Navigation – Plan du site

La place de l'adjectif qualificatif dans la phrase de La Fontaine1

Roger Greaves
p. 99-110

Résumés

Cette communication examine la disposition fondamentale et la fonction discursive des adjectifs qualificatifs dans un échantillon des Fables de La Fontaine, corrélativement à la traduction en langue anglaise du même échantillon par Francis Scarfe. Au moyen d'une analyse quantitative portant sur la double disposition syntagmatique de l'adjectif épithète et à l'aide d'une analyse discursive de ce phénomène, l'auteur met en évidence l'écart existant entre l'adjectif anglais, indépendant sur le plan morpho-syntaxique, invariable malgré sa double fonction discursive, et l'adjectif français, dérivé en genre et en nombre du substantif, se déplaçant par rapport au substantif selon son double rôle dans le déroulement du discours.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 A partir de 100 Fables traduites par Francis Scarfe, Paris : Institut Britannique de Paris, 1985.

1Depuis 1986, le laboratoire de traduction de l'Institut Britannique a pu constituer plusieurs corpus bilingues susceptibles d'apporter des renseignements quantitatifs sur l'organisation syntaxique et stylistique d'un certain nombre d'oeuvres traduites, dont un échantillon des Fables de La Fontaine et sa traduction en langue anglaise par Francis Scarfe. J'ai donc bondi sur l'occasion qui m'était offerte d'atteler nos micro-ordinateurs à l'analyse de ce corpus du point de vue de l'ordre des mots. Le travail a été entrepris dans un double but :

  • examiner la disposition fondamentale et la fonction discursive des adjectifs qualificatifs dans les Fables ;

  • examiner la réponse apportée par Francis Scarfe au problème de la traduction des adjectifs qualificatifs dans les Fables, notamment en ce qui concerne leur disposition et leur fonction discursive.

2A ma connaissance, c'est la première fois que l'on met les méthodes de la linguistique quantitative au service de l'analyse des Fables de La Fontaine. C'est aussi, je crois, la première fois que l'analyse lexicométrique, comme on dit parfois, fait une apparition dans cette revue.

3Un mot, pour commencer, sur la méthode. En utilisant des logiciels spécialisés, il est possible d'extraire et de compter rapidement et avec une grande précision toutes les instances d'un terme, d'une masse de termes ou d'une classe de Cet environnement est souvent révélateur pour l'usage et le sens du terme examiné, comme l'a montré le dictionnaire COBUILD de la langue anglaise préparé selon cette méthode à l'Université de Birmingham. A partir d'une concordance complète de l'ensemble des termes compris dans un corpus représentatif, il est possible d'analyser le comportement des termes dans le corpus et, grâce à la statistique, de tirer de cette analyse des conclusions d'ordre général pouvant s'imposer selon un degré de probabilité connu et contrôlé.

4Pour le travail en question, j'ai d'abord extrait une concordance de l'ensemble des adjectifs qualificatifs existant dans les cent fables prises comme échantillon, avec un environnement contextuel de 30 caractères à gauche et d'une vingtaine de caractères à droite. La définition de l'adjectif qualificatif est encodée dans le corpus ; elle exclut, pour des raisons formelles, les adjectifs numéraux, possessifs, démonstratifs, relatifs, interrogatifs, exclamatifs et indéfinis, les adverbes faisant fonction d'adjectifs et les adjectifs pris adverbialement. Ont donc été recensés les adjectifs épithètes, les adjectifs attributs et les adjectifs déplacés constituant le groupe traditionnel des adjectifs qualificatifs. L'ensemble de la concordance est publié dans le fascicule des textes de référence. Je donne ci-dessous la concordance obtenue automatiquement pour les adjectifs qualificatifs indiscret et sot (les chiffres à gauche représentant le numéro d'ordre du vers dans le corpus) :

Fig. 1. Exemple de concordance

Fig. 1. Exemple de concordance

5Ensuite, une analyse semi-automatique a permis de référencer les adjectifs selon leur place syntagmatique (adjectifs antéposés ou postposés, adjectifs attributs, adjectifs déplacés).

6Enfin, des calculs statistiques ont été effectués sur l'ensemble des données obtenues.

7Une analyse comparable, mais moins détaillée, a été menée parallèlement sur la traduction de Francis Scarfe, et un relevé manuel des équivalences a été inséré interlinéairement dans la concordance des Fables, comme ci-dessous :

Fig. 2. Exemple d'équivalences.

Fig. 2. Exemple d'équivalences.

2. Disposition fondamentale et fonction discursive

8Greenberg (1963) et Hawkins (1983) proposent une typologie globale des langues d'après l'ordre des mots. Leurs propositions, généralement exprimées sous forme d'une implication matérielle, P fer à cheval Q, reposent sur le concept d'une disposition syntagmatique de base, d'un ordre des mots qui domine et qui peut être identifié pour chaque langue. D'après ces postulats, la position de base du verbe en anglais serait SVO, la position de base de l'adjectif en japonais serait AdjN, et ainsi de suite. Hawkins affirme (1983 : 12) :

For the majority of word orders in this study, in the majority of our languages the basicness issue is not problematic for the simple reason that only one order occurs.

9Ce qui permet la formulation d'universaux du type NAdj fer à cheval NGen, qu'il est possible de paraphraser à titre d'exemple :"Si, dans une langue donnée, l'adjectif suit le nom, alors le génitif suit le nom."

10Toutefois, pour décrire les cas où une même catégorie modificative (par ex. l'adjectif) peut soit s'antéposer soit se postposer, Hawkins est amené à formuler le postulat du "doublet de base" (basic doublet). Ceci l'oblige à développer une stratégie de décision en trois volets superposés (1983 :13) :

Fig. 3. J. A. Hawkins, Word Order Universals, 1983, p. 13

1. When one doublet (e.g. NAdj) occurs with greater frequency than the other (AdjN) in attested samples of the relevant language, then, all things being equal, the more frequent doublet is the basic one.

2. When one doublet (e.g. NAdj) is more frequent within the grammatical system of the language than the other (e.g. the quantity of adjective lexemes that occur postnominally exceeds the number that occur prenominally), then, all things being equal, the grammatically more frequent doublet is the basic one.

3. When one doublet is grammatically unmarked and the other marked (i.e. a special type of grammatical meaning may be associated with one order of Adj and N, but not the other, over and above their lexical meanings ; one word order may not undergo certain general rules that the other does, or may be generated by rules of a more restricted nature ; one word order may be the one chosen by exceptional modifiers, whose exceptional status is marked in the lexicon ; etc.), then, in all these cases, the unmarked order is the basic one.

11Et Hawkins de poursuivre :

Postnominal adjectives can be argued to be basic in French, because they are more frequent than prEnominal adjectives by Criteria (1) and (2).

12Je n'ai pas l'intention d'aborder le problème controversé de la fréquence relative des occurrences utilisée comme critère de jugement, car une abondante littérature a apporté la preuve de la fiabilité de cette mesure. D'ailleurs, Hawkins lui-même présente une argumentation robuste pour étayer sa position, et je l'estime fondée. D'autres facteurs font, toutefois, que sa stratégie de prise de décision concernant le caractère fondamental de tel ou tel ordre des mots me paraît présenter certaines faiblesses. Ses critères (2) et (3), notamment, supposent que soient connus tous les éléments constitutifs d'une langue, et qu'il soit possible de les identifier et de les dénombrer individuellement. Or, de tels recensements généraux de la population linguistique sont rares.

13Dans la pratique, on le sait, les grammairiens travaillent avec des échantillons, non avec des populations entières, et cela ne va pas sans poser des problèmes, les échantillons de langue des grammairiens n'étant que trop souvent composés de cas jugés a priori "intéressants", à l'exclusion de la masse des occurrences.

14C'est pourquoi le premier critère de Hawkins postulant justement le recours à des échantillons langagiers attestés (attested samples of the relevant language) paraît de meilleure méthode que les deux autres. Il n'en est pas pour autant exempt de dangers, comme semble le reconnaître Hawkins en écrivant attested samples. On sait, en effet, que si la représentativité de l'échantillon au sein de la population étudiée est trop faible, la portée des généralisations tirées des résultats de l'analyse sera également trop faible, voire faussée.

15En ce qui concerne la place de l'adjectif en français, Hawkins lui-même a peut-être été victime d'un mauvais échantillonnage, car il ne semble guère possible, au vu des résultats obtenus par plusieurs chercheurs exploitant des corpus représentatifs, d'affirmer que telle ou telle place de l'adjectif est "fondamentale" en français. Hug (1989), après avoir étudié quantitativement un corpus d'écrits sélectionnés par un procédé semi-aléatoire, conclut que "les adjectifs antéposés et les adjectifs postposés jouent un rôle similaire par rapport au substantif, et que "l'une adjectifs postposés jouent un rôle similaire par rapport au substantif, et que "l'une et l'autre places sont couramment en concurrence dans un même syntagme et pour un effet de sens inchangé pour l'essentiel". Cette conclusion d'une thèse importante menace sérieusement le concept du doublet de base chez Hawkins, tout en heurtant la plupart des explications courantes de l'adjectif français. Il m'a donc semblé intéressant, dans un premier temps, de rechercher dans le corpus La Fontaine / Scarfe une réfutation de la conclusion de Hug.

16En tant qu'échantillon représentatif d'une œuvre, les 100 Fables de La Fontaine traduites par Francis Scarfe permettent de généraliser sur l'œuvre. Est-ce à dire que l'œuvre puisse être tenue pour représentative de la langue française ? A première vue, plusieurs facteurs s'y opposent : le fait que les Fables soient en vers, avec tout ce que cela comporte comme licence possible par rapport à l'usage courant, notamment en ce qui concerne l'ordre des mots, le fait que les Fables utilisent la langue sous forme d'un dialecte non actuel et selon des principes de discours puisés dans la rhétorique classique ; le fait qu'elles appartiennent à un genre unique ; et ainsi de suite. Pourtant, il serait possible d'arguer, sinon de la représentativité linguistique des Fables, du moins de leur pertinence pour l'étude des phénomènes langagiers. D'une part, elles se trouvent largement inscrites dans la langue d'aujourd'hui sous forme de citations implicites. C'est le phénomène : « On a toujours besoin d'un plus petit que soi », auquel la publicité, à travers plusieurs parodies, apporte un gage d'actualité. D'autre part, le fait qu'elles continuent d'être reçues par les générations scolaires, tout en faisant l'objet de nombreuses publications pour adultes, indique une universalité de réception non négligeable dont participent à la fois le propos, le discours et la langue. Enfin, le facteur poétique influe sur la langue selon des modalités connues, sous forme d'exceptions correspondant à des contraintes. Identifiables et mesurables en même temps que la masse des phénomènes servant de moyen de contrôle, ces exceptions fournissent pour le facteur poétique un indice de poids relatif dont il peut être tenu compte lors de la généralisation. De plus, dans le cas actuel, nous disposons d'un moyen de contrôle complémentaire sous la forme de la traduction de Francis Scarfe.

3. Les 100 Fables

17Les mesures globales obtenues pour la partie du corpus constituée par les 100 Fables en version originale sont les suivantes :

Fig. 4. Ensemble des occurrences

Adjectifs postposés

32 %

(N = 331)

Adjectifs antéposés

28 %

(N = 309)

Adjectifs attributs

23 %

(N = 226)

Adjectifs apposés

12 %

(N = 124)

Tout(e)

5 %

(N = 48)

Total

100 %

(N = 1038)

18En ce qui concerne la place de l'adjectif épithète, le résultat global obtenu semble donner raison à la fois à Hug et à Hawkins, l'adjectif antéposé et l'adjectif postposé étant dénombrés dans des proportions similaires (32 % et 28 %), avec toutefois une légère dominance du côté de l'adjectif postposé.

19Mais ce résultat global cache un fait intéressant. Si l'on masque au comptage les qualificatifs verbaux (adjectifs verbaux et participes passés pris adjectivement), le résultat s'inverse, l'adjectif postposé ne correspondant plus qu'à 29 %, contre 32 % pour l'adjectif antéposé :

Fig. 5. Occurrences de type non verbal

Adjectifs postposés

29 %

(N = 268)

Adjectifs antéposés

32 %

(N = 301)

Adjectifs attributs

24 %

(N = 218)

Adjectifs apposés

10 %

(N = 93)

Tout(e)

5 %

(N = 48)

Total

100 %

(N = 928)

20Or, une telle résurgence de l'adjectif antéposé est contraire au postulat traditionnel, repris par Hawkins, selon lequel l'ordre fondamental au sein du syntagme nominal français est NAdj. Pour expliquer le phénomène inverse, tout à fait conforme à la conclusion de Hug, deux hypothèses sont envisageables : soit le poète La Fontaine s'écarte de la syntaxe fondamentale, par exemple pour conforter des visées stylistiques, soit la syntaxe fondamentale n'est pas celle qu'on suppose.

21Or, la circularité qui marquerait inévitablement toute investigation purement syntaxique d'une telle alternative m'a incité à chercher une explication fonctionnelle du problème. J'ai examiné les 110 occurrences d'adjectifs verbaux et de participes passés compris dans la partie française du corpus, et j'ai pu constater que leur fonction discursive consistait très majoritairement à attribuer une qualité à un référent déjà connu. Mais ce qui m'a paru plus intéressant dans un premier temps, c'est que sur les 110 occurrences examinées, 8 seulement concernent des adjectifs attributs, contre 94 mettant en œuvre des adjectifs postposés ou apposés :

Fig. 6. Occurrences de type verbal

Adjectifs postposés

58 %

(N = 63)

Adjectifs antéposés

7 %

(N = 8)

Adjectifs attributs

7 %

(N = 8)

Adjectifs apposés

28 %

(N = 31)

Tout(e)

0 %

(N = 0)

Total

100 %

%(N = 0)

22Or, l'ensemble des occurrences de tous types d'adjectifs dans la partie française du corpus se subdivise en adjectifs attributs et adjectifs non-attributs dans une proportion d'environ un quart pour trois quarts (Figure 4). Cette proportion reste la même pour le comptage masquant les qualificatifs verbaux (Figure 5), mais baisse dramatiquement (7 % seulement contre 93 %) pour le comptage des seuls qualificatifs verbaux (Figure 6). Pourquoi cette inversion de tendance ? Notons que la baisse relative des adjectifs attributs dans ce dernier comptage (7 % seulement) s'accompagne d'une hausse relative des adjectifs postposés (58 %) allant du simple au double. J'ai compris qu'il y avait là une corrélation fort intéressante qui suggère que l'adjectif postposé remplit, dans le discours, un rôle fondamentalement verbal, dans la mesure où il attribue des qualités à des référents connus.

23Qu'en est-il de l'adjectif antéposé ? Pour la catégorie étudiée ci-dessus, celle des adjectifs verbaux et des participes passés pris adjectivement, la partie française du corpus ne renferme que huit occurrences :

Fig. 7. Adjectifs antéposés de dérivation verbale

Fig. 7. Adjectifs antéposés de dérivation verbale

24Indiscutablement, ces huit adjectifs antéposés s'inscrivent dans leur groupe nominal de manière inattendue, en usurpant l'emplacement paradigmatique d'un adjectif usuel. Toutefois, leur fonction discursive n'est pas du tout celle que nous avons postulée pour l'adjectif postposé. Clairement, ces adjectifs ne servent pas à attribuer des qualités à des référents connus, mais bien au contraire à introduire dans le discours de nouveaux référents, même (ou peut-être surtout) lorsqu'ils précèdent des substantifs anaphoriques. Nous voici en présence de l'effet de ligature adjectif/nom dont parle Paul Bensimon dans sa présentation. Entés sur un nom avec lequel, discursivement, ils ont tendance à se confondre, ces adjectifs antéposés remplissent fondamentalement une fonction nominale.

25Une fonction analogue peut-elle être attribuée à l'ensemble des adjectifs antéposés du corpus, notamment aux adjectifs usuels comme bon, beau, grand, petit, mauvais, nouveau ? Le temps m'a manqué pour faire une exploration complète des 309 occurrences d'adjectifs antéposés se trouvant dans la partie française du corpus, mais un sondage a semblé confirmer la tendance déjà observée. A ce point de vue, les 4 occurrences de bon suivi du substantif homme (Figure 8) sont révélatrices, la graphie de La Fontaine correspondant à l'état de ligature ou de greffe évoqué ci-dessus, antérieurement à la consécration par l'orthographe de la naissance d'un substantif.

Fig. 8. Occurrences de bon suivi de homme

Fig. 8. Occurrences de bon suivi de homme

26En résumé, il semblerait, d'après cette investigation, que l'adjectif antéposé, dans la partie française de notre corpus, ait pour fonction discursive d'attribuer une qualité à un référent nouveau, ce qui correspond fondamentalement à une fonction nominale, alors que l'adjectif postposé attribue une qualité à un référent établi, ce qui correspond fondamentalement à une fonction verbale.

27Ce résultat démontre, une fois de plus, l'utilité d'une double approche linguistique et discursive des problèmes situés à la charnière de la syntaxe et de la stylistique, là où se trouve le terrain de chasse privilégié du traducteur.

4. La traduction

28La partie anglaise du corpus comprend 26 628 mots, dont 1486 occurrences d'adjectifs qualificatifs (5,6 %), contre 26 987 mots, dont 1038 occurrences d'adjectifs qualificatifs (3,9 %) pour la partie française. Indépendamment de sa qualité inhérente, j'ai demandé à la traduction de Francis Scarfe de me montrer dans la masse qu'en changeant de place, l'adjectif change aussi de sens.

29Or, dans une large majorité des cas (63 %), Scarfe traduit l'adjectif qualificatif par un adjectif qualificatif. Dans 22 % des cas, l'équivalence passe par une construction plutôt verbale, et dans 15 % des cas par une construction plutôt nominale. La position de l'adjectif ne paraît pas influer sur la décision du traducteur, la distribution des occurrences des trois solutions (adjectif, nom, verbe) étant sensiblement la même pour l'adjectif antéposé et l'adjectif postposé.

30A titre d'exemple, je donne les équivalences des 8 adjectifs antéposés d'origine verbale (la lettre à gauche correspond au type de construction utilisé par le traducteur) :

Fig. 9. Equivalences des adjectifs antéposés d'origine verbale

Fig. 9. Equivalences des adjectifs antéposés d'origine verbale

31L'absence, dans le texte de Francis Scarfe, de toute différenciation de la traduction en fonction de la disposition syntagmatique des adjectifs en français conforte la position de Hug, dans la mesure où les deux places de l'adjectif en français semblent effectivement être en concurrence l'une avec l'autre, pour un effet de sens inchangé.

32La dominance de la solution d'équivalence directe adjectif / adjectif, par préférence à des solutions nominales ou verbales correspondant en principe mieux à la double fonction discursive des adjectifs qualificatifs en français, s'explique par la nature particulière de l'adjectif anglais. En effet, à partir d'un corpus de conversation anglaise, Thompson (1988) a montré, sous l'égide de Hawkins, que l'adjectif en anglais, invariable, unique dans la communauté des langues majeures mondiales parce qu'il ne doit rien au nom et rien au verbe, remplit à lui seul deux fonctions discursives, qui sont justement celles dévolues par notre corpus aux deux emplacements de l'adjectif en français.

5. Conclusion

33Comme l'écrit Paul Bensimon dans le texte de présentation de ce volume : « Il existe un domaine, à la jonction de la syntaxe et de la stylistique, où l'anglais et le français s'écartent notoirement : celui de l'adjectivation. »

34Nos résultats mettent en évidence l'écart existant entre l'adjectif anglais, indépendant sur le plan morpho-syntaxique, invariable malgré sa double fonction discursive, et l'adjectif français, dérivé en genre et en nombre du substantif, se déplaçant par rapport au substantif selon son rôle dans le déroulement du discours.

Haut de page

Bibliographie

Greenberg, J.H. "Some Universals of Grammar with Particular Reference to the Order of Meaningful Elements." Universals of Language. Ed. J. H. Greenberg, Cambridge, Mass. : M.I.T. Press, 1963.

Hawkins, John A. Word Order Universals, New York : Academic Press, 1983.

Hug, Marc. Structures du syntagme nominal. Etude statistique. Travaux de Linguistique quantitative, Genève : Slatkine, 1989.

Thompson, Sandra A. "A Discourse Approach to the Cross-Linguistic Theory 'Adjective'. Explaining Language Universals, Ed. J.A. Hawkins. Oxford : Blackwell, 1988.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 A partir de 100 Fables traduites par Francis Scarfe, Paris : Institut Britannique de Paris, 1985.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Exemple de concordance
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 2. Exemple d'équivalences.
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 7. Adjectifs antéposés de dérivation verbale
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 8. Occurrences de bon suivi de homme
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 9. Equivalences des adjectifs antéposés d'origine verbale
URL http://journals.openedition.org/palimpsestes/docannexe/image/652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Greaves, « La place de l'adjectif qualificatif dans la phrase de La Fontaine », Palimpsestes, 7 | 1993, 99-110.

Référence électronique

Roger Greaves, « La place de l'adjectif qualificatif dans la phrase de La Fontaine », Palimpsestes [En ligne], 7 | 1993, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/652 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.652

Haut de page

Auteur

Roger Greaves

Institut Britannique de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals