Navigation – Plan du site

Lecture, traduction, axiologie

Michel Morel
p. 13-24

Résumés

Lire un texte traduit, c'est lire une lecture première devenue texte second. La théorie de la lecture nous éclaire donc indirectement mais de façon centrale sur la traduction, en particulier en ce qui concerne le contrat énonciatif passé par le texte — texte source, puis texte cible — avec le lecteur. Ce contrat énonciatif, de nature essentiellement générique, est d'une importance cruciale, comme le montre l'étude de deux exemples contraires de déformation et de réussite de traduction. La fidélité ou l'infidélité du texte cible au texte source y apparaît dans sa composante axiologique, c'est-à-dire dans l'ensemble des jugements et contre-jugements déclenchés chez le lecteur, cette composante qui est la dimension séminale de la lecture et donc de la traduction.

Haut de page

Texte intégral

1"Lecture du texte traduit" ? La posture d'analyse est difficile à établir et, une fois établie, à tenir. Commentant sa traduction des poèmes de G. M. Hopkins, en particulier de "To seem the stranger", Pierre Leyris parle de la double "éloigne" du lecteur du texte traduit. Cette éloigne composite, ce retrait second, qui fait de la lecture du texte traduit la lecture d'une lecture, nous offre la possibilité d'un affinement théorique double : l'acte de lecture éclaire l'acte de traduction qui, en retour, nous dit quelque chose d'essentiel sur le premier. Parler d'acte de lecture, et d'acte de traduction, c'est se placer avec Wolfgang Iser (The Act of Reading, Baltimore, Londres, 1978) dans la dimension pragmatique présente (théorique et hypothétique) de la lecture ; ce qu'il appelle Wirkung (comment cela marche, ou marcherait si...), par opposition à la dimension historique vécue qu'il nomme Rezeption (comment cela a marché à telle ou telle époque). De cette seconde dimension, je ne parlerai pas ici, car elle nous intéresse moins, étant de nature plus panoramique et historique. La première, au contraire, nous renvoie à des démarches et fonctionnements qui sont nôtres. Elle oriente notre regard critique vers les faits de décryptage du texte eux-mêmes, décryptage double : lecture d'un texte cible né d'une lecture-relecture du texte source, auxquelles peut s'ajouter, dans le cas d'un lecteur bilingue, la lecture comparative du texte source et du texte cible. Cet entrecroisement de lectures premières et de lectures secondes parfois concurrentes nous est l'occasion de préciser ce que la lecture du texte traduit peut apporter au traducteur, lecteur premier et auteur second, Janus bifrons mettant son propre déchiffrage au service d'une néo-écriture, et cherchant à travers elle à établir une équivalence idéale entre réception première et réception seconde. La théorie de la lecture autorise une meilleure compréhension des mécanismes communs à l'opération redoublée mais quasiment inversée de communication qui conduit de la réception active du traducteur à la réception passive du lecteur empirique, le tout étant reconstruit à partir de cette réception seconde.

  • 1  W. Golding, La Nef. Traduit de l'anglais par Marie-Lise Marlière. Paris : Gallimard, 1966.
  • 2  G.M. Hopkins, Reliquiæ, Vers, proses, dessins réunis et traduits par Pierre Leyris. Paris : Seuil, (...)

2On le voit, le dispositif d'ensemble est extrêmement complexe et son décryptage contradictoire puisque nous sommes contraints d'analyser des processus d'émission sur la base de leur réception. Nous ne pouvons, en effet, juger de la réussite relative d'une traduction qu'en nous fondant sur la réception finale du lecteur empirique. Un moyen existe, pourtant, qui peut permettre de démêler cette ambivalence bi-directionnelle et de la saisir dans les lieux textuels de son établissement, de sa prolongation et de sa relance. Chaque texte propose au lecteur potentiel une sorte de contrat de lecture, contrat énonciatif entre énonciateur et énonciataire, qui voit, dans le cas du texte traduit, l'énonciataire premier se transformer en énonciateur second idéalement fondu dans l'énonciateur premier. Dans le cas de la traduction réussie, le texte cible reproduit le contrat proposé par le texte source dans sa plus extrême et fragile idiosyncrasie. Afin de préciser la nature de ce contrat en deux moments et les lieux textuels de son établissement, j'ai choisi deux exemples clairement antinomiques, le premier illustrant le parasitage quasiment rédhibitoire entraîné par un acte de traduction infidèle quant à l'essentiel (générique) du texte, le second témoignant au contraire d'une modulation inspirée et lumineuse entre texte source et texte cible. Il s'agit, respectivement, de la traduction du roman The Spire de William Golding par Marie-Lise Marlière, publiée sous le titre de La Nef1 chez Gallimard en 1966, et de celle de poèmes et textes de prose de G. M. Hopkins par Pierre Leyris dans Reliquiæ2, paru en 1958.

3Au centre de l'acte de lecture, je place donc l'idée de contrat, idée que je reprends, en l'étendant, de l'approche de Charles Grivel dans son analyse du roman populaire français du XIXe siècle (Production de l'intérêt romanesque, La Haye, Paris, 1973). Tout texte, et non pas seulement le roman (premier élargissement théorique), est défini par le contrat qu'il établit en son moment inaugural et relance tout au long de son déroulement (second élargissement théorique) : le contrat implicite passé entre lui et le lecteur potentiel. Ce contrat liminaire est prolongé, relancé, confirmé ou modulé de façon fragmentaire dans le corps du texte, que ce texte soit article de journal, essai, roman ou poème : l'élément textuel local est cadré et orienté par le contrat initial qu'il sert en retour à réactiver et à préciser. L'essentiel, en ce domaine, est donc pour le lecteur — je parle de la lecture en général — de prendre conscience de l'exacte constitution d'un tel programme, d'un tel "modèle" (ou "lecteur modèle", selon Umberto Eco dans Lector in fabula, Paris, 1985 [1979], pp. 65-86), inscrit dans le texte. Ce programme nous réfère à un triple donné. Il nous renvoie premièrement à la langue, deuxièmement au genre, et troisièmement à la mise en œuvre plus ou moins originale de cette langue et de ce genre par l'auteur, ce qu'on appelle son style. Une expectative concernant ces trois dimensions, langue, genre et style, est suscitée par le texte de façon globale, sorte d'horizon d'attente qui lui est spécifique et qui est établi dès les premières lignes. Cette expectative est renouvelée de façon fragmentaire et locale aux différents niveaux de fonctionnement textuels. Les effets partiels vectorisent notre attention, la situent et la rapportent à l'attente originelle, comme le montre l'exemple négatif de l'article de fait divers où chaque nouveau détail scandaleux exacerbe en nous un prurit de curiosité qui nous tire irrésistiblement en avant.

4Le contrat de lecture est produit par l'"actualisation" du genre par le texte. Cette actualisation —je reprends ici la terminologie de Umberto Eco, en la précisant et en la spécifiant — correspond à une sorte d'appropriation et d'individualisation d'un mode d'écriture collectif par l'auteur, appropriation et individualisation situées quelque part entre calque et invention pure. Le lecteur, quant à lui, "concrétise" ce contrat générique actualisé par le texte ; ce que le lecteur lit, du moins dans les premiers moments de la rencontre avec l'écrit en question, ce n'est pas le texte actualisé, mais sa concrétisation personnelle de ce texte actualisé. Cela, en particulier, du fait des synthèses passives. Sur ce point, je renvoie à l'analyse de Wolfgang Iser dans The Act of Reading, pp. 135-136. Les synthèses passives, déclenchements interprétatifs spontanés provoqués par tel mot ou tel effet textuel, expliquent, par exemple, l'expansion et la dérive sémantiques qui s'emparent du mot dans l'exercice d'association libre, lorsqu'on propose à l'attention des sujets un vocable donné hors contexte. La concrétisation correspond donc à l'investissement du mot, et du texte, par le répertoire affectif et intellectuel du lecteur. La dimension "lecteur" de l'acte de lecture est, de ce fait, beaucoup plus importante qu'on ne le dit ordinairement. De là la difficulté ordinaire de l'acte critique, puisqu'il s'agit, idéalement, de remonter par le biais de l'analyse de cette concrétisation vécue, affective et individuelle, à l'actualisation textuelle qui l'a déclenchée. Bien évidemment, la lecture du texte traduit redouble la difficulté et les risques de dérapage puisque le lecteur cible concrétise des signes actualisés par le traducteur sur la base de sa propre concrétisation du donné premier actualisé dans le texte source. Inversement, on pourra affirmer, et ce sera ma thèse principale, avec Claude et Jean Demanuelli (Lire et Traduire, Paris, 1990, p. 63) que la "congruence" de la traduction se mesurera à la capacité de produire les mêmes effets chez le lecteur cible que chez le lecteur source, si on entend bien par "effet" la concrétisation individuelle par le lecteur du donné textuel actualisé.

5Si le contrat passé avec le lecteur porte bien sur les trois domaines de la langue, du genre et du style, le genre me semble être la dimension la plus directement pertinente quant à cette congruence de traduction. Lorsque nous lisons un roman, nous reconnaissons une pratique d'écriture que nous replaçons dans un ensemble de conventions génériques, conventions que nous avons appris à reconnaître et interpréter à travers la longue série de nos lectures précédentes de textes semblables. Et cela vaut pour les autres formes d'écriture, qu'il s'agisse d'un poème ou d'un article de journal. Nous nous sommes familiarisés avec des stratégies de langue qui nous renvoient à un système rhétorique particulier que nous appelons "genre". La dimension normative est donc constitutive de l'acte de lecture. Nous observons des signes idiosyncratiques que nous rapportons à des règles générales de fonctionnement : nous mesurons constamment, sans même y prendre garde, le degré de correspondance et de divergence entre la spécificité de ce texte que nous lisons, et le modèle abstrait qui régit son fonctionnement. Lire, c'est saisir simultanément la conformité et le décalage d'une écriture par rapport aux schèmes génériques fondateurs, c'est mesurer en soi-même — la "concrétisation" — les effets de cette conformité dissidente. La série de jugements implicitement passés par l'énonciateur quant à sa propre posture d'énonciation, quant au message, et quant au destinataire de son message, et qui provoque en nous une série de contre-jugements correspondants, est médiée par la dimension générique. Cette évaluation de ce que nous appelons de façon syncrétique le "ton" du texte, est le produit sur nous de la machine générique telle que le texte la met en œuvre. Le jugement triple de l'énonciateur est concrétisé par le lecteur sous la forme d'une sorte de jugement réflexe — les synthèses passives — qui est le lieu même où le texte, dans sa dimension vive, s'inscrit en lui. A strictement parler, le lecteur ne dispose, pour comprendre le texte, que de cette expérience de nature axiologique qui l'engage tout entier face au dispositif générique de l'écriture. Combien de livres nous sont tombés des mains parce que nous éprouvions soudain une sorte de désaccord intime entre ce que nous découvrions d'eux et ce que nous en avions attendu. Refus global, immédiat, précédant toute ratiocination, que nous motivons ensuite par une construction intellectuelle révélant notre bonne mauvaise foi. L'essentiel, en ce domaine, est que les mots, les structures, les effets de genre aient pu déclencher en nous un jugement axiologique spontané immédiat et impératif qui est le ressort même de notre lecture. Cette constante activité en nous de ce que les théoriciens américains des médias appellent gate-keeping est le lieu même de notre échange dynamique avec le texte. Nous ne cessons de traduire (de concrétiser), en termes d'euphorie et de dysphorie axiologiques, les alternatives mélioratives et péjoratives génériquement actualisées dans le texte. Choisir d'appeler La Nef, The Spire de Golding, n'est pas indifférent du point de vue du roman en tant que roman, nous le verrons. Nous comprenons que le mot "flèche" n'a pas en français le statut sémantique clair du mot spire et que la traductrice a voulu lever cette ambiguïté, mais le mot en lui-même, le domaine sémantique qu'il nous semble immédiatement nous proposer, est prioritairement appréhendé par nous en termes de programme narratif. Quel que soit le mot choisi, la symbolisation implicite que nous y devinons provoque des "promenades inférentielles" (Eco, op. cit., p. 154) indécises qui nous sont promesses de plaisir-déplaisir de lecture, d'euphorie-dysphorie avivant et exacerbant notre faculté d'évaluer et de juger, telle que notre répertoire acquis nous la donne à vivre spontanément. De "nef" à "flèche", on reconnaîtra aisément que les "promenades inférentielles" pourront varier du tout au tout : un parasitage majeur a été introduit, qui modifie de façon peut-être irréversible le contrat que le titre originel de Golding proposait au lecteur. Ce qui compte, ici, c'est que l'inadéquation du mot "nef dénude la présence en lui de données informatives de langue et de genre, déclencheur des mécanismes appréciatifs par lesquels passe nécessairement ce que nous appelons notre "compréhension".

6Actualisation et concrétisation de la dimension générique, effets spontanés de norme et donc investissements axiologiques : telles sont les bases de la théorie de la lecture que je retiendrai. Cette approche nous oriente vers l'observation de processus dont les signifiés explicites et implicites ne sont que les symptômes. L'idée de contrat de lecture, quelle que soit l'appartenance générique de l'écriture en question, nous rappelle que la pertinence du texte est indirecte, qu'elle est fondée sur des procédures et fonctionnements de langue et de pensée, et que nous n'avons rien dit de fondamental tant que nous n'avons pas cherché à caractériser ces procédures et fonctionnements en termes de modalités axiologiques, puisque tout se résout finalement en de telles modalités. C'est précisément l'intérêt de la traduction et de la lecture du texte traduit que de faire apparaître en toute clarté celte dimension latente essentielle de l'acte de lecture. En retour, l'idée de contrat de lecture fournit un cadre idéal, me semble-t-il, au guidage et à l'accompagnement de l'activité de traduction elle-même.

7Les deux exemples que j'ai retenus me ramènent curieusement près de trente années en arrière, à deux rencontres de lecture véritablement antinomiques : l'une ayant abouti à un refus que j'aurai mis toutes ces années à comprendre, l'autre à une illumination qui renforçait le refus précédent, illumination que je n'avais pourtant pas mieux comprise en elle-même que ma dénégation. Le souvenir que je garde de la première est celui d'un manque affreux corroboré, dans l'autre texte, par la félicité parfois éblouissante d'un rendu quasiment mimétique. Comprendre la nature de cette impression de manque me paraît essentiel puisque la première traduction me semble maintenant, après toutes ces années, fournir l'exemple même de la nécessité absolue pour le traducteur de respecter le contrat générique propre au texte considéré. Inversement, le second exemple pourra servir de contre-preuve renforçant les conclusions que j'aurai pu tirer de la première analyse.

8Ce qui frappe, dans La Nef, c'est une impression d'appauvrissement généralisé du texte. Un exemple entre autres : "ungainly and splintered octagons" (p. 220) devient "les lourds octogones éclatés" (p. 271) ; "lourd" pour "ungainly" : nous avons perdu le registre de langue (et donc l'écriture de Golding), la dimension péjorative évoquant le piteux effondrement de la charpente, la déconfiture apparente d'une vision que sa réalisation matérielle a rendue aussi "gauche et veule" que l'albatros de Baudelaire lorsqu'il ne glisse plus "sur les gouffres amers". "Un-gainly", c'est l'évidence de l'échec qui terrasse Jocelin au moment de mourir et dont le texte de Golding accumule les preuves dans ce dernier chapitre. Même remarque pour "a tangle of hair" (p. 221), devenu "masse de cheveux" (p. 271). Quand on sait l'importance dans le roman de ce leitmotiv de la chevelure de Goody Pangall, tour à tour plante luxuriante et constellation aveuglante (p. 215), on regrette le choix du mot "masse" qui réduit et aplatit l'image en suggérant un regard extérieur globalisant. "Tangle" individualise les cheveux dans leur inextricable emmêlement et exprime la confusion, paradoxalement mêlée d'illumination, qui empreint les dernières pages du récit. On devine aussi un oubli, peut-être même une censure, puisque la composante sexuelle du passage et de l'expérience reconstruite par Golding semble avoir été délibérément gommée. La chose est flagrante en ce qui concerne la flèche dont la signification phallique est clairement signalée dès la description liminaire de la maquette de la cathédrale, maquette qui sert à mimer un acte de sodomie, avant l'assassinat de Pangall dans le moment apocalyptique où les piliers ploient et se mettent à chanter sous la pression de la tour. Et l'architecte Roger Mason de lancer, lors de sa dernière rencontre avec Jocelin : "Fall when you like, me old cock" (p. 208). Traduire "the great club of his spire lifted towards it" par "la haute silhouette de son clocher dressée vers eux", c'est littéralement émasculer le texte ; premier exemple, à ma connaissance, d'une castration de cathédrale par fait de traduction.

9Mais il y a plus, et plus grave. La scène finale du texte source est façonnée par le "point de vue" (au sens narratif du terme) du mourant, un flou lumineux contaminant progressivement l'ensemble du chronotope. Le lecteur est contraint de concrétiser en lui-même ce regard-limite le conduisant, comme dans les dernières pages de La Divine Comédie, vers une montée, un seuil et une illumination ultimes suivis de la retombée, habituelle chez Golding, dans le regard extérieur d'un observateur contemplant ce qui n'est plus désormais qu'un cadavre. Jocelin ne voit pas la "silhouette" de sa flèche, traduction qui suggère un point de vue latéral. Il voit les cheveux au-dessus de lui, et sa flèche-pénis dressée vers eux. Il y a donc une modification majeure du texte dans sa dimension la plus fondamentalement générique. Le chronotope, tel que le roman nous le donne à concrétiser, est organisé par le point de vue narratif, et ce point de vue est, de façon systématique dans l'ensemble du roman, et de plus en plus contraignante dans ses dernières pages, celui d'un héros qui sombre dans le délire et la folie. Comme dans The Inheritors avec la vision trouble et douteuse des préhominiens, notre regard est impérativement celui du protagoniste central. Suggérer une focalisation extérieure comme le fait "silhouette" mutile le texte dans sa dimension première, dans l'articulation clef du contrat passé avec le lecteur. C'est détruire le récit en son centre même ; "as it were in the eye", disait Milton pour dénoncer l'assassinat du livre par la censure (Areopagitica, Paris, Aubier, 1956, p. 126). Cette focalisation erronée transparaît nettement dans la phrase "And dying is more natural than living, because what could be more unnatural...", dont la traduction française attribue au narrateur (au présent) ce qui, dans la logique du récit de Golding, est la trace d'un courant de conscience appartenant à Jocelin (au passé), bien que le marquage deictique de l'énonciation soit suffisamment imprécis pour laisser planer quelque incertitude temporaire sur l'attribution définitive de la phrase. L'alternance entre ce flux discursif et les lambeaux de paroles perçus par Jocelin dans l'affaiblissement progressif de ses sens ne laisse pourtant guère de doute au lecteur. En ce cas précis, la traduction impose une mutation générique au texte source, comme si était déjà présent le point de vue clarificateur qui prévaut dans le dernier paragraphe, ce renversement brutal sur lequel repose l'effet du texte tout entier. Les sensations intérieures lacunaires de Jocelin ("there was a gap") deviennent observation extérieure d'une défaillance purement corporelle ("il s'évanouit"). Le récit est "cartésianisé" et son contrat de lecture modifié dans son être même. Le ressort central de la narration est cassé : un regard quelque peu voyeuriste a remplacé la concrétisation par le lecteur d'une expérience limite où ce qui brouillait la pensée raisonnable était comme la prescience d'une autre vérité. Cette perte essentielle explique tous les autres dérapages de la traduction, tels que la redistribution et la fragmentation de phrases destinées à mimer, de l'intérieur, les intuitions successives qui submergent progressivement l'esprit de Jocelin : les "and" initiaux sont supprimés, et avec eux l'inscription linguistique de ces découvertes s'ajoutant les unes aux autres. Ainsi déjà, p. 204, la phrase "There was a cloud of angels flashing in the sunlight, they were pink and gold and white" (mes italiques), était devenue froid constat : "Une nuée d'anges flamboyaient dans le soleil ; ils étaient rose, blanc et or" (p. 251).

10La leçon est claire, la perte immense, perte qui porte sur le contrat générique dans sa latence textuelle qui fait que chaque moment de l'écriture est un facteur restreint mais emblématique du pacte originel avec le lecteur. C'est sur ce point précis que doit s'appliquer tout particulièrement, au plus proche du texte, l'effort du traducteur. Comme l'écrivent Hélène Chuquet et Michel Paillard dans Approche linguistique des problèmes de traduction (Gap, Paris, 1987), le contrat énonciatif est local et contextuel. On connaît des cathédrales qui ont survécu à la perte de leur flèche, mais point de texte qui puisse se conserver intact quand on modifie aussi brutalement des fondements génériques, et donc axiologiques, aussi essentiels. C'est bien ce que montre, du côté positif cette fois, l'approche de celui que Jean Mambrino appelle "il miglior fabro", dans Les Poètes traduisent les poètes (Autour de la littérature II, Paris, s.d.), c'est-à-dire Pierre Leyris.

11De la réussite de l'opération de traduction dans Reliquiæ, on ne peut guère douter. Je voudrais simplement mettre en évidence la source et la nature, selon moi, de cette réussite, à savoir la fidélité générique, le genre de référence étant ici l'écriture poétique. Ce que Pierre Leyris rend le mieux, c'est justement ce qui fait de Hopkins une sorte de prédécesseur de Mallarmé : sa transgression, son dépassement, sa "rémunération" de la langue. On a l'impression que l'entreprise de Hopkins illustre à l'avance la démarche de Picasso, lorsque Malraux le fait s'exclamer : "il faut démolir les armatures ... et que ça se tienne..." (La Tête d'obsidienne, Paris, 1974, pp. 128 et 109). Et chez Leyris, "ça se tient" sur le même terrain générique que chez Hopkins, selon des modalités d'écriture quasiment équivalentes : même effet de créativité normative, c'est-à-dire même rapport de distorsion à la norme langagière ; dans cette écriture extrême on peut voir la langue en travail, et avec elle la pensée, telles qu'en elles-mêmes. Ce que cherche Hopkins, ce que Leyris réussit souvent à transcrire, c'est la saisie et l'extraction par l'écriture du schème intrinsèque ("scape") de la réalité sous observation. Et ce schème, pour être compris par le lecteur, impose un nouveau regard qui ne peut venir que d'un décalage trangressif des normes poétiques d'écriture (ici, le sonnet malmené, le vers prolongé et cassé par l'enjambement inattendu, la ponctuation dénaturalisée, la présence allitérative obsédante) : réussite absolue que cette "citée tourée ... de rus cernée" ("towery city ... river-rounded"), ou encore que ce "Choir pour se déchirer, pour s'entailler d'or-vermillion" ("Fall, gall themselves, and gash gold-vermillion"). C'est la même conglomération des mots, bousculade syntaxique illuminante : "démêleur le plus fin-grain" ("the rarest-veinèd unraveler"), le même effet de déplacement et de dénudation de la langue, mimé par Leyris malgré et avec le français. Parfois, les exigences contradictoires (la rime, le vers) en anglais et en français causent une réussite moindre comme le "Ici de fondre" qui semble atténuer quelque peu l'irruption rythmique du mot "Buckle", centre emblématique du poème. Mais quel bonheur dans le choix de "fondre" pour "buckle", où se devine une sémiosis aussi illimitée en français qu'en anglais, en dépit du glissement d'un programme sémantique à l'autre. Le texte traduit donne finalement une idée très fidèle du texte source, fidèle à son équilibration générale, fidèle à son projet originel, fidèle au pacte énonciatif source. Les exemples abondent de cette approche littéralement mimétique comme dans l'extraordinaire "Echéiez au ver légataire", pour "Fall to the residuary worm" dans "That Nature is a Heraclitean fire and of the Comfort of the Resurrection". On pressent et on retrouve la même posture et la même pratique de langue chez le poète et chez son traducteur. Une telle fidélité, et l'infidélité de La Nef, ne sont pas affaire de mots individuels, mais de pleine compréhension et de mise en œuvre du contrat d'écriture. On le voit bien dans les deux traductions successives (Grandeur de Dieu et autres poèmes, Paris, 1980 / Etudes, 1981) de Jean Mambrino. Leur réussite est moindre, encore que la seconde fasse preuve d'une émulation mimétique proche de celle du modèle leyrisien. Ce qui compte, c'est que Pierre Leyris et Jean Mambrino, dans sa deuxième version, aient cherché et réussi à rendre le rapport énonciatif premier par leur ouverture empathique aux fulgurantes inventions du texte source. La dimension vive du pacte générique a été conservée, et c'est bien là l'essentiel.

12L'essentiel, pour le lecteur du texte traduit, c'est que le complexe ensemble de jugements propres à l'acte énonciatif source et déclenchés par lui soit transféré vers le texte cible avec un minimum de déformation. Cet ensemble est exprimé de façon unitaire dans le rapport ou contrat générique qui est la composante cruciale du texte, celle qui décide de la nature fondamentale du sens. L'essentiel est donc que le lecteur puisse retrouver cette dimension constitutive dans son absente présence originelle : dimension absente, puisque l'efficace du genre est voilée par le texte, la réussite de l'écriture étant de paraître l'intégrer aux nécessités de la langue elle-même pour la naturaliser à nos yeux ; dimension omniprésente, puisque sans elle, sans son cadrage latent, nous ne pourrions pas situer et reconnaître l'acte d'écriture dans sa spécificité irréductible. En ce sens, l'axiologie déployée dans l'acte de lecture est le lieu même où peut se transmettre et se reconnaître l'équilibre générique propre au texte source : l'axiologie, c'est-à-dire l'effet syncrétique, chez le lecteur, de la totalité des jugements et contre-jugements évaluatifs déclenchés par le texte. Où l'on voit que l'élément primordial chez le traducteur, en tant que lecteur du texte source, est son appropriation axiologique personnelle de ce texte, sa concrétisation individuelle, phase subconsciente de l'acte de lecture qui décide du sens que nous produisons, et de sa plus ou moins grande fidélité aux stimuli textuels. Que cette appropriation et le transfert d'écriture qui en dépend soient littéralement de nature mimétique, au sens théâtral du mot, c'est ce que montrent les meilleures traductions. Et comment mesurer cette fidélité mimétique, si ce n'est à travers son effet axiologique chez le lecteur, résolution appréciative finale unique dans laquelle il synthétise sa lecture, au moment où il interrompt définitivement son échange avec le texte ?

13"By their fruits ye shall know them", Matthew, VII, 20, Authorized Version ; "You will recognize them by their fruits", The New English Bible (1970) ; "c'est à leur fruit que vous les reconnaîtrez", Bible de Jérusalem (1955). Le fruit qui nous permet de reconnaître la qualité d'une traduction, est cette vibration axiologique spéciale propre au rapport énonciatif lui-même et de nature essentiellement générique. Ce rapport vital, celte fidélité quant à l'essentiel en termes de jugement et de "reconnaissance" du texte originel à travers la traduction mais au-delà d'elle, devient soudain évident lorsque le texte traduit se trouve en situation de changer la vie. Par exemple, dans le cas de la Bible de 1611. Le rôle de la traduction y apparaît dans son exacte pertinence linguistique et socio-culturelle. Dans le justificatif préface à cette entreprise historique ("The Translators to the Reader"), tout est dit, et en termes définitifs, des voies, de l'incidence, des devoirs de l'acte de traduction et de ses retombées dans le monde post-babélien. Pour ne citer qu'une phrase : "But we desire that the Scripture may speak like itself, as in the language of Canaan, that it may be understood even of the very vulgar" (mes italiques).

  • 3  Dante, La Divina Commedia, Inferno III, 55-57.
  • 4  T. S. Eliot, The Waste Land, "The Burial of the Dead", 63, Londres, Faber and Faber, 1963, p. 65.

14De cette fidélité à la dimension générique, je citerai un autre témoin qui a porté l'acte de traduction à la hauteur de l'acte poétique. T.S. Eliot établit son écriture au carrefour intertextuel du chant poétique mondial, en particulier celui de Dante : "Io non avrei mai creduto / Che morte tanta n'avesse disfatta"3 ; "I had not thought death had undone so many"4. A ce niveau d'échange entre textes, nous ne savons plus ce qui est source et ce qui est cible, à tel point que le lecteur très naïf que j'étais autrefois ne sut pas reconnaître ces vers du Chant III de La Divine Comédie et, dans un de ces moments de dépit amoureux dont la lecture a le secret, en voulut à l'auteur de ce qu'il prenait pour une tromperie. Pourtant, quelle humilité dans cette capacité négative de soumission au modèle élu, quel désir de saisir et de transmettre dans cette conjonction totale l'essence même de l'écriture poétique, son schème générique intrinsèque. L'acte poétique de traduction dénote alors une volonté paradoxale de dépouillement, volonté aboutissant à la complete simplicity dont nous parlent les derniers vers de "Little Gidding".

15La leçon que je tire, personnellement, de cette incursion de la lecture du côté de chez le traducteur, est que l'affinement théorique qu'elle autorise est bien réciproque. La traduction, comme lecture première et lecture seconde, sert de révélateur indirect à la dimension évaluative constitutive de l'acte de lecture. Inversement, cette dénudation du fait axiologique peut orienter le regard du traducteur vers la composante générique de l'acte énonciatif, et indiquer ainsi une sorte de voie programmatique de l'acte de traduction. La lecture et la traduction sont intimement liées, la première parce que sa concrétisation n'est finalement qu'une traduction plus ou moins fidèle de l'actualisation générique qui donne forme au texte, la seconde parce qu'elle commence par la lecture et n'a pour but que de susciter de nouvelles lectures. La lecture réussie nous montre pour ainsi dire le geste idéal du traducteur, et la traduction l'essence de la lecture. Roger Munier écrivait en 1984 : "... on ne transférera jamais un texte" ; traduire c'est "refaire, mais autrement le même texte" ; et pour cela, "ayant retrouvé comme par mimétisme le même rapport personnel d'écriture qui produisit le texte original, le reprendre à son propre compte comme l'écrivain que le traducteur est" (Les Poètes traduisent les poètes, op. cit., p. 5). Je vois, dans cette accommodation scripturale, le modèle même de l'acte de lecture plénier parce que conduit à son terme ; cet ajustement, à la fois déférent et souverain, permettant en retour au lecteur du texte ainsi traduit de reconstruire mimétiquement, pour autant qu'il le désire et qu'il en soit capable, une écriture source pourtant irréductiblement décalée.

Haut de page

Notes

1  W. Golding, La Nef. Traduit de l'anglais par Marie-Lise Marlière. Paris : Gallimard, 1966.

2  G.M. Hopkins, Reliquiæ, Vers, proses, dessins réunis et traduits par Pierre Leyris. Paris : Seuil, 1958.

3  Dante, La Divina Commedia, Inferno III, 55-57.

4  T. S. Eliot, The Waste Land, "The Burial of the Dead", 63, Londres, Faber and Faber, 1963, p. 65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Morel, « Lecture, traduction, axiologie », Palimpsestes, 9 | 1995, 13-24.

Référence électronique

Michel Morel, « Lecture, traduction, axiologie », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/672 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.672

Haut de page

Auteur

Michel Morel

Université Nancy II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals