Navigation – Plan du site

Présentation

Michel Morel
p. 9-11

Texte intégral

  • 1  W. Iser, The Act of Reading : A Theory of Aesthetic Response, Baltimore, Londres : The Johns Hopki (...)

1La lecture du texte traduit est lecture de lecture. La traduction comme médiation nous renvoie donc par deux fois à la lecture et, en retour, se trouve doublement éclairée par elle. Les diverses contributions ici rassemblées abordent l'acte de lecture de deux façons : d'une part, la rencontre présente avec le texte (Wirkung ou response dans la terminologie allemande ou anglaise de Wolfgang Iser1) et, d'autre part, les multiples réalisations historiques de cette rencontre (Rezeption ou réception), toujours selon Iser. Six des douze études s'intéressent plutôt à la première dimension, quatre à la seconde, et deux retiennent les deux aspects.

2Les remarques introductives décrivent la composante axiologique de l'acte de lecture, série ininterrompue de jugements évaluatifs spontanés déclenchés par l'échange avec le texte et engageant tout le répertoire acquis jusque-là par le lecteur. De là l'importance du contrat générique entre texte et lecteur, contrat dont le respect dans le texte cible paraît être la condition première de la réussite de la traduction.

3A ces orientations générales répondent, dans la dernière partie du recueil, les observations théoriques de Lance Hewson sur la position décentrée du lecteur du texte traduit. Le lecteur aborde un texte écrit dans sa langue maternelle de façon monoculturelle. Dans le cas du texte traduit, ce lecteur est en position multiculturelle, ce qui pose la question du guidage de l'acte de lecture par le texte traduit, en même temps que celui de son ouverture sur l'altérité culturelle cible. La traduction ne peut pas et ne doit pas être conçue en termes d'équivalence stricte. Elle est par nécessité rencontre et décentrage, et donc ouverture du texte source sur une réalité culturelle cible irréductible. Une ouverture qui implique cette liberté dont parle Nabokov dans l'extrait cité par Christine Raguet-Bouvart : "Quand je me traduis, je me permets beaucoup plus de liberté que quand c'est quelqu'un d'autre. Je peux me permettre cette liberté parce qu'au fond je suis non seulement traducteur mais auteur du livre" (voir p. 132).

4C'est au jeu d'une telle recréation que s'intéressent Gillian Lane-Mercier (la restitution du parler populaire chez Faulkner par le biais du parler québécois), Sara Greaves (la reconstitution de l'effet lipogramme chez Georges Perec dans une traduction inédite de John Lee), et Guy Leclercq (l'utilisation de comptines françaises dans la traduction de Alice in Wonderland). L'idée commune à ces trois entreprises portant sur des domaines très différents est que l'effet de lecture fondamental — effet essentiellement générique : les stratégies de ré-énonciation du discours direct dans le premier cas, les jeux rhétoriques d'écriture et donc de lecture dans le second, le matériau hypotextuel dans le troisième — doit être conservé,-ce qu'une stratégie de traduction trop immédiatement fidèle au texte source rend virtuellement impossible. La lecture du texte traduit y est donc conçue en termes d'équivalence transculturelle entre les effets de lecture propres au texte source et au texte cible.

5Précédant ces trois enquêtes parallèles, on trouvera les réflexions sur l'avant-lire de Colette Touitou-Benitah, de Ian Higgins et de Jany Berretti. Parmi les acquis culturels qui entrent dans le répertoire auquel le lecteur va spontanément se référer dans son approche du texte traduit, figurent les postures apprises et donc intériorisées de lecture (pratiques de lecture judaïques et pratiques non judaïques, et leurs implications pour la traduction et la lecture de la Bible), le donné de langue (l'écriture de Voltaire dont l'implicitation systématique disparaît dans les traductions anglaises), et l'appropriation du texte source par le milieu cible (le cas des distorsions causées en France par l'interprétation baudelairienne de Poe). L'avant-lire influe sur la lecture du traducteur, et par conséquent sur le texte cible, dont il oriente de surcroît le décryptage par le lecteur second. Il aboutit donc à une double déformation du texte source devenu irréductiblement autre, dans la mesure où le contrat énonciatif originel n'a pas été reconnu et transmis tel qu'en lui-même.

6Deux contributions décrivent le cas particulièrement révélateur des auteurs traducteurs de leurs propres œuvres : Christine Raguet-Bouvart avec Nabokov, et Joseph Long avec Beckett. Où l'on voit comment l'auteur peut alors s'octroyer la liberté qui manque nécessairement au traducteur. Ne se reconnaissant plus dans la traduction anglaise de son texte russe, Nabokov le retraduit pour en venir finalement à le récrire en anglais. Il le rend ainsi autre, et de ce fait même l'achève. Ce qui pose le problème de l'origination du sens et du texte, à l'égal de ce qui se passe chez Beckett où la comparaison entre texte anglais et version française montre deux pratiques diversifiées de langue, l'emploi polysémique de la langue maternelle palimpseste s'opposant à une écriture plus directive et peut-être appauvrie en français, langue apparemment moins chargée pour Beckett de savoir intertextuel.

7Les trois dernières contributions s'intéressent concrètement à la lecture de certains textes traduits. Lance Hewson observe le texte bilingue et son lecteur en manque, ainsi que le texte source gommé et son lecteur fatigué dans la pratique journalistique ordinaire. Dans le domaine intercivilisationnel de la lecture, Alain Lautel présente de nouvelles statistiques relatives aux romans anglais du XVIIIe siècle lus en France dans leur version traduite, de cette époque à nos jours. Raymonde Robert décrit les pratiques en littérature générale où la lecture du texte cible sans accès au texte source, par non connaissance de la langue source, impose une macrolecture, "lecture de loin", qui a l'avantage paradoxal d'orienter le chercheur et l'étudiant vers des stratégies différentes, par exemple vers l'observation des permanences et des mutations interculturelles des motifs et formes d'écriture.

  • 2  G. Genette, Nouveau discours du récit, Paris : Seuil, 1983, p. 103.

8Le point commun à toutes ces enquêtes est de montrer avec une extrême acuité des faits de lecture rendus explicites par la médiation déformante du texte cible. Une question est souvent posée, directement ou indirectement : celle du lecteur virtuel, cette image intériorisée que le traducteur se fait du destinataire de sa traduction. On découvre à quel point cette notion est opératoire, n'en déplaise à Gérard Genette qui, dans Nouveau discours du récit2, semble douter du bien-fondé et de l'utilité d'une telle catégorie d'analyse. A travers elle, et la projection d'horizon d'attente qu'elle concrétise, on voit mieux que l'acte de traduction et la lecture du texte traduit sont toujours des pratiques engagées dans une réalité socioculturelle spécifique, ce qui est rappeler, si besoin était, à quel point les démarches de traduction impliquent l'ensemble des faits de société, de culture et de langue à un moment historique donné. Telle est bien la leçon principale de la lecture du texte traduit, lecture qui met en évidence des aspects textuels soudain dénudés par leur décentrement et leur inscription dans un contexte polyculturel au carrefour des genres et des langues. Et c'est le grand bénéfice d'une semblable réflexion théorique pour le traducteur, puisque ce regard éclairé autorise en retour une compréhension plus fine des multiples implications de ses pratiques ordinaires de traduction.

Haut de page

Notes

1  W. Iser, The Act of Reading : A Theory of Aesthetic Response, Baltimore, Londres : The Johns Hopkins University Press, 1978, p. X.

2  G. Genette, Nouveau discours du récit, Paris : Seuil, 1983, p. 103.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Morel, « Présentation », Palimpsestes, 9 | 1995, 9-11.

Référence électronique

Michel Morel, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/668

Haut de page

Auteur

Michel Morel

Université Nancy II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals