ?) provoque la réponse immédiate et concise d'Alice (I do) ; précipitation vite atténuée par une formulation détaillée qui reprend les deux termes mis en opposition par le Lièvre, mais en inversant l'ordre :

23Une fois introduite indirectement, la figure est reprise systématiquement par les trois personnages présents qui usent du même procédé en l'introduisant trois fois par les mêmes termes (you might as well say that…) :

"Not the same thing a bit," said the Hatter. "Why, you might just as well say that 'I see what I eat' is the same thing as 'I eat what I see' !"

"You might just as well say," added the Hatter "that 'I like what I get' is the same thing as 'I get what I like' !"

"You might as well say," added the Dormouse, which seemed to be talking in its sleep, "that 'I breathe when I sleep' is the same thing as 'I sleep when I breathe' !"

24Ainsi, au chiasme indirect réalisé par la rencontre de deux discours (le Chapelier et Alice) et introduit par une pause génératrice de duplication (at least – at least) répondent les trois chiasmes directs dont les deux éléments permutés sont introduits par le même locuteur (Chapelier, Lièvre, Loir) dans une phrase unique.

25Chacun des quatre personnages présents ayant produit sa propre formulation en miroir, la série peut s'achever, ce qu'elle fait, dans un silence général, (and there the conversation dropped and the party sat silent for a minute). Que faire, en effet, sur une telle évidence, sinon se taire ?

26Le discours d'Alice contient donc parfois une ou plusieurs pauses qui en soulignent certains fragments, mais il peut également être entièrement structuré par ces pauses. Le cas le plus simple de ces suites est donné par la simple énumération dont les termes se succèdent et sont séparés par une courte pause qui n'a d'autre fonction que de les relier les uns aux autres. (A mouse – of a mouse – to a mouse – a mouse – O mouse !). Ailleurs, la succession de pauses se fait expressive et remplit une toute autre fonction ; telle est la réponse embarrassée que fait Alice à une question péremptoire du Griffon.

"You know what to beautify is, I suppose !"
"Yes," said Alice doubtfully : "it means – to – make – anything – prettier."

27La question semble simple, bien que sa forme soit déjà embarrassante par la sécheresse et l'insistance avec lesquelles elle est formulée. La simple réponse qu'elle demande ne peut que provoquer un doute dans l'esprit d'Alice qui n'apprécie guère d'être ainsi suspectée d'ignorance et mise en demeure de répondre. C'est donc avec une certaine hésitation qu'elle distille sa réponse. La phrase qu'elle prononce est simple et sa composition grammaticale élémentaire (sujet, verbe, complément), son exécution rend compte de cette simplicité en accordant une égale valeur à tous ses éléments lexicaux, à l'exclusion du groupe qui l'introduit et qui est rapproché du premier temps de la réponse (Yes, it means…)

28yes it means

29Un autre exemple de pauses en série à valeur structurante est offert par Alice dans son dialogue avec la Souris rencontrée dans l'étang de larmes. A son interlocutrice, qui lui demande de ne plus prononcer le nom même du chat, son ennemi mortel (Don't let me hear the name again !), Alice répond avec empressement (I won't indeed !) puis, avec une grande prudence, elle ose une autre question : (Are you – are you fond – of –of dogs ?). Cette fois, une double duplication est associée à trois suspensions momentanées de la parole. La forme plate de la question posée par Alice à la Souris (Are you fond of dogs ?) est alors coupée en quatre segments inégaux riches en marques d'identités et d'oppositions.

  • Le sujet, le verbe et le complément qui composent la phrase sont éclatés par les pauses de manière insistante et violente.

  • Les quatre segments sont regroupés deux à deux, 1 et 2 d'abord, 3 et 4 ensuite (les deux paires étant séparées par une pause intermédiaire), le second élément de chacun de ces couples étant une reprise avec extension du segment qui le précède.

  • La phrase est composée de monosyllabes qui sont répartis symétriquement dans les quatre fragments délimités par les, pauses : les deux extrêmes sont formés de deux mots et les intermédiaires en comptent respectivement trois et un, le plus long précédant immédiatement la première pause et le plus court précédant la dernière.

30Les effets de sens produits par la composition des quatre fragments et les rapports que ceux-ci créent dans le déroulement de leur production sont encore soulignés par l'emplacement de chaque pause et la manière dont elles se jouent des contraintes de la grammaire. La première pause marque une hésitation dans la nomination du destinataire du discours (are you –) ; la seconde révèle une certaine progression dans le questionnement (are you fond – of); la troisième est le signe d'une nette régression de la libération de la parole (of –) et dans le même temps, en per-, mettant enfin la formulation de l'objet de la question, montre la levée brutale du bloquage (– of dogs ?) ; le propos est enfin arrivé à son terme, la parole est enfin libérée.

Silences et coupures

31La pause, ce moment où le locuteur retient ses mots, affecte donc le discours dans son déroulement, puis le laisse reprendre son cours normal et attendu après quelques instants de silence plus ou moins insistants, ailleurs, elle provoque la répétition d'un court fragment du discours qu'elle affecte pour laisser au locuteur, après ce bref instant de bloquage, la liberté de poursuivre l'énoncé entrepris. Mais il est une autre retenue qui peut également s'imposer avec force : la pause peut se faire silence. Ce silence brutal affecte le discours le plus banal comme le plus original, l'interrompant soudain, le laissant inachevé, privé de sa conclusion annoncée et attendue.

32Alice connaît ainsi à huit reprises cet empêchement à poursuivre son propos, qu'elle soit interrompue par la prise de parole soudaine de son vis-à-vis, ou qu'elle s'interdise elle-même de poursuivre la phrase ébauchée.

if you please, Sir –
she's she, and I'm I, and –
four times seven is –
how doth the little –
he says it kills all the rats and –
why it is you hate – C and D ?
I once tasted –
I've often seen them at dinn –

33Ces ruptures brutales affectent la phrase dans son déroulement ou le mot dans sa production. Dans le cadre de cet exposé, je ne retiendrai que les mots interdits : mot prononcé d'abord (how doth the little –), mot tronqué ensuite (dinn –, C and D).

34Les différentes tentatives pour s'assurer de sa propre identité basée sur l'accumulation des preuves ayant échoué, c'est sa mémoire qu'Alice sollicite en s'efforçant de réciter un poème dont elle entreprend d'énoncer docilement le titre. ("I'll try and say 'How doth the little –', " and she crossed her hands on her lap, as if she were saying lessons.) Si les arrêts soudains d'Alice dans l'énumération des différents arguments apportés à l'affirmation de son identité peuvent être aisément imputés au découragement ressenti devant la non-pertinence ou la non-validité des preuves fournies, celui qu'elle inflige au titre du poème est d'une toute autre nature : il lui révèle l'impuissance de la mémoire, son manque de fiabilité, son aspect fallacieux, sournois même. Dès les premiers mots, la parole lui fait défaut. Le titre même du poème se refuse à elle et par là, tout le monde annonce sa dérobade.

35Le titre sous lequel ce poème est connu est constitué de son premier vers, qui est lui-même l'amorce d'une longue phrase exclamative, qui en constitue la première strophe. Les premiers mots du titre sont donnés par Alice dans leur totale intégrité jusqu'à ce qu'ils soient brusquement interrompus, privant l'article et l'adjectif du nom qu'ils demandent, ('How doth the little –'). Le nom manquant est remplacé par un blanc soudain ; et lorsque la récitation vient, ce blanc est à son tour remplacé par un autre nom que celui attendu : l'abeille du poème normalement attendue fait place au crocodile impromptu (profondémént désiré ?) :

How doth the little –
How doth the little crocodile
Improve his shining tail,
And pour the waters of the Nile
On every golden scale !

36L'omission d'un seul mot a été suffisante pour que le processus soit engagé ; dès cet instant de vide, rien ne peut plus aller comme il se doit. Et de fait, les mots qui s'imposent ne sont pas les bons (I'm sure those are not the right words). La constatation qu'Alice fera plus tard devant la Chenille est pourtant abusive : ce ne sont pas les mots qui sont faux, mais quelques mots, comme le montre le seul titre dans ses trois états, normal, annoncé, prononcé.

How doth the little busy bee
How doth the little –
How doth the little crocodile

37Lorsqu'elle adopte l'attitude traditionnelle et docile du récitant (she crossed her hands on her lap as if she were saying lessons), Alice n'est pas consciente du tour étrange que tout le poème va prendre dans sa bouche, ni du tour pendable que les mots vont lui jouer, mais si elle ne sait pas encore à quel travestissment du discours elle va se livrer, elle en a le pressentiment, comme le révèlent le ton et le timbre de sa voix (her voice sounded hoarse and strange). Le blanc soudain dans le titre est lourd de présages ; tout est maintenant possible, ou plus exactement, plus rien n'est impossible. Ce silence ponctuel, introduit soudain dans l'intégrité syntaxique du titre, annonce d'autres altérations à venir dans le corps du poème. L'absence totale d'un mot est le signe précurseur des manipulations dont d'autres mots vont être l'objet, manipulations elles aussi opérées dans le maintien et le respect absolu de l'enchaînement syntaxique ; car si la structure profonde, la scansion et la métrique du poème sont maintenues, les mots ne peuvent pas manquer d'être perturbés.

38Une telle retenue n'est pas unique chez Alice ; l'impossibilité de continuer de dire peut se faire plus pressante et plus soudaine encore. Elle retient alors non plus le déroulement logique de la phrase, mais celui de sa plus petite unité : le mot. Dans ces cas d'impossibilité de dire, seul subsiste un fragment plus ou moins explicite du mot interdit (dinn – pour dinner ou C and D pour cats and dogs).

39Après quelques tentatives infructueuses pour entamer le dialogue avec la Souris, les réactions passionnées de celle-ci à chaque évocation des chats et des chiens incite Alice à la plus grande prudence pour ne pas commettre le risque de voir son interlocuteur prendre à nouveau la fuite.

"You promised to tell me your history, you know," said Alice, "and why it is you hate –C and D," she added in a whisper, half afraid that it would be offended again."

40Cette extrême économie dans la désignation des personnages, outre la volonté de ne pas mettre prématurément un terme à un dialogue difficilement entamé, répond à une demande expressément formulée par la Souris elle-même, quant à l'un de ses deux ennemis héréditaires (Our family always hated cats : nasty, low, vulgar things ! Don't let me hear the name again !). Alice est donc soumise à cet impératif doublement exprimé : ne pas dire le nom interdit. Une seule possibilité lui est laissée : remplacer le nom qui ne peut pas être exprimé par son initiale. Cette amputation ne suffit pourtant pas à lever toute hésitation et toute crainte chez la petite fille, aussi fait-elle suivre les deux initiales d'un silence dubitatif : […] why it is you hate – C and D ?

41Dans ce premier cas, la réduction de mot est à la fois volontaire et préméditée, ce qui la distingue en tous points de la suivante. Mais c'est le statut de nom propre que reçoit chacune des deux formes réduites qui plus encore en fait l'originalité. Car Alice évoque les C et les D, et non pas les c et les d (majuscules VS minuscules). Par la volonté d'Alice, un nom commun passe ainsi au rang de nom propre, statut que marquent les initiales.

42cats and dogs → *Cats and Dogs → C and D

43Cette double nomination, décidée sous le sceau de l'économie, est encore renforcée par le silence qui la précède et qui traduit la retenue extrême de qui est contraint de dire ce qu'il a tout lieu de redouter.

44Plus tard, répondant à une question précise de la Tortue et du Griffon sur les merlans, Alice parle sans penser aux conséquences que ses paroles peuvent avoir chez celui qui les reçoit, et elle ne doit qu'à une prise de conscience soudaine de ne pas commettre l'irréparable. Car ce n'est qu'en s'entendant prononcer le dernier mot de sa réponse qu'elle en saisit soudain tout le poids et tout le danger qu'il représente à lui seul : elle ne peut avouer son appétit coupable ! Elle s'interrompt alors brusquement, avant d'en produire la dernière syllabe, dinner se réduisant à dinn, (I've often seen them at dinn –). Ici, par la seule volonté de celui qui le reçoit, le mot tronqué donne vie à un autre mot : dinner, réduit accidentellement à dinn est reçu par le Griffon comme Dinn (minuscule VS majuscule). Un mot est détruit et dans le même temps un autre mot est créé.

45*dinner → dinn → Dinn

46Attitude délibérée ? ou compréhension feinte ? Acceptation sans remise en question ? ou refus de s'interroger ? La réponse n'est pas don-née ; une seule attitude est manifestement adoptée par la Tortue et le Griffon, aucun des deux ne met en doute la parole reçue, même si l'un d'entre eux émet une légère réserve sur la localisation précise du lieu évoqué et accepté comme tel (I don't know where Dinn may be).

47Un troisième mot arrêté dans son déroulement, qui n'est pas produit par Alice, mais par la Duchesse, rejoint le premier par la forme réduite qu'il adopte (sa seule première lettre – ou son seul premier phonème) et s'en distingue par les conditions de sa réalisation : cats et dogs sont intentionnellement réduits par Alice alors que moral est limité à m malgré la Duchesse, qui subit une telle atrophie plus qu'elle ne la provoque. Ce qui est volontaire chez l'une est accidentel chez l'autre.

"I've a right to think," said Alice sharply, for she was beginning to feel a little worried.
"Just as much right," said the Duchess, "as pigs have to fly ; and the m –"

48Bras dessus, bras dessous, menton contre épaule, la Duchesse et Alice parcourent lentement le terrain de croquet, parlant de choses et d'autres ; soudain, alors que la Duchesse s'apprêtait à faire part à Alice de l'une de ces moralités dont elle est friande (la cinquième en l'espace de quelques minutes), l'arrivée inopinée de la terrible Reine semble la frapper de stupeur et lui interdit d'achever le mot qu'elle avait à peine ébauché, le réduisant à son seul phonème d'attaque, (moral VS m)… et non pas à sa première syllabe comme le narrateur l'affirme faussement (the Duchess's voice died away in the middle of her favourite word 'moral'). Mais, bien que réduit à sa plus petite unité possible, le mot ainsi tronqué n'en est pas pour autant incompréhensible, au contraire, il est immédiatement décodé, à la fois grâce à l'identité de celui qui le produit et par les caractéristiques de son contexte immédiat, qui le rattachent aux cinq autres occurrences qui précèdent sa dernière apparition sous cette ultime forme abrégée.

I can't tell you what the moral of all that is, […]
and the moral of all that is –"Oh, t'is love
[…] and the moral of all that is – 'Take care of […]
and the moral of all that is – "Birds of a feather […]
and the moral of all that is – "The more […]
and the m –

49Plus remarquable encore, face à ce qui est dit du mot et qui suffit à l'évoquer, ce qui n'en est pas dit est porteur d'une autre charge de sens. Plus paradoxal encore, ce qui est gardé sous silence, c'est ce qui dit la chose dite :

50moral = m + * oral

51Comme le rappel de leur contexte et des conditions de leur production l'a déjà montré, ces trois cas de mots tronqués ne sont pas assimilables à un unique schéma de production. Ils représentent, au contraire, trois types distincts d'action sur la parole ; avec dinner, la partie restante du mot se suffit à elle-même, le fragment omis étant en tous points négligeable ; avec moral, c'est la partie non-prononcée qui est essentielle, m servant de révélateur à oral ; avec cats and dogs enfin, la seule partie minimale restante est à la fois donnée et reçue comme devant représenter la totalité du mot, souhait qu'exprime et que souligne la pause qui précède le nouveau nom au lieu de le suivre comme dans les deux cas précédents.

52Laissons le dernier mot à la Duchesse, c'est bien là le moins que l'on puisse faire, car en l'interdisant de parole, et là, précisément où elle le fait, la Reine exprime par personne interposée toute l'ambiguïté de ces gestes contre (la) parole. De même que la Reine ordonne que ses sujets aient la tête tranchée, en tranchant ici le mot de la Duchesse à sa tête (m-oral), c'est l'oral qu'elle condamne à mort… et qu'elle fait vivre d'une vie plus éclatante encore. En interdisant l'oralisation du mot essentiel de la Duchesse, la Reine clame la toute-puissance de l'oral.

Haut de page

Notes

1  Voir texte de référence, Vol. II, Annexe II.

2  Les exemples exploités dans la présente étude seront repris et donnés en annexe dans la version française que six traducteurs en ont proposée. Henri Bué (1868), le pionnier, sera accompagné d'André Bay (1942-63), Jacques Papy (1961) et Henri Parisot (1968-75), les références obligées ; les traductions plus modestes mais non moins représentatives de Jacques Arnaud et E. Bonville compléteront cette mise en regard d'un texte et de ses traductions existantes. Enfin, viendra une septième traduction, celle que je propose dans le respect des observations qui font l'objet de cette étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Leclercq, « Quand (se) taire c'est (se) dire plus fort les lourds silences d'Alice », Palimpsestes, 5 | 1991, 101-114.

Référence électronique

Guy Leclercq, « Quand (se) taire c'est (se) dire plus fort les lourds silences d'Alice », Palimpsestes [En ligne], 5 | 1991, mis en ligne le 23 décembre 2010, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/621 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.621

Haut de page

Auteur

Guy Leclercq

Université Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals