Navigation – Plan du site

Bonnes raisons et causes douteuses : les propositions de cause en anglais et en français

Jacques Colson
p. 55-71

Résumés

Cet exposé examine le sous-système des conjonctions de cause composé, en français, de parce que, car, comme et puisque et, en anglais, de because, for, as et since. L'analyse proposée envisage trois niveaux : logico-sématique, syntaxique et pragmatique, qu'elle met en corrélation en reliant le comportement syntaxique des conjonctions par rapport à un certain nombre de tests et, d'autre part, la répartition de l'information dans l'énoncé et les conditions d'énonciation, en particulier le rapport locuteur-interlocuteur-information.

Haut de page

Texte intégral

1Les propositions de cause sont des créatures aussi curieuses qu'intéressantes et je voudrais, pour commencer, présenter quelques spécimens communs péchés en eau anglaise :

1 - Mother - Why don't you eat your cereals, Bob ?
Bob - Because !
Mother - Because what ?
Bob - Because !
Mother - Come on, this is no reason. Now look ! Eat you cereals, because if you don't, I'm not taking you to the movies.
2 - She must have heard his feet on the stairs, for she opened the door to him herself and came immediately into his arms.
3 - Don't hesitate, because you might never get a second chance
4 - A square is a rectangle because it has four 90-degree angles.
5 - Because it has four 90-degree angles, a square is a rectangle.
6 - A square is a rectangle for it has four 90-degree angles.
7 - A square is a rectangle as it has four 90-degree angles.
8 - As it has four 90-degree angles, a square is a rectangle.
9 - A square is a rectangle since it has four 90-degree angles.
10 - Since a square has four 90-degree angles, it is rectangle.

2Ces quelques exemples illustrent un certain nombre de problèmes que posent les propositions de cause, et la traduction des exemples ne fait que rendre ces problèmes plus évidents.

3Si je parle de propositions de cause, c'est pour la facilité. En réalité, ce type de proposition dénote non seulement la cause proprement dite, relation entre faits dont les acteurs ne sont pas au premier plan ou ne sont pas même animés, et encore la raison, relation entre faits mettant en jeu des êtres animés, et encore le motif ou le mobile, plus ou moins synonymes de raison, et enfin la justification, qui met en jeu un système de valeurs présent dans l'action.

4Pour regrouper ces différentes modalités sous un terme plus technique j'aurai plutôt recours à la notion logique d'inférence (A implique B (A) B) tout en soulignant que je l'utilise avec une certaine souplesse puisque je renverse la relation et la lis de droite à gauche (renversement qui n'est pas sans rappeler l'opération de passivation.)

11 - Il y a chaleur, donc il y a dilatation du métal.
12 - Il y a dilatation du métal parce qu'il y a chaleur.

5Ce que je me propose de faire ici, ce n'est pas seulement mettre en vitrine certaines curiosités du comportement des propositions de cause, mais essayer d'en rendre compte dans le cadre des théories linguistiques existantes, ce qui nécessitera, nous le verrons, une certaine remise en cause des cadres d'analyse qu'elles proposent.

6Les propositions de cause s'analysent à trois niveaux essentiels qui ne s'excluent pas mais au contraire se complètent mutuellement, chacun étant en soi insuffisant pour permettre d'analyser tous les phénomènes observés. Il s'agit des niveaux logico-sémantique, syntaxique et pragmatique. Je les dis essentiels parce qu'on pourrait y ajouter un quatrième niveau, le niveau stylistique, que l'on ne peut confondre avec les trois autres, mais qui me semble jouer un rôle secondaire.

7Un premier niveau d'analyse permet de rendre compte de la relation d'inférence en termes logico-sémantiques. On pourrait parler du contenu sémantiquement autonome d'un acte d'énonciation : par exemple de

13 - C'est son grand-père parce que c'est le père de sa mère.
14 - Un carré est un rectangle parce qu'il a quatre côtés et quatre angles droits.
15 - Ce nombre est positif parce qu'il n'est pas négatif.

8On voit tout de suite les problèmes épistémologiques que pose ce principe. Il serait défendable pour des relations d'inférence analytique du type des exemples qui précèdent, dont la vérité est axiomatique, mais dans le cas de relations d'inférence médiate, c'est-à-dire de syllogismes mettant en jeu la découverte inductive de relations causales, cette autonomie est discutable dans la mesure même où les relations de cause ainsi mises au jour sont sujettes à vérification et à falsification.

9En d'autres termes, l'énonciation d'une relation d'inférence présuppose toujours une ou deux prémisses, suivant qu'il s'agit d'une inférence médiate ou immédiate, et l'autonomie logico-sémantique de ces prémisses doit s'envisager comme un continuum plus que comme une propriété binaire.

10Quoi qu'il en soit, ce qui est en jeu à ce niveau, c'est le contenu d'un acte d'énonciation d'une relation d'inférence et la valeur de vérité de la relation énoncée.

11En revanche, si je dis :

16 - Elle est chez elle, parce qu'il y a de la lumière à sa fenêtre,

12je ne peux plus dire que j'ai affaire à un simple acte d'énonciation pour une raison logique évidente, c'est que cette lumière ne peut pas être la cause de la présence de cette personne derrière cette fenêtre. J'ai affaire ici à deux actes de parole, le premier étant une affirmation : "elle est chez elle", et le second une justification du premier qui s'appuie sur une conjecture, une conjecture n'étant rien d'autre dans ce contexte qu'une relation de cause affectée d'un haut indice de probabilité.

13La juxtaposition de deux propositions affirmatives tend à obscurcir, je crois, la présence de deux actes de parole distincts, et donc de deux contenus sémantiques distincts. L'utilisation de questions et l'impératif rendent le phénomène plus manifeste, comme dans les deux exemples que voici :

17 - Qu'est-ce qu'il vaut ce bouquin, parce que je voudrais l'acheter ?
18 - Lis le mode d'emploi, parce que c'est la seule façon de ne pas faire de bêtises.

14Ces exemples soulignent la nécessité de distinguer un second niveau d'analyse. A côté de l'autonomie relative du contenu logico-sémantique, il faut distinguer le type d'acte de parole porteur de ce contenu.

15Bien entendu, ces deux niveaux ne sont pas indépendants. C'est ici qu'il faut aborder ce que Austin appelait les felicity conditions des actes de parole, ces conditions qui en garantissent la réussite ou l'échec.

16Encore une fois, nous retombons sur des considérations épistémologiques mais d'un point de vue nettement plus pragmatique. Parmi les conditions de réussite d'un acte de parole, il faut inclure le contenu propositionnel de l'acte, dont la validité épistémologique peut varier suivant le type de discours. Je pense ici à la distinction que fait Jakobson entre fonction phatique ("parler pour ne rien dire") et fonction référentielle, ("parler pour dire quelque chose de valable, c'est-à-dire de vrai"). Mais avec ceci se combine le jeu de l'autorité respective des interlocuteurs, qui peut provoquer des conflits concernant la vérité de certains contenus propositionnels. Lorsqu'un acte de parole n'a pas de contenu propositionnel proprement dit, comme dans le cas d'un ordre, c'est la légitimité de l'acte lui-même qu'il y a lieu de justifier, ce qui renvoie alors aux normes qui régissent les actions possibles d'une société donnée.

17Pour revenir à l'exemple 16, (Elle est chez elle, parce qu'il y a de la lumière à sa fenêtre), en principe, pour qu'une affirmation soit réussie, il faut que son contenu puisse être justifié si nécessaire. C'est le cas de cet exemple. Ce qui ne veut pas dire que cette justification doive nécessairement se faire en utilisant un "parce que" ou même une autre conjonction de cause. La parataxe suffirait à rendre évident le rapport entre les deux propositions :

19 - Elle est chez elle. Il y a de la lumière à sa fenêtre.

18Cette constatation me permet d'introduire le troisième niveau d'analyse dont j'ai parlé, le niveau syntaxique, sur lequel je m'attarderai et que j'examinerai dans l'optique d'une comparaison entre le français et l'anglais. Sur ce niveau syntaxique pourrait se greffer une analyse stylistique. Nous y reviendrons.

19Je me limiterai à une comparaison du comportement des conjonctions françaises car, parce que, puisque et comme, et des conjonctions anglaises for, because, since et as, le but de l'exercice étant de montrer dans quelle mesure elles se correspondent.

20Pour évaluer cette correspondance, on peut commencer par soumettre chaque type de proposition de cause à des tests syntaxiques, observables et fondés sur les principes structuraux de commutation et de permutation, d'addition et de soustraction. Une fois ces tests effectués, il ne reste plus qu'à comparer les profils des différentes propositions de cause.

21C'est ce que je me propose de démontrer à propos des conjonctions françaises dans un premier temps, et à propos des conjonctions anglaises ensuite, en partant des cas les plus distincts pour me rapprocher ensuite des moins distincts.

22On peut dégager de ce tableau un certain nombre de conclusions très nettes en termes syntaxiques, la principale étant l'opposition entre subordination et coordination. Ce qui est intéressant, nous allons le voir, c'est qu'il y a corrélation entre cette analyse syntaxique, l'analyse pragmatique et l'analyse logico-sémantique.

23Le point le plus révélateur, me semble-t-il, est le fait que le parce que explicatif, comme le because explicatif, est le seul à permettre de répondre à la question Pourquoi ? ou Why ? en anglais. Pas question de répondre à un pourquoi par une proposition introduite par un car, un puisque ou un comme.

24Pour donner à ce fait tout le relief qu'il mérite, il y a deux constatations importantes à faire. D'une part, ce type de proposition de cause présente le même comportement syntaxique que les propositions de temps, de manière, de lieu, et d'autre part, conséquence du fait précédent, ces propositions jouent le rôle de complément adverbial, catégorie qui regroupe les adverbes, les groupes prépositionnels et les propositions subordonnées circonstancielles. Tous ces éléments, et c'est là le point important, sont des éléments constitutifs de propositions logiques complexes. Ils constituent, en d'autres termes, un contenu propositionnel unique mais complexe correspondant, idéalement, à un seul acte de parole.

25Mais à ces adverbes intégrés à un contenu propositionnel s'opposent ce que certains, comme Bartsche, ou Greenbaum, appellent des sentence adverbials, des adverbes de phrase. Ce sont des mots, comme, en anglais, interestingly, understandably, arguably, qui modulent l'énoncé qu'ils accompagnent.

26De la même façon, à l'autre extrême du continuum des conjonctions de cause, un car ou un parce que justificatif ne répondent pas à la question pourquoi portant sur le contenu sémantique de l'énoncé qui les précède. Je m'explique :

27Dans l'énoncé :

16 - Elle est chez elle parce qu'il y a de la lumière à la fenêtre,

28je pourrais sans doute poser la question :

20 - Pourquoi est-ce qu'elle est chez elle ?

29Mais à cette question, je ne pourrais pas répondre par :

21 - Parce qu'il y a de la lumière à la fenêtre.

30Ce ne serait ni une raison nécessaire ni une raison suffisante du fait qu'elle soit chez elle, mais un simple fait qui s'y associerait dans la plupart des cas.

31Par ailleurs, contrairement à ce que disait Sadock sur le because justificatif et qui s'appliquerait tout aussi bien à d'autres langues, cette seconde proposition introduite par un parce que ne constitue pas non plus la cause de l'énonciation de la première proposition.

32Dans la terminologie générative, on ne pourrait pas postuler un verbe déclaratif sous-jacent dont la proposition en parce que représenterait la cause ;

22 - Je dis qu'elle est chez elle parce qu'il y a de la lumière a sa fenêtre.

33La véritable raison pour laquelle je dis qu'elle est chez elle pourrait fort bien être, par exemple, que je veux répondre à une question que l'on m'a posée. Ceci ne veut pas dire pour autant que la proposition parce qu'il y a de la lumière à sa fenêtre soit un mensonge. Il faut bien voir, comme je l'ai dit précédemment, que pour être réussi, un acte de parole doit répondre à certaines conditions. Indiquer qu'il y a de la lumière à sa fenêtre, c'est indiquer qu'une condition matérielle importante est satisfaite qui me permet de conjecturer qu'elle est chez elle et donc de le dire. Cette condition justifie mon énoncé, elle le rend légitime et si je l'exprime, cette condition, c'est parce que je ne peux pas me contenter de la présupposer.

34Tout ceci devient plus clair encore si j'examine l'exemple 18 :

18 - Lis le mode d'emploi, parce que c'est la seule façon de ne pas faire de bêtises,

35que je pourrais paraphraser en disant :

23 - Je te dis "lis le mode d'emploi" parce que je ne veux pas que tu fasses de bêtises,

36Ce qui indiquerait bien que le parce que de l'exemple 18 n'indique pas la raison pour laquelle je formule cet énoncé mais en donne une justification : il rend mon énoncé légitime.

37Pour comprendre ce qui suit, il faut revenir au jeu des conditions d'énonciation et à la répartition de l'information dans la phrase, donc à la place des mots. La validité épistémologique d'une proposition est en soi une condition légitimant l'énoncé de cette proposition.

38Si je dis, par exemple :

24 - Les conduites d'eau ont éclaté parce qu'elles ont gelé,25 - Les conduites d'eau ont éclaté parce que la pression de la pompe était trop élevée,

39j'énonce une relation de cause à effet indiscutable et qu'il est de ce fait légitime d'énoncer, encore que, suivant le contexte d'énonciation, il soit peut-être nécessaire de justifier cette relation.

26 - Les conduites d'eau ont éclaté parce qu'elle ont gelé. Il a fait moins trente cette nuit.

40Ce qui m'indiquerait que je ne peux pas présupposer la cause invoquée. En revanche, ce que mon énoncé présuppose, c'est que les conduites d'eau ont éclaté, la première proposition. C'est le thème de mon énoncé, et la cause que j'invoque ensuite en constitue le rhème. Cette relation est facile à renverser. Elle nous donne alors :

27 - Parce que les conduites d'eau ont gelé, elles ont éclaté,

41qui deviendrait plutôt, dans une version plus naturelle, plus idiomatique ;

28 - Comme les conduites d'eau ont gelé, elles ont éclaté,

42énoncé qui, lui, ne peut pas être renversé.

43C'est encore une fois dans une perspective pragmatique, en envisageant les conditions d'énonciation, qu'il est possible de rendre compte de ces différences de comportement. Et l'un des éléments clés est ce jeu de l'information posée et présupposée. La position finale, typique du parce que et du car, indique l'introduction d'éléments d'information considérés comme neufs.

44Il en va de même de la mise en relief, comme dans,

29 - C'est parce que les conduites d'eau ont gelé qu'elles ont éclaté.

45Mais qui plus est, l'information introduite par un parce que indique nécessairement une cause, qu'il faut bien distinguer d'une justification, tout en notant cependant qu'elle peuvent parfois se superposer, la légitimation d'un contenu propositionnel permettant parfois d'en légitimer l'énonciation.

46Ainsi s'expliqueraient les différences de comportement qui opposent parce que et car. Mais à cette différence entre parce que justificatif et car se superpose une différence d'ordre stylistique. Car est d'un style plus soutenu que parce que. Il se rencontre rarement dans la langue parlée ordinaire, ce qui lui donne une espèce de solennité qui semble rendre indiscutable la justification qu'il introduit.

47Lorsque disparaît le caractère nouveau de l'information introduite par parce que, c'est-à-dire lorsque la cause est présupposée, parce que cède généralement la place à comme. Étant thématique, comme n'introduit pas d'information nouvelle et ne se présente pas en position finale. Une proposition introduite par comme peut se voir comme un acte de parole servant à poser les prémisses d'une conclusion qui suit immédiatement et qui ne peut qu'être affirmative. Pas question d'un comme introduisant un ordre ou une question comme dans :

*30 - Comme il fait beau, allons nous promener.
*31 - Comme il se fait tard, comment vas-tu rentrer ?

48Ces deux exemples me semblent inacceptables.

49Reste enfin le cas de puisque.

50Constatons tout d'abord que puisque peut apparaître en position initiale ou finale :

32 - Puisque cette figure a trois côtés, c'est un triangle.
33 - Cette figure est un triangle, puisqu'elle a trois côtés.

51La proposition en puisque peut se limiter à un contenu propositionnel mais porter aussi sur un autre acte de parole en position initiale ou finale.

34 - Réponds, puisque tu connais la réponse.
35 - Quelle est la bonne réponse, puisque tu sais tout ?

52Mais constatons par ailleurs que la mise en relief est impossible. Pas question de dire ;

*36 - C'est puisque cette figure a trois côtés que c'est un triangle.
*37 - Si cette figure est un triangle, c'est puisqu'elle a trois côtés.

53Constatons aussi, c'est important, qu'on ne dira pas :

*38 - Puisque les conduites d'eau ont gelé, elles ont éclaté, mais qu'on pourrait dire ;39 - Puisqu'il gèle, les conduites non protégées vont éclater.

54Ce qui me semble dominer, dans le comportement de puisque, c'est l'expression d'une relation d'inférence évidente et plus exactement une relation qui se situe non pas à un niveau factuel, d'où l'impossibilité de 38, mais à un niveau strictement logique, au niveau du raisonnement, si l'on préfère, d'où la possibilité de 39.

55Le comportement de puisque est en fait comparable à celui de si, à cette différence près que le si nous situe au niveau hypothétique et le puisque au niveau du réel. On ne s'en étonnera pas puisque, comme je l'ai indiqué, la condition et la cause ne sont que deux facettes de la relation d'inférence.

56L'information introduite par puisque peut être présupposée ou posée, à la différence de ce que permet comme, mais si les deux conjonctions interdisent une mise en relief, il se peut que ce soit à cause du caractère évident, inéluctable, de la relation d'inférence qu'elles indiquent.

57Un dernier point de comparaison entre puisque et comme. La différence que j'ai faite entre le niveau du raisonnement et le niveau du factuel peut s'estomper et les deux niveaux peuvent coïncider, ce qui permet de dire indifféremment :

40 - Puisque cette figure a trois côtés, c'est un triangle.
41 - Comme cette figure a trois côtés, c'est un triangle.

58Faut-il voir dans les propositions introduites par puisque un acte de parole distinct ou un élément constitutif d'un contenu propositionnel unique ? Puisque peut adopter les deux comportements mais moins nettement que parce que, par exemple. L'impossibilité de la mise en relief le montre bien. Mais ce qui se dégage nettement, si l'on prend un peu de recul pour regarder l'ensemble des conjonctions de cause, c'est que chacune permet de moduler l'expression de la relation d'inférence, permet, en d'autres termes, l'expression de toute une gamme de nuances dans l'attitude du locuteur par rapport à la relation d'inférence.

59La question qui se pose au traducteur, évidemment, est de savoir comment transposer toutes ces nuances. Si nous pouvons appliquer à l'anglais comme au français les trois niveaux d'analyse dont j'ai parlé, nous ne sommes pas assurés d'emblée de les voir s'appliquer à un système identique. Nous ne sommes pas assurés de trouver une coïncidence complète entre les systèmes des deux langues.

60Comme pour l'analyse des conjonctions françaises, je partirai, pour l'anglais, des oppositions les plus extrêmes.

61Si nous nous reportons au tableau, nous constatons en fait une identité de comportement entre because et parce que, entre car et for.

62En anglais comme en français, il y a lieu de distinguer entre un because introduisant une cause, élément d'information considéré comme nouveau mais susceptible d'être antéposé et traité en thème et, d'autre part, un because justificatif postposé servant à justifier un acte de parole qui précède. A ce because justificatif correspond un équivalent d'un style plus soutenu, for, qui comme car en français, apparaît peu dans la langue parlée mais surtout à l'écrit et donne à la justification une certaine solennité.

63Les choses se compliquent un peu dans le cas de as et since, à la fois par rapport à because et for, et par rapport au système français.

64Constatons tout d'abord que as, à la différence de comme, peut apparaître en position finale, s'alignant en cela sur les autres conjonctions de cause anglaises. Ceci, cependant, n'en fait pas un équivalent du because explicatif puisqu'il ne peut faire l'objet d'une mise en relief, éventuellement alternative.

65Il se situe donc plutôt du côté de ces conjonctions qui signalent la présence d'une justification. C'est ce qui explique qu'on puisse trouver des exemples comme :

42 - Leaving your car unattended is risky as this is an unsafe neighbourhood,
43 - Do not touch the wound with your fingers as this may cause infection,

66où le as se rendrait bien en français par un car, ce qui ne veut pas dire qu'on puisse systématiquement substituer l'un à l'autre as et for, et les traduire par car.

67Si nous rapprochons as et since de comme et puisque, une différence importante apparaît tout de suite : c'est que comme ne peut pas être postposé. Cette impossibilité est neutralisée dans as, qui présente donc le même comportement que since, du moins en fonction des tests de comportement syntaxique que nous avons retenus. Alors que comme se distingue par le fait qu'il introduit des prémisses réelles et annonce la conséquence qui en découle, cette particularité disparaît pour as, dont le comportement est un rien plus proche de celui de because.

68Reste la distinction que j'avais établie entre comme et puisque, comme situant la relation d'inférence au niveau du réel, puisque la situant au niveau du raisonnement. Cette différence ne se retrouve pas entre as et since. Voici deux exemples observés :

44 - Since your call is important to us, please hold and your call will be answered as quickly as possible.
45 - Since the check-out counter was about twenty feet from the front door, since the theft itself took less than one minute and since the robbers were both husky young men, nobody tried really to prevent the theft.

69Dans chaque cas, as permettrait une substitution tout à fait acceptable.

70En français, dans aucun de ces cas, je crois, on n'utiliserait puisque. Chacun des since introduit un fait mais, qui plus est, annonce non pas un raisonnement qui en découlerait, mais un autre fait ou un acte de parole.

71Ceci semblerait indiquer que as et since sont interchangeables, donc synonymes. Je crois que la question demanderait à être approfondie mais je ne m'y engagerai pas ici.

72Je voudrais faire remarquer en conclusion que je ne prétends pas avoir dit tout ce qu'il y a à dire sur les conjonctions de cause. Il aurait été intéressant de les étudier d'un point de vue diachronique, intéressant aussi d'examiner leur fonctionnement dans d'autres langues que le français et l'anglais.

73Ce que je voudrais souligner, c'est la nécessité d'une description globale des conjonctions. Je veux dire par là que si nous voulons donner un sens à la diversité de nos observations sur les conjonctions, il ne suffit pas de vouloir en rendre compte dans le cadre étroit de la syntaxe. L'ordre des mots joue un rôle primordial dans le comportement des propositions de cause, c'est bien certain, mais ce que nous pouvons observer à ce niveau ne peut trouver d'explication satisfaisante que dans le cadre d'une description du fonctionnement de la pensée et de l'action.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSSON, L.-G. Form and Function of Subordinate Clauses, Göthenborg Monographs on Linguistics 1, Göteborg, 1975.

AUSTIN, J. L. How to Do Things with Words ? Oxford : Oxford University Press, 1975.

BARTSCH, R. The Grammar of Adverbials, Amsterdam ; North Holland, 1976.

BURKS, A. W. "The Logic of Causal Propositions", Mind, 60, 363-382, 1951.

COLE, P. and MORGAN J. (eds.) Syntax and Semantics 3 : Speech Acts, New York : Academic Press, 1975.

COLSON, J. L. "Entailment, Conjunctions and Causal. A Logicosemantic, Syntactic and Discursive Approach of Causal Clauses in Present-day English", Londres : University Microfilms International, 1980.

DROSTE, F. G. On Saying, Lisse : The Peter de Ridder Press, 1975.

DUCROT, 0. Dire et ne pas dire /Principes de sémantique linguistique, Paris : Hermann, 1972.

DUCROT, 0. La Preuve et le dire, Paris ; Repères-Mame, 1973.

FILLMORE, C. H. and LANGENDOEN, D. T. (eds.) Studies in Linguistic Semantics, New York ; Holt, Rinehart and Winston, 1971.

FRIES, C. C. "On the Development of the Structural Use of Word Order in Modern English". Language, 1940, XVI, 199-208.

GLEITMAN, L. R. "Pronominals and Stress in English Conjunctions". Language Learning, 1961, 11, 157-169.

GREENBAUM, S. Studies in English Adverbial Usage, Londres : Longman, 1969.

GRICE, H. P. "Utterer's Meaning and Intentions". Philosophical Review, 1969, 78, 147-177.

GRICE, H. P. "Utterer's Meaning, Sentence Meaning and Word Meaning", in : SEARLE, The Philosophy of Language, Oxford ; Oxford University Press, 1977, 54-70.

GRICE, H. "P. Logic and Conversation", in : COLE AND MORGAN : Syntax and Semantics, 41-58.

HALLIDAY, M. A. K. "Notes on Transitivity and Theme in English". Journal of Linguistics,

Part I : 1967, 3, 1, 37-81 / Part II : 1967, 3, 2, 199 - 244 / Part III : 1968, 4, 2, 172-215.

HALLIDAY, M.A.K. and HASAN R. Cohesion in English, Londres : Longman, 1976.

HARWEG, R. Die /kausale Konjunktionen 'da' und 'weil'. Vergleichende Sprachforschung, 1972,86,137 - 154.

KEMPSON, R. M. Presupposition and the Delimitation of Semantics, Cambridge : Cambridge University Press, 1975.

LAKOFF, G. and PETERS S. Phrasal Conjunction and Symmetric Predicates. NSF Report 17, Cabridge, Mass. :Computation Laboratory, Harvard University, 1966.

LAKOFF, R. "If's and but's about Conjunctions", in : FILLMORE and LANGENDOEN, Studies in Linguistic Semantics : 115-150.

LYTLE, E. G. A Grammar of Subordinate Clauses in English, La Haye : Mouton, 1974.

MARTIN, R. "Le Mot 'puisque' : notions d'adverbe de phrase et de présupposition sémantique". Studia neophilologica, 1973, 104-114.

O'CONNOR, D. F. (Ed.) "The Analysis of Conditional Sentences", Mind, 1951,60, 351-362.

PEELING, V. "The Classification of the Conjunction 'for'", American Speech, 1950, 112-117.

QUIRK, R., S.GREENBAUM, S., LEECH, G., and SVARTVIK, J., A Grammar of Contemporary English, Londres : Longman, 1976.

RUTHERFORD, W. E. Some Observations Concerning Subordinate Clauses in English. Language, 1970,46,1,97-115.

SADOCK, J. M. Toward a Linguistic Theory of Speech Acts, New York : Academic Press, 1974.

SCHREIBER, P. A. "Style Disjuncts and the Performative Analysis". Linguistic Inquiry, 1972, 3, 321-348.

SEARLE, J. R. Speech Acts, Cambridge : Cambridge University Press, 1970.

SETTEKORN, W. Semantische Strukturen der Konditionalsätze, Kronberg : Scriptor Verlag, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Colson, « Bonnes raisons et causes douteuses : les propositions de cause en anglais et en français », Palimpsestes, 7 | 1993, 55-71.

Référence électronique

Jacques Colson, « Bonnes raisons et causes douteuses : les propositions de cause en anglais et en français », Palimpsestes [En ligne], 7 | 1993, mis en ligne le 23 décembre 2010, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/636 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.636

Haut de page

Auteur

Jacques Colson

Université du Nouveau-Brunswick

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals