Navigation – Plan du site

Présentation

Paul Bensimon
p. 11-14

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet le remarquable ouvrage de H. Chuquet et M. Paillard, Approche linguistique des prob (...)

1Ce n'est peut-être pas une idée reçue mais c'est, à coup sûr, une notion couramment admise que la structure de la phrase française, rigide et statique, contraste avec celle de la phrase anglaise, flexible et dynamique. Or, contrairement à cet a priori, le français laisse au locuteur une liberté considérable dans l'agencement de la phrase. Le code syntaxique du français n'impose pas plus de contraintes que celui de l'anglais ; on peut se demander s'il ne laisse pas plus de libertés, s'il ne permet pas davantage ce que Julien Gracq appelle "le libre mouvement orienteur de la phrase". Le français bouleverse plus fréquemment que l'anglais le schéma canonique sujet — verbe — attribut / complément d'objet. Alors que l'anglais, en général, respecte la contiguïté sujet — verbe — complément, le français insère volontiers entre eux différents éléments. L'anglais tend à marquer par une proximité spatiale dans l'énoncé toute relation étroite de complémentation1.

2La diversité des structures disloquées possibles à partir d'une structure canonique jette une lumière intéressante sur le premier volet d'une recherche sur l'ordre des mots dans une perspective contrastive ou différentielle. Qu'un locuteur francophone veuille exprimer un certain point de vue en rapportant une réalité extralinguistique simple, par exemple le fait que tel enfant a mangé avidement tel gâteau au chocolat (ou au café) ; ce locuteur n'utilisera probablement pas un énoncé stylistiquement neutre comme :

l'enfant a dévoré la religieuse

3Car combien de structures disloquées permettent à l'énonciateur de thématiser, c'est-à-dire de privilégier un élément particulier de son discours et par là de colorer celui-ci, d'y introduire une marque énonciative !

l'enfant, il a dévoré la religieuse
l'enfant, il l'a dévorée, la religieuse
l'enfant, la religieuse, il l'a dévorée
la religieuse, l'enfant l'a dévorée
il l'a dévorée, l'enfant, la religieuse

4Aux structures disloquées s'ajoutent les structures clivées (ou d'emphase) du type ;

c'est l'enfant qui a dévoré la religieuse
il y a l'enfant qui a dévoré la religieuse

  • 2 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, tr. N. Ruwet, Paris ; Minuit, 1963, p. 220.

5Le nombre de pareilles variations individuelles par rapport à une structure canonique, pour être limité, n'en est pas moins appréciable. L'appartenance de plusieurs de ces constructions à la langue parlée plutôt qu'à la langue écrite, en tout cas au registre familier, signale leur fréquence potentielle d'utilisation. Il s'agit là de dislocations qualitatives, pour reprendre l'expression féconde de J.- C. Milner dans ses Arguments linguistiques. La célèbre définition que donne Jakobson de la fonction poétique du langage (" [elle] projette le principe d'équivalence de l'axe de la sélection sur l'axe de la combinaison")2 ne s'appliquerait-elle pas aussi à la créativité du sujet parlant, au pouvoir qu'il détient de combiner les constituants d'une phrase pour exprimer une foule de nuances énonciatives ; La fonction poétique du langage serait alors l'apanage de tout locuteur d'une langue, elle attesterait la liberté du locuteur face aux injonctions de la langue. Elle deviendrait la chose du monde le mieux partagée.

6Il faut noter ici que la créativité langagière grâce à laquelle le sujet parlant est apte à modifier l'organisation normative de la phrase, à procéder à un ordonnancement inédit de ses constituants, à bouleverser la linéarité de l'énoncé — cette créativité ne recouvre que très partiellement celle dont veut rendre compte la grammaire générative. D'une part, les transformations stylistiques, fréquemment, diffèrent des transformations grammaticales et sont étrangères aux règles transformationnelles ; d'autre part, l'éventail des types de réagencement stylistique est beaucoup plus large que celui des types de réagencement grammatical. Les grammairiens — linguistes s'attachent généralement à étudier l'ordre grammatical des mots ; mais l'ordre libre des mots, l'ordre préférentiel des mots ouvre à la recherche un territoire aussi vaste que peu exploré.

  • 3 D. Slakta, "L'ordre du texte", Etudes de linguistique appliquée 19 (1975), pp. 30-42.

7Par ordre des mots on entend couramment la disposition des mots ; mais il est loisible d'entendre aussi la hiérarchie des mots. Les linguistes du Cercle de Prague ont décrit la phrase comme une structure dynamique où les constituants sont orientés, par degrés, du moins important au plus important sur le plan de la communication et de l'argumentation (je renvoie ici aux analyses si éclairantes de Denis Slakta sur "l'ordre du texte")3 A l'évidence, la position initiale et surtout la position finale d'un mot ou d'un groupe de mots, ne peuvent que faire problème pour le traducteur d'anglais en français ou de français en anglais, tant les disjonctions syntaxiques et l'ordre d'insertion des éléments de la phrase diffèrent dans les deux langues.

*

8Le choix stylistique qui déplace un élément de l'énoncé en vue de rompre le "coefficient d'attente" (ou pense à la notion jakobsonienne de defeated expectancy) doit être envisagé par le traducteur par rapport à l'organisation habituelle du discours, dans la langue source comme dans la langue cible. La marque stylistique vient souvent se loger au creux des libertés offertes par le code syntaxique. Pensons à la "Belle marquise..." de Monsieur Jourdain.

9Mais il existe un domaine, à la jonction de la syntaxe et de la stylistique, où l'anglais et le français s'écartent notoirement ; celui de l'adjectivation. Ce n'est pas trop de dire que la place de l'adjectif épithète en français ouvre à la nuance stylistique un champ illimité (à cet égard, l'adage "c'est bonnet blanc et blanc bonnet" tourne le dos à la stylistique). On le sait ; lorsque sa place n'est pas régie par l'usage, par l'euphonie ou par la morphologie du substantif, l'épithète antéposée a une expressivité, un dynamisme que n'a pas l'épithète postposée. S'apprêtant à raconter l'histoire de sa vie, le personnage principal du roman d'Iris Murdoch The Sea, The Sea observe :

  • 4 I. Murdoch, The Sea, The Sea, Londres : Chatto & Windus, 1978, p. 3. Mes italiques.

What an odd discipline autobiography turns out to be.4

10Une première traduction possible conservera la séquence progressive substantif — adjectif, non marquée stylistiquement (elle correspond à l'ordre usuel) :

Quelle discipline étrange s'avère être l'autobiographie !

11L'adjectif étrange énonce ici une qualité distinctive de l'exercice autobiographique ; il a une valeur discriminative.

12Une autre traduction, inversant l'ordre usuel, et ligaturant l'adjectif au substantif, fera de l'étrangeté un trait inhérent à la composition de toute autobiographie, une de ses qualités constitutives ; l'insolite y sera érigé au rang de caractère consubstantiel à ce genre d'écrit :

Quelle étrange discipline s'avère être l'autobiographie !

13Alors que dans le premier énoncé l'adjectif apportait une information sur la nature — singulière — de l'autobiographie, et que chacun des éléments de la relation substantif — adjectif était autonome, il en va tout différemment du second énoncé, où l'énonciateur s'approprie la validité de la relation entre les deux éléments, qui forment désormais une séquence enveloppée, soudée.

14La problématique de l'ordre des mots constitue un des aspects fondamentaux de toute recherche sur la phrase et sur le texte, dans le domaine grammatical mais aussi, et surtout, dans le domaine stylistique. Les articles réunis dans Palimpsestes 7 se situent dans une perspective constamment différentielle ou comparative ; ils touchent à des questions majeures de langue et de traduction : agencement de la phrase, jeu des contraintes et des libertés dans le code syntaxique, marquage stylistique. L'éclairage fourni par l'approche interlinguale contribuera même à une meilleure définition du marqué et du non-marqué à l'intérieur du système linguistique de l'anglais et du français. C'est dire la richesse du présent volume — et son originalité.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet le remarquable ouvrage de H. Chuquet et M. Paillard, Approche linguistique des problèmes de traduction anglais <—> français, Gap ; Ophrys, 1987.

2 R. Jakobson, Essais de linguistique générale, tr. N. Ruwet, Paris ; Minuit, 1963, p. 220.

3 D. Slakta, "L'ordre du texte", Etudes de linguistique appliquée 19 (1975), pp. 30-42.

4 I. Murdoch, The Sea, The Sea, Londres : Chatto & Windus, 1978, p. 3. Mes italiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes, 7 | 1993, 11-14.

Référence électronique

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 7 | 1993, mis en ligne le 17 juin 2014, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/632

Haut de page

Auteur

Paul Bensimon

Université Paris III - Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals