Navigation – Plan du site
Stratégies de traducteurs

La traduction des discours directs romanesques comme stratégie d'orientation des effets de lecture

Gillian Lane-Mercier
p. 75-91

Résumés

Cet article vise à nuancer la conception platonicienne selon laquelle les répliques actorielles ressortissent à un simple recopiage d'éléments du code linguistique extratextuel, afin d'avancer l'hypothèse qu'elles relèvent avant tout de stratégies d'auteur dont le but consiste à maintenir/critiquer/subvertir les présupposés pragmatiques, idéologiques et axiologiques propres à une société donnée. Ce faisant, elles engendrent des effets de lecture qui, tout en orientant les calculs interprétatifs du lecteur, l'amènent à reconstruire la position socio-idéologique qu'occupe l'auteur au sein de sa propre culture ainsi que celle qu'il accorde à son lecteur modèle. Dans le cas d'un texte traduit, cette hypothèse prend un relief important pour autant que la ré-énonciation traductionnelle des répliques suscite souvent des effets de lecture très différents de ceux du texte source. Reflétant dès lors les stratégies (déformantes) du sujet traduisant, non seulement les discours directs traduits jouent un rôle capital dans la connaissance, plus ou moins erronée, que le lecteur acquiert de la société source, mais aussi ils peuvent maintenir/critiquer/subvertir les présupposés en vigueur dans la société cible.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet article a été écrit dans le cadre d'un projet de recherche qui est subventionné par le Conseil (...)

1Il est généralement admis que les discours directs des personnages romanesques se présentent comme le lieu d'insertion par excellence de marqueurs mimétiques1. Tantôt on considère, à l'instar d'un Todorov, que toute réplique actorielle constitue une "partie intacte de la réalité extérieure incluse dans le discours présent" — conception qui postule que la spécificité de ce qu'on appellerait la composante dialogale est à chercher dans son aptitude à échapper aux procédures de transformation qui caractérisent la représentation intratextuelle d'entités non linguistiques, telles les objets et les lieux. Tantôt on considère, à l'instar d'un Genette,

  • 2  G. Genette, Figures III. Paris : Seuil, 1972 ; p. 190.

qu'il n'y a pas, entre l'énoncé présent dans le texte et la phrase censément prononcée par le héros, d'autre différence que celles qui tiennent au passage de l'oral à l'écrit. Le narrateur ne raconte pas la phrase du héros, on peut à peine dire qu'il l'imite : il la recopie, et en ce sens on ne peut parler de récit"2.

2Cette conception postule que la spécificité du discours direct est à chercher dans son aptitude à échapper aux brouillages énonciatifs qui caractérisent les discours indirect et indirect libre.

3D'origine platonicienne, ces deux conceptions du parlé écrit fictif reposent sur la double possibilité de la répétition du même et de l'accès non médiatisé au hors-texte. A cet égard, il est indéniable que non seulement l'intelligibilité des répliques actorielles dépend de la capacité du scriptural à reproduire des unités lexématiques, syntaxiques et phonologiques attestées dans le réel, mais aussi que l'existence même du discours direct est tributaire d'un mode de transmission des paroles d'autrui qui permet, au sein d'une logique de la citation, la juxtaposition a priori non ambiguë d'aires énonciatives distinctes — celle du narrateur, celles des personnages — et, partant, l'inscription intratextuelle d'un plurilinguisme patent calqué sur les stratifications socio-idéologiques propres à un état de société déterminé. C'est dire que les discours directs sont effectivement aptes à fournir au lecteur un accès privilégié tant au code linguistique en vigueur dans le monde qu'aux présupposés pragmatiques, idéologiques et axiologiques dont il se leste.

4Examinons ici le cas particulier des sociolectes littéraires afin de nuancer une conception du dialogue romanesque qui, en faisant de ce dernier le simple "recopiage" de phénomènes langagiers extratextuels, relève du système idéologique dans lequel les notions de fidélité, de transparence et de vérité sont perçues comme non problématiques. A cette fin, on s'efforcera d'extraire le concept de "mimésis dialogale" du mythe de l'équivalence dans lequel il se trouve emprisonné en vue de l'appréhender à partir de bases nouvelles. Cette démarche conduira non seulement à problématiser les rapports qui relient les répliques actorielles au système pragmatico-linguistique sur lequel elles se profilent, mais aussi et surtout à émettre l'hypothèse selon laquelle le véritable pouvoir mimétique des discours directs romanesques est à chercher non pas tant dans le plus ou moins de transparence pragmatico-linguistique des énoncés fictifs, mais plutôt dans leur aptitude à refléter à la fois les stratégies énonciatives dont, en dernière analyse, ils sont issus et les calculs inférentiels que ces stratégies impliquent. C'est dire qu'il conviendra de définir les répliques actorielles comme lieu d'inscription de marqueurs de procédures de production et de réception qui, s'encastrant dans les couches énonciatives implicites, s'organisent en faisceaux de présupposés rhétorico-pragmatiques susceptibles de fournir des instructions pour la reconstitution des perspectives d'encodage et de décodage. En admettant que ces procédures sont socialement et historiquement déterminées, il s'ensuit qu'elles permettent d'appréhender en filigrane la position socio-idéologique qu'occupe l'auteur à l'intérieur de sa propre culture et celle qu'il octroie à son lecteur modèle.

5Dans un deuxième temps, il s'agira de transposer cette hypothèse dans le domaine de la traduction, afin de déterminer jusqu'à quel point les paroles traduites relèvent, à leur tour, d'une stratégie de ré-énonciation et d'orientation des effets de lecture attribuable non plus à l'auteur mais bien au traducteur ; stratégie qui, notons-le tout de suite, est souvent tout à fait incongrue par rapport à celle de l'auteur du texte source. Une telle transposition se justifie dans la mesure où, on le sait, les théories traditionnelles de la traduction ont eu tendance à occulter tant le travail du sujet traduisant que ses dérapages inévitables, au profit d'une conception de l'acte de traduire qui appartient au système idéologique caractérisé par la notion de transparence. D'où, en extrapolant, la possibilité — aberrante — de considérer que les dialogues traduits sont transparents à la fois par rapport au code pragmatico-linguistique cible sur lequel ils sont calqués et par rapport aux dialogues du texte de départ, lesquels sont eux-mêmes censés recopier la réalité pragmatico-linguistique de la culture source.

6Il ne saurait être question d'entériner ici une conception du traduire qui masque en les naturalisant aussi bien les déperditions/ ajouts/ compensations/ transformations engendrés lors du passage des répliques de départ aux répliques d'arrivée que les manipulations auxquelles a recours le traducteur. Bien au contraire, on avancera que la ré-énonciation traductionnelle des sociolectes actoriels constitue une activité stratégique qui, entrant en interaction, conflictuelle ou harmonieuse, avec les effets de lecture engendrés par le texte de départ, avec les contraintes du polysystème cible, et avec tout un déjà connu/déjà lu inhérents aux constructions culturelles de la société d'accueil, amène le lecteur de dialogues traduits à (re)construire une image de la position socio-culturelle, idéologique et axiologique de l'auteur à travers celle, incontournable, du traducteur.

  • 3  Formé en 1990 au Département de langue et littérature françaises de l'Université McGill, le GRETI (...)

7Les remarques théoriques formulées ici seront illustrées à partir d'extraits de The Hamlet de William Faulkner, ainsi que de deux de ses traductions françaises, celle publiée par René Hilleret en 1959 et celle actuellement en préparation par le Groupe de recherche en traductologie (GRETI) de l'Université McGill3.

8Reprenons, donc, en vue de la "dénaturaliser", la conception selon laquelle la représentation romanesque du code oral relève simultanément d'un simple transcodage des unités qui le constituent et d'un recopiage de paroles censément prononcées. On sait que toute pratique qui se donne pour naturelle est en fait le produit d'un processus hautement idéologique de naturalisation, dont le but consiste à en effacer les conditions d'existence. Dans la perspective qui est la nôtre, il s'ensuit que concevoir la composante dialogale en termes, exclusifs, de mimésis, ne nous permet de rendre compte ni du travail de sélection dont procède, inévitablement, le transfert d'unités pragmatico-linguistiques du code oral dans le code scriptural, ni des déplacements et des gauchissements parfois massifs que ces unités sont aptes à subir lors de leur prise en charge par les normes et les conventions inhérentes au genre romanesque, ni, enfin, de la manière dont les configurations dialogales propres à un récit narratif donné préfigurent en les orientant les calculs interprétatifs du lecteur. Dès lors, procéder à la dénaturalisation de la conception platonicienne du dialogue romanesque implique un travail de décentrement apte à rendre à nouveau visible ce qui a été occulté et, partant, à démasquer les mécanismes internes du système idéologique au sein duquel ces effacements ont trouvé leur légitimation.

9Dans cette optique, il semble que notre première tâche consiste à repenser le concept même de mimésis, afin de postuler que les répliques actorielles sont tributaires moins d'une mimésis au sens aristotélicien que d'une pratique rhétorique de la mimésis. Une telle reformulation a le mérite de resituer la composante dialogale par rapport à des conventions et à des stratégies socialement et historiquement déterminées, pour autant que toute pratique rhétorique repose sur un ensemble d'axiomes, de croyances, de valeurs et de procédés argumentatifs perçus comme acceptables à une époque et dans un contexte donnés. D'autre part, cette reformulation a aussi le mérite de resituer la composante dialogale par rapport à l'auteur et au lecteur, en ce sens que toute pratique rhétorique a tendance à réfléchir tant les stratégies énonciatives effectivement mobilisées que les calculs inférentiels escomptés. Ainsi conçue, la composante dialogale ne saurait représenter une "partie intacte de la réalité extérieure". Au contraire, si elle se trouve naturalisée, ce n'est pas en vertu d'une quelconque transparence ou authenticité innées mais, plutôt, en raison de la pression exercée par des stratégies de mise en texte et des protocoles de lecture conventionnels :

  • 4  S. Ross, Fiction's Inexhaustible Voice. Speech and Writing in Faulkner. Athens and London : The Un (...)

The assumptions underlying the portrayal of speech in fiction are among the strongest, and thus the least questioned, that authors and readers share. [...] Besides leading readers to accept the "reality" of an impossibly perfect imitation, fictional representation of speech also hides, more effectively than other illusions, the extent to which it is governed by convention and open to alteration. [...] As readers we rely on mimetic illusion. We need the conventional assumptions that permit us to naturalize represented discourse into the speech of characters, and we need the presumptions of truth and literalness that accompany the illusion4.

10A la lumière des remarques qui précèdent, et en se limitant provisoirement aux stratégies de mise en texte des unités pragmatico-linguistiques, il serait utile de regarder de plus près les conventions qui gouvernent leur inscription dans le romanesque, ainsi que les possibilités de gauchissement qu'elles ouvrent. Car même dans les récits dont le projet esthético-idéologique explicite consiste à reproduire un sociolecte à des fins de pittoresque, de relief comique, de parodie ou encore de réhabilitation et de légitimation sociopolitiques, force est de constater que ce travail de recopiage repose invariablement sur la transcription d'un ensemble plus ou moins restreint, plus ou moins stéréotypé, de marqueurs lexicaux, morphosyntaxiques et phonologiques récurrents. C'est bien le cas du Hameau de Faulkner, où la représentation du parler des country whites relève d'un saupoudrage des plus parcimonieux d'incorrections morphosyntaxiques et de termes vernaculaires ; parcimonie que l'on ne saurait attribuer ni aux insuffisances du code scriptural ni, a priori, aux "intentions" de Faulkner lui-même qui recourt au vernaculaire afin d'assurer, outre des effets mimétiques, un relief comique.

11Les raisons de telles réductions sont sans doute à chercher tout d'abord dans les freinages imposés par des conventions inhérentes à l'institution littéraire. Parmi celles-ci, mentionnons en premier lieu les règles du "bien écrire" qui, cautionnées par les instances les plus conservatrices de l'institution littéraire et, partant, du discours social, sont d'autant plus insidieuses que, portant ostensiblement sur la seule composante stylistique, elles véhiculent en fait une charge considérable de présupposés idéologiques, axiologiques et éthiques. C'est ainsi que la représentation romanesque d'éléments dialogaux ouvertement "autres", c'est-à-dire marqués simultanément par rapport au bien écrire et au bien parler, soulève invariablement la dialectique de la "distinction linguistique" et de la "forme légitime" ; dialectique sur laquelle s'ajustent en se hiérarchisant tant des conceptions de soi et de l'autre que les relations de pouvoir et de désir qui les sous-tendent. Il s'ensuit que les représentations sociolectales participent toujours d'une stratégie latente de contestation non seulement de l'hégémonie du bien écrire, mais aussi des rapports de place et de force, des savoirs et des croyances valorisés et mis en circulation par les discours "bien pensants" de l'idéologie dominante. D'où les résistances et les défaillances, ou encore les revendications et les dénonciations dont peuvent s'entourer les représentations sociolectales ; d'où, également, les freinages auxquels elles peuvent succomber ou, à l'inverse, les surcharges, revendicatrices ou parodiques, dont elles peuvent s'alourdir.

  • 5  M. Balduine, Théorie et esthétique du roman. Paris : Gallimard, 1978 ; p. 121.

12Or, à partir du moment où le recours au discours direct permet la mise en place de "territoires" discursifs sur lesquels s'embrayent des isotopies subjectives distinctes, le narrateur et, "derrière" lui, l'auteur, ont toujours la possibilité de signaler implicitement ou explicitement leur "dissociation" par rapport à un parler actoriel qui n'est pas le leur. A cet égard, il est rare que le narrateur parle comme ses personnages, et ce à plus forte raison lorsque ses personnages "parlent mal". Se crée ainsi ce qu'on pourrait nommer une "faille", dialogique au sein de laquelle sont susceptibles de s'immiscer diverses stratégies de distanciation ou de rapprochement, de parodie ou de revendication, de nivellement ou de renforcement des stratifications sociolinguistiques extratextuelles. Inscrites dans les marges des répliques actorielles, ces stratégies à la fois révèlent avec plus ou moins de netteté, avec plus ou moins d'ambivalence, "la position socio-idéologique différenciée de l'auteur au sein du plurilinguisme de son époque"5 et dessinent en creux, toujours avec plus ou moins de netteté ou d'ambivalence, la position corrélée du lecteur modèle. D'autre part, dans la mesure où toute représentation sociolectale se trouve automatiquement en porte-à-faux par rapport aux normes du bien écrire et du bien parler, elle s'inscrit dans un processus politique implicite ou explicite. Comme le précise Barthes :

  • 6  R. Barthes, Le bruissement de la langue. Paris : Seuil, 1984 ; pp. 127-8. En italiques dans le tex (...)

le champ sociolectal est défini [...] par sa division, sa sécession inexpiable, et c'est dans cette division que l'analyse doit prendre place. Il s'ensuit que la recherche sociolectale [...] ne peut être commencée sans un acte initial, fondateur, d'évaluation. [...] évaluer [...] n'est pas une conduite "libérale", mais bien au contraire violente ; l'évaluation sociolectale, dès l'origine, vit le conflit de groupes et de langages6.

13Acte évaluatif, la représentation sociolectale impose au lecteur, dans la violence même de son geste, une grille de valeurs axiologiques, idéologiques, éthiques et épistémologiques qui, extraites du réel, visent soit à maintenir, soit à problématiser/critiquer/subvertir les rapports de force et de pouvoir, les images et les constructions identitaires dont se leste une classe, une catégorie, ou un groupe socio-culturel situé dans l'ombre ou en marge de la classe dominante.

  • 7  Voir Ibid. p. 122.

14En dernière instance, nous avons bien affaire à une rhétorique de la mimésis, mais une mimésis dont les lignes de force ont été décentrées pour "imiter", en les filtrant à travers un projet esthético-idéologique déterminé, non pas tant les particularités langagières du groupe social évoqué que la position de l'auteur au sein des divisions socio-idéologiques qui sillonnent la société dans son ensemble. Il en résulte que, se heurtant constamment aux contraintes du bien écrire et, par là, à l'idéologie dominante par rapport à laquelle elles se situent, les déviances sociolectales actorielles, aussi sporadiques ou stéréotypées soient-elles, ne sont jamais "transparentes". Bien au contraire, elles témoignent de manière flagrante d'une stratégie de sélection et de mise en texte d'unités pragmatico-linguistiques qui reflètent des partis pris d'auteur ainsi que des stratégies de lecture extrêmement puissantes. C'est ainsi que lorsque Faulkner "recopie" le parler des country whites du Mississippi, sans toutefois laisser leur vernaculaire "contaminer" le parler du narrateur, on peut s'interroger sur les rapports qui le lient à la fois au bien écrire et à toute une tradition littéraire du Sud-Ouest américain, avec son topos de l'arroseur arrosé, sa prédilection pour les tall tales et le recours systématique, à des fins essentiellement comiques, au vernaculaire. On peut également se demander à partir de quel lieu proprement politique s'opère ce "recopiage" : un lieu distant ? Critique ? De connivence ? Revendicatif ?7 La question est d'autant plus pertinente que la version définitive de The Hamlet, publiée en 1940, est nettement moins vernacularisée que les versions antérieures. Mais surtout, il convient de voir dans ce "recopiage" une véritable procédure d'orientation des attentes et des constructions du lecteur, dès lors obligé de prendre position non seulement par rapport aux champs axiologiques de l'univers textuel et, à travers lui, du contexte socio-idéologique de l'auteur, mais aussi par rapport aux configurations idéologiques et aux normes évaluatives en vigueur dans les diverses strates socio-linguistiques de sa propre société.

15Complémentaires aux contraintes du bien écrire, les contraintes liées aux exigences de la lisibilité sont susceptibles, à leur tour, de freiner l'amplitude des reconstitutions sociolectales romanesques. De nouveau, on constate que ces dernières se placent moins sous l'égide de la mimésis que sous celle de conventions d'écriture et de lecture hautement institutionnalisées. A cet égard, on sait que le code scriptural répugne à enregistrer les "ratés" de la communication orale, à savoir les bafouillages, hésitations, reprises et autres "accidents" qui ponctuent toute conversation réelle. On sait également qu'une transcription phonétique trop fidèle risque d'entraver non pas tant l'accès au sociolecte extratextuel que l'accès au texte lui-même, en raison des habitudes de lecture fondées sur des conventions typographiques qui paraissent "naturelles". C'est bien ce que suggère Stephen Ross :

  • 8  S. Ross, op. cit. pp. 98-99. En italique dans le texte.

Paradoxically the most dependent of the mimetic functions on printed resources, transcription probably seems to many readers the least mediated way of creating mimetic voice. [...] In fact, however, [..p]honetic spelling [...] depends for its mimetic effect on the reader's assumptions about conventionally written words [...]. Some phonetic spellings do alter a word's implied sound [...]. Other spellings, appropriately labeled "eye dialect", [...] only appear to reproduce phonetic differences [...]. Eye dialect calls self-conscious attention to the inherent texluality of transcribed speech [...]. To imitate speech too intensely, too "perfectly", is to turn it into nonspeech, as mimetic voice gets swallowed in the visual gabble of the text8.

16Il semblerait en conséquence que la redondance des marqueurs sociolectaux, tout comme leur caractère approximatif et souvent des plus stéréotypés, puissent être attribués à de telles considérations de lisibilité, la quantité limitée de marqueurs se trouvant compensée par leur récurrence systématique et leur valeur signalétique.

  • 9  A. Brisset, "Translation and Parody : Quebec Theatre in the Making". Canadian Literature 117 (1988 (...)

17Or, à partir du moment où nous avons affaire à des effets de lecture redevables à une pratique scripturale institutionnalisée, nous avons affaire à de l'idéologique. Car si on peut considérer que, dans maints récits, le nombre restreint de marqueurs sociolectaux a pour but (apparent) de faciliter la lecture, il convient de se demander : de qui ? D'un lecteur qu'il s'agit de rassurer en renforçant ses habitudes de lecture et, du coup, ses idées reçues tant littéraires que sociolinguistiques ? D'un lecteur qu'il s'agit d'initier, sans trop le brusquer, à un parler "autre" dont on a soigneusement pré-sélectionné les traits pertinents ? Ou encore d'un lecteur qu'il importe de rallier à un projet de réhabilitation (ou de dévalorisation) d'un parler dominé ? Dans celte optique, signalons à la suite d'Annie Brisset que, dans certains récits, les manipulations du code typographique revêtent une charge idéologique non négligeable, comme par exemple lorsqu'un auteur québécois écrit "morre" à la place de "mort" ou "pentte" à la place de "pente", graphies inhabituelles qui ne reflètent aucune prononciation déviante. Selon Brisset, "[t]hese irrelevant deformations are manifestations of an ideological symptom in the sense that they construct the sham of the particularity of ‘Québécois’ as opposed to the French of France"9. Il s'ensuit que, pas plus que le concept de bien écrire, celui de lisibilité n'est jamais idéologiquement neutre. Indissociables d'habitudes de lecture conventionnelles qu'elles peuvent entériner ou déstabiliser, les exigences de la lisibilité finissent par opacifier ce dont elles étaient censées assurer la "transparence", attirant l'attention du lecteur non seulement sur le statut textuel des paroles actorielles, mais aussi sur leur caractère motivé par rapport à l'univers diégétique et la visée idéologique propres à une oeuvre donnée. De nouveau la notion de mimésis dialogale se trouve tant soit peu déplacée : si, en effet, "pentte" constitue une irrelevant deformation en ce sens que sa pertinence en tant que marqueur de la prononciation québécoise est nulle, en revanche, "pentte" revêt une pertinence extrême à l'intérieur d'un certain projet esthético-idéologique dont il est dès lors le marqueur on ne peut plus "lisible". Tributaires d'un procédé énonciatif qui, selon toute apparence, respecte l'autonomie et l'altérité du dire de l'autre, les paroles citées relèvent en fait d'une opération d'appropriation et d'annexion au cours de laquelle elles se laissent

  • 10  B. Folkart, Le conflit des énonciations. Traduction et discours rapporté. Québec : Les Editions Ba (...)

envahir, infiltrer, ensemencer par un discours citant qui exploite comme bon lui semble [leurs] virtualités sémantiques [...]. Travail subreptice, l'ensemencement, sous le couvert d'une verbalité laissée intacte, restitue à sa guise, sape ou subverlit les contenus profonds, provoquant une infiltration du cité par le citant, tant au niveau des contenus pragmatiques et idéologiques [...] qu'au niveau de la référence10.

18En dernière analyse, le concept de lisibilité, tout comme celui d'illisibilité, renvoie à une stratégie de mise en place des isotopies de cohérence (ou d'incohérence) du texte, auxquelles s'accrochent selon des procédures de gauchissement plus ou moins radicales les unités pragmatico-linguistiques. Loin de fonctionner comme simples opérateurs de mimésis, les discours directs romanesques se posent simultanément comme opérateurs de lisibilité (ou d'illisibilité) relativement aux lignes de pertinence globales instaurées par l'idéologie de l'oeuvre et comme indices des partis pris esthétiques, idéologiques et axiologiques de l'auteur. En tant qu'opérateurs de lisibilité, les discours directs contribuent à orienter le travail herméneutique du lecteur ; en tant qu'indices des partis pris de l'auteur, ils contribuent à orienter le travail de reconstruction de ses intentions et de sa position socio-idéologique au sein de sa société.

  • 11  Ibid. p. 15.

19Si l'on a tenu à développer ces considérations théoriques sur la composante dialogale romanesque, c'est parce qu'il semble que la mise au jour des stratégies énonciatives qui la sous-tendent, accompagnée du décentrement de la définition aristotélicienne de la mimésis, étaient des préalables nécessaires à l'élucidation des stratégies, analogues, qui caractérisent l'acte traductionnel en général et la traduction des sociolectes actoriels en particulier. A cet égard, nous pouvons postuler que tant le discours direct que la traduction "constituent des reprises d'énoncés produits antérieurement, des modalités de réception et de ré-énonciation"11 et, comme tels, sont sujets à des procédures de manipulation :

  • 12  Ibid. p. 14. En italique dans le texte.

Aucune citation, aucune paraphrase, aucune traduction, en effet, n'est jamais innocente. On cite, paraphrase, traduit toujours par intérêt. De manière encore plus essentielle, on cite, paraphrase, traduit toujours à partir d'une certaine position dans l'espace socioculturel, temporel, géographique. On ne saurait de ce fait ré-énoncer sans y mettre du sien12.

20Reprenons donc notre hypothèse de départ — à savoir que le véritable pouvoir mimétique des répliques actorielles est à chercher dans leur aptitude à réfléchir les stratégies de production et de réception dont elles sont tributaires — afin d'avancer que le traducteur, outre le fait qu'il doit composer avec les ressources pragmatico-linguistiques et les contraintes du polysystème cible, a la possibilité de manipuler, à des fins idéologiques avouées ou non, les configurations dialogales du texte source en vue de susciter des effets de lecture parfois fort différents de ceux prévus par le texte de départ. Il convient, en conséquence, de dénoncer à nouveau, en refusant aussi bien ses présupposés idéologiques que l'opération de naturalisation qu'il implique,

  • 13  Ibid. pp. 11-12.

un certain discours de la traduction, ensemble de propos parfois savants, le plus souvent artisanaux, noyautés par la notion pré-scientifique de fidélité [...qui] ferait de la traduction un non-travail par rapport au texte de départ, une simple réplique déterminée uniquement par "l'Original"13

21au profit de l'analyse des lieux du texte traduit — en l'occurrence les répliques actorielles — où se laisse appréhender la présence du sujet traduisant ; présence qui atteste non seulement le travail de ré-énonciation, avec ses stratégies, ses priorités, ses aléas, ses déplacements inévitables, mais aussi la présence en filigrane du sujet énonciateur premier. C'est de cette co-présence que découlent simultanément le conflit des énonciations et, pourrait-on ajouter, le conflit des réceptions.

  • 14  Voir A. Chapdelaine, "L'échec du Faulkner comique en France : un problème de réception". Meta XXXI (...)

22Caractérisés par une ré-énonciation au deuxième degré, les dialogues traduits sont triplement réfractaires à toute définition en termes exclusifs de mimésis. En effet, les diverses stratégies traductionnelles sont aptes à s'immiscer, en y laissant un "résidu distorsionnel" (Folkart), dans les décalages qui surviennent automatiquement entre les répliques du texte source et le code pragmatico-linguistique sur lequel elles se calquent, entre les répliques de départ et les répliques d'arrivée, et entre les répliques traduites et le code pragmatico-linguistique cible. Or, disons tout de suite que ces stratégies de ré-énonciation sont extrêmement complexes, en ce sens qu'elles engagent, outre des procédures de mise en texte d'éléments du code pragmatico-linguistique cible, à la fois la connaissance plus ou moins approfondie que le traducteur possède de la langue et de la culture sources (ses compétences linguistique, encyclopédique, logique et rhélorico-pragmatique), les calculs inférentiels effectués lors de sa propre lecture du texte (sa compétence littéraire), sa (re)construction de la position socio-idéologique de l'auteur et sa construction du lecteur visé par la traduction. Par ailleurs, ces stratégies engagent un ensemble d'images, de représentations et de discours partagés qui, diversement axiologisés selon les couches sociolinguistiques de la société cible à l'intérieur desquelles ils circulent, constituent pour le traducteur comme pour ses lecteurs éventuels autant de conceptions préformées de la culture source et, le cas échéant, de l'auteur ; conceptions qui, il va sans dire, sont susceptibles d'être renforcées ou bouleversées. C'est ainsi que Faulkner a été perçu par ses lecteurs français comme un auteur essentiellement tragique à la suite du gommage quasi total de la dimension comique de ses œuvres effectué par les traducteurs et renforcé par la critique littéraire14. Nous y reviendrons.

23Rappelons également que traducteurs et traductologues n'ont pas manqué de souligner les difficultés que soulève la traduction des sociolectes littéraires. A titre d'indication, du côté des praticiens un Maurice Edgar Coindreau, traducteur de Le Bruit et la Fureur de Faulkner, précise dans sa préface :

J'ai [...] résolument écarté toute tentative de faire passer dans mon texte la saveur du dialecte noir. Il y a là, à mon avis, un problème aussi insoluble que le serait, pour un traducteur de langue anglaise, la reproduction du parler marseillais.

24Pour sa part, Françoise Brodsky, traductrice d'Une femme noire de Zora Neale Hurston, explique dans une note :

il s'agissait de suivre les choix de l'auteur et de rendre visuellement cette langue traînaillante [des Noirs américains], qui met à mal la grammaire pour mieux créer la sienne propre, qui joue des redondances et des métaphores, qui mêle argot et termes savants [...].

  • 15  A. Berman, "La traduction et la lettre — ou l'auberge du lointain". Les Tours de Babel. A. Berman (...)

25Du côté des théoriciens, on connaît la virulence avec laquelle Antoine Berman critique, dans le cadre de son analytique négative des tendances déformantes de la traduction, tant l'effacement des réseaux vernaculaires que leur exotisation, en particulier le remplacement d'un "vernaculaire étranger par un vernaculaire local. [...] Une telle exotisation, qui rend l'étranger du dehors par l'étranger du dedans, n'aboutit qu'à ridiculiser l'original". Et Berman de conclure : "Malheureusement, le vernaculaire ne peut être traduit dans un autre vernaculaire"15, ce qui, soit dit au passage, à la fois réactive le mythe de la transparence là où il s'agissait de l'enterrer et implique une méconnaissance de la nature conventionnelle, approximative, des sociolectes romanesques. Barbara Folkart est moins catégorique :

  • 16  B. Folkart, op. cit. pp. 177-178.

Entreprise qui est presque vouée au démarquage, la ré-énonciation de l'"écriture parlée", que celle-ci mobilise un sociolecte ou un dialecte, pose le problème fort complexe de l'homologation des vernaculaires sociolinguistiques. [...] La traduction se heurte donc à la quasi-impossibilité de réactualiser les valeurs à la fois sémiotiques et pragmatiques véhiculées par l'écriture lectale. [...] D'où le problème classique : par quel système d'arrivée remplacer le parler de départ ?16

  • 17  Ibid. p. 88.

26Or, compte tenu de ce qui a été avancé plus haut concernant la composante dialogale, on peut penser que c'est mal poser la question. Folkart l'a bien vu, d'ailleurs, lorsqu'elle ajoute quelques pages plus loin que "le problème ontologique de l'authenticité débouche sur celui, fonctionnel, de l'intégration de l'écriture parlée aux structures signifiantes de l'œuvre, bref, sur le problème de la motivation"17. La remarque non seulement a le mérite de dépasser l'analytique négative de Berman pour poser les jalons d'une analytique positive des tendances déformantes de la traduction des réseaux vernaculaires — comme le souhaitait Berman lui-même — mais aussi rejoint la perspective anti-ontologique qui est ici la nôtre.

27En effet, à partir du moment où l'on admet que toute représentation sociolectale, traduite ou non, ressortit à une pratique rhétorique de la mimésis régie par les exigences du bien écrire et de la lisibilité, il est possible d'exempter et l'auteur du texte de départ et le traducteur de tout contrat de littéralité et d'authenticité. Du coup, les enjeux traduclionnels se trouvent déplacés : au lieu de viser une impossible transparence du sociolecte d'arrivée par rapport au sociolecte de départ, il convient à la fois de forger une stratégie ré-énonciative (ne serait-ce, à l'instar de Coindreau, qu'une stratégie d'effacement) et d'assumer les partis pris idéologiques ainsi que les gauchissements et les transformations qu'une telle stratégie suscite. Prise à son tour dans un processus politique implicite ou explicite, la traduction des sociolectes littéraires n'est ni une démarche vouée à l'échec (Berman) ni une démarche qui soulève le seul problème des équivalences (Folkart). C'est une démarche qui, s'embrayant sur le projet esthético-idéologique du texte source pour s'intégrer à celui du texte cible, vise des fins précises en créant un lecteur apte à les saisir. Dès lors, au lieu de condamner, comme le fait Berman, le remplacement du lunfardo de Buenos Aires par l'argot parisien ou, comme le fait Folkart, du vernaculaire de The Grapes of Wrath de Steinbeck par le parler acadien, il importe de se demander simultanément : pourquoi et pour qui de tels remplacements ?

  • 18  On sait que, pour Berman, "[l]a traductologie est [...] la reprise réflexive de l'expérience qu'es (...)
  • 19  Il s'agit ici d'un extrait du premier livre de The Hamlet, intitulé "Flem", qui met en scène Ratli (...)
  • 20  B. Vidal, L. Joubert, C. Durin, A. Chapdelaine, G. Lane-Mercier. "Essai de traductologie appliquée (...)

28Ayant pour objectif la retraduction de The Hamlet de Faulkner, le GRETI s'efforce de rendre explicites tant l'ancrage socio-historique de son entreprise que ses stratégies et ses choix traductionnels grâce à une réflexion constante sur l'interaction entre le processus traduisant et la traduction elle-même18. En ce qui a trait plus spécifiquement aux passages dialogues, il s'agit de restituer ce que Hilleret a occulté, à savoir la dimension comique ainsi que les réseaux sociolectaux qui, dans une large mesure, la constituent (voir Textes de référence, pp. 14-24)19. Pour ce faire, le GRETI a choisi de recourir au vernaculaire rural québécois ; choix qui, à la fois, reflète son appartenance socio-géographique et présuppose un positionnement idéologique et axiologique à l'intérieur des hiérarchies du polysystème littéraire et sociolinguistique français. Il implique en outre un projet esthético-idéologique assorti de stratégies traductionnelles qui portent, d'une part, sur le texte de départ dont il importe de réhabiliter une vision de l'autre (les country whites) et, d'autre part, sur la traduction de Hilleret dont il importe de critiquer, dans un processus politique qui se veut explicite, le parti pris d'annexion dont elle est tributaire. Tout en étant conscient du fait que ce dernier ressortit à des contraintes esthétiques et à une conception du traduire qui sont historiquement déterminées, le GRETI ne saurait entériner ni une telle stratégie d'effacement et d'assimilation (du parler) de l'autre, ni les valeurs socio-idéologiques qui la cautionnent. Autrement dit, la retraduction du GRETI a pour but "non plus d'atténuer la distance séparant les deux cultures et de refuser le dépaysement culturel mais au contraire de l'assumer pleinement et de recueillir les particularités de l'original [...]"20.

  • 21  Soulignons néanmoins au passage que des similitudes géographiques (Amérique du Nord), historiques (...)

29Dans cette perspective, le choix du vernaculaire rural québécois au lieu d'un dialecte ou patois français relève d'une double stratégie de déstabilisation des habitudes et des attentes du lecteur et de contestation des images reçues forgées par les instances dominantes de l'institution littéraire française. Le GRETI récuse les schèmes de lecture imposés dès la publication des premières traductions françaises de l'œuvre faulknérienne, ainsi que la construction corrélée d'un auteur tragique situé exclusivement par rapport à la strate sociolinguistique dominante des cultures source et cible. Le choix du vernaculaire québécois relève également d'une stratégie de décentrement par rapport aux traductions hexagonales, laquelle reflète à la fois une conception de l'acte de traduire proche de celle de Berman et un parti pris d'affirmation/réhabilitation des ressources du vernaculaire québécois. Il s'agit, dès lors, de repenser les rapports de pouvoir entre le français standard et les vernaculaires, en vue de réduire ce que nous avons appelé la "faille" dialogique et, ce faisant, de signaler une solidarité avec les couches sociolinguistiques traditionnellement marginalisées, dont le parler québécois. En d'autres termes encore, on a bel et bien affaire à une tentative d'orientation du lecteur tant sur le plan herméneutique que sur celui de sa reconstruction du positionnement social, idéologique et axiologique du sujet traduisant et, à travers lui, de Faulkner lui-même. Que le conflit des énonciations persiste, cela est inévitable, le vernaculaire rural québécois, pas plus que le patois vendéen, ne pouvant ni reproduire parfaitement la sous-jacence pragmatico-idéologique du vernaculaire faulknérien ni masquer sa propre spécificité21. Il n'en reste pas moins qu'en refusant "la régression au non-marqué" (Folkart) qui caractérise la traduction du parler des country whites proposée par Hilleret, le GRETI pense avoir respecté davantage non seulement "la lettre" et "l'étrangeté" du texte source, mais aussi le projet de Berman pour qui la traduction doit permettre l'enrichissement de la langue française. Ajoutons que le projet esthétique du GRETI est d'ordre réaliste, pour autant que seuls sont retenus les marqueurs sociolectaux attestés dans le monde, et ce, afin de ne pas outrepasser la transcription faulknérienne qui n'admet aucune "fantaisie".

30Reste la question : pour quel(s) lecteur(s) le GRETI traduit-il ? La réponse n'est pas simple, comme en témoignent les cinq traductions successives d'un passage dialogué de The Hamlet (voir Textes de référence, pp. 14-20), qui non seulement comportent un nombre variable de marqueurs sociolectaux, mais aussi engendrent des effets de lecture — et, partant, des lecteurs modèles — non isomorphes. En effet, les versions I et II font une forte charge sociolectale, voire une tendance à la survernacularisation qui, tout en augmentant, au nom d'un plus grand "naturel", l'écart entre la représentation sociolectale nettement plus modérée et conventionnelle de Faulkner, met simultanément en place un lecteur modèle québécois dès lors sommé de reconnaître/assumer son identité et un lecteur modèle français dont il s'agit surtout d'ébranler les attentes sociolinguistiques en l'amenant à s'ouvrir à l'Autre. En revanche, les versions III, IV et V manifestent une diminution progressive du nombre et du type de marqueurs employés ; diminution qui reflète moins une réarticulation des partis pris du GRETI qu'une réorientation de ses stratégies traductionnelles sous la pression combinée des exigences du bien écrire et de la lisibilité. A cet égard, il semblerait que la dernière version, grâce à un dosage sociolectal atténué, coïncide davantage avec la parcimonie sociolectale de The Hamlet évoquée plus haut : évitant une ré-énonciation trop marquée, cette dernière version évite en même temps le risque d'un pittoresque trop appuyé et un didactisme sociolinguistique sans doute mal venu. Enfin, elle évite — du moins faut-il l'espérer — un certain type de rire, à savoir celui qui découlerait soit d'une réaction de gêne chez le lecteur québécois, brusquement confronté à sa propre réalité socio-linguistique au sein d'un texte étranger, soit d'une réaction d'amusement chez le lecteur français face à un parler "folklorique" qu'il n'est nullement obligé d'assumer.

31Le processus de dévernacularisation dont témoignent les versions III, IV et, surtout, V vise donc à restaurer tant le saupoudrage sociolectal du texte de départ que le genre de rire escompté par Faulkner dans le cadre du topos de l'arroseur arrosé. Ce faisant, il compose davantage, à l'instar de Faulkner lui-même, avec les contraintes de la lisibilité et du bien écrire inhérentes au polysystème littéraire d'accueil, construisant un lecteur modèle québécois et/ou français à qui on fait confiance quant à ses capacités de restituer les présupposés pragmatiques, idéologiques et axiologiques qui, incrustés dans les répliques traduites, renvoient aux configurations socio-idéologiques de la culture source en passant par celles de la culture cible selon une procédure de déplacement et de gauchissement inévitable.

  • 22  Y. Chevrel, Précis de littérature comparée. Paris : PUF, 1989 ; p. 81.

32En guise de conclusion, insistons de nouveau sur le fait que, relevant d'une pratique rhétorique de la mimésis, les sociolectes traduits peuvent assumer un rôle fondamental dans le maintien/réfutation/subversion d'images pragmatico-idéologiques que possède le lecteur tant de sa propre culture que de celle du texte de départ. Si l'on admet, à la suite d'Yves Chevrel que "les textes traduits offrent un domaine où la découverte de cultures étrangères, en même temps qu'une réflexion sur l'enracinement dans sa propre culture, peut être perçue, appréciée, parfois expérimentée"22, il semble que parmi les lieux du texte traduit — ainsi que de tout texte romanesque — qui se prêtent le mieux à une telle découverte et à une telle réflexion sont les passages dialogués, en raison des stratégies d'encodage et de décodage (ré)énonciatives qui, s'embrayant selon des modalités multiples sur les positionnements socio-idéologiques et politiques de l'auteur, du traducteur et des lecteurs, s'y encastrent. Mieux, il semble que le véritable pouvoir du récit romanesque, traduit ou non, est à chercher avant tout dans cette aptitude des passages dialogues à refléter, quitte à les transformer à des fins esthético-idéologiques spécifiques, les rapports de force et de désir qui s'instaurent en se stratifiant entre les individus, les classes et les groupes d'un état de société donné. C'est ainsi que, se voulant une ouverture sur les ressources du vernaculaire québécois, le projet ultime du GRETI consiste, par le biais d'une destruction des stéréotypes issus de l'ethnocentrisme, dans une réarticulation des catégories du savoir du lecteur qui, amené à se positionner par rapport à un parler qui affirme son altérité, ne saurait y rester indifférent. Gauchissement du projet faulknérien ? Rien n'est moins sûr. Car nous retrouvons là, sous forme de stratégie traductionnelle, la conception, millénaire, de la littérature comme moyen de connaissance de soi, de l'autre et des valeurs sociales qui nous déterminent.

Haut de page

Notes

1  Cet article a été écrit dans le cadre d'un projet de recherche qui est subventionné par le Conseil de recherche en sciences sociales du Canada.

2  G. Genette, Figures III. Paris : Seuil, 1972 ; p. 190.

3  Formé en 1990 au Département de langue et littérature françaises de l'Université McGill, le GRETI est une équipe de recherche composée de deux professeurs, Annick Chapdelaine et Gillian Lane-Mercier, et de six étudiants.

4  S. Ross, Fiction's Inexhaustible Voice. Speech and Writing in Faulkner. Athens and London : The University of Georgia Press, 1989 ; pp. 68-71.

5  M. Balduine, Théorie et esthétique du roman. Paris : Gallimard, 1978 ; p. 121.

6  R. Barthes, Le bruissement de la langue. Paris : Seuil, 1984 ; pp. 127-8. En italiques dans le texte.

7  Voir Ibid. p. 122.

8  S. Ross, op. cit. pp. 98-99. En italique dans le texte.

9  A. Brisset, "Translation and Parody : Quebec Theatre in the Making". Canadian Literature 117 (1988) : p. 100.

10  B. Folkart, Le conflit des énonciations. Traduction et discours rapporté. Québec : Les Editions Balzac, 1991 ; p. 51.

11  Ibid. p. 15.

12  Ibid. p. 14. En italique dans le texte.

13  Ibid. pp. 11-12.

14  Voir A. Chapdelaine, "L'échec du Faulkner comique en France : un problème de réception". Meta XXXIV/2 (1989) : pp. 268-79.

15  A. Berman, "La traduction et la lettre — ou l'auberge du lointain". Les Tours de Babel. A. Berman et al., Mauvezin : Editions Trans-Europ-Repress, 1985 ; p. 79.

16  B. Folkart, op. cit. pp. 177-178.

17  Ibid. p. 88.

18  On sait que, pour Berman, "[l]a traductologie est [...] la reprise réflexive de l'expérience qu'est la traduction". Berman, Antoine. "La traduction et ses discours". Meta 34/4 (1989) : p. 676.

19  Il s'agit ici d'un extrait du premier livre de The Hamlet, intitulé "Flem", qui met en scène Ratliff et Will Varner (1er et 2e interlocuteur, respectivement). Tous les passages diégétiques ont été supprimés.

20  B. Vidal, L. Joubert, C. Durin, A. Chapdelaine, G. Lane-Mercier. "Essai de traductologie appliquée : la retraduction du roman Le Hameau de Faulkner selon le principe de la "traduction transparente". "Bulletin de l'Association canadienne de linguistique appliquée 14/1 (1992) : p. 114.

21  Soulignons néanmoins au passage que des similitudes géographiques (Amérique du Nord), historiques (colonisation) et sociolinguistiques (marginalisation des sociolectes du Sud des Etats-Unis relativement à ceux du Nord ; dévalorisation du parler québécois relativement au "français de France" et à l'anglais) militent en faveur du recours à un vernaculaire nord-américain.

22  Y. Chevrel, Précis de littérature comparée. Paris : PUF, 1989 ; p. 81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gillian Lane-Mercier, « La traduction des discours directs romanesques comme stratégie d'orientation des effets de lecture », Palimpsestes, 9 | 1995, 75-91.

Référence électronique

Gillian Lane-Mercier, « La traduction des discours directs romanesques comme stratégie d'orientation des effets de lecture », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/677 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.677

Haut de page

Auteur

Gillian Lane-Mercier

Université McGill

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals