Navigation – Plan du site

Les mots qui s'imposent : l'autorité du discours social dans la traduction

Annie Brisset
p. 111-132

Résumés

L'assise présuppositionnelle de toutes les productions discursives d'une société regroupe des idées et des valeurs allant de soi, constitutives de l'opinion commune ou doxa. Cette base présuppositionnelle est sous-jacente aux énoncés ; mais elle est mise au jour par des traductions qui de prime abord paraissent inadéquates ou déviantes. Ce qu'on prend pour des ratés traductifs signale en fait la manière dont se construit le "sens commun" dans l'espace récepteur de la traduction.
Cette hypothèse est illustrée par des traductions théâtrales effectuées au Québec depuis 1968. Le traducteur de Macbeth, notamment, privilégie des mots et expressions qui rendent le texte de Shakespeare doxologiquement conforme au discours sur la condition québécoise.

Haut de page

Texte intégral

Il existe des mots qui, à certains moments, font la loi.
Ricardo Petrella

1Devant un énoncé à traduire, certains mots surgissent à la conscience du sujet traduisant et s'imposent d'emblée. Ces mots peuvent s'inscrire dans le projet littéraliste d'un traducteur qui veut serrer au plus près le texte original. Mais ils peuvent tout aussi bien travailler contre ce projet, globalement ou localement dans le texte, avec ou sans le consentement de celui qui traduit.

2La plupart des écrits sur la traduction ont pour effet de partager les traducteurs en deux catégories. « Sourciers » ou « ciblistes », ils concrétiseraient leur visée soit par la recherche de la meilleure adéquation possible au texte source, allant jusqu'à déporter le texte d'arrivée au-delà des normes, soit au contraire par une adhésion totale aux habitudes langagières du public cible, rabattant le texte original sur les conventions (linguistiques, rhétoriques, littéraires, culturelles...) qui forment l'horizon d'attente du milieu récepteur. Admettons que tout traducteur aborde le texte à traduire de manière programmatique. Il reste que cette catégorisation oppositive qui dépendrait uniquement du bon vouloir de ceux qui traduisent doit être nuancée.

  • 1 Dans le domaine féministe, le récent ouvrage de Susanne de Lotbinière-Harwood, Rebelle et infidèle (...)
  • 2 « L'Énéide de Klossowski abasourdit le lecteur par son style inintelligible, sa pesanteur effroyabl (...)

3Le sujet écrivant ou traduisant est le vecteur d'un discours qui, étant socialisé, est préconstruit au même titre que la langue, mais suivant une régulation dont nous sommes encore loin de connaître les éléments. Parmi ces éléments, il faut compter l'assise présuppositionnelle des énoncés qui s'enchaînent dans le discours, les propositions implicites modelées sur les idées et les pratiques allant de soi dans tel groupe socio-culturel. Ce non-dit qui fait consensus permet l'intercompréhension et détermine l'acceptabilité de ce qui s'énonce, car sens et valeur sont indissociables dans la production et la perception du discours. Qu'ils soient écrits avec ou contre les lieux communs, le texte à traduire et le texte traduit sont imprégnés des modes discursifs de leur société respective. Dans cette perspective, le texte source n'est pas plus « original » que le texte cible par rapport à un dire que des instances diverses (médias, éditeurs, critiques, chercheurs, enseignants...) ont autorisé, c'est-à-dire filtré, homologué et sectorialisé en fonction d'enjeux divers. Traduire, c'est ajuster sciemment ou inconsciemment le texte de départ au discours autorisé qui lui correspond dans l'espace récepteur. Sinon, le texte d'arrivée restera lettre morte. La subversion volontaire des règles discursives par le traducteur n'est que l'envers de cet ajustement, puisque la subversion possède aussi son territoire et ses institutions1. Même dans le champ littéraire, où l'éventail des possibilités qui s'ouvrent au traducteur paraît plus large, une traduction qui ne respecte pas les conventions s'expose à être écartée du noyau canonique ou central, voire refoulée des lieux assignés à l'avant-garde ou à l'expérimentation par l'institution de la littérature d'accueil. Pareille marginalisation sera peut-être temporaire puisque les normes du dicible, à l'instar des nonnes esthétiques qui leur sont corrélatives, ne restent pas figées. Songeons aux réactions devant les traductions hellénisantes de Sophocle par Hölderlin et plus près de nous devant l'Énéide dans la version littéraliste de Pierre Klossowski2.

Le discours traduisant

  • 3  Vue dans cette perspective, la notion de discours se complexifie par rapport à la définition qui e (...)

4Il existe donc un « ordre des mots » au sens d'une injonction tacite faite au traducteur par la société réceptrice qui régit les idées mises en circulation et les manières de les exprimer. Autrement dit, c'est du côté de Bakhtine, Foucault et Bourdieu qu'il faut notamment chercher les principes d'organisation du discours, plutôt que dans la sphère linguistique, celle d'une lexicographie et d'une stylistique différentielles qui s'en tiennent à l'ordonnancement paradigmatique et syntagmatique des mots de la phrase. Au-delà même de l'organisation rhétorique du texte, il existe un autre type d'ordonnancement, l'ordonnancement topique. Celui-ci recouvre la manière dont une société privilégie certains mots et les organise en propositions, argumentations et récits pour représenter les réalités qui la concernent. Cette représentation, médiatisée par l'imaginaire collectif, est d'ordre symbolique3. Le matériau de la traduction, c'est, pris dans le discours de la société réceptrice, le système des représentations symboliques de la réalité où s'immerge cette société, et non — chose désormais reconnue — la langue proprement dite. Dès lors, le traducteur qui se veut le plus « sourcier » sera toujours « cibliste » à son corps défendant. Il suffit pour s'en convaincre de regarder les préfaces des traducteurs qui exposent un projet littéraliste mais qui soulignent les points de résistance, ou dont les traductions viennent démentir leur projet. On en relèverait plusieurs exemples en confrontant les commentaires des traducteurs qui s'expriment dans ce volume avec les textes qu'ils commentent. Ils mettent en évidence certains éléments ou procédés caractéristiques du texte original et ils expliquent comment ils ont pu les reproduire. Mais on observe qu'en certains points d'une même phrase, d'un même paragraphe ou d'un même chapitre, la traduction dévie de ce projet : des éléments ou des procédés semblables n'entrent pas dans le dispositif proposé comme équivalent. L'intérêt pour la traductologie est de repérer ces points où le travail sujet traduisant est contrecarré et, plus généralement, les points où le sujet traduisant se démarque du texte initial. On voit s'interposer entre le projet du traducteur et la traduction des préconstruits de divers ordres, par exemple de nature esthétique. On observe telle symétrie absente du texte original, mais qui produit un effet harmonieux et suscite un jugement positif : « bien traduit », « formule heureuse », etc. Cela montre que les préconstruits esthétiques, intériorisés par le sujet traduisant, sont aussi des préconstruits doxologiques, des principes par lesquels l'opinion courante — celle de la critique, de l'enseignement ou du public — établit tacitement ou explicitement la valeur artistique d'un texte. Prenons à témoin le commentaire d'Efim Etkind sur la traduction de l'Énéide par Delille :

  • 4  E. Etkind, op. cit., p. 263. A partir d'une position diamétralement opposée, Henri Meschonnic sign (...)

Delille transforme les qualificatifs [...] ou bien en ajoute [...] il édifie des constructions symétriques et [...] donne un tou armonieux à la narration. Bien sûr, c'est un autre Virgile, mais les Français de l'Empire lisaient elille avec plaisir.4

5Voilà résumé en quelques paramètres le programme esthétique d'un état de l'institution littéraire de la France, d'un état de son « idéologie littéraire », dirait Meschonnic. Le commentaire critique signale des lieux où le texte source entre en discordance avec ce programme et induit une intervention normalisatrice du sujet traduisant. Cette normalisation se fait de manière ostensible ou ténue (sans être forcément moins massive), suivant la position du traducteur par rapport à l'esthétique dominante ou par rapport au lieu qu'il occupe, en tant que sujet d'écriture (ou de réécriture), dans la configuration de l'institution littéraire de son époque. Mais l'esthétique n'est qu'une composante parmi d'autres, et sans aucun doute la plus étudiée jusqu'à présent — au détriment de la composante topique. Chose certaine, quel que soit le plan où elle agit, cette normalisation existe parce que la traduction est consubstantielle au discours social :

  • 5  M. Angenot, 1889. Un état du discours social. Montréal : Le Préambule, coll. L'Univers des discour (...)

Le discours social : tout ce qui se dit et s'écrit dans un état de société ; tout ce qui s'imprime, tout ce qui se parle publiquement ou se représente aujourd'hui dans les médias électroniques. Tout ce qui se narre et s'argumente, si l'on pose que narrer et argumenter sont les deux grands modes de mise en discours.
Ou plutôt, appelons « discours social » non pas ce tout empirique, cacophonique à la fois et redondant, mais les systèmes génériques, les répertoires topiques, les règles d'enchaînement d'énoncés qui, dans une société donnée, organisent le dicible — le narrable et l'opinable — et assurent la division du travail discursif5.

  • 6  Voir notamment le chapitre introductif de L'Analyse du discours comme méthode de traduction par Je (...)

6La traductologie s'est édifiée sur le cloisonnement des champs discursifs. Cet état de choses se répercute sur les programmes d'enseignement, eux-mêmes bâtis selon un typologie qui tend à bétonner la frontière entre texte ou traduction "littéraire" et texte ou traduction "pragmatique" et, à un degré moindre, entre leurs genres et leurs sous-genres6. En règle générale, chaque domaine est traité isolément, comme si le discours était divisé en secteurs hermétiques. Nul ne contestera qu'il existe dans toute société un partage du travail discursif. On ne contestera pas non plus que ce partage correspond à des caractéristiques thématiques, terminologiques, rhétoriques et pragmatiques, grâce auxquelles on peut identifier tel univers de discours. La régulation de l'acceptabilité discursive s'exerce dans chaque domaine en assurant l'identification et l'homologation des énoncés à ce qui constitue l'objet propre de ce domaine à tel moment de l'histoire (la fiction, la science, le droit) ou les différentes sphères de la communication de masse (politique, administration, journalisme, publicité, etc.) :

  • 7  M. Angenot, op. cit., p. 93. Dans la perspective didactique, il reste à établir en quoi consistent (...)

Vu de l'extérieur, tout champ est un dispositif de raréfaction et de censure : il fixe ce qui est normal et innommable, idoine et étranger, "dans les formes" et hors des formes. C'est au niveau des champs que se détermine aussi ce qui pourra passer des "influences étrangères" et comment celles-ci [...] seront filtrées, nationalisées7.

  • 8  M. Angenot, op. cit., p. 19.
  • 9  Ibid., p. 20.
  • 10  lbid., p. 21.

7Notons au passage que la traduction, aimantée par l'acceptable discursif du champ où elle vient prendre place, est normalisatrice par la force des choses. Cela dit, contrairement au préjugé répandu par un certain discours traductologique, les formations discursives qui nous apparaissent compartimentées ne sont pas étanches. D'une part, leurs frontières se déplacent à travers les époques et, dans un même état de société, ces formations débordent les unes sur les autres : où commence et finit la "littérarité" ? Où commence et finit la spécificité "scientifique" plutôt que "journalistique" d'un article ? En quoi une métaphore serait-elle moins métaphorique, moins "littéraire" dans un texte de science que dans un poème ? D'autre part, et c'est l'objet de notre propos, les différentes formations discursives possèdent des fondements communs : dans une société donnée, les productions discursives mettent toutes en œuvre les « manières de connaître et de signifier le connu qui sont le propre de cette société »8. Il s'ensuit que les modes de représentation du réel organisent en un tout isotopique les différents types de discours que pour sa part la traductologie a uniquement traités comme des formations autonomes. Ces éléments communs à toutes formes de discours se manifestent par des « faits sémiotiques — de forme et de contenu — surdéterminant l'énonçable et privant de moyens d'énonciation l'impensable et le "pas-encore-dit" »9. Voilà qui tempère les positions normatives données a priori sur la manière de traduire. On voit mal, en effet, comment le sujet traduisant pourrait se soustraire à tout ce qui forme l'« acceptable discursif » d'une époque donnée. Une traduction, comme toute pratique signifiante, est tenue d'observer les répertoires thématiques, les modes de narration et d'argumentation, les règles de légitimation qui lui assureront une place et lui assigneront une valeur dans la hiérarchie des discours. C'est pourquoi on a pu dire que l'hégémonie, qui désigne ce système régulateur complexe, est à la production discursive d'une société « ce que les paradigmes (de Kuhn) ou les épistémès (de Foucault) sont aux théories et doctrines scientifiques qui prévalent à une époque donnée »10.

8Les mots que le discours social impose au traducteur sont la pointe émergée de l'hégémonie qui sous-tend la circulation des opinions ou des jugements ainsi que leur mise en forme à l'intérieur des genres et des sous-genres de discours. Cette régulation définit l'« ordre du dicible ». Elle couvre d'abord le répertoire des sujets dont parle la société, thèmes qui l'intéressent ou qu'elle valorise. A ces objets de discours correspondent des mots qui ont une fréquence ou une valeur d'usage plus élevée que d'autres. Ces objets sont décrits et commentés au moyen de prédicats qui en constituent ce que C.S. Peirce appelle des interprétants. L'interprétant fonctionne comme un élément définitoire si ce n'est comme un équivalent de l'objet auquel il est associé dans le discours. Sous l'effet d'une association répétée, il devient permutable avec cet objet à la manière d'un synonyme, alors qu'il ne possède pas ce statut dans la langue au sens saussurien du terme.

9Prenons l'exemple de la société québécoise où le thème de l'identité traverse et domine à peu près tous les types de discours. La topique identitaire est organisée en paradigmes composés de mots ou d'expressions comme nation, pays, terre, peuple, nous — coréférents de Québec — ainsi que de prédicats qui définissent principalement ces objets dans leur rapport à l'altérité et à la territorialité. Le paradigme des objets qui définissent l'altérité englobe des noms ou des syntagmes nominaux comme l'Anglais, le Canadien, le Français, l'immigrant, le néo-Québécois, l'allophone, l'ethnique ou les communautés culturelles ; les autochtones, les Indiens ou le pouvoir rouge ; l'ombre, le double (de l'Anglais), l'assimilé, le traître (fédéraliste) ou le vendu ; le gouvernement fédéral ou les provinces anglophones, etc. Ces objets sont mobilisés dans des structures actantielles : ils deviennent des actants à l'intérieur de narrations ou d'argumentations où ils entrent en rapport avec d'autres actants. Ces structures actantielles se construisent autour de verbes comme disparaître, se dissoudre, s'assimiler, ou de notions qui s'y rattachent par implicitation et auxquelles correspond un paradigme inverse regroupant les synonymes et les dérivés des verbes exister ou survivre. L'ordonnancement actantiel de la topique identitaire produit une représentation du réel, pour reprendre un terme de I. Lotman, une modélisation de ce réel incarné dans des rapports entre les acteurs sociaux. Que ce soit dans la presse, dans les milieux politiques, ceux de la finance et de l'économie, que ce soit dans le domaine du droit ou celui de la littérature, que l'on parle d'écologie ou de culture, d'aborigènes ou d'immigrants, les propos sont dominés par le thème-objet « Québec » autour duquel gravitent des prédicats explicites ou implicites, notamment ceux-ci : [le Québec] « est exploité », « est humilié » « ne négociera pas à genoux », « est menacé de disparition », « doit survivre », « est un pays à naître », « est une société distincte », etc. Les argumentations et les récits que l'on développe à partir de ces objets et de ces prédicats produisent de l'opinion et, par effet cumulatif, produisent une opinion dominante, une doxa.

10Sur le plan pragmatique, la juxtaposition de l'objet et de ses prédicats crée entre eux des traits sémantiques communs qu'ils n'ont pas dans le système lexical de la langue. Ainsi, le mot nation employé comme coréférent de « Québec » ne partage aucun trait sémantique avec l'adjectif humilié dans le système de la langue française, mais placés dans le contexte du discours qui se tient aujourd'hui sur le Québec, ces deux mots se surdéterminent et s'interprètent mutuellement. Ils fonctionnent l'un pour l'autre comme des équivalents. La sémantisation qui résulte de cette juxtaposition n'est pas neutre. Elle s'accompagne d'une axiologisation, car en se chargeant de sens nouveaux, les mots assemblés se chargent de certaines valeurs. On se souvient du principe concernant la projection de l'axe de la sélection sur l'axe de la combinaison, principe par lequel Jakobson définit la fonction poétique. En réalité, ce principe régit la sémantisation des mots dans n'importe quel champ du discours. Le principe mis en évidence par Jakobson sert tout aussi bien à expliquer ce que, par analogie, on peut nommer la fonction doxologique des énoncés : la manière dont la co-occurrence ou, de façon plus générale, l'ordonnancement actantiel de certains mots-objets forme et renforce une doxa, une opinion commune reçue pour évidente : ici, la condition victimaire des Québécois, privés d'un territoire et, partant, du droit à une identité propre.

11De la multiplicité des discours, il se dégage un noyau commun, une sorte de matriciel sur la condition québécoise. Ce récit fait intervenir au moins deux actants : « nous » (Québec et ses coréférents) et « eux » (les supports de l'altérité), unis dans une relation actantielle qui s'indexe sur le thème de la spoliation. Le récit matriciel sous-tend des énoncés plus ou moins développés, depuis le titre de presse (« Ottawa offre huit fois moins de pouvoirs de dépenser que ne demande Québec ») jusqu'au roman ou à l'essai. Étant donné l'accumulation de ses développements dans tous les champs du discours, ce récit matriciel acquiert une fonction perlocutoire — ou, si l'on préfère, injonctive — puisqu'il débouche sur des conclusions qui incitent le récepteur à prendre position et même à agir pour ou contre l'indépendance, l'envers et l'endroit d'une même orthodoxie.

  • 11  Cette date coïncide avec la création du Parti québécois, parti nationaliste qui prône l'indépendan (...)

12Les valeurs nouvelles, qui migrent d'un mot vers un autre, d'une proposition vers une autre, consolident les lieux communs produits par les formes d'expression, les étoffements divers du récit matriciel. Le récit matriciel est un récit axiologisé. Il forme l'assise présuppositionnelle qui permet au récepteur de comprendre les énoncés rattachés à une topique donnée, de les accepter ou de les rejeter. Mais, parce qu'elle est sous-jacente aux énoncés et qu'elle regroupe des idées et des valeurs allant de soi, cette base présuppositionnelle est occultée dans le discours. D'où notre hypothèse de travail : le fonctionnement de cette logique discursive est mis au jour par des traductions qui, de prime abord, paraissent inadéquates et même aberrantes. Ce qu'on prend pour des "ratés" de la traduction signale en fait la manière dont se construit le "sens commun" dans l'espace récepteur et comment il se projette dans l'acte de lecture. Nous illustrerons cette hypothèse par des traductions théâtrales effectuées au Québec après 1968, point tournant du renouveau nationaliste11.

L'articulation topique du texte étranger et du discours récepteur

13Le premier exemple est un fragment de la pièce de Tennessee Williams, Camino Real traduite par Michel Tremblay, fondateur de la dramaturgie québécoise. Dans le contexte immédiat de l'extrait, une discussion s'engage à propos du mot « frère » entre personnages qui regardent en surplomb des gens s'activer sur une place :

  • 12  Michel Tremblay, (tr.), Camino Real, par Tennessee Williams, Montréal : École nationale de théâtre (...)

JACQUES

CASANOVA

The people need the word.

Le peuple a besoin de ce mot !

They're thirsty for it !

Le peuple a soif de mot !

GUTMAN

GUTMAN

Who are these creatures ?

Le peuple ? C'est quoi le le peuple ? Et de quoi est-il composé, votre peuple ?12

  • 13  La notion de peuple y a remplacé celle de race caractéristique des décennies qui ont précédé la Ré (...)

14Le texte de départ met en scène un actant représenté par trois mots différents coréférentiels (people / they / creatures). Ces mots sont remplacés dans la traduction par cinq occurrences du seul mot peuple. Dans le contexte de l'énonciation, la première occurrence se justifie, même si d'autres termes conviennent aussi bien. Mais pourquoi la surenchère du traducteur sur ce mot ? Pourquoi la double interrogation — « C'est quoi le peuple ? », « Et de quoi est-il composé, votre peuple ? » — exigeant une explication sur la nature et la composition du peuple en question ? Voilà le type même d'une traduction que l'on perçoit comme aberrante et que l'on critiquerait sévèrement si l'on se contentait de la mettre en correspondance avec le texte de départ, sans égard pour les préconstruits du discours traduisant. Or, la répétition du mot peuple et le développement auquel il donne lieu trouvent une pertinence, non pas sémantique mais doxologique, si on les met en relation avec la topique dominante du discours récepteur, celle de l'identité collective des Québécois13.

  • 14  Ce titre annonçait en première page du mensuel L'Actualité (décembre 1991) les résultats d'un sond (...)
  • 15  Michèle Lalonde, « Allusion permanente », in Défense et illustration de la langue québécoise, Pari (...)
  • 16  Michel Garneau, Langage 5, Montréal : L'Aurore, 1974, s.p.
  • 17  Michèle Lalonde, op. cit., p. 53. Souligné dans le texte. Le thème de la folie est fréquemment ass (...)
  • 18  François Hébert, « Causer entre eunuques », Le Devoir, 3-01-1992, p. 13. On note la présence du mo (...)

15La thématisation omniprésente de l'identité concerne la nature de cette identité : « Qui nous sommes »14 . Cette proposition affirme le caractère distinct de la société québécoise : « nous / distincts / différents / à ne point confondre »15. En clair, à ne pas assimiler à l'Anglais, à ne pas confondre avec le Français, à ne pas fondre non plus dans le creuset multi-ethnique de l'immigration. Le discours identitaire fait automatiquement intervenir le thème de l'altérité, celle-ci étant porteuse d'une hétérogénéité qui entre en conflit avec l'idéal nationaliste : un territoire, un peuple, une langue. L'hétérogénéité est thématisée de plusieurs manières. Ou bien elle est présentée comme un élément constitutif du « peuple » québécois dans une argumentation où ce trait justifie le recours au droit du premier occupant (avec l'enchaînement implicite : « nous sommes des métis » donc des « autochtones » et par conséquent « nous étions depuis toujours déjà là ») ; ce trait doit dénoter en même temps une « qualité » des Québécois, l'ouverture à l'Étranger, comme on le voit dans ce poème ludique dont le lexique et la syntaxe iconisent le métissage : « J'ai tout le sang mêlé / les ancêtres sont mes étrangers / un peu d'hurabénaquois / un peu d'irlancossais »16. Ou bien l'altérité est thématisée dans le récit victimaire comme un facteur d'hybridation qui déstabilise l'identité individuelle et collective : « nous autres / dit couramment ce peuple / à propos lui-même / marquant ainsi d'un mot / l'intime ambiguïté / de son identité »17 ; ou comme une hybridation préjudiciable sur le plan économique et social : « l'inadmissible état actuel des choses dans le pays, celui que l'on voudra, Canabec ou Quénada, avec son déficit ubuesque et tous les chômeurs humiliés qu'il y a dans notre société »18.

  • 19  Jean Éthier-Blais, « Sept auteurs en proie au mal québécois », Le Devoir, 20-02-1988, p. D-8.

16Toujours dans le récit victimaire, auquel se superpose une argumentation contre l'Étranger, l'hétérogénéité est thématisée comme une menace que les immigrants, avec le multiculturalisme qu'il incarnent, font peser sur l'avenir du « peuple » québécois : « Le Québec est déjà divisé contre lui-même. D'une part, Montréal, qui se veut multiculturel, donc objectivement anti-québécois, viscéralement, dans ses néo-composantes »19. La société québécoise se pose donc obsessivement la question suivante : de quoi est-il composé, « notre » peuple ? A cette question elle donne ce type de réponse cathartique, prêtée, il va sans dire, aux « maîtres » anglophones et sous-tendue, encore une fois, par le récit victimaire :

  • 20  Michèle Lalonde, « Outrage au tribunal », op. cit., pp. 86-87. Nous soulignons.

Trop de prêtres et pas assez de sociologues. [...]
Trop de petits hommes d'affaires et pas assez de gros hommes d'affaires [...]
C'est pourquoi vous êtes subalternes et si peu aptes à gouverner !.20.

  • 21  Dans le discours social, cette thématisation prend pour forme d'expression des énoncés comme les s (...)

17Dans l'extrait de la version québécoise de Camino Real, l'anaphore constituée par les cinq reprises du mot peuple manifeste ostensiblement l'intervention du sujet traduisant qui autorise à dire que celui-ci substitue la parole sociale à la parole fictive (ou qu'il greffe le « grand discours » sur le « petit discours », pour reprendre les catégories d'Oswald Ducrot). De plus, le rapprochement topique entre la traduction et le discours identitaire de la réceptrice se justifie par le double constat suivant : d'une part, la thématisation du peuple en tant que « petit peuple » caractérise et distingue l'œuvre dramatique et romanesque du traducteur, Michel Tremblay21 ; d'autre part, cela correspond à la situation d'énonciation qui caractérise l'échange entre les deux protagonistes dans le texte original cité plus haut, échange condescendant qui débouche sur la question : « Who are these creatures ? ».

18Ces connexions topiques font apparaître un mécanisme de réverbération herméneutique entre le discours social et le texte étranger : ils s'informent mutuellement dans l'acte de lecture. La traduction est le produit de ces connexions. Ainsi, dans la pièce originale, le fragment cité plus haut constitue une microstructure actantielle dont la lecture a pu être informée par le récit matriciel du discours sur la condition québécoise opposant le « petit peuple » québécois à son « maître » anglais. Si le mot « people » a pu servir d'embrayeur topique, il est vrai par ailleurs que ce schéma narratif élémentaire possède dans la littérature d'arrivée une forme d'expression, en l'occurrence une forme anaphorique, qui s'offre comme un préconstruit discursif et, en tant que tel, fournit une matrice de traduction :

  • 22  Michèle Lalonde, « Speak White », op. cit., pp. 37-39, et « Outrage au tribunal », op. cit., pp. 8 (...)

Nous sommes un peuple inculte et bègue [...]
Nous sommes un peuple peu brillant [...]
peuple-concierge [...]
Nous sommes un peuple rancunier [...]
Nous sommes un petit peuple [...]
Identité ?
Né de peuple méconnu [...]
Petit peuple un peu rêveur [...]22.

19Le mot « people » agit comme embrayeur topique vraisemblablement parce qu'enchâssé dans un micro-récit dont les structures actantielles sont homologables, dans la société réceptrice, à celles du récit matriciel qui sous-tend la doxa identitaire formée autour du mot « peuple ». Autrement dit, la connexion topique ne s'établit pas au simple niveau de la matière première lexicale, sauf à décrire la traduction sous les traits caricaturaux du réflexe pavlovien. En revanche, l'exemple tiré de Camino Real montre que la connexion peut se produire très localement dans un texte, en ne couvrant qu'une microstructure narrative sans rapport nécessaire avec le propos global de l'œuvre. Toutefois, dans le corpus étudié, qui englobe les traductions théâtrales effectuées au Québec pendant plus de deux décennies, le choix des traducteurs se porte massivement vers des textes étrangers qui contiennent un dispositif narratif sur lequel on peut projeter l'ensemble des caractéristiques de la topique identitaire sous-jacente au discours nationaliste. On relève une prédilection pour la tragédie moderne incarnée par Eugene O'Neill ou Arthur Miller ou encore pour Dario Fo ou Bertolt Brecht Parmi toutes ces traductions reterritorialisantes, Macbeth est sans aucun doute la plus représentative de la mise en correspondance topique et doxologique du texte étranger et du discours social, à la fois dans les macrostructures et les microstuctures discursives.

Sujet traduisant, sujet doxologique

20Le propos général de la tragédie de Macbeth coïncide avec le récit matriciel évoqué tout à l'heure au sujet de la représentation du Québec, de la construction de cet objet dans et par le discours social. La concordance entre la pièce et le récit symbolique sur la condition québécoise est particulièrement frappante dans la scène 3 de l'acte IV, où il s'agit de se mobiliser pour libérer le pays du tyran usurpateur. Voici un extrait du dialogue qui introduit la scène. Celui-ci pourrait se dérouler entre deux protagonistes de la rébellion des Patriotes organisée au XIXe siècle contre le pouvoir anglais ou entre deux partisans du « oui » au référendum sur l'indépendance qui s'est tenu en 1980, deux ans après la publication de la traduction. Ce double contexte, historique et contemporain, éclaire les modélisations doxologiques du texte de Shakespeare par le traducteur québécois, modélisations qui passent par le choix d'une langue bien particulière :

  • 23  W. J Craig (éd.), The Oxford Shakespeare Complete Works, Londres : Oxford University Press, 1962, (...)

MALCOLM

MALCOLM

Let us (...)

Weep our sad bosoms empty

Quand j'pense à cheuz nous,

J'ai jusse envie

d'(...) brailler tout mon soûl

MACDUFF

MACDUFF

Let us rather (...)

Bestride our down-fall'n

birthdom

Moé, j'pense qu'on

fra't mieux d'(...)

défende

Not'droét d'exister qui

s'trouve ramn'né quasiment

à rien23

21L'interprétation contextuelle du mot birthdom conduirait à donner pour équivalent patrie ou pays natal. Contemporaines de la version québécoise de Michel Garneau, les traductions de Pierre Leyris, Yves Bonnefoy et Jean-Michel Déprats s'en tiennent à ces vocables. Les trois traducteurs français retiennent le sens général et courant de birthdom : native land. Complétés par le contexte immédiat, les mots qu'ils choisissent (« notre pays natal terrassé », « notre mère patrie à bas ») expriment une entité perdue mais qui préexistait au groupe réuni sous le déterminant collectif « notre ».

22Dans la traduction québécoise, birthdom est rendu par droit d'exister, notion moins affective et plus abstraite, à la fois légaliste et revendicatrice. Au lieu du sens courant, le traducteur québécois retient le sens premier, le sens historique de birthdom : « domain by birthright » où domain signifie : « landed property which one has in its own right » ou encore « territory possessed and governed by right or over which authority is exercised by right » (Webster). Le choix du sens archaïque, de préférence au sens courant, est dans le droit fil d'une contrainte philologique que le traducteur s'est imposée sur le plan de la langue cible :

  • 24  Extrait du programme composé pour la représentation de la version québécoise de Macbeth par le Thé (...)

J'ai puisé (artésiennement) dans la langue québécoise jusqu'à la source ancestrale. fouillé dans les glossaires comme un bon et me suis abandonné à ma mémoire en suivant William à la trace pour rendre compte de son entreprise poétique dans langage populaire24.

  • 25  Le discours nationaliste présente l'Acte Confédératif comme le résultat d'une coercition voire d'u (...)

23Cette entreprise philologique produit une langue identifiable à celle qui se parle au Québec et pourtant différente de celle qu'on y parle aujourd'hui. Cette actualisation historique et distanciée du texte de Shakespeare a pour effet de reporter le lecteur, ou le spectateur, à la période qui a précédé la conquête de la Nouvelle-France par les Britanniques et de faire coïncider la fiction représentée sur scène avec l'histoire du Québec transmise et construite à travers des récits. Dans le "récit" nationaliste, le « peuple québécois » n'a jamais connu d'autonomie véritable, de souveraineté pleine et entière sur un territoire tour à tour colonie de la France puis colonie de l'Angleterre et membre de la fédération canadienne elle-même tributaire de la Couronne britannique. Le sol natal des Québécois était et demeure le pays d'un autre, principalement régi par un autre25. Privée d'un territoire qui lui soit propre, la collectivité des Québécois n'a donc jamais eu l'existence juridique que l'on doit reconnaître à un « peuple ».

  • 26  Il s'agit d'un topos très prégnant : « je / suis de la nation qui a mémoire pour devise, et / lieu (...)
  • 27  G.-É. Giguère, Lionel Groulx / Biographie, Montréal : Bellarmin, 1978. Ce mot de ralliement forme (...)

24On aura noté dans la citation du traducteur la présence du mot mémoire, mot clé du discours dans un pays dont la devise est « Je me souviens »26. La mémoire de la langue dont il est ici question est aussi mémoire de la dépossession du territoire. La reconstruction de la langue « ancestrale », langue pure d'avant la chute, non corrompue par le colonisateur, langue nature et donc « populaire », insère le récit shakespearien dans le récit doxologique actuel des aspirations québécoises. Rendre compte de l'entreprise poétique de Shakespeare au moyen du souvenir reconstitué — souvenir-écran — de la langue première, c'est raviver la mémoire qui impulse le désir autonomiste tel qu'on le trouve exprimé par des phrases historiques devenues slogans : « Vive le Québec libre ! » ou « Notre état français, nous l'aurons ! »27.

25Le programme de la traduction québécoise de Macbeth s'inscrit dans cette topique émancipatoire. Michel Garneau, traducteur mais aussi poète et dramaturge, est un écrivain engagé, dans une société où littérature et politique convergent explicitement vers un même but : « la littérature est un combat » pour l'indépendance. Depuis cette position socio-historique, il est pertinent que Michel Garneau, sujet lisant et traduisant, s'arrête sur les composants morpho-sémantiques de birthdom et qu'il retienne, de préférence au sens courant, le sens archaïque auquel ces éléments aboutissent. La pertinence de ce choix est liée au degré d'intelligibilité que le traducteur établit à l'usage du récepteur dans le texte transposé. L'expression « droit d'exister » fait ressortir l'idée d'un projet collectif de "libération", ce qui est conforme au sens du vers, du dialogue, de la scène et de la tragédie dans son ensemble. Par son caractère légaliste et revendicateur, cette notion ménage un créneau référentiel qu'en ce moment précis de l'Histoire, le récepteur québécois ne peut pas ne pas investir d'un sens que lui soufflent les présupposés du discours nationaliste, à savoir le projet d'une chose qui n'est pas encore advenue, à laquelle on a droit et pour laquelle il faut se battre ; un pays qui appartiendrait en propre à ceux qui l'habitent, parlent la même langue et partagent une culture et un héritage communs. Le « droit d'exister » est une notion intelligible pour l'auditoire parce qu'elle soude les présupposés du discours fictif du texte étranger à ceux du discours réel de la société réceptrice. Pour établir cette intelligibilité, le traducteur indexe un élément du texte source sur l'une des principales isotopies du discours de la société réceptrice. Il établit une adéquation topique entre le texte original et le discours récepteur.

  • 28  Gaston Miron, L'Homme rapaillé, Montréal : Presses de l'Université de Montréal, 1970, p. 118.

26Cette adéquation serait rompue s'il utilisait les termes « patrie » ou « pays natal » qui n'ont aucune pertinence, et à la limite aucun sens, dans le contexte du discours autonomiste de la société québécoise. Le mot « natal » y est employé dans un sens précis, comme le montre cette phrase emblématique du poète Gaston Miron : « Nous avons besoin de plus que d'une langue maternelle pour nous épanouir, nous avons besoin d'une langue qui soit natale », c'est-à-dire d'une langue qui serait parlée dans un autre contexte politique et culturel28. Cette langue présuppose une re-naissance qui exige, en clair, la reconnaissance juridique de la nation québécoise.

  • 29  Paul Chamberland, L'Afficheur hurle, Montréal : Parti pris, 1969, p. 21. Sur le mouvement lui-même (...)

27Il existe une concordance isotopique entre « not'droét d'exister ram'né quasiment à rien » et des énoncés qu'on trouve à profusion dans tous les champs du discours, comme le montre encore l'extrait suivant d'un poème-manifeste du mouvement politico-littéraire Parti Pris : « je souffre d'une terre a naître »29. Avec son déterminant collectif (our) et son attribut (down-fall'n), le terme birthdom forme un micro-énoncé qui coïncide, d'une part avec le récit matriciel organisant la représentation de la condition québécoise et, d'autre part, avec les énoncés argumentatifs qui se greffent sur ce récit à propos de la légitimité de la revendication autonomiste. Prenons à témoin quelques séquences parues dans les tribunes libres d'un quotidien pour faire ressortir les termes qui servent à défendre le « droit d'exister » contre quelques-uns des actants qui menacent de « ramener » ce droit « quasiment à rien » : l'immigration, les droits des minorités et les revendications autochtones :

  • 30  Bernard Guay, « Langue ou nation », Le Devoir, 20-03-1989, p. 7. Le jugement de la Cour suprême (f (...)

Dans le débat sur la langue et la survie de la Nation québécoise, certains proposent comme solution le recours massif à l'immigration. Ces personnes confondent promotion de la langue avec protection de la Nation.
Une société, c'est un ensemble d'individus cohabitant dans la même structure politique. Une nation, par contre, c'est une communauté issue d'ancêtres communs, une "super-famille" ; "nation" vient du latin qui signifie "né de". Ce qui définit une nation, ce n'est pas une caractéristique extérieure comme la langue, mais un héritage commun.30.

28Voilà qui montre encore pourquoi l'adjectif natal traduisant birthdom ferait contresens par rapport à la doxa identitaire. Interprétant de nation, ce terme empêcherait l'articulation topique du micro-récit de la scène au discours de la société réceptrice. Revenons au contenu de ce discours : à la revendication territoriale, le discours nationaliste associe la protection de la langue en tant que principal élément distinctif de la société québécoise. Cet élément est menacé dans la mesure où le Québec est enclavé dans un territoire et des institutions anglophones. Il est par ailleurs menacé de l'intérieur par une immigration que la dénatalité a rendue nécessaire, mais qui subit l'attraction du monde anglophone, ainsi que par la montée des revendications autochtones. Sur cette situation est bâti un dispositif discursif dominé par le thème de la « disparition » autour duquel se déploie une argumentation qui doit prouver la préséance du droit de la majorité québécoise sur celui du droit des minorités immigrantes et autochtones. Dès lors, la notion de droit d'exister se superpose à celle du droit de ne pas disparaître :

  • 31  Bernard Guay, loc. cit., p. 30.
  • 32  Andrée Ferretti, « Faut-il éclater d'un rire sauvage ? », Le Devoir, 30-08-1991, p. 15. Dans le mê (...)

S'il y a une leçon à tirer du jugement de la Cour suprême sur l'affichage, c'est que les chartes de droits telles qu'on les conçoit sont incompatibles avec la survie des nations, puisqu'elles favorisent les tendances lourdes au nivellement. Il faudra donc voir à créer un contexte politique qui favorise l'expurgation de nos lois de toute disposition ayant pour effet de placer les droits au dessus de la survie nationale des Québécois31.
Qu'en est-il maintenant du droit à l'autodétermination des peuples aborigènes du Canada ? Qu'en est-il de leur prétendu statut de "nation" ?
Voilà un autre mythe à dégonfler.
N'accède pas peuple qui veut au statut de nation ayant droit à l'autodétermination. Il faut remplir certaines conditions, dont celles d'êtreun peuple qui parle la même langue, partage une même histoire, une mêmeculture et, surtout, possède son propre territoire32.

  • 33  Le projecteur étant braqué sur la doxa nationaliste, il serait opportun de confronter ce marquage (...)

29Ces textes condensent les schémas narratifs et argumentatifs du discours sur la condition québécoise tel que nous l'avons défini plus haut dans sa composante actantielle. Ils confirment qu'en restituant « our down-fall'n birthdom » par « not'droét d'exister qui s'trouve ram'né quasiment à rien », le traducteur québécois privilégie une expression qui rend le texte de Shakespeare doxologiquement conforme à ce discours, l'accent étant mis sur l'érosion du droit d'exister plutôt que sur l'annihilation de la patrie comme dans les traductions françaises. Rapportée au discours identitaire, la version québécoise coïncide avec les récits d'un processus qui prend son origine dans la victoire de la Couronne britannique sur Montcalm, se poursuit par le dessein politique assimilateur au XIXe siècle et se prolonge, dans la conjoncture actuelle, par l'intervention de nouveaux facteurs démographiques et politiques : l'immigration et l'émancipation des populations autochtones. Cette filiation débouche sur un autre élément de la doxa ; l'obstination du « petit » peuple québécois à ne pas disparaître. Le sujet qui, de son propre aveu, s'abandonne à sa mémoire « en suivant William à la trace », s'abandonne plus exactement au topos de « la nation qui a mémoire pour devise ». Dès lors, la tragédie de Shakespeare, comme un fil conducteur qui permet de remonter le cours de l'Histoire, n'est plus que le support de ce topos et l'instrument de la doxa nationaliste33.

  • 34  Shakespeare, op. cit., p. 863.
  • 35  Pour une étude plus détaillée, cf. A. Brisset, Sociocritique de la traduction, Montréal : Le Préam (...)

30A côté de l'actantialité, il entre dans la mise en forme de la topique des éléments microstructurels, comme certains marquages énonciatifs ou stylistiques, qui contribuent à établir l'acceptabilité des énoncés dans tel champ du discours. Il est manifeste que les connexions topiques sont associées à des connexions rhétoriques au moment de la lecture et de la transposition du texte source. Signalons à titre d'exemple la réverbération des métaphores entre le texte original de Macbeth et la poésie québécoise qui constitue l'horizon discursif où se projette la traduction de Michel Garneau. La similitude des images et des mots qui les portent montre comment s'établit la co-intelligibilité et l'interlisibilité de textes a priori hétérogènes. Prenons l'image de la « blessure ». Dans le texte de Shakespeare, cette image exprime la spoliation collective : « Bleed, bleed, poor country ! / [...] our country sinks beneath the yoke / It weeps, it bleeds, and each day a gash / Is added to her wounds »34. Il se trouve que chez les poètes québécois contemporains de M. Garneau, cette métaphore est une des plus prégnantes : « Mon Québec, ma terre amère [...] avec une large blessure au front » (Gaston Miron), « L'entendez-vous sous ses blessures / gémir, ce pays » (André Major), « J'étais [...] / prisonnier de ses blessures / plaie quotidienne d'un espoir » (Paul-Marie Lapointe), « Une plaie au cœur même des blessures [...] / Québec [...] / en ciel bas sur la terre de sang » (Denis Vanier), « nommer la terreur du sang / la foudre du sang / qui nous rende aux plages finies d'une terre qui flambe nôtre dans nos bras armés » (Paul Chamberland)35 La profusion de cette métaphore, dont seuls quelques exemples peuvent être présentés ici, montre que la topique et la rhétorique (macrotextuelle ou microtextuelle) constituent un dispositif doxologique qui définit l'acceptable discursif et, en tant que tel, informe l'interprétation du texte étranger ainsi que sa transposition. Ce dispositif doxologique impose au traducteur une grille de lecture et des matrices de traduction, à savoir que les éléments thématiques du texte source entrent sélectivement en résonance avec des éléments topiques qui sont propres au lieu de la réception et auxquels correspondent des formes pré-établies pour un état donné du genre.

31Sous ce dernier rapport, il faut souligner que dans le secteur du théâtre québécois des années soixante dix et quatre-vingts, le degré fortement marqué de l'écart entre la traduction et le texte original des œuvres étrangères fait partie des stratégies d'émergence et d'autonomisation de la dramaturgie nationale. En prenant le registre des énoncés sur la caractérisation des textes produits et lus dans l'espace dramaturgique du Québec durant ces deux décennies, on observe que l'opinion dominante définit la valeur esthétique de ces textes en fonction de leur démarquage par rapport au modèle étranger. La traduction déborde sur la création, et inversement. La dramaturgie nationale se construit par appropriation et subversion des œuvres étrangères, comme l'indique la fréquence des parodisations et des traductions anthologisantes ou glosatrices. Il s'agit toujours d'affirmer la « différence », donc de proclamer l'existence de la dramaturgie nationale et, par voie de conséquence, celle de la collectivité qui produit cette dramaturgie. Ainsi, les traductions différentielles comme celles qui ont servi d'exemple ne sont nullement aléatoires. Elles relèvent au contraire d'une organicité en ce sens qu'elles obéissent à la régulation hégémonique de l'ensemble des productions discursives d'un état précis de la société, même si l'analyste, situé dans un autre espace-temps discursif, les reçoit comme des traductions déviantes.

Pour conclure

  • 36  Georges Péninou, « Parcours d'images en forme de souvenirs ». Recherches sémiotiques / Semiotic In (...)
  • 37  Marc Angenot, op. cit., p. 96.

32En traduction, comme en marketing, le récepteur est « à l'origine du flux des messages dont il est par ailleurs le destinataire désigné »36. Vue dans cette perspective, la traduction commence par retourner la flèche jakobsonienne de la communication. En tant que procédure, elle ne vient pas directement du texte source, contrairement aux représentations qu'en donnent les définitions courantes. Médiatisée par le sujet traduisant, elle part de l'horizon discursif propre à l'espace récepteur pour aller vers le texte source et ensuite revenir dans le discours de la société réceptrice. Ainsi, pour adapter une définition que Marc Angenot applique de façon générale à la textualisation, la traduction est une « compréhension responsive » du texte source qui réactive l'acceptable discursif « dans une pertinence conjoncturelle propre », l'acceptable discursif étant compris comme un « complexe modélisant » de nature doxologique37. Sur ce point la traductologie est restée silencieuse, accréditant l'idée que le sens est plus ou moins immanent au texte. Par défaut encore, elle érige l'analyste en sujet absolu ou méta-sujet omniscient. Il ne reste, pour juger le travail du traducteur, que l'alternative de la « vérité » et de l'« erreur ». D'où l'intérêt et l'urgence d'interroger la contrainte que l'« ordre des mots » impose à l'exercice de la fonction translative.

Haut de page

Notes

1 Dans le domaine féministe, le récent ouvrage de Susanne de Lotbinière-Harwood, Rebelle et infidèle / La traduction comme pratique de ré-écriture au féminin, (Montréal/Toronto : Editions du Remue-ménage/Women's Press, 1991) en offre un exemple probant. Ce livre propose « une esthétique au féminin de la traduction » qui consiste, pour la traductrice, à prendre la parole dans le texte traduit afin de commenter ce texte et dialoguer avec l'auteur. De prime abord iconoclaste et saluée comme novatrice sous l'effet d'une oblitération de l'Histoire, cette pratique de la traduction est en réalité conforme à la position idéologique qui définit un secteur donné du discours social ; elle est conforme en l'occurrence à l'orthodoxie féministe qui repose sur les idéologèmes «discours masculin, discours unaire ; parole féminine, parole plurielle» et qui possède son appareil institutionnel : maisons d'édition, revues, critique, etc.

2 « L'Énéide de Klossowski abasourdit le lecteur par son style inintelligible, sa pesanteur effroyable [...]. Le lecteur reste perplexe : qu'est-ce que cette syntaxe ? Du latin en français ? Celui de "l'écolier limousin" ? », Efim Etkind, Un art en crise/Essai de poétique de la traduction poétique. Lausanne : L'Age d'Homme, 1982, p. 263. Il est instructif de mettre ces commentaires en parallèle avec ceux d'anciens traités de littérature, comme ce jugement sur Zola, l'homme et l'œuvre : « Commis de librairie, sans culture et sans goût, Zola est poussé par sa prodigieuse imagination et par sa soif d'arriver coûte que coûte. Il se croit appelé à écrire une nouvelle Comédie humaine (...). Zola ne sait pas écrire ; sa langue est lourde, grossière, souvent impropre. [...] Zola est mort et ses livres ne sont plus qu'un moment de notre histoire littéraire. On ne le lit plus en France et personne n'ose en dire du bien », J. Calvet, Petite histoire de la littérature française, Paris : J. de Gigord, 1934, p. 216. Sur la réception et les modes d'institutionnalisation des textes relevant de la littérature, on peut se reporter à Jacques Dubois, L'Institution de la littérature, (Bruxelles : Nathan/Labor, 1978), et Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, (Paris : Gallimard, 1978). Meschonnic insiste depuis longtemps sur l'historicité de l'acte de traduire, mais il n'en tire pas toujours les conséquences lorsqu'il passe à la critique des traductions : voir le texte cité en note 4. L'historicité du scriptible est encore à la base de la théorie fonctionnaliste élaborée par I. Even-Zohar et G. Toury pour rendre compte des pratiques traduisantes dans le domaine de la littérature. Mais ces travaux visent explicitement à définir les normes de la « littérarité ». L'ordre du scriptible est circonscrit à la production littéraire ; il n'est pas mis en relation avec l'ordre du dicible qui concerne toute la production discursive d'une société donnée.

3  Vue dans cette perspective, la notion de discours se complexifie par rapport à la définition qui en est habituellement donnée dans les écrits sur la traduction, en particulier dans les travaux de l'école interprétative. Lorsque les théoriciens de ce courant (D. Séleskovitch, M. Lederer, J. Delisle...) parlent de discours, il s'agit d'unir les énoncés à la situation d'énonciation pour définir le « vouloir dire » de l'auteur. « L'interprétation du sens en discours » s'en tient au plan référentiel, contextuel, de l'énoncé. Elle ne fait pas intervenir les régulations socio-historiques qui exercent leurs contraintes sur la production et l'organisation des énoncés. Ne réservant aucune place au sujet, elle ne problématise aucun des relais qui font passer de l'écriture à la lecture puis à la traduction d'un texte. Toutefois, pour le domaine de la traduction dite pragmatique, reconnaissons à l'école interprétative le mérite d'avoir ménagé au «discours» un espace que la « langue » occupait totalement.

4  E. Etkind, op. cit., p. 263. A partir d'une position diamétralement opposée, Henri Meschonnic signale les mêmes pratiques dans la traduction du récit de Kafka, Eine kleine Frau, par Alexandre Vialatte : « Elle fait passer ! a poétique orale du texte à un code écrit, traditionnellement reconnu comme celui qui supprime les répétitions parce qu'elles sont lourdes, ajoute des explications parce qu'elles sont claires, déplace les groupes parce que le sens du français le demande. » Or, précise Meschonnic, il s'agit d'un cas où « la langue-culture n'oblige pas, mais où une idéologie littéraire s'interpose pour obliger. », H. Meschonnic, « La femme cachée dans le texte de Kafka », in Texte Traduction Textualité, n° 4, 1985, pp. 83-84. Souligné dans le texte.

5  M. Angenot, 1889. Un état du discours social. Montréal : Le Préambule, coll. L'Univers des discours, 1989, p. 13.

6  Voir notamment le chapitre introductif de L'Analyse du discours comme méthode de traduction par Jean Delisle (Ottawa ; Presses de l'Université d'Ottawa : 1980), en particulier les raisons invoquées pour exclure les textes littéraires de la méthode et de la pédagogie de la traduction. Les traits pertinents de la « littérarité » sont explicités sous la rubrique « Nature des textes artistiques », pp. 29-31.

7  M. Angenot, op. cit., p. 93. Dans la perspective didactique, il reste à établir en quoi consistent les formes différentielles des discours : d'une part, entre les champs discursifs partageant la même langue et, d'autre part, à l'intérieur d'un même champ, mais entre deux langues différentes. Rares sont encore les travaux qui, sur ce plan, assureraient une pédagogie plus rigoureuse et efficace. Citons, par exemple, la caractérisation des « discours du savoir » par les sémioticiens ou encore l'analyse des marques de l'objectivation dans les textes techniques ou scientifiques par les didacticiens de la traduction.

8  M. Angenot, op. cit., p. 19.

9  Ibid., p. 20.

10  lbid., p. 21.

11  Cette date coïncide avec la création du Parti québécois, parti nationaliste qui prône l'indépendance, et avec la naissance d'une dramaturgie nationale dégagée des modèles français qui dominaient jusqu'alors l'institution théâtrale du Québec. A partir de cette date les traductions sont effectuées au Québec au lieu d'être importées de France ; elles sont faites par des acteurs, des metteurs en scènes et surtout par des dramaturges identifiés comme « Québecois ». Ceux-ci impriment à leurs créations et à leurs traductions des marques distinctives identifiables avec le Québec.

12  Michel Tremblay, (tr.), Camino Real, par Tennessee Williams, Montréal : École nationale de théâtre, s. d., s. p.

13  La notion de peuple y a remplacé celle de race caractéristique des décennies qui ont précédé la Révolution tranquille des années soixante. En abandonnant l'expression «race française» au profit de « peuple québécois », le discours nationaliste entre dans un nouveau registre d'acceptabilité, mais il n'en continue pas moins de cristalliser la préoccupation identitaire autour des mêmes objets et des mêmes propositions.

14  Ce titre annonçait en première page du mensuel L'Actualité (décembre 1991) les résultats d'un sondage ayant pour but de mettre en relief la spécificité de la société québécoise par opposition à la société anglo-canadienne.

15  Michèle Lalonde, « Allusion permanente », in Défense et illustration de la langue québécoise, Paris : Seghers-Laffont, coll. Change, 1979, p. 53.

16  Michel Garneau, Langage 5, Montréal : L'Aurore, 1974, s.p.

17  Michèle Lalonde, op. cit., p. 53. Souligné dans le texte. Le thème de la folie est fréquemment associé à celui du métissage ou de la dualité linguistique, comme dans le récent livret de l'opéra consacré au poète Nelligan né de père anglophone et de mère francophone. Michel Tremblay, Nelligan, Montréal : Leméac, 1990.

18  François Hébert, « Causer entre eunuques », Le Devoir, 3-01-1992, p. 13. On note la présence du mot « humiliés » interchangeable avec le qualificatif « québécois », substitution qui va de soi si l'on se reporte au mécanisme de la fonction doxologique et du récit matriciel investi des actants voulus : « le Québec, défavorisé par le fédéralisme, possède un chômage record ».

19  Jean Éthier-Blais, « Sept auteurs en proie au mal québécois », Le Devoir, 20-02-1988, p. D-8.

20  Michèle Lalonde, « Outrage au tribunal », op. cit., pp. 86-87. Nous soulignons.

21  Dans le discours social, cette thématisation prend pour forme d'expression des énoncés comme les suivants : [nous sommes] « une nation de porteurs d'eau », « nés pour un petit pain », « les nègres blancs d'Amérique », « des colonisés ».... Dans l'œuvre dramatique de M. Tremblay et des écrivains du moment, ce même topos s'exprime dans la substance « catastrophée » de la langue, trace tangible voire exhibée du préjudice causé par le « colonisateur » anglais.

22  Michèle Lalonde, « Speak White », op. cit., pp. 37-39, et « Outrage au tribunal », op. cit., pp. 85-93. Ce dernier texte, écrit sous forme dramatique, est un réquisitoire contre l'incarcération des intellectuels qui, sous l'effet de la loi fédérale des mesures de guerre, a suivi l'assassinat d'un ministre et l'enlèvement d'un diplomate britannique par le Front de libération du Québec en octobre 1970. Le thème de la solidarité développé dans ce drame recoupe celui de la fraternité qui introduit l'extrait cité de Camino Real. Ces deux textes de Michèle Lalonde sont passés dans le patrimoine culturel du Québec « résistant ».

23  W. J Craig (éd.), The Oxford Shakespeare Complete Works, Londres : Oxford University Press, 1962, p. 863 ; Michel Garneau (tr.), Macbeth, Montréal : VLB, 1978 , p. 116.

24  Extrait du programme composé pour la représentation de la version québécoise de Macbeth par le Théâtre de la Manufacture en 1978, (sans pagination). Nous soulignons.

25  Le discours nationaliste présente l'Acte Confédératif comme le résultat d'une coercition voire d'une trahison, de même qu'il présente les institutions fédérales contemporaines comme un lieu d'où émanent des décisions préjudiciables aux Québécois, quelle que soit la présence québécoise dans ces institutions. Il est intéressant de voir comment ce discours puise ses arguments dans la réorganisation actuelle de l'Europe, avec une propension à discréditer les actions fédératives des Communautés européennes en insistant sur les blocages et les échecs.

26  Il s'agit d'un topos très prégnant : « je / suis de la nation qui a mémoire pour devise, et / lieu désigné d'exil [...] qui n'a de patrie que / son franc parler sa difficulté même [...] je disais-je suis du pays qui / n'en est pas un... », Michèle Lalonde, « En bleu dans le texte, I », op. cit., p. 107. Nous soulignons.

27  G.-É. Giguère, Lionel Groulx / Biographie, Montréal : Bellarmin, 1978. Ce mot de ralliement forme le noyau de la doxa nationaliste. Il a pour auteur Lionel Groulx (1878-1967), historien national considéré comme le précurseur du renouveau indépendantiste qui s'est amorcé dans les années soixante. Cette période qualifiée de Révolution tranquille s'est achevée en 1968 par la création du Parti québécois, instrument politique de l'indépendance à réaliser.

28  Gaston Miron, L'Homme rapaillé, Montréal : Presses de l'Université de Montréal, 1970, p. 118.

29  Paul Chamberland, L'Afficheur hurle, Montréal : Parti pris, 1969, p. 21. Sur le mouvement lui-même, voir Robert Major, Parti Pris : idéologies et littérature, Montréal ; Hurtubise HMH, 1979.

30  Bernard Guay, « Langue ou nation », Le Devoir, 20-03-1989, p. 7. Le jugement de la Cour suprême (fédérale) auquel l'auteur de l'article fait allusion invalidait l'interdiction d'afficher en anglais sur le territoire québécois en invoquant la Charte des droits, préambule de la Constitution canadienne, dans le but de protéger la minorité anglophone du Québec.

31  Bernard Guay, loc. cit., p. 30.

32  Andrée Ferretti, « Faut-il éclater d'un rire sauvage ? », Le Devoir, 30-08-1991, p. 15. Dans le même ordre d'idées, voir l'article de Michelle Tisseyre Robinson intitulé et présenté de la manière suivante : « "Vive les autochtones libres !". Ovide Mercredi, nouveau grand chef des Premières Nations, apprend le français. Voilà sa première phrase officielle. Ça promet ! », L'Actualité, décembre 1991, p. 30. Cet article de fond était annoncé sur la couverture du grand mensuel québécois par une question, « Le pouvoir rouge, allié ou ennemi ? », qui s'inscrit toujours dans la topique du « droit d'exister ».

33  Le projecteur étant braqué sur la doxa nationaliste, il serait opportun de confronter ce marquage topique avec celui des traductions effectuées dans des sociétés comme l'Irlande ou l'Écosse où, toutes proportions gardées, la conjoncture se compare à celle du Québec, ainsi que dans certaines sociétés post-coloniales qui se sont donné une littérature nationale. Voir en particulier Seamus Heaney, The Government of the Tongue, Londres : Faber, 1988. Ce recueil de conférences et d'essais critiques ne contient pas à proprement parler d'analyse de traductions. Pourtant, lorsque la traduction est évoquée, comme dans le texte intitulé « The Poems of the Dispossessed Repossessed » (pp. 30-35), on observe des convergences topiques analogues à celles que nous décrivons.

34  Shakespeare, op. cit., p. 863.

35  Pour une étude plus détaillée, cf. A. Brisset, Sociocritique de la traduction, Montréal : Le Préambule, coll. L'Univers des discours, 1990, pp. 193-257.

36  Georges Péninou, « Parcours d'images en forme de souvenirs ». Recherches sémiotiques / Semiotic Inquiry, vol. VIII, n° 3, 1988, p. 261.

37  Marc Angenot, op. cit., p. 96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Brisset, « Les mots qui s'imposent : l'autorité du discours social dans la traduction », Palimpsestes, 7 | 1993, 111-132.

Référence électronique

Annie Brisset, « Les mots qui s'imposent : l'autorité du discours social dans la traduction », Palimpsestes [En ligne], 7 | 1993, mis en ligne le 04 janvier 2011, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/655 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.655

Haut de page

Auteur

Annie Brisset

Université d'Ottawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals