Navigation – Plan du site
Lectures et textes traduits

Le travail sur les textes traduits en littérature générale

Raymonde Robert
p. 165-174

Résumés

La littérature comparée est confrontée au problème suivant : ou bien elle restreint son champ d'application aux domaines linguistiques de compétence des étudiants, des enseignants et des chercheurs ; ou bien elle prend en compte les textes traduits. Le présent article examine la seconde hypothèse. Il vise à démontrer que, pratiqué avec les précautions qui s'imposent, le travail sur textes traduits n'est pas une solution de pis-aller mais peut, au contraire, se révéler bénéfique pour la discipline elle-même : il impose aux étudiants une attitude de vigilance continuelle, les oblige à pratiquer une lecture qui est le contraire et le complément de celle qu'ils pratiquent sur textes originaux. Aux chercheurs, il ouvre le champ illimité d'une réflexion véritable sur la littérature.

Haut de page

Texte intégral

1Pour des littéraires, un travail sur texte traduit n'est jamais, a priori, qu'un pis-aller, le palliatif d'une incompétence linguistique qui empêche l'accès au texte original. Prétendre que, sous certaines conditions, ce qui n'était qu'un handicap peut se transformer en bénéfice peut paraître relever de la provocation ; c'est pourtant ce qu'on peut essayer de démontrer, non par goût du paradoxe, mais parce que c'est toute la pratique des étudiants, dans une partie de leur cursus, et celle de certains chercheurs, qui se trouve engagée dans cette manière d'aborder les problèmes.

I. Le dilemme de la littérature générale

2Dans son principe premier, la littérature générale se définit comme une démarche qui postule, pour l'analyse littéraire, la nécessité de dépasser le cadre étroit et toujours restrictif des frontières politiques et des littératures nationales. Or, sauf à supposer qu'étudiants et chercheurs sont polyglottes, ce qui n'est évidemment pas le cas, le problème risque de se transformer en un choix difficile : ou bien le sujet des travaux (dans la recherche) et le programme des études (dans l'enseignement) se réduisent systématiquement aux domaines de compétence linguistique du chercheur ou des étudiants et, dans ce cas, le champ de la réflexion risque de se trouver, dans certains cas, non seulement restreint, mais probablement faussé par l'élimination de pans entiers où elle aurait dû s'exercer ; ou bien les questions sont formulées comme elles doivent l'être, c'est-à-dire sans exclusions arbitraires et, dans ce cas, il faut accepter de travailler sur textes traduits.

3En ce qui concerne les étudiants, cette solution est évidemment la seule qu'on puisse retenir pour deux raisons au moins. La première tient à un fait brutal : les étudiants littéraires maîtrisent, plus ou moins bien, une seule langue, rarement deux. C'est tantôt l'allemand, tantôt l'anglais, mais ce peut être aussi l'arabe, voire le chinois. Tout programme, quel qu'il soit, comportera donc des textes qui échapperont à leur compétence. La seconde raison est plus fondamentale : il serait choquant de prétendre faire travailler des étudiants en lettres sur le théâtre en Europe, par exemple, sans les amener à rencontrer le théâtre élisabéthain, les autos sacramentales espagnols et les œuvres de Goldoni, pour citer au hasard. Il ne s'agit pas ici d'une revendication d'exhaustivité qui serait particulièrement absurde, mais du nécessaire élargissement de la réflexion à des formes significatives entre lesquelles il faudra évidemment opérer des choix. Mais il y a plus. La définition de certains objectifs pédagogiques implique le passage par tel texte fondateur : Dostoïevski pour le roman moderne, par exemple, l'Iliade et l'Odyssée pour les formes européennes de l'épopée, Walter Scott pour le roman historique au XIXe siècle, etc. A la limite — mais les compétences scientifiques des enseignants sont, hélas, limitées — c'est un appauvrissement de la réflexion littéraire que de la borner au domaine de la civilisation gréco-latine et judéo-chrétienne.

4Si, dans l'enseignement, le travail sur textes traduits ne donne aucun état d'âme aux enseignants, la question est beaucoup plus délicate en ce qui concerne la recherche. Est-il vraiment nécessaire de prendre le risque de travailler les textes par l'intermédiaire qu'est la traduction ? La réponse sera fonction de la définition qu'on donne de la littérature générale comme discipline de recherche. La société qui regroupe chercheurs et enseignants dans cette spécialité s'appelle la S.F.L.G.C., "Société française de littérature générale et comparée" ; selon qu'on supprime, ou non, qu'on valorise, ou non, la dernière épithète ("comparée"), on postule, ou non, la possibilité, voire la nécessité, du recours aux textes traduits. L'histoire de la société est, dans son évolution, l'inverse exact de la disposition des lettres dans le sigle. En ses débuts, la discipline ne se voyait, en effet, que "comparante" : étude de sources ou d'influences, d'abord ; puis comparaison des traitements subits par un sujet repris par différents auteurs, on parlait ainsi du "mythe" de Faust, de Don Juan, d'Electre ou d'Antigone, etc. La tendance a si fortement changé qu'il me semble — mais c'est un point de vue personnel — qu'on pourrait aller jusqu'à dire que la comparaison n'est plus qu'une façon de poser les questions et une méthode au service d'une approche qui se veut désormais réflexion sur tout ce qui touche au texte littéraire : définition, fonctionnement, réception et, peut-être un jour, production. La confrontation des textes n'est plus l'objectif en lui-même, elle est devenue un moyen au service d'une ambition beaucoup plus large. Dans ces conditions, on peut concevoir qu'à condition de respecter toutes les règles d'une prudence élémentaire, le chercheur refuse de faire subir à son corpus une mutilation qui risquerait de fausser ses conclusions. Imposer aux chercheurs l'exacte adéquation de leurs compétences linguistiques (j'entends par là une véritable maîtrise d'une langue dans ses subtilités littéraires) et de leur corpus, revient à réserver aux polyglottes le privilège de travailler sur une grande partie des questions de littérature vraiment générale. Hormis les études de réception et de traduction qui peuvent, sans aucun dommage, n'engager que la connaissance de deux langues, celle du texte d'origine et celle du pays de réception, toutes les autres grandes approches excluent la limitation qu'imposerait une quelconque incompétence linguistique. A une exception près toutefois, celle des textes poétiques. Il est facile de comprendre que ce domaine échappe complètement à la littérature générale et cela, moins parce que le discours poétique serait plus individuel que les autres formes d'expression, que parce qu'une traduction se révèle en l'occurrence inutilisable comme matériel de travail, la fonction poétique du langage y étant une réalité incontournable.

II. Un premier bénéfice du travail sur texte traduit ?

5Pour de multiples raisons, la littérature générale serait donc obligée — presque par définition — d'avoir recours aux traductions, aussi bien dans l'enseignement que dans la recherche. Ce qui ne signifie pas, bien évidemment, que la maîtrise d'une langue étrangère, voire de deux ou davantage, soit inutile. Nos étudiants sont tous obligés de suivre, depuis la première année d'université, un enseignement sérieux en langue étrangère. Le problème ne se pose pas en ces termes, je viens d'essayer de le montrer.

6Dans une autre perspective, donc, si l'on y regarde de plus près, le travail sur texte traduit peut se transformer, pour les étudiants surtout, mais peut-être aussi pour quiconque le pratique, en un atout à exploiter. Ce qui n'était qu'un palliatif pourrait bien, au contraire, se révéler un des meilleurs moyens pédagogiques pour développer la vigilance critique dans la lecture et les analyses. Le principal obstacle que tout enseignant rencontre, dans son travail, auprès des étudiants, c'est une espèce de myopie qui les rend quelquefois incapables de prendre une certaine distance par rapport aux contenus des textes, une sorte de passivité dans la lecture qui les livre souvent, pieds et poings liés, au sens et aux effets des textes. Or tous les objectifs pédagogiques que les études littéraires poursuivent ont besoin, pour être atteints, d'une attitude d'extrême vigilance, dont on pourrait, à la limite, prétendre qu'elle est, à elle seule, le premier et le principal de ces objectifs. Bien lire, c'est aussi se regarder lisant, c'est ne pas laisser agir, passivement, les effets retors que fait jouer tout texte, qu'il soit de fiction, rhétorique, argumentatif, etc. ; c'est instaurer continuellement, entre la signification reçue et le texte qui la transmet, le décalage nécessaire à l'analyse. Or une traduction, c'est d'abord un texte second par rapport à un texte originel ; ce n'est qu'une évidence, mais elle est fondamentale. Tout étudiant de littérature générale tenté de prendre un texte traduit au pied de la lettre et de se livrer à une interprétation imprudente doit avoir — c'est le travail de l'enseignant de le lui faire acquérir — une espèce de réflexe de prudence et donc de vigilance. Un seul exemple illustrera le fait. A l'agrégation de lettres modernes figurait cette année, sous l'intitulé "Formes nouvelles de la comédie au XVIIIe siècle", une pièce de Lessing, Minna von Barnhelm (1767) dans la réédition d'une traduction assez inattentive de 1954. Une scène de l'acte III met en présence la femme de chambre de Minna et le serviteur du fiancé de cette dernière ; en voyant entrer la femme de chambre, le serviteur déclare, en aparté : "Ah ! la porte s'ouvre. C'est la charmante petite femme de chambre". Par réflexe d'étudiants formés par quatre années d'analyse littéraire, les agrégatifs repèrent aussitôt l'adjectif "charmante", le commentent historiquement et en déduisent que le serviteur est amoureux de la femme de chambre. Or rien dans la suite de l'entretien ne confirme cette hypothèse, d'où une contorsion de l'analyse pour démontrer l'évolution négative de ce sentiment. S'il est toujours imprudent d'accrocher à un seul mot d'un texte toute une interprétation, et davantage encore au théâtre où des éléments non linguistiques — mimique, intonation — peuvent modifier complètement le sens des répliques, il l'est tout particulièrement sur une traduction où le vocabulaire n'est jamais un pur décalque. La preuve en est que le texte allemand comportait un jeu de mot intraduisible : "Das Kammerkätzchen" littéralement : "le petit chat — femme de chambre", ce que traduisait en partie l'adjectif "petite", mais pour lequel "charmante" était ambigu. Cet exemple illustre l'attitude que doit adopter systématiquement tout étudiant travaillant sur textes traduits ; elle est certes inconfortable, mais l'inconfort qu'elle implique n'est jamais que celui dans lequel se trouve quiconque analyse un texte, sinon que cet inconfort est porté à son intensité extrême par une suspicion supplémentaire qui, visant le texte, se répercute aussi sur le discours critique, avec un seul risque : devenir muet par excès de prudence. Ce risque se conjure facilement pour les étudiants et pour les chercheurs et tient à la façon d'aborder les textes.

III. Un deuxième bénéfice du travail sur texte traduit ?

7Ce qui distingue, au fond, le travail sur texte traduit du travail sur texte original, c'est l'impossibilité des micro-analyses ; vocabulaire, morphologie, syntaxe sont, de fait, hors de portée de l'analyse. Seuls peuvent passer, à travers la traduction (à supposer qu'elle ne soit pas une "belle infidèle", mais l'espèce est en voie de disparition), des éléments stylistiques comme certaines figures : métaphore, prétérition, métalepse, par exemple, l'organisation générale des chapitres et des paragraphes, des phénomènes larges d'isotopie, etc. C'est dire que l'approche des textes est presque aux antipodes de celle qui est menée habituellement sur les textes originaux ; il est important que les étudiants soient habitués à pratiquer parallèlement les deux types de démarche, car elles sont parfaitement complémentaires et aussi nécessaires l'une que l'autre. Prendre l'habitude de ne travailler que sur texte traduit finirait par transformer la vigilance critique en une sorte de lecture superficielle, délibérément inattentive aux mots ; ne travailler que sur texte original aboutirait à survaloriser le texte comme objet unique, ce qu'il est certes, mais pas uniquement, et à omettre de relativiser la place qu'il occupe dans le contexte large du fonctionnement des discours littéraires. Entre presbytie et myopie, le mieux est de ne pas avoir à choisir.

8Reste à préciser les modalités de cette lecture "de loin". Il faut ici faire une différence entre la pédagogie et la recherche, parce qu'il s'agit, pour les étudiants, d'un entraînement, par des exercices, à un type d'approche des textes, étape que les chercheurs ont évidemment dépassée. Cette importante nuance mise à part, la philosophie de la démarche ne me semble pas essentiellement différente.

9En littérature générale, l'enseignement recourt à deux types d'exercices, dont on peut considérer qu'ils ont surtout une fonction formative, quoique, par la force des choses, ils aient aussi une fonction évaluative. Ce sont, d'une part, une forme spécifique de commentaire de texte et, d'autre part, une dissertation qu'on peut dire générale. Il y a une vingtaine d'années, s'y ajoutait ce qu'on appelait alors "commentaire comparé", qui proposait à l'étude plusieurs textes à la fois ; cet exercice plutôt périlleux a été abandonné dans le mouvement qui a amené la discipline à devenir plus "générale" que “comparée”.

10Parmi les multiples définitions du commentaire de texte, la littérature générale a élaboré la sienne, qu'il est intéressant de comparer avec celle de la littérature française, puisque l'une travaille sur textes originaux, l'autre sur textes traduits. Dans les deux cas, il s'agit d'exercices de type synthétique qui doivent procéder d'une analyse préalable. Mais alors que sur texte original, la perspective étant très près du texte, celui-ci doit être choisi très court et se mesure par lignes (quarante au maximum), sur texte traduit, l'approche au mot à mot étant impossible, le texte se mesure en pages (jusqu'à cinq ou même davantage, selon la densité de la signification). Cette différence quantitative n'est pas formelle, elle s'explique par un changement de perspective dans les analyses. Le propos de la littérature française est essentiellement recentré sur trente à quarante lignes d'un texte envisagé dans la façon dont chaque mot concourt à engendrer les divers aspects du sens ; celui de la littérature générale va consister, non plus à mettre l'accent sur les effets de signification dans leurs diverses nuances linguistiques, mais à analyser la façon dont le passage choisi se construit, s'ordonne dans ses grandes lignes et surtout fait sens par rapport à l'ensemble dont il est extrait. C'est dans la perspective de l'économie générale d'une œuvre que le commentaire sur texte traduit prend tout son sens. Ce que la littérature générale perd en précision stylistique, elle le regagne par la nécessaire réorientation de l'attention sur ce qu'on peut appeler, pour aller vite, les effets de sens structurels.

11Mais l'exercice dans lequel la littérature générale se reconnaît le mieux, c'est évidemment un type de dissertation qui lui est propre et qui est directement associé à une question d'enseignement appuyée sur un corpus de textes. Ces questions ont une visée pédagogique : aider les étudiants à prendre conscience des problèmes littéraires généraux, les amener, par exemple, à interroger la notion de genre dans un corpus regroupant des récits dits fantastiques aussi éloignés l'un de l'autre que les nouvelles du K de Buzzati, celles d'Apollinaire dans L'Hérésiarque et Cie, celles de Poe ou d'Hoffmann, ou encore les inciter à réfléchir aux formes du comique au théâtre, au fonctionnement du roman épistolaire, etc. Dans cette perspective, si intéressants que puissent être, par eux-mêmes, les textes, ils sont toujours choisis parce qu'ils offrent l'occasion d'examiner un problème qu'ils illustrent. Ce ne sont certes pas des prétextes, mais la notion esthétique de "grand" texte se trouve remplacée par celle, méthodologique, de texte représentatif, non de l'art d'un auteur, mais de la façon dont l'écrivain s'est placé dans le grand jeu des formes et des significations.

12En ce qui concerne la recherche, les problèmes sont plus complexes dans la mesure où il n'est pas sécurisant pour un chercheur de s'attaquer à des textes dont il ne maîtrise pas forcément toutes les subtilités linguistiques. C'est pourtant dans cette démarche audacieuse que se concrétisent au maximum les avantages de l'ouverture totale des frontières linguistiques, en même temps que, si l'on sait s'y prendre, on peut en minimiser fortement les inconvénients en soumettant les endroits délicats à la compétence d'un spécialiste. Se trouveront alors transformés profondément non seulement les méthodes mais surtout la façon d'aborder les problèmes et par conséquent d'abord les objectifs.

13La question de la recherche en littérature générale se pose dans des termes différents de ceux qui valent pour les études littéraires restreintes à un seul domaine linguistique. Alors que ces dernières visent un objectif limité et bien défini : offrir aux enseignants, aux étudiants et aux lecteurs les moyens d'aborder une œuvre ou un groupe d'œuvres dans les meilleures conditions possibles (apports d'éléments d'information inédits, analyses stimulantes et originales, mise au point de telle question délicate, etc.), les visées d'une recherche qui porte sur plusieurs domaines linguistiques sont fort différentes. Il semble que, dans la perspective du travail sur textes traduits, on puisse diviser en deux groupes les travaux des chercheurs en littérature générale. D'une part, et ils n'entrent pas dans le cadre de ce propos, tous ceux qui concernent les problèmes de réception, de lecture, de traduction ou d'adaptation d'une œuvre donnée. II est bien évident que, dans tous ces cas, l'égale maîtrise des deux langues, celle du texte original et celle du texte d'arrivée, est une contrainte impérative. D'autre part, ceux qui concernent les grandes questions qui sont, par définition, du ressort de la littérature générale, car aucune littérature nationale ne peut les aborder dans une perspective suffisamment large. Plutôt que de tenter une périlleuse, abstraite et, de toute façon, interminable énumération de ces questions, il est préférable de recourir à quelques exemples concrets qui illustreront trois domaines de recherche dans leurs objectifs et leurs méthodes ; ils concernent, le premier, l'étude d'une forme, le second, celle d'un topos et le troisième, la question du fonctionnement des récits.

14Parmi les formes courtes de récit, la nouvelle est sans doute la plus difficile à définir. Depuis Propp, le conte populaire focalise sur lui l'attention ; un genre, le fantastique, la contamine souvent. On peut concevoir de nombreuses façons d'aborder l'étude de cette forme narrative. Dans une seule langue, on s'attachera à la pratique d'un seul auteur : la nouvelle chez Henry James, chez Maupassant ou Borges, ce qui ne définit en rien la forme elle-même, mais simplement l'usage particulier qu'en fait un écrivain. C'est en littérature générale par l'analyse et la comparaison des structures narratives qu'une tentative de définition peut être réellement tentée ; d'abord dans une visée chronologique et géographique restreinte : la nouvelle de telle à telle année, en Europe, par exemple ; mais ce ne sera que lorsque les autres champs culturels, en particulier orientaux, auront été pris en compte, et que la chronologie sera élargie, qu'on pourra aborder le problème avec le maximum d'efficacité. Les études de formes et de structures sont certainement facilitées par le fait que le regard critique s'éloigne du mot à mot du texte. Le meilleur exemple en est certainement celui de Vladimir Propp travaillant sur le corpus de contes populaires russes d'Afanasiev. Des textes oraux retranscrits n'invitent assurément pas à une lecture de près. On peut imaginer qu'un corpus incluant Perrault ou Les Mille et Une Nuits, et leurs effets de mise en littérature, aurait beaucoup plus difficilement conduit à la rédaction de la fameuse Morphologie ; les structures narratives et les fonctions y sont certes aussi bien représentées que chez Afanasiev, mais la force des textes eux-mêmes a tendance à faire oublier le caractère banal du schéma narratif.

15Le deuxième exemple concerne les études dites thématiques qui ont cours aussi bien en littérature générale qu'en littérature française. En littérature française, elles fournissent un outil intéressant pour aborder un auteur. En littérature générale, l'objectif s'inverse, parce que la démarche se "transversalise". Le vocabulaire étant encore, actuellement, incertain dans beaucoup d'équipes de recherche ("thème", "topos", "motif" étant en concurrence), j'emploierai le thème topos au sens d'élément défini, limité et localisé dans un texte mais repris par d'autres textes par exemple, le topos du viol. Comme pour la nouvelle, on peut traiter le sujet en le limitant à l'étude d'un auteur : scène de viol longuement décrite par Cervantès dans un récit court des Nouvelles exemplaires (1613), "La Force du sang", qui sera dans ce cas du ressort des hispanistes, viol de Clarisse dans le roman de Richardson pour les anglicistes. Analyse stylistique du passage, place dans la structure, utilisation visant des effets à valeur idéologique, etc. : ce type d'approche vise évidemment à affiner la lecture d'un texte. En littérature générale, la démarche va s'inverser par la confrontation du plus grand nombre possible de scènes illustrant le topos, dans des textes appartenant à des contextes culturels les plus largement éloignés (chronologiquement et géographiquement) les uns des autres. L'étude comparée permettra certes de caractériser plus efficacement chacun des textes par mise en évidence de leur spécificité, mais là n'est pas l'objectif essentiel, les études par domaine linguistique ayant leur propre efficacité. En revanche, cette convocation large est la seule qui permette d'aborder par exemple, la question complexe du rapport de la littérature et de la société. On constate alors les paradoxes intéressants qui méritent réflexion et examen. Ainsi, un historien comme Tite-Live fait du viol de Lucrèce un élément d'explication de la chute des Tarquins, alors que Plaute et Térence emprunteront aux Grecs, comme moyen de nouer l'intrigue d'une comédie, le viol d'une fille libre, réparé, sans beaucoup d'histoires, par le mariage, au dénouement. Cervantès et Calderon, à quelque trente ans de distance, traiteront ce sujet de façon très différente. Dans "La Force du sang" (1613), Cervantès dédramatise fortement la situation ; dans L'Alcade de Zalamea, Calderon, au contraire, la dramatise ; plus curieux, encore, dans Le Timide à la cour (1623), Tirso de Molina fait se glisser subrepticement dans le lit d'une belle un amoureux repoussé qui se fait passer pour un autre ; or le fait est escamoté au dénouement, la jeune fille épouse le jeune homme indélicat comme si de rien n'était. L'étude des topoï à valeur sociale ou idéologique constitue ainsi une mine de questions, sinon de réponses. Pour que ce type de travail ait un sens, il y faut le plus vaste panorama possible, ce qui suppose un travail sur textes traduits.

16Enfin le dernier exemple sera emprunté à l'époque contemporaine, dans laquelle le phénomène de mondialisation des faits littéraires rend particulièrement utile l'approche "décloisonnante" de la littérature générale. On parle actuellement beaucoup, dans les romans, de "littérature de l'épuisement", formule qui prétend rendre compte d'un phénomène fréquent dans le roman contemporain et qui peut se traduire ainsi : le romancier ne raconte plus car il est trop occupé à dire qu'il raconte. Ce phénomène largement représenté — on en trouve des exemples dans les domaines américain, européen, arabe francophone — est peut-être trop vite analysé par des critiques qui s'en tiennent à un seul champ culturel et à une seule explication : la nécessité de renouveler les pratiques romanesques ; le contenu n'étant plus renouvelable, tout ayant été dit, l'innovation se situerait dans la manière. Le travail sur un corpus large peut faire apparaître le problème sous un jour différent et certainement plus complexe, en substituant à des jugements rapides des analyses transversales qui visent à rendre compte du phénomène beaucoup plus que des textes eux-mêmes.


*

* *

17Obligée, par définition, à travailler sur textes traduits, la littérature générale doit donc regagner, par la façon différente dont elle pose les questions, ce qu'elle a perdu du côté de la lecture du mot à mot du texte. Il serait cependant particulièrement risqué de prétendre que cette sorte de reconversion est facile ; subsistent en effet dans l'enseignement, et surtout dans la recherche, des difficultés qui peuvent faire apparaître les affirmations précédentes comme fort ambitieuses voire irréalisables. Ces difficultés sont d'ordre divers. Elles concernent d'abord le repérage large des textes significatifs. En l'absence de recensements thématiques nationaux, la constitution d'un corpus suffisamment représentatif tient de la gageure ou du hasard. La situation est cependant en train d'évoluer favorablement grâce à l'informatique. A ma connaissance, au moins deux équipes de recherche travaillent à l'établissement de ces fichiers thématiques dans le domaine du roman français. Le fait n'est certainement pas limité à la France. La question des fichiers thématiques internationaux est associée étroitement à la question des textes traduits. Se pose aussi la question connexe de la nécessaire traduction de tous les outils : bibliographies, études critiques par auteurs, etc. A ce propos, on ne peut que se féliciter de voir se répandre un type de recherche qui consiste à présenter en français une étude sur un auteur étranger dont la langue est parfaitement maîtrisée par le chercheur. Quant aux fichiers nationaux, on peut espérer qu'ils seront traduits lorsqu'ils seront établis.

18Tout compte fait, il se pourrait bien que l'ampleur des domaines qui s'ouvrent à l'exploration de la littérature générale, se retourne, elle aussi, en un dernier avantage : l'obligation du travail en équipe. Parce qu'elle formule des objectifs ambitieux, la littérature générale a besoin que des forces multiples s'associent selon des configurations variables qui associent capacités de recherches et compétences linguistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymonde Robert, « Le travail sur les textes traduits en littérature générale », Palimpsestes, 9 | 1995, 165-174.

Référence électronique

Raymonde Robert, « Le travail sur les textes traduits en littérature générale », Palimpsestes [En ligne], 9 | 1995, mis en ligne le 03 janvier 2011, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/688 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.688

Haut de page

Auteur

Raymonde Robert

Université Nancy II

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals