Navigation – Plan du site
Stratégies de traducteurs

Le petit (?) lecteur d'Alice

Guy Leclercq

Résumés

Depuis la première traduction en français du premier des "livres d'Alice" de Lewis Carroll, l'accueil de la petite héroïne a connu (et connaît encore) deux qualités de réception distinctes. La principale raison de cette opposition tient probablement à la qualité de la mémoire du lecteur. Et lorsque ce lecteur est un petit enfant, l'une des principales composantes de cette mémoire, la comptine, fait toute la différence. Un (petit) lecteur francophone peut-il rencontrer un (petit) lecteur anglophone au Pays de Merveille ? Sur quel terrain cette rencontre peut-elle se faire ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Au long des deux déplacements d'Alice, deux voyages se déroulent : un voyage extérieur et un voyag (...)
  • 2  L'édition de référence à laquelle renvoient les exemples suivants est : The Complete Works of Lewi (...)

11865 et 1872 sont deux dates mémorables dans la littérature du merveilleux, deux pierres blanches sur le chemin parcouru par les enfants-lecteurs à la recherche du monde et de leur monde, à la découverte des mondes qu'ils entreprennent d'explorer pour tenter de s'y reconnaître et de se connaître1 : 1865 est l'année de Alice's Adventures in Wonderland et 1872 l'année de Through the Looking-Glass de Lewis Carroll2.

  • 3  La dédicace du conte de Charles Kingsley, publié deux ans avant le premier volume des aventures d' (...)

2En deux voyages, par les aventures à la fois insolites et banales d'une petite fille de sept ans, la merveilleuse, la séductrice, la provocatrice, la déroutante enfance se donne à voir et à entendre d'une manière plus sensible et plus pénétrante qu'elle ne l'a encore fait dans ce siècle si prolixe en récits dont les petits enfants sont les héros. Au cours de ces deux étapes mouvementées, c'est ici une petite fille qui mène le jeu pour d'autres petites filles (même si les petits garçons sont tolérés dans ses pérégrinations). Les deux "livres d'Alice" s'adressent donc implicitement aux petites filles, contrairement à The Water Babies de Charles Kingsley, leur illustre contemporain ; en effet, ce récit de la vie merveilleuse des petits enfants des eaux, est dédié de manière ostentatoire aux petits garçons3. Cette orientation est déterminante : les "livres d'Alice" se donnent comme un récit de petite fille pour petites filles.

3Donc, Alice est cette petite fille qui évolue en-dessous et au-delà des choses, pour le plus grand des plaisirs des lecteurs et parfois pour leur plus grand déplaisir — mais jouer à avoir peur, à se faire peur, c'est aussi se donner du plaisir ; feindre de ne pas aimer et de ne pas être aimé, c'est une autre manière d'aimer et d'être aimé, c'est une demande d'amour ; se dire que l'on frôle la mort et faire semblant de mourir, c'est une manière de conjurer la mort et de la braver en lui faisant un pied-de-nez.

4Dans le monde anglophone, l'un comme l'autre des deux "livres d'Alice" ont connu à leur parution un succès rarement égalé dans ce domaine de la littérature ; l'un et l'autre de ces deux récits sont aujourd'hui encore et toujours accueillis avec un plaisir jamais démenti. Dans le monde francophone, le succès, qu'il faut bien qualifier de relatif, des deux récits repose sur un sorte de malentendu. Malgré la redécouverte des "livres d'Alice" par les surréalistes (Breton), la lecture de logiciens et de philosophes (Gilles Deleuze), et en dépit de la consécration universitaire de l'auteur et de son œuvre (Jean Gattégno), faisant suite à une nouvelle traduction des deux livres phares (Parisot), c'est principalement par son implication dans les événements qu'elle vit et par son comportement avec les personnages qu'elle rencontre (parfois à sa propre initiative, parfois à son corps défendant) qu'Alice est connue, reconnue et acceptée. De ce côté-là du "Channel", c'est autant (sinon plus) par la forme de son discours et la valeur nouvelle que prennent les mots que les livres parlent au lecteur. De ce côté-ci de la Manche, c'est à ce qu'elle fait, plus que par ce qu'elle dit et ce qu'on lui dit qu'Alice doit sa relative célébrité. C'est lorsqu'elle agit qu'elle est reçue et comprise ; ce qui l'agit, ce qui fait la qualité de ses rapports avec les autres, en un mot, son langage, est en grande partie ignoré. Ici, Alice n'est que rencontrée, elle n'est pas toujours comprise et les lecteurs de ses aventures, en ne la comprenant pas intimement, ne la suivent pas fidèlement ; ils ne se retrouvent pas en elle, ils ne s'y retrouvent pas. Ils n'aiment pas Alice, parce qu'elle ne leur paraît pas aimable.

5Ce hiatus entre les deux qualités d'accueil, donc de lecture, peut devenir une fissure, puis un fossé, un gouffre qui sépare et rend étrangers l'un à l'autre les deux livres offerts aux lecteurs selon leur langue d'approche. En quoi consiste cette séparation, ce trait de désunion ? Une fois repéré et décrit, dans quelle mesure peut-on lui substituer un trait d'union ? Telles sont les deux questions premières que se pose le lecteur-traducteur.

6Devant cette mise hors-jeu, la gageure pour le traducteur, ce passeur de texte, est donc de permettre au (petit) lecteur français d'éprouver un plaisir parallèle à celui que ressent le petit (lecteur) anglais. S'il va de soi que ce plaisir ne peut être, en tous points, identique, dans quelle mesure peut-on viser à le rendre analogue ?

7Lorsqu'il lit les "livres d'Alice" dans une traduction, le petit lecteur français de la fin du XXe siècle a peu en commun avec le petit lecteur anglais de la fin du XIXe siècle : il a cent ans de plus ; la Grande-Bretagne a cent ans de plus ; la France a cent ans de plus ... et Alice a cent ans de plus. Elle a donc 107 ans, et 107 ans, c'est une éternité ! Une éternité que le petit lecteur second doit pouvoir réduire à la durée d'un soupir pour pénétrer de plain-pied dans les mondes éternels d'Alice.

8Alice est une petite fille paradoxale, ou plus exactement, c'est une petite fille oxymorique : c'est une vraie-fausse petite fille de 7 ans. Chaque année, elle vieillit d'un an et elle a toujours le même âge. Alice vieillit sans vieillir. Elle parle aujourd'hui immédiatement à son petit lecteur comme elle lui a parlé par le passé... et comme elle lui parlera dans le futur. Et si Alice est en prise directe avec ses petits lecteurs, c'est que les livres qui disent ses aventures, au-delà de l'anecdotique, parlent à ce qu'il y a de permanent dans l'enfance. Ils donnent au petit enfant sa place dans le monde des lieux et des objets, dans le monde des adultes et des autres petits enfants, dans le monde des animaux (qu'ils soient réels, mythologiques ou imaginaires). Ils lui donnent sa place, ou celle qu'il pense avoir, celle qu'il désire avoir ou qu'il redoute d'avoir. Ces livres le concernent parce qu'ils évoquent ces petits riens et ces moments essentiels qui font sa vie : dormir et manger, travailler et s'amuser, rire et pleurer, être et faire comme si l'on était (“let's pretend”).

9Ainsi, les "livres d'Alice" parlent aux petits enfants de leur présent en leur parlant de leurs projections dans l'ailleurs ; ils leur parlent aussi à travers leur mémoire. Ils parlent de cet acquis qui préexiste aux petits lecteurs et qu'ils portent en eux. Ils reposent sur ce fonds commun, ils y puisent, ils l'exploitent, le développent, le confirment, le gauchissent, le malmènent ou le contredisent ; mais dans tous les cas, ils s'y ancrent.

  • 4  Je distingue d'une part les comptines, dont la nature première est de s'appuyer sur le rythme et l (...)
  • 5  A la suite de George Steiner dans son étude de l'Antigone de Sophocle, il est permis de dire que c (...)

10Si les deux groupes de lecteurs évoqués ont en commun d'être des petits enfants, et majoritairement des petites filles, ils se distinguent par leur mémoire. Les petits lecteurs anglais d'Alice sont nourris de muffins et de nursery rhymes ; les petits lecteurs français ignorent le goût des muffins, s'amusent aux rythmes de leurs propres comptines et aux récits de leurs propres confines4, ils sont proches de leurs propres héros. Là, Humpty Dumpty est un ami intime ; ici, son existence même est ignorée. A une pré-existence s'oppose une non-existence5.

11Pour illustrer mon propos, je ne retiendrai ici qu'un pan de cette mémoire, là présente, et ici, absente, mais sans lequel les "livres d'Alice" perdraient la majeure partie de leur substrat et peut-être leur raison même. Je n'évoquerai donc que ces nursery rhymes, terreau dans lequel chaque enfant naît et se développe, dans lequel tout naît et se développe, dans lequel tout naît et sans lequel rien n'est.

  • 6  Si j'écarte le pluriel canonique (des merveilles), trop matériel et trop limitatif, c'est pour ren (...)
  • 7  Humpty Dumpty, par exemple, ne peut pas ne pas être tombé ; le fait est connu de tous ; son destin (...)

12Ainsi, pour le lecteur anglophone, la Duchesse et la Reine de Cœur rencontrées dans le Pays de Merveille6 appartiennent à deux mondes distincts : la première n'est qu'un membre de la cour (même si ses actes ne sont pas toujours empreints de noblesse) et la seconde, outre son statut royal, est un personnage dont les exploits sont mis en vers et en rythme dans une comptine qui préexiste à son entrée dans le Pays de Merveille. L'une est un personnage qui apparaît, l'autre un personnage qui re-paraît7. Pour le lecteur francophone, la Duchesse et la Reine ne sont a priori que deux membres de la cour, sans histoire ni vie antérieure. Elles sont vierges de tout passé. Toutes deux apparaissent, aucune ne réapparaît. Pour les uns, la Reine a un passé ; pour les autres, elle n'a qu'un présent : les dés sont pipés. La qualité de la lecture est inégale et incomparable. Le plaisir du lecteur est sans commune mesure.

13Dans le sillage de la redoutable reine (redoutable pour les seuls lecteurs anglophones), voici quelques exemples révélateurs de cette injustice que le traducteur ne peut accepter comme une sorte de fatalité et qu'en conséquence il se doit de prendre en compte dans son désir d'écriture — s'il se donne pour horizon de ne pas pénaliser le lecteur second en le privant de ces jeux avec sa mémoire, s'il se donne pour raison d'écrire le plaisir de son lecteur (ne l'oublions pas, le traducteur est un écrivain, un ré-écrivain, certes, un écrivain second, mais néanmoins un écrivain à part entière).

14Privé de cette complicité préalable avec sa propre mémoire, le lecteur second ne comprend pas, il ne voit pas, il n'entend pas, il ne partage pas, il ne se sent pas impliqué. Le plaisir qu'il prend à sa lecture n'est qu'un plaisir de l'instant ; le livre ne lui permet pas d'entrer en profondeur dans le monde qui se présente à lui ; il reste à l'extérieur des choses, des gens et de lui-même.

15Il ne comprend pas pourquoi Tweedledum et Tweedledee se ressemblent comme deux gouttes d'eau (ou comme deux pois dans la même cosse), ni pourquoi ils décident d'un commun accord de se battre pour un petit jouet détérioré, ni pourquoi ils cessent soudain leur combat à la seule vue d'un corbeau.

16Il ne voit pas pourquoi Alice reconnaît, sans hésiter, Humpty Dumpty dans l'œuf posé de manière précaire sur une étagère de la petite boutique, ni ne partage les craintes de la petite héroïne devant la chute de l'œuf qui semble inéluctable. Pourquoi le serait-elle ?

17Il n'entend pas les tambours battre dans la tête d'Alice tandis que le Lion et la Licorne se livrent un combat homérique pour l'obtention de la couronne royale, et il reste perplexe devant la distribution de pain noir et de pain blanc à l'issue du combat. Pourquoi ces deux créatures que rien ne rapproche se battent-elles ?

18Il ne partage pas le désarroi d'Alice à la recherche de son identité lorsqu'elle ne parvient pas à dire dans son intégralité le titre du poème qu'elle a commencé de dire, ni lorsqu'elle constate qu'à l'évidence les paroles du poème qu'elle vient de réciter ne sont pas celles qu'elle aurait dû prononcer. Quelles auraient dû être ces paroles ?

19Il ne se sent pas impliqué dans le procès, apparemment bien futile, intenté au Valet de Cœur à qui l'on reproche d'avoir volé les tartes confectionnées par la Reine. Pourquoi le Roi de Cœur est-il juge dans cette affaire ?

  • 8  Pour l'origine des nursery rhymes, voir principalement : I. et P. Opie, The Oxford Dictionnary of (...)

20Le petit lecteur anglais, lui, n'est pas surpris, il a la réponse à toutes ces questions, car il connaît intimement, depuis sa tendre enfance, les nursery rhymes qui ont donné naissance à ces différents personnages et qui ont mis en scène ces différents moments ; il en connaît les moindres caractères, les plus infimes péripéties. Tous et toutes lui sont familières8, depuis :

Humpty Dumpty sat on a wall,
Humpty Dumpty had a great fall [...]

21jusqu'à :

The Lion and the Unicorn were fighting for the crown
The Lion beat the Unicorn all around the town [...]

22sans oublier :

Tweedledum and Tweedledee
Agreed to have a battle,
For Tweedledum said Tweedledee
Had spoilt his nice new rattle. [...]

23non plus que :

The Queen of Hearts, she made some tarts,
All on a summer day ;
The Knave of Hearts, he stole those tarts
And took them quite away ! [...]

24De même, si lui aussi ignorait l'existence du petit crocodile, héros du poème récité malgré elle par Alice, il n'ignore rien de la petite abeille qui se cache sous ce travestissement parodique ; pour lui,

How doth the little busy bec
Improve each shining hour [...]

25transparaît en filigrane sous

How doth the little crocodile
Improve his shining tail [...]

26Les références au monde de la contine ne sont pas toujours aussi explicites : toutes les contines ne sont pas empruntées et collées sur le texte pour y vivre une deuxième vie, certaines laissent dans le texte une trace moins manifeste, plus subtile, plus allusive. Un fragment suffit parfois pour remplir ce rôle de renvoi à du déjà-entendu, du déjà-vu, du déjà-lu. Ces fragments, ces bribes riches de tout un passé revêtent ainsi différents aspects, ils peuvent se présenter sous diverses formes :

  • un titre ou un incipit :

  • 9  Les abréviations employées ici et dans le fascicule de Textes de référence renvoient à l'édition d (...)

But it certainly was funny [...] to find myself singing ‘Here we go round the mulberry bush’. I don't know when I began it, but somehow I feel as if I'd been singing it a long long time ! (T, IV, 182).9

  • un refrain

"Do you know languages ? What's the French for fiddle-de-dee ?"
"Fiddle-de-dee's not English", Alice replied gravely. (T, IX, 254).

  • une allusion indirecte

"Why do you sit here all alone ?" said Alice not wishing to begin an argument.
"Why, because there's nobody with me !" cried Humpty Dumpty. "Did you think I didn't know the answer to that ? Ask another." (T, VI, 209).

  • 10  La comptine, comme l'illustre "Jumping Joan", doit également une part essentielle de sa force et d (...)

27Les deux derniers exemples sont révélateurs de ces jeux dans le jeu que présentent à plaisir les "livres d'Alice". Dans le cas de la ronde "here we go round the mulberry bush", la référence est explicite : Alice est montrée, dansant bras-dessus bras-dessous avec les frères Tweedle au son de violons déguisés en branches d'arbres. De plus, la petite fille constate naïvement qu'il lui semble connaître cette comptine depuis bien longtemps. Dans le second cas, l'allusion est doublement codée : elle renvoie d'abord à un genre spécifique (la devinette), ensuite à une comptine spécifique "Jumping Joan")10 :

Here I am, little Jumping Joan,

When nobody's with me, I'm all alone !

28Rien n'est explicité ; tout est dans le non-dit, dans la complicité tacite. A quoi bon dire ce que chacun sait ?

29Un dernier exemple de ces jeux sur et avec les comptines permettra de montrer une nouvelle fois la complicité que les "livres d'Alice" entretiennent avec les livres... et principalement avec les livres de comptines et fabulettes :

"He's an Anglo-Saxon messenger — and those are Anglo-Saxon attitudes. He only does them when he's happy. His name is Haigha". [...]
"I love my love with an H", Alice couldn't help beginning, "because he is Happy. I hate him with an H, because he is Hideous. I feed him with—with—with Ham-sandwiches and Hay. His name is Haya, and he lives"...
"He lives on the Hill", the King remarked simply, without the least idea he was joining in the game, while Alice was still hesitating for the name of a town beginning with an H. (T, VII, 224).

30Alors que Humpty Dumpty se flatte de reconnaître une comptine lue dans un livre (tout en ne se reconnaissant pas lui-même comme créature-création d'une comptine), le Roi moule son propos sur la structure d'une comptine sans en être conscient, tandis qu'Alice, toute heureuse de montrer son intimité avec cette littérature, ne peut s'empêcher de prendre une part active dans le récit du Roi. Dans ce court passage, la comptine est massivement présente et le livre de comptines, la référence constante et obligée.

31Ces quelques exemples, choisis entre mille et trois, le disent assez : la nursery rhyme parcourt les "livres d'Alice" où elle assume diverses apparences ; la comptine protéiforme est l'essence de ces textes ... en anglais. Que resterait-il de cette présence fondatrice et fondamentale dans une traduction qui négligerait cette dimension profonde, ou qui ne lui donnerait pas toute sa place, tant explicitement qu'implicitement ?

32Le lecteur n'est pas un voyageur sans bagages ; bien au contraire, il entre dans un livre avec sa mémoire. La lecture qu'il fait est sa lecture ; celle que la mémoire culturelle dans laquelle il s'inscrit lui suggère, lui permet, lui impose. Ainsi, le lecteur anglais des "livres d'Alice" aborde-t-il les récits avec une certaine pré-connaissance qui autorise autant d'allusions, d'échos et de parallélismes.

33Si la raison du récit des aventures d'Alice est, au-delà des aventures elles-mêmes, le jeu sur et avec cette connaissance antérieure à la lecture et sur le plaisir de re-trouver, de re-connaître ce que l'on connaît déjà, priver tout un groupe de lecteurs (ces lecteurs seconds pour lesquels le traducteur écrit) de cette dimension revient à amputer le texte de son ancrage, de sa dimension référentielle, donc de son fondement et sa raison même. C'est ne retenir que le dire et gommer le vouloir-dire, c'est faire table rase de la mémoire, c'est oublier le passé, c'est écrire sur du sable.

34De même que le vinaigre se compose à partir d'une mère qui lui donne corps et saveur, les "livres d'Alice" se composent à partir de la nursery rhyme. La nursery rhyme est la mère d'Alice anglophone ; la contine ne se doit-elle pas d'être la mère d'Alice francophone ?

35C'est pour tenter d'apporter une réponse à cette question essentielle (qui peut être vue comme une pure prétérition) que je propose, pour chacun des huit exemples présentés dans les pages ci-dessus, la traduction que l'on trouvera dans le fascicule de textes de référence.

36La traduction (ou la non-traduction) des noms propres est un autre facteur déterminant pour la qualité de la réception du texte traduit. De la réponse apportée à cette question dépend le degré de familiarité donné immédiatement entre le lecteur et le texte qu'il aborde pour la première fois. Dans le cas de noms référentiels, ces noms qui ont une résonance, ces noms parlants, ces noms qui veulent dire quelque chose, c'est toute la qualité des rapports triangulaires entre le personnage qui porte ce nom, Alice et le lecteur (qui l'un comme l'autre reçoivent le nom en le lisant) qui est en jeu. Cet aspect de la traduction des "livres d'Alice" n'a pas été abordé dans le cadre de cette étude ; cependant, pour justifier deux noms propres qui figurent dans les fragments donnés dans le fascicule de textes de référence, chacun étant révélateur d'un certain poids de signification, quelques éclaircissements seront utiles.

37Humpty Dumpty conserve sa nature et son identité d'œuf et porte, dans la version française que je propose, le nom de Bœuf Lœuf. Outre l'analogie formelle entre les deux noms, la raison profonde de cette nomination est la référence sous-jacente à la fable de La Fontaine "La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf. Ainsi, le petit lecteur francophone peut (s'il le désire et si sa mémoire le lui permet) se sentir en pays de connaissance : l'orgueil et la présomption du héros, l'aspect physique qu'il présente au dernier stade de son évolution et sa fin inéluctable et définitive se "lisent" dans son nom.

38Haigha, le second messager du Roi dans Through the Looking-Glass, porte en lui, et par son nom, le jumelage avec "the Hare", le lièvre de Alice's Adventures in Wonderland, tout comme "the Hatter", le chapelier du premier texte, vit une deuxième vie sous l'identité de Hatta, l'autre messager du second texte. Ainsi, les deux compères fous du premier volet des aventures d'Alice étant, dans la version française que je propose, le Lièvre d'Avril et le Chapelier Toqué, leurs doubles anglo-saxons dans le second volet se nomment-ils (normalement) Davrill et Toquey.

39Dans les fragments de textes accompagnés de leur traduction, je propose, "d'entrée de jeu", un exemple non encore abordé, et cela, en toute logique a-logique héritée des leçons du maître Humpty Dumpty : il s'agit d'une formule figée empruntée à la langue commune, mise en situation et réactivée par Alice elle-même "a cat may look at a king"). Outre l'interaction entre la langue et l'écriture qu'il illustre, cet ajout me semble justifié par la référence faite par Alice au livre, source de toute connaissance non discutable pour elle, comme pour ses lecteurs. Le valet et la reine du drame de Victor Hugo vivent pour l'éternité leurs amours impossibles dans la bibliothèque de tout honnête homme — même si Ruy Blas n'est pas sur la table de chevet des petits enfants...

40Viennent ensuite quelques fragments de contines et de comptines. Un incipit, premier vers d'une ronde bien connue des petits enfants "Here we go round the mulberry bush") est suivi d'un élément parlé-chanté attesté dans de nombreuses nursery rhymes, véritable "sésame ouvre-toi" de cette littérature "fiddle-de-dee"). Vient ensuite la chute d'une devinette tautologique "there's nobody with me"). Cet échantillon de fragments propose enfin un jeu convivial reposant sur la promptitude verbale associée à une parfaite connaissance des règles du jeu "I love my love with...").

41Pour terminer, deux comptines sont proposées. La première "The Queen of Hearts...") est empruntée au corpus connu des petits enfants et collée dans le texte qui l'accueille sans subir de modification, si ce n'est son amputation de quelques strophes. La seconde "How doth the little crocodile") est empruntée, puis parodiée et plaquée dans le texte. La première est exploitée ; la seconde est rapportée. Ces deux nursery rhymes sont proposées dans deux versions : une traduction de surface, vraie-fausse comptine sans passé, et une traduction référentielle, jouant sur la mémoire du lecteur second. Dans ces deuxièmes tentatives de ré-écriture, "C'est la Mère Michel qui a perdu son chat..." et "Il était une bergère, et ron, et ron, petit patapon..." se laissent entendre par l'enfant pour qui l'une comme l'autre de ces chansonnettes est familière. Ainsi, le petit lecteur second joue-t-il (peut-il jouer), comme le petit lecteur premier, avec sa mémoire.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Au long des deux déplacements d'Alice, deux voyages se déroulent : un voyage extérieur et un voyage intérieur. Comme le dit Jean Gattégno, paraphrasant le titre d'une étude de Donald Rack "Alice's Journey to the End of the Night"), "Alice n'est pas allée au bout de la nuit, mais au fond d'elle-même". In J. Gattégno, préface à Alice's Adventures in Wonderland, Paris : Aubier-Flammarion, édition bilingue, traduction de Henri Parisot, 1970, p. 69.

2  L'édition de référence à laquelle renvoient les exemples suivants est : The Complete Works of Lewis Carroll, New York : Vintage Books, 1976.

3  La dédicace du conte de Charles Kingsley, publié deux ans avant le premier volume des aventures d'Alice est explicite : "To my youngest son Grenville Arthur and to all other good little boys". C. Kingsley, The Water Babies, Londres : J.M. Dent & Sons, 1957, première publication 1863.

4  Je distingue d'une part les comptines, dont la nature première est de s'appuyer sur le rythme et la scansion, sur le compte et le décompte, sur le comptage et le compte à rebours, pour les exploiter dans leur aspect fonctionnel, et d'autre part les contines, dont la composition et l'exploitation relèvent plus du récit, et qui se définissent par leur sens, plus que par leurs sons.

5  A la suite de George Steiner dans son étude de l'Antigone de Sophocle, il est permis de dire que ces marques visibles-invisibles sont "impitoyablement présentes" dès les premiers mots des "livres d'Alice". Au lecteur de les voir et d'en jouer pour mieux en jouir. Cf. G. Steiner, Antigones, Oxford : Clarendon Press, 1984.

6  Si j'écarte le pluriel canonique (des merveilles), trop matériel et trop limitatif, c'est pour rendre à l'émerveillement toute sa force dans les rapports d'Alice avec le monde et ses habitants. L'émerveillement et l'étonnement (“I wonder...” aime dire Alice) ont une charge de sens non négligeable dans ce wonderland.

7  Humpty Dumpty, par exemple, ne peut pas ne pas être tombé ; le fait est connu de tous ; son destin est écrit, il est écrit dans les livres ... Cf. H. Cixous, "Humpty Dumpty toujours-déjà tombé", in Lewis Carroll, Paris : L'Herne, 1971, pp. 11-16.

8  Pour l'origine des nursery rhymes, voir principalement : I. et P. Opie, The Oxford Dictionnary of Nursery Rhymes, Oxford : Oxford University Press, 1951 ; I. et P. Opie, The Oxford Nursery Rhyme Book, Oxford : Oxford University Press, 1955 ; M. Gardner ! The Annotated Mother Goose, New York : The World Publishing Company, 1962.

9  Les abréviations employées ici et dans le fascicule de Textes de référence renvoient à l'édition de référence citée à la note 2, p. 93 : T pour Through the Looking-Glass, W pour Alice in Wonderland.

10  La comptine, comme l'illustre "Jumping Joan", doit également une part essentielle de sa force et de son pouvoir de mémorisation chez le petit enfant à la nature sonore du nom de ses héros. Tweedledum, Tweedledee et Humpty Dumpty sont les fiers représentants de ces êtres de son et de bruit. Les effets de cette présence du bruit sont montrés avec une docte folie dans deux ouvrages que n'aurait pas reniés Charles Lutwidge Dodgson : C. Nodier, Dictionnaire des onomatopées, première édition 1928, nouvelle édition, précédée de "la nature dans la voix" par Henri Meschonnic, Mauvezin : Trans-Europ-Repress, 1984 ; J.P. Brisset, La Grammaire logique, première édition 1883, nouvelle édition Paris : Baudoin, 1980.
Pour les emprunts faits par Carroll à la littérature enfantine, voir : G. Leclercq, "Parodie et traduction : dire et laisser dire", in Contrastes, "Humour et traduction", Numéro hors série, Paris : ADEC, 1985, pp. 101-124. Les deux comptines "How doth..." et "Tweedledum and Tweedledee..." ont été abordées une première fois et présentées dans une unique traduction dans : G. Leclercq, "Traduction, adaptation, parodie : traduire Alice en toute justice" in Palimpsestes 3, Traduction/Adaptation, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1990, pp. 49-77. Voir aussi : G. Leclercq, "Quand (se) taire, c'est (se) dire plus fort : les lourds silences d'Alice" in Palimpsestes 5, La mise en relief, 1991, pp. 101-114.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Leclercq, « Le petit (?) lecteur d'Alice », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/679 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.679

Haut de page

Auteur

Guy Leclercq

Université Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals