Navigation – Plan du site
Lectures et textes traduits

Images du lecteur

Lance Hewson
p. 151-164

Résumés

Cette communication examine la place que le lecteur peut occuper à l'intérieur d'une théorie de la traduction. On constate d'emblée que le lecteur du texte traduit n'est en fait que troisième dans une hiérarchie qu'il convient d'étudier : lecteur du texte de départ, qui bénéficie d'un accès direct à la langue-culture de départ ; traducteur ( lecteur du premier texte, lecteur de sa propre traduction) qui travaille nécessairement avec une certaine image du lecteur appartenant à la langue-culture d'arrivée ; enfin, lecteur du texte traduit, qui s'efforce, dans une plus ou moins grande mesure, de reconstruire un "autre" qui peut à la fois lui échapper et l'envahir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir les modèles de traduction analysés par Garnier (1985).
  • 2  Sauf quand il s'agit de définitions de l'"équivalence" — voir infra.

1Le lecteur du texte traduit : l'énoncé pose problème. Déjà, la notion de "texte traduit" présuppose une certaine vision qui ne recouvre pas tout à fait la réalité, non seulement en raison de la multiplicité de textes, mais aussi parce que l'on rencontre de plus en plus de textes de statut douteux, qui n'affichent pas leur qualité de traduction (voir infra). Mais c'est surtout le terme "lecteur" qui interpelle. Car, à la différence du "récepteur" ou du "destinataire", termes assez répandus dans les théories de la traduction1, le lecteur lit. Autrement dit, son rôle ne se limite pas à incarner l'aboutissement pur et simple d'une opération préalable, mais signifie le début d'un nouveau processus, où il engage sa propre subjectivité dans une activité qui est productrice de signification. Pour cette raison, me semble-t-il, le lecteur se retrouve, le plus souvent, en dehors des préoccupations immédiates du théoricien de la traduction2. Aussi convient-il de donner au lecteur la place qui est la sienne, en l'abordant de deux points de vue : d'une part, en explorant les images que l'on peut avoir du lecteur en tant qu'"objet" ou "finalité" de l'opération traduisante ; d'autre part, en examinant les images que le lecteur, lui, peut avoir, à travers un texte traduit, d'un premier monde culturel.

2Cependant, cette présentation simplifiée peut induire en erreur. Car, dès que l'on entre dans la problématique du lecteur du texte traduit, on est immédiatement confronté à cette complexité qui caractérise toute situation de traduction : mise en parallèle de deux mondes culturels hétérogènes, avec non seulement leurs systèmes de représentations distincts, mais aussi tous les enjeux socio-culturels et économiques dont ils relèvent. S'interroger sur le lecteur implique nécessairement recréer ces conditions, afin de positionner l'acte de lecture. On constate, d'emblée, que notre lecteur n'est que troisième dans une hiérarchie qui nous intéresse de deux points de vue : celui du lecteur lui-même, qui sait qu'il est sur les traces d'un texte que d'autres lecteurs ont déjà découvert et travaillé dans un autre monde culturel ; celui du traducteur, lui-même lecteur, mais positionné entre le lecteur appartenant à la langue de départ et celui qui, en langue d'arrivée, représente la finalité de son travail. Autrement dit, la problématique du lecteur doit, dans l'optique qui est la mienne, inclure toutes les opérations de lecture de la chaîne traductive. D'où une série d'images concurrentes, parfois même contradictoires, tout d'abord de deux lecteurs et de leur pratique face au "même" texte, deux lecteurs en apparence parallèles, mais appartenant à deux mondes culturels différents. A cette première série d'images viendra s'ajouter une deuxième série, concurrente et contradictoire elle aussi, celle que le traducteur doit nécessairement véhiculer et réconcilier afin de mener à bien son travail : impressions de lecture dans le premier monde culturel ; besoins et exigences présupposés de son lecteur final qui n'aura pas accès au texte de départ.

  • 3  C'est la position de Nida et Taber dans leur définition de l'"equivalence dynamique" : "The degree (...)
  • 4  G. Steiner souligne avec insistance la subjectivité de chaque lecteur : "Any thorough reading of a (...)
  • 5  Cette hypothèse vaut, évidemment, pour le lecteur unilingue lisant un texte rédigé dans sa langue (...)
  • 6  Le romancier moderne peut s'appuyer sur quelques connaissances de base pour sa représentation de c (...)
  • 7  Les problèmes posés par la traduction de textes appartenant à des périodes historiques très reculé (...)

3Il serait faux de croire qu'il existe une quelconque symétrie entre langue-culture de départ et langue-culture d'arrivée ; que l'on peut comparer, directement, le lecteur du texte de départ avec celui du texte d'arrivée. Cette idée, en fait, n'est que le reflet d'une prise de position, compréhensible mais fondamentalement fausse, en matière d'équivalence. Dire que l'effet d'un texte sur deux lecteurs de cultures différentes doit être le même, ou presque3, c'est se borner à une vision restrictive de la lecture ; comme si, déjà à l'intérieur d'une même culture, un texte pouvait se limiter à une interprétation définitive4 ; comme si un texte se lisait, mais que le lecteur ne lisait pas, n'était pas un participant actif et motivé dans la production de signification. Or, à la différence du lecteur d'une traduction, le lecteur appartenant à la langue de départ lit, pour ainsi dire, un texte considéré comme mono-culturel, ou, pour être plus précis, un texte dont le décodage se fait naturellement par le biais de la seule culture de départ5. Ce lecteur ne se préoccupe que de son propre monde culturel, sa lecture est informée avant tout par celui-ci, ce qui implique que d'éventuelles images d'autres mondes culturels passent à travers le filtre de la langue maternelle, subissent le décodage, stéréotypé sans doute, prévu dans son système de représentation6. Autrement dit, les images que retient ce premier lecteur, pour complexes qu'elles soient, sont référencées et référenciables, au moins pour des périodes proches de la nôtre7.

  • 8  Voir la position de Kelly (1979, 99) : "Translators have often been persuaders, through either str (...)
  • 9  Voir, par exemple, Kelly (1979, 67) : "It is inevitable that theory and practice will change accor (...)
  • 10  Par exemple, Newmark, 1981, 7.

4Mais on aurait tort de croire que nous puissions avoir une quelconque prise directe sur ce lecteur, sur sa lecture, car les images que nous pouvons avoir de lui dépendent avant tout de notre propre positionnement socio-culturel, de notre propre appartenance. Quand on parle d'"équivalence", de ce souci de voir un effet "équivalent" sur deux lecteurs, il faut surtout savoir qui parle de qui, et ce que l'on veut faire d'un texte. Vouloir transmettre, par exemple, ce qui est perçu comme une vérité biblique, c'est sans doute exiger le monopole de ses interprétations, c'est-à-dire une emprise totale sur le message et un blocage de toute lecture jugée non-conforme ou hérétique8 ; "produire le même effet", comme on a souvent l'occasion de le lire, implique non seulement avoir prise sur deux lecteurs, sur la vérité et la subjectivité de leur lecture, mais aussi contrôler toute future lecture, gommant ainsi la nécessité, par ailleurs considérée comme fondamentale, d'une remise à jour régulière de la traduction9 ; enfin, le fait de souligner la "perte inévitable"10entraînée par l'opération traduisante implique un jugement, parfois ethnocentrique, sur deux lecteurs et sur leurs langues : le texte destiné à l'autre est automatiquement moins beau et son lecteur est quelque part pénalisé par l'impossibilité d'avoir accès à la beauté originelle. Or, force est de constater que toute image du lecteur est nécessairement subjective, et identifiable en partie seulement. L'appartenance à la langue-culture de départ, appartenance qui est normalement celle du critique littéraire, implique une identification à cette culture, une proximité, une vision avant tout mono-culturelle du public de tel auteur, de telle œuvre ; l'appartenance à une autre langue-culture, par contre, signifiera une distance, géographique et/ou temporelle, sans doute émotionnelle aussi ; l'image du lecteur qui se fait le traducteur sera, quelque part, celle de l'étranger, de l'autre. Mais avant d'explorer à la fois nos images du lecteur du texte d'arrivée et les images qu'a ce lecteur de ce même texte, il convient de porter notre attention sur la double appartenance du traducteur, double appartenance qui lui donnera un regard particulier, transformé par le passage constant d'un monde à l'autre.

  • 11  Voir, à propos de la position du traducteur, Hewson et Martin, 1991.
  • 12  Voir Gantier (1985, 61) sur les motivations du traducteur : "Ce sont les fonctions que le traducte (...)
  • 13  Cette constatation est, de toute évidence, basée sur une vision normalisée du traducteur comme app (...)
  • 14  Exception faite du cas limite que peut constituer le traducteur bilingue ou polyglotte.
  • 15  Je reprends la formule de J.-R. Ladmiral (1979).

5Le traducteur est un lecteur atypique. Présent simultanément en deux langues11, sa première lecture est une lecture orientée12. Le traducteur est appelé tout d'abord à faire un travail de reconstitution : lire lé texte de départ comme s'il s'agissait d'un texte écrit dans sa propre langue13. Car le traducteur appartient à cet ailleurs que constitue la deuxième langue-culture14, c'est un lecteur qui est, certes, informé, mais qui reste fondamentalement extérieur. Il maîtrise la langue-culture de départ sans la posséder complètement, il navigue à l'intérieur de celle-ci dans le but de transcrire ce qu'il y trouve — dans un deuxième système concurrent. Il travaille à l'intérieur d'un monde culturel devenu familier, mais qui résiste à une appropriation totale. Il produit dans un deuxième monde culturel qui, en raison de longues années de co-existence sur les frontières mouvantes entre les deux mondes, n'est plus tout à fait le sien, n'est plus tout à fait le même monde auquel appartiennent les seuls unilingues. D'où la notion de lecture orientée : hyperlecture15 du texte à traduire, décodage en vue de cette traduction, mise en valeur de tout ce qui peut poser problème au lecteur en langue d'arrivée. Car le traducteur travaille nécessairement avec une image, consciente ou inconsciente, de son lecteur à lui : il traduit à l'intention de ce lecteur, il se met à sa place, il crée et recrée ce lecteur au fil de son travail. Serait-il exact de dire que tout traducteur est à la fois lecteur et habité par un deuxième lecteur, différent de lui mais, néanmoins, extension de sa propre personne ?

  • 16  1973, 307, 355. Voir aussi Steiner, 1975, 266 : "Should a good translation edge its own language t (...)
  • 17  C'est celle du traducteur anonyme du Père Goriot (cité à la page 162) qui présuppose une connaissa (...)
  • 18  Voir Hewson et Martin (1991) à propos de la traduction française de Die Verwandlung.

6Le traducteur est un lecteur dédoublé. Le deuxième lecteur en lui, celui qui lit, modifie et relit la traduction, est une construction, lecteur idéal peut-être, lieu à la fois d'une attente et d'une capacité de lecture ressentie comme étant bornée. Attente par rapport à l'étrange, désir de connaître, d'explorer l'autre ; être tiraillé entre le possible et l'improbable, entre ce qui peut se lire sans effort et ce qui pourrait un jour, peut-être, être lu, traducteur-lecteur angoissé par le décentrement dont parle Henri Meschonnic16. Comment, en retravaillant sa traduction, ne pas céder à la tentation de la normalisation, de l'explicitation ? Comment garder l'essentiel de l'autre ? En construisant son image du lecteur, le traducteur doit, finalement, trouver un terrain d'entente, lieu provisoire où la rencontre avec l'autre est possible. La recherche de ce terrain peut, évidemment, aboutir à des excès, à des images stéréotypées — à celle du lecteur "cultivé" par exemple17 — et même à l'imitation d'un style déjà bien installé dans la culture d'arrivée. C'est le cas d'un Vialatte traduisant Kafka dans les années vingt, gommant tant bien que mal l'étrangeté du texte original dans un style somme toute assez familier au lecteur français18. C'est le cas d'un grand nombre de traductions où le traducteur décide, apparemment de façon arbitraire, que le lecteur doit pouvoir aller vite, débouchant sur des réductions (voir infra). Mais le traducteur peut, comme l'a noté Meschonnic (1973, 361), créer de nouvelles possibilités de lecture à l'intérieur de la deuxième langue-culture ; autrement dit, il peut travailler l'image qu'il a du lecteur et de ses capacités. Travail dangereux peut-être, mais il s'agit là du vrai travail créatif du traducteur.

  • 19  La problématique de l'édition bilingue est développée dans Hewson (1993).
  • 20  J. Conrad, Heart of Darkness/Le cœur des ténèbres, Traduction et notes de Catherine Pappo-Musard, (...)

7Images d'un lecteur minimal, d'une part, auquel il faut tout expliquer ; images d'un lecteur explorateur, d'autre part, capable d'aller très loin dans la lecture d'un texte d'origine étrangère. Ce paradoxe du lecteur, tel qu'il se présente au traducteur, prend toute son ampleur dans l'édition bilingue. Sans vouloir développer ici la problématique toute particulière d'une telle édition, avec ses enjeux économiques et ses lecteurs assez particuliers19, il convient d'explorer brièvement ces deux facettes du lecteur qui ressortent clairement dans les notes qui accompagnent l'édition bilingue. Rappelons la présentation unique d'une telle édition, avec texte de départ et texte d'arrivée visibles en même temps, d'où la possibilité d'un va-et-vient, d'une comparaison entre les deux textes. Or, cette possibilité de consulter le texte de départ, normalement inaccessible au lecteur de la traduction par définition, accentue le dilemme du traducteur qui, du fait même qu'il ne peut pas connaître son lecteur, doit adapter son texte à tout un chacun. D'où les notes de bas de page, où l'on trouve un mélange assez curieux d'indications lexicales et grammaticales à l'intention du débutant, d'élucidations de niveau plus élevé, de commentaires de type littéraire pour le lecteur averti, et ainsi de suite. Deux exemples tirés de l'édition bilingue de Heart of Darkness20 illustreront cette démarche :

  • 21  a thousand miles : environ 1 500 km
  • 22  Pages 75-76.

How insidious he could be, too, I was only to find out several months later and a thousand miles21 farther.

Quant à l'étendue de sa traîtrise, il me faudrait pour la découvrir attendre plusieurs mois et aller mille miles plus loin.22

8On a choisi de garder miles, sans doute pour ses connotations britanniques et peut-être coloniales, et la conversion en kilomètres indique un lecteur dont les connaissances de la culture britannique sont pratiquement nulles. La démarche est curieuse parce que ce lecteur dispose à la fois d'un accès à un texte de départ très difficile, mais n'est pas à même de décoder, en français, la moindre petite référence à la culture étrangère.

  • 23  Pages 82-83.

9Le deuxième exemple23 est tout aussi représentatif du genre :

  • 24  apple pie : tourte aux pommes.

And he was devoted to his books, which were in apple-pie24 order.

En outre, il était très attaché à ses livres de comptes, qu'il tenait à la perfection.

10Le souci du traducteur est, apparemment, d'attirer l'attention du lecteur sur la partie apple-pie de apple-pie order. On peut, bien sûr, objecter que le fait de traduire littéralement apple pie n'éclaire en rien la signification de apple-pie order ; mais ce qui nous intéresse ici, c'est l'impression de pauvreté dégagée, non pas par la traduction, qui est parfaitement honorable tout au long du livre, mais par la présence de notes portant sur le texte de départ. Il s'agit, bien entendu, d'un trait spécifique de l'édition bilingue, mais on soupçonne que, derrière cela, plane la crainte que peut ressentir tout traducteur : que son lecteur soit un lecteur peu informé de la langue-culture première. L'édition bilingue ne fait qu'accentuer ce trait par l'accès, inhabituel et perçu comme d'autant plus frustrant, au texte originel.

  • 25  On serait tenté de croire qu'il s'agit d'un titre fourni par l'éditeur (fonction "accrochage" du l (...)
  • 26  Ci-après un exemple des changements opérés par le traducteur : "A l'inverse, 23,5 % sont des ‘anti (...)

11Le propre du traducteur est de choisir. Bien entendu, il ne choisit pas son lecteur, mais il choisit parmi une gamme de possibilités offertes par la langue d'arrivée. C'est par son choix que le traducteur nous éclaire sur son image du lecteur. Par son choix, il indique non seulement celui pour lequel il traduit, mais celui qu'il exclut, celui qui n'aura pas accès à son texte. On a tendance à croire, un peu naïvement peut-être, que toute traduction s'adresse à l'ensemble des lecteurs de la deuxième langue ; ou que la même classe de lecteurs sera attirée par le même type d'ouvrage dans les deux langues. Or, le pouvoir du traducteur consiste à opérer un choix préalable, à trier parmi ses lecteurs potentiels. Un article publié dans Le Monde attire l'attention de l'équipe du Guardian Weekly. Cet article, intitulé "La violence raciste a diminué en France l'an dernier", démontre, comme son titre le laisse supposer, que le nombre d'incidents de caractère raciste en France est en diminution. Un second article, suite du premier et objet de la traduction, est titré "Des sentiments contradictoires". L'article du Guardian Weekly a comme titre "French open their racist hearts". Le lecteur anglais n'a accès ni à l'important article de départ, ni au titre original. Le nouveau titre choisit son lecteur25, car, mis à part l'inexactitude de la traduction, le choix de termes très forts (open their racist hearts) appelle un regard non seulement curieux, mais presque pervers. D'ailleurs, la lecture de la traduction en est la confirmation : le traducteur a tout simplement noirci le tableau, s'est conformé à une certaine image d'un lecteur xénophobe, celui qui lit la presse populaire26.

  • 27  W. Golding, Lord of the Flies, Londres : Faber, 1954 ; traduction française par L. Tranec, Sa Maje (...)

12Il en va de même pour bon nombre de traductions de romans où le souci principal du traducteur semble être la simplification du texte original, avec censure de certains passages descriptifs, de détails jugés superflus : comme si le lecteur ne s'intéressait qu'à une lecture de type "roman de gare", et ne se préoccupait guère du contenu, esthétique ou autre, de l'original. Cet exemple de la traduction française de Lord of the Flies27 est un exemple parmi d'autres :

He had just time to realize that the age-long nightmares of falling and death were past and that the morning was come, when he heard the sound again. It was an ululation over by the seashore — and now the next savage answered and the next. The cry swept by him across the narrow end of the island.

Il eut juste le temps de comprendre que les éternels cauchemars de chute et de mort étaient passés et que le matin était là quand le son se répéta. Le rideau cris de se déplaça comme un vol d'oiseaux.

  • 28  La problématique du commanditaire est développée dans Hewson et Martin (1991).

13Inutile de préciser que le traducteur a "oublié" la moitié du texte, enlevant la menace, ressentie comme réelle, et détruisant ainsi la tension très importante de ce dernier chapitre du livre. On est en droit de se demander si de telles traductions sont le fait du traducteur ou de son commanditaire28, ou si, en fin de compte, les conditions matérielles dont dépend la traduction sont tellement mauvaises que l'on ne peut s'attendre qu'à un travail bâclé. Si cette dernière hypothèse s'avère être la bonne, la problématique du lecteur devient en partie assujettie à de simples conditions économiques ; d'une part, il y aurait un traducteur qui se préoccupe de son lecteur, qui ressent les besoins et les manques de ce dernier ; d'autre part, la simple réponse à une demande de consommation, rapidement satisfaite et à bas prix.

14Le circuit économique a certainement son rôle à jouer lorsque l'on se tourne vers le lecteur du texte traduit, considéré en dehors du regard du traducteur. Le marché de la traduction est tellement vaste, tellement varié dans ses domaines et ses applications, qu'il est tentant de se pencher uniquement sur les traductions dites littéraires. Il s'agit là d'une démarche assez traditionnelle en matière de traduction, où l'on réduit son champ d'application à une seule famille de textes. Pourtant, il est intéressant, en premier lieu, d'essayer de dégager quelques caractéristiques fondamentales de tout lecteur de texte traduit.

15Notre époque se caractérise par un grand nombre de textes dont on ne connaît pas l'origine. Certains textes sont des traductions, mais n'affichent pas leur qualité de traduction ; cependant, leurs conditions de production indiquent clairement cette qualité. Les dépliants touristiques publiés sur place en langue étrangère en sont un exemple. D'autres textes nous arrivent rédigés dans une langue, sans indication de leur provenance, et sans que l'on puisse, a priori, en deviner l'origine. A la différence d'autres époques, le lecteur moderne, bénéficiaire du commerce à l'échelle mondiale et des informations à l'échelle planétaire, finit par s'habituer à une suite de discours semi-authentiques, autant de traces d'un ailleurs, rarement le même, dont les traits ont été soigneusement — mais imparfaitement — gommés. A force de ne plus pouvoir faire la différence, le lecteur tombe dans l'indifférence, accepte, de mauvaise grâce peut-être, le flou culturel et sémantique, le nivellement par le bas qui en résultent. Et puis, à notre époque, les moyens de transmission instantanés font que tout article de presse, tout éditorial est presque dépassé avant sa publication.

  • 29  N° 5, février 1993. L'article est reproduit dans le fascicule de Textes de référence.
  • 30  L'anglais se trouve à gauche ; le commentaire résumant l'éditorial placé sous la photo du journali (...)

16Un éditorial choisi au hasard dans un nouveau magazine dit "bilingue", Eurodiagnostic29, illustre assez bien ce que j'appellerai l'hypothèse du lecteur fatigué. Le lecteur de ce magazine trouve, sur la même page, un éditorial rédigé en anglais et en français. Tout porte à croire que l'original a été écrit en anglais30. Mais peu importe, car dans l'esprit du lecteur moyen, les deux sont sûrement "identiques" il lira l'un ou l'autre, mais non pas les deux. S'il lit l'anglais, il aura, peut-être, l'impression qu'il lit une traduction. S'il lit le français, il aura également l'impression de lire une traduction. En fait, la seule hypothèse valable, me semble-t-il, est que le journaliste (francophone) a rédigé son texte directement en anglais, tant bien que mal, et l'a fait ensuite traduire en français par quelqu'un d'autre. Mais ce lecteur, consommateur de la presse européenne, aura déjà lu de nombreux articles linguistiquement comparables, dans les magazines Europ et Courrier International, pour ne citer qu'eux. A force de goûter à cette cuisine internationale, rapidement réchauffée par les micro-ondes des médias, ses papilles gustatives perdent leur sensibilité. Notre lecteur est devenu un lecteur fatigué.

17Plus grave encore, l'importance même du marché de la traduction, de même que la vitesse de son renouvellement, font que le lecteur doit faire confiance : il n'a ni les moyens, ni le temps de poser des questions sur ce qu'il lit. Or, cet éditorial est encore un exemple de ce que l'on doit appeler une manipulation, où le message a été transformé pour convenir aux goûts supposés de chaque public, comme on peut le constater dans les deux extraits ci-après commentant la guerre en ex-Yougoslavie :

We can only watch in horror as this atrocious war is fought out on our own borders and question whether the peace that Europe has known since 1945 will last.

Voir qu'à nos frontières se déroulent des combats d'un autre âge, dans des conditions d'une barbarie inouïe, ne peut que nous révolter profondément et nous faire douter de la solidité de la paix dans laquelle nous vivons depuis 1945.

  • 31  Voir l'analyse de P. Garde (1992), surtout les pages 380 à 390.

18Si la réaction que nous sommes censés avoir à cette guerre paraît plus forte en français, elle n'est que le reflet d'une rhétorique vide dont le but est de déculpabiliser le lecteur ; car les rajouts du français ("des combats d'un autre âge", "dans des conditions d'une barbarie inouïe") reprennent les stéréotypes largement diffusés dans les médias en France. On peut les résumer de la manière suivante : il s'agit, dans cette guerre, de tribus, de hordes sauvages, ils sont tous également coupables, il n'y a strictement rien à faire31. Rien d'étonnant, donc, si, en anglais, on peut faire appel à l'OTAN afin de mettre fin aux hostilités, quel qu'en soit le coût ; en français, on dilue le message :

NATO must make putting an end to the hostilities its number one priority over the next few months — at whatever cost.

Contribuer à l'arrêt, des hostilités en Yougoslavie en utilisant tous les moyens possibles, l'OTAN en particulier, devrait être le devoir numéro un de l'Europe dans les prochains mois.

  • 32  Sur le rôle des pouvoirs publics français, voir P. Garde.

19On s'aligne sur l'idéologie de ces lecteurs : pas question, en français, de donner à l'OTAN le rôle primordial ; pas question de traduire l'obligation directe exprimée par "must" : le "devrait" du français est beaucoup plus nuancé ; pas question, enfin, de traduire "at whatever cost". Bref, ce qui, en anglais, est un appel à l'OTAN pour qu'on cesse de tergiverser et qu'on se décide à intervenir dans la guerre bosniaque, devient, en français, un renforcement des stéréotypes utilisés pour éluder le problème32.

20Mais il n'y a pas, objectera-t-on, que des lecteurs fatigués ou déconcertés : les lecteurs curieux existent, prêts à tenter le travail d'exploration et de reconstruction de cet ailleurs auquel ils n'ont pas un accès direct. Il serait peut-être tentant de croire que ces lecteurs-là, parmi lesquels nous nous retrouvons sans doute nous-mêmes, sont les plus attentifs à la voix d'autrui, les plus aptes à accéder à ces réseaux qui constituent le système de représentation étranger. Mais on risque là de tomber dans une image exclusive du lecteur, de construire un apartheid culturel qui ne permettrait l'accès à la culture étrangère qu'aux intellectuels d'une époque. Or, notre époque est saturée de signes venant d'autres mondes culturels et, même si l'on se plaint souvent de l'emprise anglo-saxonne sur les autres cultures, il serait faux de ne voir que celle-ci, ou d'occulter la polysémie culturelle qui informe et transforme chaque culture. Ce qui veut dire que, si tout lecteur lit et comprend à travers les représentations de son propre système, celui-ci n'est ni étanche, ni figé, mais représente à un moment donné une formidable banque de données enrichie de tous les emprunts, de toutes les traductions disponibles. Lire une traduction, c'est chercher confirmation d'une piste dont l'existence est pressentie et qui dépasse le simple stéréotype ; c'est laisser parler pleinement sa propre culture à mesure qu'elle s'ouvre, qu'elle permet à une lumière nouvelle de pénétrer jusque dans les recoins les plus obscurs de ce que l'on croyait connaître, qu'elle s'illumine par l'effort pour faire une place à l'autre ; c'est donner au deuxième monde culturel son vrai rôle qui est, à la fois, celui de refléter un ailleurs et d'informer le monde du lecteur ; en un mot, lire une traduction, dans cette optique, c'est s'enrichir, c'est devenir le lecteur que nous aimerions être.

21Mais il serait trop optimiste de conclure sur une image idéologiquement suspecte d'un lecteur superman. Car le lecteur du texte traduit se retrouve constamment confronté à l'échec potentiel de sa lecture, et cela parce que, en dernière analyse, il dépend de deux opérateurs — un commanditaire et un traducteur — sur lesquels il n'a aucune prise et en qui il ne peut que rarement avoir confiance. Ce qui donne lieu à deux hypothèses : si notre lecteur est un lecteur "fatigué", il acceptera sans trop de difficultés les "produits" du marché de la traduction ; si, par contre, il s'agit d'un lecteur exigeant, il sera sans cesse amené aux confins de sa langue et de ses connaissances, sans pour autant accéder à l'au-delà qui l'appelle, du moins le soupçonne-t-il, à tout instant, et pire encore, sans qu'il puisse vérifier si les hypothèses de lecture qu'il construit au fur et à mesure sont bonnes. On peut s'interroger sur ces hypothèses en examinant le début d'une traduction en anglais du Père Goriot :

  • 33  Il s'agit d'une traduction anonyme, non datée mais dont la date de publication doit se situer auto (...)

Madame Vauquer, née de Conflans, is an old lady who for forty years has kept a second-class boarding-house in Paris, — a pension bourgeoise, — in the Rue Neuve Sainte-Geneviève, between the Latin quarter and the faubourg Saint-Marceau33.

  • 34  En l'occurrence, les deux hypothèses de lecture sont fausses, comme on peut le constater en lisant (...)

22L'anglophone va construire une double image du sujet Mme Vauquer : d'abord positive ("old lady") mais contaminée par la description de la "boarding house" qui est non seulement "de deuxième catégorie", mais aussi une pension bourgeoise en français dans le texte. Un lecteur n'ayant aucune connaissance du français passera inévitablement par les connotations anglaises de bourgeoise, y compris celle de médiocrité. Un lecteur connaissant le français lira "second class" soit comme un commentaire du narrateur, soit comme étant en relation avec "bourgeoise", mais sans qu'il puisse bien comprendre la relation posée. Dans les deux cas, les tentatives de compréhension se heurtent à une image qui refuse de se construire34. Ce lecteur poursuit sa tâche tout de même, mais l'interrogation, le doute planent, le manque se fait sentir. L'image retenue est autre et restera toujours autre.

23En fait, il y a, et il doit y avoir, une double crise de confiance. Car, si le lecteur averti connaît un tant soit peu le monde de la traduction, comment peut-il faire confiance aux traducteurs ? Si le traducteur de bonne foi connaît, lui aussi, ce même monde, connaît les abus qui viennent des conditions économiques dans lesquelles la traduction est pratiquée, connaît la lassitude de certains lecteurs, comment peut-il, lui aussi, faire confiance au lecteur ? Mais cette crise de confiance est nécessaire, salutaire, car elle nous exhorte à aller plus loin, à poursuivre cette exploration fondamentale dont dépend la survie de la traduction.

Haut de page

Bibliographie

GARDE, Paul. Vie et mort de la Yougoslavie. Paris : Fayard, 1992.

GARNIER, Georges. Linguistique et Traduction. Caen : Paradigme, 1985.

HEWSON, Lance. “The Bilingual Edition in Translation Studies.” Visible Language (à paraître).

HEWSON, Lance & MARTIN, Jacky. Redefining Translation : The Variational Approach. Londres & New York : Routledge, 1991.

KELLY, Louis. The True Interpreter : A History of Translation Theory in the West. New York : St Martin's Press, 1979.

LADMIRAL, Jean-René. Traduire : théorèmes pour la traduction. Paris : Payot, 1979.

MESCHONNIC, Henri. Pour la poésie II. Paris : Gallimard, 1973.

NEWMARK, Peter. Approaches to Translation. Londres : Pergamon Press, 1981.

NIDA, Eugene & TABER, Charles. The Theory and Practice of Translation. Leyde : Brill, 1969 ; viii.

RAYOR, Diane. “Translator/Reader.” Translation Review 23 (1987) 30-33.

STEINER, George. After Babel : Aspects of Language and Translation. Londres : OUP, 1975.

Haut de page

Notes

1  Voir les modèles de traduction analysés par Garnier (1985).

2  Sauf quand il s'agit de définitions de l'"équivalence" — voir infra.

3  C'est la position de Nida et Taber dans leur définition de l'"equivalence dynamique" : "The degree to which the receptors of the message in the receptor language respond to it in substantially the same manner as the receptors in the source language" (1969, 24), et celle de Newmark dans sa définition du but du traducteur : "to produce as nearly as possible the same effect on his readers as was produced on the readers of the original" (1981, 10).

4  G. Steiner souligne avec insistance la subjectivité de chaque lecteur : "Any thorough reading of a text out of the past of one's own language and literature is a manifold act of interpretation. In the great majority of cases, this act is hardly performed or even consciously recognized" (1975, 17).

5  Cette hypothèse vaut, évidemment, pour le lecteur unilingue lisant un texte rédigé dans sa langue maternelle.

6  Le romancier moderne peut s'appuyer sur quelques connaissances de base pour sa représentation de cultures étrangères, à condition que celles-ci soient assez répandues. Le couple anglo-français mériterait une étude approfondie. A titre d'exemple, cette citation du Day of the Jackal (Frederick Forsyth, Corgi Books, 1971, 321) — il s'agit des propos d'un paysan de la Corrèze : "‘I saw nothing J'ai rien vu, tu comprends’. [... Sa femme lui pose une question] ‘Dunno,’ said Gaston, ‘but no one will ever say Gaston Grosjean helped give away another creature to them.’ He hawked and spat into the embers of the fire. ‘Sales flics’". On ne peut pas savoir si le lecteur comprend quelque chose au texte français ; on peut, au moins, constater que ce texte renforce l'effet de couleur locale. Par contre, le dunno pose problème, car si on ne sait pas s'il s'agit, évidemment, d'une traduction de chaispas, on ne peut le décoder qu'à travers le système de représentation de l'anglais, qui le classera du côté des Cockneys.

7  Les problèmes posés par la traduction de textes appartenant à des périodes historiques très reculées est posé par Diane J. Rayor dans son article "Translator/Reader". Elle souligne, à propos de vieux poèmes grecs, que l'on ne peut strictement rien savoir du lecteur d'origine.

8  Voir la position de Kelly (1979, 99) : "Translators have often been persuaders, through either strong self-interest, or commitment to a political or religious cause". On peut ainsi s'interroger sur la prise de position de Nida et Taber (1969, 7), à propos des rédacteurs de la Bible : "They intended one meaning and not several".

9  Voir, par exemple, Kelly (1979, 67) : "It is inevitable that theory and practice will change according to needs and ideology".

10  Par exemple, Newmark, 1981, 7.

11  Voir, à propos de la position du traducteur, Hewson et Martin, 1991.

12  Voir Gantier (1985, 61) sur les motivations du traducteur : "Ce sont les fonctions que le traducteur attribue, potentiellement, d'avance à sa traduction qui lui dictent une certaine conception de sa tâche et qui éclairent ses motivations".

13  Cette constatation est, de toute évidence, basée sur une vision normalisée du traducteur comme appartenant linguistiquement à la langue d'arrivée.

14  Exception faite du cas limite que peut constituer le traducteur bilingue ou polyglotte.

15  Je reprends la formule de J.-R. Ladmiral (1979).

16  1973, 307, 355. Voir aussi Steiner, 1975, 266 : "Should a good translation edge its own language towards that of the original, thus creating a deliberate aura of strangeness, of peripheral opaqueness ? Or should it naturalize the character of the linguistic import so as to make it at home in the speech of the translator and his reader ?".

17  C'est celle du traducteur anonyme du Père Goriot (cité à la page 162) qui présuppose une connaissance approfondie de Paris et du français.

18  Voir Hewson et Martin (1991) à propos de la traduction française de Die Verwandlung.

19  La problématique de l'édition bilingue est développée dans Hewson (1993).

20  J. Conrad, Heart of Darkness/Le cœur des ténèbres, Traduction et notes de Catherine Pappo-Musard, Le Livre de Poche, 1988.

21  a thousand miles : environ 1 500 km

22  Pages 75-76.

23  Pages 82-83.

24  apple pie : tourte aux pommes.

25  On serait tenté de croire qu'il s'agit d'un titre fourni par l'éditeur (fonction "accrochage" du lecteur), si ce n'était que l'article est traduit de manière à changer radicalement l'orientation de l'original.

26  Ci-après un exemple des changements opérés par le traducteur : "A l'inverse, 23,5 % sont des ‘antiracistes convaincus’ et près de 9 % des ‘antiracistes tièdes’" –> "On the other hand, 23.5 per cent are anti-racists and almost 9 per cent half-hearted racists'". On voit que les guillemets entourant "antiracistes convaincus" ont disparu, ainsi que le qualificatif "convaincus" ; quant à "antiracistes tièdes", ils sont antiracistes même s'ils ne sont pas convaincus ; la traduction par "racists" est, d'une certaine façon, un contre-sens ; enfin, "half-hearted" pour "tiède" renvoie le lecteur au titre de l'anglais.

27  W. Golding, Lord of the Flies, Londres : Faber, 1954 ; traduction française par L. Tranec, Sa Majesté des Mouches , Paris : Gallimard, 1956. L'exemple choisi figure à la page 211 du texte de départ et à la page 233 du texte d'arrivée.

28  La problématique du commanditaire est développée dans Hewson et Martin (1991).

29  N° 5, février 1993. L'article est reproduit dans le fascicule de Textes de référence.

30  L'anglais se trouve à gauche ; le commentaire résumant l'éditorial placé sous la photo du journaliste est en anglais et n'est pas traduit.

31  Voir l'analyse de P. Garde (1992), surtout les pages 380 à 390.

32  Sur le rôle des pouvoirs publics français, voir P. Garde.

33  Il s'agit d'une traduction anonyme, non datée mais dont la date de publication doit se situer autour de 1878, et publiée par le Daily Telegraph.

34  En l'occurrence, les deux hypothèses de lecture sont fausses, comme on peut le constater en lisant le texte de départ : "Madame Vauquer, née de Conflans, est une vieille femme qui, depuis quarante ans, tient à Paris une pension bourgeoise établie rue Neuve-Sainte-Genevière (sic - Le Livre de Poche, 1961), entre le Quartier latin et le faubourg Saint-Marceau". Le lecteur français construit une image à partir de "vieille femme", "pension bourgeoise" relevant d'une catégorie sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lance Hewson, « Images du lecteur », Palimpsestes, 9 | 1995, 151-164.

Référence électronique

Lance Hewson, « Images du lecteur », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/686 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.686

Haut de page

Auteur

Lance Hewson

Université Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals