Navigation – Plan du site
Stratégies de traducteurs

De La Disparition de Georges Perec à Vanish'd ! de John Lee : la traduction traduite

Sara Greaves
p. 105-115

Résumés

Le lecteur de Vanish'd ! est un lecteur privilégié : il se trouve face à une recréation en langue anglaise du roman sans "e" de Georges Perec, La Disparition. Ayant traqué tous les "e" enfouis dans le texte — l'absence de cette lettre cachant mal son omniprésence —, John Lee leur a trouvé des équivalents et construit un texte invitant le lecteur anglais à partir à son tour sur les traces du "e". Dans cet article, nous montrons d'abord en quoi consiste la lecture de ce roman d'inspiration ludique, avant de fournir quelques exemples des jeux verbaux et culturels qui attendent le lecteur de Vanish'd ! Il est suggéré que le texte traduit force le trait de l'auto-parodie en s'affichant comme traduction, ajoutant ainsi encore une couche de ludisme métatextuel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  "Je citerais en contre-exemple la traduction française de Finnegans Wake (James Joyce, traduit par (...)
  • 2  Un lipogramme est un texte dans lequel l'auteur s'interdit délibérément l'emploi d'une des lettres (...)
  • 3  Malheureusement, cette traduction brillante n'a pas encore été publiée et peut seulement se consul (...)

1La problématique de la lecture d'un texte traduit demande que l'on tienne compte, d'une part, des attentes du lecteur, de sa conscience d'avoir affaire à un texte traduit, et, d'autre part, de la "conscience" du texte d'avoir le statut d'une traduction (manifeste, par exemple, dans la présence de préfaces et de notes), voire de son éventuelle dimension métatextuelle. Qu'il puisse y avoir interaction entre ces deux consciences est évident : chaque note du traducteur en bas de page à propos d'un calembour qu'il n'a pas su rendre ou d'un fait culturel à élucider, rappelle au lecteur — en plus de l'information qu'elle donne — que traduire n'est pas une affaire de transparence. Mais, alors que la note du traducteur peut être considérée comme un aveu d'impuissance1 dans la mesure où il n'a pas réussi à créer un texte qui se suffise à lui-même, ou peut au contraire servir à glorifier le travail de médiation du traducteur, pourquoi ne pas imaginer une traduction qui s'afficherait comme telle, qui se prendrait elle-même comme objet à traduire ? Tel est le cas, nous allons le voir, de la traduction anglaise du roman lipogrammatique2 de Georges Perec, La Disparition, intitulée Vanish'd !, de John Lee3.

  • 4  L'Ouvroir de Littérature Potentielle réunissait des écrivains (dont Raymond Queneau, Jacques Rouba (...)

2Rappelons d'emblée que ce roman de Perec est un roman ludique oulipien4 : "... signalons surtout qu'il s'agit d'un hasard, car, au fait, tout partit, tout sortit d'un pari..." (La Disparition, p. 310).

3A l'origine de La Disparition, il y avait, comme cadre fictionnel, un jeu, avec ses règles et son espace de liberté, espace linguistique et littéraire, que Perec, en explorateur vernien, explore de fond en comble. Le ton du jeu étant donné, le roman prend la forme d'une parodie multi-dimensionnelle où se trouvent pris comme cibles des objets aussi divers que le roman policier, la linguistique, la psychanalyse, une nouvelle de Henry James (The Figure in the Carpet), un roman de l'auteur (Un homme qui dort), le roman lui-même comme œuvre d'art et... le lecteur.

  • 5  Claude Burgelin, Georges Perec, Paris : Seuil, 1988, p. 94. Citons aussi les articles réunis par l (...)

4Ceci n'exclut aucunement tout sérieux : des études très approfondies ont montré que ce roman n'est pas étranger au projet autobiographique de Perec ; au contraire, il occupe une place essentielle dans le vaste puzzle des écrits perecquiens. Citons, par exemple, Claude Burgelin : "La saga du e disparu/eux disparus a d'étonnantes proximités avec le roman qui entrecroise île disparue et ils disparus"5. Chez Perec le travail de la langue revient, radicalement, à y inscrire son identité et son histoire.

  • 6  Nous ne nous souscrivons donc pas à l'avis de David Lodge : "These works are probably more fun to (...)
  • 7  John Lee, Réflexions d'un dénicheur d'œufs et d'oiseaux, à paraître.

5Quant au lecteur de La Disparition, il s'identifie parfois aux avatars de la victime (Anton Voyl, Ismaïl, etc.), parfois aux détectives (Ottaviani, Amaury Savorgnan, etc.), tous aux prises avec un fatum énigmatique qui leur échappe. Ou, inversement, tous sont à l'image du lecteur idéal (celui qui se laisserait prendre au jeux du lipogramme) qui, une fois l'absence systématique du e repérée, s'attache à découvrir le fin mot de toutes les disparitions du roman. Par conséquent, le roman assigne au lecteur un rôle très actif6 — auquel il le forme au fur et à mesure, comme le souligne John Lee7 — et se trouve constamment ramené à sa propre activité herméneutique par le jeu de cache-cache du discours lipogrammatique. De fait, on peut oublier le lipogramme pendant de longs passages, puis, brusquement, ou de manière plus insidieuse, à cause de la surface accidentée du récit (locutions ou lexique rares, mots tronqués, récurrences obsédantes...) ou des péripéties insolites de la narration, on se rend compte de ses ravages.

6Prenons, à titre d'exemple, le cas de Douglas Haig Clifford, le "baryton naïf" du chapitre 9 qui meurt en chantant l'avant-dernière scène du Don Giovanni de Mozart dans le rôle de la statue du Commandeur (Commandant) :

Soudain il poussa un mi tonitruant. Puis sa voix cassa tout d'un coup, il cogna un portant, fit un faux pas, bascula, plus droit qu'un mât, ainsi qu'un baobab qu'on abat. Ça fit un bruit sourd, cassant. Du balcon aux gradins, du paradis aux loggias, l'on poussa un cri assourdissant. L'inouï choc fut si brutal qu'à l'instar d'Humpty-Dumpty chutant du haut du mur on vit s'ouvrir l'ivoirin carcan (p. 106).

7Pour déchiffrer cette mort et en comprendre les causes, le lecteur aura forcément recours à ce qu'on pourrait appeler la "lecture lipogrammatique". Ce qui tue Haig, c'est, d'une part, le "mi" qui se dit E en solfège anglais et, d'autre part, son deuxième prénom, Haig, qui, prononcé par les français non-anglicistes, ressemble parfois au mot anglais egg. Or, le mot français pour egg étant "œuf, et le pluriel de "œuf étant "œufs" (Ø), on s'aperçoit que Haig renvoie à un lipophone (un phonème interdit). D'où aussi la comparaison avec Humpty Dumpty : le costume qui a été créé pour le Commandant ressemble fort à une coquille d'œuf... Somme toute, il est surdéterminé : le personnage doit disparaître.

8Se livrant à ce jeu herméneutique face aux morts successives du roman, le lecteur de La Disparition prend peu à peu conscience d'une loi arbitraire et cruelle. Pris dans une sorte d'oscillation, il est tour à tour ou simultanément absorbé par la narration et confronté à la matérialité du texte : mode de lecture ambivalent qui convoque puis conjure l'angoisse. Vers la fin du roman, on nous explique :

il donna à sa narration un tour symbolisant qui, suivant d'abord pas à pas la filiation du roman puis pour finir la constituant, divulguait, sans jamais la trahir tout à fait, la Loi qui l'inspirait... (p. 311).

9Or, la spécificité de récriture lipogrammatique réside dans le fait qu'elle est elle-même un acte traduisant ; éviter des mots en e signifie qu'on les remplace par d'autres (mots étrangers et dialectaux, mots rares...), qu'on les détourne par périphrases ou paraphrases, qu'on recourt aux citations, aux réécritures etc. Il s'agit, à l'intérieur d'une langue, de modulations, de transpositions, d'emprunts — de toute la panoplie des opérations de traduction. Citons à nouveau Perec dans son Post-scriptum :

puis, surtout, il y assouvissait, jusqu'à plus soif, un instinct aussi constant qu'infantin (ou qu'infantil) : son goût, son amour, sa passion pour l'accumulation, pour la saturation, pour l'imitation, pour la citation, pour la traduction, pour l'automatisation (p. 310).

10Si, dans le texte source, écrire, c'est déjà traduire, qu'en sera-t-il dans la traduction ? Quel serait — pour invoquer la notion théorique d'équivalence — l'équivalent qui correspondrait à l'esprit et à la lettre de l'écriture lipogrammatique ? Sans se laisser séduire par la force rhétorique de la tautologie, si la loi du lipogramme implique les contraintes et les potentialités de la lipographie et de ses dérivés (lipophonie, allolipographie, etc.), la loi de tout texte traduit consiste, elle, dans les contraintes et les potentialités de l'activité traduisante (fidélité au texte-source, règles grammaticales, découpage de la réalité de la langue d'arrivée...). Traduire un texte écrit sous la contrainte du lipogramme, c'est donc multiplier les contraintes mais aussi, grâce à sa façon de stimuler l'imaginaire linguistique, les potentialités.

11Le caractère hautement auto-référentiel de ce roman se perçoit sous forme de discours réflexif (voir les deux extraits précédents), ainsi que dans chaque mot où l'absence du e ne peut que connoter le lipogramme. Dans la traduction, compte tenu de l'esprit parodique et excessif du roman, la dimension métatextuelle pourra également faire fonction de générateur textuel en se portant sur le lipogramme, certes, mais aussi sur l'acte traduisant lui-même. Cela veut dire en pratique, que l'on s'attendra, d'une part, à trouver dans la traduction l'absence de e et une surdétermination ludique similaire à celle que l'on a vue dans la mort de Haig et, d'autre part, à constater que cette traduction se montre "consciente" d'elle-même.

12En ce qui concerne le lecteur hypothétique de Vanish'd !, plusieurs cas de figure se présentent à l'esprit : le "naïf, ne connaissant ni Perec ni son roman considéré comme un tour de force technique, ou l'"initié", averti du lipogramme et donc investi d'une curiosité bien précise (le traducteur a-t-il réussi la performance technique tout en aboutissant à un roman lisible ?).

13De même que le texte-source, le texte traduit se donne comme tâche de former ses lecteurs, sur le tas, à la lecture lipogrammatique au deuxième degré. En effet, loin de suivre sagement les traces de Perec, John Lee relève le défi que lui lançait ce roman prodigieux de le recréer en langue anglaise, en réussissant une traduction qui non seulement laisse transparaître le texte de départ (phénomène que l'on a peu ou prou avec tout texte traduit), mais joue avec cet effet de palimpseste, "montrant puis masquant" (La Disparition, p. 41) son statut de texte traduit.

14Dans les extraits de Vanish'd ! qui suivent (accompagnés des extraits du texte source qui leur correspondent), nous indiquerons quelques manifestations de cette dimension méta-métatextuelle qui est la "conscience" du texte traduit, ainsi que des jeux de langage que le lecteur, sensibilisé au fil des phrases, est invité à décrypter. Notons, au passage, que la dynamique du lipogramme est à l'œuvre dans les deux textes, engendrant l'écriture par associations sonores, graphiques, sémantiques.

Il voyait un vautour qui planait, haut dans l'azur. Tout autour du lit, un ramas d'animaux — gros rats noirs, mulots, souris, campagnols, cafards, crapauds, tritons — faisait faction à l'affût du corps raidi, chair à charognards (La Disparition, p. 31).

V saw a carrion crow, waiting, sky-high, and all round his couch a clutch of crouching animals — fat black rats, all mousy sorts, both town and country cousins, frogs and toads, tritons — hanging around, lying in wait, raidi to tuck into his stiff carrion body (Vanish'd !, p. 18).

15Commençons notre analyse du passage par le néologisme "raidi". Outre qu'il permet d'entendre un mot interdit (ready) tout en montant en épingle le lipogramme par sa transgression orthographique, le lecteur francisant y voit un calembour bilingue (ready/raidi). D'autres jeux de mots bilingues suivront, tels que "Charly di goal is..." et "all will normal aura" (où "aura" ("un air") renvoie au futur français (will), tout en soulignant la suppression de have, interdit à cause du e). Grâce à cet écho sémantique, ce lecteur y verra aussi une surdétermination du jeu sur stiff : "raide", mais aussi "un mort". C'est là un procédé interlinguistique qui fonctionne à l'instar d'une dynamique intertextuelle, permettant brusquement de percevoir le texte (la langue, la culture) en amont du texte traduit. De même que le texte-source dépend parfois, nous l'avons vu, de connaissances en langues étrangères, de même, le texte d'arrivée ouvre un espace polyglotte.

16Plus important, cependant, est cet exemple de la lecture lipogrammatique au deuxième degré : grâce à la polysémie, nous lisons non seulement ready mais "raid-i" (autrement dit a raid on e), où se trouve désignée cette opération persécutrice à l'encontre d'une voyelle. Cet exemple s'inscrit dans un réseau de lipographes (le terme est de John Lee) métatextuels ayant pour suffixe y, qui, étant homonyme de e (/i:/), permet d'entendre la voyelle interdite en toute légalité : lacky (le e manque), whisky (cf. to whisk away ; enlevez e), flunky (le e recalé), milky (e blanc), dicky (e boiteux)... etc. Tous ces mots maintiennent leurs fonctions sémantico-grammaticales normales.

17Les deux extraits comportent une série de trois mots liés par l'allitération sur /c/ : "campagnols", "cafards", "crapauds" et "couch", "clutch", "crouching". Le chiffre trois est une récurrence dans le texte-source : "Tout par trois", "par trois fois", "trois rayons branlants", "trois grands favoris" etc., provenant entre autres de la graphie du E majuscule avec ses trois traits. Dans La Disparition ce procédé s'insère dans un réseau de procédés permettant d'inscrire malgré tout la lettre e dans le texte. Dans le texte traduit, cette allitération triple constitue une des nombreuses solutions à l'obstacle du mot three.

18Plus tard, le mot road, lipogramme naturel, est "traduit" par la locution citée ci-dessus, "frog and toad". Cet exemple du rhyming slang cockney est un petit tour de force métatextuel : il souligne la prédilection que révèle ce type d'écriture pour le signifiant en mettant l'accent sur la rime, et renvoie au style cumulatif et périphrastique dans la mesure où la locution est un prolongement et un détournement. Méta-métatextuellement, il connote très précisément la traduction lipogrammatique qui, elle aussi, est une sorte de jargon inventif réservé aux initiés. Sa gratuité dans les exemples fournis (il aurait suffit de traduire "crapauds" par toads et laisser road tel quel) est également signe de la présence de la dimension métatextuelle.

  • 8  Pour une étude plus détaillée, mon mémoire de maîtrise peut se consulter à l'Association Georges P (...)

19Généralement, cependant, la construction textuelle n'est guère caractérisée par la gratuité : toute transgression grammaticale ou orthographique a une raison d'être. Ainsi, substitutions grammaticales (pronoms, terminaisons en -ed, articles...) et lexicales, locutions idiomatiques (légitimes ou transgressives), calembours, mot-valises, mots tronqués et ainsi de suite, sont tous intégrés non pas de manière anarchique, mais en respectant rigoureusement les lois de surdétermination sémantique et intertextuelle que le traducteur se donne. Ce serait dépasser le cadre de ce travail que d'examiner ces lois ici ; nous espérons que les extraits qui accompagnent cet article permettront de s'en faire une idée8.

20Un procédé qui revient avec insistance est la fonction performative. Cela n'est pas étonnant, lorsque l'on considère qu'il s'agit là du trait principal de l'écriture lipogrammatique : en effet, chaque mot, simplement parce qu'il ne contient aucun e, dit ce qu'il fait. Dans la locution suivante, le passé simple a été transcrit phoniquement de manière à reproduire au niveau du signifiant la “bourde” (impairs) au niveau du signifié : "dropt bricks" (p. 50).

21En témoignent notamment le titre (Vanish'd !) et le paradigme qu'il ouvre autour de l'apostrophe (qui pointe la présence d'une absence), de -ish et de nish'd. Ce dernier met en jeu, par contamination phonique, le nichts allemand (rien), qui s'insère dans un réseau de forte connotation métatextuelle, à savoir : le "e blanc", le vide autour duquel tout le texte se construit. Or, dans le texte traduit, cette homophonie engendre deux catégories de mots qui reflètent les deux faces de l'écriture lipogrammatique : d'un côté, il y a le vide : diminish'd, abolish'd, finish'd, banish'd... etc. ; de l'autre, le trop-plein : polish'd, nourish'd, accomplish'd... etc.

  • 9  "Vanish'd" avec l'apostrophe provient de Macbeth (pièce réputée maudite) au moment où les trois so (...)

22Si l'on compare ce titre à son homologue, il est clair qu'il y a une grande différence de parti pris de part et d'autre. Alors que Perec choisit un mot lexical légitime, John Lee affiche d'emblée qu'il y a quelque chose de saugrenu. Comme n'importe quel titre, c'est un encodage que seule la lecture du texte permettra de décoder, ainsi qu'on le perçoit, par exemple, dans son ancrage intertextuel : grâce aux allusions que contient le texte, le lecteur prend conscience des intertextes du titre, à savoir : Macbeth de Shakespeare et Kidnapped ! de R.L. Stevenson9. Le fait que le titre du texte traduit soit constitué d'une proposition exclamative est aussi à prendre en considération : n'y décèle-t-on pas l'expression de l'humour et l'annonce de l'esprit parodique qui se confirme au cours du roman ? Si les résonances textuelles et intertextuelles mentionnées ci-dessus ne lui apportent que rétrospectivement poids et épaisseur, néanmoins l'absence du e est plus fortement désignée que dans le titre original. Le parti pris du traducteur semble, par conséquent, consister à supposer que la plupart de ses lecteurs — vingt-cinq ans après la parution de La Disparition — sauront que le roman est un lipogramme. Il s'agira donc moins de le leur faire découvrir que de les inviter d'emblée à le suivre sur les pistes du lipogramme anglais.

23Ce qui fascine dans le roman et dans la traduction, c'est l'accumulation de sens, la saturation depuis les éléments les plus minimaux jusqu'à l'élaboration fictionnelle et jusqu'au déploiement intertextuel. Si bon nombre des intertextes dans La Disparition sont d'origine anglaise ou américaine (Macbeth, Tristram Shandy, Moby Dick, etc.), dans le texte traduit cette tendance est exagérée. Outre les allusions, implicites ou explicites, dans La Disparition, le texte traduit est émaillé d'allusions qui lui sont propres et qui sont puisées dans la culture anglo-saxonne et, de ce fait même, la connotent. Ces allusions sont à la fois formellement et sémantiquement intégrées dans les réseaux du texte et posées en surface, d'où elles attirent l'attention sur son statut de texte traduit. En voici, quelques exemples, qui renvoient à des romans de Charles Dickens : "[...] or Boz afor Pickwick, Philip "Pip" Pirrip or Codlin and Short" (p. 160).

24Codlin renvoie aux réseaux ichthyologique (un de ses sémantèmes étant une morue de petite taille) et entomologique (un codling est un papillon de nuit), tandis qu'un autre sémantème, une variété de pomme, s'intègre par récurrence : codlin turnup est un lipographe de apple turnover, traduction de "chausson farci" ; Cap-codling traduit Cap Cod, etc.

25"(...) so I did a bit of artful dodging" (p. 198) : ceci traduit "(...) j'usais d'un faux-fuyant malin" (p. 268) et introduit le célèbre Cockney, l'Artful Dodger, tout en décrivant parfaitement l'écriture lipogrammatique et, de surcroît, en soulignant l'art (art-ful). De là, il ne faut qu'un pas pour traduire "Bon sang !" par "What t' dickins !", où le i est un substitut phonique du e.

26Dans Vanish'd ! le travail des allusions culturelles et des intertextes de toutes sortes est considérable : mis à part la littérature, le transfert culturel se fait dans les domaines de la nourriture, des institutions, des chansons et des émissions de télévision. Parfois, une allusion peut en cacher une autre : dans l'exemple qui suit, un lipogramme naturel — locution proverbiale anglaise — est donné comme citation de François Danican Philidor, suivi d'une citation de John Donne, traduction plus proche du français.

"Nonobstant nos chagrins, il nous faut nous unir", ainsi chantait jadis François Danican Philidor (p. 129).

It's an ill wind that blows nobody any good. As it says in an old song by François Danican Philidor... (or was it John Donn ?) : "Though sorrowful, no man is an island" (p. 94).

27Du point de vue du traducteur, il s'agit sans doute là d'une occasion d'insérer un lipogramme naturel et d'inclure un nouvel écrivain anglais. Le lecteur, en revanche, voit le texte traduit en train de subir une expansion de manière assez explicite ("or was it John Donn ?") et l'opération traduisante du transfert culturel se réalise devant lui.

28Les deux "consciences" du texte traduit et de son lecteur peuvent aussi se rejoindre dans la perception de cette signature de l'artiste : John (Lee) Donn (done). En effet, de la même manière que Perec ("un grand cri vain" p. 128) s'inscrit, dans son roman Ilot du Grand Pardon, "au Royal G - P.R.C." et "Nato - SAG - G/PRC" (p. 77), le traducteur ("this author, crying out loud to...", p. 144) s'inscrit dans le texte traduit en même temps qu'il y inscrit le nom de l'anglais typique, John Bull : "Gold (John) Bullion".

  • 10  Un pangramme est une phrase ou un texte utilisant toutes les lettres de l'alphabet ; un pangramme (...)

29L'exemple suivant illustre le type de difficulté qui, ordinairement, est renvoyé dans une note de bas de page. Le problème réside dans le besoin, pour le lecteur anglais de reconnaître un pangramme10 défectueux et de surcroît, d'avoir accès au sens de la phrase. La solution consiste à fournir la traduction littérale du pangramme français (nécessaire parce qu'il s'insère sémantiquement dans la narration), puis à permettre la reconnaissance culturelle en donnant une version lipogrammatique du pangramme anglais le plus connu (over the lazy dog devenant "at this lazy dog") :

"Portons dix bons whiskys à l'avocat goujat qui fumait au zoo" (p. 55)
“Quick ! X hot tots of brand whisky for an unjovial solicitor smoking at Paris zoo !” (viz. a quick brown fox jumps at this lazy dog, as any typist will know, but such a translation would play havoc with OUT story, wouldn't it ?) (p. 37).

30L'interpellation interrogative pointe clairement le décalage entre les deux versions : "but such a translation would play havoc with our story, wouldn't it ?". En illustrant le caractère paradoxal de cette écriture, elle implique le lecteur dans l'histoire, dans le déroulement de l'action, tout en l'invitant à réfléchir sur la fabrication du roman et le passage d'un texte à l'autre. Mais, la plupart du temps, la conscience du texte traduit s'exprime de manière tout de même moins directe, laissant jouer les connotations. Ainsi, "un discours abracadabrant" (p. 234) est traduit par "a cock-and-bull-story" (p. 172), ce qui connote, par le truchement d'une expression idiomatique, l'entre-croisement de la France et l'Angleterre : l'animal fétiche français (le coq) y côtoie — encore une fois — (John) Bull. La langue et la littérature anglaises jouent un rôle important dans le roman sur les plans fictionnel et linguistique (Augustus B. Clifford est anglais et habite à Azincourt, Albin hait Albion, les citations et les discours en anglais, etc.) : John Lee superpose à l'auto-référence perecquienne (le "discours abracadabrant") une allusion à ces multiples rencontres franco-anglaises. S'y ajoute, par ailleurs, une allusion à l'une des plus célèbres histoires à dormir debout de la langue anglaise, citée dans le Post-Scriptum de La Disparition : The Life and Opinions of Tristram Shandy de Laurence Sterne, qui se termine "L--d ! said my mother, what is this story all about ? A COCK and BULL, said Yorick — And one of the best of its kind, I ever heard".

  • 11  “Entretiens avec Georges Charbonnier”, cité par Benoît Peeters, Cahiers Georges Perec 1, Colloque (...)

31A la lumière de ces extraits, on prend conscience de la créativité foisonnante qui appelle et interpelle le lecteur du lipogramme en anglais, ainsi que des multiples façons dont l'auto-parodie peut se manifester. En puisant dans le champ de référence anglais elle accapare tout ce qui peut représenter l'acte traduisant, qu'il s'agisse d'argot cockney, d'accents écossais ou américain, de caricatures nationales ou des nombreuses locutions idiomatiques. Si les lecteurs hypothétiques divers (naïfs, initiés...) abordent ce texte traduit à partir de positions diverses, ils sont vite formés à la lecture lipogrammatique ; à la différence de La Disparition, dont certains lecteurs ne se sont pas aperçus qu'il manquait une lettre, Vanish'd !, mettant cartes sur table pour exploiter de manière ludique la "conscience" du texte traduit, crée les conditions d'une interaction texte-lecteur plus explicite. Quant au lecteur qui connaît bien La Disparition, il s'offre le plaisir supplémentaire de suivre les cheminements intellectuels et linguistiques qui ont permis le passage d'un texte à l'autre. De fait, Vanish'd ! est en quelque sorte La Disparition recréée ou reconstruite, sans que les échafaudages (pour reprendre une image de Raymond Queneau)11 aient été démontés.

32S'il est vrai que cette traduction fonctionne par équivalence formelle, l'image d'un texte parallèle, ou d'un texte en miroir, n'est pas tout à fait juste pour décrire Vanish'd !. Il paraît préférable d'y voir une continuation, voire une excroissance de La Disparition, excroissance dont les tiges et les vrilles n'auraient pas été coupées, et montreraient ainsi plus qu'elles ne masqueraient, en fin de compte, les liens de parenté. Quant au lecteur, ce n'est pas non plus l'homologue exact du lecteur du texte-source. Lire cette traduction ne devrait pas seulement se concevoir comme un recours nécessité par la langue, mais comme une nouvelle expérience littéraire.

Haut de page

Notes

1  "Je citerais en contre-exemple la traduction française de Finnegans Wake (James Joyce, traduit par Philippe Lavergne, Gallimard, "Du monde entier", 1982) : sous l'avalanche des mots-valises dont il ne tente de rendre qu'une infime partie, le traducteur use et abuse des notes, d'une façon irrégulière, de surcroît, qui ne correspond à aucun fonctionnement du texte joycien." John Lee, "NdT (note du traducteur)", communication donnée à l'Université de Provence dans le cadre d'un séminaire présidé par le Professeur Anne Roche, mai 1991, pp. 18-19.

2  Un lipogramme est un texte dans lequel l'auteur s'interdit délibérément l'emploi d'une des lettres de l'alphabet.

3  Malheureusement, cette traduction brillante n'a pas encore été publiée et peut seulement se consulter à l'Association Georges Perec, à la bibliothèque de l'Arsenal, Paris. Une autre traduction, de Gilbert Adair, intitulée A Void, vient de paraître chez Harvill.

4  L'Ouvroir de Littérature Potentielle réunissait des écrivains (dont Raymond Queneau, Jacques Roubaud, Georges Perec) intéressés par l'expérimentation ludique, la recherche de formes nouvelles (en s'inspirant de la musique, des mathématiques, etc.) et le renouvellement de formes rares ou anciennes.

5  Claude Burgelin, Georges Perec, Paris : Seuil, 1988, p. 94. Citons aussi les articles réunis par le Colloque de Cerisy : Cahiers Georges Perec, Paris : P.O.L., 1984.

6  Nous ne nous souscrivons donc pas à l'avis de David Lodge : "These works are probably more fun to read about than to read", The Art of Fiction, "The Experimental Novel", London : Penguin, 1992, pp. 107-8.

7  John Lee, Réflexions d'un dénicheur d'œufs et d'oiseaux, à paraître.

8  Pour une étude plus détaillée, mon mémoire de maîtrise peut se consulter à l'Association Georges Perec, Bibliothèque de l'Arsenal, Paris.

9  "Vanish'd" avec l'apostrophe provient de Macbeth (pièce réputée maudite) au moment où les trois sorcières s'éclipsent pour la première fois (acte I, scène 3) : "Whither are they vanish'd ?" ; l'apostrophe est ensuite intégrée dans un autre un réseau métatextuel. Le point d'exclamation provient du titre du roman de Stevenson, Kidnapped !, traduit en français par "Enlevé !".

10  Un pangramme est une phrase ou un texte utilisant toutes les lettres de l'alphabet ; un pangramme connu mais défectueux permet de signaler et de souligner l'absence du e.

11  “Entretiens avec Georges Charbonnier”, cité par Benoît Peeters, Cahiers Georges Perec 1, Colloque de Cerisy, p. 178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sara Greaves, « De La Disparition de Georges Perec à Vanish'd ! de John Lee : la traduction traduite », Palimpsestes, 9 | 1995, 105-115.

Référence électronique

Sara Greaves, « De La Disparition de Georges Perec à Vanish'd ! de John Lee : la traduction traduite », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/680 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.680

Haut de page

Auteur

Sara Greaves

Université Aix-Marseille I

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals